Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

MH17, suite. Olivier Berruyer.

20 Juillet 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #Europe supranationale, #La mondialisation

20 juillet 2014.

MH17, suite

Quelques informations de qualité, que je partage (certaines contradictoires, mais cela permet de poser les bonnes questions…

MH17 par Jacques Sapir

19 juillet 2014

La destruction du vol MH17 de la Malaysian Airlines le 17 juillet a suscité une intense et justifiée émotion. Les revendications et accusations contradictoires se sont succédées. Les informations disponibles pour le grand public sont extrêmement fragmentaires. On peut, cependant remarquer certaines incohérences dans la mise en cause, du côté des gouvernements de l’OTAN et de la presse de ces pays des insurgés ukrainiens.

Un chose semble (mas nous verrons qu’elle n’est pas certaine) acquise, c’est que la destruction du Boeing 777 de la Malaysian Airlines est due à un missile Sol-Air. Il faut alors rappeler quelques faits de base concernant ces missiles. Leur portée et l’altitude qu’ils peuvent atteindre dépendent de l’énergie contenue dans le combustible de leur moteur fusée. Mais, cette portée et cette altitude dépendent aussi des caractéristiques de leur cible potentielle. Face à un avion rapide la portée sera plus faible que face à un avion lent. A contrario, un avion lent sera plus vulnérable à une certaine altitude qu’un avion rapide.

I. De quelles armes disposent les insurgés des région Est de l’Ukraine ?

Jusqu’à maintenant ces insurgés ont fiat usage de missiles portables, et tirables à l’épaulé. Ces missiles sont des descendants du SAM-7 « Strela » utilisé par les forces soviétiques. Il s’agit très probablement du SAM-18 (code OTAN « Grouse »). Ce missile atteint une vitesse maximale de 800 m/sec. Il est capable d’intercepter un appareil volant à 450 m/sec à 3500 m d’altitude. Mais, si la vitesse de l’appareil visé est inférieure, il peut être atteint bien plus haut. Néanmoins, il est exclu qu’il puisse atteindre un avion volant à 10 000 m et 250 m/sec (900 km/h) comme le Boeing 777 du vol MH17. Les caractéristiques de cet appareil impliquent un missile plus lourd, et l’un des « coupables » présumés est le système d’arme SAM-17 ou un SAM-11 plus ancien, ces deux missiles étant appelé « Buk » par les Russes.

Cependant, des informations concordantes, provenant de la presse ukrainienne et du site du ministère de la défense d’Ukraine, établissent que les insurgés n’auraient pas eu à leur disposition le système d’arme Sol-Air « Buk » (SAM-17 pour l’OTAN)[1]. Bien entendu, la déclaration du ministère de la défense date du 29 juin. Il n’est pas complètement impossible que les insurgés aient pu se procurer ce type d’équipement entre le 29 juin et le 17 juillet ou le remettre en état. De même, il n’est pas complètement impossible que l’armée russe soit entrée dans les deux provinces insurgées. Mais, cela aurait provoqué une très forte réaction internationale, car ce type de mouvement ne peut rester secret, compte tenu de l’ampleur des moyens de surveillance électronique déployés dans la régions ( avion AWACS de l’OTAN S-3 Sentry volant au-dessus du territoire roumain). Or, l’OTAN n’a nullement réagi.

II. Procédures de tir

Un point important concernant le SAM-11/17 est qu’il nécessite l’emploi de deux radars. Contrairement aux missiles portables comme le SAM-18, son guidage n’est pas à infra-rouge mais fait appel à ce qui est appelé un « radar semi-actif ». Le missile se guide sur les ondes qui sont envoyés par un radar à terre, sur son véhicule de tir (le TELAR) qui doit donc éclairer en permanence la cible. Mais, il nécessite aussi un radar de contrôle de l’espace aérien et d’acquisition pour que cette cible soit désignée. Le radar d’éclairage et d’écartométrie est le système « Kupol » (code OTAN « Snow Drift ») qui travaille en bande H/I. Le radar de contrôle et d’acquisition est le modèle 9S35 (code OTAN « Fire Dome »). La portée de ce radar est de 85 km. Par ailleurs, les batteries de missiles sont souvent intégrées dans des ensembles (brigades de défense anti-aérienne) dotés de radar de détection à plus longue portée (250 km).

Le tir implique une première acquisition par le « Fire Dome » avant que le radar « Snow drift » puisse entrer en action et guider le missile. Le SAM-11/17 est un système complexe qui exige un personnel bien entraîné et dont la formation est longue.

III. Incohérences du lieu du crash.

Le lieu du crash se trouve entre les villes de Snezhnoye et de Torez. Mais, l’appareil, dont la trajectoire était nord-ouest / sud-est, a du être touché bien plus à l’ouest. En effet, compte tenu de sa vitesse (900 km/h) et de son altitude (10 000m), même s’il s’est partiellement désintégré, il a nécessairement continué sur sa trajectoire. L’explosion au sol montrée sur les différentes vidéo du crash indique qu’une partie substantielle de l’appareil (dont le poids au décollage est de 300 tonnes) s’est écrasée. Un calcul simple indique que l’avion a été touché à 30 km du lieu où il s’est écrasé. Compte tenu des délais d’acquisition du missile et de la batterie qui le sert, cela veut dire que l’acquisition elle-même a dû se faire probablement 50 km à l’ouest (sur la trajectoire de l’avion) du point d’impact. Cela porte à 80 km la distance du lieu du crash. Cela impliquerait que le radar « Fire Dome » se trouverait bien plus à l’Ouest que ce qui est affirmé aujourd’hui tant par les sources américaines qu’ukrainiennes. Il est en effet quasi impossible, sans radar de détection à longue distance, de commencer une procédure de tir en limite de portée. Si l’avion MH17 de la Malaysian Airlines avait été touché par un missile provenant d’une batterie située là où l’affirment les sources américaines et ukrainiennes, l’avion aurait dû s’écraser 20 à 30 km à l’est de son point d’impact. Autrement dit, le lieu du crash n’est pas cohérent avec l’hypothèse d’un missile tiré depuis là où l’on prétend qu’il l’a été. Pour s’écraser sur le lieu du crash, si l’avion a bien été abattu par un missile « Buk », il a du être atteint par un missile tiré depuis le territoire contrôlé par les forces ukrainiennes.

IV. Les précédents.

Il convient alors de se rappeler les incidents précédents de ce type. Nous avons la destruction d’un Tupolev-154 en 2001 par les forces ukrainiennes[2] et la tragédie du vol KAL-007 dans les années 1980. Dans ce cas, il est établi que les forces soviétiques ont confondu l’avion coréen avec un avion de reconnaissance électronique américain dont la trajectoire était quasi-identique. Quand l’avion de reconnaissance a fait demi-tour, il a été confondu avec un ravitailleur en vol et l’avion coréen pris pour l’avion de reconnaissance. L’incident du Tupolev-154 a eu lieu au-dessus de la Mer Noire, et il est vraisemblablement dû à un tir d’entraînement.

Les insurgés ont aussi abattu, début janvier, un Antonov-26, qui volait à 6500m. Mais, cet avion a une vitesse de croisière bien plus basse que celle du Boeing du vol MH17. Il ne dépasse pas 500 km/h. Il est parfaitement possible qu’il ait été abattu par un SAM-18. Le fait que les deux pilotes aient survécu (et se soient parachutés) alors qu’il n’y a eu aucun survivant du vol MH17 confirme que la charge militaire du missile qui a touché l’Antonov était de faible puissance, ce qui indirectement confirme l’hypothèse du SAM-18.

V. Un tir russe ?

Il faut maintenant revenir sur l’hypothèse d’un tir russe. Cette hypothèse implique que des unités de défense aériennes de la Russie opèrent au profit des insurgés. C’est possible, mais politiquement et militairement incohérent. Les insurgés ont eu a souffrir d’attaques aériennes à basse altitude (hélicoptères et avions d’assaut SU-25) et surtout de l’artillerie ukrainienne qui n’hésite pas à bombarder des cibles civiles. Si la Russie voulait aider les insurgés, c’était bien plus en fournissant des moyens de contre-batterie (dans l’artillerie) ou une défense anti-aérienne locale (avec le système « Tunguska ») qu’elle l’aurait fait. On ne peut pas exclure cette hypothèse, mais elle est très peu probable.

VI. Un tir ukrainien ?

On a déjà dit pourquoi, si l’avion a été abattu par un missile (ce qui n’est pas encore complètement acquis), il est plus que probable que ce missile ait été tiré du côté ukrainien. Mais, on peut se demander pourquoi l’armée ukrainienne aurait-elle déployé ce type de système alors que les insurgés n’ont pas d’aviation. Seulement, il faut se souvenir que l’artillerie ukrainienne a bombardé une ville russe sur la frontière au début du mois de juillet, et que le gouvernement russe a menacé l’Ukraine de frappes ciblées. Ces frappes auraient visé les moyens de l’artillerie ukrainienne qui sont aujourd’hui la principale menace pour les insurgés. Il est alors logique que l’armée ukrainienne ait déployé des moyens de défense anti-aérienne. Compte tenu des précédents, on peut s’interroger sur le fait que l’Armée ukrainienne ait pu confondre le vol MH17 avec un vol militaire russe, en provenance du Belarus et cherchant à prendre « de dos » les forces déployées contre les insurgés. Ce n’est, certes, qu’une hypothèse, mais elle serait cohérente avec le lieu du crash.

[1] http://www.pravda.com.ua/rus/news/2014/07/18/7032278/ et http://www.mil.gov.ua/news/2014/06/30/teroristi-ne-zahoplyuvali-bojovu-tehniku-chastin-protipovitryanoi-oboroni-zbrojnih-sil-ukraini-v-doneczku/

[2] http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/europe/ukraine/1359353/Ukraine-admits-it-shot-down-Russian-airliner.html

(Source)

Jean-Claude Allard : «L’Ukraine zone charnière entre Américains et Russes»

Le général Jean-Claude Allard est Directeur de recherches à l’IRIS – enfin un vrai expert apparemment…

Si ce tir contre un avion civil est volontaire, quel peut-être le but poursuivi et par qui ?

J’ai beaucoup de mal à imaginer que ce soit un tir volontaire ou alors, s’il est volontaire, il l’est sur une cible qui a été confondue avec autre chose. C’est-à-dire que si l’on regarde les acteurs que l’on veut toujours nommer dans ce conflit, c’est-à-dire le gouvernement ukrainien, les séparatistes et les Russes, je vois très mal pourquoi les Russes et même les séparatistes tireraient sur un avion qui survole l’Ukraine à 10 000 mètres. Les Russes n’ont aucun intérêt à rendre leur territoire dangereux pour les lignes sinon c’est une catastrophe pour eux. Je crois donc qu’il faut les exclure. Reste le gouvernement ukrainien et les séparatistes. Les forces ukrainiennes peuvent être à l’origine de ce tir en ayant pensé que cet avion était un avion russe tentant d’obtenir des renseignements ou tout autre chose, c’est aussi une hypothèse. Et puis enfin il y a l’hypothèse des séparatistes. Mais si cela a été tiré à partir du sol, cela signifie une opération complexe et l’emploi d’une batterie SA 11 ou SA 17 assez difficile à mettre en œuvre. Et je ne vois pas d’explication valable pouvant justifier un éventuel tir de leur part, n’arrivant pas à comprendre pourquoi quelqu’un aurait voulu déclencher cela afin de déclencher quelque chose de pire.

La présence de deux avions de chasse aurait également été signalée, sur le secteur, sans que cela soit confirmé.

Effectivement, la présence d’avion de chasse est aussi évoquée. Il y a donc des choses complexes qui ont pu se passer. D’où l’urgence de sécuriser la zone pour conduire une enquête inattaquable. Cependant selon moi ce vol n’a pas été abattu en tant que vol mais en tant que cible présumée hostile. En méthodologie, je ne vois pas d’autres explications, tous les débats restent évidemment ouverts, mais je ne pense pas non plus qu’un camp ait essayé de faire porter le chapeau à l’autre. C’est une zone de guerre et la tension est très forte, on a peur, et les troupes se sont laissées aller.

Dans un récent article pour l’IRIS, vous avez résumé l’Ukraine comme un champ d’affrontement entre la Russie et les États-Unis. Quelles conséquences cette affaire peut-elle avoir sur les relations entre l’Europe, les États-Unis et la Russie ?

L’Ukraine est une zone charnière. Pour les Russes, c’est un point de passage pour leurs exportations de gaz vers l’Europe et de pétrole vers le monde via le port que leur autorisait l’Ukraine. À partir du moment où les Russes ont vu échapper à leur contrôle ce port, la Russie a mis la main sur la Crimée parce qu’on touchait à ses intérêts vitaux. Il aurait fallu réfléchir, à mon sens, avant de pousser la Russie à cette extrémité et c’était là le rôle de l’Europe face à des États-Unis qui veulent faire basculer l’Ukraine dans leur camp pour verrouiller la Russie à l’ouest et mieux pouvoir s’occuper de la Chine par ailleurs, l’Europe aurait dû comprendre que la Russie veut se développer et qu’elle a besoin de traverser l’Ukraine pour livrer son gaz. Dans ce contexte, il faut maintenant que les grands de ce monde, les États-Unis et la Russie et surtout l’Union européenne calment les tensions et disent «non, on ne veut pour l’instant imputer ce drame à personne mais le jour où le responsable sera identifié et qu’on pourra le prouver, là, il sera fortement sanctionné.»

Ce vendredi, Vladimir Poutine a invité les protagonistes à entamer un «dialogue de paix». Votre réaction ?

Depuis mars 2013 où Vladimir Poutine a publié sa nouvelle stratégie pour la Russie, il ne cesse de dire, «il faut s’asseoir à une table, il faut discuter et il faut que nous gérions le monde en multilatéral». Cela pose un problème, je le conçois, car on se dit toujours «est ce qu’il est honnête et sincère ou est-ce qu’il veut nous tromper ?» Son intérêt, pourtant, en tant qu’exportateur de gaz et de pétrole n’est pas de dresser l’Europe contre lui, il faut le comprendre et s’asseoir à une table avec lui.

La trêve liée à l’enquête peut-elle entraîner une trêve plus générale ?

Il faut le souhaiter et cela peut être le cas justement si à présent les deux grands qui se battent sur cette charnière, Les États-Unis et la Russie, et la charnière elle-même, c’est-à-dire si le président Porochenko et ses opposants, arrivent à dialoguer, chacun tenu en laisse par le grand qui les soutient.

Recueilli par Pierre Challier pour LaDepeche.fr

The Saker

Grande faire au tout et n’importe quoi chez Saker, mais quelques bonnes informations / questions, que je sélectionne (le reste est pour moi hautement sujet à caution, donc je n’en parle pas, on verra si ça se confirme) :

• 17 juillet 2014 – CNN rapporte que c’est une tempête qui a forcé à détourner la route du vol MH17, mais cela était faux.
@ @ gbazov GrayCardinal1 : Il n’y a eu aucune tempête. http://t.co/NpQbtGMEHF
- Rosa Luxembourgeoise (@ RosaLuxembourge) 17 Juillet, 2014

https://www.youtube.com/watch?v=V5E8kDo2n6g

Remarque : La moitié de la publication est traduite ; l’autre moitié est spéculative.
L’original complet (en russe) peut être consulté à Eugene-DF LiveJournal

Dans l’interception diffusée par les services ukrainiens, le lieu d’où le missile aurait été lancé est clairement indiqué : il s’agit du point de contrôle de la colonie de Chernukhino.

Portez maintenant une attention particulière à la carte de la catastrophe du MH17, telle qu’alléguée par cette publication.

Comme vous pouvez le voir, la distance entre le point de lancement et le point de chute de l’avion est de 37 km. On sait par ailleurs que l’altitude de l’avion était de 10 à 11 km. Pour un BUK M2 russe, il est en effet possible d’atteindre une cible à cette distance (mais avec une mise en garde très importante, voir ci-dessous).

Cependant, l’Ukraine ne possède pas, ce n’est pas possible, la haute technologie des systèmes numériques modernes de lutte anti-aérienne. Elle n’a tout simplement pas cela dans son arsenal. Ce qu’elle a, au mieux, c’est la plus ancienne version du BUK M1. Le système lui-même n’est pas trop mauvais, et pourrait même faire l’affaire dans le cas d’une distance de la longueur indiquée. Sauf pour ce qui est de la mise en garde déjà mentionnée.

Le problème est que la plupart des systèmes anti-aériens à courte et moyenne portées fonctionnent très mal en mode « poursuite ». Il y a un certain nombre de raisons à cela, et je n’ai pas l’intention d’insister trop sur ce point, mais vous pouvez prendre comme un axiome que lorsque le lancement se fait en « poursuite » de la cible, la distance maximale de lancement permettant de frapper la cible avec succès est au moins la moitié de la distance maximale annoncée (en réalité, elle est même moindre, mais laissons le côté pessimiste des choses). Par conséquent, la distance réelle d’un tir de BUK M1 en « poursuite » est de 16 km. De plus, les 3 derniers kilomètres sont purement et simplement laissés « à la grâce de Dieu », et ils sont « sans garantie ».

Dès lors, nous avons l’arrière-plan. Voyons comment l’image se déploie :

Le lancement, nous dit-on, aurait été effectué à partir de Chernukhino. La distance maximale de lancement est de 16 km. L’avion est tombé entre Snezhnoye et Torez. C’est-à-dire à une distance de 37 km, ce qui fait 20 km de plus que le point maximal auquel il était possible d’atteindre l’avion. Vous savez, même un avion avec les moteurs coupés ne peut pas glisser sur l’aile comme ça. Mais le problème est que l’avion n’était pas entier.

Si l’on observe la configuration de la diffusion des fragments et des gros éléments du fuselage, l’avion s’est rompu pratiquement au premier impact. Ici, il doit être mentionné que la tête de la roquette – une ogive à fragmentation hautement explosive – a une masse d’environ 50 kg (soit dit en passant, les Ukrainiens ont une version dépassée, de 40 kg seulement).

Dans l’ensemble, il faut bien cela. Cependant, il faut comprendre qu’elle n’explose pas au contact de l’avion, mais en s’enfonçant dans sa cible, et la distance d’enfoncement est assez significative. En outre, le principal facteur de frappe n’est pas l’onde de choc, mais de façon bien plus significative, le flux de fragments. Ces fragments sont des tiges préalablement préparées (et dans les versions antérieures, de petits cubes, si je me souviens bien). Et oui, pour un avion de chasse, c’est en soi plus que suffisant.

Cependant, ici nous avons affaire à un énorme avion de ligne. Oui, une fusée déchirera l’enveloppe de carlingue, provoquera une dépressurisation, et tuera un grand nombre de passagers. Mais l’avion ne sera pas brisé en plusieurs pièces. En certaines conditions, les pilotes pourraient même être en mesure de le faire atterrir. Et, en fait, il y a eu des précédents (j’en parlerai dans les publications à venir). Par exemple, le même An-28, dont on dit qu’il aurait été la première victime d’un système BUK ; même si cela avait été fait pour, l’équipage est tout de même parvenu à s’éjecter avec succès. Ce qui, d’une certaine façon, est révélateur. Un An-28, en passant, est beaucoup plus petit qu’un Boeing.

Néanmoins, ceci se rapporte à la partie suivante de notre analyse. Pour l’instant, nous allons accepter comme un fait que l’avion s’est brisé en l’air, à une hauteur significative (ce qui est, en substance, ce qui a été observé. Permettez-moi de vous rappeler : « Fragments répartis sur un rayon de 15 km »). La clé ici est que cela signifie ce qui suit : l’avion (ou, plus précisément, le noyau de l’avion) est tombé littéralement (c’est-à-dire verticalement) à l’endroit au dessus duquel s’est produit l’impact de la fusée. Pour clarifier : dès que l’avion a été transformé en une multitude de fragments de masses différentes, la séparation de ces fragments a commencé à cause de la résistance de l’air et de la différence d’inertie. Le fragment le plus dense a volé encore 3 à 6 kilomètres, tombant de façon de plus en plus abrupte. Les plus légers se sont étalés et, en raison du phénomène de glisse et des courants d’air, sont tombés quelque part dans un rayon de 10 km. Les fragments de taille moyenne (principalement des morceaux de carlingue, dont l’effet de voile était élevé, et les corps des victimes) ont chuté presque à la verticale.

En d’autres termes, la fusée aurait rattrapé l’avion à au moins 25 kilomètres de Chernukhino. Ce qui est absolument impossible pour un système BUK.

Par ailleurs, et c’est là ce contre quoi je mettais en garde précédemment, nous ne pouvons pas négliger le fait que, aux distances maximales, le BUK ne peut être utilisé qu’à la condition d’avoir le soutien d’une installation de radar externe pour la localisation et le guidage. En d’autres termes, même si une roquette vole loin, le radar mobile du BUK ne couvre pas la totalité de la distance.

En conséquence, si la vidéo du SBU ci-dessus n’est pas un faux, alors, à notre grande surprise, nous découvrons qu’il était littéralement impossible que l’avion ait été descendu par un BUK en possession des rebelles. Par ailleurs, qu’est-ce ce lanceur BUK aurait bien pu faire dans Chernukhino, en compagnie des Cosaques ? C’est passablement inexplicable. C’est à 60 km aussi bien de Donetsk que de Lugansk, et ce BUK serait dans l’incapacité de protéger le ciel d’aucune de ces deux principales villes de Novorossia. Il n’y a pas non plus d’hostilités dans la région. Il est également étrange pour la Milice de s’attendre à voir là des avions ennemis ; ce n’est pas comme si les pilotes étaient leurs propres ennemis, à faire de tels détours au dessus du territoire de l’ennemi, n’est-ce pas ? Bon, d’accord, comme je l’ai déjà dit, acceptons, pour le moment, de considérer que l’interception n’est pas un faux.

Et c’est ce qui est si étrange ici : le SBU sert comme sur un plateau des éléments prouvant que la milice n’a aucune part dans l’attentat contre le Boeing ! Le fait qu’ils s’accusent eux-mêmes de la sorte par cet enregistrement peut en fait se comprendre. Contrairement aux fascistes, ils ont une conscience, qui se manifeste ici en s’assurant qu’on sache bien que ce n’était pas l’autre camp qui a fait le coup.

D’accord. Mais quelqu’un a bel et bien abattu l’avion, non ?

Bien sûr qu’il a été abattu. Et ici il faut poser une autre question : si cet enregistrement est une falsification de bout en bout, ne faut-il pas alors qu’il ait été préparé à l’avance ? Et puis diffusé ?

C’est là que la fumée commence à s’éclaircir, et les miroirs à se briser.

C’est le problème avec les ruses.

# 13 – Une présentation brève mais bien faite au sujet des preuves fabriquées par l’Ukraine

Vidéo: Paul J. Watson – « Des preuves fabriquées pour incriminer la Russie dans la destruction du vol MH17 ? »

https://www.youtube.com/watch?v=RMgIpC-bCfQ

# 12 – Analyse du point de vue de l’aérodynamique et de la physique : l’armée ukrainienne est responsable

RESUME DE L’ANALYSE : Ce que tout cela signifie, c’est que si une fusée BUK avait été tirée depuis le territoire contrôlé par la milice, le Boeing serait tombé beaucoup plus loin vers le sud-est. C’est-à-dire en territoire russe. Et qu’autrement, la milice n’aurait eu pas le temps de détecter l’avion, effectuer la saisie électronique et de lancer la fusée. Si c’était un BUK, et pas un avion de chasse, alors il est fort probable que le lancement a été effectué à partir du territoire contrôlé par l’armée ukrainienne, et que la fusée a été envoyée à la « poursuite » de l’avion.

Origine: 4yma3iy LiveJournal

Je ne suis pas un spécialiste de l’aérodynamique, je suis un expert en radio-électronique. Néanmoins, je suis spécialisé dans l’aviation. S’il y a ici des spécialistes de l’aérodynamique, à vous s’il vous plaît de me reprendre.

Données initiales : l’altitude de vol de l’avion est de 10.000 mètres, la vitesse est de 900 km/h (soit 250 m/s).

A en juger par les photos prises sur le site du crash, où toutes les pièces se trouvent dans un même lieu, il apparaît que l’avion est tombé comme un tout (c’est à dire que des fragments ont pu se disperser, mais que le fuselage est resté intact). Ainsi, l’appareil était bien « d’une seule pièce », c’est-à-dire qu’il ne s’est pas rompu et disloqué en l’air.

Par conséquent, il doit être considéré comme ayant formé un seul corps, dont la vitesse a grandement dépendu de la résistance de l’air, notamment en raison des caractéristiques de conception de l’avion et de l’utilisation à laquelle il était destiné.

Le temps de la chute libre d’un corps est de :
T = racine carrée de (2h/g)

Ainsi, d’une hauteur de 10.000 mètres, un corps mettra à tomber :
T = racine carrée de (2*10000/9.8) = 45 secondes. CEPENDANT, cela ne s’applique que dans le vide.

Dans le même temps, la vitesse de descente en cas de chute de cette hauteur est de :
V = racine carrée de (2gh)

Cette vitesse sera donc égale à 442 m/s. CEPENDANT, encore une fois, cela ne s’applique que dans le vide.

Dans les conditions de la vie réelle, une chute se produit avec une certaine vitesse maximale, vitesse qui plafonne lorsque la force de résistance de l’air devient égale à la force de gravité. Pour le corps d’une personne, par exemple, cette vitesse est égale à 40 m/s. Pour une balle, cette vitesse est d’environ 50 m/s (selon la forme et la masse de la balle). Compte tenu de la masse de l’avion et de sa taille énorme, prenons une vitesse de 40 m/s.

De ce fait, l’avion serait tombé pendant environ 250 secondes, que nous allons arrondir à 4 minutes, ce qui est assez proche de ce qui s’est passé.

Admettons que la réduction de la vitesse horizontale se produise également selon une équation linéaire avec une certaine accélération.

Le vecteur de la force de résistance de l’air sur l’avant vient contrarier la vitesse de déplacement, et sa puissance est proportionnelle à la surface caractéristique S, à la densité de l’environnement ρ et à la vitesse V au carré :
V = C((P*V^2)/2)*S

Pour le corps aérodynamiquement bien conçu d’un aéronef, Cx < 0,3

Calculons la force de résistance de l’air à la vitesse de 250 m/s :
0,3*1,26*250*250/2*50 = 590 кН

MH17, suite. Olivier Berruyer.

La masse du Boeing 777 = 300 tonnes (en état équipé)

Cela signifie que la décélération horizontale due à la résistance de l’air serait de 590/300 = 2 m/s^2, exactement comme je le soupçonnais (cependant, c’est à la vitesse maximale).

Maintenant, nous allons prendre notre équation de lycée préférée :
X=(V1^2-V0^2)/2a

Compte tenu de la nature non linéaire de la décélération, il faut diviser par deux, et nous obtenons 31 kilomètres.

Prenons la portée de frappe du missile. Portée maximale de frappe de la fusée AGM-86 MDIHA :
A la hauteur de 30 m : 20 km
A la hauteur de 6000 m : 26 km
Probabilité de frappe réussie : 0,6 à 0,8

Cette distance ne doit pas être confondue avec la distance de détection.

Carte : épingle jaune à l’Ouest = lieu supposé du tir de la fusée ; épingle jaune à l’Est = site du crash

MH17, suite. Olivier Berruyer.

Ce que tout cela signifie, c’est que si une fusée BUK avait été lancée depuis le territoire contrôlé par la milice, le Boeing serait tombé beaucoup plus loin vers le sud-est – c’est-à-dire sur le territoire russe. Sinon, les miliciens n’auraient pas disposé du temps suffisant pour détecter l’avion, effectuer la saisie électronique et lancer la fusée.

Si c’était un BUK, et non un avion de chasse, alors il est fort probable que le lancement a été fait à partir du territoire contrôlé par l’armée ukrainienne, et qu’on a envoyé la fusée « à la poursuite » de l’avion.

# 11 – Les changements de route du vol MH17 du 14 juillet 2014 au 17 Juillet 2014

MH17, suite. Olivier Berruyer.

Captures d’écran des trajectoires de vol des MH17 pour les 14, 15, 16 et 17 juillet 2014 :

MH17, suite. Olivier Berruyer.
MH17, suite. Olivier Berruyer.
MH17, suite. Olivier Berruyer.

# 10 – Un témoin oculaire fait état de la présence d’un avion de chasse et de 3 explosions au moment où le vol MH17 a été abattu.

Lien audio : CASSAD net

Transcription de l’appel téléphonique du témoin oculaire :

« …une feuille de papier isolée qui est tombée de l’avion, avec du sang frais dessus, vous pouvez la voir. Des bagages aussi sont tombés, plus loin, dans le secteur du village de Petropavlovka, il y a des fragments là-bas. Il y a un groupe sur VKontakte qui a déjà posté des photos avec des pièces du Boeing. Et aussi, au-delà de Rassypnoye, près de Terrikon, il y a des cadavres. Il y avait des gens là-bas, et ils ont tout vu.

J’ai vu, personnellement, qu’il y a eu trois explosions. Une première, une deuxième et une troisième. Et là, après les premières explosions, je suis monté sur le toit et j’ai vu que l’avion tombait, il était déjà presque au sol. Il y a eu une explosion, un nuage noir, et il y avait deux parachutistes qui descendaient ; l’un descendait sur son parachute, sur l’aile. Le deuxième volait bas, très rapidement, comme une pierre. Et c’est ce que j’ai vu.

Cependant, exactement au même moment, un avion de chasse partait en direction de Debaltsevo. Il était au-dessus de Rassypnoye et volait vers Debaltsevo. C’est comme cela que je l’ai compris. »

# 8 – Des rapports militaries ukrainiens à Porochenko indiquent que les rebelles n’ont capturé aucun BUK.

Selon Vitaliy Yarema, dans une interview à Ukrainskaya Pravda, des responsables militaires ont rapporté au président Porochenko, immédiatement après l’attentat contre le Boeing 777 de la Malaysia Airlines, que les rebelles n’avaient capturé aucun système BUK des Forces armées ukrainiennes. Cela est confirmé dans un communiqué du ministère ukrainien de la Défense, publié le 30 Juin 2014.

Informations complémentaires : « Les milices n’ont pas de système de missile ukrainien BUK – Procureur général de l’Ukraine »

KIEV, le 18 juillet / ITAR-TASS /. Les milices dans les républiques autoproclamées du Peuple de Donetsk et du peuple de Luhansk ne disposent pas de systèmes ukrainiens de missile de défense antiaérienne Buk ni de S-300, a déclaré le Procureur général ukrainien Vitaly Yarema à la Pravda ukrainienne ce vendredi.

« Après que l’avion de ligne ait été abattu, l’armée a signalé au président que les terroristes n’avaient pas nos systèmes de missiles de défense aérienne Buk, ni de S-300 », a déclaré le procureur général. « Ils n’ont pas saisi de tels armements » a-t-il ajouté.

Le Ministre de l’Intérieur ukrainien Anton Gerashchenko a dit, le 17 juillet, que le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avait été abattu par un système de missiles de défense aérienne Buk.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui assurait la liaison entre la ville néerlandaise d’Amsterdam et la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur, s’est écrasé en Ukraine jeudi. Les 298 personnes qui se trouvaient à bord de l’avion sont mortes dans l’accident.

# 7 – Un témoin oculaire rapporte que deux avions suivaient le vol MH17, et que l’un des deux appareils a abattu le Boeing.

Vidéo : Le père du témoin oculaire raconte le crash du Boeing MH17 au dessus de l’Ukraine

https://www.youtube.com/watch?v=rPcbFJSGk7E

Transcription de la vidéo :

Narrateur : Qui l’a abattu ? Il a été abattu aujourd’hui, le 17 [juillet].
Narrateur : continuant. Le village de Grabovo. Comment c’était là-bas ? Qu’est-ce que votre fils vous a dit ?
Père du témoin : Eh bien, ils étaient assis là, sur une colline. Et, de derrière les nuages… deux avions volaient… l’un des deux est sorti de derrière les nuages.
Narrateur : Des avions militaires ont émergé ?
Père du témoin : Eh bien, il ne comprend pas. Puis, avec un seul coup, ils ont abattu le second avion. Et c’est tout. Le second avion, il a dit. D’un seul coup. Il y a eu un seul coup et c’est tout.
Narrateur : Et celui qui a été abattu, c’était l’avion civil ?…
Père du témoin : Et les deux … l’un est tombé, il a dit, et le second aussi… Je n’ai pas mon téléphone ici, je ne peux pas l’appeler.
[en arrière-plan] Ah, il a vu un avion de chasse… Bien sûr…
Narrateur : Le village de Grabovo, dans le district de Shakhtersk. A l’approche de Grabovo, il est tombé. Continuez à chercher des restes. Tout est en feu. L’aluminium a fondu. Toute la carlingue.

# 5 – Matériel vidéo du site du crash du MH17 via LIFEnews.

Vidéo: Vidéo exclusive du site de Crash du Boeing

ATTENTION, IMAGES ASSEZ DURES

55 réponses à MH17, suite

  1. Afficher/Masquer

    wesson Le 20 juillet 2014 à 04h15

    Une info qui me parait intéressante, d’autant qu’elle provient de Robert Parry, un journaliste Américain indépendant, mais une pointure. C’est lui qui a démonté les histoires les contra Iranienne lorsqu’il était à l’AP, en 1980.

    C’est un journaliste apparemment bien introduit, et qui semble avoir une conscience.

    Alors son info, c’est que contrairement à ce que Obama a raconté, la CIA pense que le missile qui a touché le MH17 a été tiré depuis une batterie Ukrainienne, et depuis le territoire contrôlé par l’ATO.

    “Regarding the shoot-down of the Malaysian jetliner on Thursday, I’m told that some CIA analysts cite U.S. satellite reconnaissance photos suggesting that the anti-aircraft missile that brought down Flight 17 was fired by Ukrainian troops from a government battery, not by ethnic Russian rebels who have been resisting the regime in Kiev since elected President Viktor Yanukovych was overthrown on Feb. 22.”

    voici le lien de l’article: link to consortiumnews.com

    Si c’est confirmé, c’est énorme !

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      perceval78 Le 20 juillet 2014 à 11h48

      excellente info @wesson, la bio de Robert Parry afin de mieux le situer
      =
      link to en.wikipedia.org
      =
      Ironie de l’histoire Kerry était avec Perry dans l’histoire des Contras
      =
      link to salon.com
      =
      Robert Parry a recu le prix George Polk en 1984 , cette année c’était Poitras,Greenwald,Snowden
      =
      link to youtube.com

      Répondre

  2. Afficher/Masquer

    Charles Michael Le 20 juillet 2014 à 06h53

    Il y a une certaine concordance entre ces 3 réactions,présentant des arguments plutot bien structurés, et elles sont en grande contradiction avec les prises de position de la Presse System; à noter à ce sujet l’hystérie hier de Libé (Semo), ce matin de la BBC et du Guardian.

    La question des informations paralléles ou parasites de la narrative majoritaire ne peut ni être complétement écartée, ni bien sur servir à étayer une opinion, tant que l’enquète n’aura pas défini les faits essentiels.

    Mais, je pense qu’on peut s’interroger sur les mobiles de ce crime (qu’il soit volontaire ou pas) et tout aussi important l’état d’esprit des parties potentiellement suspectes dans la séquence aboutissant à ce passage à l’acte.

    Une question subsidiaire est la liste des suspects: l’Ukraine de Kiev peut-elle être assumée comme une seule entité ?

    Répondre

  3. Afficher/Masquer

    PA.Québec Le 20 juillet 2014 à 07h24

    “Grande faire au tout et n’importe quoi chez ”

    Je ne comprends pas. Ah, peut-être “foire”.

    Répondre

  4. Afficher/Masquer

    PA.Québec Le 20 juillet 2014 à 07h30

    “: l’avion (ou, plus précisément, le noyau de l’avion) est tombé littéralement (c’est-à-dire verticalement) à l’endroit au dessus duquel s’est produit l’impact de la fusée.”

    Ça semble contradictoire avec ce que Sapir écrit…

    Répondre

  5. Afficher/Masquer

    Kiwixar Le 20 juillet 2014 à 07h37

    Au-delà de l’enquête pour trouver les coupables, 3 points m’interpellent :

    1) on a l’impression qu’Obama et Porochenko ne contrôlent pas vraiment leurs services de renseignement (passifs et actifs), et qu’ils se font enfumer comme des écoliers

    2) aucune émotion générale quand des civils Ukrainiens se font trucider de la pire des manières (Odessa) par des nazis, immense émotion quand ça aurait pu être nous dans l’avion en classe éco entre le fromage et le film : sommes-nous devenus des psychopathes?

    3) compte-tenu de la méfiance grandissante d’une partie de la population envers les merdias (fiole de pisse de Colin Powell, sarin d’Assad, viagra des troupes de Kadhafi, couveuses koweïtiennes, charnier de Timisoara) et de notre aversion pour la guerre, les false flags vont être la règle plutôt que l’exception…. Tôt ou tard, ce sera une “bombe sale” par un “Iranien” ou un “Russe”, et en plus il se fera choper avec son passeport sur lui, le grand distrait…

    Répondre

  6. Afficher/Masquer

    Une Bévue Le 20 juillet 2014 à 08h03

    ben, l’avion a une vitesse initiale tout de même, la loi de conservation de la quantité de mouvement veut qu’il a continué sa trajectoire horizontalement tout en tombant verticalement.

    le point important, amha, est le calcul de Sapir, l’avion a du être visé, dans le cas d’un missile sol-air, à 80 km environ au nord-ouest de son point d’impact, soit en Ukraine “loyaliste”…

    si c’est un missile air-air, à ma connaissance les “pro-Russes” n’ont pas d’aviation…

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      DOZIER Le 20 juillet 2014 à 09h33

      “si c’est un missile air-air, à ma connaissance les “pro-Russes” n’ont pas d’aviation…”

      Les “pro-Russes” ont affirmé avoir récupéré un Soukhoï SU25 pour le remettre en état de voler.

      Cet appareil volait il le 17/7 et a t’il été intercepté le même jour par l’aviation de chasse ukrainienne…

      Répondre

  7. Afficher/Masquer

    Hannibal Genseric Le 20 juillet 2014 à 08h24

    Le vice-ministre russe a soumis 10 questions à Kiev, ce qu’il considère comme des questions «simples»:

    1. Les Autorités ukrainiennes disent avoir identifié les auteurs de la tragédie instantanément, bien sûr, selon eux, la milice du Donbass. Où se trouve la base de données de ces résultats ?

    2. Kiev pourrait-il officiellement signaler tous les détails de l’utilisation du système “Buk” dans une zone de guerre, et surtout pourquoi ces systèmes sont déployés, s’il n’y a pas des avions du côté de la milice ?

    3. Quelles sont les causes de l’inactivité des autorités ukrainiennes sur la formation d’une commission internationale ? Peut-on espérer qu’elle prendra effet ? Attend-elle la communauté internationale ?

    4. Les forces armées de l’Ukraine peuvent-elles produire des articles/documents fait par des experts internationaux relatifs à la comptabilité de leurs missiles “air-air” et “sol-air” et en ce qui concerne leurs munitions en missiles anti-aériens ? Il s’agit d’une question très importante qui nous aidera à déterminer quels systèmes ont été utilisés contre le Boeing malaysien”.

    5. Est-ce que Kiev peut fournir à une commission internationale les données réelles d’un contrôle objectif sur les mouvements des avions de son Armée de l’Air le jour de la tragédie ?

    6. Pourquoi les aiguilleurs du ciel ukrainien ont-ils autorisés à des avions de faire une déviation vers le nord, dans la direction de la soi-disant opération anti-terroriste menée officiellement par Kiev contre les gens du sud-est du pays ?

    7. Pourquoi cet espace aérien, qui est de leur responsabilité, n’a pas été complètement fermé aux aéronefs civils surtout qu’il s’agit d’une zone de combat contrôlée par des radars ?

    8. Est-ce vrai, comme l’affirme un contrôleur aérien d’origine espagnole en service à Kiev (menacé désormais de mort par les EuroMaidan, ndrl) que cet avion a été accompagnée par deux avions militaires ukrainiens ?

    9. Pourquoi la SBU a réalisé des enregistrements d’entretiens entre l’équipage du Boeing et la tour de contrôle ukrainienne avec des données radar sans en référer à des représentants internationaux ?

    10. Quelles ont été les leçons des catastrophes antérieures similaires de l’avion russe Tu -154 sur la mer Noire ? Les dirigeants de l’Ukraine jusqu’à la dernière minute avaient nié toute implication à cette tragédie, et, c’est seulement lorsque nous avons présenté des faits irréfutables que, personne n’ ignore le vrai coupable de cette tragédie.

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      caroline Porteu Le 20 juillet 2014 à 09h05

      Je pense que les Russes avaient toutes les réponses quand ils ont publié officiellement ces questions .
      Le changement radical d’atttitude du Gouvernement américain est postérieur à cette publication

      L’accord Kerry /Lavrov d’hier au soir (19 Juillet) sur l’impossibilité d’une solution militaire en Ukraine, tout devant se résoudre pacifiquement grâce à un ” consensus national” est un tournant à 180 ° dans la mesure ou 24 h plus tôt , un désarmement des rebelles par voie militaire était soi disant la seule solution envisageable pour beaucoup . Porochenko avait même demandé l’aide de l’Otan .

      La précipitation américaine pour accuser les Russes aura été une erreur de plus dans cette guerre de l’information .

      On saura ou on ne saura pas la vérité .. Les auteurs , oui , ne serait ce que pour une question d’indemnisation des familles des victimes . Mais les motivations réelles (erreur, stratégie pour mettre la Russie en difficultés ou pour récupérer les territoires occupés par les séparatistes) sans doute pas . Les Russes vont sans doute essayer de faire en sorte que les USA puissent “sauver la face” .

      Le gouvernement de Kiev va-t-il accepter facilement ce changement de cap ??
      C’est la prochaine question .. Ils sont en train de démontrer qu’ils sont incontrolables .. Mais ils ne peuvent pas non plus se permettre de se retrouver sans leurs soutiens .

      La déclaration de Shinzo Abe sur l’urgence de signer un traité de paix avec la Russie , déclaration faite également le 19 Juillet , au même moment, sur la nécessité absolue d’une voie diplomatique pour déterminer la responsabilité du Crash du MH17 est également un signal très fort ..

      On devrait assister à une diminution de l’intensité médiatique sur ces sujet dans les heures à venir , les médias mainstream préférant se taire plutôt que de reconnaitre leurs erreurs et présenter des excuses .

      Je pense qu’un tournant majeur est en train de se produire dans le conflit Ukrainien .
      Mais comme je l’ai déjà dit , je suis une incurable optimiste .

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        chios Le 20 juillet 2014 à 09h20

        Caroline, pourriez-vous nous dire où vous avez trouvé ces renseignements
        “le changement radical d’atttitude du Gouvernement américain ”

        J’espère que vous avez raison….

        Répondre

        • Afficher/Masquer

          caroline Porteu Le 20 juillet 2014 à 09h41

          @chios
          Les termes exacts du compte rendu de la conférence téléphonique ayant eu lieu entre Lavrov et Kerry hier au soir :

          Je ne pense pas que les sources officielles russes s’amusent à déformer une conversation de cette importance . Un aussi fin diplomate que Lavrov ne ferait pas cette erreur grossière :

          Le communique est le suivant :
          “Sergueï Lavrov et John Kerry ont convenu d’utiliser l’influence de la Russie et des Etats-Unis sur les parties impliquées dans le conflit ukrainien afin de les pousser à avancer dans le sens indiqué. Les interlocuteurs ont souligné que le conflit en Ukraine n’avait pas de solution militaire et qu’il ne pouvait être réglé que par des moyens exclusivement pacifiques, via la mise en place d’un consensus national”, a conclu le ministère russe des Affaires étrangères.
          link to fr.ria.ru

          Les relations faites par d’autres médias comme interfax sont plus laconiques , mais disent quand même à peu près la même chose .

          L’accord a été trouvé : seule une solution pacifique et un consensus national sont envisageables …

          Répondre

          • Afficher/Masquer

            chios Le 20 juillet 2014 à 10h03

            “Consensus national”
            hmmmmmmm….
            En Ukraine, d’après mes lectures, sans la haine du russe, plus rien ne tient…
            Aux states, qu’en pense Nuland, Bildt, Hillary?
            Pourra-t-on faire taire ces gens?

            Répondre

      • Afficher/Masquer

        wesson Le 20 juillet 2014 à 12h08

        “Je pense que les Russes avaient toutes les réponses quand ils ont publié officiellement ces questions .”

        Pour moi il ne fait aucun doute que les Russes savent très exactement ce qui s’est passé, et que leur système leur en as dit bien plus que l’activation d’un radar Kupol

        Mais dans l’atmosphère quasi hystérique des médias aujourd’hui, quoique les Russes puissent dire, il ne seront soit pas cru, soit déformé. Et en plus, ils communiquent très peu sur le capacités de détection, des fois que ça serve lors d’un conflit.

        Je suis en fait également convaincu que les USA savent très bien ce qui s’est passé, ainsi que leurs alliés traditionnels et l’Europe, et que eux non plus ne disent rien du tout.

        Répondre

  8. Afficher/Masquer

    TEAMNEURS Crise!? Quais Crises?! Le 20 juillet 2014 à 08h44

    Nous savons si peu sur tout …

    ”””””””””””””

    What was omitted was a discussion of why they murdered 269 people with malice aforethought. What Mr Reagan has not been telling us is why the communists shot down that plane. Another Korean Air Lines plane flying within a few minutes of Flight 007 had no less than four United States Senators on board. Why didn’t the Russians shoot that one down?
    —-
    Source:
    link to blogs.spectator.co.uk

    ———–?——————-
    ► Sept. 1, 1983: A Soviet fighter jet shot down a Korean Air Lines passenger jet en route from New York to Seoul, purportedly mistaking the craft for a spy plane. All 269 people aboard were killed.

    Source:
    link to bostonglobe.com

    Répondre

  9. Afficher/Masquer

    Insurgé du Divanistan Le 20 juillet 2014 à 08h48

    La version de Carlos, alias Spainbuca, est plus qu’importante à souligner. Il était controlleur aérien à l’aéroport de Borispol (Kiev) lors du crash et tweetait sa version des faits. Mais depuis il a disparu et son compte tweeter à été bloqué… Il est bien connu en Ukraine et en Russie, car commentant la crise depuis son début et vraiment pas dans le sens de Kiev.

    link to slavyangrad.wordpress.com

    link to mobile.twitter.com

    Répondre

  10. Afficher/Masquer

    chios Le 20 juillet 2014 à 08h52

    Je crois que les systèmes d’observation permettent de savoir ce qui s’est passé.
    (présence d’avions, de missiles,temps lieu;etc.)
    Ceci étant, le coupable a le choix: avouer ou non.
    Si il s’agit d’un accident, on a une chance.
    Sinon, on est dans l’escalade.

    Je viens de passer la dernière demi-heure à lire ceci
    link to economist.com
    “The Evidence”
    L’article cite des données, de celles qui sont également citées sur ce site, en choisissant toujours l’option qui charge les “séparatistes”, bref, comme d’habitude.
    Ce qui est moins habituel, c’est l’état d’esprit des commentateurs.
    Je vous laisse juge…

    Deux petites questions:

    Etant donné l’importance que prennent les videos amateurs, je voudrais savoir si il y a moyen de savoir le MOMENt où ces videos ont été prises.
    Il me semble que quand on prend des photos, la date est gravée quelque part dans les “raw data”, et que l’ajout de ce détail, dans certains cas, permettrait de lever certaines controverses.

    Concernant toutes les données de vols et leurs trajets sur les sites spécialisés, y a-t-il quelqu’un qui a déterminé combien d’avions civils ont traversé le Donetsk pendant disons les deux dernières semaines?
    Simple curiosité.

    .

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      moderato si cantabile Le 20 juillet 2014 à 11h29

      mais bien sur, il y a la date et l’heure exacte du moment où la vidéo a été chargée. C’est ce qui aide à démonter les “fake” et c’est ce qui a été fait avec les “preuves” du SBU, quand aux enregistrements des supposés rebelles avouant leur “crime”.

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        chios Le 20 juillet 2014 à 11h44

        “La video a été “uploaded” sur Youtuibe, d”accord, mais ce dont je parle, c’est “à quelle heure, jour, cette video a été enregistrée, càd, (comment dire?), à quel moment a été fait lla traduction de réel à virtuel, ou, A quel moment le, les clichés ont-ils été pris?

        Désolée de ne pouvoir être plus concise.

        On voit des engins se déplacer dans des lieux sombres ou indistincts, et on nous dit c’est là.

        On ne sait ni quand ni où

        Si au moins on savait “quand”, il me semble que ça aiderait…

        Merci de votre réponse.

        Répondre

    • Afficher/Masquer

      chios Le 20 juillet 2014 à 11h30

      pour ceux que ça intéresse, voici la réponse de “Spiegel” à ma première question
      link to spiegel.de

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        chios Le 20 juillet 2014 à 12h18

        excuse, la deuxième

        Répondre

    • Afficher/Masquer

      Tshirtman Le 20 juillet 2014 à 11h56

      Date et lieu, comme le type d’appareil qui enregistre, sont des méta-données facilement éditable, la seule preuve formelle de date reste le bon vieux journal du jour, et d’emplacement que le lieu soit reconnaissable.

      Répondre

    • Afficher/Masquer

      reneegate Le 20 juillet 2014 à 12h08

      la date mais aussi plus rarement la localisation GPS peuvent être inscrites dans les métadonnées de la video. Mais cela dépend de la config du matériel (smartphone ou caméra) . Une caméra/appareil numérique inscrira ces infos par défaut pour faciliter le montage par la suite, par contre je pense qu’un Iphone ne fournit pas ces infos.

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        chios Le 20 juillet 2014 à 12h34

        “par contre je pense qu’un Iphone ne fournit pas ces infos.”

        ou alors, ils le gardent pour eux cfr Snowden

        Mais peu importe, je crois que pas mal de videos sont (encore ) tournées avec des cameras…

        Répondre

  11. Afficher/Masquer

    visionsud Le 20 juillet 2014 à 09h05

    Le seul espoir dans cette histoire est de forcer la vérité à sortir clairement et que les discours empoisonnés soient tellement décortiqués que la propagande de haine ne salisse plus la mémoire des victimes innocentes.
    Merci à tous de vos compétences au service du sens de l’humain et à Olivier Berruyer de permettre de croire à une autre humanité.

    Répondre

  12. Afficher/Masquer

    sns1974 Le 20 juillet 2014 à 09h05

    L’emploi d’un missile sol-air courte portée est peu probable suite au limitation de portée de l’auto-directeur. De plus, il n’est pas évident que l’avion explose à l’impact.
    Sur les capacités d’emploi des 2 camps, l’armée ukrainienne est une armée de conscription. Il existe donc un vivier d’opérateurs pour la détection, la conduite de tir, le tir en lui-même. Cependant, il n’est pas évident que la structure de commandement soit toujours à niveau notamment celle qui effectue l’identification.
    De plus, l’identification se fait par l’IFF. Or pour les avions de ligne, le système anti-aérien reçoit ses informations de l’aviation civile.
    Sur les calculs de trajectoire après la chute, l’expérience indique qu’il y a une différence plus que significative entre des calculs physiques et leur résultat constaté.
    Donc il est surtout urgent d’attendre les boîtes noires.

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      Olivier Berruyer Le 20 juillet 2014 à 12h11

      “Donc il est surtout urgent d’attendre les boîtes noires.”

      Ah oui, et elles vous diront quoi ?

      Répondre

  13. Afficher/Masquer

    Macarel Le 20 juillet 2014 à 09h15

    Ukraine, Gaza, Irak, Syrie, Mali, Afghanistan, etc …

    La honte de l’Occident !

    Et tout cela pour du pétrole, du gaz, du minerai d’uranium …

    Ne vaudrait-il pas mieux investir massivement dans de la recherche publique (au service des peuples, et contrôlée par les peuples) pour des énergies alternatives, dans des solutions de production d’énergie décentralisées, dans de vrais programmes de transition énergétique ? Mais pour cela il faudrait avoir le courage de prendre de front le Corporate Power de l’industrie et de la finance, et cela aucun dirigeant occidental ne le fera, car ces “braves gens” sont dans les mains de ce Corporate Power et du complexe militaro-industriel. Il faudrait remettre en cause les dogmes de “cette religion féroce” qu’est le néolibéralisme : impensable pour des dirigeants, qui font carrière dans le système, avant que de servir les peuples qu’ils sont sensés représenter.

    Alors, nous allons continuer à assister à une fuite en avant guerrière -accompagnée d’une propagande insupportable et de sa litanie de drames et de tragédies humaines-, dans laquelle l’Occident va finir de se déshonorer, et perdre tout leadership, à commencer par le leadership moral . Et malheureusement, il n’y a aucun signe, que nos peuples veuillent se mobiliser pour mettre fin à cette dérive catastrophique pour la civilisation, du moins les valeurs humanistes dont on se réclame à la première occasion. Nous avançons tels des somnanbules, anesthésiés par nos médias vers le précipice.

    Jean-Michel Quatrepoint, Russie, Ukraine : suivez l’odeur du pétrole

    link to youtube.com a

    link to mondialisation.ca a

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      Macarel Le 20 juillet 2014 à 09h34

      J’ai oublié la Libye à la liste, Libye et Mali ça va plutôt ensemble (si l’on peut dire), on pourrait ajouter le Soudan, la liste est longue.

      Répondre

  14. Afficher/Masquer

    Nicolas Le 20 juillet 2014 à 09h21

    OB! Il manque dans votre analyse un élément important. Dans la conversation téléphonique qui soit-disant accuse les rebelles, il y a 2 morceaux. Dans le premier, qui parle de la destruction d’un An-26, Bezler et son interlocuteur ont chacun leur piste de l’enregistrement stéréo. L’un à gauche, l’autre à droite. A partir de “Da, mayor”, c’est en stéréo. Le bruit de fond est aussi totalement différent.
    link to vk.com

    Répondre

  15. Afficher/Masquer

    jacqueline Le 20 juillet 2014 à 09h22

    C ‘est comme l’ Irak.

    D’un coté il y a les faits, les enquêtes, les preuves de El baradaï.

    De l’autre de la com mensongère qui n’a rien à voir avec ces faits, et enfin la fiole de Colin Powell agitée comme une preuve.

    Par contre il n’ y a plus d’autorité supérieure indépendante comme l’ONU et HRW qui se sont définitivement rangés du coté américain, capable de faire de la subordination de témoin sur les enquêteurs “officiels”. Mais les US se sont bien moqués de l’avis de l’ ONU, et des manifestations dans le monde entier..( comme Israël depuis toujours )

    Je ne les vois pas non plus reconnaître qu’ils ont menti, même si on le prouvait devant un tribunal indépendant. Ce serait trop la honte !

    Ils voudront donc punir Poutine, pas directement sur le territoire russe, mais en essayant de récupérer la Crimée.

    Poutine poussé dans ses derniers retranchements doit faire chauffer les moteurs..

    A moins qu’un évènement imprévu vienne contrecarrer ce plan diabolique…..

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      bobi Le 20 juillet 2014 à 10h59

      concernant la “fiole de Powel” c’est simple:
      soit c’est un sinistre inconscient qui met en danger tous ses voisins en brandissant cette fiole et en glissant sur une peau de banane malencontreuse ou un parquet trop bien ciré ou un léger malaise…
      soit c’est un menteur… c’est tout

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        jacqueline Le 20 juillet 2014 à 11h14

        Powell a reconnu avoir menti.

        link to algeriepatriotique.com

        Répondre

      • Afficher/Masquer

        moderato si cantabile Le 20 juillet 2014 à 11h27

        ça peut être aussi quelqu’un sur lequel on a exercé des pressions, voir du chantage…si, si, ça se fait beaucoup.

        Répondre

    • Afficher/Masquer

      perceval78 Le 20 juillet 2014 à 11h53

      Smolar fait dans la presse people, comment frapper Poutine ???

      Followed by JiriSchneider and 7 others
      piotr smolar ‏@piosmo 18h View translation
      Une personne peut raconter à #Poutine le deuil de la Hollande: sa fille Maria. Elle vivrait aux PB, cf la presse.
      link to thehollandtimes.nl

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        C Balogh Le 20 juillet 2014 à 12h16

        Smolar devrait être en prison pour incitation à la violence, mensonge, manipulation des auditeurs…..comme ses co-religionaires de la pensée unique.

        Répondre

  16. Afficher/Masquer

    samuel Le 20 juillet 2014 à 09h50

    Il me semble que lorsque les forces pro Assad avaient commencés à prendre le dessus, une grande mise en scène avait été effectué, alors pourquoi pas avec un avion civil en plein vol.

    Faut voir les nouveaux moyens de nos jours, ils ont vraiment de quoi s’éclater avec le chewing-gum, car pour de l’argent il n’y a pas que les plus radicaux de la chose malheureusement.

    Répondre

  17. Afficher/Masquer

    jacqueline Le 20 juillet 2014 à 10h25

    Merchet spécialiste de la défense s’y met aussi.

    link to lopinion.fr

    Voici ma réponse.

    Vous me décevez Merchet.

    “Chez les séparatistes de l’Est, c’est le triomphe des gros bras alcoolisés qui croient lutter contre une junte fasciste.”

    Ah tiens vous aussi , il faut vous ranger dans le camp des soutiens aux menteurs américains.

    Alcoolisés ? rajouter ça ne mange pas de pain.

    Si vous faisiez votre boulot correctement vous devriez savoir que le Cdt Igor a mis une balle dans la tête de plusieurs de ses hommes qui s’étaient la conduits et avaient commis des pillages.

    Ca m’étonnerait qu’il les “shoote ” à la vodka ou à la bière.

    Pour des gens en si petit nombre par rapport à l’ennemi, quand on fait le bilan des pertes de chaque coté, ils s’en sortent pas trop mal. Ce ne serait pas possible s’ils étaient saouls.

    Par contre pour lancer des obus ou mortiers au hasard sur une ville et sa population, il n’est pas nécessaire d’être à jeun.

    Répondre

  18. Afficher/Masquer

    vérité2014 Le 20 juillet 2014 à 10h42

    MH17, et si nous parlions d’un missile air-air ? Le Vice-Ministre de la Défense russe pose dix questions à l’Ukraine.

    Le ministre de la défense russe délégué Anatoly Antonov a invité l’Ukraine à répondre à 10 questions pour prouver leur engagement à une enquête impartiale.
    [...]
    1. Immédiatement après la tragédie, les autorités ukrainiennes ont naturellement accusé les forces d’auto-défense. Sur quoi sont basées ces accusations?
    2. Kiev peut-elle expliquer en détail comment elle utilise ses lanceurs de missiles Buk dans la zone de conflit? Et pourquoi ces systèmes ont-ils été déployés là-bas en premier lieu si les forces d’auto-défense n’ont aucun avion?
    3. Pourquoi les autorités ukrainiennes ne font-elles rien pour mettre en place une commission d’enquête internationale? Quand une telle commission commencera-t-elle son travail?
    4. Les forces armées ukrainiennes seraient-elles d’accord pour montrer à des enquêteurs internationaux l’inventaire de leurs missiles air-air et sol-air, y compris ceux utilisés par les lanceurs de missiles sol-air?
    5. La commission internationale aura-t-elle accès par une source fiable aux données sur les mouvements d’avions de combat ukrainiens le jour de la tragédie?
    6. Pourquoi les contrôleurs aériens ukrainiens ont-ils autorisé l’avion à dévier au nord de sa route habituelle, en direction de la “zone d’opération anti-terroriste”?
    7. Pourquoi l’espace aérien au-dessus de la zone de guerre n’était-il pas fermé aux vols civils, en particulier du fait que cette zone n’est pas entièrement couverte par le système de navigation radar?
    8. Quel commentaire officiel peut faire Kiev au sujet des rapports sur les médias sociaux, prétendument par un contrôleur aérien espagnol qui travaille en Ukraine, selon lesquels deux avions militaires ukrainiens volaient à côté du Boeing 777 au-dessus du territoire ukrainien?
    9. Pourquoi le SBU a-t-il commencé à travailler sur les enregistrements des communications entre les contrôleurs aériens et l’équipage du Boeing, ainsi que sur les systèmes de stockage des données des radars ukrainiens, sans attendre l’arrivée d’enquêteurs internationaux?
    10. Quelles leçons l’Ukraine a-t-elle tirées d’un incident similaire en 2001, quand un Tu-154 russe s’est écrasé dans la mer noire? A l’époque les autorités ukrainiennes ont nié toute implication de la part des forces armées ukrainiennes jusqu’à ce que la preuve irréfutable de la culpabilité de Kiev soit apportée.
    Traduction partielle d’el furioso de RT

    Répondre

  19. Afficher/Masquer

    Kiwixar Le 20 juillet 2014 à 10h54

    “If we are honest and have the strength to face reality, we will realize that the Soviet Union did not collapse. It simply moved, along with Mao and Pol Pot, to Washington and London.”
    - Paul Craig Roberts

    link to paulcraigroberts.org

    Répondre

  20. Afficher/Masquer

    vérité2014 Le 20 juillet 2014 à 10h57

    Il n’existe aucune preuve que Boeing a été abattu (expert ukrainien)
    Lire la suite: link to french.ruvr.ru

    Répondre

  21. Afficher/Masquer

    ANNA Le 20 juillet 2014 à 11h10

    Hier a Kiev, sur la place Maidan il y a eu un ressemblent des évangélistes, une nouvelle secte ukrainienne, qui a organisé “une prière collective” pour sauver Porochenko et pour “l’Ukraine Unifié” :

    link to youtube.com

    ÉDIFIANT ET TERRIFIANT !

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      moderato si cantabile Le 20 juillet 2014 à 11h34

      oui Anna, ça (les évangélistes” et les sectes), sont un autre aspect de ce qu’il se passe dans les pays passés sous contrôle américain. Ça c’est passé dans tous les pays orthodoxes de l’Europe, début des années ’90 mais je l’ai vu aussi au Mexique, après que celui-ci soit entré dans l’ALENA.

      Répondre

    • Afficher/Masquer

      Chris Le 20 juillet 2014 à 11h52

      Les sectes évangélistes font partie de la panoplie politico-théologique américaine : le but est probablement de clamer/canaliser la “populace”
      Elles “prennent” aussi assez bien en Europe et Afrique.

      Répondre

  22. Afficher/Masquer

    perceval78 Le 20 juillet 2014 à 11h19

    2 nouvelles pas sympathiques

    1) il y aurait un projet d’intervention Americano Hollandais

    Retweeted by François Heisbourg
    Bas Kromhout @BasKromhout · 2h
    @FHeisbourg @LauraStarink1 @NYTimesCohen Seems like preparations are being made right now, according to Dutch paper link to spitsnieuws.nl

    2) les georgiens , armeniens , azerbaijanais obtiennent le status de Non-Ally-Nato

    François Heisbourg @FHeisbourg · 2h
    As a result of the horror of #MH17, this becomes a big step: UKR, Georgia & Moldova to obtain non-NATO ally status link to en.apa.az

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      vérité2014 Le 20 juillet 2014 à 11h38

      Spits(je parle Néerlandais)c’est un canard genre The Sun ou Bild..crédit proche de zéro.

      Le point 2 n’est rien de neuf et ne change rien.

      Si les US veulent vraiment la guerre totale qu’ils fassent entrer l’Ukraine dans l’Otan,ils vont vite le regretter et nous aussi.
      Un pays ne peut rentrer dans l’Otan que si ces frontières sont stables et assurées,ce qui est très loin d’être le cas en Ukraine.

      Tout cela sans preuve sur le MH17,on est dans l’émotionnel pur,et à nouveau la seule question à se poser:à qui profite le crime?

      Par contre plus personne n’évoque les manoeuvres de l’Otan prévues de longue date en Ukraine..
      Qui a des infos la dessus?

      Elles tomberaient bien non,nous sommes le 20 juillet….

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        perceval78 Le 20 juillet 2014 à 12h31

        donc pour résumer @verite2014 @fheisbourg retweet un lien vers un canard non crédible

        Répondre

  23. Afficher/Masquer

    Alain Le 20 juillet 2014 à 11h38

    Il y a quand même des choses étonnantes dans la derniére vidéo :
    - à 0´33: derrière la personne maniant la lance d´incendie, il y a le corps sans doute d´une femme. Ce qui est étonnant c´est que ce corps n´est pas carbonisé alors qu´il était au milieu d´un brasier. Alors soit il a été déplacé pour faire une belle prise de vue, soit ce n´est pas un corps, mais une personne vivante.
    - à 1´20: il y a beaucoup de corps exactement à la lisière de l´incendie. Egalement étonnant: soit c´est un hasard extraordinaire, soit ces corps ont été déplacés pour la caméra, soit ce sont des acteurs.

    Parfois les informations les plus intéressantes sont les non-informations, c´est-à-dire celles qui sont sciemment coupées. Dans la vidéo de CNN ( voir le post d´hier ) montrant le “crash” est ainsi trés intéressante: en effet, on n´y voit absolument rien d´un crash car justement le film commence exactement avec l´explosion. Le fait que les quelques secondes précédant le film aient été coupées est pour moi trés intéressant: soit les images de l´avion tombant ne correspondent pas à l´hypothèse martelée par le médias d´un missile air-sol, soit … il n´y pas de chute d´avion du tout.

    Répondre

    • Afficher/Masquer

      vérité2014 Le 20 juillet 2014 à 11h41

      Il y avait des cadavres en soute en état de décomposition avancée,ce qui normalement est interdit sauf transport funéraire par l’IATA.Mais vu le congrès sur le Sida à Perth ou se rendaient quelques passagers il est possible qu’il y aie un lien.

      Répondre

      • Afficher/Masquer

        Alain Le 20 juillet 2014 à 11h56

        Oui mais même si l´information (assez extraordinaire) que vous apportez est réelle, cela n´explique pas comment un corps ne soit pas carbonisé aprés être resté dans un brasier.

        Répondre

        • Afficher/Masquer

          jacqueline Le 20 juillet 2014 à 12h09

          La question se pose aussi pour les bagages et les passeports…

          Un mystère sans doute du souffle et de la trajectoire des flammes lors des explosions de carburant liquide, ce n’est pas un brasier.

          Répondre

          • Afficher/Masquer

            Alain Le 20 juillet 2014 à 12h17

            Les passeports et les bagages ont pu être éjectés lors de la chute de l´avion et être retrouvés aux alentours. Alors que ce corps était bien au milieu du brasier, car brasier il y a bien eu au vu de la destruction alentour.

            Répondre

  24. Afficher/Masquer

    arnold99 Le 20 juillet 2014 à 11h39

    En ces temps de crispation, nous pouvons voir que Vladimir Poutine cristallise toutes les haines des dirigeant du monde occidental.

    Il me semble que son seul tort, au delà de ses prises de positions, provient d’un simple fait qui est qu’il se comporte en chef d’état. L’image qu’il renvoie à ces dirigeants asservis est celle de leur impuissance et surtout de leur non-représentativité.

    Je m’explique. Selon les définitions de la langue française (langue diplomatique car possédant finesse et précision), un état se caractérise par un peuple, un territoire et une organisation politique.

    Quant au peuple,la définition est : une communauté de gens réunie par leur origine OU leur mode de vie OU leur langue OU leur culture.

    Aujourd’hui nous pouvons donc constater que Mr Poutine est à la tête d’un état formé de plusieurs peuples, la politique permettant la cohabitation de divers peuples.

    Il doit donc prendre en compte cette diversité de peuples au travers de sa politique. La solution n’est pas forcément la démocratie ou la dictature.

    Le problème est que le mélange est performant pour le moment ce qui suscite cette colère des dirigeant occidentaux hésitant entre démocratie et ploutocratie.

    Nicolas Doze sur BFMTV comparait la classe politique française avec la période révolutionnaire de 1789. Selon lui, les politiques actuels représentent l’aristocratie qui vie grâce aux impôts, les syndicats étant le clergé.

    Je préfère une image plus contemporaine, le peuple français à désormais les mêmes réactions envers la classe politique que celle d’une femme mariée envers un mari impuissant, elle sait qu’il faut vivrer avec lui mais il n’y aura pas (plus car elle a eu de beaux amants par le passé) de notion d’émois ou de plaisir. Le “soyons fou et heureux”, elle le trouvera ailleurs tôt ou tard mais pas avec ces non représentants du peuple

    Répondre

  25. Afficher/Masquer

    perceval78 Le 20 juillet 2014 à 12h06

    Francois Heisbourg admet lui même s’ être énervé sur france 24 au sujet du mh77
    Sol Air ou Air Air …ca commence à 1m45
    =
    François Heisbourg @FHeisbourg · 19h
    I rarely lose my temper: this time I did,unapologetically, at a debate (in French) on downing of #MH17

    https://www.les-crises.fr/mh17-suite/#!prettyPhoto

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Je crois que certains connaissent la vérité, mais il n'est pas bon pour eux de la dire. Beaucoup d'éléments de l'enquête pourraient être utilisés par les média afin de forcer la vérité à éclater. Les boites noires, les twitts de Pablo, l'aiguilleur du ciel le jour de l'attaque (on n'entend plus parler de lui). Les enregistrements satellites américains, les échanges enregistrés à la directions de l'aviation civile de Kiev, etc. ... On commence à s'habituer à l'impensable, je veux dire aux mensonges de grande ampleur, dignes héritiers de ceux dispensés par le docteur Goebbels ministre de la propagande d'Hitler.
Répondre
L
Les problème, que même aujourd'hui en novembre , après commissions et visites des experts, ont ne connais pas encore la véritable responsable de cette tragédie. Si ont regarde que aspect politique - et idiocratique de tout ce que ce passe,l'évidence que président de l'Ukraine est totalement responsable - en en plus pire - commande ce crash de l'avion. Europe, qui dépend de Obama obliger de se taire, comme ils ont tous pensée que ce possible d'accusé la Russie pour faire rentré troupes américain sur territoire de Donbass. Quel est autre cause de silence mondial de résultats des commission des experts? Qui connais la vérité ?!
Répondre