Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Ukraine – En vrac (25-07). Olivier Berruyer.

27 Juillet 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #La mondialisation, #L'OTAN., #Politique étrangère

25 juillet 2014.

Ukraine – En vrac (25-07)

Allez, on commence pour une fois par une bonne nouvelle déontologique en provenance du Monde :

En Ukraine, l’armée accusée d’avoir tué des civils à Donetsk [Le Monde]

Contrairement à ce qu’affirment les autorités de Kiev, des indices concordants révèlent que l’armée ukrainienne est responsable de certaines attaques sur Donetsk et à l’origine de tirs de roquettes ayant causé la mort de civils.

C’est la conclusion d’une enquête de l’organisation non gouvernementale Human Rights Watch (HRW) dans la capitale du Donbass contrôlée par les rebelles séparatistes prorusses et que les forces ukrainiennes tentent actuellement de reprendre. Le rapport de HRW sera rendu public vendredi 25 juillet.

L’usage répété de roquettes « mass Grad » en direction des villes constitue une violation des lois internationales et humanitaires et peut aller jusqu’à la qualification de « crime de guerre ».

Dans la guerre d’Ukraine, les « mass Grad » sont utilisées à la fois par les rebelles et par l’armée ukrainienne. Leur utilisation guerrière n’est pas illégale en soi et la mort de civils ne signifie pas qu’elle l’est. Le recours aux roquettes devient problématique lorsque celles-ci sont tirées en direction de quartiers résidentiels, où les victimes civiles sont inéluctables. C’est aussi parfois de ces quartiers d’habitations que les rebelles pro-russes tirent sur l’armée ukrainienne, attirant une réplique, elle aussi inélectable.

ORIENTATION DES CRATÈRES ET RÉCITS

HRW a constaté que des quartiers de Donetsk avaient été frappés au moyen, entre autres, de ces « mass Grad ». L’arme a pour caractéristique d’être totalement imprécise, donc incapable de cibler un objectif exclusif. Son autre caractéristique est d’opérer par salves. Efficace pour anéantir un check point, elle ne peut éviter de causer des dommages parmi les civils.

Or les lois internationales et humanitaires obligent les parties en guerre à se livrer par leurs méthodes et par leurs moyens à des attaques « indiscriminées », c’est-à-dire opérant la distinction entre les combattants et les civils, et à prendre les précautions nécessaires pour minimiser le nombre de victimes civiles.

Parmi les attaques ayant lieu sur la ville de Donetsk depuis le 12 juillet, les deux enquêteurs de HRW en ont examiné quatre, au cours desquels seize civils au moins avaient été tués. Ils ne sont pas en mesure à ce stade d’avoir une vision globale du conflit.

A Donetsk, en fonction de l’orientation des cratères au sol ou des impacts sur les immeubles, compte tenu de la distance de frappe des roquettes (de 1,5 à 20 km, selon la nature de l’explosif) ainsi que des récits des victimes et des témoins sur les lieux des attaques, HRW a pu déterminer la direction et l’origine des tirs. Tous les indices tendent à révéler que, du moins pour ces quatre points de conflit analysés par HRW à Donetsk, ce sont les forces ukrainiennes qui sont à l’origine de tirs de roquettes ayant causé la mort de civils.

Marion Van Renterghem (Donetsk, envoyée spéciale)

Journaliste au Monde

(pensez à la féliciter sur Twitter - à ce stade, un peu de regard neutre est bienvenu…)

Ils auraient du l’envoyer plus tôt là-bas, mais j’espère que cela ne se passera pas comme pour Ayman Mohyeldin, le journaliste américain qui a révélé le massacre des 4 enfants sur la plage de Gaza et qui a été rappelé d’urgence aux USA et remplacé

Source : LeMonde

Ukraine – En vrac (25-07). Olivier Berruyer.

l’UE envisage de couper les financements des banques russes [Romandie.com]

Bruxelles – L’Union européenne envisage de couper les financements des banques publiques russes, parmi les sanctions qu’elle pourrait décider pour punir Moscou de son soutien aux séparatistes de l’est de l’Ukraine, selon le Financial Times.

Mardi, les ministres des Affaires étrangères des 28 ont mandaté la Commission européenne de finaliser un document sur d’éventuelles sanctions destinées à frapper plusieurs secteurs de l’économie russe. Il a été transmis mercredi soir aux capitales des Etats membres.

Jeudi, les ambassadeurs des 28 étaient réunis à Bruxelles pour évaluer les différentes options. Aucune décision ne sera prise, et une nouvelle réunion est prévue mardi prochain, a-t-on appris de sources européennes.

Toute décision requiert l’unanimité des Etats membres. Si certains poussent depuis des semaines à l’adoption de sanctions d’envergure contre l’économie russe, d’autres se sont toujours montrés réticents par crainte des conséquences sur leur propre économie.

Les ambassadeurs doivent en revanche décider de renforcer le volet des sanctions ciblées, celui des personnalités et entités visées par une interdiction de voyager dans l’UE et un gel des avoirs. Ils doivent ajouter de nouveaux noms à la liste, qui compte déjà 72 personnalités russes ou ukrainiennes pro-russes. La liste devrait être publiée vendredi ou samedi.

Sur les éventuelles sanctions économiques, le document aborde en détail l’accès aux marchés financiers, mais aussi la défense, les biens dits à double usage civil et militaire, et les technologies sensibles notamment dans le domaine de l’énergie.

Le secteur financier serait le plus touché. La Commission envisage l’interdiction pour toute personne de l’UE d’investir dans des titres de dette et des actions émis par des institutions financières russes détenues à plus de 50% par l’Etat, selon le FT. L’an dernier, quelque 7,5 milliards d’euros d’obligations auraient été émises par ces banques sur les marchés européens.

Bruxelles suggère aussi d’empêcher les banques russes d’émettre de nouveaux produits financiers sur les places financières européennes pour les empêcher de contourner les sanctions en levant des fonds auprès de non-Européens, notamment via la City de Londres.

Ces sanctions iraient donc beaucoup plus loin que celles des Etats-Unis, qui ont décidé la semaine dernière d’ajouter à leur liste de sanctions Gazprombank, la banque du géant gazier Gazprom, et la banque publique russe VEB.

Le document propose aussi l’interdiction d’exporter des technologies sensibles, notamment dans le secteur stratégique pour l’économie russe de l’énergie. Selon le FT, trois types d’équipement fournis par les Européens seraient visés: les forages en eaux profondes, l’exploration dans l’Arctique et l’extraction de gaz de schiste.

Une autre option consiste en un embargo sur les ventes d’armes, même si les exportations européennes vers la Russie sont dix fois moins élevées que celles de la Russie vers les pays de l’UE. Alors que la France insiste pour livrer le premier navire porte-hélicoptère Mistral à la Russie, la Commission préconise d’exempter les contrats existants et de limiter la mesure aux futurs contrats.

S’agissant des biens à double usage, qui représenteraient chaque année quelque 20 milliards d’exportations de l’UE vers la Russie, la Commission recommande de se concentrer sur quatre secteurs, dont les matériaux spéciaux, certaines machines-outils et l’électronique de haute performance.

(©AFP / 24 juillet 2014 13h21) Romandie.com

Ukraine – En vrac (25-07). Olivier Berruyer.

Le petit moment polémique – et précisions méthodologiques

J’ai reçu ce mail de la rédaction de Vineyardsaker.fr à propos de la reprise d’un de leur article sans leur avoir demandé la permission (ce qui est vrai)

“Pour confortables qu’ils soient, vos procédés (répétés) de pillard sont pour le moins inélégants (je reste sobre). S’ils devaient ne pas cesser, vous pouvez compter sur nous pour le faire savoir et y donner les suites qui conviennent.”

Comme j’ai répondu qu’il y avait à la fin clairement identifiée la source chez eux, avec un lien direct, j’ai eu en réponse :

“[Ce n'est] pas une excuse pour piller les contenus des autres ainsi que vous le faites, sans indiquer les sources, sans prendre même contact avec le producteur d’origine pour l’en informer, et sans informer vos abonnés, qui croient de bonne foi que vous êtes l’auteur du travail affiché (citons par exemple les sous-titres de la conférence de Borodai).

J’avais déjà des soupçons sur vos pratiques avant que nous ne nous lancions dans l’aventure vineyardsaker, maintenant j’en ai la confirmation”

Bon, je n’ai toujours pas compris qu’ils n’aient pas vu le lien à la fin vers leur site, mais bref, je ne me lance pas dans des polémiques, et efface le billet, et veillerai à l’avenir à ce que cela ne se reproduise pas.

Pour le fond, ils ont raison (mea culpa, je leur présente mes excuses publiques – ils n’auront pas, comme cela, “à le faire savoir” ; je passe aussi l’info pour les autres), je n’ai pas toujours eu le temps de contacter les producteurs ces derniers temps, surtout quand l’article a été largement diffusé sur Internet, alors qu’on est en période de pré-conflit avec abrutissement des masses. J’essaierai d’améliorer les choses les semaines prochaines.

Cependant, je précise, pour être clair avec vous, que, en cas de reprise, la SOURCE est toujours indiquée à la fin, et figure généralement dans la catégorie Reprise ou Crise politique.

Pour le travail réalisé à 100 % sur ce blog, figure à la fin “traduit pour www.les-crises.fr”, et les analyses avec mes graphiques sont faites à 100 % par moi.

Bref, c’est actuellement une période de crise dangereuse, et donc tout est loin d’être parfait, surtout en animant seul ce blog – mais qui tient grâce aux aides que vous êtes nombreux à m’apporter ponctuellement en informations, traductions, reprise d’articles, etc.

Enfin, je rappelle que, par cohérence, et conformément aux mentions légales du blog, le contenu de ce qui est créé par nous est librement reproductible sans demander d’autorisation dans le cadre d’une utilisation non commerciale (essayez d’indiquer la source, mais bon, si vous ne le faites pas, je m’en cogne un peu – à la guerre comme à la guerre, l’important est de diffuser l’information, reparlons-on à la Libération )

Dernier point, comme c’est la journée, j’ai AUSSI reçu des mails se plaignant de la publicité faite à ce site, dont un mail indigné citant ces articles du Saker original (dont je n’avais pas connaissance – je n’ai pas parcouru ce site qui donne par ailleurs de très bonnes informations) :

Alain Soral and Pierre Jovanovic are most definitely the two most brilliant French intellectuals alive. They both have therefore been totally banned from ever appearing in the French corporate media. (Source)

Alain Soral et Pierre Jovanovic sont clairement les deux plus grand intellectuels français vivants. Tous les deux ont cependant été totalement bannis de toute apparition dans les médias français.

Ukraine – En vrac (25-07). Olivier Berruyer.

ou

“Quenelle warfare” in France – a “report from the trenches” / The warfare around the quenelle gesture is reaching a new new heights in France were representatives of the plutocratic elites are now seriously considering the following options: / Bertrand Delanoé, lapsed Freemason, lapsed Papist, current homosexual, high-raking apparatchik of the French Socialist Party and current Mayor of the City of Paris etc (Source)

Ukraine – En vrac (25-07). Olivier Berruyer.

VINEYARDSAKER: said… If the National Front always had a fringe of neo-Nazi sympathizers or, at least admirers of Petain or anti-Arab racists – this movement is a *VERY* different thing from the National Front. No, I hope I can reassure you that there is zero racism or Nazism in this movement, *zero* The Saker. (Source)

Ukraine – En vrac (25-07). Olivier Berruyer.

Alors comme je préfère ne pas me lancer dans des justifications et explications sans fin, surtout sans aucun lien avec le sujet traité, (déjà que je commence à en avoir un peu ras le bol de tout ça et que je préférerais passer des soirées les doigts de pieds en éventail), je n’accepterai plus de référence à ce site – chacun chez soi et les vaches seront bien gardées…

De toute façon, comme on va classer les Ukrainiens de l’Est comme des terroristes, ce blog en fera donc “l’apologie”, et pourra être interdit administrativement (sans juge) grâce à la nouvelle loi liberticide des socialistes. (c’est impressionnant cette pression de beaucoup de gouvernement occidentaux pour que le pouvoir exécutif puisse sanctionner ses citoyens sans l’accord d’un juge…)

Mais bon, amis lecteurs terroristes, après ce moment de transparence (je n’ai rien à cacher, et ne cherche à tromper personne, ni a piller qui que ce soit – le pillage entraînant d’ailleurs normalement enrichissement du pilleur, ce qui n’est pas le cas ici), continuons !

Ça se passe comme ça chez Ria-Novosti

Je parcours rarement les dépêches de l’agence de presse russe, par manque de temps.

Je vous propose aujourd’hui, pour illustrer notre analyse des médias, le Best of de 24 heures de dépêches Ria-Novosti sur l’Ukraine. (Au moins, on pourra vraiment dire que c’est Ria Novosti ici, lol )

Il faut toujours lire les agences extérieures pour avoir un autre regard sur ce qui se passe chez nous, et vice versa – en gardant tout son sens critique et sa méfiance…

Cela complète bien sûr les informations de la presse mainstream qu’il faut aussi suivre (mais que je ne reprends pas sur ce blog, ils font ça très bien là-bas…)

Vous verrez donc ici une sélection d’informations, orientées dans un sens “pro-russe” (tout en étant de VRAIES informations) mais comme vous n’avez nulle part lu celles-ci dans la presse mainstream, vous constatez donc que l’AFP est biaisée dans un sens pro-américain (ou pro-français, pour peu qu’il y ait une différence…)

De toute façon règle n°1 : ne jamais avoir une confiance absolue dans un gouvernement, quel qu’il soit, et à commencer par le sien…

Kiev dresse une liste de journalistes russes à sanctionner

MOSCOU, 23 juillet – RIA Novosti

Le ministère ukrainien de l’Intérieur a dressé une liste de journalistes russes qui, selon Kiev, doivent être interdits de séjour aux Etats-Unis, en Union européenne et dans d’autres pays, a annoncé mercredi Anton Guerachtchenko, conseiller du ministre de l’Intérieur.

Plus tôt mercredi, le premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a fait savoir que Kiev allait décréter des sanctions contre des sociétés et des citoyens russes soutenant directement ou non les insurgés dans l’est de l’Ukraine. Il a ordonné d’établir une liste de personnes physiques et d’organisations visées par ces sanctions.

“Le ministère de l’Intérieur demande au monde civilisé d’interdire l’entrée dans les pays de l’Union européenne, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et au Japon à ceux qui aident actuellement Choïgou [ministre russe de la Défense, ndlr] à recruter de nouveaux mercenaires pour combattre du côté des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk”, a indiqué M.Guerachtchenko sur sa page Facebook.

Cette liste comprend notamment le directeur de la chaîne de télévision Pervy Kanal Constantin Ernst, le directeur général du groupe de médias VGTRK Oleg Dobrodeïev, les dirigeants des chaînes de télévision TNT, TNV, Zvezda, REN-TV et Life News. On y trouve également le maire de Moscou Sergueï Sobianine, désigné par erreur président du conseil d’administration de la chaîne TV Centre. En réalité, ce poste est occupé par l’adjoint au maire de la capitale russe Alexandre Gorbenko.

La “liste noire” comprend enfin la rédactrice en chef de l’agence d’information internationale Rossiya Segodnia et de la chaîne de télévision RT Margarita Simonian.

Ukraine: Moscou dénonce l’attitude partiale de Bruxelles

MOSCOU, 23 juillet- RIA Novosti

Lors de sa rencontre tenue mercredi avec l’ambassadeur de l’Union européenne à Moscou Vygaudas Usackas, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine a attiré l’attention de ce dernier sur les “conclusions” partiales et politisées de l’UE concernant la Russie, indique un communiqué de la diplomatie russe mis en ligne sur son site.

“Au cours de l’entretien, les interlocuteurs ont évoqué différents aspects de la crise en Ukraine et les problèmes liés à l’enquête sur les causes de la catastrophe de l’avion de ligne malaisien dans les environs de Donetsk. Vygaudas Usackas a également commenté les «conclusions» adoptées à l’issue du Conseil des affaires étrangères de l’UE concernant la situation en Ukraine”, lit-on dans le communiqué.

Selon le document, la partie russe a “fermement condamné les «conclusions» partiales et politisées de l’UE à l’égard de la Fédération de Russie”.

Le vice-ministre a souligné que la Russie se prononçait pour une enquête internationale objective et transparente sur les causes du crash de l’avion malaisien, y compris pour confier à l’OACI le rôle principal dans le décryptage des boîtes noires”.

Moscou a également attiré l’attention de la partie européenne sur le fait que “chercher à présenter – comme le fait le président ukrainien Piotr Porochenko – les représentants du sud-est de l’Ukraine comme des «terroristes internationaux» est contreproductif”.

“Une telle vision compromet tous les efforts visant à amener les deux parties impliquées dans le conflit ukrainien à entamer un dialogue constructif axé sur le règlement de la crise dans ce pays”, souligne le ministère russe des Affaires étrangères.

Ukraine/MH17: Poutine et Abbott appellent à cesser les hostilités

MOSCOU, 23 juillet – RIA Novosti

Le président russe Vladimir Poutine et le premier ministre australien Tony Abbott ont appelé mercredi à arrêter les hostilités dans l’est de l’Ukraine pour enquêter sur le crash du Boeing malaisien qui a fait 298 morts le 17 juillet, a annoncé le service de presse du Kremlin.

“Les interlocuteurs ont noté l’importance de l’arrêt des hostilités, notamment pour sécuriser l’accès des experts internationaux au lieu de la catastrophe aérienne”, a indiqué le service de presse.

“M.Abbott a exprimé sa reconnaissance à M.Poutine pour le rôle constructif que la Russie a joué dans l’organisation d’une enquête internationale objective du crash de l’avion malaisien”, selon le communiqué.

MH17: l’OACI doit diriger l’enquête (Poutine/Niinistö)

MOSCOU, 23 juillet – RIA Novosti

L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) doit diriger l’enquête sur le crash du Boeing malaisien en Ukraine, ont estimé mercredi les présidents russe et finlandais, Vladimir Poutine et Sauli Niinistö, lors d’un entretien téléphonique.

“Vladimir Poutine et Sauli Niinistö ont appelé à lancer immédiatement une enquête internationale minutieuse sous l’égide de l’OACI sur le crash de l’avion malaisien dans la région de Donetsk, conformément à la résolution 2166 adoptée par le Conseil de sécurité de l’Onu le 21 juillet dernier”, a annoncé le service de presse du Kremlin.

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines avec 298 personnes à bord s’est écrasé le 17 juillet dans la région où l’armée ukrainienne mène une opération spéciale contre la révolte populaire depuis avril. Les autorités de Kiev accusent les forces d’autodéfense populaire de Donetsk d’être à l’origine du crash, mais les insurgés affirment ne pas disposer de systèmes capables d’abattre un avion volant à 10.050 m d’altitude.

Le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté lundi la résolution 2166 exhortant à arrêter les hostilités dans la zone du crash pour assurer le libre accès des experts internationaux au lieu de la chute du Boeing. Le représentant permanent de la Russie auprès de l’Onu Vitali Tchourkine a déclaré que l’enquête devait se dérouler sous l’égide de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).

Vol MH17: frappe de l’artillerie ukrainienne à 20 km du lieu du crash

DONETSK, 23 juillet – RIA Novosti

L’artillerie ukrainienne a attaqué mercredi la ville de Torez (région de Donetsk), à 20 km du lieu où le Boeing malaisien s’est écrasé le 17 juillet dernier, et ce malgré l’ordre du président Piotr Porochenko de cesser le feu dans un rayon de 40 km du lieu du crash.

“Des lance-roquettes multiples Grad ont tiré sur nous pendant 15 minutes. A présent, il y a beaucoup d’incendies dans les banlieues de Torez”, ont indiqué des habitants locaux.
Torez fait partie de la zone de sécurité où l’armée ukrainienne et les insurgés ont proclamé une trêve pour garantir la sécurité des experts qui enquêtent sur les causes du crash du Boeing.

Ukraine: Kiev utilise des armes interdites contre des sites civils (Comité d’enquête)

MOSCOU, 24 juillet – RIA Novosti

Les experts du Comité d’enquête russe ont établi que l’armée ukrainienne avait utilisé des munitions au phosphore blanc contre des sites civils dans l’est du pays, a annoncé le haut responsable du Comité Alexandre Drymanov cité par le journal Kommersant.

“Des munitions au phosphore ont été employées contre la population civile (…). Nous avons conduit des tests qui nous ont permis d’établir que des sites civils avaient été visés par ces tirs”, a fait savoir M.Drymanov dans une interview accordée au quotidien.

Selon lui, l’expertise a été réalisée sur la base de fragments de munitions et d’échantillons de sol envoyés en Russie par des habitants locaux.

En juin, les militants des forces d’autodéfense de la république populaire autoproclamée de Donetsk ont déclaré que l’armée régulière avait utilisé des bombes incendiaires à Semenovka, une banlieue de la ville de Slaviansk. Des experts interrogés par RIA Novosti ont estimé qu’il pourrait s’agir de bombes au phosphore.

Russie: neuf tirs depuis l’Ukraine en juin-juillet (vice-ministre)

MOSCOU, 24 juillet – RIA Novosti

La Russie a subi neuf tirs contre son territoire en provenance d’Ukraine depuis le début de l’été, a annoncé jeudi le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov.

“La partie russe a fait état de neuf tirs contre le territoire russe aux mois de juin et de juillet”, a fait savoir le vice-ministre dans une interview à la chaîne Russie 24.

M.Antonov a rappelé qu’un groupe de garde-frontières russes avait été visé par l’un des tirs, tandis qu’une autre attaque avait entrainé une victime civile dans la ville de Donetsk de la région russe de Rostov-sur-le-Don (sud).

Gaz russe: le marchandage tombe mal à propos

Svetlana Kalmykova, La Voix de la Russie – RIA Novosti

La dette de l’Ukraine à la Russie pour les livraisons de gaz a déjà dépassé 5 milliards de dollars. 11 milliards de m3 de gaz demeurent non remboursés.

C’est l’immense quantité comparable aux livraisons annuelles à la Pologne. Or, l’Ukraine refuse de payer ce qui confirme que les pourparlers gaziers avec Kiev étaient insensés.
Les pourparlers tripartites sur le gaz (Russie-UE-Ukraine) ont été interrompus à la mi-juin après l’échec du sixième tour.

Les pourparlers ne se sont pas avérés payants. C’était sans doute l’objectif principal de la partie ukrainienne, dit le professeur de l’Ecole supérieure d’économie Léonide Poliakov.
” La partie ukrainienne essaie sous toutes sortes de prétextes d’entraver le remboursement du gaz. Les tentatives de marchandage, d’imposer ses prix du gaz russe servent de prétexte pour s’adresser à l’Arbitrage de Stockholm. Tout porte à croire que l’Ukraine est en faillite, elle n’est pas solvable. Par exemple, Gazprom fait des concessions et baisse le prix jusqu’au niveau prescrit par Kiev : 268,5 dollars pour mille m3 – je me l’imagine difficilement. Cela signifierait vendre le gaz au détriment de ses intérêts et je n’envisage pas une telle variante. ”

L’Europe assure, cependant, qu’elle n’entend pas payer les dettes ukrainiennes. Gazprom a entrepris une démarche sans précédent. Vu que l’Ukraine peut engager prochainement le prélèvement non autorisé du gaz, la compagnie décide de stocker des quantités supplémentaires dans les dépôts souterrains en Europe.

Les Européens ont apprécié à sa juste valeur cette démarche de Gazprom. Les intérêts de la sécurité énergétique des Etats européens sont concernés, dit la directrice du Centre de sécurité européenne Tatiana Parkhalina.

” L’Europe était perdante lors des guerres gazières entre la Russie et l’Ukraine en 2009. L’Europe ressenti plus d’une fois le froid lorsque les livraisons étaient suspendues. De ce fait, elle est intéressée à prévenir de nouvelles guerres gazières. Je pense que c’était une décision pragmatique de la part de Gazprom : remplir les dépôts européens de gaz en contournant l’Ukraine. ”

Il est possible que les pourparlers tripartites sur l’approvisionnement en gaz entre l’UE, la Russie et l’Ukraine soient repris en août.

MH17: Washington bluffe en accusant la Russie (expert américain)

WASHINGTON, 24 juillet – RIA Novosti

En publiant des données sur le crash du Boeing 777 malaisien, les autorités américaines ont en réalité avoué que leurs accusations à l’encontre de la Russie étaient du bluff, considère Daniel McAdams, directeur exécutif de l’Institut Ron Paul pour la paix et la prospérité.

“Après quatre jours de menaces émanant du [président américain Barack] Obama et du [secrétaire d'Etat John] Kerry, et de leurs favoris écrivant à la hâte sur Twitter que la Russie devait être punie pour avoir abattu l’avion, le service de renseignement américain estime qu’il s’agit d’une erreur et qu’il n’est pas en mesure de confirmer à cent pour cent qui a réellement abattu l’avion”, écrit M. McAdams.

Selon lui, après la première vague d’accusations, le commandement de l’armée russe a réalisé une démarche intéressante: sans accuser qui que ce soit, elle a publié ses données suivies d’une série de questions.

L’armée russe a notamment demandé qu’on lui fournisse les preuves de sa soi-disant implication, a rappelé l’expert.

“La diplomatie US a répondu par le biais d’un porte-parole qui s’est référé aux réseaux sociaux et à des données secrètes ne pouvant pas être divulguées”, a-t-il souligné.

“Ceci signifie qu’avec un budget s’élevant à 100 milliards de dollars, le service de renseignement US prend des décisions susceptibles d’entraîner une guerre nucléaire en se basant sur des tweets et des vidéos publiées sur YouTube”, a conclu Daniel McAdams.

Vol MH17: Kiev dissimule des enregistrements (Défense russe)

MOSCOU, 24 juillet – RIA Novosti

Les autorités ukrainiennes dissimulent les enregistrements des conversations entre leurs contrôleurs aériens et l’équipage du Boeing-777 qui s’est écrasé le 17 juillet dans l’est de l’Ukraine, a déclaré jeudi aux journalistes le général Alexandre Maslov, ex-commandant de la DCA russe.

“Les enregistrements des conversations entre les contrôleurs aériens et l’équipage de l’avion, ainsi qu’entre les équipes en charge des systèmes de missiles sol-air sont particulièrement précieux. Les militaires ukrainiens les possèdent à coup sûr. C’est absolument certain, car le système n’a pas subi de modifications depuis l’époque soviétique et a toujours fonctionné comme une horloge”, a indiqué le général.

Selon lui, “l’Ukraine dissimule tout cela dans les murs du Service de sécurité nationale (SBU), ce qui confirme que l’évolution des événements suit exactement le scénario de 2001″ (lorsqu’un missile ukrainien avait par erreur abattu un avion de ligne russe au-dessus de la mer Noire, ndlr).

“Pourquoi personne d’autre que la Russie n’exige que ces enregistrements soient remis immédiatement? On a du mal à comprendre”, a conclu le général.

L’Etat-major russe a publié lundi 21 juillet ses données sur le crash du Boeing. Selon lui, l’avion a dévié de l’itinéraire initialement prévu et une activité excessive des radars ukrainiens a été constatée près de la zone de la catastrophe. Par ailleurs, selon l’armée russe, un avion de combat ukrainien évoluait dans le couloir aérien réservé aux vols de l’aviation civile peu de temps avant le crash du Boeing malaisien.

Catastrophe aérienne en Ukraine: un journaliste italien accuse l’Europe

MOSCOU, 24 juillet – RIA Novosti

Marco Cobianchi, commentateur économique pour l’hebdomadaire italien Panorama, accuse les hauts fonctionnaires européens du crash du Boeing 777 malaisien le 17 juillet en Ukraine, écrit jeudi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.

Cobianchi, auteur populaire d’un blog relayé régulièrement sur le site du journal Panorama, a décidé de publier son dernier billet en date sous le titre: “Le sang ukrainien coule sur Bruxelles”.

“L’Union européenne est responsable de la guerre civile en Ukraine, et de la mort des passagers de l’avion de Malaysia Airlines. Elle est coupable de la mort de milliers de civils et militaires tués au “cœur” de l’Europe, ainsi que des milliers qui pourraient encore mourir”, commence le journaliste.

Marco Cobianchi est persuadé que les dirigeants européens sont responsables de la division de l’Ukraine. Pour lui, sans l’intervention d’”agents étrangers”, la population n’aurait jamais songé à s’engager sur le chemin de la guerre civile.

“L’accord d’association préparé par l’Europe a provoqué une réaction de la population russophone. La suprématie illusoire que s’accorde l’Europe lui fait croire que les nations de l’Est doivent renier leur histoire et qu’elles peuvent en accepter aussi facilement une nouvelle:

“Une histoire juste des pays justes”, explique le blogueur.

Le journaliste italien accuse ouvertement l’UE d’impérialisme et d’imposer sa vision du monde. Selon lui, si l’Europe était réellement un espace des “nations et des Etats”, tel qu’elle se positionne, elle aurait respecté l’aspiration de la population russophone vivant en Ukraine de se détacher et de s’unir avec “sa véritable Patrie: la Russie”.

“Comment se fait-il que l’UE n’ait pas réalisé qu’en intégrant un Etat vivant dans un équilibre si délicat entre deux civilisations, elle pourrait provoquer une guerre civile?”, s’interroge Cobianchi. Il affirme que Bruxelles a agi négligemment et naïvement en pensant qu’il était possible de tirer un trait sur une histoire séculaire par l’adhésion à la monnaie européenne commune.

Qui plus est, selon le journaliste, toute la critique entendue ces derniers jours à l’égard du gouvernement russe de la part de certains dirigeants occidentaux est complètement infondée. L’Occident ne cherche pas les coupables au bon endroit. “Déclarer la guerre à la Russie pour se partager l’Ukraine? Je te félicite, Bruxelles, ces 298 morts sont sur ta conscience. Si tant est que tu en aies une”, conclut Marco Cobianchi.

L’Otan pourrait déployer une base près de la Russie (journal)

MOSCOU, 24 juillet – RIA Novosti

L’Otan pourrait déployer une base de réaction rapide en Europe de l’Est pour faire face à la menace que présente la Russie, a annoncé jeudi le quotidien britannique The Times, citant le commandant en chef des Forces de l’Otan en Europe Philip Breedlove.

Selon le général Breedlove, plusieurs bases militaires de l’Alliance sont à l’étude pour jouer ce rôle, mais la base de Szczecin (Pologne) est donnée favorite.

Le général propose de stocker assez d’armes, de munitions et de rations alimentaires dans la base de réaction rapide pour que l’Otan puisse dépêcher immédiatement des milliers de soldats en cas de crise.

D’après le commandant général Breedlove, l’Alliance doit progresser plus à l’est pour garantir à la Pologne, la Lituanie, la Lettonie et l’Estonie que l’Otan les protégera en cas d’agression.

L’Otan pourrait déployer une base près de la Russie (journal)

DONETSK, 24 juillet – RIA Novosti

Les experts de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) ne sont toujours pas arrivés sur les lieux du crash du Boeing malaisien dans l’est de l’Ukraine, a annoncé jeudi le vice-premier ministre de la république populaire (autoproclamée) de Donetsk Andreï Pourguine.

Selon M.Pourguine, les combattants des forces d’autodéfense populaire de Donetsk sont prêts à aider les experts de l’OACI, mais ils n’ont pas de contacts avec la délégation de cette organisation qui, d’après les médias, se trouve à Kiev.

A l’heure actuelle, seuls les représentants de l’OSCE, trois experts malaisiens et “trois agents de renseignement australiens, qui affirment être des experts, mais n’arrivent pas à préciser leur spécialisation”, travaillent sur les lieux de la catastrophe.

“Nous apportons à tous l’aide indispensable. Nous les escortons vers les lieux de l’incident. Nous garantissons leur sécurité”, a déclaré M.Pourguine.

Vol MH17: les experts de l’OACI toujours absents sur les lieux du crash

DONETSK, 24 juillet – RIA Novosti

Les experts de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) ne sont toujours pas arrivés sur les lieux du crash du Boeing malaisien dans l’est de l’Ukraine, a annoncé jeudi le vice-premier ministre de la république populaire (autoproclamée) de Donetsk Andreï Pourguine.

Selon M.Pourguine, les combattants des forces d’autodéfense populaire de Donetsk sont prêts à aider les experts de l’OACI, mais ils n’ont pas de contacts avec la délégation de cette organisation qui, d’après les médias, se trouve à Kiev.

A l’heure actuelle, seuls les représentants de l’OSCE, trois experts malaisiens et “trois agents de renseignement australiens, qui affirment être des experts, mais n’arrivent pas à préciser leur spécialisation”, travaillent sur les lieux de la catastrophe.

“Nous apportons à tous l’aide indispensable. Nous les escortons vers les lieux de l’incident. Nous garantissons leur sécurité”, a déclaré M.Pourguine.

Un Boeing 777 de Malaysia Airlines avec 298 personnes à bord s’est écrasé le 17 juillet dans la région où l’armée ukrainienne mène une opération spéciale contre la révolte populaire depuis avril. Les autorités de Kiev accusent les forces d’autodéfense populaire de Donetsk d’être à l’origine du crash, mais les insurgés affirment ne pas disposer de systèmes capables d’abattre un avion volant à 10.050 m d’altitude. La Russie estime que l’OACI doit diriger l’enquête internationale sur le crash.

Bonus : en direct du Haut conseil de l’ONU pour les droits de l’Homme

Résolution pour le respect du droit international en Palestine : (Source)

Ukraine – En vrac (25-07). Olivier Berruyer.

No comment.

Ah si, ceux des Américains :

Briefing du 23/07 de Mme Harf - vice-porte-parole du département d’État

QUESTION — Pourquoi avez vous voté contre la mise en place d’une commission d’enquête ? La déclaration faite avant le vote par le – votre ambassadeur stipulait que quelle que soit la décision prise par la commission, celle ci devait être équilibrée et ne pas montrer du doigt Israël. Selon vous, ce qui a finalement été approuvé est-il injuste – ou pourrait être injuste pour Israël?

Mme HARF — Et partiale. Nous nous sommes donc fermement opposés à la réunion exceptionnelle du Conseil des droits de l’homme et sa dernière résolution que nous considérons comme la suite d’une série de résolutions biaisées et anti-israéliennes de la part du Conseil des droits de l’homme. Nous nous opposons fermement à la création d’un tel mécanisme, car il est partial. Personne ne regarde les roquettes tirées par le Hamas, personne ne propose de regarder autre chose qu’Israël dans ce cas et, une nouvelle fois, nous nous y opposons, car la considérons de parti pris.

QUESTION:— Dans son discours d’ouverture, le commissaire des droits de l’homme a mentionné la possibilité ou le potentiel que des crimes de guerre aient été commis, pas seulement par Israël mais aussi par le Hamas. N’est ce pas là votre compréhension de comment la commission devrait…
Mme HARF — Bien, le vote portait sur une résolution qui comprenait certains passages…
QUESTION: — Bien
Mme HARF — …qui ne considérait que certains aspects et qu’elle était partisane par nature.
QUESTION:— Pouvez-vous… Quels étaient précisément les problèmes de langage, vous savez…
Mme HARF — Ils étaient partisans…
QUESTION:— D’accord.
Mme HARF — …par nature.
QUESTION:— Je veux dire quels étaient ces passages, qu’avaient-ils d’offensants ?
Mme HARF — Je peux mettre en avant ces passages après le point de presse, mais..

QUESTION:— Le titre de la résolution semblait respecter…« Une résolution sur le respect de la loi et normes internationales dans les territoires palestiniens », pour y inclure ensuite Jérusalem Est. Cela pose-t-il problème ?

MS HARF : Je n’ai pas vu le titre précis. Comme je l’ai déjà dit, nous considérons cette résolution comme unilatérale et biaisée, et avons donc voté contre.
QUESTION: Vous étiez donc inquiets que cela tourne en Rapport Goldstone 2 ?
MS HARF : Encore une fois, nous étions inquiets de son caractère unilatéral et biaisé, et c’est quelque chose que nous avons déjà dit – sincèrement – par le passé suite à des décisions que cette institution a prises.
QUESTION: Très bien. Cela vous surprend-il que vous soyez le seul pays à avoir voté contre ?
MS HARF : Il y a eu un certain nombre d’abstentions. C’est ce que j’ai compris.
QUESTION: Oui, il y en a eu 17 — toutes d’Europe. Est-ce que vous…
MS HARF : Et d’autres pays aussi. Je pense qu’il y avait plusieurs pays dans ce groupe qui n’étaient pas d’Europe, qui ne sont pas en Europe.
QUESTION: Bien. Mais –
MS HARF : Écoutez, nous disons clairement — nous l’avons déclaré à plusieurs reprises, que nous défendrons Israël dans la communauté internationale, même si cela veut dire que nous sommes les seuls, et je pense que vous avez pu l’observer aujourd’hui.
QUESTION: D’accord. Mais cela ne vous questionne pas du tout, cependant, que vous soyez les seuls ?
MS HARF : Je n’ai pas d’autres déclarations à faire sur ce sujet, Matt.

(Traduit en cimmun par les lecteurs du blog www.les-crises.fr)

66 réponses à Ukraine – En vrac (25-07)

http://www.les-crises.fr/misere-intellectuelle-ukraine-en-vrac-25-07/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article