Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

La crèche Baby-Loup va déposer le bilan Par Anne Jouan Pour le journal "Le Figaro"

26 Septembre 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La Laïcité, #Services publics, #Politique intérieure, #"Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR".

La crèche Baby-Loup va déposer le bilan

  • Par Anne Jouan Pour le journal "Le Figaro". Le 26/09/2014
Un tiers des familles utilisant la crèche Baby-Loup sont monoparentales et deux tiers financièrement fragiles. Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

Un tiers des familles utilisant la crèche Baby-Loup sont monoparentales et deux tiers financièrement fragiles. Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

INFO LE FIGARO - La crèche qui est devenue le symbole de la laïcité devait recevoir une enveloppe de 400.000 euros de la municipalité. Mais le nouveau maire UMP de Conflans-Sainte-Honorine ne lui accordera a priori que 90.000 euros.

La crèche dont le budget annuel est de 1,2 million d'euros (financé à 80% par les institutions publiques) est à la veille du dépôt de bilan. L'ancienne municipalité de gauche avait décidé d'allouer un budget de 400.000 euros pour l'association au titre de l'année 2014. Mais le nouveau maire UMP de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Laurent Brosse ne semble pas disposé à honorer les engagements de son prédécesseur. Diverses personnalités UMP dont Laurent Wauquiez ont été sollicités par des proches de Baby-Loup pour essayer de faire bouger les choses. La Fondation de Carla Bruni a également été approchée.

Ce soir, doit se tenir une réunion entre le maire et les représentants de la crèche avant le comité municipal de lundi soir. Mais selon nos informations, le maire n'a pas l'intention de verser les 400.000 euros à Baby-Loup. «Le vote de lundi portera sur 90.000 euros», explique-t-il. «Entre 90.000 et 120.000 euros, ce ne sera pas possible de survivre, cela signifie que l'on se moque de nous. La somme serait ridicule, estime de son côté Natalia Baleato, la directrice de l'établissement. À moins de 300.000 euros de la part de la mairie, nous ne pourrons plus travailler». Le maire se défend en expliquant que l'engagement de son prédécesseur avait été pris dans un simple courrier adressé à la crèche et non à l'issue d'un vote du conseil municipal. «Cette promesse ne reposait donc sur rien», assure-t-il. Et de conclure: «Le combat pour la laïcité, ce n'est pas mon problème. J'ai des finances à gérer. Pour nous, la question n'est pas la laïcité mais l'équité avec les autres crèches de Conflans, notamment les crèches municipales».

La Cour de cassation avait donné raison à l'association

Après 22 années à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), la crèche avait été contrainte de déménager à la fin de l'année dernière pour s'installer à sept kilomètres de là, à Conflans suite à des revendications communautaires de plus en plus pressantes. Organisation unique en France, Baby-Loup a été crée en 1991. L'établissement est ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Son objectif était de créer un mode de garde permettant aux parents, surtout aux femmes seules, de travailler, et d'accueillir des enfants dont le père ou la mère travaille en horaires décalés. Le militantisme de Baby-Loup ne concerne donc pas la revendication de la laïcité mais l'insertion sociale. La laïcité s'est imposée pour faire coexister des cultures et des milieux différents: personnel hospitalier, salariés de la restauration et de l'hôtellerie, femme de ménage, pompier, gardien de prison, policier, pilote de ligne, hôtesse de l'air, médecin. Un tiers des familles sont monoparentales et deux tiers financièrement fragiles.

En juin dernier, la Cour de cassation avait mis un point final à la saga judiciaire qui durait depuis six ans. Et elle avait donné raison à Baby-Loup: oui, la crèche était dans son bon droit en licenciant une salariée voilée. L'Assemblée plénière de la Cour avait en effet estimé qu'une personne privée, en l'espèce une association, peut restreindre la liberté de ses salariés de manifester leurs convictions religieuses sur leur lieu de travail. Si l'histoire est devenue le symbole du combat pour la laïcité, il s'agit en réalité au départ d'un banal conflit social. Devenue directrice adjointe, Fatima Afif est absente de la crèche pendant six ans pour congé maternité puis parental. À son retour en 2008, elle fait savoir à son employeur qu'elle ne souhaite plus rester et demande une rupture conventionnelle que la crèche refuse: si elle veut partir, il lui faut démissionner. C'est à la suite de ce refus qu'elle revient travailler voilée alors qu'elle sait, puisqu'elle a participé à la rédaction du règlement intérieur, que les signes religieux sont interdits au sein de la crèche. Elle est licenciée.

Les parents ont organisé un comité de défense de Baby-Loup.

La crèche Baby-Loup va déposer le bilan

INFO LE FIGARO - La crèche qui est devenue le symbole de la laïcité devait recevoir une enveloppe de 400.000 euros de la municipalité. Mais le nouveau maire UMP de Conflans-Sainte-Honorine ne lui accordera a priori que 90.000 euros.

<a href="http://ww691.smartadserver.com/call/pubjumpi/42296/287331/19566/S/[timestamp]/?" target="_blank"> <img src="http://ww691.smartadserver.com/call/pubi/42296/287331/19566/S/[timestamp]/?" border="0" alt="" /></a>

La rédaction vous conseille :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/09/26/01016-20140926ARTFIG00108-la-creche-baby-loup-va-deposer-le-bilan.php

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article