Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Université Lyon 2 : la mobilisation des "vacataires précaires". Articles d'Indépendance des Chercheurs .

14 Mars 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #Economie, #Ecole, #Services publics, #La République, #La France, #La nation .

Articles d'Indépendance des Chercheurs :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/03/12/universite-lyon-2-la-mobilisation-des-vacataires-precaires-50738.html

Université Lyon 2 : la mobilisation des "vacataires précaires"

Avec le titre « Mobilisation des vacataires précaires de l'Université Lyon 2 », un blog décrit la mobilisation des étudiants vacataires de cette université. Il y a quinze jours, Le Monde écrivait « Sans salaire depuis six mois, les étudiants vacataires de Lyon 2 en grève », et Melty Campus « Université Lyon 2: Etudiants vacataires en grève ! ». Il y a quelques jours, Rue89 Lyon soulignait à son tour « A l’université Lyon 2, les vacataires maintiennent la pression ». A présent, la mobilisation semble avoir progressé et on peut lire « Opération coup-de-poing des vacataires à Lyon » (Tonic Radio) ou encore « Les vacataires de Lyon 2 campent sur leurs positions » (La Tribune de Lyon). Ce dernier article, daté du 11 mars 2015, rapporte : « Ils étaient une soixantaine, vacataires et étudiants, à s’être rassemblés ce matin dans la cour de l’Université Lyon 2, quai Claude-Bernard. Ils y ont installé quelques tentes pour dénoncer la précarité de leur situation ». Une photo illustre cette mobilisation. Les étudiants exerçant en tant qu'enseignants vacataires doivent même payer des frais d'inscription alors qu'ils ne sont pas rémunérés. Suite à l'action de ce mercredi, ils ont arraché une première série de concessions de la part de la présidence de l'Université. Leur communiqué du 11 mars déclare avoir obtenu : i) « le remboursement des frais d’inscription (hors sécurité sociale) pour tou-te-s les étudiant-e-s enseignant-e-s vacataires de l’année 2014-2015 » ; ii) « la création d’une commission tripartite composée pour un tiers de vacataires enseignant-e-s chargée de plancher sur les conditions de recrutement ». Mais comment a-t-on pu en arriver à une telle situation sous la « socialiste » Geneviève Fioraso ? Nos articles récents « La crise des universités françaises » (I) et (II) et « L'affaire des diplômes de Geneviève Fioraso » (I) et (II) soulignaient déjà la détérioration progressive de la situation dans l'enseignement- supérieur et la recherche. Comme précisé dans « Affaire Fioraso : les "raisons de santé" empêcheront-elles l'enquête et le bilan ? » et rappelé dans « Stratégie de Lisbonne, "gauche plurielle" : quinze ans après (I) », le départ de Geneviève Fioraso du gouvernement ne s'est pas accompagné d'un bilan transparent ni même d'une enquête sur l'affaire des diplômes de la ministre. Et c'est une semaine après la démission de Geneviève Fioraso et en pleine campagne électorale, qu'interviennent les premières concessions de la présidence de l'Université Lyon 2. Comme rappelé dans nos précédents articles, cette mobilisation est loin d'être la seule dans l'enseignement supérieur et la recherche. Les concessions obtenues à l'Université Lyon 2 se solderont-elles par une réelle solution du problème après les élections cantonales ? Il paraît indispensable de soutenir fermement les mobilisations actuelles dans les universités et la recherche françaises. S'agissant de l'Université Lyon 2, une pétition a été mise en ligne comme l'indique le site des étudiants vacataires.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/03/12/universite-lyon-2-la-mobilisation-des-vacataires-precaires-50738.html ]


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/03/12/francois-hollande-mondialisation-declinisme-50742.html

François Hollande, mondialisation, "déclinisme"...

Le 12 mars 2015, Challenges publie un entretien avec François Hollande intitulé « Ce que François Hollande compte faire d'ici 2017 ». Le sous-titre évoque d'emblée les thématiques : « Valls et Macron, Front national et élections départementales, croissance et déclinisme... ». Mais que faut-il entendre par « déclinisme » dans la situation actuelle ? D'emblée, François Hollande exclut tout changement de ligne politique ou de premier ministre. Plus loin, il met en avant « cette exigence impérieuse du combat contre le Front national » qui devrait imposer le rassemblement à ceux qui critiquent le gouvernement. La montée électorale du Front National est donc utilisée pour tenter de faire taire les dissidences croissantes qui s'expriment au sein de la « gauche ». Une machine à faire taire au nom de la « raison» et d'une nécessité impérative proclamée d'éviter le « risque du pire », le « suicide collectif », la « tragédie qui menace le pays »..., dans un contexte où il n'est pas question de changer de politique. Anticipant la réussite de sa politique, Hollande présente comme un grand défi « d'une autre ampleur » celui de « sortir le pays de son déclinisme, de son doute, de son malheur de lui-même ». En clair, il s'agirait soi-disant de s'opposer à ceux qui puissent estimer que la France est en déclin. Mais s'agit-il vraiment, dans la réalité, d'une question de « déclin » ? Le raisonnement ainsi construit passe outre à l'essentiel : à savoir, le rôle de la mondialisation du capitalisme, des exportations incessantes de capitaux, des délocalisations industrielles, du « marché mondial de la main d'oeuvre » et de son équivalent à l'échelle européenne... Or l'actuelle politique gouvernementale ne met point en cause ce processus. Le 12 mars 2015, Auto Plus interroge « PSA sur le point de dégraisser en Europe ? », se référant à l'information diffusée par Le Monde « PSA veut alléger ses coûts en Europe ». Au même moment, La Voix du Nord rapporte « Les Verreries de Masnières sauvées au prix de 148 licenciements », et Le Figaro « Les salariés de Tel and com en grève», la grève étant dirigée contre « un plan social concernant à terme l'ensemble des 760 salariés ». Quant aux créations d'emplois, elles concernent pour l'essentiel des emplois précaires, le Code du Travail devenant de plus en plus favorable au patronat. Avec le titre « Le PS dénonce une droite "arrogante" », Ouest France fait état de cette déclaration du premier secrétaire fédéral du Parti Socialiste dans le Maine-et-Loire et membre du Bureau national du PS : « Il faut des réformes de structure et éponger la dette ». Il s'agit donc bien d'un programme de casse sociale, les tant vantées « réformes de structure » n'étant rien d'autre que la démolition générale des droits des travailleurs et des droits sociaux de la grande majorité de la population. Ce n'est donc pas une question de « déclin ». On a concrètement affaire à l'anéantissement programmé d'acquis historiques dans le cadre de la mondialisation du capitalisme. Telle est la réalité que l'agitation récente de Manuel Valls autour du Front National cherche à dissimuler.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/03/12/francois-hollande-mondialisation-declinisme-50742.html ]


Et pour rappel :

Mitterrand et le Front National : 33 ans après (I)

Mitterrand et le Front National : 33 ans après (II)

Elections européennes : quel bilan ? (I)

Affaire Fioraso : les "raisons de santé" empêcheront-elles l'enquête et le bilan ?

La crise des universités françaises (I)

La crise des universités françaises (II)

L'affaire des diplômes de Geneviève Fioraso (I)

L'affaire des diplômes de Geneviève Fioraso (II)

Stratégie de Lisbonne, "gauche plurielle" : quinze ans après (I)


Si vous avez apprécié le contenu de nos articles, nous ne pouvons que vous encourager à rediffuser autour de vous cette lettre d'information. Merci d'avance.

Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article