Quel est l'objectif de cette nouvelle organisation ?
L'objectif, personne ne le sait vraiment. Certes, l'argument officiel avancé par le gouvernement était de considérer qu’il fallait diminuer les écarts entre les régions les plus et les moins peuplées et les plus et les moins vastes. Mais, avec les 21 régions de France métropolitaine, hors Corse, les écarts étaient déjà beaucoup plus faibles que ce que l’on constate dans les autres démocraties occidentales.

<a data-cke-saved-href="mailto:?subject=R%C3%A9forme%20territoriale%C2%A0:" href="mailto:?subject=R%C3%A9forme%20territoriale%C2%A0:" metronews&body="http://www.metronews.fr/info/reforme-territoriale-la-france-va-perdre-de-sa-competitivite/mogE!opcdJ1pUIqnc/&quot;" –="" compétitivité"="" sa="" de="" perdre="" va="" france="" la="">EN SAVOIR + >> Lille, Rouen, Toulouse... Les capitales des nouvelles grandes régions ?

Ce redécoupage administratif est-il cohérent ?
Non, car l’autre postulat consistant à dire plus une région est peuplée, plus elle est automatiquement attractive, est erroné. Le cas de l'Ile-de-France est parlant : cette région très peuplée perd aujourd'hui de l’attractivité. Et, dans les autres pays, aucune corrélation n'est attestée. Ce redécoupage n'a tout simplement pas été réfléchi ni pensé, ce qui aurait nécessité de considérer, comme je l'avais proposé, des comparaisons internationales. Autre point non négligeable : l'Etat n'a absolument pas voulu prendre en compte l'avis des électeurs via un référendum, alors qu’une telle pratique a été mise en œuvre dans d’autres démocraties (Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Etats-Unis) ces dernières années.

 

 

Quel est votre avis sur le choix de ces 13 nouvelles capitales ?
Le cas de la région Alsace-Lorraine est édifiant : le gouvernement, conscient de l’inanité de cette grande région Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine et du juste mécontentement alsacien, a imposé le choix de Strasbourg via la loi. Deuxième cas de figure : l'Etat a assigné des capitales provisoires selon un double réflexe jacobin : un choix décidé par l'Etat et non par les conseils régionaux ; un choix de la ville la plus peuplée, alors que je le redis, divers exemples étrangers montrent qu’un tel choix n’est nullement impératif.

Ce redécoupage va-t-il vraiment permettre de faire des économies ?
Au début, le gouvernement avait évoqué plus de 25 milliards d'économie, puis 10 milliards pour, ensuite, cesser d’en promettre. La raison ? Ce découpage va tout simplement engendrer des coûts supplémentaires du fait du principe du "mieux disant" et de la création d’administrations plus grosses engendrant des coûts de réorganisation et de coordination. D’ailleurs, des régions ont déjà retiré des subventions prévues à des communes pour financer le coût des fusions.

Cette réforme territoriale est donc en passe d'être contre productive ?
D’abord, elle suscitera des effets négatifs en niant les identités régionales. Ensuite, l’État ne transfère pas aux régions de nouvelles compétences. La France risque de perdre en compétitivité. L'exemple de l'Alsace est symbolique : l'Alsace développait avec l'Allemagne et la Suisse des projets transfrontaliers qui se trouvent en difficulté de mise en œuvre. D’ailleurs, les élus des Länder allemands se sont montrés très inquiets du redécoupage.