Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Open Russia, Vilnius: quand l'opposition russe fuit devant les journalistes, par Karine Bechet Golovko

12 Mars 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Les média, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La Russie, #La France

vendredi 11 mars 2016

Open Russia, Vilnius: quand l'opposition russe fuit devant les journalistes
 
Résultat de recherche d'images pour "депортация российских журналистов вильнюс"
 
L'opposition russe radicale, dont la plupart des membres ne vivent pas en Russie, mais soit dans l'UE soit aux Etats Unis, s'est réunie sous la bannière de Khodorkovsky et de son organisation Open Russia à Vilius. Etrangement, la discussion sur l'avenir politique de la Russie devait se dérouler à couvert, sans la participation de la presse russe. Voyons cette conception très particulière de la démocratie dans les faits.
 

 
Pour pouvoir participer à cet évènement hautement démocratique, il fallait montrer patte blanche, deux fois. Concrètement, les organisateurs exigeaient un parrainage de deux personnes, je cite , "partageant les valeurs des participants à l'évènement". Ces "valeurs", évidemment, ne sont pas précisées.
 
Ce Forum fut organisé pour discuter des questions électorales russes, de la politique d'immigration, du soutien à la presse en Russie, etc. Parmi d'autres, y ont pris part les grandes figures occidentales de l'opposition russe, que l'UE et les Etats Unis fantasment de voir faire peur au pouvoir. A savoir G. Kasparov, L. Ponomarev (le député russe vivant aux Etats Unis), Z. Svetova, B. Rinskaya (bloggeuse), M. Alekhina (Pussy Riot), etc. Bref, des cerveaux qui tous réunis doivent pouvoir atteindre 2% d'intentions de vote.
 
Toute cette belle brochette certifiée démocratique d'origine contrôlée ne fut pourtant pas très heureuse lorsque la presse russe arriva. Et ils employèrent la force pour leur faire quitter les lieux du Forum. Voir la vidéo:
 
Kasparov court vite loin des journalistes russes, imaginez qu'il soit obligé de répondre à une question et Bajena hystérique insulte et demande que l'on appelle la police. Entre temps, ils veulent arracher les micro et casser les téléphones portables.
 
Résultat de recherche d'images pour "нападение каспарова на российских журналистов вильнюс"
 
Ici Kasparov veut frapper le journaliste russe.
 
Résultat de recherche d'images pour "нападение каспарова на российских журналистов вильнюс"
 
Ici Bajena agresse physiquement le journaliste avant de fuir vers la réception de l'hotel.
 
Et la police arrive, et les services de sécurités lituaniens interviennent: il semble que la presse russe soit dangereuse. Extrèmement dangereuse même. A tel point que cette équipe doive être déportée pour atteinte à la sécurité nationale. Et voici:
 

En un mot comme en cent, chers amis, la démocratie est une affaire beaucoup trop sérieuse pour la laisser entre les mains de journalistes, surtout de ceux qui riqueraient de faire leur travail. Non, une chose beaucoup trop sérieuse. Heureusement, les autorités de Lituanie sont promptement intervenues, les valeurs de l'UE, à défaut des valeurs européennes, sont bien défendues. Dormez tranquilles.

Publié par Karine Bechet-Golovko

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article