Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

La bataille contre les vautours est engagée

3 Avril 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #La République, #La nation ., #La mondialisation, #Les transnationales, #Le grand banditisme, #La lutte des classes

La bataille contre les vautours est engagée

La loi El Khomri est le plan de bataille des financiers.

(Crédit Agricole, Chevreux, Nicolas Doisy)

Bonjour

L'Union Européenne n'est qu'un outil, un ensemble de gens et de moyens pour satisfaire les maîtres du monde. L'UE, c'est in fine une magnifique courroie de transmission qui donne un alibi légal et cérémonieux à des intérêts privés, ceux des banques et de la finance mondiale. Et ces gens indispensables ont décidé de supprimer le CDI. Et ça, depuis au moins 2012.

Arrêtons de raisonner individuellement, car en face de notre envie de vivre une vie paisible, faite d'un peu de travail, d'un peu de musique, d'un peu d'amour, un peu de générosité, un peu de voyages, un peu de philosophie, un peu de paix, un peu de sport, un peu de détente, un peu de jardinage, un peu de copains, un peu d'ennui, un peu de simplicité, il y a des gens qui défendent leurs intérêts en sabotant nos belles envies. Eux savent s'organiser, effacer leurs intérêts strictement personnels pour se constituer en groupes de pression, lobbys, think-tanks. Ils ont compris que leur force, c'était leur cohésion.


C'est peut-être de cette stratégie dont il faudrait s'inspirer pour arriver à gagner face à ces prédateurs en col blanc.

Cordialement

Lucien PONS

Voici quelques rappels.

  1. L’injonction européenne au gouvernement français donne la loi El Khomri.

http://reporterre.net/En-2012-les-marches-menacaient-Hollande-casse-le-Code-du-travail-sinon

  1. Le Plan de Bataille des Financiers. Vidéo de 2012.

Un sujet de François Ruffin, réalisé par Olivier Azam. Entretien avec Nicolas Doisy. Avril 2012. Une large traduction de la note des analystes de Cheuvreux se trouve au lien suivant :

  1. En 2012, les marchés menaçaient Hollande : casse le Code du travail, sinon.... Article du site « Reporterre ».
La bataille contre les vautours est engagée

           7 mars 2016 / Crédit Agricole - Cheuvreux

      http://reporterre.net/En-2012-les-marches-menacaient-Hollande-casse-le-Code-du-travail-sinon

 

 

Si le président de la République ne libéralise pas le marché du travail en France, les marchés attaqueront ses finances.

Début 2012, Reporterre avait publié cette note d’un analyste financier du groupe Crédit agricole-Cheuvreux. Son auteur, Nicolas Doisy, y exprimait très clairement les injonctions des marchés financiers au candidat "de gauche" : le président devra "déplaire aux électeurs", sans quoi les "marchés financiers [l’y] contraindront". On peut dire que M. Hollande respecte le programme... Il lance la réforme dite El Khomri.


« François Hollande et la rigidité du marché du travail en France : le marché cognera des deux côtés »

- Hollande devra clarifier sa position sur le marché du travail et la réforme fiscale, quand il sera élu Président le 6 mai comme il est probable. Il est jusqu’ici resté évasif sur les deux sujets pour de pures - mais compréhensibles - raisons électorales : la clarification ne ferait que repousser les électeurs populaires vers les extrêmes, compliquant ainsi l’équation politique.

- Mais Hollande a déjà signalé aux électeurs centristes qu’il ne remettrait pas en cause les mesures utiles qu’a prises son adversaire, à commencer par l’élimination des néfastes 35 heures. Jusqu’ici, il s’est aussi abstenu d’annoncer une augmentation substantielle des interventions de l’Etat, en s’engageant à ne pas augmenter les emplois publics.

- En tout cas, Hollande devra déplaire soit aux marchés financiers soit aux électeurs, comme Mitterrand - dont il était un conseiller économique - entre 1981 et 1983. Mais l’euro-pragmatiste qu’il est devrait être sensible à la menace d’attaques des marchés contre la dette française, notamment en raison de l’hostilité des partenaires de la zone Euro face à l’inaction française.

- En conséquence, dans le pire des cas (mais pas le plus probable), les marchés le contraindront à un tournant tel que celui qui s’était produit en 1983. Mais Hollande devra donner des gages à sa gauche, ne serait-ce qu’en raison du référendum raté de 2005 sur la Constitution européenne. Ses partenaires européens feraient donc bien de le laisser prétendre obtenir quelques concessions de leur part sur sa politique de croissance, même si elle n’est pas pertinente.

Source : Communiqué de presse de Crédit Agricole Cheuvreux.

 

Note 3-Chevreux Crédit agricole-8 mars 2012-Publié par Reporterre

..............................................

Texte original :

« François Hollande and France’s labour-market rigidity : the market will rock both »

- Hollande is bound to clarify his stance on labour-market and fiscal reform, when elected President on 6 May as is most likely. Indeed, he has so far remained evasive on both for purely but sensible electoral reasons : clarification now would only spook popular voters to the extremes, thus complicating the political equation.

- But Hollande has already signalled to centrist voters he will not undo his opponent’s useful measures, starting with the repeal of the infamous 35-hour scheme. So far, he has also restrained from announcing any substantial increase in State interventionism, starting with a commitment not to raise public jobs.

- In any case, Hollande will have to displease financial markets or voters just like Mitterrand in 1981-83, when he was the previous socialist President’s economic advisor. But, the Euro-pragmatist in him should wake up to (the threat of) market attacks on French debt, due notably to the anger of France’s Eurozone peers at inaction.

- Accordingly, in the worst-case (but not the likeliest) scenario, the market will force him to a U-turn as in 1983. Indeed, Hollande will have to accommodate his left, if only due to the failed 2005 referendum on the EU constitution. His Eurozone peers would thus be clever if they allowed him to pretend he extracted some concessions from them on his growth policies, even if irrelevant.


Je cite mes sources, sinon le banquier de la vidéo va me dire que je souscris "aux théories du complot

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article