Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Sur le front de Donetsk. Le 4 Avril 2016

6 Avril 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #La Russie, #Ukraine, #le nazisme, #Terrorisme, #Politique étrangère

Nous déambulons Janus Putkonen et moi sur le front Nord-Ouest de Donetsk entre la gare routière et l’aéroport quelque part aux frontières de la capitale du Donbass. Le décor est cataclysmique, au milieu des destructions, la vie pourtant continue. Un monument à la gloire de l’aventure spatiale de l’URSS trône dans une rue criblée d’éclats d’obus et de balles. Il reste des gens autour, tels des fantômes ils déambulent et vaquent à leur occupation. Au loin, alors que le front est calme ce jour-là nous percevons le bruit d’une meuleuse, sans doute un civil se livre dans ce moment d’accalmie à quelques réparations de son habitation certes encore debout mais passablement constellée des projectiles ukrainiens.

 

C’est le contraste de la ville de Donetsk, cinq kilomètres en arrière, s’il existe des traces de destruction, elles se raréfient pour être minimes dès que l’on se trouve dans le cœur de la ville, au centre de la place Lénine, même si en y regardant de près, des destructions sont apparentes même à cet endroit-là. Ce matin, alors que j’écris ces lignes, une détonation forte d’un obus ukrainien de gros calibre s’est faite entendre, c’est la triste réalité de cette guerre dont plus personne ne veut parler en Occident. Et pourquoi en parler ? Alors que la France à travers la présence du Président François Hollande se portait garante pour l’Ukraine devant la Russie et le Donbass, Kiev multiplie sans fin les provocations que vous pouvez découvrir à travers des centaines d’articles et de vidéos. Ce travail de journalistes, vous ne le trouverez pas en France, vous le trouverez peut-être plus sûrement dans les coins en Allemagne ou en Grande-Bretagne, mais pas en France.

Les destructions s’empilent, alors que nous étions samedi dernier avec Ulfdis sur trois endroits du front autour de Gorloka, les civils nous ont dit que « cela a chauffé la journée précédente et surtout la nuit, nous avons été bombardés à l’artillerie lourde et au mortier », déclare une jeune mère, la trentaine, qui vit avec son compagnon et ses deux enfants sous la menace constante des bombardements ou des snipers ukrainiens. Voici la triste réalité des oubliés du Donbass, ces gens qu’en France, certains voudraient voir mourir, que l’immense majorité préfère ignorer ou carrément par l’effet de la désinformation de nos médias, ignorent bel et bien.

 

Laurent Brayard pour DONi.Press

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article