Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

La santé publique est dans l'œil de la finance. La liquidation de la France est en cours! Les vautours sont à l’affût.

23 Juin 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #l'horreur économique, #Le grand banditisme, #La mondialisation, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #Les transnationales, #Le fascisme

La santé publique est dans l'œil de la finance.

La liquidation de la France est en cours!

Les vautours sont à l’affût.

La santé publique est dans l'œil de la finance. La liquidation de la France est en cours! Les vautours sont à l’affût.

Bonjour.

L’ultralibéralisme est un cancer qui ronge le monde. Les soudards de l’école de Chicago et les phalanges constituées par les disciples du Mont Pèlerin ont jeté et jettent misère et désolation partout dans le monde. Contre toute logique - nous devrions nous insurger et les condamner durement au vu des crimes qu’ils commettent - ces psychopathes nous entraînent vers l’abîme avec un risque élevé de 3° guerre mondiale.

Il y a 20 ans, le livre de Viviane Forrester « L’Horreur Economique » avait permis de comprendre la vraie nature du néolibéralisme. Il permettait déjà d’entrevoir les désastres à venir..

En France comme en Grèce, l’Union Européenne est le cheval de Troie de ces criminels. Elle utilise l’austérité pour imposer la dictature du capitalisme sauvage. Le mensonge de la dette permet de culpabiliser les citoyens et de rendre inéluctable à leurs yeux la vente à la découpe de nos biens communs. Le modèle social français issu de la Libération est attaqué par les voyous qui dirigent le monde. Ces gangsters font main basse sur les bastions qu’ils ne possédaient pas encore.

L’éducation et la santé sont de ceux-là !

Le gouvernement de gôche actuellement au pouvoir fait la sale besogne et impose toutes les régressions possibles au peuple français. La trahison « des ennemis de la finance » est totale.

Pour autant, le retour aux affaires de la droite ultralibérale achèvera le travail ; tout est à vendre désormais.

La France va disparaître dans ce maelström néoconservateur – appendice de l’Empire Etasunien – appelé Union Européenne.

Dans le document ci-dessous vous pouvez apprécier les efforts de nos gouvernants sociaux-libéraux pour plaire à leurs maîtres.

Une bataille est engagée à Saint Dizier pour sauver l’hôpital public.

Vous trouverez en PJ deux documents pour expliquer cette vilénie.

Faites circuler grandement cette information SVP !

Bien cordialement.

Lucien Pons

La santé publique est dans l'œil de la finance. La liquidation de la France est en cours! Les vautours sont à l’affût.

L'hôpital public doit-il fonctionner comme une entreprise, autrement dit, la santé est-elle une marchandise? - Que dit le Professeur Grimaldi? - Extraits.

" Avec la Tarification A l'Acte, dans notre jargon, la T2A, les recettes d'un hôpital sont désormais directement liées au nombre d'actes et de consultations enregistrés par l'établissement, donc à son volume d'activité.

la T2A a fait entrer l'hôpital public dans une logique purement gestionnaire. Ainsi, une consultation, pour être rentable, devrait durer douze minutes ! En effet, si vous calculez le ratio entre ce que l'assurance maladie rembourse à l'hôpital et le coût des médecins, infirmiers..., vous arrivez à douze minutes. Une stupidité, car tout dépend du patient et de la pathologie. Avec la T2A, les médecins se retrouvent face à un dilemme : ils sont déchirés entre donner le juste soin pour le patient au moindre coût pour la Sécu ou défendre leur structure en augmentant des soins inutiles. L'Institut Montsouris à Paris [un hôpital privé à but non lucratif, NDLR] possède un logiciel pour « optimiser le codage ». Le Parlement vote chaque année une enveloppe globale qui contient les crédits alloués à la santé, secteurs public et privé confondus. Mais cette enveloppe n'est pas extensible. La T2A est un moyen pour mettre sous pression les hôpitaux.

C'est un cheval de Troie. Avec elle, les fermetures d'hôpitaux publics se feront « naturellement », c'est machiavélique : l'hôpital public est en déficit, il va supprimer de l'emploi, des activités. On dira que la clinique privée d'en face fait le travail et qu'elle est moins chère pour la Sécu." sauf que la clinique aura tendance à laisser les cas lourds au public. CQFD

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article