Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

lundi 18 juillet 2016 Retour sur la tentative de coup d'état en Turquie Dans la nuit de vendredi à samedi, un coup d'état militaire a été tenté en Turquie. Par Karine Bechet Golovko

19 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #l'Allemagne, #AMERIQUE, #La Turquie, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La Russie

lundi 18 juillet 2016

Retour sur la tentative de coup d'état en Turquie

 
 
Dans la nuit de vendredi à samedi, un coup d'état militaire a été tenté en Turquie. Maintenant qu'il a échoué, certains tentent de minimiser les moyens mis en place, montrer qu'ils étaient insuffisants pour faire vasciller le pouvoir. Bombarder un bâtiment vide ne sert à rien. Certes, les moyens étaient insuffisants, tant que la tentative d'assassinat d'Erdogan n'était pas accomplie. La Turquie accuse Fethullah Gülen, et indirectement les Etats Unis, puisque l'imam travaillait avec la CIA, d'être derrière cette opération. 
 

 
Déroulement des évènements
 
Dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet, un groupe de militaires s'attaque en même temps à trois villes majeures en Turquie: Ankara pour les institutions étatiques, Istanbul pour les médias et Maramis la station balnéaire où se trouve le Président Erdogan.
 
A Ankara, les putschistes ont bombardé le quartier général, car après les nettoyages opérés dans l'armée, la majorité de l'état major est loyal à Erdogan, et le Palais présidentiel. Ils ont également attaqué le bâtiment de la télévision nationale:

Les tanks ont, pendant ce temps, commencé à tirer sur le Parlement. Vide, heureusement. Le but était de bloquer toute possibilité de communication entre Erdogan et les centres politiques du pays.

A Istanbul, où se trouvent les plus grandes chaînes de télévision et les centres de communications, les putschistes ont attaqué la chaîne turque TRT et la chaîne CNN turk. Tous les ponts furent bloqués et l'aéroport Ataturk fermé.

A Marmaris, la station balnéaire, pendant ce temps, se jouait l'élément clé de cette tentative de renversement du pouvoir en Turquie. Les forces en jeu étaient trop faibles pour pouvoir prendre de cette manière le pouvoir et surtout le garder. Il fallait tuer Erdogan. 3 hélicoptères ont tiré sur l'hôtel où résaidait le Président, environ 25 hommes furent débarqués pour tuer Erdogan. Mais ils rencontrèrent des difficultés à l'intérieur du bâtiment, car les forces spéciales qui protègent le Président les accueillirent.

Voici la vidéo de l'attaque aérienne de l'hôtel et l'état de la chambre occupée par Erdogan après l'attaque:

Si Erdogan avait été dans sa chambre, il n'aurait eu aucune chance. Seulement, il n'y était plus. Et le coup d'état a échoué à ce moment-là.

Les éléments de rupture du scénario

Quelques minutes avant l'attaque de son hôtel, Erdogan le quitte:

Pour autant, la communication va maintenant prendre le relai et tenter de faire tomber le régime sur un coup de poker menteur. Les putschistes font passer une annonce à la télévision turque affirmant qu'ils ont pris le pouvoir, que Erdogan est démis de ses fonctions présidentielles, en raison des nombreuses violations aux droits de l'homme:

Pour sa part, comme l'écrit The Washington Post, un militaire américain déclare à la chaîne NBC que Erdogan quitte le pays et demande l'asile politique en Allemagne:
Or rather, a U.S. military source told NBC News that Erdogan was trying to get into Germany.
Senior US military source tells NBC News that Erdogan, refused landing rights in Istanbul, is reported to be seeking asylum in Germany.
C'est alors que Erdogan apparait de manière très étrange à la télévision turque, sur le téléphone de la journaliste qui le brandit à la caméra:
 
 
Il est vivant, il appelle les turcs à défendre leur pays et à descendre massivement dans la rue.
 
Par cette déclaration, le Président turc a cassé la deuxième phase du coup d'état, la phase médiatique. Il n'est pas mort, il ne fuit pas et il n'a pas peur de son peuple, il arrive à Istanbul. Et les gens descendent dans la rue, ce qui complique techniquement la tâche des putschistes. Et renverse l'équilibre politique des forces en présence.
 
Dans ce scénario, un élément est troublant. Les américains viennent de favoriser une fuite d'information dans l'agence Reuters: deux chasseurs F16, soi-disant pilotés par les putschistes, encadraient l'avion présidentiel et encore deux les suivaient:
"At least two F-16s harassed Erdogan's plane while it was in the air and en route to Istanbul. They locked their radars on his plane and on two other F-16s protecting him," a former military officer with knowledge of the events told Reuters.
 
"Why they didn't fire is a mystery," he said.
Il semblerait que le message soit passé: on aurait pu, on ne l'a pas fait. A moins que le but était de l'arrêter et non de le tuer. Ou d'attendre pour voir où il allait: Ankara? Istanbul? A l'étranger? Et laisser le temps pour voir la réaction de la population. Ca reste un mystère.
 
D'où vient cette tentative?
 
La Turquie accuse l'imam Fettulah Gülen d'être derrière cette tentative de coup d'état. Celui-ci se défend. La Turquie demande son extradition aux américains, eux déclarent n'avoir reçu aucune demande mais pouvoir examiner les éléments de preuves que fournira Ankara. Et pour cause.
 
Au-delà de ses accointances religieuses, F. Gülen est considéré comme travaillant pour la CIA et ses différentes "écoles" que l'on retrouve dans différents pays comme, par exemple, au Kazakhstan, ne sont que des couvertures pour le recrutement et la formation de collaborateurs de la CIA.
 
Qui concrètement a fait le travail? On ne sait pas. Que les Etats Unis soient derrière? C'est fort possible, c'est leur méthode de faire disparaître les dirigeants gênants comme en Irak ou en Libye pour ne prendre que ces exemples. On se souviendra aussi de la tentative échouée contre le Président ukrainien Yanukovitch sauvé in extremis par la Russie. Mais ils ont besoin que le travail soit fait, du moins en apparence, de l'intérieur. D'où le recours à ces militaires. S'ils gagnent, ils les reconnaissent et s'ils perdent, ils soutiennent Erdogan.
 
Autrement dit, ils ne pouvaient ne pas être au courant. Et peut-être n'y a-t-il pas uniquement les Etats Unis qui furent au courant. On se souvient avec surprise de l'annonce brusque de fermeture de l'Ambassade de France à Ankara et du Consulat d'Istanbul le 13 juillet pour des raisons de sécurité "jusqu'à nouvel ordre". La France semble mieux informée à l'étranger que sur son propre territoire, mais il est vrai que ce ne sont pas les mêmes services qui travaillent.
 
La bulle explose
 
Les forces étaient gonflées et peu fiables. C'est ce qui donne, a posteriori, cette impression d'amateurisme. Qui ne reste qu'une impression, car tout a été préparé et coordonné. Les généraux ont envoyé les subalternes en première ligne, qui ont envoyé de simples soldats pour le renfort en disant que c'était un exercice. Lorsque Erdogan est apparu bien vivant et bien soutenu par la population, les généraux se sont trouvé "pris en otage" ou redevenus solidaires, les soldats se sont rendus et la bulle a explosé.
 
Or, il est clair, à entendre les réactions des dirigeants occidentaux, qu'un autre final était attendu. Le premier à s'être prononcé, et qui a mis J. Kerry en difficulté, est le ministre des affaires étrangères russe. S. Lavrov a clairement déclaré condamner tout coup d'état dans n'importe quel pays et a appelé à régler les différents dans le cadre constitutionnel. 
 
Il est évident que J. Kerry n'avait particulièrement ni prévu, ni envie de se prononcer si tôt, il voulait d'abord comprendre si ça avait marché ou échoué, d'où sa formulation plus qu'énigmatique sur la possible reconnaissance d'une "continuation" du pouvoir. Manifestement par d'autres qu'Erdogan.
 
 
U.S. Secretary of State John Kerry said on Friday that he hoped for peace, stability and continuity in Turkey, where a coup attempt is underway.
Kerry, speaking at a news conference in Moscow after a day of talks on Syria with Russian Foreign Minister Sergei Lavrov, said he could not comment further on Turkey because he did not have the latest details of what was happening there.
Dans l'ensemble, les dirigeants ne se sont pas pressés pour intervenir. Ils ont attendu de voir qui allait gagner la manche et comment allait réagir le peuple. D'autant plus que les médias sont remplis d'analyses expliquant la faiblesse d'Erdogan et du mécontentement populaire. Analyses biaisées, comme nous le voyons. Bref, quand il est devenu clair qu'il allait falloir continuer à coopérer avec Erdogan, alors ils ont, dans un premier temps, approuver l'échec d'un coup d'état. Mais ensuite, la machine se met en route. Prenons un article du Parisien:
"l'autoritaire président de la République islamo-conservateur", "les chancelleries étrangères, déjà très critiques sur le non-respect des droits fondamentaux dans le conflit avec les Kurdes, et qui considèrent à ce titre la Turquie comme un Etat démocratiquement peu fréquentable."
Cet Etat, il y a encore peu, allait bénéficier d'un régime sans visas avec l'UE. La situation des droits de l'homme s'est dégradée après ou avant l'impossibilité de convenir d'un prix?
 
En attendant, les purges du régime sont importantes. 6000 personnes arrêtées, dont près de 3000 militaires, plus de 2000 juges vont être démis de leur fonction. Et tout à coup, se pose la question de la fiabilité de la Turquie dans la lutte contre le terrorisme. A ce stade ce n'est plus de l'hypocrise, c'est de l'art. Il est vrai que Ankara interdit aux américain l'utilisation de la base aérienne de Incirlik. 
 
Plus de 70 généraux et amiraux seraient liés au complot. Voici la liste publiée de ceux qui ont été arrêté:
 
 
 
 
 
La situation est calme, mais encore tendue. Aujourd'hui, à Istanbul, la police a ordre de descendre sans prévenir tout hélicoptère survolant la ville sans autorisation. Au dernières nouvelles, l'attaché militaire turc au Koweit a été arrêté sur demande de la Turquie par l'Arabie Saoudite, lorsqu'il essayait de quitter le pays. Manifestement la Turquie rassemble des preuves. Contre les Etats Unis.
 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article