Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Les COMMUNISTES et L'IMMIGRATION : quels principes adopter?

8 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #l'immigration, #l'islamisme

Publié par Michel El Diablo

 

Georges Marchais, calomnié sur la question de l'immigration par la gauche petite bourgeoise

Georges Marchais, calomnié sur la question de l'immigration par la gauche petite bourgeoise

On peut dédier ce texte à un autre grand calomnié, André Gerin, sans toutefois adhérer à ses conceptions sur l'identité judéo-chrétienne de la France. Pour moi la France est une patrie de la Révolution, comme la Russie, la Chine, le Viet Nam ou Cuba.

G.Q.

----------

 

Il n'y pas de différence aux yeux des communistes entre travailleurs français et immigrés. Mais les communistes ne devraient pas pour autant défendre la liberté de l'immigration, s'ils veulent renouer avec les masses. La solidarité des militants de gauche avec les réfugiés est louable, mais elle tend à acréditer l'idée qu'ils sont partisans d'ouvrir totalement les frontières à la main d'œuvre étrangère. Certains militants de la sphère NPA- refondateurs du PCF ont d'ailleurs allègrement franchi le pas depuis longtemps. Or à l'intérieur du système capitaliste, et on ne va pas changer ce système demain matin, ce sont les frontières qui préservent en dernière analyse le niveau des salaires et les acquis sociaux.

Une campagne implicite pour libéraliser les migrations internationales se développe, en exploitant les images terribles des naufragés de la Méditerranée et des migrants maltraités par la police aux frontières de l'espace de Schengen. On veut faire passer les migrations à l'heure de la "mondialisation" pour une nécessité inévitable et en définitive positive de la modernité, et faire apparaître du même coup toute opposition à leur développement comme un signe de sclérose et d'inhumanité. On sait que les militants se laissent facilement prendre par les sentiments de nos jours, depuis qu'ils ont perdu l'intelligence du marxisme. En cédant à la pression morale des médias mainstream, ils font cependant directement le lit de l'extrême droite.

Quelques thèses évidentes pour commencer :

1) Les migrations et les migrants ne sont en soi ni bons ni mauvais. On peut les critiquer sans devoir être traité de raciste.

2) Voyager et changer de pays sont des libertés individuelles dont jouissent tous les riches, partout dans le monde. Les mesures de limitation de l'immigration ne s'appliquent donc qu'aux pauvres. Il faut tendre à terme à un monde où chacun pourrait choisir librement son pays. Mais ce n'est pas notre monde capitaliste d'aujourd'hui dans lequel il nous faudra vivre encore assez longtemps.

3) La migration d'un pays à un autre peut être revendiquée comme un droit de l'individu, mais dans la limite des possibilités concrètes de l'exercer. [Il faut se souvenir que les fameux Droits de l'Homme de la bourgeoisie auxquels on en revient toujours dans ce débat stipulent que chacun est libre de quitter son pays et d'y revenir. Mais non de se rendre et de s'installer dans tout autrepays.ndgq 15/02/2016]

4) L'exercice de ce droit suppose que l'immigrant adopte les usages du pays où il choisit de vivre. En général il migre justement dans ce but. Sinon au moins qu'il fasse suffisament de compromis pour pouvoir s'y adapter.

5) En régime capitaliste les migrants sont utilisés comme main d'œuvre bon marché, pour faire pression à la baisse sur les salaires et les revenus indirects des autochtones (ou des immigrés déjà intégrés à la société du pays d'accueil par le marché de l'emploi ou par le système scolaire). Ils sont aussi utilisés comme un capital humain, dérobé par les pays impérialistes aux pays plus faibles, qui perdent ainsi leur investissement en formation (ils en récupèrent une petite partie sous forme d'envois financiers des émigrés au pays natal). [ l'organisation de l'immigration massive en Europe de réfugiés syriens a pour but de provoquer à long terme l'effondrement de la Syrie, sur le modèle de celui de la RDA en 1989, ndgq 12/092015]. Une politique socialiste réaliste limiterait donc dans les faits le droit à l'immigration (et encore plus, comme on nous l'a assez reproché pendant la guerre froide, à l'émigration).

6) Cette concurrence engendre du ressentiment, et chez beaucoup de travailleurs le rejet de l'immigration et des immigrés. Ce rejet est un produit objectif de la situation, et les prêches moralisateurs sont sans effets contre lui.

7) Il faut affirmer clairement qu'être "contre l'immigration" et être "contre les immigrés"  ce n'est pas la même chose. Dans le premier cas on prône un changement de politique économique qui peut être justifié ou non, qui souvent ne l'est pas, mais qui est une opinion dont l'expression est légitime; dans le deuxième cas on prend des boucs émissaires, attitude qui doit être combattue par les communistes par l'éducation, sauf lorsque l'on a affaire à un raciste idéologique endurci, du genre de ceux qui croient en la supprématie biologique de l'homme blanc.

8) Les questions de savoir si l'immigration est bonne ou mauvaise pour la classe ouvrière du pays d'accueil, pour les pays d'origine des migrants, et pour les migrants eux-mêmes sont des questions de sociologie et d'économie scientifique, dont les réponses peuvent varier selon la situation réelle. On doit donc pouvoir en discuter sans préjugés et sans tabou.

9) La France est un pays traditionnel de l'immigration politique et cette tradition d'accueil fait partie de son identité. Mais il n'y a pas de raison ni de mérite à y accueillir des oligarques kleptocrates, des terroristes islamistes (ou autres), des fondamentalistes, ou des pseudo-dissidents stipendiés par l'Occident.

10) La revendication de la régularisation automatique de tous les sans-papiers est un mot d'ordre irresponsable, gauchiste, d'essence ultralibérale. Il joue son rôle dans la conjoncture sinistre qui pousse les migrants à risquer leur vie en masse en cherchant à passer en Europe à n'importe quel prix.

11) L'idée, fréquemment défendue à la CGT, qu'il suffirait de régulariser tous les travailleurs sans-papiers pour mettre fin à leur surrexploitation et à la pression à la baisse qu'ils exercent sur le marché du travail ne résiste pas à l'analyse : une telle régularisation globale déclencherait une nouvelle arrivée massive, et la situation sur la marché du travail serait encore aggravée pour les travailleurs.

Faut-il dire que "l'immigration est une chance pour la France" ? Elle l'est dans le sens où elle a toujours lieu dans l'intérêt de l'économie du pays d'accueil (sinon elle cesse immédiatement comme on a pu voir en 2009 avec la crise). Mais l'intérêt de l'économie pilotée par la bourgeoisie et celui de la classe ouvrière, ce n'est pas toujours le même. Ce n'est pas par bêtise ou par racisme que les prolétaires français ou installés depuis longtemps en France sont réticents à l'égard des sans-papiers. Ils sont souvent excédés par des campagnes bien intentionnée mais irréfléchies et pensent que "j'ai bien mes papiers, ils n'ont qu'à en avoir eux aussi avant de venir en France". Il faudrait changer de ton à leur égard pour commencer, si on veut combler la fracture entre "la gauche" et le peuple et s'opposer vraiment, et pas qu'en intention, à la montée du FN et à la désertion des urnes.

La régularisation des sans-papiers ne va pas de soi, ceux qui la défendent doivent convaincre au cas par cas.

Les communistes pourraient, s'ils avaient un tant soit peu de courage politique, défendre un programme demandant la limitation ou l’arrêt de l’immigration, sans être confondu aux yeux du peuple (qui voit juste, disait Mao) avec l'extrême droite. Mais pour ceux qui ne comprendraient pas bien, voici explicitement la différence entre une politique restrictive de l’immigration émanant de l’extrême droite, et une telle politique émanant de communistes.

L'extrême droite veut non pas arrêter l’afflux d’immigrants, mais chasser ou persécuter les immigrants déjà installés et leurs enfants et descendants, et principalement les Noirs et les musulmans. Elle n'est pas opposée, loin de là, à l'immigration de chrétiens et de blancs. Peu lui importe le fait que l’immigration au départ soit une politique destinée à comprimer les salaires par la concurrence entre exploités, ce qui devrait lui plaire, car elle pense parvenir au même résultat par la simple force de la répression, dont elle est fétichiste, et par la persécution du mouvement ouvrier. En fait elle veut détruire la nation française réelle, fondée en 1789, pour revenir à un fantasme de la nation traditionnelle de l'Ancien Régime. Des guerres de la Révolution à la Commune et à la seconde guerre mondiale elle est le parti de l’étranger. Aucune réconciliation possible avec cela.

Mais même si certains néonazis sont obsédés par la purification de la soi-disant race blanche, son but réel est la création d’un prolétariat discriminé et d’une société d’apartheid. Si elle avait réalisé son rêve de garder l’Algérie française, il y aurait maintenant 45 millions de citoyens de seconde zone en France. Dans les conditions actuelles, elle serait prête à importer des millions d'Ukrainiens encadrés par des groupes néo-nazis. Elle le fait déjà en Espagne. Historiquement, on constate que les miltants d'extrême doite, symptômatiquement, se recrutent très souvent parmi les cadres expatriés en Afrique, et dans les directions du personnel de l'industrie, sans parler des syndicats jaunes, qui sont en contact direct avec la main d'œuvre immigrée et organisent son exploitation.

Les communistes devraient quant à eux défendre la politique migratoire qui permettrait l’intégration la meilleure des immigrés déjà présents et de leurs enfants à la nation française, et plus précisément concernant les ouvriers qui sont largement majoritaires dans l’immigration, leur intégration à la classe ouvrière française, ce qui ne peut se faire que dans la lutte commune pour les intérêts communs de tous les travailleurs.

Ralentir ou faire cesser provisoirement l’immigration est nécessaire pour améliorer l’intégration. Aux États-Unis, ce sont précisément les lois contre l'immigration de 1919, pourtant destinées à préserver le pays de la contagion révolutionnaire, qui ont relancé involontairement le processus d'intégration des Noirs américains au monde du travail industriel et des grandes métropoles, préalable à leur émancipation relative des années 1960.

Une mauvaise intégration massive, avec son corolaire de pauvreté, d’échec scolaire, de chômage, de ghettoïsation, condamne une part importante des immigrés à devenir un nouveau lumpenprolétariat sans espoir, qui remplit les prisons et nourrit des réactions de racisme ordinaire parmi les français "sans qualité" qui restent largement majoritaires (plus de 90% de la population).

Les communistes dignes de ce nom devraient s’opposer explicitement à la théorie libérale de la libre migration internationale dans les conditions du capitalisme, qui considère d'ailleurs la nation comme dépassée dans l’ensemble euro-atlantique, et donc l’intégration inutile. On finit toujours par s'intégrer à quelque chose. Les groupes gauchistes qui considèrent l'intégration à la culture française des immigrés résidant en France comme une forme de colonialisme moral défendent objectivement à la place l'intégration à la culture de la marchandise et du spectacle, à l'Occident, à la patrie globale du capital, ou sinon le repli identitaire-religieux. Bref, à l'empire américain-européen-chrétien-blanc.

Enfin des immigrés explicitement antifrançais faisant obstacle à l’intégration de leurs compatriotes ou coreligionnaires n’ont évidemment pas leur place dans le pays. Prendre leur défense aboutirait uniquement à susciter un mépris populaire bien mérité.

Contrairement à l’extrême droite, les communistes ne remettent pas en cause les naturalisations, se proposant au contraire de les faciliter, et refusent l’expulsion de mineurs scolarisés qui déjà sont culturellement français de facto. Contrairement aux "socialistes", ils ne stigmatisent pas les bi-nationnaux et refusent la déchéance de nationalité.

Dans l’application de leur politique restrictive de l’immigration, la droite, l’extrême droite, proposent essentiellement des pratiques de discrimination et de harcèlement des immigrés, qui sont fondamentalement racistes. Les communistes frapperaient sans merci les employeurs de main d'œuvre étrangère illégale, français ou étrangers, y compris les particuliers, et leurs donneurs d'ordres (surtout français, et parfois même relevant de l'État!). Les communistes lanceraient des politiques de codéveloppement ambitieuses avec les pays d'origine des migrants, qui ne sont possibles qu'en quittant le cadre européen. Lequel cadre introduit, comment ne le voit-on pas, une discimination intolérable entre les étrangers selon leur origine, leur religion et leur couleur de peau.

Les communistes tels que je les entends n’ont pas de préjugés contre l’islam français. S'ils refusent le communautarisme musulman qui enferme les immigrés dans un ghetto mental et renforce le racisme de part et d’autre, ils refusent de la même manière de cautionner les communautarismes juifs, chrétiens, nationaux et régionaux ou fondés sur l’orientation sexuelle. Il faut remarquer qu’à part les gauchistes de tendance libertaire et les partisans du libéralisme économique cohérents avec leurs idées, personne ne défend réellement la liberté de l’immigration, et donc tous (gauche comprise) doivent aussi assumer la nécessité de procéder à des expulsions.

Mais les travailleurs immigrés ne peuvent pas s'intégrer à une nation sans patriotisme, où la petite bourgeoisie mondialisée et décervelée par les médias mainstream dénigre sans cesse son propre pays, et déstructure son propre langage, dans l'espoir de complaire à l'impérialisme. Le nationalisme tant reproché aux communistes réels (ceux qui ont réellement agi) est un nationalisme défensif et de libération, et non le chauvinisme impudent et grotesque qui accompagne les tendances impérialistes. On ne peut les confondre que par ignorance crasse, ou en usant de la plus complète mauvaise foi. En fin de compte, la différence est claire entre le pseudo-nationalisme raciste prompt à la trahison et le patriotisme, entre Vichy et la Résistance de l’Affiche Rouge.

Les politiques libérales de migration, qui aident à la dissolution des nations et la suppression des frontières qu’exige la bourgeoisie transatlantique, développent dialectiquement une opposition radicale, parfaitement légitime, mais tout est fait, en particulier par la promotion médiatique des porte-paroles de l'extrême droite, pour que la colère des masses soit récupérée par les mouvements racistes et xénophobes, et ainsi stérilisée, et diabolisée. Le piège est grossier. Certains militants de gauche et d’extrême gauche semblent pourtant prompts à y donner. C'est qu'ils sont plus interessés par la posture morale que par l'action, ou bien qu'ils confondent miltantisme politique et aide humanitaire. Ou, tout simplement, qu'ils ne sont pas les révolutionnaires qu'ils prétendent être.

 

G.Q.

Le18 juin 2015,

mis à jour le 15 févier 2016

 

SOURCE :

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article