Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Pour obtenir la victoire sur la Russie les autorités ukrainiennes sont prêtes à une nouvelle opération sous faux drapeau de type MH17… en Syrie

12 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #Ukraine, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #Terrorisme

Pour obtenir la victoire sur la Russie les autorités ukrainiennes sont prêtes à une nouvelle opération sous faux drapeau de type MH17… en Syrie

L'information selon laquelle le vol Kiev-Amman a dévié de sa route et a passé plus de temps que prévu dans le ciel syrien est inquiétante…

L'Occident en général, et les États-Unis en particulier ne peuvent restaurer le statu quo perdu qu'avec le départ d'Assad. Mais le soutien fourni par la Russie aux dirigeants et aux forces gouvernementales syriennes réduit les chances de la coalition à zéro. Ils n'ont pas réussi à forcer Poutine à trahir sa parole et ses actes quelque soient les sanctions ou les menaces.

Mais personne n'est prêt à se battre à la baïonnette avec l'insolente Russie. De véritables actions militaires, comme les autorités ukrainiennes en rêvent tellement sont impossibles en principe. La Pologne et les états Baltes le confirmeraient les premiers, eux dont les bases militaires seraient détruites par une frappe de représailles russe en cas de début de conflit armé. Donc la guerre, au sens habituel du terme est à oublier.

Leur seule chance de renverser la tendance en leur faveur serait de faire de Poutine un criminel de guerre. La manière la plus rapide et la plus efficace pour que ce conte-de-fées-favori-des-mêmes-autorités-ukrainiennes devienne réalité serait d'abattre un avion civil dans la zone où sont situés les missiles antiaériens russes en Syrie. Malgré la situation, le ciel syrien n'est pas fermé aux avions civils. Bien sûr les routes pour les vols commerciaux ne passent pas au dessus des zones de combat, néanmoins une phrase du contrôleur aérien peut suffire pour changer la situation.

Compte tenu de la situation actuelle, rien ne peut être écarté. C'est pourquoi, l'information selon laquelle le vol Kiev-Amman a dévié de sa route initiale et a passé plus de temps dans le ciel syrien que ce qui était prévu est très curieux.

Déviation vol Kiev-Amman

Je souligne que la première information sur la déviation dangereuse de la route de ce vol est apparue sur la page Twitter de Julian Roepcke – un chroniqueur politique du journal allemand Bild – qui est connu pour sa russophobie enragée. Pour situer le journaliste, il attribue systématiquement la responsabilité des morts en Syrie et dans le Donbass sur la Russie.

L'apparition d'un tel post sur sa page peut difficilement être considéré comme un accident. Je reconnais là totalement l'une des étapes de préparation d'une provocation à grande échelle. Le Département d'État adore utiliser des informations venant des réseaux sociaux. Et si soudainement nos amis américains décident en effet d'abattre un autre avion civil (peut importe avec l'aide de qui), ils auront déjà des preuves.

C'est-à-dire que la probabilité qu'une opération « Boeing-2 » soit prévue est très forte, mais qu'au lieu des Ukrainiens, le sale boulot sera fait par les combattants de « l'opposition syrienne modérée ». Bien sûr, ce n'est pas la seule façon de coincer la Russie dans un scénario déjà testé. Cependant, à l'heure actuelle, les subtilités d'un « plan B » ne sont pas encore au point.

Je ne crois pas aux coïncidences. À l'heure actuelle, chaque coïncidence doit être considérée comme une chaîne d'événements bien élaborée.

L'Occident rappelle trop souvent à Poutine le sort de Kadhafi, Hussein et Milosevic. Cependant, contrairement aux dirigeants de ces pays, accusés de crimes de guerre contre leur propre peuple, Poutine et la Russie sont aujourd'hui hors de portée. Et il y a peu de chances de réussir à présenter cela comme une intervention de « libération ».

Cela veut dire qu'ils ont besoin d'un prétexte officiel. Les erreurs du MH17, qui les ont empêchés d'obtenir le résultat désiré sans ambiguïté, ont été prises en compte. Maintenant, ils vont agir avec plus de précaution.

Et le fait qu'ils puissent, très probablement, utiliser un vol ukrainien - c'est là que la situation est particulièrement cynique. Car dans le quadrilatère Occident-Russie-Syrie-Ukraine, tellement d'énergie et de moyens ont été investis qu'ils vont essayer d'en retirer un maximum de profits.

Imaginez les gros titres : « Les S-400 russes ont abattu un avion ukrainien dans le ciel syrien ».

Certains au Pentagone sont prêts à vendre leur âme au diable pour une telle chance...

PS :

1. Les autorités ukrainiennes, pour l'amour de la provocation qui peut leur fournir la « victoire » tant convoitée sur la Russie, sont prêtes aujourd’hui à sacrifier une centaine de leurs citoyens.
2. Prêtez attention au fait que depuis que la Russie a déclaré qu'elle ne cherchera pas à identifier les objectifs et la nationalité des objets volants, personne n'a depuis traversé cette zone. Mais avec cet incident - c'est comme si le feu vert avait été donné pour le faire...
3. Si ce précédent avec le changement de route a eu lieu, cela signifie que maintenant la Russie doit avoir des doutes chaque fois un objet apparaît dans le champ de vision des S-300 / S-400: « Peut-être est-ce un avion ukrainien qui a décidé d'offrir des sensations fortes à ses passagers? » Et cela fera perdre un temps précieux à la Russie.
4. Les drones et avions de combat ennemis volant « très serré » pourront obtenir là une couverture parfaite.
5. En ce qui concerne les avantages que l'Occident recevra en cas d'avion civil abattu, il est même inutile de spéculer …

Rayon d'action S-300 et S-400 russes

Yulia Vitiazeva pour News Front

Traduction depuis l'anglais (StalkerZone) par Christelle Néant

à la une de DONiSuggested Articles

 

Commentaires

  • Commentaire de Louis JULIA le 12 Oct 2016

    Entièrement d'accord avec cette analyse. J'ai publié l'info dès qu'elle est apparue dans des twitts, et je l'ai répercutée sur Spoutnik:
    09/10/2016 https://fr.sputniknews.com/international/201610091028101858-boeing-aeroport-prague/
    PUBLICATION : 08/10/2016 Un charter ukrainien faisant la ligne Kiev-Amman s'est dangereusement aventuré au-dessus de la Syrie dans une zone qui est utilisée par les avions militaires gouvernementaux et russes pour partir en opération.
    https://www.rusdialog.ru/news/81948_1475951761
    Il s'agit d'un Boeing 737 de la compagnie ukrainienne de charters Bravo Airways, vol Kiev-Amman, dont l'équipage a décidé de délaisser l'itinéraire sûr afin de raccourcir le vol et d'économiser du carburant. Il a donc engagé son avion dans une zone proche de Damas qui est utilisée pour les départs en mission des avions militaires. Mais surtout, l'avion s'est retrouvé à peu de distance de la portée des radars qui commandent les missiles S 300 installés par les Russes.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article