Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

ALEP ET L'HYPOCRISIE par André Boyer.

21 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Terrorisme, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #Les média

20 décembre 2016 

 

Devant tant d’hypocrisie, tant de mensonges, tant de mauvaise foi, l’analyse et la sincérité en sont presque désarmées puisque, quoique l’on écrive, on le mettra en balance avec ces tombereaux de propagande qui se déversent sur nos têtes depuis mars 2011 avec une intensité redoublée depuis les quelques semaines qui ont vu le siège et la prise du quartier est d’Alep.

 

J’ai pour moi d’avoir décrit depuis juillet 2012 l’origine du conflit et prévu ce qui s’est passé depuis, à ceci prés que je n’étais pas convaincu qu’Assad tiendrait jusqu’au bout, du moins avant l’intervention des Russes à l’automne 2015 (VOIR EN ANNEXE MES ARTICLES SUCCESSIFS SUR LE SUJET).

Pourquoi tant de lamentations sur la prise d’Alep-Est, camouflée en gémissements humanitaires ? Camouflée en effet, car d’où provient la perte de trois cent vingt mille vies, la fuite d’un quart de la population syrienne et la destruction presque totale de l’économie du pays ? De ce que les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Arabie Saoudite et le Qatar ont fourni les armes et les munitions aux rebelles syriens et non syriens (y compris deux mille Français), démocrates sincères ou islamistes fanatiques pour qu’ils fassent à leur place le travail qu’ils leur avaient assigné, à savoir chasser Assad du pouvoir. Pour atteindre cet objectif épatant, peu importe les morts, les blessés, les réfugiés, les destructions !

Personne ne se demande combien la Syrie de Bachar El Assad compterait de morts si la coalition américano-saoudienne n’avait pas uni ses efforts pour encourager, former et financer la rébellion. On dispose pourtant d’un évènement comparable, celui de l’offensive des Frères Musulmans contre le régime laïc d’Hafez El Assad le 2 février 1982 à Hama. L’armée syrienne fit durant 27 jours le siégé de Hama, provoquant la mort de deux mille personnes selon le rapport de la Defense Intelligence Agency.

Deux mille morts, c’était une terrible répression, à laquelle les Etats-Unis ne trouvèrent à l’époque rien à redire. Trois cent vingt mille morts, que l’on aurait imputé exclusivement à Assad, leur a semblé par contre un prix acceptable pour renverser le régime syrien, dictatorial, laïc et protecteur de minorités alaouites, chrétiennes et druzes en faveur d’un régime islamiste sunnite tout aussi dictatorial, mais favorable aux intérêts économiques des Etats-Unis et de leurs vassaux.

Car l’enjeu syrien n’est en rien humanitaire pour les Etats-Unis, sinon ils auraient depuis cinq ans amplement eu le temps d’imposer un compromis entre le gouvernement de Damas et ses opposants. L’enjeu est celui du contrôle de la Syrie pour des raisons stratégiques, du fait de sa position centrale entre les gisements de production de l'Est et la Méditerranée orientale.

En novembre 2010, l'Arabie Saoudite et le Qatar ont demandé au Président Bachar El-Assad de pouvoir ouvrir des oléoducs et gazoducs d'exportation vers la Méditerranée orientale. La Syrie a refusé sous la pression de la Russie, qui y voyait un moyen de contrecarrer ses propres exportations vers l’Europe. Ce refus a été suivi par les premiers appels à manifester contre le régime syrien en février 2011, puis à le renverser avec les encouragements des services secrets américains, britanniques et français, complétés par l’ingérence de combattants islamistes financés par le Qatar et l'Arabie Saoudite. L’Iran répondait le 25 juillet 2011 à ces menaces contre le régime syrien par un accord pour le transport de son gaz via l'Irak, faisant de la Syrie son principal centre de stockage, mais le chantier du pipe line a été gelé à cause de la guerre. Depuis l’Iran finance le régime syrien.

De plus, depuis 2009, des bouleversements considérables se sont produits en Méditerranée orientale du fait de la découverte par la compagnie texane Noble Energy, partenaire d'Israël, du gisement de Tamar à 80 km d'Haïfa, bouleversements encore accentués en 2010 par la découverte du gisement Leviathan qui concerne non seulement Israël, mais aussi la Turquie, la Grèce, Chypre, le Liban et surtout la Syrie qui disposerait des réserves de gaz les plus importantes de tout le bassin méditerranéen oriental. Israël est désormais énergétiquement indépendant, ce qui n’enchante ni les Etats-Unis ni les pays du Golfe et la Syrie risque de devenir un pays doublement stratégique pour la production de gaz et son acheminement vers l’Europe.

Voilà l’enjeu, tout le reste n’étant qu’un brouillage humanitaire franchement nauséabond, aux odeurs de pétrole, d’islamisme, de morts par centaines de milliers, de millions de personnes déplacées et d’attentats en Europe. Il a fallu répéter ad nauseam qu’Assad n’était qu’un dictateur, un assassin, un criminel de guerre pour couvrir d’un misérable manteau humanitaire le plan stratégique qui consistait à s’emparer de la Syrie pour contrôler l’extraction du gaz et son transport vers l’Europe. Aujourd’hui, les gouvernants engagés dans cette opération et leur valetaille médiatique en sont réduits à redoubler de cris d’orfraie pour essayer de masquer leur échec.

En effet, avec la chute d’Alep, dernier gage tenu par les rebelles tenus à bout de bras par le bizarre consortium constitué par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne la France, la Turquie, le Qatar et l’Arabie Saoudite, la Syrie utile est à peu prés entre les mains de l’alliance entre la Russie et l’Iran. Le consortium a toujours les moyens de contrarier les plans de l’alliance comme l’a montré l’attaque de Palmyre planifiée par les Etats-Unis et exécutée par l’État Islamique, mais il n’a plus les moyens de s’emparer de la Syrie.

Avec le temps, j’ai remarqué que les faits étaient remarquablement têtus. Depuis 2011, on pouvait prévoir, comme je l’ai expliqué à l’époque, une très forte résistance d’Assad. De plus, l’enjeu stratégique syrien étant plus important pour les Russes que pour les Américains, les premiers se sont engagés plus à fond et ils ont gagné une première manche. La seconde peut consister à entretenir une forte rébellion à la périphérie avant de négocier un accord qui tienne compte des nouveaux rapports de force et des intérêts de toutes les parties prenantes.

 

Pourtant, quand je songe au profond cynisme et à l’insondable mépris pour les être humains de ces milliardaires américains et de ces princes saoudiens ou qataris confortablement installés dans de luxueux salons à bord de leurs immenses yachts, jouant avec la vie et la foi de milliers et de milliers d’enfants, de femmes et d’hommes, les excitant, les payant pour tuer, tout en les gavant de bonnes paroles, la bouche pleine de feinte compassion mais ne songeant qu’à leurs milliards futurs, la colère me saisit, encore renforcée par la stupidité complice de tous ces pleureurs qui leur emboitent le pas sur les medias à leurs bottes…

 

ANNEXE: SYNTHÈSE HISTORIQUE DU CONFLIT SYRIEN

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article