La guerre en Syrie n’est pas finie mais le peuple syrien peut voir l’avenir avec optimisme. Les rebelles islamistes renforcés par les brigades internationales djihadistes, ces bandits de grand chemin qui tuent, violent et volent en toute impunité, ne prendront pas le pouvoir en Syrie et n’imposeront pas la loi du coran dans tout le pays.

Rappel de l’origine de la guerre en Syrie.

Que ceux qui croient que le peuple syrien s’est spontanément révolté contre le gouvernement de leur pays en 2011 se détrompent. Les Syriens, dans leur grande majorité, craignaient qu’un « printemps arabe » i ne vit le jour en Syrie. Ils pouvaient voir les résultats de ces troubles en Tunisie, en Libye et surtout en Égypte et ils savaient que les conséquences seraient pires si cela advenait chez eux.

Sous l’initiative de Bachar al-Assad et sous la pression occidentale, la Syrie se dirigeait vers un abandon progressif de la doctrine socialiste baasiste iiet s’orientait vers le libéralisme qui devait l’intégrer dans le système globalisé mondial qui semblait devoir inéluctablement s’imposer en ce début de XXIe siècle.

La conséquence de ce bouleversement en Syrie fut l’émergence de ce qu’on appelle une société à deux vitesses.

Il y avait d’un côté, une bourgeoisie urbaine qui tirait profit de l’ouverture libérale et de l’autre, une campagne qui souffrait d’être laissée à elle-même et dont les habitants venaient grossir le prolétariat urbain en s’installant dans les banlieues des grandes villes. Les grandes sécheresses des années précédant la révolte instrumentalisée des campagnes de 2011 favorisa aussi cet exode.

C’est une situation tout-à-fait habituelle dans un contexte de passage d’une économie conservatrice-protectrice vers une économie libérale et c’est une constante depuis le XVIIIe siècle.

Une présidence syrienne autoritaire mais ouverte à l’économie libérale pouvait très bien convenir aux puissances occidentales mais il fallait alors aussi que la Syrie changeât d’alliance.

C’est Nicolas Sarkozy et le Qatar iii qui furent chargés de cette mission.

Dans le cadre de l’Union pour la Méditerranée, Nicolas Sarkozy invita Bachar al-Assad à participer aux festivités du 14 juillet 2008 à Paris.

Avec le Partenariat oriental qui devait arrimer six pays d’Europe orientale et du Caucase à l’Occident et lancé à l’initiative de la Pologne et de la Suède en 2009, l’Union pour la Méditerranée devait faire du pourtour de cette mer une totale zone d’influence occidentale.

Ce fut un échec, Bachar al-Assad iv refusa de rompre l’alliance de son pays avec la Russie, l’Iran et le Hezbollah.

C’est à partir de ce moment que s’ourdit un véritable complot contre le régime syrien v dont Roland Dumas a révélé le premier l’existence dans une vidéo célèbre vi. Cela se passait en Angleterre mais nous savons grâce aux révélations de WikiLeaks que le Département d’État sous la direction d’Hillary Clinton était à l’initiative d’une conspiration pour renverser Bachar al-Assad.

Cela faisait partie de la doctrine « Obama », le « Leading from behind », qui consiste à ne plus déployer de troupes étasuniennes pour occuper le terrain et à déléguer les interventions directes à des pays alliés en ne fournissant que les assistances techniques et militaires.

Les Occidentaux avaient la conviction que le régime syrien ne tiendrait pas longtemps devant une révolte populaire.

Plusieurs puissances régionales préparèrent le terrain pour une rapide prise de pouvoir en Syrie .

  • L’Arabie Saoudite qui avait progressivement pris le contrôle des mosquées du sud du pays se servit de ses nombreux imams salafistes pour faire des prêches incendiaires contre le régime laïc syrien responsable selon eux de la détérioration des conditions de vie des populations les moins aisées.
  • Le nord de la Syrie fut « travaillé » de la même manière par les Frère musulmans soutenus par la Turquie et le Qatar.
  • Les réseaux sociaux s’adressaient à la bourgeoisie urbaine laïque pour l’inciter à manifester pour la libération des prisonniers politiques et pour le pluralisme politique.

Les deux principales zones d’influence furent ainsi bien réparties et la future partition de la Syrie se dessinait clairement. Un Sud salafiste sous influence saoudienne, un Nord aux mains des Frères musulmans proches de la Turquie et un éventuel réduit alaouite sur la côte méditerranéenne.

Il manquait l’étincelle et elle viendra de Deera où de jeunes adolescents furent molestés par la police pour avoir taguer des slogans hostiles au régime. Il est évident que n’importe quel autre prétexte aurait pu servir pour lancer une révolte, tous les éléments avaient été mis en place.

Des milliers de manifestants, parfois encadrés par des hommes armés, déambulèrent dans les rues des banlieues tous les vendredis après la prière de midi en ce début 2011.

Ces manifestations furent contrebalancées par des défilés rassemblant des centaines de milliers de personnes à Damas et dans d’autres villes de Syrie qui venaient en soutien au gouvernement syrien. Ces défilés furent ignorés par les médias occidentaux. Cette comparaison entre les nombres de manifestants indique que les opposants étaient minoritaires et que la lutte armée qu’ils entamaient était illégitime.

Les reportages « bidons » des chaînes de TV satellitaires qatarie (Al-Jazeera) et saoudienne (Al-Arabiya) vinrent semer le trouble et la sédition en Syrie et ils furent relayés sans vérification par les médias mainstream occidentaux.

Dès les premières victimes civiles, les chefs d’États occidentaux, la France en tête, exigèrent le départ du président Assad avant toute négociation comme si la Syrie était une de leurs colonies.

On peut dire à présent que ce fut la plus grande et la plus longue manipulation des esprits de tous les temps et une tache indélébile qui marquera à jamais la crédibilité des journalistes et des experts de plateaux de télévision.

Le rôle plus qu’incohérent des États-Unis.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/01/220px-Barack_Obama_at_Cairo_University_cropped-418be.jpg

220px-Barack_Obama_at_Cairo_University_cropped-418beC’est un président sans expérience internationale qui arriva à la tête des États-Unis en 2009. Barack Obama avait été élu sur base d’un programme de désengagement militaire des États-Unis en Irak et en Afghanistan et sur la promesse de fermer le camp de prisonniers de Guantánamo.

 

 

L’espoir qu’il suscita alors avait été ponctué la même année par un Prix Nobel de la Paix.

Son discours du Caire du 4 juin 2009, « A new Beginning », marque un tournant politique après les années W Bush qui avait fait de la lutte contre Al-Qaïda une excuse pour une occupation militaire de la région.

Ce discours de Barack Obama, un véritable éloge à l’islam, marque une volonté d’alliance entre les États-Unis et le monde islamique en ne mettant en exergue que les côtés positifs de la civilisation islamique et en omettant ce qui est négatif et notamment ce qui concerne le statut de la femme et les châtiments corporels. Ce discours avait d’ailleurs été très critiqué par des mouvements féministes vii.

Avec le recul, on comprend mieux que sa doctrine consistait à un rapprochement politique avec l’islamisme « modéré » représenté par les Frères musulmans et les salafistes saoudiens. C’est le retour à l’alliance de 1945 viii qui fut provisoirement malmenée après le 9/11.

Pourquoi l’État islamique est combattu par les États-Unis .

L’objectif de l’État islamique est la création d’un califat qui reformerait le pays de Cham historique (Bilad al-Cham) qui allait de l’ouest de l’Irak à la Méditerranée.

Ce projet de califat islamiste est contraire au projet étasunien de découpage de la région en petites entités ouvertes au libéralisme, sans poids politique et sous l’influence de puissants alliés des États-Unis. Il est aussi contraire aux intérêts des saoudiens pour qui un califat mettrait leur légitimité comme gardien des deux principaux lieux saints de l’Islam en question.

D’un autre côté, les États-Unis voulaient la chute du pouvoir syrien actuel et l’EI pouvait être un des instruments pour y arriver.

Le jeu trouble des États-Unis consiste pour le moment à secrètement aider l’EI en Syrie et à mollement le combattre à Mossoul.

Il faut souligner que l’EI est né grâce à une mauvaise estimation des États-Unis en Irak.

Il faut revenir en 2007 quand le général David Petraeus a présenté son nouveau plan, le « Surge ».

Il s’agissait de former des milices chargées de maintenir l’ordre dans la partie sunnite de l’Irak de façon à faire baisser la violence et à préparer une partition du pays. Ce plan reçut le soutien saoudien parce qu’il confiait la sécurité des zones sunnites à des sunnites. C’est le ralliement de ces milices souvent composées d’anciens soldats de Saddam Hussein à des idéologues qaïdistes qui a formé l’ossature de l’EI.

C’est pour cela qu’on dit souvent que les États-Unis sont à la base de la création de l’EI vu que ce sont des instructeurs étasuniens qui ont formé les soldats de l’EI.

Le libération d’Alep. Est-ce Stalingrad… ou Koursk ?

Jusqu’en juillet 2012, la ville d’Alep était restée à l’écart de l’agitation qui secouait le pays. Les multiples tentatives de soulèvements populaires se soldèrent toutes par des échecs au point qu’il y avait très peu de forces armées dans la ville.

Quand, en coordination avec un assaut sur Damas, 2000 rebelles venant de la province investirent Alep, l’armée fut prise par surprise et ne put résister. Les quartiers orientaux majoritairement peuplés de sunnites et le quartier historique tombèrent très vite. Des renforts militaires envoyés d’urgence par le gouvernement syrien arrivèrent à temps pour empêcher la prise de l’ouest de la ville.

La ville restera divisée avec l’Est sous la coupe de multiples milices qui imposèrent leur loi et l’ouest qui mena une vie normale sous la protection de l’armée arabe syrienne mais perturbée par les coupures d’électricité et d’eau ainsi que par les bombardements que leur imposèrent les forces rebelles.

Avec 400 à 600 mille habitants ayant fui les islamistes et s’étant réfugiés à l’Ouest, la partie occidentale de la ville comptait environ 1,6 million d’habitants. Il ne restait que 200 à 250 mille habitants à l’Est mais les médias mainstrean continuaient à en parler comme s’il s’agissait de la partie essentielle d’Alep. Nous ne vîmes presque pas de reportages des TV occidentales de la partie de la ville tenue par les troupes loyalistes.

Les 2000 rebelles du départ furent renforcés par de nouveaux rebelles islamistes issus de la province et par des brigades internationales djihadistes. Ils finirent par former des groupes hétéroclites de plus d’une dizaine de milliers de combattants qui s’installèrent avec leurs familles dans les logement laissés vacants.

C’est pour cela qu’on peut dire que les récentes évacuations (cinquante mille personnes) ne concernait que très minoritairement des habitants alépins d’origine.

La défaite militaire des rebelles islamistes est sévère. Ils ont perdu des chefs et beaucoup de leurs meilleurs éléments dans la bataille ainsi que leur matériel lourd.

L’arrivée au pouvoir de nouveaux dirigeants occidentaux les privera de soutien politique.

De l’avis des experts militaires, la défaite d’Alep marque un tournant et les forces loyalistes et leurs alliés ont maintenant la possibilité de rester à l’initiative jusqu’à la défaite finale des djihadistes.

Tous les férus d’histoire savent que ce n’est pas la bataille de Stalingrad qui a marqué le début de la débâcle nazie mais bien la bataille de Koursk. C’est pour cela que je pense que la défaite d’Alep est le Koursk des islamistes.

 

source: http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/alep-est-reunifiee-les-masques-188121

Envoyé par Byblos