Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

L'entourage de Fillon prend ses distances avec l'escapade syrienne de Mariani. Le Figaro.

5 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #Politique étrangère

L'entourage de Fillon prend ses distances avec l'escapade syrienne de Mariani

Le raïs syrien, Bachar el-Assad et le député des Français de l'étranger, Thierry Mariani, lors d'une précédente visite.

Le raïs syrien, Bachar el-Assad et le député des Français de l'étranger, Thierry Mariani, lors d'une précédente visite. Crédits photo : HO/AFP

VIDÉO - Le député filloniste se rend à Alep ce jeudi avec deux autres parlementaires. Les proches du candidat tiennent à préciser qu'il n'est en rien concerné par cette «initiative personnelle».

François Fillon ne veut pas être lié de près ou de loin à l'initiative explosive de l'un de ses soutiens. L'ancien ministre Thierry Mariani est attendu jeudi en Syrie. Il y séjournera jusqu'à dimanche. Accompagné des députés Nicolas Dhuicq (LR) et de Jean Lassalle (ex-MoDem), Thierry Mariani est attendu à Alep. Dans la deuxième ville de Syrie, reprise aux rebelles par les forces du régime, les trois élus célébreront, vendredi, le Noël arménien. Sur place, «des rencontres avec des personnalités de sensibilités différentes sont prévues», assure Jean Lassalle.

Un rendez-vous avec Bachar el-Assad est également envisagé à Damas. Puis la petite délégation prendra lundi la route pour Beyrouth, la capitale libanaise distante de quelques dizaines de kilomètres. Là, le nouveau président Michel Aoun devrait les recevoir. Le général maronite est un allié de Bachar el-Assad et du Hezbollah.

L'ensemble du séjour est organisé par l'association SOS Chrétiens d'Orient, réputée proche du régime syrien. Ferme soutien de la Russie, Thierry Mariani est un habitué des voyages en Syrie. Lors de la reprise d'Alep par l'armée de Bachar el-Assad, il se félicitait d'ailleurs de cette reconquête auprès du Figaro: «Ceux qui combattent le terrorisme devraient s'en féliciter».

 

Mais l'entourage de François Fillon ne veut pas qu'une poignée de main entre le député et le raïs syrien soit utilisée par ses concurrents à l'élection présidentielle. Le 15 décembre dernier, en pesant chaque mot, le candidat de la droite a estimé qu'il était impératif de mettre le régime syrien autour de la table des négociations. Pas question de voir cette position brouillée alors que l'ancien premier ministre est déjà attaqué sur son projet de réforme de la sécurité sociale. «C'est une initiative individuelle qui n'engage que Thierry Mariani», prévient Bruno Le Maire auprès du Figaro. L'ancien ministre, qui représente Fillon pour les questions internationales, insiste: «Thierry Mariani fait librement son travail de parlementaire mais il n'est porteur d'aucun message de François Fillon qui n'est aucunement engagé» par ce déplacement. Même son de cloche du côté de Thierry Solère, le porte-parole du candidat: «C'est une initiative personnelle qui n'est pas dictée par François Fillon. Il n'est pas associé à cette démarche». «Il faut manier la diplomatie parlementaire avec précaution», glisse par ailleurs le député LR.

Signe de la prudence des fillonistes, la délégation comptera de nombreux absents. Valérie Boyer, très proche du candidat, qui s'était rendue à un déplacement similaire en mars 2016, n'a pas souhaité participer à celui-ci. «Le but de ce voyage est de témoigner un signe de soutien et compassion à la population syrienne et de faire remonter un message à l'ensemble des responsables politiques français», observe Thierry Mariani. «Quel que soit le candidat qui gagnera, il faudra ré-ouvrir notre représentation diplomatique à Damas (...) Bachar el-Assad est un acteur encore plus incontournable qu'il y a quelques mois», complète l'ancien ministre.


Le candidat à l'élection présidentielle, Jean Lassalle

Le candidat à l'élection présidentielle, Jean Lassalle Crédits photo :

Lassalle: «J'ai absolument besoin de comprendre par moi-même»

Dans la délégation qui va se rendre en Syrie jeudi, se trouvera un candidat à l'élection présidentielle. «J'ai absolument besoin de comprendre par moi-même comment un drame d'une telle ampleur peut se produire», explique Jean Lassalle. L'élu des Pyrénées-Atlantiques assure que s'il se trouve face à Bachar el-Assad, il «posera, avec les formes, toutes les questions (qu'il) pense indispensables à poser». «C'est quand même Assad et la Russie qui portent les coups les plus durs» à l'Etat islamique, juge Jean Lassalle. «Je suis conscient de l'action réelle de ceux qui m'accompagnent et de l'image qui est la leur. Il y a que des coups à prendre en y allant. Mais si on n'aime pas les coups, alors on ne fait pas de politique. Si je ne vais pas en Syrie, alors je fais quoi? Je reste chez moi et je deviens un commentateur à la télévision?», s'interroge le candidat.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article