Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Les Républicains font pression sur Guaino en gelant son investiture aux législatives Par Tristan Quinault Maupoil.

6 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La République, #La nation .

Les Républicains font pression sur Guaino en gelant son investiture aux législatives

 

Le président de la Commission nationale d'investiture des Républicains met en garde le député des Yvelines, qui souhaite être candidat contre François Fillon. «C'est minable», répond l'intéressé qui compte se maintenir.

Henri Guaino sera-t-il investi par les Républicains pour les prochaines élections législatives? Le député des Yvelines est également candidat à l'élection présidentielle, ce qui ne plaît pas à la rue de Vaugirard. Et pour cause, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy ne se prive pas de dire tout le mal qu'il pense du projet de François Fillon. «Je ne soutiendrai jamais un programme que je trouve profondément injuste», avait-il prévenu en décembre dernier.

Des déclarations qui bloquent son investiture pour les élections législatives de juin prochain. «Un parti politique n'est pas un self dans lequel on peut avoir accès sans contrepartie au beurre, à l'argent du beurre et à la crémière», prévient Jean-François Lamour, le nouveau président de la Commission nationale des investitures (CNI) des Républicains, cité dans Valeurs Actuelles. «Il sera difficile de valider son investiture lors de la convention de la CNI le 14 janvier prochain. Nous allons très certainement mettre en attente sa circonscription au-delà de cette date butoir. Notre décision finale interviendra lorsqu'il aura exprimé son souhait de rompre définitivement avec sa famille politique ou de rentrer dans le rang», indique ce proche de François Fillon.

Une mise en garde qui irrite l'intéressé. «Il n'y a rien de plus minable que la politique de l'intimidation», lance Henri Guaino au Figaro. «Un parti n'est peut être pas un self mais ça ne doit pas non plus être une caserne», dit-il. Avant d'ironiser: «Les dirigeants passent, la famille politique reste».

L'ancien conseiller à l'Elysée assure n'avoir eu aucun contact avec Jean-François Lamour ou d'autres responsables des Républicains pour aborder la question de son investiture. «Ils sont lâches. Qu'ils fassent ce qu'ils veulent. Je serai quand même candidat. Comme disait Chirac, “ça m'en fait bouger une...”».

La circonscription d'Henri Guaino, la 3e des Yvelines, est considérée comme imperdable pour la droite. Lui-même y avait été élu avec 61,85% des voix en 2012. «Il y a des gens qui rôdent, elle attire les convoitises», observe-t-il. Ce qui fait dire à l'élu que «les politiciens sont de retour dans leur pire forme».

«Raisonnablement confiant» sur sa capacité à rassembler les 500 signatures d'élus nécessaires pour valider sa candidature à l'élection présidentielle auprès du Conseil constitutionnel, le candidat assure qu'il va continuer à rencontrer des maires pour parvenir à son objectif, malgré les menaces de son parti.

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article