Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Conférence/ Débat :"LA MISE A MORT DU TRAVAIL", organisée par l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR" le vendredi 10 février 2017 à Nice.

6 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La République, #La nation ., #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Economie, #Les transnationales, #La lutte des classes

 Conférence/ Débat :

"LA MISE A MORT DU TRAVAIL"

 Organisée par l'association

"Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR"

Le vendredi 10 février 2017 à Nice.

 Conférence/ Débat :"LA MISE A MORT DU TRAVAIL", organisée par l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR" le vendredi 10 février 2017 à Nice.

Ce 10 FEVRIER 2017, de 18h à 21h,

maison des associations, 12 pl. Garibaldi ( salle Avelanie ),

notre association vous invite à la Conférence/ Débat

 

 

 

LA MISE A MORT DU TRAVAIL

 

 

 

Chômage massif; spéculation; paradis fiscaux; délocalisations.

 

 

Avec la participation de (Jacques COTTA (réalisateur et journaliste) ; Christina Komi (enseignant-chercheur franco-grecque)

et une tribune composée de représentants d’organisations attachées à la souveraineté nationale

 

Bonjour

Suite aux attentats du 14 juillet 2016 à Nice, suite à l’état d’urgence prolongé par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme, l’activité d’éducation populaire proposée au public par l’association « Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR » s’adapte.

La première conférence/débat organisée sur le thème de l’immigration a eu lieu le 29 novembre 2016. Ce fut un grand succès, les inscriptions ont été faites et nous n’avons pas pu accueillir toutes les personnes qui désiraient assister au débat sur ce sujet important. Nous avons réalisé des vidéos de cette soirée que vous pouvez visionner sur la chaîne You Tube du CNR 06. Voici les liens nécessaires :

https://www.youtube.com/watch?v=KMaKjgGf5KM

https://www.youtube.com/watch?v=YFoS1tnHR-4

https://youtu.be/Wd7bOblrn2A

Ceci permet à tous ceux qui n’ont pas pu venir, à tous ceux qui hélas n’ont pas pu entrer dans la salle et à tous les autres intéressés par ce thème de s’informer sur ce sujet essentiel. Faites circuler cette information SVP.

Nous avons en conséquence choisi pour cette deuxième conférence/débat un sujet essentiel qui nous préoccupe tous et qui doit mobiliser toute notre énergie, je veux parler du chômage. Ce cancer qui ronge nos sociétés, qui détruit notre modèle social issu de la Résistance (la Sécurité Sociale, la santé publique, l’école, les services publics, etc…) doit être au centre de nos préoccupations. Ce fléau n’est pas une fatalité, il est le fruit de choix politiques particuliers. Les paradis fiscaux, la dette, la libre circulation des capitaux, les travailleurs détachés, les organisations supranationales qui dictent aux états leurs politiques, etc…, induisent un chômage massif afin de peser sur les salaires.

Je rappelle que nous devons nous plier à la nouvelle règlementation suite à l’attentat terroriste du 14 juillet 2016 à Nice. Voici le courrier du responsable sécurité de la ville de Nice en date de septembre 2016

« Dès lors qu’une manifestation organisée par votre association est ouverte au public et qu’elle ne fait pas l’objet de réservations par les participants et qu’il n’y a pas, par conséquent, de liste d’émargement, il vous appartient de prendre des mesures de sécurité, à savoir un agent de sécurité d’une société privée agréée, pour le contrôle des sacs à l’entrée. »

Devant l’impossibilité financière de payer un agent de sécurité d’une société privée agrée – nous n’avons aucune subvention, c’est ce qui garantit notre liberté, toutes les actions sont financées par les cotisations des adhérents et par des dons – nous avons décidé d’organiser nos réunions d’éducation populaire par préinscription.

Cette introduction doit être aussi un appel pressant auprès des gens qui apprécient notre engagement et notre travail. Il faut absolument soutenir cet outil de réflexion qui s’inspire des idéaux du Conseil National de la Résistance créé par Jean Moulin le 27 mai 1943 à Paris. Le moyen de le faire est de venir régulièrement à nos réunions et de devenir membre de l’association (voir bulletin d’adhésion joint en P.J.). Faire un don est aussi une possibilité.

Il n’est pas habituel d’inviter les citoyens à nos réunions publiques par un tel message, mais les « dispositions de sécurité » prises après les attentats terroristes en France obligent à le faire.

En espérant vous voir bientôt.

Bien cordialement.

Lucien Pons, Président de l’association « Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR »

 

Présentation de la conférence.

Depuis la fin des années 80 nous assistons à l'augmentation progressive du chômage en France et dans les autres pays européens ; cette situation est étroitement liée aux choix politiques imposés par l'Union Européenne au profit des oligarchies qu'elle sert : destruction de la base productive au profit de la financiarisation de l'économie, fraude fiscale organisée des grands groupes, délocalisations des entreprises vers les pays où l'esclavage est permis.

Sans politique nationale,

sans monnaie nationale,

sans justice équitable pour les riches et les pauvres,

le travail est mis à mort.

Notre seul destin collectif est le chômage.

 

Nous vous invitons donc à participer à cette Conférence/ Débat

 

La MISE à MORT du TRAVAIL

Chômage massif ; spéculation ; paradis fiscaux ; délocalisations

 

le vendredi 10 février 2017 de 18h à 21h

SALLE AVELANIE, MAISON des ASSOCIATIONS, 12 place GARIBALDI

Entrée gratuite, sur inscription préalable

 

Intervenants :

  • Jacques Cotta (réalisateur et journaliste)
  • Christina Komi (enseignant-chercheur)
  • et une tribune composée de représentants d’organisations attachées à la souveraineté nationale

 

Seules les personnes inscrites pourront participer à cette conférence

 

Modalités d’inscription

 

attention : nombre de places limité

seules les personnes pré-inscrites pourront participer à cette conférence !

 

 

Quel que soit le mode d’inscription choisi ci-dessous, toujours indiquer vos :

prénom, NOM, code postal de résidence et

« Je m’inscris à la Conférence sur le chômage organisée par le CNR le 10 02 2017 »

 

  • Par courrier postal : CNR 06 7 rue Pierre Mellarède 06100 Nice
  • Par courrier électronique : contactcnr06@laposte.net
  • Par téléphone ( SMS ou message enregistré) : 06 82 97 97 77

 

 

 Conférence/ Débat :"LA MISE A MORT DU TRAVAIL", organisée par l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR" le vendredi 10 février 2017 à Nice.

Texte d'appui dans son intégralité

Depuis la fin des années 80 nous assistons à l’augmentation progressive du chômage dans les pays économiquement développés. En particulier, au sein de l’Union européenne ce phénomène acquiert des dimensions d’une totale fatalité, surtout depuis le moment où l’on n’a carrément plus la possibilité d'exercer des politiques nationales sur la question. La législation supranationale de l'UE y est substituée et a été taillée pour servir les intérêts des oligarchies.

Depuis un moment, nous assistons aux délocalisations massives des unités productives de plusieurs pays de l'UE, dont la France, vers des pays qui offrent une main d'œuvre à moindre coût et où il y abolition de tout droit des travailleurs et des droits de l'homme. L'UE importe de l’autre bout de la terre, à bas prix (et sans taxation) la presque totalité des produits qui circulent dans son marché, tout en démantelant la base productive locale (industrie/ agriculture). De nombreux traités et accords de l’UE, appuyés par des milliers de lobbyistes, ont établi cette situation.

Les déchets valent aujourd'hui plus que le travail qui a progressivement perdu toute sa valeur depuis que des énormes marchés d'esclaves sont entrés au jeu. La misère humaine s'est révélé la nouvelle opportunité pour des gains illimités des entreprises (qui ne versent d'ailleurs pas un sous d'impôt).

Mais les choix politiques vont bien plus loin : en même temps que l'on détruit les fondements de la base productive, de plus en plus inexistante dans les pays du dit Premier Monde, le système en vigueur donne la première place à la spéculation comme moyen principal de « production de valeur ».

Le travail n'est plus un moyen de gagner sa vie ; ni un moyen de renforcer l'économie de son pays. Les statistiques montrent que 70 % des emplois exercés par les immigrés en Europe et en Amérique du Nord appartiennent au secteur des services.

Ces données nous montrent que le travail est aujourd'hui un service que les oligarchies considèrent devoir avoir au prix minimum.

Entre le pillage des matières premières et l'extrême baisse des coûts de production, les transnationales mènent le jeu. Les énormes gains des entreprises multinationales, dont nous sommes tous les consommateurs obligés, ne s'investissent pas à l'intérieur de nos pays mais vont se garer dans les paradis fiscaux. Ce processus constitue, du début à la fin, un vol de ce qui appartient au 99 % au profit du 1 % et il a comme résultat la privation des peuples de ce qui est nécessaire pour leur vie : le prix de leurs matières premières ; la rémunération de leur travail ; les fonds nécessaires pour un système de santé, une éducation et une retraite satisfaisant pour la grande majorité ; en deux mots, de la possibilité d'une vie humaine décente.

Ceci aurait été impossible sans la tolérance et la totale complicité de nos gouverneurs, sous les auspices des sacrosaintes institutions européennes (dont les chefs sont, comme le père Juncker, mêlés à une multitude de scandales financiers et de haute trahison de leurs pays, pour lesquels ils méritent la perpétuité ou la peine de mort, si la justice pénale leur était dûment appliquée, au lieu de ça ils nous gouvernent...) et des autres organismes supra-nationaux qui mettent en concurrence les peuples, les uns contre les autres.

La guerre tout comme la perpétuation de la misère créent des conditions idéales pour l'accueil des unités de production délocalisées. Dans des pays miséreux et ravagées, où le pouvoir est détenu par des gangsters et des voyous, le travail s'effectue sans législation et sans protection des travailleurs. La migration massive des populations de l'Afrique et de l'Asie vers l'Europe crée aussi des conditions semblables au coeur de l'Europe en déstabilisant les pays d’accueil qui avaient connu un certain niveau de bien être pendant les 6 décennies qui ont suivi la 2e Guerre Mondiale.

Conséquences :

  • le rétrécissement progressif et continu des couches de la population qui vivent de façon décente (grâce à son travail).
  • la transformation de nous, français, grecs, allemands, et autres européens, en de purs consommateurs (des complices donc de ce système) des produits importés et produits par des esclaves. Cette complicité obligatoire et incontournable au système qui renforce l'esclavage d'autrui, ce même système qui nous enlève toute possibilité d'avoir du travail chez nous.
  • la réduction (rapide et efficace) de notre possibilité d'influencer, en tant que citoyens/travailleurs, les centres de décision et de législation, car ils sont de plus en plus lointains, obscurs et intouchables (le rapport des institutions de l'UE avec les industriels).

 

Parmi les sujets concernés:

 

-le rapport UE-oligarchies

-si la richesse ne se produit pas par le travail où et comment se produit elle aujourd'hui ?

-la « crise » et la socialisation des pertes : quand ils gagnent c'est tout pour eux ; quand ils perdent c'est tout pour nous...

-les privatisations présentées comme une nécessité : le bradage de l'argenterie de la maison présenté comme l'« investissement » nécessaire pour dépasser la crise.

-les organismes supra-nationaux qui se chargent du bradage : FMI ; Banque Mondiale ; MES

-le maintient délibéré, par nos gouverneurs, des immigrés/réfugiés dans l'illégalité totale, par nos gouvernements, sans statuts et sans perspective, moyen de chantage vis-à-vis du droit du travail dans nos pays.

-le rapatriement des sommes d'argent stockés dans les paradis fiscaux aurait suffi pour refaire marcher l'économie de la France (50% de l'économie mondiale transite par les paradis fiscaux).

-----------------

 

 

Vidéo sur les délocalisations (3.46 min)

Vidéo sur Alstom (5 min)

vidéo d'animation sur les paradis fiscaux (3.42 min)

vidéo sur les délocalisations (3.46 min)

https://www.youtube.com/watch?v=EkFJiTBHl_Q

vidéo sur Alstom (5 min)

https://www.youtube.com/watch?v=dOnGH9v-oIA

vidéo d'animation sur les paradis fiscaux (3.42 min)

https://www.youtube.com/watch?v=9DF2FP5W5nI

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article