Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Macron président : quel avenir pour EDF ? La Tribune

13 Mai 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #La mondialisation, #La République, #La nation ., #La finance dérégulée, #EDF, #Services publics

Macron président : quel avenir pour EDF ?

 | 
(Crédits : Stephane Mahe)
C’est au cours du quinquennat qui s’ouvre que devra être décidé l’avenir du parc nucléaire français, et au-delà, de son exploitant EDF. La faisabilité tant technique qu’économique de la transition énergétique impulsée par la loi d’août 2015 dépend en grande partie de la façon dont ce dossier sera géré.

Dans une lettre adressée à son PDG le 21 avril, la ministre de l'Énergie Ségolène Royal a demandé à EDF de réviser dans les meilleurs délais - notamment sur le nucléaire - son « plan stratégique » destiné à adapter le groupe aux objectifs de la loi sur la transition énergétique d'ici 2018.

« Les actions prévues par EDF ne permettent pas de respecter les objectifs de diversification de la production d'électricité fixés dans la première période de la programmation pluriannuelle de l'énergie [PPE, ndlr] », écrit Ségolène Royal.

« Les conditions ne sont ainsi pas réunies pour que l'Etat puisse constater la compatibilité du plan avec la PPE », ajoute-t-elle.

Ce dernier épisode d'un feuilleton dont la fermeture de Fessenheim a constitué le fil conducteur, illustre bien ce qui attend Emmanuel Macron. Le candidat n'a guère été prolixe en matière d'écologie et d'énergie durant sa campagne, mais, comme l'indique son programme, il s'inscrit dans la droite ligne de la loi de transition énergétique concoctée par Ségolène Royal et adoptée en août 2015. Celle-ci prévoit notamment de réduire la part du nucléaire dans la consommation électrique de 73 % aujourd'hui à 50 % en 2025, de diviser par deux la consommation énergétique finale en 2 050 par rapport à 2012 (avec un objectif de 20 % en 2030), de réduire la consommation énergétique primaire d'énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à 2012 et de porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d'énergie en 2020 et 32% en 2030.

À l'inverse d'autres prétendants à l'élection présidentielle, le président a confirmé son projet de fermer les deux réacteurs de Fessenheim. Mais comme l'a montré l'imbroglio autour de ce sujet jusqu'à la toute fin du quinquennat Hollande, cela est plus facile à dire qu'à faire. En outre, selon la Cour des Comptes, c'est entre 17 et 20 réacteurs qu'il faut fermer pour atteindre les 50 % du mix électrique prévus pour 2025. En réalité, plus personne ne croit vraiment à cette date. Mais personne ne croit non plus possible d'entamer cette transition en restant dans le statu quo qui a marqué les cinq dernières années.

Quels mécanismes pour prolonger ou pour fermer les centrales ?

De l'avis général, le nouveau président ne pourra pas faire l'économie de décisions concernant l'avenir du parc nucléaire français. Concernant Fessenheim, il s'agit surtout de choisir les moyens d'acter sa fermeture, le décret publié au Journal officiel le 9 avril dernier n'ayant pas de valeur juridique. Parmi les 56 autres réacteurs qui composent le parc, indépendamment de l'objectif de 50 %, près d'une vingtaine atteindront pendant le quinquennat l'âge de 40 ans pour lequel les centrales ont été conçues à l'origine.
EDF souhaite en prolonger l'exploitation jusqu'à 50 ans, voire 60 comme c'est le cas aux États-Unis. C'est tout l'objet des travaux prévus dans le cadre du « grand carénage », pour un budget évalué à 50 milliards d'euros par l'opérateur et à 100 milliards d'euros par la Cour des Comptes.

« Stratégiquement, il ne faudrait pas attendre 2018 pour se prononcer sur les fermetures à venir » estime Géraud Guibert, fondateur et président de la fondation transpartisane La fabrique écologique.

Mais, comme il l'a répété à Mediapart vendredi 5 mai, Emmanuel Macron le fera « sur la base de ce que dira l'Autorité de sûreté nucléaire [ASN] » et non « sur un plan politique ». Or c'est à partir de 2018 que l'ASN doit rendre un premier avis générique, puis évaluer au cas par cas la faisabilité et les conditions d'une prolongation, notamment les travaux nécessaires. « Se posera alors la question du rapport coût/avantage du grand carénage », explique Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement et députée européenne, membre du comité politique du candidat Macron.

Pour Yves Marignac, porte-parole de l'association négaWatt, c'est à ce moment-là qu'il faudra arbitrer entre mettre en place des mécanismes financiers destinés à prolonger les centrales et au contraire accompagner leur fermeture. Mais, si l'ASN se prononce sur la nature des travaux à effectuer, c'est EDF qui en chiffre le coût et d'aucuns soupçonnent l'entreprise de chercher à le sous-estimer, faussant ainsi les bases de la comparaison. « Personne ne sait dire quel est le coût complet du nucléaire », a encore reconnu le candidat face à Mediapart.

L'inconnue Flamanville

Dans ce contexte, le programme d'Emmanuel Macron prévoit de « renforcer les moyens de l'ASN ». Celle-ci manque en effet de ressources humaines et financières pour mener à bien sa lourde tâche. Surtout, « n'étant pas dotée de personnalité morale, elle ne peut ni ester en justice, ni se défendre », déplore l'avocate Corinne Lepage. À l'inverse, son président, lui, porte une responsabilité pénale et civile.

En dehors des visites décennales des centrales atteintes par la limite d'âge, l'ASN doit se prononcer, en principe d'ici à la fin de l'année, sur la conformité de la cuve de l'EPR de Flamanville en cours de construction, à la suite de la détection d'anomalies dans la composition de l'acier de certaines zones du couvercle et du fond de la cuve, révélées en avril 2015. Ses coûts ayant déjà flambé de 3,3 à 10,5 milliards d'euros et la mise en service reportée de 2012 à fin 2018, on peut s'interroger sur ce qu'il adviendrait de ce chantier dans cette hypothèse.

Or, la fermeture de Fessenheim étant subordonnée à la mise en service de Flamanville, c'est tout simplement le coup d'envoi de la transition énergétique qui en dépend. Mais aussi, la situation financière, pour ne pas dire la survie, d'EDF. C'est le plus gros dossier que devra gérer Emmanuel Macron aux dires de tous les observateurs.

« Si l'ASN ne donne pas son accord et s'il faut démonter le couvercle, l'addition augmente encore de deux ou trois milliards, estime Corinne Lepage. Et là, c'est "stop ou encore" pour l'EPR, dont Flamanville doit être tête de série. »

Même si le contrat finalement signé par les Anglais ne subordonnerait plus la construction de Hinkley Point à celle de Flamanville, on peut douter de sa réalisation dans le cas où les Français s'avéreraient incapables de mener cette réalisation à son terme.

Une solution à l'allemande ?

La mauvaise santé financière d'EDF (endettée de 37 milliards d'euros alors qu'elle fait face à de gigantesques besoins d'investissement) peut difficilement se redresser dans un contexte de prix de marché très bas et face à autant d'incertitudes industrielles. Pour Jean-Philippe Tridant Bel, associé en charge de l'énergie au cabinet Alcimed, le salut de l'entreprise requiert « un peu de créativité de la part de l'exécutif ».

Lui propose de séparer ses activités et de créer une structure de défaisance regroupant tous les actifs à risque, comme l'ont fait les Allemands E.ON et RWE.

« Cela permet d'avoir pour les vingt à trente prochaines années une feuille de route gravée dans le marbre et prévoyant les investissements et les désinvestissements. »

Les actifs d'avenir (renouvelables, services, et même réacteurs, dans une logique export) seraient conservés dans une nouvelle entreprise de droit privé.

« Bien sûr, cela revient à casser un monopole et clore le premier tome d'une histoire », reconnaît le consultant. Géraud Guibert ne croit guère à la piste de la scission, qui « reviendrait à reconnaître que le nucléaire, c'est du passé. »

« Il faut assumer de dire aux Français que le nucléaire n'est plus l'alpha et l'oméga de la politique énergétique française et proposer une vraie trajectoire d'évolution, affirme au contraire Yves Marignac. Jusqu'à présent, le politique n'a pas dessiné ce projet industriel de transformation d'EDF qui serait non seulement négociable avec l'ensemble des parties prenantes en interne, mais aussi acceptable et même positif pour le grand public, qui reste très attaché à l'image de l'entreprise publique. »

Comme le relèvent Corinne Lepage et Géraud Guibert, il est aberrant et juridiquement incompréhensible qu'au motif de conflit d'intérêts les administrateurs représentant l'Etat soient écartés des votes concernant les sujets traités par l'Etat. On ne voit cela dans aucune autre entreprise publique. Or c'est pour cette raison qu'en dépit des 84 % qu'il détient dans l'entreprise, l'état n'est pas parvenu à imposer la fermeture de Fessenheim.

« Ce qui a surtout manqué, observe le conseiller maître à la Cour des Comptes, c'est une vraie stratégie d'industrialisation du site suite à la fermeture ». Cette lacune traduit un manque de réelle volonté politique, indispensable pour que l'ensemble des acteurs puissent anticiper les évolutions à venir et les traduire, notamment en mesure de formation et de reconversion. C'est désormais à Emmanuel Macron qu'il revient d'y remédier.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article