Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Suites syriennes. Rédigé par Observatus geopoliticus. Le 12 Juin 2017 .

20 Juin 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch

Suites syriennes

12 Juin 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus 

A tout seigneur, tout honneur. La sensationnelle percée loyaliste sur la frontière irakienne est consolidée et différentes milices pro-gouvernementales et/ou chiites affluent. Qassem Soleimani, l'Arsène Lupin du Moyen-Orient, s'est même payé d'une visite surprise dans la zone :

Où l'on voit d'ailleurs le visage de quelques Hazaras chiites d'Afghanistan, semble-t-il. Le puissant général iranien y a rencontré des officiers de l'armée syrienne, des Unités de Mobilisation Populaires irakiennes et du Hezbollah. Arc chiite, quand tu nous tiens ; de quoi donner quelques sueurs froides à Tel Aviv et à Riyad...

A noter que de modernes T90 russes apparaissent sur les vidéos, ce qui indique la priorité que Damas et plus généralement le 4+1 donne à ce nouveau front :

Selon certaines sources rebelles, les loyalistes auraient d'ailleurs déjà avancé contre Daech le long de la frontière :

Game over pour les proxies US, ensablés dans leur coquille vide et qui commencent d'ailleurs déjà à sentir à l'étroit. C'est avec un sourire ironique que les Dieux de la guerre accueillent la nouvelle d'une bataille rangée entre les gardes-frontière jordaniens et un petit groupe de rebelles qui a essayé de passer en force à... Al Tanaf ! Amman qui, fortement cornaquée par Washington, ne voyait pas d'inconvénients à laisser des combattants passer en Syrie est apparemment bien plus pointilleuse quand les "modérés" font le chemin inverse...

En parlant de loups qui s'entre-dévorent, les zones de désescalade concoctées par Moscou ont exactement ce rôle : saucissonner le barbuland est une grande tradition russe et les événements récents ne font pas exception. Dernières perles en date :

  • dans l'Idlibistan, l'ingrate Hayat Tahrir al-Cham (Al Qaeda) a déboulé sur un groupe de l'ASL qui lui avait pourtant fourni moultes armes US dans le passé. Si un accord bancal de cessation des hostilités vient d'être conclu, nul doute qu'il volera en éclat dès le prochain coup de fusil.
  • Dans la nordiste Al Bab, théoriquement occupée par les Turcs rappelons-le, le dernier clash inter-rebelles a fait une quinzaine de morts. Cette ville si chèrement conquise par le sultan est le théâtre d'affrontements quasi-quotidiens. Pas étonnant dans ces conditions que des dizaines de combattants de l'opération ottomane Bouclier de l'Euphrate désertent et rejoignent les rangs de l'armée syrienne.

Mise à part Deraa où les loyalistes ont l'excuse de faire la guerre à Al Qaeda, non concernée par les accords, le cessez-le-feu tient à peu près en Syrie utile, permettant à Damas de redéployer ses troupes contre l'EI vers l'est :

En Syrie, 2016 fut marquée du sceau septentrional (Alep, Al Bab). Désormais, les regards se tournent vers l'Orient où la grande explication devrait avoir lieu cette année.

Nous y sommes. C'est une attaque générale sur plusieurs axes contre le califat daéchique :

Au nord, que de chemin parcouru depuis la prise de la base aérienne de Jirah. Les Tiger forces sont depuis quelques jours entrés dans le gouvernorat de Raqqa, en contournant Taqba tenue par les Kurdes. La descente vers le sud ressemble parfois à une promenade de santé. L'objectif est à terme de faire jonction avec la future avancée à l'est de Hama où les sukhois russes s'en donnent à coeur joie :

Les renforts se concentrent dans la région de Palmyre où l'armée grignote la base territoriale de l'EI qui fait tout de même preuve d'une très grande résilience. Le moins que l'on puisse dire est que, contrairement aux autres fronts, ça n'avance pas beaucoup à l'est de la cité de Zénobie. Or c'est principalement de là que viendra la ruée pour libérer Deir ez-Zoor, qui repousse assez héroïquement depuis des années assaut après assaut.

A moins que la ville stratégique ne soit libérée depuis l'est via le magistral blitz évoqué au début, puis la remontée de la frontière syro-irakienne et enfin la remontée de l'Euphrate, armée syrienne et UMP irakiennes main dans la main...

 

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2017/06/suites-syriennes.html

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article