Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Un autre pas vers une guerre dévastatrice. Par Paul Craig Roberts

25 Juin 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #Terrorisme

Un autre pas vers une guerre dévastatrice

http://www.paulcraigroberts.org/2017/06/19/another-step-toward-devastating-war/

  • (Another Step Toward Devastating War)

Par Paul Craig Roberts

Juin 20, 2017 "Information Clearing House" – Un pilote américain idiot a abattu un chasseur syrien qui attaquait ISI, confirmant ainsi que Washington ne combat pas l’ISIS, comme le prétend Washington, mais qu’il protège l’ISIS, son agent envoyé en Syrie par Obama et Hillary pour renverser le gouvernement syrien. Le Général Michael Flynn a révélé dans une interview à la TV qu’Obama et Hillary, au-dessus de son objection comme directeur de l’Agence de renseignement de la défense, avaient pris « la décision obstinée » d’envoyer ISIS en Syrie.

Le faux-semblant de Washington que Washington combat l’ISIS, plutôt que le soutenir, est l’excuse pour Washington de sa présence illégale dans le conflit syrien. La Russie et l’Iran sont légalement en Syrie, invités par un gouvernement élu. Les Américains y sont non invités comme des criminels de guerre. En vertu du droit international établi par les Américains eux-mêmes, c’est un crime de guerre d’entreprendre une agression contre un pays qui n’a pas levé le poing contre lui.

Donc, pour être en Syrie, Washington doit prétendre qu’il « combat le terrorisme » plutôt que le soutenir. On a souvent émis le mensonge à cette affirmation, mais maintenant qu’un pilote américain a prouvé que les US sont en Syrie pour soutenir son agent, l’ISIS, pas même une presstitute (la presse qui déforme l’information) Megyn Kelly peut honnêtement déclarer croire que Washington combat l’ISIS.

Les Russes, les Syriens et les Iraniens l’ont su depuis le début. Pourtant, ces sources officielles sont toutes suspectes dans la presstitude des médias occidentaux. Donc, avec la complicité de la presstitude, le mensonge de Washington a tenu jusqu’à ce qu’un pilote américain idiot a fait sauter le mensonge hors du ciel en même temps qu’un chasseur syrien et son pilote.

Washington, bien sûr, mentira autant que possible. C’est la seule chose que Washington sache faire. Washington prétendra que c’était « un combattant de la coalition », c-à-d. quelqu’un d’autre qui pilotait le US F-18. Ce n’était pas nous. Ou ils prétendront que le chasseur syrien attaquait des femmes et des enfants, ou une enceinte transgenre ou une salle de maternité pour femmes violée par « les troupes brutales » d’Assad. Washington le tournera de telle manière qu’un crime de guerre agressif apparaisse comme une défense héroïque d’un groupe victime.

Une question : le pilote US idiot a-t-il fait ceci de sa propre initiative, coup chaud en jouant Top Gun, ou était-ce une provocation planifiée du complexe de l’armée/sécurité hors des canaux pour commencer un conflit entre les US et la Russie qui empêcherait toute possibilité du président Trump de rependre son objectif de désamorcer le haut niveau de tension avec la Russie ? Un $1 trillion, 100 milliards de budget militaire/sécurité annuel, payé par les contribuables américains est en jeu.

On ne sait pas si le pilote a agi de lui-même ou par ordre.

Ce qu’on sait c’est que les Russes ne l’ont pas bien accepté. La Ministère de la Défense russe a dit aujourd’hui qu’il considère la décision du « commandement US comme une violation intentionnelle des obligations US dans le cadre du mémo sur éviter des incidents et la sécurité des vols de l’aviation pendant des opérations en Syrie, signé le 20 octobre 2015. »

Surprise ! Surprise ! Les Américains ont déjà brisé un autre accord que Washington a signé avec la Russie.

Combien d’accords avec la Russie Washington doit-il briser avant que les Russes comprennent finalement qu’un accord signé avec Washington est dénué de sens ? Les Russes apprendront-ils un jour ? Les Indiens américains ne l’ont jamais appris. Il y a un fameux T-shirt américain : « Bien sûr que vous pouvez faire confiance au gouvernement : Demandez simplement à un Indien. »

Peut-être que finalement les Russes ont appris que tout accord avec Washington est au mieux sans valeur et au pire un arrêt de mort. Le Ministère de la Défense russe a annoncé aujourd’hui que la Russie mettait fin à toutes les interactions avec les US dans le cadre du mémorandum de prévention d’incidents dans les cieux syriens. De plus, le Ministère de la Défense russe a déclaré que la défense missile russe interceptera tout avion dans la région des opérations de forces aérospatiales russes en Syrie et: « dans les zones où l’aviation russe mène des missions de combat dans les cieux syriens, tout objet volant, y compris des jets et des véhicules aériens sans équipage découverts à l’ouest de l’Euphrate sera suivi par des défenses russes aériennes et de terrain comme des cibles aériennes. »

En d’autres mots, de la manière discrète russe, la Russie a déclaré une zone no-fly dans toutes les régions de la Syrie dans lesquels les Syriens et les Russes opèrent. Tout intrus dans cette zone sautera hors du ciel. Que ce soit un Américain, un Israélien, ils sont de la viande morte.

Comme c’est la Russie, pas Washington, qui a la supériorité aérienne en Syrie, tout ce qui est requis est un pilote américain stupide de plus, dont le cul stupide éclatera hors du ciel, et les abrutis complets à Washington devront reculer ou faire une gaffe. Aussi stupide qu’est Washington et plein d’orgueil, les abrutis feront une gaffe.

Il n’y a pas d’intelligence à Washington. Seulement de l’arrogance et de l’orgueil. Le quart de siècle que j’y ai passé était avec les gens tout à fait les plus stupides sur la face de la terre.

Je m’attends à ce que la Russie gagne ceci, parce que la Russie a un leadership intelligent, et que Washington n’en a pas.

Néanmoins, peut-être à tort, comme personne ne peut tout connaître, je blâme la Russie pour laisser la crise syrienne se développer. La Russie et la Syrie auraient gagné la guerre depuis longtemps, excepté que la Russie continuait à déclarer la victoire prématurée, se retirant, obligé de revenir, espérant toujours de réaliser un accord avec Washington. En effet, réaliser un accord avec Washington était plus important pour le gouvernement russe que gagner la guerre ou n’importe quoi d’autre.

Sans se soucier de l’évidence, l’espoir du gouvernement russe ne pouvait simplement pas mourir que la Russie et Washington pourraient réaliser un accord pour combattre le terrorisme ensemble. Quel complet non-sens.

Le terrorisme dans la province russe de Tchétchénie a été instigué par Washington. Le gouvernement russe semble ne pas comprendre qu’il n’y a pas de terroristes indépendants. Le terrorisme est une arme de Washington. Donc, comment le gouvernement russe peut-il faire un pacte contre le terrorisme avec le pays qui utilise le terrorisme comme une arme contre la Russie ?

Que pense la Russie d’à quoi sert le plan des néoconservateurs de conquérir la Syrie et l’Iran si ce n’est d’apporter plus de terrorisme en Russie

Vladimir Poutine est un leader bien informé, fort et capable d’un pays. Peut-être le seul à part la Chine. Clairement, il n’y en a pas en Occident, un désert de leadership.

Il y a peu de doute que Poutine est un dirigeant moral qui est opposé à la guerre et veut le mieux pour tous les pays. Néanmoins, en sacrifiant l’avantage chaque fois qu’il en obtient pour l’idée absurde de faire un accord avec Washington, communique simplement à Washington une faiblesse. Washington pense que Poutine est simplement une autre personne sur laquelle Washington peut marcher. C’est une erreur de jugement et résultera en une guerre. Ce serait beaucoup mieux si Poutine relevait le défi et éclaircissait complètement que « si vous voulez la guerre, elle sera là en 30 minutes. » Soudain, on prendrait la Russie au sérieux.

J’admire Poutine. Mais il se trompe de jeu. Au lieu de parer l’agression de Washington, il devrait être agressif et forcer l’Europe et Washington à venir vers lui pour une solution.

Poutine, le dirigeant du monde libre, ne devrait pas être sur la défensive vis-à-vis d’un gouvernement à Washington en banqueroute, minable à la noix qui se complaît dans son mal.

Le Dr. Paul Craig Roberts a été assistant Secrétaire au Trésor pour la politique économique et un éditeur associé du Wall Street Journal. Il a été éditorialiste pour Business Week, Scripps Howard News Service, et Creators Syndicate. Il a eu un emploi dans de nombreuses universités. Ses articles Internet ont attiré des adeptes dans le monde. Les derniers livres de Roberts sont The Failure of Laissez Faire Capitalism and Economic Dissolution of the West, How America Was Lost, and The Neoconservative Threat to World Order.

Voyez plus sur http://www.informationclearinghouse.info/47286.htm#sthash.exUs1Q3H.dpuf

L’empire de Washington englué

 

 

http://www.mondialisation.ca/lempire-de-washington-englue/5594449

 

Par Dr. Paul Craig Roberts

Mondialisation.ca, 12 juin 2017

paulcraigroberts.org 5 juin 2017

Région : États-Unis, Europe

Thème: Désinformation médiatique, Environnement, Guerre USA OTAN, Militarisation, Services de renseignements

 

 

http://www.mondialisation.ca/wp-content/uploads/2017/06/deep-state-400x225.jpg

Le complexe militaro-industriel de sécurité a mis soixante-dix ans à construire son empire. Le complexe a assassiné un président américain (JFK) qui le menaçait et expulsé un autre (Richard Nixon) de son siège. Le complexe ne tolère pas l’élection de politiciens en Europe qui pourraient ne pas suivre la ligne de Washington sur la politique étrangère et économique.

Soudain, selon les médias occidentaux et même russes, le complexe laisserait un homme, Trump, qui ne règne pas en Amérique, et une femme, Merkel, qui ne règne pas en Allemagne, détruire son empire.

Selon les médias aux ordres, en sortant de l’Accord de Paris (le pacte climatique mondial) et en déclarant que les membres de l’OTAN devraient contribuer davantage au budget de l’alliance, dans laquelle le contribuable américain a une part proportionnellement excessive, Trump a amené Merkel à conclure que l’Europe ne peut pas compter plus longtemps sur Washington. La discorde entre Trump et Merkel et la démission de Washington de son rôle de leader aurait détruit l’alliance occidentale et laissé l’UE elle-même au bord de la rupture.

Tout cela est une sottise absurde. Voici ce qui s’est vraiment passé :

 

À peine Trump élu, des hommes en costumes foncés et cravates sombres, avec des porte-documents, lui ont expliqué que ce n’était pas la politique de Washington de normaliser ses relations avec la Russie ; ils lui ont aussi expliqué que ce n’était pas la politique de Washington de sortir de l’Accord de Paris. Trump a dit quelque chose comme ça : « Écoutez, les gars, vous m’avez déjà demandé d’abandonner mon initiative de paix avec la Russie et mon intention de sortir de Syrie. Maintenant, vous me forcez sur mon engagement L’Amérique d’abord. Si les gens se rendent compte que je ne suis pas vraiment le président, avec qui allez-vous gouverner ? Que pensez-vous d’un compromis ? »

Voici le marché, comme Trump l’a parfaitement expliqué dans son discours. Il retire temporairement les États-Unis de l’Accord de Paris et ouvre immédiatement des négociations pour revenir dans l’Accord, selon des termes moins onéreux pour les Américains. En d’autres termes, le lâchage est un geste pour sauver la face, qui entraînera une petite réduction des coûts pour l’Amérique. En fin de compte, nous aurons une victoire de Trump et aucun dommage pour l’Accord de Paris.

Pour sa réélection, Merkel a besoin d’une impulsion qui détournera l’attention allemande du million de réfugiés musulmans que celle-ci a laissé entrer en Allemagne, amenant avec eux le crime, le viol et le terrorisme. Sa déclaration dramatique selon laquelle l’Europe ne peut plus compter sur l’Amérique était un moyen idéal de recentrer l’attention. Je ne serais pas surpris que Trump et Merkel se soient concertés pour organiser la façon de jour le coup.

Pourtant, ni les journalistes, ni les commentateurs ne pouvaient dévoiler la vérité évidente. Pourquoi ? Les médias occidentaux ne pouvaient pas laisser passer l’occasion de dénoncer Trump, en l’accusant d’avoir détruit le leadership américain et le climat, et les organisations environnementales ont saisi l’occasion de collecter des fonds pour s’opposer à la destruction du climat par Trump. Les commentateurs russes ont vu l’espoir pour la Russie d’entrer dans l’OTAN, ainsi que la rupture de l’UE, suite aux conséquences de l’isolationnisme de l’Amérique.

.

Il y a deux implications sérieuses de cette tromperie médiatique. L’une d’elles est que les Américains et le monde sont aveugles au fait qu’il existe des centres de pouvoir qui contraignent le président des États-Unis et sont capables de remplacer l’ordre du jour sur lequel celui-ci a fait campagne par le leur. Nous avons vu cela avec Obama, mais on nous a expliqué que ce dernier n’en avait jamais eu l’intention [de tenir ses promesses de campagne]. Maintenant, nous allons avoir la même explication avec Trump. Le fait que le président soit contraint par le complexe militaro-industriel de sécurité et le pouvoir financier, ne sera pas mis en lumière. Ainsi, le mythe de la Matrice, selon lequel la démocratie apporte le changement par les élections, continuera à empêcher les gens de se rendre compte de la réalité.

Une deuxième conséquence est que les Russes, espérant toujours faire partie de l’Occident tout en conservant leur souveraineté nationale, ce qu’aucun membre de l’UE ou de l’OTAN n’est autorisé à faire, verront dans le soi-disant retrait du leadership américain des espoirs renouvelés d’adhérer à l’Europe. Si les Russes prennent au sérieux l’onction, par le New York Times, de l’Allemande Merkel comme « dernier défenseur de l’Ouest libéral », la Russie pourrait se laisser tenter, militairement et économiquement, de ralentir ses préparatifs militaires et le développement de ses relations économiques avec l’Asie.

Les gens n’auront toujours qu’une petite idée des événements réels, tant que les reportages et les commentaires ne refléteront que des ordres du jour politiques et des aspirations optimistes.

Paul Craig Roberts

 

Article original en anglais :

http://www.globalresearch.ca/wp-content/uploads/2017/04/deep-state-51x46.jpg

Washington’s Empire Is Not Unraveling

Traduit par jj relu par nadine pour le Saker Francophone

La source originale de cet article est paulcraigroberts.org

Copyright © Dr. Paul Craig Roberts, paulcraigroberts.org, 2017

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article