Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Marine Le Pen, Vichy et le Vel’d'Hiv – Écrit par Bertrand Renouvin

21 Juillet 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La République, #La nation .

Marine Le Pen, Vichy et le Vel’d'Hiv – Chronique 136

 
Marine Le Pen, Vichy et le Vel’d'Hiv – Écrit par Bertrand Renouvin

La polémique créée à partir des propos de Marine Le Pen sur la rafle du Vel’d’Hiv est hallucinante au sens propre du terme : ce qui est perçu de ce qu’elle dit est étranger à la réalité de ses déclarations.

Quand un individu est victime d’hallucinations, seul son entourage peut en être troublé. Si des personnages publics, relayés par les médias, condamnent des propos au motif qu’ils exprimeraient le contraire de ce qui est effectivement dit, le trouble devient général car il y a inversion du motif du scandale. La vérité historique est proclamée fausse, l’erreur historique est proclamée absolument vraie et ceux qui contestent cette fausse vérité sont dénoncés comme révisionnistes : tel est le délire collectif auquel il faut résister.

Quand Marine Le Pen déclare que « la France n’est pas responsable du Vel’d’Hiv », elle ne fait que reprendre la vérité exprimée par les autorités françaises jusqu’en 1995. Vérité historique, qui repose sur une analyse et sur des principes juridiques établis par la Déclaration organique faite à Brazzaville le 16 novembre 1940 : les organismes installés à Vichy sont issus d’un coup d’Etat, le prétendu « gouvernement de Vichy » est une autorité de fait placée dans la dépendance de l’ennemi et dont les actes sont illégaux. La Déclaration de Brazzaville constate que la Constitution est toujours en vigueur et que l’autorité centrale provisoire – qui deviendra le Gouvernement provisoire de la République française – devra répondre de ses actes devant les représentants de la nation lorsque le territoire national sera entièrement libéré. Entièrement libéré : il faut souligner que dès 1940 des territoires français sont administrés par la France libre et participent à l’effort de guerre aux côtés des Alliés. Le Conseil de Défense de l’Empire s’inscrit dans la continuité républicaine et le général de Gaulle est légitime parce qu’il organise la reconquête des territoires occupés – d’abord ceux de l’Empire français puis la métropole.

Une autorité de fait ne peut être identifiée à « la France » et la complicité des vichystes avec l’Occupant dans la rafle du Vel’d’Hiv relève de la trahison. Nul n’ignore que les hommes reconnus coupables de trahison ont été condamnés à la Libération et que tous les actes de l’autorité de fait ont été déclarés nuls et de nul effet par l’ordonnance du 9 août 1944 que je reproduis ci-dessous, ainsi qu’un article, assorti de documents, que j’avais publié après le discours de François Hollande du 22 juillet 2012.

Ces pages de notre histoire politique, juridique, constitutionnelle, viennent d’être recouvertes par des déclarations en forme de procès intenté à Marine Le Pen. Le Monde écrit que le « roman national » que Marine Le Pen et Florian Philippot veulent promouvoir est « anachronique et nauséabond » et que leur « version de l’Histoire » ramène la France « au déni de l’après-guerre ». Cela signifie que le général de Gaulle et l’ensemble des autorités de la France libérée sont coupables de « déni » de même, nous dit Le Monde, que toute la génération de la Seconde Guerre mondiale dont François Mitterrand faisait partie !

Le procès intenté à Marine Le Pen est donc un procès intenté à tous ceux qui récusent les discours sur la culpabilité de la France prononcés par Jacques Chirac et François Hollande : pas seulement aux combattants mais à leurs enfants – aux enfants des gaullistes, des communistes, des chrétiens démocrates, des socialistes patriotes, des royalistes, qui sont fidèles à leurs pères selon la chair ou selon l’esprit. Tous rejetés dans les enfers du déni, du mensonge, de la légende nauséabonde… Ce n’est pas tout : Emmanuel Macron et bien d’autres condamnent la « faute politique et historique » de Marine Le Pen et y voient la preuve que la présidente du Front national est d’extrême-droite. Lorsque Marine Le Pen s’aligne sur le général de Gaulle et sur François Mitterrand, elle est d’extrême-droite ! Lorsque, pressée de questions, Marine Le Pen évoque le « régime collaborationniste de Vichy », elle est d’extrême droite ! Comme si nous pouvions oublier que  pendant toute l’après-guerre, les vichystes s’étaient échinés à faire la différence entre « le Maréchal » et les Collaborateurs !

La Vérité, c’est l’Erreur. L’Erreur, c’est la Vérité. Nous sommes dans un épisode orwellien qui aboutit, dans le camp du Politiquement correct, à entériner la thèse vichyste : si l’on dit que la rafle ordonnée par les Allemands en juillet 1942 est un crime commis par la France, on reconnaît que Vichy, c’est la France, que Pétain, c’est la France comme le martelait la propagande maréchaliste. A vouloir trop accabler Marine Le Pen, on sombre dans l’inepte.

***

http://www.bertrand-renouvin.fr/vichy-un-pouvoir-de-fait/

http://www.bertrand-renouvin.fr/chronique-54-francois-hollande-le-vel-d%E2%80%99hiv-et-la-france/

Ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine sur le territoire continental.
Article 1
La forme du Gouvernement de la France est et demeure la République. En droit celle-ci n’a pas cessé d’exister.

Article 2
Sont, en conséquence, nuls et de nul effet tous les actes constitutionnels législatifs ou réglementaires, ainsi que les arrêtés pris pour leur exécution, sous quelque dénomination que ce soit, promulgués sur le territoire continental postérieurement au 16 juin 1940 et jusqu’au rétablissement du Gouvernement provisoire de la République française.
Cette nullité doit être expressément constatée.

Article 3
Est expressément constatée la nullité des actes suivants ;
L’acte dit loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 ;
Tous les actes dits : « actes constitutionnels »,
Tous les actes qui ont institué des juridictions d’exception,
Tous les actes qui ont imposé le travail forcé pour le compte de l’ennemi,
Tous les actes relatifs aux associations dites secrètes,
Tous ceux qui établissent ou appliquent une discrimination quelconque fondée sur la qualité de juif.
L’acte dit « décret du 16 Juillet 1940″ relatif à la formule exécutoire.
(…)
Article 7
Les actes de l’autorité de fait, se disant « gouvernement de l’Etat français » dont la nullité n’est pas expressément constatée dans la présente ordonnance ou dans les tableaux annexés (annexes non reproduites), continueront à recevoir provisoirement application.
Cette application provisoire prendra fin au fur et à mesure de la constatation expresse de leur nullité prévue à l’article 2.
Cette constatation interviendra par des ordonnances subséquentes qui seront promulguées dans le plus bref délai possible.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article