Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Ce qui est choquant et inacceptable... Par JACQUES SAPIR le·LUNDI 23 JUILLET 2018

23 Juillet 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République

Ce qui est choquant et inacceptable... Par  JACQUES SAPIR le·LUNDI 23 JUILLET 2018

Ce qui est choquant et inacceptable...

Jacques Sapir·Lundi 23 juillet 2018

Le Président de la République aurait déclaré que le comportement d’Alexandre Benalla était choquant et inacceptable[1]. Cette déclaration date du dimanche 22 juillet. Les mots sont forts, du moins en apparence. Mais ils cachent en réalité une profonde hypocrisie qui se combine aussi avec un immense aveuglement. Le Président de la République croit agir avec autorité en ne disant pas quand il compte intervenir sur cette affaire[2]. Mais il agit comme un enfant qui commence par se cacher et qui, quand son stratagème est éventé, accuse un autre. Le Président de la République doit aujourd’hui faire face à ses responsabilités et affronter les conséquences de ses actes.

Ce qui est inacceptable

Nous savons aujourd’hui que le Président de la République était au courant, par son directeur de cabinet, des faits reprochés à M. Benalla dès le 4 mai. Il convient ici de rappeler le texte de l’article 40 du Code de Procédure Pénal [3]:

« Le procureur de la République reçoit les plaintes et les dénonciations et apprécie la suite à leur donner conformément aux dispositions de l'article 40-1.

Toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l'exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d'un crime ou d'un délit est tenu d'en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs. »

Il y a quelques jours, le responsable de la communication à l’Elysée affirmait que la sanction interne qui avait frappé M. Benalla, soit quinze jours de suspension sans salaire, était « lourde ». De qui se moque-t-on ?

Qu’est-ce qui est choquant et inacceptable ? Ne serait-ce pas plutôt que le Président de la république, qui est le Premier Magistrat, n’ait pas demandé, dès qu’il en fut informé, soit le 4 mai, que ces faits soient portés à la connaissance du Procureur de la République. Ne serait-ce pas plutôt le fait que si cette affaire n’avait été portée à la connaissance du public par un organe de presse, jamais ces faits n’auraient été portés à la connaissance de la justice ?

Ce qui est choquant

Il faut qu’Emmanuel Macron cesse de se moquer du monde. Le préfet de police a eu connaissance de ces faits dès le 2 mai. Le Ministre de l’Intérieur probablement le 3 ou le 4 mais. Personne n’a dit mot. Personne n’est allé trouver le procureur. Cela montre qu’il y a bien eu une tentative de dissimulation de cette affaire. Et, dans cette tentative de dissimulation, un rôle éminent fut joué par le Président de la République lui-même. Le scandale aujourd’hui est là.

Bien sur, les faits reprochés à M. Benalla, ses actes de violence, l’usurpation de l’autorité de la police, sont choquants. Mais, ils le sont moins que les actes commis par les personnes ayant autorité sur lui et qui ont manifestement cherché à dissimuler ces faits. Ils sont moins choquants que les pratiques d’obstruction auxquelles la Présidence s’est livrée les 19, 20 et 21 juillet en empêchant le Premier Ministre et le Ministre de l’intérieur de rendre compte devant le Parlement, en se refusant à tout dialogue avec l’Assemblée par le biais du Ministre chargé des relations avec le Parlement, M. Castaner. Par ailleurs, loin de prendre ses distances avec lui après ce qui s’était passé le 1er mai, le Président de la République a manifestement conservé toute sa confiance dans un homme qui aurait dû être présenté à un juge d’instruction. Il l’a couvert de privilèges si ce n’est de cadeaux. C’est cela qui aujourd’hui choque les français. C’est cela que les français trouvent inacceptable.

Parler ou se démettre

Faudra-t-il donc que les français exigent l’application de l’article 68 de la Constitution ? Rappelons que cet article nous dit que : « Le Président de la République ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour . [4]»

Car, manquement, il y en a eu et ils sont manifestes. En ne demandant pas à ce que le procureur de la République soit informé des faits dont il avait connaissance, le Président de la République, qui est le Premier Magistrat, a manqué aux devoirs de sa charge. En cherchant à dissimuler ces mêmes faits, et en faisant obstruction à la volonté du Parlement de connaître de cette affaire, le Président a aussi, et de manière même encore plus grave, manqué aux devoirs de sa charge.

Si nous sommes dans un état de droit, si nous sommes encore en République, le Président doit s’en expliquer immédiatement. Que ce soit par l’intermédiaire du Premier-ministre devant la Parlement (puisque lui même ne peut s’y rendre) et non pas à travers les réponses du Ministre de l’intérieur devant une commission d’enquête, ou que ce soit directement devant les Français. Il ne peut plus prétendre parler quand il le voudra[5]. Il n’est plus temps pour cela et les Français ne le comprendraient pas. Il doit donc parler maintenant ou plus jamais, c’est à dire démissioner.

[1] https://www.lnc.nc/breve/affaire-benalla-en-france-faits-inacceptables-et-pas-d-impunite-selon-macron-entourage-du-president

 

[2] https://www.la-croix.com/France/Affaire-Benalla-cinq-mises-examen-faits-inacceptables-Macron-2018-07-22-1300956845?from_univers=lacroix

 

[3] https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071154&idArticle=LEGIARTI000006574933

 

[4] https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexteArticle.do?cidTexte=JORFTEXT000000571356&idArticle=LEGIARTI000006527562&dateTexte=&categorieLien=cid

 

[5] https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-emmanuel-macron-juge-le-comportement-d-alexandre-benalla-inacceptable-et-parlera-quand-il-le-jugera-utile-selon-un-proche-du-president_2862337.html

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article