Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Abroger LRU, LOLF et Pacte pour la Recherche (I)

4 Mars 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ecole

Abroger LRU, LOLF et Pacte pour la Recherche (I)

Le 18 février, en pleine montée de la campagne  pour les élections présidentielles de 2012, L'Humanité écrit « Un scénario à la grecque pour la France ? Oui, pour un Français sur deux », se référant à un sondage Ifop pour Sud Ouest Dimanche. Sondages à part, les déclarations de François Hollande diffusées par The Guardian cette semaine ont-elles un autre contenu ? Il y est question de « réduction du déficit public », de « libéralisation de l'économie », de « privatisations »... Telles ont été les cartes de visite brandies par François Hollande. Au même moment, LCI fait état de « 250 manifestants en soutien au peuple grec à Marseille » alors que de son côté Le Figaro rapporte « Grèce : réunion sur les mesures d'austérité », se référant aux propositions du gouvernement grec pour « mettre en oeuvre les mesures d'austérité exigées par l'UE et le FMI ». Et la France n'a-t-elle pas déjà subi une importante casse sociale depuis l'accession de Jacques Delors à la présidence de la Commission Européenne ?  S'agissant de l'Education et de la Recherche, des dispositifs comme la Loi n°2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), le Pacte pour la Recherche (avec notamment la Loi n°2006-450 du 18 avril 2006 de programme pour la recherche) et la Loi Organique Relative aux Lois de Finances d'août 2001 (LOLF), ont considérablement miné le secteur public et les moyens d'action de l'Etat. C'est pourquoi il paraît indispensable de rappeler la demande d'abrogation de cet ensemble, exprimée à plusieurs reprises par les personnels et les usagers, même si le monde politique ne semble pas souhaiter donner suite à une telle revendication. Le 18 février 2012 au soir, Le Parisien diffuse une information intitulée « Paris : Manifestation de soutien à la Grèce », rappellant que la nouvelle loi d'austérité adoptée par le Parlement grec impose 3.3 millions de coupures budgétaires aux dépens des salaires, des retraites et de l'emploi dans la fonction publique. Jusqu'où laissera-t-on se dégrader la situation dans l'éducation, la recherche et la fonction publique françaises ? Et quels intérêts défend vraiment le monde politique, qui depuis longtemps soutient cette évolution ?

 

Sur les sites des organisations syndicales, les réactions aux déclarations récentes de François Hollande à Londres (voir également notre article « François Hollande, gardien de la casse sociale (I) ») ne sont pas très nombreuses. Curieux silence, vu la gravité de ces déclarations.

D'autant plus, s'agissant de la recherche et de l'éducation, que les prises de position de l'équipe de François Hollande dans ces domaines sont pour le moins très tièdes. Alors que l'abrogation de la LOLF, de la LRU et du Pacte pour la Recherche est une revendication exprimée de longue date.

S'agissant de la LRU, François Hollande se borne à déclarer (engagement 39) : « Je réformerai la loi LRU pour garantir une autonomie réelle des établissements, avec des moyens et une gouvernance plus collégiale et démocratique ». En clair, quelques retouches tout en porsuivant la même stratégie que Nicolas Sarkozy et Valérie Pécresse.

Doit s'en étonner ? La LRU et la « mastérisation » sont-elles autre chose que l'application du Processus de Bologne (lancé en 1999) et de la stratégie de Lisbonne (mars 2000), entérinés par le gouvernement de Lionel Jospin ? De même que le récente loi sur les retraites n'est rien d'autre que l'application des accords de Barcelone (mars 2002) également signés par Lionel Jospin.

Sans oublier le rôle très important des gouvernements français de « gauche » dans la préparation de la création et des accords de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), que dirige actuellement le « socialiste » français Pascal Lamy. Et qu'un autre « socialiste » français, Dominique Strauss-Kahn, dirigeait jusqu'à récemment le Fonds Monétaire International (FMI).

Quant à la LOLF de 2001, préparée et promulguée par le gouvernement de Lionel Jospin dans un « consensus » général, elle fait partie du « patrimoine » revendiqué par François Hollande devant la presse britannique en se référant à la casse sociale des « 15 ans » de gouvernements de « gauche ».

Et le Pacte pour la Recherche, avec création de l'AERES (Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur) et de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR) au détriment des organismes publics comme le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), fut très largement « négocié » en 2004-2005.

C'est notamment pourquoi, dans cette campagne électorale où les vrais problèmes sont systématiquement enterrés, il paraît indispensable de consacrer une série d'articles à la revendication bien connue d'abrogation de la LRU, de la LOLF et du Pacte pour la Recherche.

 

Lire la suite sur: http://science21.blogs.courrierinternational.com:80/archive/2012/02/18/abroger-lru-lolf-et-pacte-pour-la-recherche-i.html

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article