Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Actu’Ukraine du 5 mai 2014 : la terreur s’installe en Ukraine.

5 Mai 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine

le 5 mai 2014.

Voici une revue de presse d’événements qui sont arrivés en Ukraine, du 1er au 4 mai 2014 – catégorie “Pas vus dans les grands médias français”.

Suite du billet précédent sur l’Ukraine

Les sources d’informations étant le plus souvent en langue ukrainienne ou russe, nous avons mis des liens vers les traductions automatiques de Google.

Petit rappel :

dans la dernière revue de presse, nous avions montré comment les milices fascistes avaient exigé les pleins pouvoirs, comment le président d’Ukraine avait entendu ce message et a lui-même demandé a son gouvernement de radicaliser au plus vite son action.

[Merci à Xavier et Eric, et à tous ceux qui relaient des informations sur ce blog]

1er mai 2014 :

Journée du 1er mai, la fête internationale du travail s’est déroulée globalement sans violence, dans une ambiance familiale, montrant ainsi que l’Ukraine n’était alors pas encore entrée en guerre civile.

Quelques vidéos des villes principales :

Kiev, où nous voyons un mélange de drapeaux rouges et ukrainiens, ce qui nous rappelle qu’il y a beaucoup d’ukrainiens qui sont contre le gouvernement de Kiev, mais pas forcément séparatiste.

 

 

Kharkiv, toujours les drapeaux rouges, mais mélangés aux russes cette fois

 

 

Odessa, ville du sud, où la foule criait : “La junte est brisée, nous allons gagner”

 

 

Zaporijia, ville dans le milieu sud-est,  population a 71% ukrainienne, la foule crie “référendum”, “Merci grand-papa pour la victoire» et «le fascisme ne passera pas”.

 

 

Donetsk, ville où ces derniers jours des combats ont fait rage, la foule réclame un referendum

 

 

Mariupol, près de Donetsk, la foule demande alors à la police de démissionner

 

 

Slovyansk, toujours dans la region de Donestk

Suite à la procession, un texte de résolution a été proclamé, réclamant à la “junte de Kiev” de :

Se retirer des territoires du sud-est. Cesser l’operation anti-terroriste; ne pas interférer avec le référendum et reconnaître ses résultats; arrêter de vendre l’Ukraine aux occidentaux et aux États-Unis; Arrêter les intimidations et les censures des médias, prendre toutes les mesures pour le désarmement des groupes armés illégaux et empêcher l’incitation à la guerre civile

 

En Crimée, Sébastopol, où on a vu la communauté LGBT défiler

 

 

pour un peuple qui vient de subir une “invasion” et une “annexion“, suite à un referendum avec “un revolver sur la tempe” comme nous la decrit la presse, ils n’ont pas l’air de le vivre si mal que ca

 

A noter : la ville de Lviv a annulé les célébrations, reportée a 2015 plus précisément. Par contre, le centre culturel russe de la ville a étrangement été brulé.

 


1er mai toujours : le mouvement de désescalade inversée s’amplifie

La contre-attaque s’organise depuis l’amérique :

le Wall Street Journal, associé à NBC, publie un sondage montrant que les américains ne veulent plus voir leur pays intervenir à tout va dans les pays etrangers, en effet 1 américain sur deux pense que les USA devraient s’occuper uniquement de leurs affaires.

Du cote des lobbys pro-guerre, la communication a pris un nouvel élan :

Ainsi à la question : ‘est-ce que les USA doivent fournir des armes à l’Ukraine ?”,  Zbigniew Brzezinski, américain d’origine polonaise, ancien conseiller en sécurité sous Carter, très connu pour son livre “Le grand échiquier”, livre où il montre comment les USA doivent prendre le controle complet du monde, en particulier en Eurasie;  déclare :
Si nous voulons empêcher les Russes d’intervenir, nous devons les convaincre que le conflit sera coûteux et prolongé. Il ne sera long et coûteux que si les Ukrainiens se battent. Les Ukrainiens ne se battront que s’ils pensent qu’ils finiront par obtenir de l’aide de l’Occident, en particulier les armes qui seront nécessaires pour mener une défense réussie. Ils ne vont pas battre les Russes dans une confrontation directe, où des milliers de tanks pourraient intervenir. Ils ne peuvent les battre que d’une seule façon: la résistance urbaine prolongée. Puis … la guerre deviendra coûteuse. Ensuite, les coûts économiques s’aggraveront de façon spectaculaire pour les Russes, puis la guerre deviendra futile sur le plan politique. Mais pour être en mesure de défendre une ville, il faut avoir dans ses poches des armes antichars, vous devez avoir des roquettes a disposition, vous devez avoir une certaine organisation “.
Nous comprenons alors que ce lobbiste proguerre de Washington conseille un plan similaire a l’Afghanistan, ou la Syrie, pour l’Ukraine : une guerre longue, couteuse, de guérilla, financée et équipée de l’extérieur.
John McCain lui aussi a parlé de guérilla, de la nécessité d’envoyer des armes, en masse.

Même le FMI a apporte sa petite contribution à l’escalade, en déclarant que si Kiev perd les régions de l’Est, alors le FMI reverra les plans d’aide, ce qui signifiera de nouvelles exigences et mesures d’austérité pour l’Ukraine. [INCROYABLE !]

Mais le grand gagnant du concours reviendra au numero 2 de l’OTAN, qui a declaré qu’il fallait maintenant considérer la Russie comme un ennemi.

(moi, je n’ai pas vu de déclaration de Poutine disant que l’OTAN est un “ennemi”. Mais c’est parce qu’il est fourbe, j’imagine… Il faut oser dire ça quand même… Et qui a élu M. OTAN d’ailleurs ? )

Dans ce cadre, nous pouvons déjà noter, sur le terrain, l’apparition soudaine de matériel militaire américain, comme par exemple les fameux hummer que nous voyons dans ces deux vidéos :

 

Nous pouvons noter aussi le nombre croissant d’avions déployés récemment aux frontières russes, zerohedge nous a résumé cela en une belle carte, montrant ainsi 73 avions déplacés par l’OTAN.

 

En parlant des avions de l’OTAN, une petite anecdote qui résume bien l’état d’esprit dans lequel nos militaires sont déjà :

 

La France a envoyé des rafales en Pologne.

Et une petite surprise a été soulignée par les spécialistes en aviation militaire : certains rafales ont effacé leur insigne, le blason de leur escadron, laissant une grosse tache grise de peinture comme nous pouvons le voir ici :

 

 

regardez la photo du rafale du meme escadron avant le coup de peinture

 

 

c’est très inhabituel, pourquoi donc ?

Ces rafales font parti de l’escadron de chasse 2/30 “Normandie-Niemen”, un escadron qui a  la particularité d’avoir combattu auprès des Russes durant toute la seconde guerre mondiale. Les Russes en ont été très reconnaissants, donnant une grande notoriété a ces français, il faut dire qu’ils avaient réalisé plus de 5200 sorties. 4 pilotes sont devenus des héros nationaux de Russie, et des mémoriaux existent en Russie

 

 

Un petit coup de couteau a l’histoire, une trahison à la mémoire.

Dans le même ordre, voici une pétition en allemagne pour faire retirer les tanks russes du mémorial soviétique a la porte de Brandebourg a Berlin

«Au moment où les chars russes menacent l’Europe libre et démocratique, nous ne voulons pas de chars russes à la Porte de Brandebourg», selon le texte de la pétition qui doit être envoyée à la chambre des députés (Bundestag).

Toujours en Allemagne, voici une lettre ouverte de Volker Bräutigam, ancien journaliste allemand, à ses ancien collègues au sujet de leur manière d’informer sur l’Ukraine (merci a Günter pour la traduction)

 Chères et chers Collègues,

dans le cadre de votre couverture médiatique des évènements en Ukraine, vous semblez apparemment ne respecter plus que manière aléatoire l’obligation du Service public d’informer factuellement et objectivement.
Quand cesserez-vous enfin cette indigne mascarade qui consiste de fantasmer par exemple sur les officiers allemands ainsi que d’autres pays de l’Union européenne retenus dans l’Est de l’Ukraine comme étant des“Observateurs de l’OSCE”? Vous savez certainement que l’OSCE ne mène jamais d’opérations militaires secrètes, ceci serait en contradiction totale avec sa charte fondamentale! Cette organisation a, entre temps, elle-même déclaré clairement que les gens de ce groupe ne sont nullement mandatés par l’OSCE. Il s’agit d’officiers en civil chargés d’une mission secrète d’acquisition d’informations en Ukraine de l’Est qui abusent du sigle de l’OSCE comme couverture. En bref: des espions! Les tergiversations du porte-parole du ministère allemand de la Défense en disent très long sur ce sujet.
Pourquoi votre comité de rédaction n’est-il pas en mesure de trouver un accord pour désigner le, sans aucun doute illégitime, régime putschiste de Kiev et sa clique fasciste au gouvernement et au parlement de ce qu’il est réellement au lieu de parler, dans un esprit de contrefaçon et de reconnaissance, de „gouvernement de transition“, et d’utiliser des formulations tendancieuses telles que „président intérimaire“ où „chef du gouvernement“: un état de fait franchement incompréhensible.
Avec cette répugnante manière de désinformer le public, en outre acceptée volontairement, le journalisme du Service public scie, en fin de compte, la branche sur laquelle il est assis. Sans vouloir en plus approfondir les questions de déontologie professionnelle.
Salutations de l’ancien rédacteur de la „Tagesschau“ * Volker Bräutigam
*Tagesschau: journal télévisé de grande audience de la première chaîne allemande ARD

 

Revenons sur le terrain, en plus du matériel et encadrement américain tout fraichement apparu, nous pouvons noter que les problèmes d’argent du gouvernement ukrainien, gouvernement qui n’est pas capable de payer ses factures il faut le rappeler, n’affecte pas les militaires où plutôt les milices. Par exemple, nous apprenons que la Garde Nationale (lire Pravy Sektor rappelez-vous) va toucher de nouveaux véhicules blindes derniers cris.

Il faut ajouter la surprenante annonce du retour de la conscription obligatoire les 18/25 ans. Non seulement cela coute cher, mais cela aura peu d’impact à court termes, car il va falloir les former, sans parler du taux de désertion ? déjà que les professionnels n’hésitaient pas à désobéir voir tout simplement changer de camps, qu’est-ce que cela va donner pour des appelés ?

En parlant de déclaration guerrière, nous pouvons relever celle-ci, venant d’un député de Svoboda : ils demandent tout simplement l’application de la loi martiale, dans l’Est du pays, donnant ainsi les pleins pouvoirs aux troupes sur place, donc la fameuse Garde Nationale de Parubiy, fondateur du parti neonazi d’Ukraine.

Pour ceux qui ont la mémoire des visages, ce député doit vous rappeler quelque chose, c’est le même qui avait forcé, par la violence, un directeur de télévision à la démission, comme vous pouvez le voir il est toujours député et toujours aussi fasciste.


2 mai : journée noire : plus de 60 morts du coté des anti-Kiev, et moins d’une dizaine du coté des pro-Kiev

En complément au billet sur Odessa, voici un supplément d’information afin d’aider a comprendre les événements :

Déjà la veille, les russes avaient prévenu qu’un assaut général se préparait. Vous noterez dans l’article qu’il y a confirmation de ce que nous avons relevé dans le dernier billet : la passation du pouvoir, du contrôle des opérations aux Pravy Sektor, milice fasciste.

“Conscient qu’il est inutile d’employer des unités de l’armée régulière dans les régions de Lougansk et de Donetsk, Nalivaïtchenko, après des consultations avec Dmitri Iaroch, a organisé la formation de bataillons spéciaux du Secteur droit (organisation ultranationaliste, ndlr) en vue de lancer un assaut général contre les sites contrôlés par les séparatistes, notamment dans la région de Lougansk”, a indiqué l’interlocuteur de l’agence

Odessa, le massacre :
Les evenements d’Odessa, dans la presse occidentale:

RTS.ch :

Un incendie criminel en marge de heurts à Odessa fait 31 morts

Huffington :

Ce que l’on sait du drame d’Odessa, une manigance russe “pour détruire l’Ukraine” selon le Premier ministre ukrainien

Mediapart :

Ukraine: 31 morts à Odessa en marge d’affrontements *

* article qui a été ensuite renommé en

Ukraine: 46 morts à Odessa à la suite d’affrontements

Le Point :

Au moins quatre morts a Odessa dans une attaque pro-russe **

** article qui a été renommé en

Ukraine : une trentaine de morts à Odessa dans des affrontements

Liberation :

Des affrontements entre anti et pro-russes ont fait quatre morts dans la ville de la mer Noire, et 31 personnes ont péri dans un incendie.

20 minutes :

Ukraine : Violences meurtrières à Odessa: Kiev dénonce une implication russe

 

Dans les faits, voici ce qui s est passe :

journée chargée pour la ville : Des manifestations à Odessa, avec un match de foot de prévu : l’équipe locale contre l’équipe de Kharkiv.

 

Petits rappels sur le foot en Ukraine : les matchs avaient déjà été la source de gros combats, en effet les hooligans sont, comme dans tous pays, prompts a la bagarre, la violence, mais en Ukraine ils paraissent l’être encore plus. Jugez par vous-même :

 

Euro 2012, retour, sur la presse, en particulier anglaise, qui est plus sensible au sujet des hooligans et surtout plus connaisseurs :

Dailymail : de violents hooligans ukrainiens racistes menacent

Skynews : Des néo-nazis ukrainiens menacent le fans anglais

Guardians : Euro 2012 : des relents antisémites menacent la célébration

Los Angeles Times : l’équipe officielle de foot US refuse de jouer à Kharkiv, de peur des ultras ukrainiens

RTBF : Le hooliganisme en Ukraine, un fléau

 

La semaine précédente déjà, Kharkov, nous avons vu ces faits arriver, décris ici par RT,  résumé :

Des hordes de hooligans / supporters se rassemblent au centre de la ville, avec une particularité : les hooligans des DEUX équipes se rassemblent ensemble. Habituellement ils se battent en tant qu’adversaires, mais là non, ils se rejoignent et forment un groupement de 5 000 personnes, formant ainsi une manifestation. Ensuite les violences commencent, des qu’ils trouvent des Anti-Kiev. Résultats : 2 morts, 2 russophones, tués par balle.

Rappelons nous aussi que ces hooligans sont la cible de recrutement préféré des fascistes, ce sont déjà des ultra nationalistes aimant la violence. Ces milieux sont donc très proches des milices fascistes.

 

Andrei Parubiy, qui dirige la Garde Nationale d’Ukraine, et qui a fondé le parti néonazi ukrainien Social-Nationalist Party of Ukrain (SNPU), allait recruter chez les hooligans ukrainiens pour sa milice paramilitaires les patriotes d’Ukraine, comme nous le rapporte cette étude sur les ultras (désolé impossible de la faire traduire automatiquement)

 

Extrait traduit de la page 41 :

Il est à noter que de ces différents partis nationalistes ukrainiens la SNPU était le moins enclin à dissimuler ses affiliations néo-fascistes . Son symbole officiel était le crochet du loup un peu modifiée ( Wolfsangel ) , utilisé comme un symbole de la division SS allemand Das Reich et la division SS hollandais Landstorm Nederland pendant la Seconde Guerre mondiale et par un certain nombre d’organisations néo-fascistes européens après 1945 Comme on declare les dirigeants du SNPU, leur logo, le crochet de loup est devenu «l’idée de la nation . ” en outre , le nom officiel de l’idéologie du parti , ” nationalisme social”, clairement renvoyé au ” socialisme national ” ,  est le nom officiel de l’idéologie de l’ allemand national-socialiste Parti des travailleurs ( NSDAP ) et du régime hitlérien . La plateforme politique de la SNPU se distingue par son ultranationalisme ouvertement révolutionnaire, ses exigences pour la prise violente du pouvoir dans le pays , et sa volonté de blâmer la Russie pour tous les maux de l’Ukraine . En outre , la SNPU a été le premier parti relativement important a recruter des skinheads nazis et des hooligans . »

Petit rappel : SNPU s’appelle maintenant Svoboda – et est au gouvernement !.

Revenons à Odessa : même scenario. Un match de football, les hooligans se rejoignent et forment ensemble une manifestation violente, comme nous l’apprend ce témoignage du Nouvel-Obs, extraits :

Gradins vidés à la mi-temps

Par téléphone, par les réseaux sociaux, les supporteurs des deux équipes ont averti leurs amis dans la ville et ceux qui étaient allés directement au stade. “J’ai assisté au match et nous avons tous remarqué qu’à la mi-temps les gradins se sont vidés“, assure un amateur de football. “Ils étaient partis se battre“.

A Odessa, les partisans d’un rapprochement avec Moscou avaient organisé depuis la mi-mars un camp de tentes sur une vaste esplanade, devant l’immeuble de pierre de taille des syndicats.

“C’est une foule en colère, qui voulait se venger, qui s’est rendue sur la place Koulikove Pole. Ils voulaient en finir avec ce camp pro-russe” dit Natalia Petropavlovska. “Ils ont commencé à le détruire, à y mettre le feu. Les pro-russes auraient pu partir, ils savaient qu’une foule en colère arrivait, il s’est écoulé deux heures entre l’attaque de la manifestation et l’arrivée des supporteurs et des nôtres. Mais au lieu de cela ils ont choisi de se réfugier dans la Maison des syndicats

Nous sommes donc bien loin de la version du gouvernement de Kiev, qui décrit le contraire : une horde de pro-Russes attaquant de pacifiques manifestants pro-Kiev, qui se font poursuivre ensuite.

Il y a eu des combats dans la ville, violents, avec des armes a feu, des deux cotés. Mais l’attaque de la maison des syndicats n’est pas directement liée a ces événements, les russophones n’ont pas fuit depuis le centre ville dans la maison des syndicats, ce sont les hooligans qui ont décidé d’attaquer le campement pacifique devant la maison des syndicats.

La suite est affreuse : la horde de 1500 ‘anti-Kiev’ a couru vers cet endroit devenu symbolique à Odessa : la maison des syndicats. Devant ce bâtiment, des tentes ont été mises en place par les anti-Kiev, afin de protester, de façon pacifique, contre la politique du gouvernement actuel.

Les milices ultranationalistes ont alors mis le feu ces tentes.

Mais la où le drame va se jouer : à ce moment dans le bâtiment se sont réfugiés plus de 200 personnes, face a la horde, la vague de violence. Les extrémistes ont alors commencé le siège du bâtiment.

Toutes les sorties ont été bouchées puis mises à feu. Des cocktails molotov ont été produits sur place par des jeunes ukrainiennes, bien préparées car se promenant avec des bouteilles vides, des chiffons, et de l’essence comme nous le voyons sur ces images. Ces molotovs ont alors servi a mettre le feu dans le reste du bâtiment, sous les applaudissement de la foule.

Suite aux évènements, des internautes ont fait des appels à témoin pour retrouver ces jeunes filles, et rapidement des profils VKontakt (facebook russe) sont ressortis, montrant alors des liens avec les hooligans/ultras.

Vous pouvez regarder cette longue vidéo, 24 minutes, filmant ces moments, vous y verrez des hommes tirant sur ceux qui essaient de sortir, la foule criant de joie à un molotov qui réussit à toucher une fenêtre, ainsi que globalement le siège du bâtiment.

La police n a tout  simplement rien fait, comme le témoigne ce journaliste Howard Amos, journaliste du Guardian, présent sur les lieux.

Extraits de son twitter :

- Il y a des groupes de centaines de policiers antiémeutes. Ils ne font rien.

- Ce qui était effrayant, c’est l’inaction de la police, même quand clairement des personnes se faisaient tuer.

- Une mère dit que son fils, un des activistes pro-Russe, n’était pas un séparatiste. Elle a dit qu’il est tombé du bâtiment en feu.

Le bâtiment prenant feu, les personnes prises au piège n’avait plus que le choix de sauter, sinon elles mourraient étouffées par les fumées. Pour ceux qui ont eu la chance de survivre, le calvaire n’etait pas fini car ils étaient alors battus par les anti Kiev, avant de pouvoir atteindre les médecins, impuissants devant cette haine aveugle.

Après un long moment, les agresseurs ont commence à partir, c’est seulement alors que la police a commence à agir, permettant enfin aux pompiers de commencer à éteindre le feu.

Bilan : 42 morts.

A propos de la question de la présence de Pravy Sektor/Secteur Droit à Odessa, deux preuves parmi tant d’autres :

- un article du site ukrainien Korrespondant nous apprend que l’un des premiers morts dans les combats est un commandant de Pravy Sektor, information venant de la milice fasciste directement.

- extraits tire de l’article du  journaliste Howard Amos, qui a interrogé des personnes devant le bâtiment en feu :

«Au début, nous avons cassé par le côté, puis nous sommes arrivés par l’entrée principale”, a déclaré un combattant pro-ukrainien, 20 ans, qui a dit qu’il était un membre du groupe nationaliste extrémiste Secteur droit.

L’objectif est de complètement nettoyer Odessa [des pro-Russes]“, a déclaré Dmitry Rogovsky, un autre militant du secteur droit dont la main avait été blessé au cours des combats.

Du cote des officiels, le ministre de l’interieur a expliquer que le feu serait parti de façon accidentelle, de la faute des personnes sur le toit de immeubles, en lançant des molotovs sur les pro-Kiev. Les lois de la physique helas empechent qu’une bouteille jetée depuis le haut d’un immeuble puisse rentrer dans cet immeuble, et les vidéos ont clairement montré d’ou venaient ces molotovs.

Quand au président ukrainien, il a tout simplement accuse les russes d’être les auteurs d’un vaste complot a Odessa, tout en appelant aux “vrais patriotes”.

Le même ‘patriotisme’ anime des militaires faisant partie d’Automaiden, qui ont donné des stages de formation militaire patriotiques, destinés aux adultes et aux enfants, à faire en famille donc.


Est de l’Ukraine :

Il y a eu des combats dans l’Est, la Garde Nationale faisant un assaut généralisé sur les villes de la région, c’est une situation de guerre, les annonces et découvertes de morts s’enchainent.

Pour donner une idée, il y a eu une bataille a Donbass, ou des hélicoptères d’attaque du type Mi-24 ont été vus en train de tirer. voici un Mi-24  :

Andrei Parubiy a déclaré que l’opération anti-terroriste va s’étendre maintenant a toutes les villes qui seraient menacées.


Un rapide mot sur la Crimée, avec une question à méditer :

Les faits : Le gouvernement de Kiev effectue un blocus territoriale sur la péninsule de Crimée : toutes les routes vers la Crimée sont coupées, l’eau est coupée, ainsi que électricité.

Un micro reportage sur la situation de TF1, présentant la situation comme une ‘plaisanterie’, il faut l’entendre pour le croire.

Rappelons que le gouvernement de Kiev n’a toujours pas reconnu le referendum de Crimée, il considère toujours la Crimée et donc son peuple comme ukrainiens.

Drôle de façon de traiter son peuple, alors…

P.S. : de nombreuses rumeurs font état d’actions de Kiev à venir le 9 mai, jour de commémoration de la fin de la guerre. À suivre…

 

 

http://www.les-crises.fr/actu-ukraine-05-05-2014/

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article