Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Bilderberg 2013 : des puissances en crise (III).

10 Juin 2013 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La mondialisation

Bilderberg 2013 : des puissances en crise (III)

Le 9 juin 2013, dernier jour de la rencontre de Bilderberg de cette année, Paris Match souligne « Bilderberg. Le "no comment" de Cameron », à propos de la participation du Premier Ministre britannique à cette rencontre. A ce sujet, de defensa commente « Bilderberg-2013 : blowback et KO technique », et Press TV (Irlande) « UK PM U-turns on transparency pledge ». La participation à Bilderberg d'un premier ministre en exercice n'est rien de vraiment nouveau. Ce fut le cas, par exemple, de l'espagnol José Luis Rodríguez Zapatero à Sitges. Pour ne pas parler de ministres, de présidents et membres de la Commission Européenne ou du Conseil Européen (van Rompuy à Saint-Moritz), de dirigeants de partis politiques... Mais dans la situation actuelle, c'est un sentiment croissant d'échec et d'inquiétude générale devant la crise permanente, qui semble pousser l'opinion publique à réagir à cette rencontre de Bilderberg. Paradoxalement, tel n'a pas été le cas il y a moins de trois mois lors de la réunion de la Commission Trilatérale à Berlin évoquée dans nos articles « La Commission Trilatérale, à Berlin ce week-end » , « La Commission Trilatérale, réunie à Berlin : qui en parle ? » et « Commission Trilatérale, Europe et Afrique (I) » et sur laquelle les médias français avaient tout particulièrement gardé le silence. Pourtant, la Trilatérale met en ligne un abondant matériel comme déjà souligné dans notre article « Bilderberg, Trilatérale, "théorie du complot"... ». Le premier jour de la rencontre de Bilderberg de 2013, The Telegraph commentait « Bilderberg Group? No conspiracy, just the most influential group in the world ». C'est dejà suffisant pour ne pas comprendre le silence récurrent de nombreux médias avant la présente rencontre. Et qu'en est-il de la transparence de la part des participants exerçant des fonctions institutionnelles ? Un deuxième article du Telegraph intitulé « Bilderberg Group 2013: guest list and agenda » reproduisait la liste des points de discussion annoncés dans le communiqué de presse et la relation des participants officielle. Les lecteurs britanniques peuvent ainsi constater la participation au Bilderberg de 2013 d'un certain nombre de politiques de leur pays. Pourtant, aucun compte rendu n'est à ce jour prévu. Pas plus qu'en France, d'ailleurs, alors que la politique de l'Union Européenne fait partie des sujets évoqués. Précisément, les recommandations de la Commision Européenne pour la France soumises au prochain Conseil Européen ont de quoi inquiéter en ce qui concerne les dépenses publiques et les services publics. Rien d'autre que la suite d'une politique dont l'application invariable pendant trois décennies a déjà conduit à la crise sans fin actuelle. Le 9 juin également, La Dépêche rapporte « François Hollande au Japon : "La crise dans la zone euro est terminée" ». Cependant, outre les chiffres peu rassurants de l'INSEE sur le chômage en France, 7 sur 7 annonce « Le chômage va encore augmenter en Belgique ». Avec le titre « FMI-Union Européenne : A qui la faute ? » à propos de la Grèce, Radio Vatican rappelle le renvoi récurrent du Fonds Monétaire International (FMI) à la « confiance des investisseurs ». Mais en réalité cette « confiance » est-elle autre chose que le bon vouloir des milieux financiers dont la stratégie de délocalisations a été à l'origine de la dégringolade actuelle sur le continent européen ? La rencontre de Bilderberg de 2013 apparaît marquée par l'affaiblissement de plus en plus évident des puissances qui à première vue en sont les protagonistes, comme déjà souligné dans nos articles « Bilderberg 2013 : des puissances en crise » (I) et (II). Mais quel est le véritable jeu de la grande finance dont le pouvoir ne cesse de s'affirmer face aux Etats en crise ?

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/06/09/bilderberg-2013-des-puissances-en-crise-iii.html ]



et pour rappel :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/05/09/bilderberg-2013-des-puissances-en-crise-i.html

Bilderberg 2013 : des puissances en crise (I)

Le contexte de la rencontre de Bilderberg de 2013 qui devrait avoir lieu dans un mois n'est pas rejouissant pour l'Europe et les Etats-Unis. Pour la France, non plus. Le 9 mai, La Tribune publie un article de Robert J. Shiller intitulé « Relancer l'économie sans aggraver la dette », proposant une augmentation simultanée d'impôts et dépenses publiques. C'est oublier la stratégie permanente de privatisations et de délocalisations qui domine depuis une trentaine d'années l'économie et la politique sociale des pays jadis « riches ». Les investissements publics nationaux deviennent ainsi des otages de fait du capital financier international et des grandes multinationales. Cette semaine, les médias ont rappelé l'ahurissant historique des privatisations françaises. Dans son article « L'État veut réduire sa participation dans certaines entreprises publiques », Le Figaro commente l'annonce par Jean-Marc Ayrault d'une nouvelle cession d'actions au secteur privé. Jusqu'où ira la vente des meubles ? Ouest-France évoque à son tour : « Privatisations. La grande vague des années 80-90 ». Mais la tendance a-t-elle été différente par la suite ? Quant aux délocalisations, Yabiladi rapporte encore : « La Société Générale prévoit de délocaliser une partie de ses activités au Maroc », alors que New Banques analyse « La Société Générale vise un plan d'économies de 900 millions d'euros d'ici à 2015 » et Boursorama fait savoir : « ...la Société Générale va supprimer plus de 1.000 postes ». Le 9 mai également, un article d'Irnerio Seminatore dans Le Monde porte le titre « Londres, Pékin, Tokyo et l'agonie du multilatéralisme ». Une chose est certaine : la stratégie de mondialisation du capitalisme a conduit à la catastrophe des puissances dont les « élites » pensaient ou déclaraient contrôler ce processus. Et si à ce jour la direction générale de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) est assumée par le « socialiste » français Pascal Lamy, c'est le brésilien Roberto Carvalho de Azevêdo qui devrait lui succéder prochainement. Le salaire minimum brésilien, un peu plus de 250 euros mensuels, est presque six fois inférieur au SMIC français. Que peut-il en résulter, dans un « marché mondial de la main d'oeuvre » et avec une régulation mondialisée imposant la « libre circulation des capitaux et des marchandises » ? The Watford 0bserver annonce « The Bilderberg Group to meet in The Grove Hotel in Watford », se référant à un renseignement fourni par la police locale qui aurait annoncé ne pas vouloir faire obstacle à des manifestations « pacifiques ». La rencontre de Bilderberg de 2013 devrait donc avoir lieu à Watford (Hertfordshire), à 27 Km. de Londres, du 6 au 8 juin et sous la présidence de l'ami personnel de François Hollande qu'est le PDG d'AXA Henri de Castries.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/05/09/bilderberg-2013-des-puissances-en-crise-i.html ]


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/06/06/bilderberg-2013-des-puissances-en-crise-ii.html

Bilderberg 2013 : des puissances en crise (II)

Le 6 juin 2013 commence à l'hôtel Grove à Wadford, dans le Hertfordshire au Nord de Londres, la rencontre de Bilderberg de cette année. Un communiqué de presse et une liste des participants se trouvent sur le site officiel de ces rencontres. La Tribune commente « Fillon, Pécresse et six autres Français annoncés à la discrète réunion du Groupe Bilderberg à Londres ». Mais pourquoi ne pas souligner également la présence de Christine Lagarde en tant que directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI) ? Ou celle du PDG d'AXA Henri de Castries, président de ces rencontres. Ou encore, parmi les participants français, la présence d'Olivier de Bavinchove en tant que commandant de l'Eurocorps. Sans oublier, au titre de l'Union Européenne, le président de la Commission Européenne José M. Durão Barroso et la vice-présidente Viviane Reding. Le président de Goldman Sachs International Peter Sutherland et le vice-président de Goldman Sachs & Co. J. Michael Evans sont également du nombre, tout comme le secrétaire général du Parti Socialiste du Portugal António José Seguro, le Chancellier de l'Echiquier britannique George Osborne et son équivalent dit « fantôme » le travailliste Edward M. Balls, le président exécutif d'EADS Thomas Enders, l'ancien président italien Mario Monti... RT analyse « Bilderberg agenda: Western elites meet to determine the future of Middle East and Africa » et International Business Times présente une vidéo avec le titre « Bilderberg 2013: Charlie Skelton on the Annual Secret Meeting of the World’s Elite ». L'Afrique et le Moyen-Orient font en effet partie des thématiques annoncées dans le communiqué de presse, mais la liste des participants n'inclut aucun citoyen de ces zones en dehors de Tidjane Thiam. Le 6 juin également, le blog de Bruno Colmant dans L'Echo interroge « Et notre jeunesse, dans cette crise ? », alors que Le Monde relève « Le taux de chômage atteint 10,4 % au premier trimestre » et Le Figaro souligne « Le taux de chômage pourrait dépasser cette année son record historique de 10,8 % ». Incluant les données des Départements d'Outre-mer, L'Expansion emploie le titre « Le taux de chômage en France grimpe à 10,8%, au plus haut depuis 15 ans ». Dans une note intitulée « Le chômage poursuit son envolée en France », Boursier.com fait notamment état de déclarations du chef de la mission du FMI en France estimant, sur la base de ce qu'il qualifie de « variables macroéconomiques » que le chômage en France continuera à augmenter. Mais en quoi consistent ces « variables macroéconomiques » ? S'agit-il d'autre chose que de trois décennies de  privatisations et de délocalisations ? Soulignant le rôle évident de la mondialisation du capitalisme, Chine Informations se demande « L'économie française est-elle vraiment dans un dilemme ? » L'article se réfère à l'appréciation d'un expert estimant que « la France n'est plus en mesure d'assumer le financement de la protection sociale ». Ce sont donc les « petits citoyens » qui paieront la facture de la politique des « élites ». Le Point rapporte « Le FMI presse la France de réduire ses dépenses publiques ». A son tour, L'Usine Nouvelle écrit « Le FMI reconnaît sa mauvaise gestion du dossier grec », et Professeur Forex « Grèce / FMI : Le FMI avoue avoir mal géré le cas Grec et plaide pour une nouvelle restructuration de la dette ». Que peut-on attendre d'une réunion de représentants de puissances en crise et dont les pays dits « émergents » sont absents ? Une question essentielle et récurrente que nous avions déjà abordée dans notre article « Bilderberg 2013 : des puissances en crise (I) ». Le titre de la dépêche du 6 juin de l'Agence Ecofin « Ouverture de la conférence secrète du Bilderberg entre Européens et Américains » reflète bien un aspect de cette situation.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/06/06/bilderberg-2013-des-puissances-en-crise-ii.html ]


Pour ne plus recevoir nos messages, prière d'adresser un courrier électronique avec le titre "désabonnement" ou "désinscription" à l'adresse indep_chercheurs@yahoo.fr

Si en revanche vous avez apprécié le contenu de nos articles, nous ne pouvons que vous encourager à rediffuser autour de vous cette lettre d'information. Merci d'avance.


Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/06/09/bilderberg-2013-des-puissances-en-crise-iii.html

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article