Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Chômage, budget antisocial... les Roms n'y sont pour rien. Articles d'Indépendance des Chercheurs.

29 Septembre 2013 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La lutte des classes

Articles d'Indépendance des Chercheurs :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/09/28/chomage-budget-antisocial-les-roms-n-y-sont-pour-rien-49267.html

Chômage, budget antisocial... les Roms n'y sont pour rien

Le 28 septembre 2013, Le blog de Brigitte dans Mediapart écrit « Les Roms, un sujet rideau de fumée...!!! » au même moment où nous complétons la rédaction du présent article. Sans doute, et quoi qu'en disent les sondages, les Français sont nombreux à s'interroger dans ce sens au vu des conséquences de plus en plus graves de la stratégie gouvernementale dans les domaines économique et social. Sur son site, l'UMP déclare « Propos de Manuel Valls sur les Roms : pour Michèle Tabarot, c'est encore un écran de fumée du gouvernement pour détourner l'attention de ses difficultés ». Mais la question des droits de l'homme et des populations dans l'affaire des Roms n'est point secondaire, comme le reconnaît le Défenseur des droits et l'a toujours souligné le Groupe d'Information et de Soutien des Immigré-e-s (GISTI). Dans Le Monde, avec le titre « Polémiques sur les Roms : halte au feu ! », Catherine Trautmann rappelle quelques chiffres : pour vingt-mille Roms installés en France, six millions vivent dans d'autres pays de l'Union Européenne et un million et demi dans trois pays de l'actuel espace Schengen nettement plus petits et moins peuplés que la France (Hongrie, Slovaquie, République tchèque). Pourquoi, alors, cette politique du gouvernement français à l'égard des Roms sur laquelle Le Monde constate notamment « Manuel Valls impose sa ligne avec la bénédiction de l'Elysée » ? L'Humanité dénonce « Roms : la France sous-utilise les fonds européens d'insertion ». Dans un article intitulé « Roms : Bruxelles hausse le ton contre Paris », Le Figaro estime que le véritable enjeu avec l'Union Européenne résiderait dans « l'ouverture du marché du travail français aux ressortissants roumains et bulgares » le 1er janvier prochain. Mais la réalité est que le gouvernement de « gauche » de François Hollande et Jean-Marc Ayrault a déjà pris toute une série de mesures pour que cette nouvelle arrivée de travailleurs d'autres pays se traduise par une accélération du développement des emplois précaires et mal payés dans tous les domaines, et par un effondrement de fait encore plus grave du droit du travail français. Un objectif doré du patronat, des multinationales et de la grande finance. Les Roms n'y sont pour rien, pas plus que les travailleurs des pays concernés. Ils ne sont pour rien, non plus, dans l'actuelle politique de François Hollande et Jean-Marc Ayrault analysée notamment dans nos articles récents « Hollande, Montebourg, privatisation de l'économie » (I) et (II) et « Ventes de terrains : le retour de la loi Cahuzac ? (I) ». Ce n'est ni un rom, ni un roumain, ni un bulgare, mais le « socialiste » français Jacques Delors, alors président de la Commission Européenne, qui a été à l'origine de l'Acte Unique Européen adopté en 1986. Pareil en ce qui concerne les négociations en vue de la création de Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Ou celles engagées après la mise en place effective de cette organisation, où un autre « socialiste » français, Pascal Lamy, a souvent représenté l'Union Européenne. Lamy est par la suite devenu directeur de l'OMC. Quant aux milieux dirigeants de Bruxelles, les « représentants français » n'y ont jamais manqué. Pareil en ce qui concerne le Fonds Monétaire International (FMI), dirigé par Christine Lagarde après Dominique Strauss-Kahn. Pour ne pas parler du record de privatisations sous la « gauche plurielle » de Lionel Jospin, ou des accords européens (éducation, retraites...) et lois antisociales adoptés sous ce même gouvernement Jospin. Que viennent faire dans ce contexte les éclats médiatiques récents du ministre de l'Intérieur Manuel Valls à propos des Roms ? Ce n'est pas les conséquences antisociales d'une politique, mais les prochaines échéances électorales, que semble craindre l'actuel gouvernement. Une pétition « Roms : la commune humanité bafouée » est en cours de signature.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/09/28/chomage-budget-antisocial-les-roms-n-y-sont-pour-rien-49267.html ]


et pour rappel :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/09/26/temp-394e6c8efce2eeb91017d488af4e270f-49256.html

Ventes de terrains : le retour de la loi Cahuzac ? (I)

Le 26 septembre 2013, Les Echos
écrit « Cazeneuve, l'homme qui a fait oublier Cahuzac », à propos de l'actuel ministre du Budget que l'article qualifie de « celui qui incarne la rigueur de gauche ». La « rigueur » pour qui, au juste ? Et est-ce vraiment rigoureux, tout cela ? Propagande à part, il ne semble pas que les financiers, les multinationales, le patronat... aient vraiment à se plaindre de cette prétendue « rigueur ». Il y a une semaine, Le Figaro rapportait « Cahuzac : l'opposition soupçonne un financement politique » alors que la Commission d'enquête dite « relative aux éventuels dysfonctionnements dans l'action du Gouvernement et des services de l'Etat, entre le 4 décembre 2012 et le 2 avril 2013, dans la gestion d'une affaire qui a conduit à la démission d'un membre du Gouvernement » doit se réunir bientôt pour examiner le rapport d'Alain Claeys. Le 26 septembre, Direct Matin souligne « Après les tuiles de Cahuzac, les financiers de Cazeneuve ». Mais y a-t-il une réelle différence de contenu entre le projet de Loi de Finances pour 2014 et la loi Cahuzac de 2012 pour 2013 ? Pas, en tout cas, en ce qui concerne la taxation des ventes de terrains à bâtir qui une nouvelle fois prend pour cible les petits propriétaires en supprimant l'abattement pour durée de détention. Une mesure de portée très générale qui, contrairement aux discours gouvernementaux, ne saurait être expliquée par un quelconque besoin d'accès au logement. Quant à la Sécurité Sociale, la loi de financement pour 2014 s'annonce bien pire que pour 2013. France Info rapporte « Sécurité sociale : le déficit ramené à 12,8 milliards en 2014 », avec « 4 milliards d'euros d'économies, en grande partie sur les dépenses de santé (2,9 milliards) », alors que le Portail du Gouvernement annonce d'emblée que « le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 portera la marque des réformes structurelles engagées par le Gouvernement ». C'est précisément une « réforme de structure », qui semble se cacher derrière la mesure de taxation de fausses plus-values immobilières (car ignorant la montée du coût de la vie), tendant à contraindre dans la pratique les petits propriétaires de terrains constructibles à céder leurs biens à des acheteurs riches et à des entreprises privées. La proximité entre l'actuelle politique de François Hollande et les intérêts du capital privé paraît évidente, à l'examen des inquiétants constats contenus dans nos articles « Hollande, Montebourg, privatisation de l'économie » (I) et (II). Dans un monde façonné par l'hégémonie du capitalisme mondialisé, les acquis historiques des « petits citoyens » ne cessent de fondre dans tous les domaines. Qui osera s'opposer à ce rouleau compresseur, en France comme ailleurs ?

[la suite, sur le lien
http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/09/26/temp-394e6c8efce2eeb91017d488af4e270f-49256.html ]

Si en revanche vous avez apprécié le contenu de nos articles, nous ne pouvons que vous encourager à rediffuser autour de vous cette lettre d'information. Merci d'avance.

Cordialement

Le Collectif Indépendance des Chercheurs
http://science21.blogs.courrierinternational.com/
http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article