Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Florange : assez joué avec les nerfs des sidérurgistes ! POUR LA NATIONALISATION FRANCHE DE LA FILIERE ACIER !

8 Décembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La mondialisation

Bonjour à tous.
  
  
Il est primordial aujourd'hui de passer à l'offensive et de défendre l'action courageuse du Ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, dans le bras de fer qui l'oppose aux géants du marché mondialisé, cyniques prédateurs défendus par tous les éditocrates qui inondent l'espace médiatique de la haine de la France.  Madame Parisot n'est pas en reste, elle qui prétend défendre les patrons français et la production française, montre son vrai visage de lobbyiste au service des multinationales et des grands groupes financiers. Hélas le chef du gouvernement socialiste emboite le pas de ces fossoyeurs de l'action publique. La gauche doit défendre l'activité économique, donc la réindustrialisation, donc la défense de la sidérurgie, donc la défense des travailleurs. Son rôle n'est pas de se coucher devant les rapaces mondialisés qu'ils s'appellent Mittal ou autres voyous.
  
Si le gouvernement de gauche osait représenter l'intérêt supérieur de la nation, si l'indépendance nationale était sa priorité, si sa mission était d'incarner la souveraineté populaire, si il n'y avait pas d'inversion entre les promesses et les actes, si tout cela et bien plus encore alors on pourrait se prendre à rêver et à espérer que l'action politique à encore un sens. On pourrait penser qu'à travers cet acte fort le politique reprend le pouvoir à "La main invisible du marché". Enfin les socialistes oseraient être socialistes et défendre les intérêts supérieurs de la France et les intérêts des travailleurs. Enfin les socialistes oseraient faire de la politique. Enfin les socialistes oseraient attaquer le grand capital prédateur et carnassier. Enfin les socialistes oseraient être de gauche. Enfin les socialistes oseraient remettre en cause le tournant de la rigueur de 1983 qui a dévasté la France. A cette époque 30% de la richesse produite venait de l'industrie, aujourd'hui ce secteur représente seulement 13% du PIB. A ce rythme, en 2030, tout sera liquidée, il en sera fini de la possible indépendance de notre pays avec  0% de la richesse produite par l'industrie.  
  
Les socialistes, pour mener cette politique de rupture, cette politique sociale, ont besoin de notre soutien total et inconditionnel. Ils affrontent les maîtres du monde et seule la mobilisation populaire peut donner une chance de réussir à cette entreprise courageuse. Notre histoire est pleine d'exemples où la mobilisation des citoyens à permis au pouvoir politique de réaliser des avancées sociales. Je n'en citerai que quelques uns. Le Front Populaire de 1936 a pu réussir et éviter le fascisme à la France grace à la grève générale. La mobilisation des Résistants a donné les ordonnances de la Libération avec le fameux  "Modèle social français". La grève générale de 1968 est à l'origine de conquêtes sociales majeures.
  
Pour conclure je citerai Jean Jaurès:
  
" Il y a dans notre France, sur les problèmes vitaux, une inertie de la pensée, une somnolence de l'esprit qui nous exposent à toutes les surprises jusqu'au jour où se produisent ces lumineux réveils qui viennent heureusement quoique à de trop longs intervalles, sauver notre pays"
  
  
Bien cordialement.
  
Lucien PONS.
 
 
 
 
   
  
Vous trouverez en PJ le texte du PRCF sur Florange, ci dessous le texte rapide de Jany Sanfelieu du PRCF. Je vous transmets aussi 2 liens concernant ce sujet.
 

Le Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF) commente l’actualité et appelle à l’action sur son site électronique :

 

Florange : assez joué avec les nerfs des sidérurgistes ! POUR LA NATIONALISATION FRANCHE DE LA FILIERE ACIER !

 

Discrédité, voire carbonisé par ses gesticulations sans suite, le play-boy politique Montebourg a prononcé des paroles semi-définitives contre Mittal ; Hollande a même « menacé » le magnat anglo-indien de l’acier d’une « nationalisation provisoire » du site de Florange.

 

Aussitôt, Lady Parisot s’est dite scandalisée, non par le fait que le requin international de l’acier ferme une filière stratégique pour l’industrie française, ni par l’idée que des milliers d’emplois risquent encore de quitter la Lorraine déjà sinistrée, mais par le fait qu’un responsable public puisse dire des choses si peu amènes pour la nouvelle race supérieure, celle des oligarques intouchables du capital mondialisé.

 

Rassurez-vous, Milady, le géant de l’acier peut dormir sur ses deux oreilles d’égoïste au cœur de fer :

 

·         D’abord l’Union européenne a immédiatement rappelé, par la bouche du commissaire « français » Michel Barnier, que l’UE a horreur des nationalisations : l’article VI du traité de Maastricht ne stipule-t-il pas que « l’UE est une économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » ? Donc, pas de monopoles… PUBLICS ! s’ils sont privés, tout est parfait !

·         Ensuite, le gouvernement fait courir le bruit que pour nationaliser… PROVISOIREMENT Florange (au prix fort pour le contribuable !), il est prêt à vendre… DEFINITIVEMENT 1% des actions de l’Etat dans Gaz de France. Bref, je nationalise momentanément de ma main « gauche » pendant que je privatise de ma main droite l’énergie sur le dos des Français puisque depuis la privatisation de GDF, les factures gazières se sont envolées, merci pour les actionnaires privés de « SUEZ »…

 

La solution est manifestement ailleurs que dans ces pantalonnades : elle est dans la nationalisation franche, SANS INDEMNITES POUR LES « GRAND S ACTIONNAIRES » de la filière acier, et dans la renationalisation totale d’EDF-GDF. Ouvriers de l’énergie et de l’acier, ne vous laissez pas opposer par Hollande et Montebourg. Ensemble, construisons le « tous ensemble et en même temps » ! Il faut faire rendre gorge à ces vampires du privé qui ont phagocyté des entreprises publiques prospères, qui ont touché des millions d’euros d’argent public au titre de « l’aide publique à l’emploi », des dégrèvements fiscaux, etc., et qui appliquent à leurs usines de France l’inhumaine devise coloniale : « on a pressé le citron, on va jeter la peau » ! Vos usines, le contribuable et les travailleurss les ont payées dix fois ; si vous, Messieurs les capitalistes, vous avouez incapables de les faire tourner, PASSEZ LES COMMANDES ECONOMIQUES ET POLITIQUES AUX PEUPLES !

 

Bref, comme le clamaient les militants du PRCF lors de la manif du 30 septembre contre le diktat budgétaire européen,

« Mont’bourd, pantin, assez gesticulé ! Faut sortir de l’euro / et nationaliser » !

 

Chaque mois, lisez Initiative Communiste, le mensuel de la renaissance communiste, de la solidarité internationale et de la résistance républicaine.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article