Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Hollande, MEDEF, syndicats, "flexisécurité"... (II). Article repris sur le site "Indépendance des chercheurs".

2 Mai 2013 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Politique intérieure

30/04/2013

Le 30 avril 2013, Clicanoo évoque « Un 1er mai au goût de manif anti-Ani », alors qu'un article du même jour d'AgoraVox porte le titre « L’ANI ou le pouvoir de nuisance du social-libéralisme ». Mais peut-on vraiment parler de libéralisme à l'époque de la mondialisation du capitalisme et du pouvoir sans partage des grands groupes financiers et industriels ? Une chose est en tout cas certaine : la tant vantée « flexisécurité » qu'instaure l'Accord National Interprofessionnel (ANI) constitue entre autres une véritable démolition de notre Code du Travail, comme déjà analysé dans notre article « Hollande, MEDEF, syndicats, "flexisécurité"... (I) ». Mais compte tenu des positions défendues depuis longtemps par le Parti Socialiste, c'est tout sauf une surprise. Public Sénat écrit « 1er mai : les syndicats en ordre dispersé », résultat du soutien de la CFDT à l'ANI. Le 30 avril également, Europe 1 commente « Une dose de terrain pour Hollande », à propos de la visite de François Hollande au Collège Jean Vilar, aux Mureaux. L'actuel Président de la République y a appelé au « développement de l’esprit d’entreprise » à propos de l'emploi des jeunes, tout en soulignant que l'emploi, « ça prendra du temps » (LCI). Ce qui semble avoir choqué des « gauches de la gauche » qui ont appelé à voter pour lui il y a un an. Mais est-ce vraiment une surprise, si le discours de François Hollande aux Mureaux a marqué une volonté évidente de plaire au patronat ? Tout compte fait, la politique mise en place par François Hollande n'est qu'une continuation de celle de Lionel Jospin. Or le gouvernement de « gauche plurielle » de Lionel Jospin a battu un record de privatisations, encouragé les délocalisations, approuvé des stratégies européennes antisociales (Lisbonne, Barcelone...), préparé le casse de la fonction publique, soutenu le développement de l'Organisaton Mondiale du Commerce (OMC) que dirige actuellement le « socialiste » français Pascal Lamy... Rien de suprenant, donc, dans un tel discours de la part de François Hollande. Surprenant, que certains puissent être surpris alors que François Hollande fut le premier secrétaire du Parti Socialiste tout au long de la période Jospin. La « flexisécurité » fait partie du lot.

 

Hier, François Hollande avait prononcé le discours de clôture des Assises de l'Entrepreneuriat. Etaient également présents Pierre Moscovici, Geneviève Fioraso et plusieurs autres membres du gouvernement (« presque au complet », d'après Hollande).

Le site de l'Elysée ( http://www.elysee.fr/chronologie/#e3284,2013-04-29,discou... ) précise : « A l'occasion des "Assises de l’entrepreneuriat", le président de la République a annoncé une série de mesures visant à favoriser la création d'entreprises ». Dans son discours, François Hollande s'en prend à un compétitivité dégradée de la France, évoque la coût du travail et se réfère explicitement au rapport Gallois.

Le schéma est simple : « ce sont les entreprises qui créent la richesse », et « avoir des entreprises suppose avoir des chefs d'entreprise ». Il en arrive ainsi à une mise en cause de l'éducation française elle-même, à laquelle il fait le grief d'être insuffisamment proche du patronat.

Un discours auquel il conviendra de consacrer un article séparé.

 

Suit le discours prononcé par François Hollande lors de son déplacement aux Mureaux

Source : site de l'Elysée

http://www.elysee.fr/chronologie/#e3286,2013-04-30,deplacement-sur-la-thematique-emploi-et-jeunesse-aux-mureaux

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article