Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Loi Fioraso, souveraineté nationale, langue française, CNRS...

8 Juin 2013 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La nation .

Loi Fioraso, souveraineté nationale, langue française, CNRS...

Le 27 mai 2013, L'Express rapporte « La candidate PS éliminée au 1er tour de la législative partielle en Europe du Sud », se référant à l'élection législative partielle dans la huitième circonscription des Français de l'étranger. Le Conseil Constitutionnel avait annulé l'élection de deux députées du Parti Socialiste dans les circonscriptions des Français de l'étranger. Cette élection, comme celle en cours pour les Français d'Amérique du Nord, se caractérise par une montée de l'abstention. Doit-on s'en étonner ? Demain, l'Assemblée Nationale risque d'entériner en première lecture un projet de loi sur l'enseignement supérieur et la recherche (ESR) dont on peut sérieusement craindre qu'il ne prépare un abandon progressif de la souveraineté nationale dans plusieurs domaines. Notamment, le statut de la langue française visé par l'article 2 du projet de loi ou, par l'article 43 bis, celui du secteur public de l'ESR, voire l'existence même des établissements publics de recherche comme le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) ou l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale). Des mesures législatives aussi graves sont préparées par une procédure d'urgence, au moment où Pierre Moscovici réclame la mise en place de l'Europe politique dans un délai de deux ans. Nous avons abordé ces dangers sans précédent dans nos articles récents « ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré » (I) et (II), « Langue française et mondialisation » (I), (II), (III) et (IV) et « ESR : l'indispensable retrait de la loi Fioraso ». La mobilisation citoyenne est plus que jamais indispensable, quoi qu'en disent ceux qui volent au secours des auteurs d'une telle politique.

[la suite, sur le lien http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/270513/loi-fioraso-souverainete-nationale-langue-francaise-cnrs ]


et pour rappel :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/05/26/esr-le-projet-de-loi-fioraso-doit-etre-retire-iii.html

ESR :  l'indispensable retrait de la loi Fioraso

Le dimanche 26 mai 2013, dans un article diffusé par Altermonde sans frontière avec le titre « Défendre la langue française », le Collectif Unitaire Républicain de Résistance, d’Initiative et d’Émancipation Linguistique (COURRIEL) écrit notamment « La commercialisation de l’enseignement supérieur passe donc par la destruction de la langue française ». C'est en effet une stratégie récurrente de marchandisation de l'enseignement supérieur et de la recherche, qui se trouve à l'origine de l'article 2 du projet de loi tel qu'il risque d'être adopté en première lecture par l'Assemblée Nationale mardi prochain. Et c'est pourquoi les effets destructeurs de cette loi sur l'enseignement supérieur et la recherche ne se limiteront pas à l'aspect linguistique. Au même moment, Le Soir rapporte « Moscovici veut un président et un gouvernement économique pour l'Europe ». Un article du Figaro intitulé « UE: Moscovici plaide pour l'Union politique » reproduit une déclaration de l'actuel ministre français de l'Economie et des Finances réclamant en particulier qu'un « délai de deux ans pour y parvenir » soit fixé. Serait-ce la raison de l'empressement manifeste dans l'examen du projet de loi de Geneviève Fioraso par une procédure d'urgence ? Et s'il est manifeste que la situation de la langue française ne pourra que se détériorer progressivement avec cette nouvelle loi qui n'est que la suite programmée de la Loi n°2007-1199 du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités (LRU), pour les mêmes raisons plusieurs autres éléments essentiels du tissu scientifique et universitaire du pays seront également minés. C'est le cas notamment du statut des personnels, mis en cause par la mobilité prévue dans l'article 43 bis qui pourrait même conduire à la disparition d'organismes nationaux comme le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), l'INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale) et d'autres établissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST) français. Globalement, la souveraineté de la France dans la recherche et l'éducation semble bien être mise en cause par la loi Fioraso. D'où la nécessité impérative de réclamer de toute urgence le retrait de ce projet de loi, comme déjà plaidé dans nos articles « ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré » (I) et (II).

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2013/05/26/esr-le-projet-de-loi-fioraso-doit-etre-retire-iii.html 

http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/270513/loi-fioraso-souverainete-nationale-langue-francaise-cnrs


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article