Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Mise au point en réponse à l'attaque contre Lucien Pons. Par René Isnard.

8 Juin 2013 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Les Antifafs.

Mise au point en réponse


 

Préambule :

Les auteurs ou leurs suiveurs ( et  suiveuses ) se disent à plusieurs reprises et en plusieurs endroits, « choqués ». 


 

Nous sommes quant à nous profondément attristés et  révoltés que leur démarche ait pu être menée. Et nous ne pouvons nous empêcher de penser qu’il aurait été plus utile de consacrer une telle débauche d’énergie et de temps à autre chose, par exemple à des propositions concrètes de lutte contre l’ultra-libéralisme. 


 

Mais la colère a vite cédé la place à une sorte de « goguenardise ».  


 

En effet, n’en déplaise à ceux qui sur Tam-Tam parlent de « qualité d’analyse », ce qui apparaît c’est au contraire l’ineptie de l’ensemble, qui transpire clairement malgré la prétention des auteurs et ce tout au long de leur « analyse ».  


 

  • Ineptie du titre 

  • Ineptie du développement 

  • Ineptie de la conclusion 

  

Nous mènerons évidemment notre propos  hors de toute attaque personnelle, mais sans l’hypocrisie des rédacteurs qui la pratiquent tout en s’en défendant : traiter quelqu’un d’effroyable imposteur n’en est pas une selon eux ; quelle imposture pour le coup et quel manque de courage ( « pour ouvrir un débat », c’est ça, on rigole … ).    


 
 

Ineptie du titre : 


 

Evidemment, il fallait à notre quinteron de pourfendeurs un « bel effet » dès le départ… 

Alors, ne sachant manier que la grosse ficelle, ils y vont tout de go : « Lucien Pons ou l’effroyable imposture (3 ) », ( rien que cela, excusez du peu … ) croyant faire un jeu de mots plaisant avec les titres de Meyssan. 


 

Nous pourrions à notre tour déclamer : « Attac, ou un bel exemple d’infiltration par la Cia », que ce ne serait pas plus intelligent. Mais arrêtons là. 


 
 
 
 
 
 

Vous voulez apparaître comme les grands contempteurs du « complotisme », mais vous êtes obsédés à votre tour par une autre lubie : le prétendu  « déguisement », « le camouflage », qu’il conviendrait de traquer partout.  


 

Ainsi, vous n’agissez pas différemment  de ceux que vous voulez dénoncer.  


 

On lit quelque part, dans un courriel  : « une société talmudique… ! ».  

Suivent  alors des cris de vierge effarouchée : «  Tu te rends compte, « talmudique… », on se croirait revenu aux libelles des années 20… !». 

Eh bien oui, on aime les Arabes, mais on n’apprécie pas forcément une société coranique, les Juifs mais pas une société talmudique. On peut gouter Platon et ne pas adhérer à sa conception de la République, admirer la chapelle Sixtine sans faire sienne les thèses du Vatican. 

Ce sont là des truismes que l’on s’excuse de devoir énoncer, mais nos rhétoriqueurs du « camouflage démasqué », enfermés dans leur phobie, nous y obligent. Plus loin que les années 20, c’est à l’époque de Copernic et Galilée qu’ils veulent nous ramener.  


 
 

Ineptie du développement : 


 

Les premiers paragraphes de «l’analyse », consacrés aux « printemps arabes » présentent une certaine tenue.  

On comprend  rapidement, d’après les notes ( ah ! les notes de bas de page !.. , ça fait toujours bien quand il s’agit de démontrer que « la lune est un fromage de Hollande » suivant l’exemple  bien connu de sophisme, et ça peut impressionner le lecteur distrait ) que cela est en fait tiré d’observateurs sérieux.  


Car les choses se gâtent singulièrement ensuite, quand nos auteurs passent à leurs propres énoncés : bien sûr, n’est pas universitaire de qualité ou chercheur qui veut, mais dans ce cas : «  le moment le plus agréable vécu avec ceux qui n’ont rien à dire est celui où ils se taisent »  ( je ne sais plus qui en est l’auteur, peut-être notre quintette de pédants pourra me le dire …).


Ceux-ci tirent leurs arguments quasi exclusivement de la situation en Syrie et de l’information alternative que Lucien Pons et le CNR ont voulu en donner.


Ils partent d’un postulat unique, « Assad est un boucher », et toute tentative de donner un éclairage différent, indépendamment d’ailleurs éventuellement d’Assad, ne peut donc être que condamnée.


Trois fois bravo pour la perception de la complexité des choses que nos prétendus « analystes » appellent pourtant de leurs  vœux au début de leur péroraison ( « … accepte la complexité du monde et la prend en compte, … ) !!




Cette démarche de Lucien Pons n’était-elle pas légitime, face à l’avalanche à ce point consensuelle qu’elle en devenait suspecte ?


On leur fera remarquer aussi que même dans les grands médias véhiculeurs de la pensée officielle ont est tout de même passé de la boucherie à la « guerre civile », ce qui n’est pas tout à fait la même chose …


Et on attend la tête qu’ils feront lorsqu’il sera avéré qu’on est allé tuer Khadafi dans un caniveau ( si éloigné que nous soyons du personnage… ) pour étouffer d’éventuelles révélations sur son financement de la campagne de Sarkozy 2007…

Un certain nombre d’autres tenants de ces raisonnements ( peut-être les mêmes, je ne sais pas … ) avaient gobé comme un seul homme, à l’époque , la « justification » des armes de destruction massive pour accepter l’invasion et la mise à sac de l’Irak…


Partant de là, par une « effroyable  imposture » intellectuelle dont ils sont coutumiers mais dont il faudrait bien se débarrasser, nos apprentis analystes, confondant à dessein l’abondance des sources avec la qualité du raisonnement, se permettent de faire des amalgames honteux.


Toute leur « démonstration » tient sur cette escroquerie intellectuelle : puisque nous, grands garants des grands principes, supposons un tel ceci ou cela ( antisémite parce qu’anti-sioniste, etc… ) et puisque Lucien Pons y puise certaines informations, il est lui-même ceci ou cela…

C’est grossier, ou grotesque…


Est-ce de la faute de Lucien Pons si une certaine gauche est incapable de faire ce travail critique, et qu’on est obligé d’aller trouver des informations différentes sur ces sources ?


Et par cette transitivité de raisonnement simpliste, nous pouvons affirmer pour notre part que puisque vous  adhérez en l’occurrence totalement aux thèses défendues aussi par l’UMP, vous en êtes de très proches soutiens… travestis…


Lucien Pons est donc un dangereux imposteur, en fait un homme d’extrême droite « déguisé ».


Et sur ce seul exemple de la Syrie ( car c’est le plus facile dans le contexte actuel pour ébranler les chaumières ou faire pleurer Margot…  ) , on feint d’ignorer ( quelques exemples seulement parmi une activité  intense ) :


  • La projection du film sur les Fralib, et une deuxième séance avec les grévistes eux-mêmes,  tous d’extrême-droite sans doute…

  • Les conférences avec l’historienne Annie Lacroix-Riz, bien connue pour être, sous des dehors de gauche ( c’est une des responsables nationaux du PRCF ), une grande intellectuelle d’extrême-droite en fait.  Tous ses livres sur la collusion industriels-banquiers–fascistes dans les années vingt–trente sont bien sûr  des paravents à une pensée profondément déviante en réalité fondamentalement droitière…   

  • Le colloque sur la privatisation d’EDF avec la CGT, syndicat devenu bien évidemment un remarquable exemple de l’entrisme de l’extrême droite dans des organisations bien connues en apparence pour être de gauche…   

  • Même chose sur la privatisation de La Poste avec plusieurs syndicats, en fait tous inféodés en secret à Marine le Pen…

  • La projection en présence de Jacques Balbastre du DVD des « Nouveaux chiens de garde », titre scandaleusement imposteur car il s’agit en fait d’une production de grands gardiens de la pensée d’extrême droite…

  • La conférence avec le Front syndical de classe suivie d’une formation syndicale d’un jour avec cette même organisation, chargée très certainement, sous une appellation très radicalement à gauche de propager en catimini des thèses de l’extrême-droite.

  • Les conférences de Jacques Cotta, qui sous des dehors de grand défenseur des services publics « façon gauche », est probablement un théoricien d’un vaste service public d’extermination des Juifs…        


Nos aimables ( mauvais… ) disserteurs objecteront sans doute les conviviales réunions du Comité pour un Audit Citoyen de la Dette.  


Mais où est votre rapport d’audit, après un an et demi d’auscultation ?


C’était intéressant pourtant comme idée de départ, mais il faut quand même rappeler à ces  amateurs que le capitalisme, quand il s’agit de se sauver, est capable d’auditer et de décider en un week-end. Il faudrait donc peut-être changer de méthode, et ne plus vous contenter, messieurs les anti-staliniens devant l’Eternel, … de procès staliniens.


Car votre exposé s’y apparente fort : création, comme il se doit, d’un imposant  « corpus »

( le « fichage » est impressionnant et donne à penser que la Stasi, dans son agonie, a essaimé à Nice ), sur lequel  s’appuyer pour fournir le change d’une argumentation, et transitivité simpliste du raisonnement décrit plus haut , pour pouvoir condamner à bon compte quelqu’un qui veut tout simplement essayer de voir autrement hors de vos chemins balisés, et doit décidément beaucoup vous gêner .


La démonstration est tellement grosse, qu’on ne peut s’empêcher de penser, à propos de la gauche dont vous donnez ainsi une piètre image, à la conclusion de la fable de La Fontaine, vous savez celle où l’ours pour débarrasser d’une mouche son ami qui dort empoigne un pavé et le lance, et, ce faisant, écrabouille le chef de son compagnon… :

Et non moins bon archer que mauvais raisonneur : 
Roide mort étendu sur la place il le couche. 
Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ; 
Mieux vaudrait un sage ennemi.

( L’ours et l’amateur des jardins ).







Ineptie de la conclusion :


Comme tous mauvais potaches, épuisés par leur laborieux effort de démonstration, les analystes ne peuvent accoucher que d’une conclusion effarante de pauvreté.


Tout ceci, d’après eux, n’a rien à voir avec la gauche, Jean Moulin et le CNR.

Que venez-vous convoquer le CNR à votre turpitude ?


Celui-ci, en toute objectivité, vous est totalement étranger, reconnaissez-le.

Alors, vous, tenants de « la gauche sinon rien » ( ce qui peut se justifier, là n’est pas le propos, celui-ci étant seulement de mettre en lumière votre escroquerie ), laissez-le tranquille svp ( avec son compromis historique entre gauche et droite, ce n’est pas votre affaire, non plus que Jean Moulin, pour les mêmes raisons, que Lucien Pons connaît (et aime) bien mieux que vous .


Et bien sûr votre analyse de 6 mois « omet » sans vergogne tous les propos et analyses, à chaque message très nombreux, authentiquement « de gauche »«  ou parfaitement en rapport avec le Cnr : c’est normal, vous n’entendez « instruire » ( si l’on peut dire ) qu’ à charge…


Vient ensuite le couplet sur les années vingt et la mise en garde sur  les dangers de l’extrême droite.

Qui le conteste ? Surtout pas Lucien Pons qui passe le plus clair de son temps à la combattre.

Mais là aussi votre prétendue exégèse d’un semestre ignore les courriels ( ils sont légion ) qui le prouvent.

  

Et sur l’antifascisme comme postulat de base, je vous propose de réfléchir à cette phrase de Jacques Généreux extraite  de sa lettre récente de prise de distance avec le PG :  

"le Front de gauche ne sera pas sauvé par l’antifascisme ou par l’écosocialisme, mais par sa capacité à offrir à tous un boulot, un salaire décent et un toit.  À défaut, nous aurons tout le temps pour faire des colloques sur nos utopies créatrices puisque nous ne gouvernerons pas."


Donc, Messieurs les ayatollahs du totalitarisme mondialiste ( 1 ), sachez que nous en avons définitivement assez de vous écouter poliment dans les réunions débiter la bouche en coeur vos « bonnes » leçons de « bonne pensée ».

Et nous ne supporterons plus vos méthodes crasseuses consistant par exemple à répandre partout le contenu de votre missive du niveau d’une lettre anonyme de sous-préfecture avant même de la communiquer au principal intéressé, sans lui proposer un droit de réponse, tout en clamant hypocritement qu’il s’agit « d’ouvrir un débat »…. !!


Meilleures salutations.


René Isnard


( 1 )  Nous sommes prêts à débattre sur ce fait que tout mondialisme est un totalitarisme.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article