Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Parti de la Gauche Européenne – UKRAINE: mieux vaut tard, mais surtout plus fouillé serait encore mieux

7 Mai 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine

Mercredi 7 mai 2014           

odessa-nazis.jpg

Confirmer qu'il y a le feu, mais ne pas combattre les pyromanes, à quoi sert le PGE ?


Le PGE, ce truc qui sert d'auberge espagnole à différents partis qui se déclarent de gauche à l'assemblée de Straxelles et Brusbourg a rendu publique (enfin) un communiqué dénonçant "les groupes nazis sous la direction de Kiev".

Comme d'habitude sur les pages de Canaille le Rouge, d'abord le texte en question ensuite les commentaires.


Le Parti de la gauche européenne (PGE) condamne l’attitude de l’UE sur ce conflit ainsi que le comportement brutal de Kiev et exhorte toutes les parties à résoudre les différends en vertu du principe du dialogue dans les règles de l’ONU .

Suite aux affrontements qui ont fait plusieurs dizaines de victimes à Odessa et au risque grandissant de guerre civile en Ukraine, le Parti de la Gauche Européenne a dénoncé "l'émergence d'un État nazi favorisé par les Etats-Unis et l'Union européenne en Ukraine.


Ainsi, comme le montre de nombreuses images qui circulent sur internet : “Les conflits d’hier à Odessa, et dans d’autres villes de l’est de l’Ukraine, qui ont fait prés de 50 victimes mettent en évidence le comportement d’un protagoniste : les groupes nazis sous la direction de Kiev.”


Pour le PGE, “la scission subie par la société Ukrainienne a été influencée par la volonté des Etats-Unis et l’UE d’aller contre la Russie et de déployer tous les types de mesures afin d’isoler ce pays dans une sorte de renaissance de la guerre froide.


C’est tout le contraire de ce qui devrait être recommandé si la coexistence pacifique était le but recherché .


Cent ans après la Première Guerre mondiale, l’Europe ne devrait pas jouer avec le feu, mais au contraire devrait favoriser des solutions diplomatiques et pacifiques aux crises internationales de toute nature.


Le PGE condamne l’attitude de l’UE sur ce conflit ainsi que le comportement brutal de Kiev et exhorte toutes les parties à résoudre les différends en vertu du principe du dialogue dans les règles de l’ONU.”


L'opinion de Canaille le Rouge sur ce texte :

Cette "émergence" d'un état nazi enfin reconnu comme tel n'a pas été favorisée maisvoulue par l'OTAN et ses deux pivots les USA et l'UE.


Le putsch qui se déroule alors qu'Ashton est sur place pour l'UE et que les Snipers des SA de "section droit" tirent depuis leur bastion sur la foule, la venue à Kiev par une sorte de turn over par pont aerien de tous les responsables politiques de l'Otan, les provocations du l'irresponsable de Polognepose le cadre. Que le N°2 de "section droit" soit nommé directeur adjoint de la police de Kiev quand Fabius puis la secrétaire d'état Nuland sont sur place confirme. Le même Fabius qui dira qu'il n'y a pas de Nazis à Kiev. Les USA, l'UE dont la partie française de soutien aux oligarques, toutes et tous ont mis de l'essence sur les braises.


Quand avec quelques uns La Canaille a appelé la représentation nationale à se démarquer et à denoncer l'aide aux Nazis, l'Huma qui est la seul lisibilité des organisations françaises affiliées au PGE, mais aussi le site du P"c"F ont continué de parler (et continuent encore aujourd'hui de parler) du "gouvernement de Kiev" et de séparatistes russes entretenant volontairement une confusion qui brouille la lisibilité pour intervenir efficacement.


De même qu'un Wallon n'est pas Français un Genevois n'est pas Français mais francophone comme le sont pour des raisons historiquement différentes un Gabonnais ou un Ivoirien, un russophone n'est pas un pro-russe. Ce que pourtant l'Huma persiste aujourdhui à véhiculer.


Parler d'affrontement fraticide quand le 02 mai les nazis violent incendient et massacrent plusieurs dizaines de personne parce que démocrates et russophones dans une bourse du travail, cela à la date anniversaire de l'investissement des locaux des syndicats allemands par les SA de 


Hitler en 1933, ce n'est pas fraticide ; ce sont des vélléités génocidaires.


Quand les autorités reconnues par l'UE et les USA laisse commémorer voire participent aux hommages aux divisions SS en Ukraine sans condamnation immédiate et forte du groupe PGE, celui-ci démontre son inutilité.


Cette condamnation qui enfin arrive se veut regarder dans le bon sens sur les faits. Elle regarde mais renvoie dos à dos et en reste là. Elle ne dénonce pas les causes réelles : la stratégie de l'impérialisme. Pas de dénonciation de l'OTAN. Elle cautionne l'institution qui  porte la pratique en ne condamnant que pour l'Ukraine et non comme stratégie impérialiste globale inaugurée dans l'ex Yougoslavie, il aurait été bon de le rappeler.


Ce qui pour des élus se disant porteur de l'idée communiste est très en retrait des exigences politiques et du besoin de clartés que la situation exige.


Les propos d'un des parlementaires du PGE par ailleurs directeur de "l'Humanité" éclairent cette stratégie :


« Il faut confier le pouvoir d'initiative législative au Parlement européen. Et le président de la Commission doit être élu au suffrage universel. On y va vers ce système, mais il faut accepter les compromis pour y aller. Et puis il faut faire participer les autres organes européens : le Conseil Economique et Social Européen, le Comité des Régions ont beaucoup à apporter. En les intégrant plus, on pourrait apporter beaucoup ».

 

http://www.euractiv.fr/sections/elections-2014/patrick-le-hyaric-leurodepute-patron-de-presse-301904


Le fond des reculades s'explique par ces mots. Comme il est forcement co-signataire de la déclaration du PGE sur l'Ukraine. ceci explique cela.


Clore la déclaration sur le concept de "crise internationale de toute nature" sans pointer la responsabilité des régimes capitalistes et des oligarques de tous les camps et de toutes confessions qui tirent les ficelles et empochent les rentes ne fâchera pas les vrais responsables et entraine vers des fausses pistes en impasse.


Au passage chacun pourra noter l'acceptation des abandons de souveraineté qui interdit à la France de parler de sa propre voix et laissant ainsi au nom de l'UE un Fabius soutenir depuis Kiev ce régime nazi sans qu'il soit interpellé par les parlementaires français.


De Caracas à Kiev, de Riga à Dacca ou Kinshasa, ce sont les mêmes forces réactionnaires qui entretiennent les violences et les mêmes qui les subissent : les peuples.


Qu'aurait-on dit si l'Humanité avait dénoncé les paras de massu et le FLN en les renvoyant dos à dos ou les patriotes vietnamiens et les forces françaises puis américaines au vietnam ?

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article