Lucien Pons


De 60% d’avis favorable on est passé à 60% d’avis négatif en 10 ans sur l’Union Européenne, cette construction européenne dont le but est la destruction des conquêtes sociales et des souverainetés des peuples. Proposer un euro, une BCE, une UE, un FMI, un OTAN ou un capitalisme au service d’une politique sociale est une mystification absolue, sans compter que cela fait le jeu du Front National et des extrêmes droites d’Europe qui apparaissent aux yeux des peuples comme les seules forces anti-UE.

Pour moi, la seule solution pour faire vaciller cette institution antidémocratique qu'est l'Union Européenne, est de prôner le boycott des élections au parlement européen le 25 mai 2014. A la différence de l'abstention le boycott est une posture politique déterminée et revendiquée. Le but est de redonner la parole au peuple comme en 2005 sur cette construction antidémocratique.

Le vote blanc, le vote nul, le vote contestataire de la gauche de la gauche n'auront aucun effet sur la politique ultralibérale imposée par la commission européenne, véritable directoire au service des banques et des multinationales. Le vote quel que soit celui-ci a pour seul objectif d'entériner cette mascarade démocratique. Les européistes serviles que sont les centristes ont même promu une reconnaissance du vote blanc aux européennes afin de canaliser le légitime mécontentement populaire.

En fait, la seule chose qui les fasse trembler est un désaveu franc et massif de cette dictature par une abstention massive et revendiquée politiquement.
Il n'y aura plus de référendum et la marche forcée vers l'intégration européenne va s'accélérer.
Les euros régions et autres dispositions de même type vont rendre de plus en plus difficile la contestation de cet ordre nouveau européen.

Le seul combat pour les euroïstes de tous bords politiques, sera de favoriser le vote. Peu importe lequel, il faudra y participer!

Imaginons que par une habile campagne incluant même la détestation de cette institution, le taux de participation soit plus élevé que pour la précédente élection. Il n'est pas besoin d'être grand clerc pour comprendre que cela signerait la victoire de cette eurocratie qui s'empresserait de clamer haut et fort que les peuples sont favorables à l'Union Européenne.

Contrairement à votre perception de la situation nous voulons combattre le FN dans cette élection, car lui présente des candidats et nous prônons le boycott. C’est pour nous une excellente occasion de dénoncer le double langage de ce parti qui se réclame des valeurs républicaines. Si vous voulez bien examiner de près nos propositions vous constateriez la véracité de mes propos en la matière.

Je ne vois qu'une solution, c'est le boycott pour faire entendre la volonté populaire de sécession de la France de l’UE.

 

La grande Braderie