Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #amerique tag

UKRAINE - "Le risque de guerre totale est réel" : Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La République, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La Russie, #AMERIQUE, #La guerre, #La paix, #Terrorisme

UKRAINE - "Le risque de guerre totale est réel" : Alexandre Orlov, ambassadeur de Russie en France

Lire la suite

Jacques Attali s'oppose à l'escalade guerrière en Europe. La France est l'alliée de la Russie.

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La République, #La Russie, #La France, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #L'OTAN., #Terrorisme

Une fois de plus, nous pouvons être entraînés dans une guerre absurde, contre ceux qui devraient être nos alliés dans d’autres combats infiniment plus importants.
Il est en effet totalement absurde de se poser en défenseur d’un gouvernement ukrainien aussi incohérent que les précédents, incapable de proposer un programme de reconstruction de l’État, et qui ne trouve pas mieux pour exister que de réaffirmer que le russe, langue maternelle d’une partie significative de sa population, n’est plus langue nationale.
Alors, faut-il s’indigner de voir la Russie se poser en défenseur des droits de ces minorités ? Nous opposerions nous aux Hollandais s’ils volaient au secours des Flamands à qui un gouvernement belge aurait interdit de parler leur langue ? Et nous, Français, ne réagirions nous pas si le gouvernement suisse interdisait à ses citoyens de parler le français ?
Si l’Ukraine ne veut pas donner à ses russophones un statut décent, il est normal que ceux-ci veuillent l’obtenir, et qu’ils appellent à l’aide la Russie voisine, où beaucoup d’entre eux se sont déjà réfugiés.
Ne nous laissons pas entrainer par ceux qui prétendre que la Russie voudrait ensuite se saisir de la Pologne ou des pays baltes, en réalité invulnérables parce que membres indéfectibles de nos alliances. Ne nous laissons pas non plus entrainer par ceux qui prétendent inviolables les frontières de l’Europe quand cela les arrange et qui ne se sont pas opposés à la sécession de la Slovaquie, à la partition de la Yougoslavie ni même au redécoupage des frontières lors de la naissance du Kosovo !
Enfin, le conflit qui menace désormais avec la Russie, pour la défense d’un gouvernement ukrainien incompétent, est d’autant plus absurde que nous avons bien des combats essentiels à mener en commun avec les Russes.
Ne voit-on pas que le terrorisme fondamentaliste est en train de tenter de s’organiser en un état islamiste unique, qui irait du Nigéria à la Tchétchénie, en passant par le Mali, la Libye, la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan et une partie du Pakistan ? Ne voit-on pas que ce qui se joue avec le terrorisme en Europe renvoie en écho à cette même bataille ? Ne voit-on pas que les compétences de l’armée russe en matière de lutte antiterroriste nous seraient fort utiles dans cet affrontement majeur ?
La France doit donc pousser les Européens à se dégager de l’influence ici délétère de ceux qui, aux États-Unis et en Europe, en particulier en Pologne, continuent de confondre Poutine avec Hitler. Et de ceux qui, comme dans les organes de direction de l’OTAN, sont heureux d’inventer un ennemi imaginaire pour justifier leur existence.
Il est urgent de proposer à nos partenaires européens de parler à la Russie comme un allié potentiel et non comme un ennemi imaginaire. Ce serait, d’ailleurs, la seule façon de pousser ce pays vers la démocratie.
Il est en conséquence aussi urgent de repenser notre loi de programmation militaire. Et en particulier nos stratégies de défense.
La France est l’un des rares pays au monde à maitriser la dissuasion nucléaire, les opérations spéciales, et la projection de forces conventionnelles et d’entrée en premier sur un théâtre. Elle est par ailleurs le seul pays d’Europe à posséder un porte-avion nucléaire. Mais son effort de défense n’est pas adapté à la nature des menaces à venir, et il décline depuis 1995 (avec notamment une baisse de 30% des effectifs en vingt ans). L’opération Serval au Mali a ainsi révélé les failles de nos équipements de renseignement (drones), de logistique (transporteurs), et de ravitaillement en vol, où certains de nos matériels en service le sont depuis plus de 50 ans ! Alors que nous dépensons des sommes indues, depuis trop longtemps, pour maintenir la chaine de production du Rafale, pour le seul bénéfice de l’entreprise qui le produit.
Tout cela serait à repenser. D’urgence. Il faudrait pour cela, en toute priorité, débattre, au Parlement, de notre vision du monde et de ses menaces. Beau débat. Bien plus intéressant et important que tous ceux qui agitent aujourd’hui notre classe politique.
j@attali.com

Lire la suite

Ukraine: le président Porochenko prêt à introduire la loi martiale en cas d'échec du sommet de Minsk

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #La France, #Politique étrangère, #La Russie, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La guerre, #La paix, #Terrorisme

Ukraine: le président Porochenko prêt à introduire la loi martiale en cas d'échec du sommet de Minsk


Kiev - Le président ukrainien Petro Porochenko s'est dit prêt mercredi à introduire la loi martiale sur tout le territoire ukrainien en cas d'échec du sommet de paix de Minsk, où l'Ukraine et les Européens parleront d'une seule voix.

Tout dépendra du résultat du sommet: soit nous arrivons à arrêter l'agresseur par la voie diplomatique, soit ce sera un tout autre régime. Moi-même, le gouvernement et le Parlement sommes prêts à introduire la loi martiale sur tout le territoire ukrainien (...) en cas d'escalade du conflit, a-t-il déclaré lors d'une réunion du Conseil des ministres, quelques heures avant de retrouver à Minsk les dirigeants russe, allemand et français.

C'est la première fois que le gouvernement ukrainien évoque la possibilité d'introduire la loi martiale pour tout le pays.

Celle-ci autorise l'instauration d'un couvre-feu, la censure, des limitations de la liberté de circulation ou l'interdiction d'ONG ou de partis politiques dont l'activité menace la souveraineté du pays.

Les autorités pro-occidentales ont été jusqu'à présent réticentes à utiliser cette option, qui pourrait provoquer l'arrêt des crédits ou d'investissements étrangers cruciaux pour l'Ukraine, y compris de la part du Fonds monétaire international, alors que le pays risque le défaut de paiement.

Nous sommes pour la paix mais s'il le faut, nous allons casser la gueule (à l'ennemi). Si nous devons défendre notre terre, nous allons le faire. Malheureusement, nous devons être prêts pour ces deux options, a lancé le président ukrainien.

M. Porochenko a également affirmé que Kiev, le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel parleraient d'une seule voix à Minsk pour réclamer un cessez-le-feu inconditionnel. Je vous assure que l'Ukraine et l'Union européenne auront une position commune lors du sommet de Minsk et parleront d'une seule voix, a-t-il assuré.

La priorité est un cessez-le-feu sans conditions préalables, a ajouté le président.

M. Porochenko a une nouvelle fois rejeté l'idée d'une fédéralisation de l'Ukraine proposée par la Russie, qui permettrait aux régions séparatistes prorusses de bloquer, avec un droit de veto, l'orientation prooccidentale de la politique de l'Ukraine.

L'Etat voisin tente avec insistance d'exporter l'idée d'une fédéralisation. L'ironie, c'est que l'Etat voisin est le plus centralisé de la région, a souligné M. Porochenko, dans une claire allusion à la Russie.

La décentralisation que nous sommes en train d'élaborer n'a rien à voir avec une fédéralisation. L'Ukraine a été et restera un Etat unitaire, a-t-il insisté.


(©AFP / 11 février 2015 13h46)

Lire la suite

Reportage pro Kiev entre les lignes - Utile !

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #La guerre, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie

L'avantage de la télévision pro-Kiev par rapport aux chaînes de TV françaises, c'est que la couleur est clairement annoncée! Bien qu'on ait souvent affaire là-bas aussi à des menteurs sans scrupules, l'attitude décomplexée des médias ukrainiens nous permet parfois de bénéficier de déclarations d'opposants moins censurées que sur notre propre télévision! Et pour analyser plus globalement il suffit de lire JUSTE UN PEU entre les lignes.

Plus tristement, on constatera comment la junte mise en place par les USA (pseudo-légalisée par des élections à candidats triés) a déjà réussi à semer la haine entre les Ukrainiens.

La crise ukrainienne vu d'un peu plus près:
http://www.youtube.com/playlist?list=...

Lire la suite

Les forces ukrainiennes posent des mines dans les infrastructures civiles de Debaltsevo.

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #La République, #La Russie, #La guerre, #AMERIQUE, #L'OTAN.

Les forces ukrainiennes posent des mines dans les infrastructures civiles de Debaltsevo

Le 8 février 2015 – Source FortRuss

Eduard Basurin

Nouvelles du front communiquées par Eduard Basurin, commandant adjoint au ministère de la Défense de la RPD

Hier, les forces de la République populaire de Donetsk ont poursuivi leurs opérations défensives le long de la ligne de contact.

Les combats les plus intenses se sont déroulés à la périphérie de Debaltsevo, où l’ennemi fait des efforts désespérés pour desserrer l’encerclement et reprendre les localités abandonnées auparavant.

 

Au cours des combats des dernières 24 heures sur l’ensemble du front, la RPD a perdu un tank BMP, un tank SAU, trois mortiers ; 11 soldats ont été tués et 29 blessés.

Selon les informations obtenues aujourd’hui en interrogeant deux prisonniers de guerre ukrainiens de la 25e brigade, capturés à la périphérie de Chernukhino, le commandement ukrainien a ordonné de miner les infrastructures ferroviaires de Debaltsevo. L’objectif est d’empêcher le rétablissement de la connexion ferroviaire entre les Républiques de Donetsk et de Lougansk après la retraite vers Artemovsk des troupes ukrainiennes fuyant le chaudron. Les locomotives, les trains de marchandises, les aiguillages de la gare de Debaltsevo–Sortirovochnaya, les dépôts de locomotives, les centres de contrôle du trafic sont minés, ainsi que la zone administrative du terminal de Debaltsevo.

En outre, selon ces prisonniers de guerre, les stations de pompage et les postes électriques de Debaltsevo ont déjà été minés vendredi.

Par conséquent, Kiev a déjà tout mis en œuvre pour détruire la ville après le départ de ses troupes.

Pendant les combats d’aujourd’hui la RPD avait complètement investi Kalinovka et Redkodub, abandonnées par les forces ukrainiennes.

Les opérations militaires pour repousser les contre-attaques se poursuivent à Chernukhino.

Dans la matinée du 8 février, la RPD avait conquis une hauteur stratégique, à 2 km au Nord-Ouest du village de Lozovoy, ce qui a amélioré l’interception de l’approvisionnement du groupe de soldats ukrainiens coincés dans le chaudron de Debaltsevo.

Deux contre-attaques des Forces armées ukrainiennes (FAU) pour reprendre le contrôle de cette hauteur ont échoué, non sans lourdes pertes en hommes et en matériel.

Sur le front de Donetsk, les forces de sécurité ukrainiennes ont continué d’attaquer avec des batteries Smerch et Grad, soutenues par des pièces d’artillerie de gros calibre. Elles ont opéré:

4 frappes sur les quartiers résidentiels de Donetsk,
21 frappes sur les banlieues Donetsk,
7 frappes sur l’aéroport de Donetsk,
et des frappes sur Peski, Vesëloye et Spartak.

Sur le front de Marioupol :

Les FAU [Forces armées ukrainiennes] ont maintenu les positions de la milice de la RPD sous un tir nourri.

21 véhicules blindés ukrainiens sont arrivés à la périphérie Est de Marioupol.

La concentration de troupes supplémentaires à cet endroit est le signe qu’une attaque sur les lignes défensives est imminente à Novo-Azovsk.

Les pertes des forces de sécurité ukrainiennes pour la journée d’hier sont les suivantes :

11 tanks (8 détruits, 3 capturés), 9 pièces d’artillerie, 6 BMP et BTR (3 détruits, 2 capturés), 11 véhicules, et 45 soldats.

Au total, pendant les opérations militaires des 22 derniers jours, l’ennemi a perdu:

3 avions, 1 hélicoptère, 168 chars, 133 BMP, BTR, MTLB, 124 pièces d’artillerie, 94 véhicules, 2 056 personnes ont été tuées.

Les frappes sur les zones peuplées de la République ont fait des victimes civiles.

Hier, deux personnes ont été tuées: une à Donetsk, une à Makeevka, et neuf ont été blessées : huit à Donetsk et une à Makeevka.

A Donetsk dans le district Petrovsky, deux personnes ont été tuées à Leninski, deux à Kuibyshevsky et une à Kievsky.

La frappe sur Kievsky a touché un magasin du 7e quartier, mais on pense que c’était l’arrêt de bus qui était visé.

Les tirs d’artillerie ont provoqué neuf incendies. Deux services d’urgence ont été ciblés par l’ennemi, alors qu’ils se précipitaient pour éteindre le feu : un à Donetsk, et l’autre à Makeevka.

Le chaudron de debaltsevo

Note de Kristina Rus, traductrice du texte russe:

Il y a des rumeurs sur un mystérieux blackout des informations en provenance du front par la milice. Ce bulletin d’information provient directement d’un officiel du ministère de la Défense de la RPD, mais on pense que les Force armées de Novorussie préparent quelque chose et ne veulent pas laisser filtrer trop d’informations pour le moment…

Traduit du russe à l’anglais par Kristina Rus

Traduit de l’anglais par Dominique, relu par jj pour le Saker Francophone

Lire la suite

La Grèce dénonce une manipulation de l’UE sur l’Ukraine.

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #Ukraine, #L'OTAN., #La France, #La Russie, #AMERIQUE, #Terrorisme, #le nazisme, #La guerre

La Grèce dénonce une manipulation de l’UE sur l’Ukraine

 
 
+

Le nouveau gouvernement grec d’Alexis Tsipras a vivement protesté contre la déclaration des « chefs d’État ou de gouvernement de l’Union » attribuant aux « séparatistes » le « bombardement aveugle » de la ville de Marioupol et menaçant la Russie de nouvelles sanctions [1].

Selon M. Tsipras, la Grèce n’a pas été consultée et cette déclaration a été publiée en violation des procédures de l’Union.

Selon EU Observer, la Hongrie, la Slovaquie et l’Autriche auraient vainement essayé de modifier cette déclaration en supprimant l’attribution de l’attaque de Marioupol aux indépendantistes.

Chronologie
- 24 janvier 2015 : attaque de Marioupol par l’armée ukrainienne
- 25 janvier : le parti d’Alexis Tsipras gagne les élections législatives en Grèce
- 26 janvier : le président de l’Union, Donald Tusk, félicite M Tsipras pour sa victoire
- 27 janvier : l’Union publie la Déclaration des chefs d’État ou de gouvernement (datée du 26) pendant que le nouveau gouvernement grec prête serment
- 28 janvier : le gouvernement grec dénonce une violation des procédures de l’Union

Lire la suite

Déclaration des chefs d’État ou de gouvernement de l’Union sur l’attaque de Marioupol. Le 27 janvier 2015.

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La République, #La France, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La Russie, #La guerre, #Terrorisme, #AMERIQUE, #le nazisme

Déclaration des chefs d’État ou de gouvernement de l’Union sur l’attaque de Marioupol

 
| Bruxelles (Belgique)
 
+
JPEG - 12.6 ko

Nous sommes préoccupés par la détérioration des conditions de sécurité et de la situation humanitaire dans l’est de l’Ukraine. Nous condamnons le massacre de civils qui a eu lieu au cours du bombardement aveugle de la ville ukrainienne de Marioupol, le 24 janvier 2015. Nous prenons acte des éléments qui attestent du soutien continu et croissant fourni aux séparatistes par la Russie, ce qui met en évidence la responsabilité de la Russie. Nous demandons instamment à la Russie de condamner les actes des séparatistes et d’appliquer les accords de Minsk.

Nous rappelons les conclusions du Conseil européen du 18 décembre 2014, selon lesquelles "l’UE maintiendra le cap" et est prête "à prendre des mesures supplémentaires si nécessaire". Compte tenu de l’aggravation de la situation, nous demandons au prochain Conseil des affaires étrangères d’évaluer la situation et d’envisager de prendre toute mesure appropriée, en particulier l’adoption de nouvelles mesures restrictives, en vue de parvenir, dans les meilleurs délais, à une application rapide et complète des accords de Minsk.

Nous serons appelés à examiner la situation lors de notre prochaine réunion.

Attention : cette déclaration a été dénoncée par la Grèce : « La Grèce dénonce une manipulation de l’UE sur l’Ukraine », Réseau Voltaire, 28 janvier 2015.

Lire la suite

Les néo-nazis ukrainiens entraînés par les États-Unis par Manlio Dinucci.

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Europe supranationale

Les néo-nazis ukrainiens entraînés par les États-Unis

Alors que l’armée ukrainienne est en plein déroute face aux Novorossiens, Washington a décidé de renverser la situation militaire en s’appuyant sur ses alliés historiques contre la Russie, les nazis et néo-nazis. Peut-être seront-ils plus efficaces. Manlio Dinucci observe ce recyclage. Il sera désormais difficile à l’Otan de prétendre lutter pour la liberté.

| Rome (Italie)
+
JPEG - 22.1 ko
Le soutien de la CIA et de l’Otan aux nazis en Europe orientale n’est pas nouveau. Durant la Guerre froide, l’ambassadeur Lev Dobriansky fut chargé de soutenir les nazis ukrainiens afin qu’ils sabotent les installations communistes. Sa fille, Paula Dobriansky (photo), fut sous-secrétaire d’État chargée de la « démocratisation » de 2001 à 2009. Elle prépara le coup d’État de Kiev en sa qualité de vice-présidente de la National Endowment for Democracy.

En Ukraine les États-Unis commenceront au printemps l’entraînement et l’armement de la Garde nationale : c’est ce que confirme officiellement l’EuCom, en précisant que le programme entre dans l’initiative du département d’État pour assister l’Ukraine à opérer sa « Défense interne ».

Le financement, déjà autorisé par le Congrès, est fourni par un Fond spécial constitué par le Pentagone et par le département d’État pour « fournir de l’entraînement et de l’équipement à des forces de sécurité étrangères », afin que « les pays partenaires puissent affronter des défis importants pour la sécurité nationale des États-Unis ».

La mission d’entraînement en Ukraine sert à « démontrer l’engagement US pour la sécurité de la Mer Noire et la valeur des forces états-uniennes déployées en positions avancées ».

Les unités de la Garde nationale ukrainienne, comprenant selon des estimations approximatives 45 à 50 000 volontaires, seront entraînées par des instructeurs états-uniens dans le camp militaire de Yavoriv, proche de Lviv à environ 50 km de la frontière polonaise.

La Garde nationale, formée par le gouvernement de Kiev en mars 2014 avec un premier financement US de 19 millions de dollars, a incorporé les formations néo-nazies, déjà entraînées par des instructeurs Otan pour le putsch de Kiev (comme le montre une documentation photo sur des militants néo-nazis entraînés en 2006 en Estonie [1]). Les bataillons Donbass, Azov, Aidar, Dniepr-1, Dniepr-2 et autres, qui constituent la force de choc de la Garde nationale, sont constitués de néo-nazis aussi bien ukrainiens que d’autres pays européens. Les atrocités qu’ils ont commises contre les civils de nationalité russe en Ukraine orientale sont amplement documentées par des vidéos et des témoignages (il suffit de chercher sur Google « atrocités des néo-nazis en Ukraine »). Mais, bien qu’Amnesty International ait accusé le gouvernement de Kiev d’être responsable des crimes de guerre commis par ces bataillons, les USA continuent à les soutenir, en leur fournissant même des blindés. Et ils les potentialisent maintenant avec le programme d’entraînement et d’armement.

Celui-ci entre dans l’ « Opération fermeté atlantique », lancée par l’EuCom pour « rassurer nos alliés, face à l’intervention russe en Ukraine, et comme moyen de dissuasion pour empêcher la Russie d’acquérir l’hégémonie régionale ». Dans le cadre du déploiement croissant de forces US en Europe orientale, le Pentagone a envoyé « des experts militaires pour accroître la capacité défensive de l’Ukraine » et alloué 46 nouveaux millions de dollars pour lui fournir « des équipements militaires, dont des véhicules et des viseurs nocturnes ».

Washington est ainsi déjà en train d’armer les forces de Kiev qui, même sans recevoir des armes lourdes des USA, peuvent se les procurer avec les millions de dollars mis à leur disposition. Alors que l’Allemagne, la France et l’Italie se disent favorables à une solution diplomatique et donc contraires à la fourniture d’armes à Kiev. Mais en même temps, au sommet de Bruxelles, elles s’engagent, avec la Grande-Bretagne, l’Espagne et la Pologne, à prendre à leur charge les plus grandes missions dans la formation de la « Force de pointe » de l’Otan, dans la cadre de la « Force de riposte », portée de 13 000 à 30 000 hommes et dotée de six centres de commandement et contrôle en Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne, Roumanie et Bulgarie. Alors que les USA, en préparation du sommet de Minsk sur l’Ukraine (auquel volontairement ils ne participent pas), assurent par la bouche du secrétaire d’État qu’entre les alliés « il n’y a pas de divisions, nous sommes tous d’accord qu’il ne peut pas y avoir de solution militaire ».

Mais en même temps, en entraînant et armant les néo-nazis ukrainiens, les USA alimentent les flammes de la guerre au cœur de l’Europe.

Sur le même sujet  :
• « Qui sont les nazis au sein du gouvernement ukrainien ? », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 2 mars 2014.
• « Des organisations nazies font irruption sur la scène européenne », Traduction Gérard Jeannesson, Oriental Review, Réseau Voltaire, 3 mars 2014.
• « Kiev confie 23 colonies de vacances aux nazis pour une formation paramilitaire », Réseau Voltaire, 22 mars 2014.
• « Les nouveaux maîtres de l’Ukraine », Traduction Gérard Jeannesson, Oriental Review, Réseau Voltaire, 28 mars 2014.
• « Des néonazis en Ukraine ? Si vous en doutiez encore… », Réseau Voltaire, 16 septembre 2014.

Traduction
Marie-Ange Patrizio

Source
Il Manifesto (Italie)

[1] « Des manifestants de Maïdan formés par l’Otan en 2006 », Réseau Voltaire, 6 février 2014.

Lire la suite

Lettre d'un ukrainien qu refuse la mobilisation pour la guerre dans le Donbass.

11 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La République, #La Russie, #L'OTAN., #le nazisme, #AMERIQUE, #La guerre, #La paix

« Porochenko va te faire mettre, va toi même pourrir dans le Donbass »

  • Cimetière des soldats ukrainiens à Dnepropetrovsk

C’est un appelé de l’armée ukrainienne qui a écrit une lettre ouverte à Porochenko. « Porochenko va te faire mettre ! Va pourrir toi même dans le Donbass », lance la nouvelle recrue dans sa lettre ouverte.

« Je suis un simple habitant de Kiev. Pas une personne active de Maïdan et ni un admirateur de Poutine ! L’armée vient de m’appeler. J’ai une question simple au président ukrainien. Pourquoi je devrais aller me battre ? Avons-nous déclaré la guerre à quelqu’un ? Non. Sommes-nous en guerre contre la Russie ? Non. Menons-nous une guerre non déclarée à la Russie ? Pourquoi Porochenko serre la main de Poutine ? Entre les deux avons-nous la paix, de la joie, des crêpes ?

Avons-nous une guerre civile ? Pourquoi n’est-elle donc pas déclarée ? Pourquoi ni la situation de guerre, ni une situation exceptionnelle n’ont été introduites ? Parce que le FMI donne sinon pas de crédits ? Pour les crédits je m’en tape ! Vont-ils être dépensés pour mon bien ? 90% des nouveaux crédits vont être employés pour résorber la dette. En quoi cela m’intéresse ? Ou du gaz va être acheté avec ces crédits ? Non ! Cela veut dire que ma famille va avoir froid pendant que je dois aller me battre ?!
A propos vous n’allez pas inscrire mes faits d’arme dans mon livret militaire car nous sommes sous une opération anti-terroriste et non en tant que guerre ! Et pourquoi on fera feu sur moi s’il n’y a pas de guerre ? S’il n’y a pas de guerre, c’est la police qui doit se battre. Pourquoi devrais-je me battre. Pour Porochenko ?

J’emmerde cet oligarque débile. Et aussi Tourtchinov et Iatseniouk avec Klitchko comme tous ces autres burocrates. Pour le Donbass et Lougansk ? On l’a dit déjà plusieurs fois que la population là-bas est contre l’Ukraine. Pourquoi donc je devrais conquérir cette région ? Pour après reconstruire aux frais de l’Etat cette région, c’est à dire à mes frais ?

Vous devez aller vous faire mettre au diable, vous les idiots ! Avons-nous un seul député du parlement ukrainien en train de se battre dans le Donbass ? Non. N’êtes-vous pas des patriotes ? Pourquoi je devrais moi aller crever à l’est ? Pour cette raison allez au diable vous Monsieur le commandant du commando de défense. Ou mieux encore ! Allez donc vous-même là-bas ! Et allez-y pour crever si vous le voulez tant ! J’en ai rien à y foutre moi ! Et essayez de m’attraper vous les connards de militaire.

PS : En outre où sont restés les 1000 Hryvnia quotidien qui ont été promis par Porochenko du haut d’une tribune. Et où est le million pour l’assurance ? Où, Où ? Laissez-moi donc en paix et allez vous faire mettre. »

passeport

Traduit du russe par Olivier Renault

Lire la suite

Laurent Brayard : Elle était nazie, elle n’était pas seule!

10 Février 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #le nazisme, #La Russie, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La guerre, #La paix

Laurent Brayard : Elle était nazie, elle n’était pas seule

Laurent Brayard : Elle était nazie, elle n’était pas seule

Vous vous souvenez probablement de l’histoire hallucinante du magazine Elle qui faisait l’apologie d’une égérie néo-nazie ukrainienne dénommée Vita Zaveroukha. Le magazine avait publié dans son numéro 3594, un portrait de la jeune femme présentée comme une brave et douce activiste ukrainienne en mal de liberté et engagée volontaire dans un « bataillon de défense » contre les abominables hordes russophones. Ce faux pas dans la propagande officielle de Paris et dans son support jamais démenti à Porochenko et à la Junte militaire qui terrorise le pays avait amené la direction du magazine à présenter ses excuses…

Seulement voilà, les photos de la demoiselle faisant le salut nazi circulaient ainsi que celles de milliers d’autres activistes néo-nazis ukrainiens sur des pages russophones depuis plusieurs mois. C’est ici que le bât blesse ainsi que le manque cruel de vrais spécialistes de l’information sur la Russie et l’Ukraine, parlant l’une ou l’autre langue, connaissant les pays, y ayant résidé. C’est en fait qu’il n’y a pas de gens spécialisés sur la Russie qui ne soient pas passés par les écoles de journalismes ou y conduisant comme le CFJ ou l’IEP (Sciences Po). Ces journalistes, nous en avons vu quelques poignées, tels que Madeleine Leroyer, Florence Schaal, Liseron Boudoul, Alban Mikoczy, Marie Jégo, Pierre Avril et d’autres histrions du même bois. Ils sont tous à de très rares exceptions près des chiens de garde du système formatés pour démontrer et montrer le Monde imaginaire d’une Russie dangereuse, criminelle, oligarque, corrompue, droguée, prostituée et dictatoriale. Totalement décérébrés et entraînés à ne fournir qu’une information partielle ou partiale, il n’est pas étonnant de découvrir qu’un jour, c’est la méchante bourde… un pan de vérité échappe à leur angélisme plus ou moins sincère et nous voilà avec une authentique néo-nazie qui elle relègue à la fois la crédibilité de Porochenko et des médias français au niveau zéro.

Dans un article larmoyant de Romain Mielcarek « Comment le magazine Elle a été berné par une néo-nazie ukrainienne », publié le 1er janvier 2015 dans les lignes de RFI, la conclusion de l’histoire était que, la guerre c’était la guerre, qu’il ne fallait donc pas trop s’embarrasser de savoir qui tuait qui et comment… encore moins la couleur des drapeaux. Et le journaliste de se lamenter que ce dérapage fasse « parfaitement le jeu de la propagande pro-russe » en oubliant « la nuance » qu’il faudrait faire entre les gentils ukrainiens aux ordres de Porochenko et les gentils nazis ukrainiens juste un peu méchants également sous les ordres du même Porochenko. 

En France le débat conduit depuis déjà plusieurs mois à repousser l’accusation des vrais observateurs qui signalent la présence dans les forces ukrainiennes, dans les milieux activistes, dans l’entourage du gouvernement, dans la police, de nombreux nationalistes néo-nazis admirateurs de Bandera et de Choukhevytch. Selon eux, ils ne seraient qu’un phénomène « nuancé » et certainement tellement marginal qu’il ne devrait pas s’en trouver plus de deux ou trois dans tout le pays… Seulement voilà… Ils sont des milliers. Voici un florilège de photographies qui prouvent ce que j’avance et qui sont bien meilleures qu’un long et inutile bavardage. Il serait temps dans nos médias de commencer à former et à embaucher de vrais journalistes… Je suis disponible dans l’instant ! Pour les lecteurs, je possède plusieurs centaines de photos de ce genre… Elles sont à votre disposition. Vita Zaveroukha n’est pas seule, ils sont des bataillons entiers.

Laurent Brayard pour Novorossia Vision

Lire la suite