Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #amerique tag

La crise des réfugiés rohingya et le problème de l’objectivité Par Gearóid Ó Colmáin — 16 septembre 2017

18 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation

La crise des réfugiés rohingya et le problème de l’objectivité

 
 

Cet article aurait dû s’intituler « la crise des réfugiés dans l’État d’Arakan » ou « la crise des réfugiés birmans/bengalis ». Mais les lecteurs sont plus familiers avec des titres comme « la crise des réfugiés rohingya » ou « le génocide rohingya ». Pour quelle raison? Le 25 août, un groupe terroriste de l’Armée du Salut Rohingya d’Arakan [ARSA, Arakan Rohingya Salvation Army, anciennement Harakah al-Yaqin, NdT] appuyé par l’Arabie Saoudite a pris d’assaut trente postes de police dans l’État d’Arakan au Myanmar, tuant 12 officiers de police et deux civils. Le gouvernement birman a réagi en lançant une opération militaire de contre-insurrection à grande échelle. 59 insurgés furent tués.

Les autorités birmanes ont laissé fuiter des informations qui prouvent que le chef d’ARSA, Ata Ullah, avait préparé ces attaques avec le concours d’agents extérieurs des services de renseignements pakistanais et de terroristes de l’EI en Irak. Ceux qui soutiennent l’ARSA et la cause des Rohingyas accusent les militaires birmans (Tatmadaw) d’incendier des villages rohingya (bengalis orientaux). Le Tatmadaw affirme que les villages ont été incendiés par des terroristes, infiltrés parmi les communautés d’immigrants illégaux bengalis. Des milliers de Musulmans, de Bouddhistes et de Hindous ont fui les violences. De nombreux témoins oculaires et victimes bouddhistes ont décrit des massacres commis par des terroristes bengalis à des journalistes locaux au Myanmar. Ces nouvelles n’ont pas atteint les gros titres internationaux.

Des agences des droits de l’homme financées par le Département d’État US et par l’Arabie Saoudite, notamment Human Rights Watch, ont imputé l’ensemble des violences au Tatmadaw. Ainsi que l’a démontré l’expert de la Birmanie Rick Heizman, Human Rights Watch a publié des images de Bouddhistes s’enfuyant devant des terroristes bengalis, y compris un cliché montrant un homme être battu à mort par des Musulmans, prétendant que ce sont des Bouddhistes d’Arakan qui sont responsables des faits. Heizman définit ces actes comme de la désinformation délibérée, et entend apporter ces preuves devant la Cour Pénale Internationale et poursuivre Human Rights Watch pour crimes contre l’humanité.

Dans des articles précédents j’ai expliqué les raisons derrière la guerre médiatique en cours contre le Myanmar et les forces complexes d’origine ethnique, religieuse, historique et géopolitique qui alimentent cette violence. Aucun chercheur – pas même le gouvernement birman – ne prétend que toute la violence provient d’un seul camp. Mais tous les médias grand public, ainsi que la plupart des sources médiatiques alternatives, accusent le gouvernement du Myanmar et des « moines bouddhistes fascistes et racistes ». J’ai contesté ce consensus pendant ces deux dernières années, comme une simplification outrancière d’un conflit ethno-religieux compliqué et je continuerai à le faire. Ce qui suit est un échange entre un journaliste bangladais et moi-même. Le Bangladesh fait d’énormes efforts pour prendre soin des centaines de milliers de réfugiés qui fuient les violences dans le nord de l’État d’Arakan. Le gouvernement de la Ligue Awami du Premier Ministre Sheikh Hasina possède une longue histoire de lutte contre l’impérialisme et, comme le Myanmar, est confronté à la sinistre possibilité d’une campagne de déstabilisation et de changement de régime soutenue par Israël et les États-Unis. Le journaliste qui m’a contacté est désigné par les lettres « BJ », ci-dessous:

 

BJ: Je travaille pour le quotidien anglophone à plus grand tirage du Bangladesh. Tous les reporters qui reviennent de la région frontalière me disent la même chose, 99,99% des gens auxquels ils ont parlé leur disent qu’ils fuient le gouvernement/armée. Et je sais pertinemment, au moins pour certains d’entre eux, qu’ils ne sont pas en train de « mentir/tromper intentionnellement ». Cependant, en ce qui concerne la plupart des choses, j’ai du monde une opinion assez différente de la leur. Cette affaire, je ne la connais pas assez bien de première main, mais toutes les informations disponibles autour de moi racontent le même récit. Cela dit, je conserve encore l’esprit ouvert. J’ai suivi votre travail, et crois pleinement que vous êtes un homme doué d’éthique, par conséquent, s’il vous plaît continuez de progresser dans votre travail. Si ce que vous dites est vrai, alors les gens ont besoin de le savoir, en particulier autour de moi et vite. « Si » vous avez raison, ce qui n’entend pas que je pense le contraire. En dépit de tant d’apparentes « preuves convaincantes » qui ont atteint mes oreilles, c’est précisément dans ces moments-là, hé bien, qu’il y a souvent un rat quelque part.

GOC: Quand j’étais en Syrie à la fin du mois de mars 2011, juste deux semaines après que la première attaque des Islamistes ait tué de nombreux policiers et civils, j’ai parlé à de nombreux individus professant être anti-Assad, et qui étaient vraiment aimables. Certains d’entre eux étaient membres des Frères Musulmans. J’ai dîné avec eux. Ils étaient extrêmement amicaux. Ils m’ont dit des choses, plein de choses. J’ai entendu des histoires à propos des « Shabiha », la milice du gouvernement etc., sur le manque de liberté dans le pays; comment des pays comme le Qatar et l’Arabie Saoudite seraient meilleurs. J’ai écouté et pris note de ce qu’ils m’ont dit. Puis j’ai dîné avec des gens qui sont pro-Assad. Ils étaient aussi extrêmement aimables et amicaux. Je les ai écoutés. Ils avaient une toute autre histoire. Une fois que j’avais parlé à des gens de tous bords, j’ai pris du recul et considéré les puissances mondiales impliquées, les raisons de leur hostilité envers la Syrie et l’historique de leurs techniques de déstabilisation. C’était plus facile pour moi de placer ce qui se passait en contexte, car j’avais lu de nombreux documents de recherches US en politique étrangère et comprenais l’objectif du Sionisme au Moyen-Orient. J’avais également écrit au sujet de la guerre en Libye, et étudié les événements qui avaient mené au bombardement français de la Côte d’Ivoire l’année précédente. Quand vous étudiez de près les guerres menées par l’OTAN ou l’Occident, vous commencez à déceler des schémas et des motifs qui reviennent, comme les mouvements d’une symphonie. Beaucoup de gens ont été bernés par le Printemps Arabe parce qu’ils n’avaient pas étudié l’histoire des programmes US de « démocratisation ». Même si le gouvernement US confirme être l’instigateur des mouvements de contestation, de nombreux activistes continuent de répéter les mêmes slogans et mèmes diffusés par les agences US. L’empire US n’est pas omnipotent mais nombre des stratèges qui le servent ont un QI plus élevé que celui de leurs détracteurs gauchistes. Les médias de masse publient régulièrement des histoires épouvantables venant de « réfugiés syriens » à propos des crimes allégués d’Assad. Mais ils n’interviewent jamais les gens qui le soutiennent et qui ont été protégés par l’Armée Arabe Syrienne des terroristes soutenus par l’Occident. Ces gens-là se chiffrent par millions. Pourquoi ne sont-ils jamais entendus? Vos reporters ont-ils enquêté sur les manifestations pro-gouvernementales qui se sont déroulées au Myanmar, dénonçant les terroristes bengalis et leurs groupes de lobbyistes des droits de l’homme? Avez-vous examiné tous les exemples de fausses informations, de retouches d’images, etc.?

Le commencement de la guerre en Syrie était très semblable au Myanmar actuel. Avez-vous interviewé les minorités bouddhistes de votre pays pouvant avoir des liens avec des Bouddhistes du Myanmar? Avez-vous interviewé un seul des milliers de Bouddhistes qui déclarent fuir la terreur bengalie, et qui sont désormais eux aussi dans des camps de réfugiés? Les réfugiés bengalis sont des malheureux. Ce sont de pauvres gens qui sont manipulés par des criminels sans scrupules, dont la cervelle a été lessivée par une idéologie sataniste importée d’Arabie Saoudite. L’identité rohingya a été concoctée par la classe dirigeante bien introduite du Bangladesh, du Pakistan et du nord de l’État d’Arakan. Ce sont les paysans bengalis qui souffrent, pour servir leurs seigneurs des Frères Musulmans. Les Wahhabites peuvent polluer l’esprit de millions de gens. Le parti pris est une chose que la plupart des gens ne peuvent tout simplement pas surpasser. À chaque fois que j’ai interrogé des Musulmans pro-rohingya sur les crimes contre les Bouddhistes, ils ont tout simplement ignoré ma question. La seule conclusion que j’en tire, c’est qu’ils considèrent les Bouddhistes comme des sous-hommes. Je trouve particulièrement troublant de voir combien la bigoterie est répandue parmi les Musulmans – même parmi ceux qui affirment totalement rejeter le racisme et qui dans de nombreux cas défendent des causes justes. Je soupçonne qu’il existe un niveau équivalent de bigoterie parmi de nombreux Bouddhistes et Hindous. La bigoterie ne résoudra pas le problème.

BJ: Des points très intéressants. Je ne peux pas diverger sur la Syrie, ni sur l’Arabie Saoudite. Ni sur le fait qu’il y a en effet une similitude entre le Bangladesh (un peuple satisfait) et la Syrie avant le début de la guerre. Comme je vous l’ai dit M. Ó Colmáin, tous les éléments autour de moi sont criants du « récit officiel », comme c’est généralement le cas quand il se mijote quelque chose. Et même pour dire ouvertement que ce n’est peut-être pas ce qui se passe, hé bien disons que je ne l’ai pas beaucoup fait, tout simplement parce que les gens ne vont pas bien le prendre. C’est pourquoi je garderai l’esprit ouvert. Je ne sais pas pourquoi, mais il y a quelque chose de pourri là-dessous. Et c’est pourquoi je vais attendre la suite de vos travaux avec enthousiasme.

Pour ce qui est des questions qui me sont directement adressées. Personnellement, je n’ai interviewé personne. Des gens que je connais ont interviewé des Bouddhistes birmans qui sont plutôt anti-Myanmar ou d’ONGs (je considère les deux comme nuls et inutiles). Ils ont interviewé des Rohingyas et des non-Rohingyas musulmans et hindous. Et ils ont dit que l’histoire qui domine, en prenant les deux groupes ensemble, est de loin que c’est l’armée qui est coupable (mais serait-il trop difficile de prétendre être l’armée?) mais apparemment très peu de Bouddhistes ont dit que c’était l’ARSA.

Je n’ai pas entendu parler des Bouddhistes, rien du tout, je ne sais même pas s’ils sont ici.

GOC: Encore une fois, le problème est tel que vous l’avancez. Les gens qu’ils ont interviewé sont anti-Myanmar ou viennent d’ONGs. Il y a plein de gens au Myanmar qui travaillent pour des ONGs occidentales, des officines médiatiques, etc. Et ils chantent tous la même chanson. Mais il y a des millions d’autres gens dotés d’une opinion différente. Pourquoi l’opinion de la majorité des citoyens du Myanmar est-elle systématiquement invalidée? Vous dites que les gens vont mal le prendre. La vérité peut être dure à entendre, et nombreux sont les gens qui la prennent mal. Les médias occidentaux parleront du manque de « transparence » et de « démocratie » au Myanmar mais ces termes sont vides de sens. En Occident nous vivons dans des oligarchies et toutes les décisions importantes affectant le public sont prises derrière des portes closes. Les opinions du public sont implantées par le biais de slogans répétés par des sténographes ignorants de médias cooptés. Dans notre société la recherche de la vérité est devenue un crime.

BJ: J’ai deux questions pour vous, et j’imagine que vous devrez deviner les réponses. 1) Que pense le gouvernement de la Ligue Awami de tout ceci, que projettent-ils de faire en fonction de leur compréhension de la situation. 2) Pareil, en ce qui concerne les gouvernements de l’Inde et de la Chine?

J’ai également vu beaucoup de photos prises par nos photographes directement dans les camps de réfugiés. Les conditions « ont l’air » terribles, je veux dire vraiment, vraiment mauvaises. Et bien sûr la plupart des gens ont un air un peu différent, mais beaucoup d’entre eux (peut-être 70%) ont cette touche bengalie très classique, comme les gens qui viennent de cette région.

Je demanderai peut-être à mon patron d’y aller moi-même, en fait.

GOC: Il n’y a aucun doute à propos de l’horreur des camps de réfugiés, et de l’infortune tragique dans laquelle se trouvent les réfugiés bengalis. La plupart des pays qui appellent à ce que la « communauté internationale » fasse quelque chose sont eux-mêmes responsables de la création de millions de réfugiés, et ont commis des génocides dans de nombreux pays. La Turquie et l’Arabie Saoudite sont les propagandistes-en-chef des Rohingyas! Je ne vais pas présumer pouvoir dire à un Bangladais ce que fabrique son propre gouvernement. Mais voici comment je vois la situation.

 

Les USA veulent écraser le Bangladesh

 

Les États-Unis n’ont jamais voulu du gouvernement de la Ligue Awami au pouvoir. Ils ont des liens historiques avec la Russie de l’époque soviétique; ce sont des progressistes sociaux dotés d’une forte base à gauche. Ils s’opposent aux arnaques de micro-crédit de Mohamed Yunus, et ils sont réellement déterminés à hisser le Bangladesh au niveau des pays développés par une planification stratégique étatique, comme par exemple dans leurs politiques agricoles mues par un désir d’autosuffisance alimentaire. L’autosuffisance alimentaire est la fondation de la liberté et de l’indépendance nationale. Les USA veulent qu’aucun pays ne soit autosuffisant dans son alimentation. Il y a eu, au moins depuis 2013, une guerre discrète de basse intensité menée par les agences US contre le Bangladesh – en particulier de la part des médias et d’ONGs, mais également par des remous politiques qui ont par la suite été injustement imputés au gouvernement. Les accusations autour des droits de l’homme, les inquiétudes concernant des dirigeants syndicaux disparus qui n’ont jamais été des dirigeants syndicaux; le sujet de l’objectivité des procès sur le génocide, où beaucoup d’informations sur les complicités US dans le génocide de 1971 vont probablement ressortir.

Récemment, nous avons pu voir le complot israélien utiliser le parti pro-islamiste du BNP. Israël cherche à influencer la minorité hindoue afin de mettre un coin entre l’Inde et le Bangladesh. J’imagine qu’ils espèrent que Modi laissera faire le changement de régime au Bangladesh, si l’Inde peut y conserver une influence à travers une espèce de fusion hybride hindoue/islamiste. Regardez l’Ukraine! Des Juifs à côté de Nazis. La fusion est tendance de nos jours aux USA, en termes de changements de régimes.

Les réfugiés bengalis pourraient être utilisés dans des mouvements contestataires de masse et des insurrections contre le « régime » de Hasina. La presse française l’appelle déjà un régime! Nous sommes donc dans les premiers stades d’une guerre hybride. Sheikh Hasina est une femme intelligente. Elle comprend que les Bengalis que les USA lui intiment d’accueillir sont pro-pakistanais, wahhabisés et dangereux. Elle ne veut plus les voir. Donc, elle rejette le problème de l’autre côté du fleuve Naf. Mais cela ne fonctionnera pas. Il faudra qu’elle rencontre Aung San Suu Kyi, pour déterminer d’un plan.

Mais le Myanmar ne peut pas non plus résoudre ce problème car en ce qui les concerne, ce sont pour la plupart des immigrants illégaux. La Russie a de bonnes relations avec les deux pays et œuvrera à désamorcer la situation. Ils concevront peut-être des mécanismes à l’ONU dans ce sens. La Chine n’a pas le temps pour ce genre de bêtises. Beijing soutiendra Naypyidaw mais apaisera également Islamabad et Dacca, tout en émettant de tièdes déclarations conciliantes à l’ONU. Islamabad, tout en jouant le jeu de l’indignation musulmane, reste en bons termes avec Naypyidaw. J’ai suggéré qu’il s’agit de l’État Profond au Pakistan, d’éléments de l’ISI [Inter-Services Intelligence, services de renseignements pakistanais, NdT] et, pareillement au Bangladesh, d’éléments anti-AL [Awami League, Ligue Awami, NdT] et pro-islamistes du DGFI [Directorate-General of Forces Intelligence, services de renseignements bangladais, NdT].

Il existe un réseau terroriste international opérant dans ces pays mais nombre de ses dirigeants sont à Londres, sous la protection des renseignements britanniques. L’Occident réclame désormais des résolutions à l’ONU. Les Russes et les Chinois commencent à s’interposer. Beaucoup dépend de la manière dont vont réagir les pays musulmans. La Russie dispose d’un homme au tempérament sauvage en Ramzan Kadyrov, qui agit avant de réfléchir. Poutine a besoin de le prendre à part, de lui expliquer la situation et de lui dire de se taire. Les Iraniens ont déjà mis le pied dedans, avec des déclarations très mal avisées. Ils peuvent toujours prétendre que la cause a été « piratée » par les Saoudiens! Pour ce qui est des médias alternatifs gauchistes qui crient à hue et à dia qu’un génocide est en cours, ils se tairont et prétendront qu’ils n’y avaient jamais cru de toute façon dès que l’info aura fait son tour. Je ne fais là référence qu’à ceux qui affirment être anti-impérialistes – pas les adeptes de Chomsky; ceux-là sont déjà une farce.

Qui est responsable de la violence?

Dans les dépêches des médias de masse j’ai entendu des Bengalis dire qu’ils fuyaient la violence et certains dire qu’ils fuyaient l’armée. C’est logique. L’armée a pris d’assaut les communautés bengalies, à la recherche d’armes et de terroristes. Qu’étaient-ils censés faire? Ils étaient probablement terrifiants et ont pu commettre des atrocités mais pour l’instant je n’ai vu aucune preuve de ces atrocités. Donc, il y a des gens qui fuient la violence. Ça c’est vrai. Mais qui a commencé ces violences? Les terroristes de l’ARSA. Et quelle est la position officielle du Tatmadaw? Ils sont à la recherche des terroristes. Qui met le feu aux villages? Les Bengalis disent l’armée, l’armée dit les Bengalis. Afin de discerner lequel des deux dit probablement la vérité nous avons besoin de considérer les forces en présence, à la fois dans le pays et à l’extérieur de celui-ci. Quels sont les intérêts qui profitent de ces incendies? Les activistes bengalis ont attiré beaucoup d’attention et leur récit d’oppression est d’ores et déjà imprimé dans l’esprit des gens. Tout le monde a entendu parler du terme « Rohingya », qu’ils sont « le peuple le plus opprimé du monde et que le Myanmar est coupable de génocide », et ainsi de suite. Donc, si j’étais général du Tatmadaw je tannerais rudement le cuir de mes soldats s’ils donnaient à l’Occident ce que je pense qu’ils veulent, c’est-à-dire un prétexte pour imposer des sanctions ou occuper le pays avec des troupes de l’ONU, ou les deux. Le Kosovo est le précédent historique le plus proche. Nous pourrions également considérer l’histoire des groupes terroristes islamistes. L’incendie volontaire est chez eux une technique guerrière commune. Nous savons aussi que le terrorisme sous faux drapeau est la technique standard des groupes liés à al-Qaeda. Donc, pourquoi devrions-nous rejeter les accusations du Tatmadaw qui affirment que les terroristes bengalis mettent le feu à leurs propres villages? Nous verrons peut-être des preuves concluantes d’incendies de la part du Tatmadaw. Mais nous devons garder l’esprit ouvert et écouter toutes les parties avant de juger.

Activiste sur Internet: « pourquoi Press TV publie-t-il de fausses informations sur le Myanmar?

 

L’Iran veut s’affirmer en tant que leader dans le monde musulman. L’Iran est une puissance émergente et potentiellement un empire régional, doté d’une longue histoire d’hégémonie culturelle et politique dans la plus vaste région, s’étendant jusqu’à Chittagong. Le philosophe Abul Ala Maududi influença l’Ayatollah Khomeini, il y a donc aussi des liens idéologiques. Maududi avait des idées intéressantes mais il disait aussi que toutes les autres religions doivent se soumettre à l’Islam. Comment songez-vous que les Bouddhistes du Myanmar puissent accueillir cette idée alors qu’ils ont vu le Bangladesh, l’Afghanistan et la Malaysie, jadis bouddhistes, devenir maintenant complètement islamiques? Dans ces pays, les Bouddhistes subissent actuellement des violences et des discriminations.

Les Bouddhistes Theravada du Myanmar craignent d’être les suivants et dans le nord de l’État d’Arakan où les Musulmans composent la majorité, ils ont fait l’expérience du nettoyage ethnique. Nombreux sont les moines qui doivent être escortés jusqu’au temple par des soldats. J’espère voir un jour un reportage sur Press TV à ce sujet. Mon ami, vous dites que vous n’êtes pas conscients des Bouddhistes dans votre pays. Le Bangladesh était naguère plein de Bouddhistes. L’Islam n’est pas une religion menacée. Elle est vivante, se porte bien et progresse. Les Bouddhistes se sentent menacés et l’attitude horrible consistant à ignorer leurs craintes et à les diaboliser, nourrit la perception que les Musulmans veulent que tout le monde les tolère mais que pour leur part, ils ne toléreront pas tout le monde. Si un dialogue est ouvert entre les intellectuels bouddhistes et musulmans sur ce thème, le Myanmar et le Bangladesh seront tous deux engloutis dans la guerre civile. Je ne parle pas ici du Dalaï-Lama de la CIA. Il soutient la « cause rohingya » parce qu’il travaille pour les Étasuniens. On vous manipule tous, pour que vous vous haïssiez et que vous vous combattiez. Tout cela fait partie du pivot impérial US vers l’Asie.

Mais le problème est que désormais l’Iran alimente le même genre d’individus qu’il combat en Syrie. Mais ils ont fait la même chose en Libye, à travers une rhétorique anti-Kadhafi. L’Iran a soutenu les terroristes bosniaques et kosovars pendant les guerres en Yougoslavie. Le Parti Républicain a publié un rapport détaillé démontrant que le Président Clinton avait autorisé la livraison d’armes iraniennes aux terroristes appuyés par la CIA. Les terroristes bosniaques et kosovars ont perpétré un génocide contre les Serbes. L’Église Catholique a soutenu les fascistes croates et le Pontifex Maximus actuel soutient ceux qui haïssent les Chrétiens au Myanmar. Lucrèce avait dit, « religio peperit scelerosa atque impia facta » – la religion attire le crime et les actes impies. Lucrèce n’avait pas tort!

Lors d’une récente conférence d’intellectuels internationaux à Téhéran, j’ai rencontré un dirigeant nationaliste serbe. Il soutient l’Iran et leur pardonne pour la Yougoslavie, et l’Iran entretient désormais de bonnes relations avec les pays des Balkans. La Yougoslavie et la Libye étaient des erreurs. Le dialogue est la clé. Je sais pertinemment que des gens au plus haut niveau des corps militaires et des renseignements iraniens sont entièrement dévoués à l’anti-impérialisme. Ainsi, l’espoir est là que l’Iran joue à l’avenir un rôle diplomatique plus constructif dans ces conflits.

La situation birmane est particulièrement complexe et je ne pense pas que l’Ayatollah Ali Khameneï ait été bien informé par les émissaires iraniens qui s’y trouvent. Ceci étant dit, les médias iraniens sont actuellement les seuls à réellement évoquer sérieusement le sujet, à l’exception de la Chine. Il n’est pas possible d’exprimer une réelle opinion sur quoi que ce soit dans les médias occidentaux de nos jours. C’est toujours possible en Iran. Et Press TV m’a assuré qu’ils veulent savoir la vérité. Donc, espérons que nous parviendrons à faire passer l’information. L’Iran est le seul pays en mesure d’être médiateur dans ce conflit et d’y prendre un rôle pré-éminent, mais ils devront aussi se soucier des gens appartenant à d’autres religions. Je n’en ai pas encore été témoin. Prenez mes deux contradicteurs lors des deux débats auxquels j’ai participé sur Press TV. Aucun d’entre eux n’a témoigné d’empathie au sujet des meurtres de Bouddhistes et de Hindous par des Bengalis. Ils s’en fichaient. Comment faut-il l’interpréter? C’est très laid. Je n’ai pas pris parti dans cette affaire. Je n’ai pas nié qu’il y a eu du terrorisme bouddhiste. Le seul moyen de rester objectif est d’interroger votre propre parti pris. Si les Tatmadaw ont jeté des bébés dans les flammes, s’il existe des preuves de tels crimes, je serai le premier à les dénoncer. Je n’ai vu aucune preuve de ce type. J’ai vu des preuves de bébés torturés et les vidéos servir à blâmer le Tatmadaw. Les armées torturent. AUCUN doute là-dessus. Mais aucune armée professionnelle ne torture quelqu’un en le filmant, pour ensuite donner le film à son ennemi pour qu’il s’en serve contre lui. Il faut examiner les preuves. J’ai vu comment al-Qaeda tue des enfants en Syrie et accuse le gouvernement, donc je n’ai aucune hésitation pour affirmer que c’est ce qu’ils font aussi au Myanmar. Mais si vous pouvez me fournir des preuves du contraire je devrai réviser ma position sur les bases de ces preuves. Je me souviens quand les premières photos de policiers morts à Benghazi en Libye ont été vues, en 2011. Les médias ont dit qu’ils avaient été abattus par Kadhafi parce qu’ils refusaient de tirer sur leur propre peuple. J’avais alors affirmé qu’aucun militaire ne serait assez stupide pour filmer une exécution militaire pour trahison puis la donner à l’ennemi. Si les militaires libyens avaient voulu les tuer, ils l’auraient fait en privé en s’assurant qu’il n’y avait aucune image. Un an après que le pays le plus riche d’Afrique ait été détruit, le journal britannique The Independent a reconnu que ces hommes avaient été abattus par des rebelles appuyés par l’OTAN dans le but d’en imputer la cause au gouvernement libyen. Mais les gens ont la mémoire courte et de pauvres capacités d’analyse. Les impérialistes le savent. Maintenant, ils disposent d’un nouveau scénario et peuvent le regarder décoller sur pilote automatique. Une fois de plus, les gauchistes bien-pensants sont les turboréacteurs de l’empire.

Par Gearóid Ó Colmáin, le 14 septembre 2017

Article original: http://www.gearoidocolmain.org/2221-2/

Traduit par Lawrence Desforges

Source: https://globalepresse.net/2017/09/15/la-crise-des-refugies-rohingya-et-le-probleme-de-lobjectivite/

Lire la suite

En août dernier, 93 Rohingyas hindous ont été massacrés par des terroristes islamistes rohingyas

18 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La guerre, #Le grand banditisme, #Terrorisme, #Daesch, #le nazisme

En août dernier, 93 Rohingyas hindous ont été massacrés par des terroristes islamistes rohingyas

 
Le nom « Rohingya » ne signifie pas celui d’une ethnie particulière mais d’une minorité parlant la langue bengali. Selon les critères communément accepté par les éthnologistes, une ethnie correspond à un groupe d’humains parlant une langue spécifique donc nous pouvons affirmer sans risques que les Rohingyas sont d’ethnie bengali. L’ethnie bengali est majoritaire au Bengladesh et dans l’Etat du Bengale Occidental situé en Inde. Ces deux entités étatiques ont été séparée lors de l’indépendance de l’Inde en 1947, la majorité des Musulmans se retrouvant dans ce qui était alors le Pakistan Oriental et qui est devenu le Bengladesh suite à la guerre d’indépendance de 1971, tandis que la majorité des Bengalis de religion hindou se retrouvait dans ce qui est l’Etat indien du Bengale Occidental dont la capitale est Calcutta. Mais, bien évidemment, il était quasiment impossible de réunir les membres d’une même religion dans un même ensemble étatique en se contentant de tracer une ligne frontalière et aujourd’hui, tandis que le Bengale Occidental possède une importante minorité musulmane, le Bengladesh possède quant à lui une importante minorité hindou.

Lors de la colonisation de la Birmanie au XIXème siècle, les Anglais se sont aperçu que l’immense majorité des Birmans refusaient de collaborer avec leur administration coloniale. Ils ont donc « importé » des Bengalis dans ce pays pour leur servir de flics. Vu que l’actuel Bengladesh est frontalier de la Birmanie, ce qui n’est pas le cas de l’Etat indien du Bengale Occidental, la grande majorité de ces « bengalis/rohingyas » anciens collaborateurs des colonialistes anglais étaient de confession musulmane. La majorité mais pas tous. Une minorité d’entre eux étaient de religion hindoue. Et ces derniers ont évidemment refusé de s’intégrer aux mouvements armés islamistes se revendiquant de l’Etat islamique ou d’Al Qaïda

Les 24 et 25 août 2017, 93 membres minoritaires hindous du village de Kha Maung Seik situé dans le district de Maungdaw, ont été abattus par des musulmans rohingyas, 8 jeunes femmes hindoues et 10 enfants, forcés de se convertir à l’Islam pour avoir la vie sauve, ont été kidnappés et conduits au Bangladesh à travers la frontière. Les 93 personnes qui ont été assassinées n’ont pas été classées comme tuées dans les annonces gouvernementales birmanes.

Les tueurs ont ensuite traversé la frontière pour se rendre au Bangladesh, se sont réfugiés dans un camp de réfugiés se trouvant là-bas, ont été soignés, et se promènent actuellement en portant les vêtements qu’ils ont volés aux victimes du massacre.

Ces « Bengalis/Rohingyas » hindous ont été massacrés par une foule musulmane de plusieurs centaines de personnes aux visages masqués, portant des armes à feu, des machettes, des haches et d’autres armes entre leurs mains. Les assassinats se sont produits dans les hameaux hindous des villages de Ye Bauk Kyar et Taung Ywar Anauk Kha Maung Seik les 27 et 28 août.

56 villageois hindous ont été tués dans le massacre du village de Ye Bauk Kyar qui s’est produit vers 4 heures de l’après-midi le 24 août, tandis que 37 autres Hindous ont été abattus dans le village voisin de Taung Ywar vers 10 heures du matin le 25 août. Le nombre des victimes de ces deux massacres correspond à 93. En regardant le calendrier des événements, le premier massacre du village de Ye Bauk Kyar a été lancé moins d’une demi-journée avant les attaques coordonnées nocturnes contre 30 avant-postes de sécurité par les terroristes islamistes rohingyas.

Une femme « bengali/rohingya » hindoue, Daw Khalwani, a témoigné sur ce massacre.

Daw Khalwani, une femme hindoue de 40 ans originaire de Ye Bauk Kyar, se dirigeait vers son village sans savoir que les musulmans « bengalis/rohingyas » y étaient en train de commettre un massacre. Alors qu’elle remarquait une agitation en se rapprochant du village, elle s’est cachée dans les buissons et a dû supporter l’horreur de voir ce qui se passait. A part son fils, qui était en voyage au Bangladesh à ce moment-là et elle-même, les six autres membres de sa famille ont été assassinés devant ses yeux.

Sous le choc et poussée par la peur, elle s’est furtivement dirigé vers le petit village hindou le plus proche, Taung Ywar, et a passé la nuit là-bas. Elle a raconté aux villageois ce qui venait de se passer au village de Ye Bauk Kyar, et cela a terrorisé ses interlocuteurs. S’enfuir pendant la nuit n’était pas une option raisonnable pour eux, car leur village était entouré de grands villages « rohingyas/bengalis » musulmans et ils savaient n’être pas en mesure de les traverser. Étant donné que la population totale du village, cette nuit-là, y compris les enfants et les vieilles personnes, ne comptait que 54 habitants, toute lutte était totalement impossible.

Dans la peur et l’impuissance, ils ont passé la nuit à prier car ils ne pouvaient pas sortir. Toutes les connexions téléphoniques étaient déjà mortes depuis trois jours. Ils ont essayé de se rassurer en pensant que ces musulmans « rohingyas/bengalis » étaient peut-être satisfaits de l’extermination d’un village hindou et qu’ils ne s’en prendraient pas à eux. (Pendant cette soirée sans sommeil, des terroristes « rohingyas/bengalis » ont lancé des attaques coordonnées contre une trentaine d’avant-postes de sécurité dans les cantons de Maungdaw, Buthidaung et Rathedaung).

Mais le lendemain, à 8 heures du matin, des centaines d’attaquants habillés en noir et portant des masques noirs, tous armés de fusils, de haches et de machettes se sont pointés à Taung Ywar. Ils ont commencé par piller les maisons et ont ensuite rassemblé les villageois. Tous les téléphones portables des villageois leur ont été confisqués. Ensuite, la foule armée les a conduit hors du village, vers le sud-ouest jusqu’à une petite vallée située près du village musulman de Baw Taw Lar. Sur place, il y avait une grande fosse sur le sol prête à servir.

Tous les prisonniers ont été attachés avec des cordes. Les prisonniers qui allaient être exécutés avaient les yeux bandés. Le massacre des prisonniers a été fait sans qu’il n’y ait eu de désordre, et les corps ont été jetés dans la fosse. Avec le meurtre de chaque malheureux prisonnier, les bourreaux criaient « Allah Akbar ».

Les bourreaux disaient aussi: « Vos bâtards recourent au peuple Rakhine et à l’armée birmane. Maintenant, allez demander à votre peuple Rakhine et à votre armée birmane de venir ici. Vous adorez des idoles de pierre. Vous méritez d’être tué. »

Témoignage de Daw Khalwani, une survivante du massacre (en langue bengali):

Lire la suite

Les Serbes oubliés du Kosovo – Campagne terroriste contre les Serbes [2/3] Par Marc Jean — 17 septembre 2017

18 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #l'Allemagne, #Yougoslavie, #La guerre, #Le fascisme, #Politique étrangère

Les Serbes oubliés du Kosovo – Campagne terroriste contre les Serbes [2/3]

 Les Serbes oubliés du Kosovo – Campagne terroriste contre les Serbes [2/3]   Par Marc Jean — 17 septembre 2017

Hashim Thaci et Joe Biden célèbrent l’indépendance du Kosovo


[Partie 1]

Campagne terroriste contre les Serbes

L’opinion publique a oublié un épisode important qui va être le facteur déclenchant du trafic d’armes dans la région. A la suite de scandales financiers gigantesques en Albanie en mars-avril 1997, de violentes insurrections secouent le pays. (1) Les émeutiers en profitent pour piller dans les armureries de l’armée près d’un million d’armes de guerre ! L’UCK va bien entendu en profiter pour s’armer à bon compte et lancer au printemps 1998 ses premières offensives d’envergure. Cette organisation terroriste s’était déjà fait la main entre 1996 et 1997. Le 11 février 1996, l’UCK pose des bombes contre cinq camps de réfugiés serbes de Krajina : bilan, plus d’une vingtaine de morts et plusieurs centaines de blessés. Une quinzaine d’attentats seront commis au Kosovo ainsi qu’en Macédoine, visant la police serbe, les « traîtres », c’est-à-dire les Albanais qui collaborent avec la police ou qui travaillent dans des centres d’écoute des services serbes. Sur l’ensemble de l’année 1998, on recense 1885 attaques albanaises contre la police et les civils. Durant ces attaques, 173 civils et 115 policiers sont assassinés, 403 policiers et 358 civils sont blessés, et de 239 personnes sont enlevées dont des femmes et des enfants. La Serbie décide enfin de réagir et « dans la deuxième moitié de l’été 1998, les Serbes, grâce aux efforts conjugués de la police et de l’armée, réussissent, au prix d’immenses sacrifices, à briser complètement l’UCK et à faire revenir la population albanaise dans ses foyers… » (2)

La grande manipulation en marche

Les officines de propagande vont mettre tout en œuvre pour persuader l’opinion publique que l’armée serbe et ses supplétifs commettent des crimes de guerre et mettent en œuvre une politique d’épuration envers les Kosovars. Le « carnage de Raçak »’ va indigner le monde entier et achèvera de diaboliser à jamais les Serbes, présentant les combattants de l’UCK comme des « combattants de la liberté », des victimes suscitant la compassion populaire médiatisée. Dans son livre « Guerres contre l’Europe » (1) Alexandre Del Valle relate avec précision les dessous de cette sordide affaire.

Nous résumerons les faits : les forces de l’ordre yougoslaves, après en avoir averti les inspecteurs de l’OSCE (3) et en représailles à une vague d’attentats antiserbes, avaient lancé, le 14 janvier 1999, une opération antiterroriste contre le village de Raçak, fief de l’UCK, qui avait depuis plusieurs mois rompu les accords de cessez-le-feu. Une équipe de l’agence américaine APTV avait même été autorisée à filmer les combats ! A 15 heures précises, les forces serbes contrôlaient le terrain. Le nombre de victimes variait du simple au double, entre 15 et plusieurs dizaines selon Belgrade, 37 selon l’OSCE, 45 pour les Américains, 51 selon les Albanais. Les observateurs de l’OSCE, restés sur place après le retrait des forces serbes, trouveront des morts dans certaines maisons, et quelques blessés, auxquels ils porteront secours. Mais aucune trace d’une quelconque « tuerie ».

C’est, en réalité, le lendemain matin, que les journalistes et observateurs, encadrés par des combattants de l’UCK, subitement réapparus au cours de la nuit, seront dirigés vers un fossé rempli de cadavres de « présumé » civils albanais. Désormais la version d’un massacre commis envers des civils désarmés sera la thèse défendue par le chef de la mission de l’OSCE dirigée par William Walker, (3) avant toute enquête impartiale.

En 2001, dans un article du Toronto Star, (4) Peter Worthington, sur la base de nombreux rapports d’experts présents sur place, démonte le mensonge de Walker : les insignes militaires (de l’UCK) avaient été arrachés des vêtements des cadavres, les corps avaient été empilés mais il n’y avait pas de mare de sang, ce qu’il aurait dû y avoir s’il y avait eu un massacre, les experts en balistique ont prouvé que le Albanais avaient été touchés de loin, d’angles et de lieux différents, et surtout, les victimes avaient quasiment toutes des traces de poudre sur le mains, signifiant qu’ils avaient tiré récemment avec des armes. En 2008, neuf ans près les faits, la Finlandaise responsable de la troisième équipe de médecins légistes, le docteur Helena Ranta, (5) avouera finalement qu’elle avait subi de fortes pressions à l’époque pour charger son analyse contre les Serbes, par le ministère finlandais des Affaires étrangères et par William Walker.

Hélas, la vérité vient toujours trop tard, et le mensonge de Raçak fera le tour du monde. Certains faussaires en ajouteront encore dans la diabolisation. Madeleine Albright, à l’époque secrétaire d’Etat américaine, inventera des détails que même Walker n’avait pas osé inventer, en parlant de « douzaines de personnes avec la gorge tranchée», le ministre des Affaires étrangères canadien parle d’une « écœurante persécution de civils », et le ministre allemand des Affaires étrangères, le social-démocrate Joschka Fischer, déclarera que le massacre fut le tournant pour lui et que « la guerre était la seule réponse ». Quant au président Clinton, il déclarera, le 24 mars 1999, dans son discours à la nation américaine justifiant la guerre : « Maintenant ils [les Serbes] ont commencé à aller de village en village, bombardant les civils et brûlant leurs maisons. Nous avons vu des personnes innocentes enlevées de leur maisons, forcées à s’agenouiller dans la poussière et criblées de mitraille. » Joseph Lieberman, sénateur du parti démocrate ira jusqu’à dire : « Les Etats-Unis d’Amérique et l’Armée de libération du Kosovo représentent les mêmes valeurs humaines et principes…Se battre pour l’UCK, c’est se battre pour les droits de l’homme et les valeurs américaines. » (6)

Le plan diabolique de l’OTAN

La Serbie désormais diabolisée, il fallait maintenant encore trouver les motifs de l’intervention militaire. La stratégie infernale va se dérouler en deux temps. D’abord « truquer » les négociations qui allaient s’ouvrir à Rambouillet, en accusant les Serbes de refuser de signer les accords. L’opinion publique fut tenue dans l’ignorance totale de ce qui se tramait. Dès le départ, les Serbes sont désignés d’office comme les uniques responsables de l’échec en refusant de signer un texte sans amendements possible, sous menace d’être ipso facto bombardés ! Or, le gouvernement serbe accepta les principaux points du volet politique de ce projet d’accord, mais refusa, ce qui était inacceptable pour tout Etat souverain, le volet militaire qui prévoyait la présence des forces de l’OTAN en Serbie, et le droit de passage illimité des troupes étrangères en ex-Yougoslavie. Alors que les Européens n’étaient pas opposés à la poursuite des négociations, les Américains mirent les Serbes au pied du mur : « Signez ou vous êtes bombardés » !

Du 23 mars au 10 juin 1999, l’OTAN lance l’opération « Ange miséricordieux » ! et bombardera la Serbie sans cesse, nuit et jour, pendant presque 3 mois, à un rythme moyen de quatre cent quatre-vingts sorties aériennes par jour. 82 ponts sont détruits, toutes les raffineries pétrolières, 14 centrales thermoélectriques, 13 aéroports, 20 gares ferroviaires et 121 usines sont anéantis (7).

Pour justifier un tel acharnement envers un pays sans défenses, en violation de la charte de l’ONU, sans aucun accord du Conseil de Sécurité, les dirigeants politiques vont déverser les mensonges les plus sordides pour gagner l’opinion publique et faire taire ses réticences. Rudolf Scharping, ministre social-démocrate allemand de la Défense, va dépasser toutes les bornes. Il va convoquer une conférence de presse le 27 avril 1999 pour présenter des photos de « civils albanais massacrés » par les Serbes dans le village de Rugovo et ânonnera une histoire larmoyante sur le sort des pauvres civils albanais du Kosovo.

Le lendemain, le quotidien allemand Bild publiera ces images terrifiantes avec en gros titre : « C’est à cause de cela que nous faisons la guerre ». Or ces photos étaient des montages orchestrés par l’OSCE, il ne s’agissait non pas de civils, mais de terroristes de l’UCK morts dans un accrochage avec l’armée régulière yougoslave. (8)

Il serait trop long de relever tous les mensonges déversés par les dirigeants atlantistes et leurs relais médiatiques, pendant cette campagne abominable de bombardement. Mais pour la fin, citons les propos absolument hallucinants de Bernard-Henri Lévy dans les colonnes du Point, tressant des lauriers aux avions de l’Otan : « Merci, malgré tout, aux avions de la démocratie et du droit international : ces avions n’ont pas de couleur -ce sont les avions de la liberté. » (9)

Les dirigeants politiques responsables de ces bombardements criminels, et les médias qui, volontairement, ou par aveuglement anti-serbe, ont diffusé des informations mensongères porteront toujours devant l’Histoire la responsabilité de ces crimes envers un peuple courageux et fier.

MARC Jean

(1) Alexandre Del Valle, Guerres contre l’Europe,Editions des Syrtes,Paris, 2000, p.285

(2) Nikola Mirkovic, Le Martyre du Kosovo, Editeur Jean Picollec, Paris, 2013, p.71

(3) Le président Milosevic avait accepté l’envoi au Kosovo, le 12 octobre 1998, d’une Mission de vérification internationale(KVM) composée de 1380 observateurs de l’OSCE .Malgré leur bonne volonté et l’intégrité de ses membres, son action fut entravée par l’intervention des services spéciaux américains, qui, à travers William  Walker, Chef de la KVM, va orienter les différents rapports dans un sens unilatéralement favorable aux éléments terroristes de l’UCK, déjà étroitement liés aux services américains, anglais et allemands. Rappelons que Walker, de sinistre souvenir, fut adjoint du colonel North dans les opérations spéciales du Nicaragua en soutenant la Contra. Au Salvador aussi, Walker avait envoyé ses recrues faire des stages à Fort Benning. Le 16 novembre 1989, ce furent les stagiaires de Walker, les soldats du « bataillon Atlacalt » qui tuèrent dans leur lit, en pleine nuit, d’une balle dans la tête, six jésuites, leur cuisinière et son enfant de 15 ans. (Pour plus de détails, se reporter au livre d’Alexandre Del Valle « Guerres contre l’Europe » Editions des Syrtes, p.255)

(4) Peter Worthington, Le canular qui a déclenché une guerre. Comment les Etats-Unis, l’Otan et les médias occidentaux ont été trompés au Kosovo, Toronto Sun, 2 avril 2001

On fera remarquer à Peter Worthington que son analyse est erronée, en ce sens que ni les Etats-Unis ni l’Otan n’ont été trompés, mais qu’ils ont sciemment trompé l’opinion par des mensonges. Les médias, quant à eux, ont servilement repris la version officielle. On peut souligner néanmoins que deux journalistes français ont osé douter de la version officielle de Raçak : Renaud Girard dans le Figaro du 20 janvier 1999 « Zones d’ombres autour d’un massacre » et Christophe Châtelot, dans Le Monde du 21 janvier 1999, « Les morts de Raçak ont-ils vraiment été massacrés froidement ? »

(6) Alexandre Del Valle, Guerres contre l’Europe, Editions des Syrtes, Paris, 2000,

(7) « La guerra infinita » (La guerre infinie), reportage du journaliste italien Riccardo Iacona, pour la RAI3,2008, cité dans Nikola Mirkovic, Le Martyre du Kosovo, Editeur Jean Picollec, Paris, 2013p.85

(8) Dans un documentaire allemand, diffusé sur la chaîne allemande ARD le 8 février 2001, « Es begann mit einer Lüge » (Cela commença par un mensonge) de Jo Angerer et Mathias Werth, Henning Hensch, un Allemand détaché auprès de l’OSCE, et auteur d’un rapport concluant qu’il n’y a pas eu de massacre de civils, avouera l’existence de ce document qui avait été classé secret défense (Nikola Mirkovic, Le Martyre du Kosovo, Editeur Jean Picollec, Paris, 2013 p.87)

(9) « Le bloc note de Bernard-Henri Lévy, Retour d’Albanie, Frontière du Kosovo. Impressions », Le Point, 17 avril 1999. Honte à ce journal pour avoir osé publier une telle infamie.

[Partie 1]

Source: http://arretsurinfo.ch/les-serbes-oublies-du-kosovo-campagne-terroriste-contre-les-serbes-23/

Lire la suite

Les Serbes, les oubliés du Kosovo [1/3] Par Marc Jean — 16 septembre 2017

18 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #l'Allemagne, #Yougoslavie, #Terrorisme, #Politique étrangère, #Le fascisme

Les Serbes, les oubliés du Kosovo [1/3]

Les Serbes, les oubliés du Kosovo [1/3]  Par Marc Jean — 16 septembre 2017

Les soldats de la Force pour le Kosovo [KFOR] regardent le pogrom contre les Serbes au Kosovo en 2004. Crédit photo Nikola Mirkovic


[Partie 1]

Les médias ont tourné la page du Kosovo, oublié comme bien d’autres événements récents faisant la une des médias pendant quelques mois, puis disparaissant, chassés par une actualité sans cesse renouvelée. En 1999 pourtant, ces mêmes médias diffusaient quotidiennement des images dramatiques sur le sort des Kosovars, victimes d’un, soi-disant, génocide commis par les milices serbes. L’opinion, abusée par une manipulation parfaitement orchestrée, prenait fait et cause pour les Kosovars et approuvait l’intervention de l’Otan au Kosovo, totalement illégale en droit international, et contraire même aux propres statuts de cet organisme. Après des bombardements intensifs pendant plusieurs semaines, la Yougoslavie n’a pas eu d’autre choix que de se retirer de ce territoire [Ndlr, les Serbes y étaient alors majoritaires]. La suite fut tragique. Nous allons retracer ces événements et présenter la situation actuelle des Serbes au Kosovo.

L’histoire du Kosovo

Le Kosovo est d’abord une terre ancestrale du peuple serbe. Il serait trop long de raconter en détail l’histoire d’un peuple victime pendant des siècles de l’oppression de l’empire ottoman. Nikola Mirkovic, dans son livre « Le martyre du Kosovo » (1) fournit de nombreux renseignements sur cette histoire faite d’exactions, de massacres et de violence. Les Albanais, d’origine chrétienne, mais convertis à l’islam sous le règne ottoman, n’eurent de cesse d’étendre leurs terres au détriment des Serbes du Kosovo. Ils vouent une haine inextinguible envers leurs voisins chrétiens serbes.

Voici ce qu’écrit en 1913 un Français, le publiciste et historien André Cheradame: « Quant à la plaine du Kosovo, qui fut au Moyen-Âge le centre même de l’empire serbe et qui, il y a seulement quarante ans, était presque exclusivement peuplée de Serbes, les Albanais s’y sont développés en faisant fuir par leurs exactions et leurs meurtres la malheureuse population serbe qui, j’ai pu le constater sur place, il y a seulement deux ans, vivait dans un véritable état de terreur sous l’oppression albanaise ».(2)

Après bien des péripéties, en automne 1918, les troupes essentiellement françaises et serbes, sous le commandement du général français Louis Franchet d’Espèrey, libèrent le sud de la Serbie dont le Kosovo des mains des armées austro-hongroises et bulgares alliées aux Albanais. Les traités de paix de 1919 et 1920 donnent naissance au royaume des Serbes, Croates et Slovènes qui s’unissent afin de créer un bloc des « Slaves du Sud »(Yougo-Slaves). Malheureusement, le répit fut de courte durée. L’Italie fasciste va conquérir l’Albanie en 1939 et 100 000 Albanais en profiteront pour envahir le Kosovo et s’attaquer, de nouveau, avec une violence inouïe, aux Serbes et à leur héritage. 

En 1941, l’Allemagne, sans déclaration de guerre préalable, bombarde Belgrade et s’attaque à la Serbie. Pour mâter la résistance serbe, une division de Waffen SS musulmans albanais est même créée : la division Skanderberg (3), qui se distingua par des crimes épouvantables contre les Serbes du Kosovo, comme le massacre de Velika à la frontière du Kosovo et du Monténégro. Le diplomate italien Carlo Umilta présent sur place sera écœuré. Il écrit: « Le jour du Noël orthodoxe, les Albanais ont tué des dizaines et des dizaines de Serbes, une multitude a été blessée, et seule l’intervention de nos carabiniers a empêché la poursuite du massacre ». 

Le résistant communiste albanais Saïd Bakali Jakupi est lucide sur le sentiment réel que les Albanais éprouvent pour les Serbes. Il écrit : «Les Shiptars [Albanais] ne veulent nulle coopération avec les Slaves, ils ne veulent pas d’eux ici. Quand ils entendent qu’un malheur quelconque est arrivé aux Slaves, qu’ils soient partisans [communistes] ou tchetniks [monarchiques], ils s’en réjouissent […]. Ils extermineraient jusqu’au dernier Serbe se trouvant au Kosovo, tellement est grande leur haine des Slaves » (4).

Après la guerre, le nouvel homme fort de la Yougoslavie, Tito, croate par son père et slovène par sa mère, n’éprouve aucune sympathie pour la composante serbe de cette nouvelle entité. Bien au contraire, il va s’efforcer de diluer le peuple serbe partout où il se trouve. Pour honorer la promesse faite aux Albanais pendant la guerre, il fait du Kosovo une région autonome de la Serbie en 1946. Ses espoirs chimériques de faire des Albanais des citoyens à part entière de la Yougoslavie restent vains, les Albanais n’ont aucune envie de devenir « Yougoslaves », ils veulent devenir de grands Albanais dans une grande Albanie. Les conditions de vie des Albanais de Yougoslavie sont bien meilleures que celles de leurs compatriotes d’Albanie, ce qui encourage une émigration massive de ces derniers qui s’installent en grand nombre dans le sud de la Serbie, avec la bienveillance du régime communiste yougoslave. (5) 

Progressivement, avec un taux de fécondité des femmes albanaises qui s’envole (avec en moyenne 7 membres par famille), les Serbes deviennent des étrangers sur leur propre terre. La violence envers les Serbes, attaqués, volés, humiliés par les Albanais qui agissent en toute impunité sous le regard complaisant des autorités locales, va provoquer en 1961 et 1981 une vague de départ d’environ 150 000 à 200 000 Serbes. Pendant la même période 200 000 à 240 000 Albanais arrivant d’Albanie, s’installent au Kosovo. A cet égard, on notera que toutes les chancelleries occidentales étaient clairement au courant de la situation et de nombreux médias occidentaux évoquent déjà les revendications sécessionnistes des Albanais et leurs crimes contre les Serbes, tels le New York Times, The Economist, Le Monde, Reuters, etc (6). Avant de modifier radicalement leurs points de vue quelques années après et de devenir les critiques les plus féroces des Serbes et les soutiens des  »malheureux Kosovars » victimes des  »méchants Serbes ».

Enfin, les Serbes du Kosovo s’organisent et manifestent contre la terreur dont ils sont l’objet. Le 23 mars 1989, le parlement du Kosovo adopte des amendements à la constitution de la Serbie proposés par Belgrade et qui reviennent sur les privilèges octroyés par Tito. Un sursaut national traverse le peuple serbe. Le 28 juin 1989, un demi-million de Serbes fêtent le 600 ème anniversaire de la bataille de Kosovo Polje (7), sur les lieux mêmes du combat. Le président de la République fédérale de Yougoslave, Slobodan Milosevic déclare que, si le Kosovo devait être défendu par les armes, il le ferait et que les batailles ne pourront être gagnées sans la détermination, le courage et l’abnégation, ces vertus présentes jadis au Champ des Merles.

Les Kosovars albanais vont alors riposter d’abord par une grande mobilisation organisant des grèves générales et mettant progressivement en place une véritable administration parallèle. Déjà, les médias occidentaux vont colporter l’image d’une Serbie nationaliste, voulant réduire les aspirations du peuple Kosovar et faire taire les voix dissidentes. Le discours de Slobodan Milosevic sera bien évidemment utilisé par les médias pour dénoncer une prétendue dérive xénophobe et guerrière.

Quelques années plus tard, les Kosovars vont créer l’UCK (Ushtria Clirimtare e Kosovës), l’Armée de libération du Kosovo. Utilisant des méthodes de guérilla – d’ailleurs qualifiée d’organisation terroriste par les pays occidentaux – l’UCK va semer la terreur parmi les Serbes, les non Albanais et même les Albanais accusés de loyauté envers Belgrade.

Nous analyserons dans une seconde partie comment les pays occidentaux, principalement les Etats Unis secondés par le Royaume Uni, vont, d’abord attiser, ensuite instrumentaliser, ce conflit dans leurs seuls intérêts géopolitiques, en violation du droit international et en mépris total des droits des Serbes du Kosovo. Nous relèverons aussi le rôle cynique des médias qui, bien avant les épisodes libyen et syrien, seront leurs relais serviles. Dans un troisième volet, nous présenterons la situation tragique des Serbes, parqués aujourd’hui dans des enclaves, au milieu d’une population hostile.

MARC Jean | 15 septembre 2017

 

Les Serbes, les oubliés du Kosovo [1/3]  Par Marc Jean — 16 septembre 2017

(1) Nikola Mirkovic, dans son livre Le martyre du Kosovo. Editions Jean Picollec, 2013, dont sont extraits un certain nombre d’observations de cet article. Nous recommandons vivement sa lecture.

(2) André Cheradame, Douze ans de propagande en faveur des peuples balkaniques, Paris, 1913, p.328-329, cité par Komnen Becirovic, dans Le Kosovo sur le calvaire, p.209, L’Âge d’Homme, 2009

(3) Au même moment, une autre division SS formée de bosniaques musulmans, est créée en Bosnie : la division Handschar, de sinistre réputation. Une troisième division de musulmans SS sera également créée en Bosnie : la division Kamar

(4) Smilia Avramov, Le Génocide en Yougoslavie dans le contexte du droit international, p.208, Belgrade, 1992, cité par Komnen Becirovic dans Le Kosovo sur le calvaire, p.241, L’Âge d’Homme,2009

(5) Nikola Mirkovic, Le martyre du Kosovo, Editions Jean Picollec, 2013, p.62-63

(6) Exodus Of Serbians Stirs Province in Yugoslavia (L’exode des Serbes remue la province en Yougoslavie), Marvin Howe, New York Times, 12 juillet 1982

(7) La bataille entre l’armée serbe commandée par le prince Lazare et le sultan Murat 1er au Kosovo Polje, le  »Champ du Merle », se déroula le 28 juin 1389. La lutte est féroce et laisse les deux armées quasiment anéanties. Le royaume serbe y perd presque toute sa chevalerie aux côtés du prince Lazare, décapité. Cette bataille, et cette date, sont à tout jamais gravées dans le cœur des Serbes et dans leur mémoire collective pour de multiples raisons. Le prince Lazare deviendra un symbole historique pour le peuple serbe, héros de la chrétienté et héraut de la liberté. Autant de valeurs, est-il besoin de le préciser, méprisées aujourd’hui par les mondialistes comme un Bernard Henri Lévy, qui fut, dans ce conflit comme aussi en Bosnie, un des plus farouches pourfendeurs des  »méchants  » Serbes. https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Kosovo_Polje

Source: http://arretsurinfo.ch/les-serbes-les-oublies-du-kosovo-13/

Lire la suite

Discours sur l’état de l’Union 2017 : Des vents favorables par Jean-Claude Juncker. (Partie III) FIN.

15 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La République, #Terrorisme, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Les transnationales, #La lutte des classes, #l'horreur économique, #Le fascisme

Discours sur l’état de l’Union 2017 : Des vents favorables

par Jean-Claude Juncker

 

Réseau Voltaire | Bruxelles (Belgique) | 13 septembre 2017


JPEG - 27.1 ko

En trois parties.

 

[PARTIE III] et FIN.

UNE UNION PLUS DÉMOCRATIQUE

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les députés,

Notre Union a besoin d’un saut démocratique.

Je souhaiterais que les partis politiques européens lancent leurs campagnes pour les prochaines élections plus tôt que par le passé. Trop souvent, les campagnes électorales européennes ont été réduites à une simple addition des propositions électorales nationales. La démocratie européenne mérite mieux.

Aujourd’hui, la Commission propose de nouvelles règles sur le financement des partis et des fondations politiques. Il s’agit de ne pas renflouer les caisses des extrémistes qui sont contre l’Europe. Il s’agit de permettre aux partis européens de mieux pouvoir s’articuler.

Je n’ignore pas que l’idée est contestée par plus de quelques-uns, mais je dois vous dire que j’ai de la sympathie pour présenter des listes transnationales. De telles listes rendraient les élections au Parlement européen plus européennes et plus démocratiques.

Je pense également qu’au cours des prochains mois, nous devrions associer les parlements nationaux et la société civile au niveau national, régional et local aux travaux sur l’avenir de l’Europe. Au cours des trois dernières années, les membres de la Commission ont rendu visite aux parlements nationaux à plus de 650 reprises. Ils ont également participé à plus de 300 dialogues avec les citoyens dans plus de 80 villes des 27 États membres. Mais nous pouvons encore faire mieux. C’est pourquoi je soutiens l’idée du président Macron d’organiser des conventions démocratiques dans toute l’Europe en 2018.

À mesure que le débat se développera, j’accorderai personnellement une attention particulière à l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et la Roumanie en 2018. 2018 est l’année où ces quatre pays célébreront leur 100ème anniversaire. Ceux qui ont pour ambition de façonner l’avenir de notre continent doivent connaître et honorer notre histoire commune et donc l’histoire des quatre pays mentionnés, pays sans lesquels l’Europe ne serait pas complète.

Le besoin de renforcer la démocratie a également des conséquences pour la Commission européenne. Aujourd’hui, je transmets au Parlement européen un nouveau code de conduite des commissaires. Tout d’abord, ce nouveau code précise que les commissaires peuvent se présenter dans des conditions normales comme candidats aux élections européennes. Il est évident que le nouveau code renforcera les obligations des commissaires en matière d’intégrité, pendant et après leur mandat.

Qui veut renforcer la démocratie européenne ne peut pas accepter que le progrès démocratique que constitua l’innovation des têtes de liste – "Spitzenkandidaten" – ne soit pas renouvelé. Je suis convaincu que tout futur Président tirera avantage de cette expérience unique qui consiste à faire campagne dans tous les coins de notre beau continent. Pour comprendre les défis de son poste et la diversité de nos Etats membres, un futur Président doit rencontrer les citoyens dans les mairies à Helsinki comme sur toutes les places d’Athènes. Je sais pour avoir mené une telle campagne que cela vous rend humble, mais cela vous donne aussi plus de poids pendant votre mandat. Et vous pouvez traiter avec les autres dirigeants au Conseil européen fort de la confiance d’avoir été ainsi élu tout comme ils l’ont été. C’est bon pour l’équilibre de notre Union.

Plus de démocratie veut dire plus d’efficacité. L’efficacité européenne gagnerait en force si nous pouvions fusionner les présidences de la Commission européenne et du Conseil européen.

Cette proposition ne vise en rien mon excellent ami Donald, avec qui j’ai collaboré harmonieusement ces trois dernières années. Elle ne vise ni Donald ni moi-même.

Le paysage européen serait plus lisible et plus compréhensible si le navire européen était piloté par un seul capitaine.

Le fait d’avoir un seul président refléterait mieux la véritable nature de notre Union européenne, à la fois comme Union d’États et comme Union de citoyens.

NOTRE FEUILLE DE ROUTE

Mesdames et Messieurs les députés,

La vision d’une Europe plus unie, plus forte et plus démocratique que je présente aujourd’hui associe des éléments de tous les scénarii que j’ai exposés en mars dernier.

Mais notre avenir ne peut rester un scénario, une esquisse, une idée parmi d’autres.

C’est aujourd’hui que nous devons préparer l’Union de demain.

J’ai envoyé ce matin au président Tajani, au président Tusk ainsi qu’aux futures présidences tournantes du Conseil d’ici à mars 2019, une feuille de route indiquant la direction que nous devrions suivre.

Un élément important résidera dans les plans que la Commission présentera en mai 2018, en vue de faire en sorte que le budget de l’UE soit à la hauteur de nos ambitions et que nous puissions tenir toutes nos promesses.

Le 29 mars 2019, le Royaume-Uni quittera l’Union européenne. Ce sera un moment à la fois très triste et tragique. Nous le regretterons toujours. Mais nous devons respecter la volonté du peuple britannique.

Le 30 mars 2019, nous serons une Union à 27. Je propose que nous nous y préparions bien.

Les élections au Parlement européen auront lieu à peine quelques semaines plus tard, en mai 2019.

Ce sera un rendez-vous important avec la démocratie européenne. Il faudra que les citoyens européens se rendent aux urnes en ayant une vision claire de la manière dont l’Union européenne évoluera dans les années à venir.

C’est pourquoi j’en appelle au président Tusk et à la Roumanie, qui exercera la présidence au cours du premier semestre de 2019, pour qu’ils organisent un sommet spécial en Roumanie, le 30 mars 2019. Mon vœu serait que ce sommet se tienne dans la magnifique ville antique de Sibiu, que je connais aussi sous le nom de Hermannstadt. Ceci devrait être le moment de nous réunir pour prendre les décisions nécessaires à la construction d’une Europe plus unie, plus forte et plus démocratique.

Mon espoir est que le 30 mars 2019, les Européens se réveilleront dans une Union où nous défendons tous nos valeurs. Où tous les Etats membres respectent vigoureusement l’état de droit. Où être un membre à part entière de la zone euro, de l’union bancaire, et de l’espace Schengen soit devenu la norme pour chaque Etat membre de l’UE.

Où nous aurons consolidé les fondements de notre Union économique et monétaire afin de pouvoir défendre notre monnaie unique dans toutes les circonstances, bonnes ou mauvaises, sans avoir à recourir à une aide extérieure. Où notre marché unique sera plus équitable pour les travailleurs de l’est comme de l’ouest.

Où nous aurons réussi à nous mettre d’accord sur un solide socle des normes sociales. Où les bénéfices seront imposés là où ils sont réalisés. Où les terroristes ne trouveront aucune faille à exploiter. Et où nous nous serons mis d’accord sur la création d’une véritable union européenne de la défense.

Où un président unique conduira les travaux de la Commission et du Conseil européen, après avoir été élu à l’issue d’une campagne électorale pan-européenne démocratique.

Si, le 30 mars 2019, nos citoyens se réveillent dans cette Union-là, alors ils devraient pouvoir apporter leur vote aux élections du Parlement européen quelques semaines plus tard en ayant la ferme conviction que notre Union travaille pour eux.

CONCLUSION

Mesdames et Messieurs les députés,

L’Europe n’est pas vouée à l’immobilisme. Elle doit le refuser.

Helmut Kohl et Jacques Delors m’ont appris que l’Europe n’avance que quand elle fait preuve d’audace. Avant de devenir réalité, le marché unique, l’espace Schengen et la monnaie unique étaient considérés comme de simples vues d’esprit. Pourtant, ces trois projets ambitieux sont la réalité d’aujourd’hui.

J’entends ceux qui disent qu’il ne faut pas surcharger la barque européenne, maintenant que l’Europe va mieux.

Mais il ne faut pas, à l’heure où nous sommes, pécher par excès de prudence. Il ne suffit pas de réparer le toit. Nous devons commencer à terminer le travail maintenant.

Maintenant qu’il fait beau, et tant qu’il fait encore beau. Parce que, quand les prochains nuages se formeront à l’horizon – et ils se formeront –, il aura été trop tard.

Alors, larguons les amarres.

Mettons les voiles.

Et profitons des vents favorables.

Jean-Claude Juncker

 

FIN

http://www.voltairenet.org/article197879.html

 

Lire la suite

Discours sur l’état de l’Union 2017 : Des vents favorables par Jean-Claude Juncker. [PARTIE II]. A suivre.

15 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #Europe supranationale, #Histoire, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La République, #La France, #Terrorisme, #La finance dérégulée, #Le grand banditisme, #La lutte des classes, #Les transnationales, #Le fascisme, #l'horreur économique

Discours sur l’état de l’Union 2017 : Des vents favorables

par Jean-Claude Juncker

 

Réseau Voltaire | Bruxelles (Belgique) | 13 septembre 2017 http://www.voltairenet.org/squelettes/elements/images/ligne-rouge.gif

 

En trois parties.

 

[PARTIE II]

JPEG - 27.1 ko

INTRODUCTION –

-

JPEG - 27.1 ko

 

UNE UNION PLUS UNIE

Mesdames et Messieurs les députés,

Liberté, égalité et état de droit, ces trois principes doivent être les fondations sur lesquelles nous construirons une Union plus forte, plus unie et plus démocratique.

Quand nous parlons de notre avenir, je sais d’expérience que de nouveaux traités et de nouvelles institutions ne sont pas les réponses attendues. Ce ne sont là que des moyens de parvenir à une fin – ni plus, ni moins. De nouveaux traités, de nouvelles institutions, cela nous parle, à nous, ici ; à Strasbourg comme à Bruxelles. Mais ailleurs, ils ne veulent pas dire grand-chose.

Les réformes institutionnelles ne m’intéressent que si elles contribuent à rendre notre Union plus efficace.

Au lieu de se lancer tête baissée dans de futurs changements de traités, qui devront venir un jour ou l’autre, nous devrions tout d’abord nous défaire de l’idée qui voudrait qu’on ne puisse gagner que si d’autres perdent. La démocratie est une question de compromis. Et avec de bons compromis, tout le monde est gagnant. Dans l’Union européenne les compromis ne sont ni négatifs, ni diffamants, ils permettent, au contraire, de combler et de réconcilier les différences. Celui qui n’est pas capable de faire des compromis n’est pas mûr pour la démocratie ni pour l’Europe. Cela devrait toujours être l’objectif du travail commun du Parlement, du Conseil et de la Commission.

Pour renforcer son unité, l’Union européenne doit aussi devenir plus inclusive.

Si nous voulons renforcer la protection de nos frontières extérieures, nous devons laisser la Bulgarie et la Roumanie rejoindre immédiatement l’espace Schengen. Nous devrions aussi permettre à la Croatie d’en devenir membre à part entière, une fois qu’elle en remplira tous les critères.

Si nous voulons que l’euro unisse notre continent plutôt que de le diviser, il faut qu’il soit plus que la monnaie de quelques. L’euro a vocation à devenir la monnaie unique de toute l’Union européenne. Tous nos États membres, sauf deux, ont le droit et l’obligation d’adopter l’euro dès qu’ils rempliront toutes les conditions.

Les Etats membres qui veulent intégrer la zone euro doivent aussi avoir la capacité de le faire. C’est la raison pour la laquelle je propose la création d’un instrument d’adhésion à l’euro, offrant une assistance de pré-adhésion technique et parfois financière.

Si nous voulons que les banques soient soumises aux mêmes règles et à la même surveillance sur l’ensemble de notre continent, nous devons encourager tous les États membres à rejoindre l’union bancaire. Et il est urgent de la compléter. Pour cela, il nous faut réduire les risques qui existent encore dans les systèmes bancaires de certains de nos Etats membres. L’union bancaire ne peut fonctionner que si la réduction et le partage de ces risques vont de pair. Pour y parvenir, comme chacun le sait, certaines préconditions doivent être rétablies comme la Commission l’a proposé en novembre 2015. Il ne pourra y avoir une garantie des dépôts commune que si chacun respecte ses devoirs nationaux.

Si nous voulons mettre fin à la fragmentation et au dumping social en Europe, les Etats membres devront se mettre d’accord sur le socle européen des droits sociaux aussi rapidement que possible, et au plus tard lors du sommet de Göteborg en novembre. Les systèmes sociaux nationaux resteront encore pour longtemps divers et distincts. Mais nous devrions au minimum travailler à une union européenne des normes sociales, pour déterminer ensemble ce qui est juste et injuste dans notre marché intérieur. Si l’Europe veut réussir, elle ne peut pas délaisser ses travailleurs.

Si nous voulons plus de stabilité dans notre voisinage, nous devons offrir des perspectives d’élargissement crédibles aux Balkans occidentaux. Il n’y aura pas de nouveaux pays membres, durant le mandat de cette Commission et de ce Parlement, parce que les critères d’adhésion ne peuvent pas encore être remplis. Mais dans les années qui viennent l’Union européenne comptera plus de 27 membres. Pour tous les pays candidats à l’adhésion, une priorité absolue doit être donnée au respect de l’état de droit, de la justice et des droits fondamentaux.

Cela exclut une adhésion de la Turquie à l’UE dans un avenir proche.

Depuis un certain temps, la Turquie s’éloigne à pas de géants de l’Union européenne. La place des journalistes est dans les rédactions, là où règne la liberté d’expression. Leur place n’est pas dans les prisons.

J’en appelle aux autorités turques : libérez les journalistes, et pas seulement nos journalistes. Arrêtez d’insulter nos Etats membres et nos chefs d’état et de gouvernement en les traitant de fascistes ou de nazis. L’Europe est un continent composé de démocraties mûres. Celui qui offense, se ferme la route vers notre Union. J’ai parfois le sentiment que la Turquie cherche à fermer ce chemin pour rendre ensuite l’Union européenne responsable d’un échec des négociations d’adhésion.

De notre côté, nous garderons toujours la main tendue en direction du grand peuple turc et de tous ceux qui sont disposés à coopérer avec nous sur la base de nos valeurs.

UNE UNION PLUS FORTE

Mesdames et Messieurs les députés,

Notre Union doit gagner aussi en force.

Je voudrais que le marché intérieur gagne en force.

Je voudrais que sur les questions importantes concernant ce marché les décisions puissent être plus souvent et plus facilement prises au Conseil à la majorité qualifiée avec une participation égale du Parlement européen. Il n’est pas nécessaire de modifier les traités pour cela. Il existe des clauses dites "passerelles" dans les traités actuels qui nous permettent de passer au vote à la majorité qualifiée au lieu de l’unanimité dans certains domaines, à condition que le Conseil européen le décide à l’unanimité.

Je suis d’avis que nous devrions introduire le vote à la majorité qualifiée sur les décisions concernant l’assiette commune consolidée pour l’impôt des sociétés, la TVA, une fiscalité juste pour l’industrie numérique et la taxe sur les transactions financières. Car l’Europe doit être capable de décider plus rapidement et plus efficacement.

Je veux une union économique et monétaire plus forte. La zone euro est aujourd’hui plus robuste qu’elle ne l’a jamais été. Nous avons notamment créé un mécanisme européen de stabilité (MES). Je pense que le MES devrait maintenant évoluer progressivement vers un Fonds monétaire européen, fermement ancré dans notre Union. La Commission fera des propositions concrètes en ce sens en décembre.

Il nous faut un ministre européen de l’économie et des finances, quiencourage et accompagne les réformes structurelles dans nos États membres. Il pourra s’appuyer sur le travail mené par la Commission depuis 2015 dans le cadre de son service d’appui à la réforme structurelle.

Ce ministre européen de l’économie et des finances devrait coordonner l’ensemble des instruments financiers de l’UE lorsqu’un État membre entre en récession ou est frappé par une crise menaçant son économie.

Je ne plaide pas pour la création d’une nouvelle fonction. Pour des raisons d’efficacité, je plaide pour que cette tâche soit confiée au commissaire européen en charge de l’économie et des finances – idéalement vice-président de la Commission européenne – et président de l’Eurogroupe.

Ce ministre européen de l’économie et des finances sera bien évidemment responsable devant ce Parlement européen.

Nous n’avons pas besoin de structures parallèles. Par conséquent, nous n’avons pas besoin d’un budget de l’euro distinct, mais d’une ligne budgétaire conséquente dédiée à l’euro zone dans le cadre de notre budget de l’UE.

Je n’ai pas de sympathie pour l’idée d’un Parlement spécifique de la zone euro. Le Parlement de la zone euro est le Parlement européen.

L’Union européenne doit être plus forte en matière de lutte contre le terrorisme. Ces trois dernières années, nous avons fait des progrès mais nous ne réagissons pas assez rapidement en cas de menaces terroristes transfrontalières. Je plaide pour la création d’une cellule européenne de renseignement chargée de veiller à ce que les données relatives aux terroristes et aux combattants étrangers soient automatiquement échangées entre les services de renseignement et la police.

De même, il me paraît tout à fait indiqué de charger le nouveau parquet européen de poursuivre les auteurs d’infractions terroristes transfrontalières.

L’Union européenne doit avoir aussi plus de poids sur la scène internationale. Et pour ce faire, elle doit être capable de prendre plus rapidement des décisions de politique étrangère. Je voudrais que les États membres examinent quelles sont les décisions de politique extérieure qui pourraient être adoptées non plus à l’unanimité, mais à la majorité qualifiée. Le traité le permet, si Conseil européen le décide à l’unanimité.

En matière de défense, des efforts supplémentaires sont nécessaires. La création d’un Fonds européen de la défense est à l’ordre du jour. La coopération structurée permanente dans le domaine de la défense est en bonne voie. D’ici à 2025, nous devrions disposer d’une union européenne de la défense opérationnelle. Nous en avons besoin. Et l’OTAN y est favorable.

Enfin, et dans la droite ligne des efforts menés par la Commission ces dernières années, je voudrais que notre Union se concentre davantage sur ce qui compte réellement. Nousne devons pas agacer les citoyens européens avec des règlements qui régissent les moindres détails de leurs vies. Nous ne devons pas proposer sans cesse de nouvelles initiatives mais rendre des compétences aux gouvernements nationaux dans des domaines où cela fait du sens.

C’est la raison pour laquelle cette Commission a été plus ambitieuse sur les grands enjeux, et plus discrète sur les dossiers de moindre importance. Elle a proposé moins de 25 initiatives nouvelles par an, alors que les Commissions précédentes en présentaient plus de 100. Nous avons rétrocédé des compétences dans les domaines où il est plus pertinent que ce soit les gouvernements nationaux qui prennent eux-mêmes les choses en mains. Grâce à l’excellent travail de la commissaire Vestager, nous avons délégué 90% des décisions en matière d’aides d’État aux autorités régionales ou locales.

Afin de mener à bon terme le travail que nous avons entamé, nous allons créer d’ici la fin du mois une task force « Subsidiarité et proportionnalité » pour regarder de plus près toutes nos politiques, afin que l’Europe n’agisse que là où elle a une vraie valeur ajoutée. Le premier vice-président qui a déjà mis toute son énergie dans le « mieux légiférer », présidera à cette task-force. Cette task-force Timmermans devrait comprendre des membres du Parlement européen ainsi que des parlements nationaux. Elle présentera un rapport de ses travaux dans un an.

[A suivre]

Jean-Claude Juncker

 

http://www.voltairenet.org/article197879.html

Lire la suite

Selon Emmanuel Macron, le temps de la souveraineté populaire est révolu par Thierry Meyssan

15 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La République, #La finance dérégulée, #Le grand banditisme, #Daesch, #La lutte des classes, #Le fascisme, #l'horreur économique

Selon Emmanuel Macron, le temps de la souveraineté populaire est révolu

Prononçant un discours fondateur devant les plus hauts diplomates français, le président Macron a révélé sa conception du monde et la manière dont il entend utiliser les outils dont il dispose. Selon lui, il n’y a plus de souveraineté populaire, ni en France, ni en Europe, donc pas de démocraties nationales ou supra-nationale. Il n’y a plus non plus d’Intérêt collectif, de République, mais un catalogue hétéroclite de choses et d’idées composant des biens communs. Décrivant leur nouveau travail aux ambassadeurs, il les a informés qu’ils ne devraient plus défendre les valeurs de leur pays, mais trouver des opportunités d’agir au nom du Léviathan européen. Entrant dans le détail de certains conflits, il a décrit un programme de colonisation économique du Levant et de l’Afrique.

| Damas (Syrie)
JPEG - 81.3 ko

Participant à la traditionnelle semaine des ambassadeurs, le président Macron a prononcé son premier discours général de politique étrangère depuis son arrivée au palais de l’Élysée [1]. Toutes les citations entre guillemets de cet article en sont extraites. Le président n’a pas dressé de paysage des relations internationales actuelles, ni expliqué le rôle qu’il conçoit pour la France dans le monde, mais la manière dont il entend utiliser cet outil.

Selon lui, la France n’a pas été capable de s’adapter aux changements du monde depuis 1989, la chute du Mur de Berlin, la dissolution de l’Union soviétique et le triomphe de la globalisation états-unienne. Pour reconstruire le pays, il serait absurde de vouloir revenir à l’ancien concept de souveraineté nationale. Au contraire, il faut avancer en s’emparant des leviers disponibles. C’est pourquoi, aujourd’hui : « Notre souveraineté, c’est l’Europe ».

Certes, l’Union européenne est un monstre, « un Léviathan » [2]. Elle n’a pas de légitimité populaire, mais devient légitime lorsqu’elle protège ses ressortissants. Dans son format actuel, elle est dominée par le couple franco-allemand. Lui, Emmanuel Macron, et la chancelière Angela Merkel peuvent donc, ensemble, la gouverner. Ainsi a-t-il pu se rendre en Pologne, en sa qualité de président français, et, avec l’accord de sa partenaire allemande qui ne pouvait se permettre d’agresser la Pologne au regard de l’Histoire, y parler en tant que représentant implicite de l’Union, y insulter le Premier ministre, lui rappeler qu’elle n’est pas souveraine et la faire rentrer dans le rang européen.

D’ores et déjà, avec la chancelière, il a décidé d’agir dans quatre domaines :
- la protection des travailleurs ;
- la réforme du droit d’asile et la coopération européenne en matière migratoire ;
- la définition d’une politique commerciale et d’instruments de contrôle des investissements stratégiques ;
- le développement de l’Europe de la Défense.

Ces objectifs déterminent évidemment les politiques nationales de chacun des États membres, y compris la France. Par exemple, les ordonnances que son gouvernement vient de prendre sur la réforme du Code du Travail posent les limites minimales de la protection des travailleurs conformément aux instructions arrêtées depuis longtemps déjà par les fonctionnaires de Bruxelles. La coopération européenne en matière migratoire fixera les seuils d’hospitalité permettant de faire fonctionner l’industrie allemande [3], tandis que la réforme du droit d’asile fixera la capacité d’accueil de la France au sein de l’espace Schengen. L’Europe de la Défense permettra d’unir les armées de l’Union et de les intégrer collectivement aux ambitions de l’Otan.

Pour faire avancer plus rapidement l’Union européenne, la France et l’Allemagne organiseront des coopérations renforcées sur différents thèmes, en choisissant leurs partenaires à la carte. On conservera alors le principe de décision à l’unanimité, mais uniquement entre États présélectionnés comme étant déjà d’accord entre eux.

La cohésion de cet ensemble sera maintenue autour de quatre valeurs communes :
- « la démocratie élective et représentative,
- le respect de la personne humaine,
- la tolérance religieuse et la liberté d’expression,
- et la croyance au progrès ».
« La démocratie élective et représentative » ne s’appliquera qu’au niveau local (communautés de communes et régions administratives, les communes et les départements étant appelés à disparaître) puisqu’il n’y a plus de souveraineté nationale.
« Le respect de la personne humaine, la tolérance religieuse et la liberté » devront être compris au sens de la Convention de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, et non plus à celui de la Déclaration de 1789 pourtant placée en préambule de la Constitution.
« La croyance au progrès » permettra de mobiliser les ressortissants européens dans une période où chacun voit des pays aisés, au Moyen-Orient élargi, soudain rasés de la carte et renvoyés à l’âge de pierre.

La méthode Macron

La France devra utiliser l’outil européen pour s’adapter au « monde multipolaire et instable ». Étant entendu qu’il n’est pas question de rétablir l’alliance franco-russe que le président Sadi Carnot et l’empereur Alexandre III conclurent car l’Union européenne est le volet civil de l’Alliance militaire atlantique, il ne sert à rien de fonder la diplomatie française sur l’Histoire ou des valeurs.

Il convient au contraire de jouer le rôle de « contrepoids » afin de maintenir « les liens avec les grandes puissances dont les intérêts stratégiques divergent ». Comprenez bien, le président ne parle pas des intérêts qui divergent entre d’un côté les États-Unis et de l’autre la Russie et la Chine, mais de maintenir les liens que ces deux grandes puissances doivent entretenir avec les États-Unis.

« Pour cela il nous faut (…) nous inscrire dans la tradition des alliances existantes et, de manière opportuniste, construire des alliances de circonstances qui nous permettent d’être plus efficaces ». Le rôle des diplomates n’est donc plus de défendre à long terme les valeurs de la France, mais de flairer à court terme les opportunités, les bons coups à faire.

« La stabilité du monde »

Ce cadre de travail européen et cette méthode étant posés, la fonction de la diplomatie française sera à la fois d’assurer la sécurité des Français en participant à « la stabilité du monde », et de gagner de l’influence en défendant « les biens communs universels ».

Puisque depuis la chute du Mur de Berlin et la fin de la souveraineté nationale, il n’y a plus d’ennemi conventionnel, la France n’a plus besoin d’armée pour défendre son territoire. Par contre, elle doit faire face à un ennemi non-conventionnel, le « terrorisme islamiste », qui exige d’elle à la fois une police omniprésente et une armée de projection capable d’intervenir dans les foyers de terrorisme à l’étranger : la Syrie et l’Irak d’un côté, la Libye et le Sahel de l’autre. C’est évidemment ce changement d’objectif, et non pas une question budgétaire, qui a conduit le président Macron à limoger le chef d’état-major des armées. Il reste à réformer la police.

La France continuera à protéger ses ressortissants musulmans tout en maintenant dans son discours un lien entre l’idéologie politique islamiste et la religion musulmane. Elle pourra de la sorte continuer à surveiller la pratique du culte musulman, l’encadrer, et de facto influer ses fidèles.

La lutte contre le terrorisme, c’est aussi l’asséchement de son financement, que la France poursuit au travers de nombreuses institutions internationales ; étant entendu que, du fait « des crises régionales et des divisions, des divisions en Afrique, et des divisions du monde musulman », certains États participent secrètement à ce financement. Or, premièrement le terrorisme n’étant pas des hommes mais une méthode de combat, et secondement les actions terroristes étant considérablement mieux financées depuis que l’on prétend l’interdire, il est évident que ce dispositif a été mis en place par Washington non pas contre les Frères musulmans, mais contre l’Iran. Bien que cela n’ait apparemment aucun rapport avec le financement du terrorisme, le président Macron aborde alors la question de l’antagonisme saoudo-iranien, pour prendre le parti de l’Arabie saoudite et condamner l’Iran.

Depuis les attaques de Daesh contre « nos intérêts, nos vies, notre peuple », la paix en Irak et en Syrie constitue « une priorité vitale pour la France ». D’où le changement de méthode en cours depuis le mois de mai : certes, Paris « avait [été] mis à l’écart » des négociations d’Astana, mais il fait aujourd’hui « avancer concrètement la situation » en discutant, un à un, avec les participants des réunions Astana. Il les a convaincus d’adopter l’objectif fixé de longue date par le président Obama : l’interdiction des armes chimiques et l’accès humanitaire aux zones de conflits. Enfin, la France a créé un « groupe international de contact » qui se réunira à l’occasion de l’Assemblée générale de l’Onu autour de Jean-Yves Le Drian. Le retour de la Syrie à l’état de Droit « devra s’accompagner de la justice pour les crimes commis, notamment par les dirigeants de ce pays ».

Le président Macron opère ainsi un retour en arrière par rapport à ses déclarations précédentes. il ne s’agit plus comme il l’avait laissé entendre lors d’une interview au JDD, d’accepter la République arabe syrienne et de l’épauler contre Daesh, mais au contraire de poursuivre le double jeu antérieur : utiliser le prétexte humanitaire pour continuer à approvisionner les jihadistes en armes contre Damas. L’annonce du jugement des dirigeants syriens équivaut à celle de la défaite de la République arabe syrienne, puisque jamais, absolument jamais, un État n’a jugé pour crime de guerre des généraux victorieux. Le président Macron ne précise pas quel tribunal devra juger ces dirigeants, mais sa formulation renvoie au plan du directeur des Affaires politiques de l’Onu, Jeffrey Feltman, qui prévoyait dès 2012 (c’est-à-dire avant la guerre généralisée) la « condamnation » de 120 dirigeants syriens ; un plan qui avait été rédigé sous la direction d’un fonctionnaire de Madame Merkel, Volker Perthes [4].

Concernant la Libye et le Sahel, le président Macron a rappelé son initiative de La-Celle-Saint-Cloud, au cours de laquelle il a rapproché le « Premier ministre libyen » Fayez Sarraj et le « chef de l’armée nationale libyenne » Khalifa Haftar ; sommet où il avait assuré les deux hommes du soutien de l’Union européenne à la conditions qu’ils passent par pertes et profits la mystérieuse disparition de 100 milliards de dollars du Trésor national libyen [5].

La première conséquence du renversement de la Jamahiriya arabe libyenne fut la déstabilisation du Mali, pays dont elle subventionnait très largement l’économie [6]. Il s’est alors divisé en deux : d’un côté les sédentaires mandés, de l’autre les nomades touaregs. L’intervention militaire française a prit acte de ces faits et a stoppé leurs conséquences immédiates sur les civils. Le G5-Sahel a été créé par la France pour stopper les conséquences de la guerre contre la Libye et prévenir l’affrontement entre noirs et arabes que seul Mouamar Kadhafi était parvenu à contenir. L’alliance pour le développement du Sahel vise, quant à elle, à remplacer —avec de bien plus faibles moyens— le programme d’aide au développement que la Libye avait développé dans cette région. L’ensemble de ces mesures assurera la stabilité de cette partie de l’Afrique jusqu’à ce que, dans une dizaine d’années, le Pentagone mette en œuvre son plan d’extension du chaos au continent noir [7].

Le président Macron évoque la déclaration commune qu’il vient de faire adopter par des partenaires d’Afrique et d’Europe instituant des bureaux d’immigration européens sur le continent africain. Il s’agit de trier au départ les migrants qui seront acceptés par l’Union et d’en finir avec les parcours de l’exode. « Les routes de la nécessité doivent devenir des chemins de la liberté » ; une formule qui résume la pensée présidentielle : l’Afrique, c’est la nécessité, l’Europe, c’est la liberté.

Pour Emmanuel Macron, « rétablir la sécurité » en Afrique passe par les trois D : « Défense, Développement et Diplomatie », c’est-à-dire la présence de l’armée de projection française, les investissements français et l’administration française ; le programme classique de la colonisation économique.

La défense des biens communs

Loin de négliger l’atout que représentent la francophonie et le tourisme, le président Macron y a consacré de longs développements. À ce sujet, il a impulsé l’idée de profiter du système juridique français pour étendre l’influence du pays. Ce faisant, il reprend à son compte la « doctrine Korbel », selon laquelle la manière dont un traité est rédigé étend l’influence du pays qui en a conçu les concepts ; doctrine appliquée par sa fille, Madeleine Albright, puis par sa fille adoptive, Condoleezza Rice, pour transcrire en droit anglo-saxon les traités internationaux.

Le premier bien commun, c’est la planète.

Ce discours a été prononcé durant la « semaine des ambassadeurs » au cours de laquelle le président est venu expliquer à son personnel que, désormais la fonction première de son administration était la diplomatie économique. Lorsqu’il était ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius avait eu l’idée de mobiliser le réseau diplomatique français pour développer les exportations. Il avait pour cela créé Business France, un établissement public à la tête duquel il avait placé Muriel Pénicaud. Celle-ci utilisa l’argent public qui lui était confié pour lancer la campagne électorale d’Emmanuel Macron à l’étranger, ce qui lui vaut des démêlés actuels avec la Justice. Elle est aujourd’hui ministre du Travail et a rédigé les ordonnances fixant la « protection des travailleurs ». Laurent Fabius quant à lui, est devenu président du Conseil constitutionnel. C’est à ce titre —et en violation du rôle que lui attribue la Constitution— qu’il a rédigé un Pacte pour l’environnement que le président Macron présentera aux Nations Unies.

Le deuxième bien commun, c’est la paix.

À travers « l’Europe de la Défense », le président Macron entend « donner un nouveau souffle » à l’Otan. L’Alliance vise en effet à la promotion de « la paix » comme on le voit en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et en Ukraine.

Le troisième bien commun, ce sont la Justice et les libertés

Le président Macron, qui avait préalablement évoqué les valeurs communes de l’Union européenne que sont « le respect de la personne humaine, la tolérance religieuse et la liberté d’expression », assure désormais que « la place des femmes, les libertés de la presse, le respect des droits civils et politiques » sont des valeurs universelles. Il n’a malheureusement pas précisé la distinction qu’il opère entre celles qui sont européennes et celles qui sont universelles. Bien qu’il se pique de philosophie depuis sa rencontre avec Paul Ricoeur, il semble ne pas avoir réfléchi à la philosophie politique et confond dans son discours le Droit humanitaire avec les Droits de l’homme, et à ce propos leur signification anglo-saxonne (protection de l’individu face aux abus de l’État) et leur signification française (responsabilités des hommes, des citoyens et de la Nation).

Le quatrième bien commun, c’est la culture.

Le président Macron avait déclaré durant sa campagne électorale qu’il n’y a pas de culture française, mais de la culture en France. Identiquement, il ne conçoit pas la culture en général comme un développement de l’esprit, mais comme un ensemble de biens marchands. C’est pourquoi, il poursuivra l’œuvre de son prédécesseur pour la protection des biens culturels, et pas des gens, sur les théâtres de guerre.

Conclusion

Il faudra beaucoup de temps pour tirer toutes leçons de la vision du monde du président Macron.

Le point le plus important reste que, selon lui, le temps de la souveraineté populaire est passé aussi bien pour les Français que pour les Européens en général. L’idéal démocratique peut se poursuivre au niveau local, mais est vide de sens au niveau national.

Secondairement, sa conception du Bien commun (res publica), auquel tous les régimes politiques —qu’ils soient monarchique, impérial ou républicain— furent attachés, semble également d’un autre temps. Dans leur optique, il s’agissait de servir —ou de prétendre servir— un intérêt collectif. Certes, Emmanuel Macron évoque la Justice et les libertés, mais c’est pour immédiatement placer ces nobles idéaux au même niveau que des objets, comme la Terre et les produits culturels marchands, et un déshonneur, la vassalité à l’Otan. Il semble donc que la République aussi soit morte.

À l’issue de cet exposé, l’auditoire a chaleureusement applaudi. Ni la presse nationale, ni les leaders d’opposition n’ont émis d’objection.

[1] « Discours d’Emmanuel Macron à la semaine des ambassadeurs de France », Emmanuel Macron, Réseau Voltaire, 29 août 2017.

[2] Léviathan, Thomas Hobbes, 1651.

[3] « Comment l’Union européenne manipule les réfugiés syriens », par Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 2 mai 2016.

[4] « L’Allemagne et l’Onu contre la Syrie », par Thierry Meyssan, Al-Watan (Syrie), Réseau Voltaire, 28 janvier 2016.

[5] « Macron-Libye : la Rothschild Connection », Manlio Dinucci, Traduction Marie-Ange Patrizio, Il Manifesto (Italie) , Réseau Voltaire, 1er août 2017.

[6] « La guerre contre la Libye est une catastrophe économique pour l’Afrique et l’Europe », entretien avec Mohammed Siala, Thierry Meyssan, Réseau Voltaire, 3 juillet 2011.

[7] « Le projet militaire des États-Unis pour le monde », par Thierry Meyssan, Haïti Liberté (Haïti) , Réseau Voltaire, 22 août 2017.

Lire la suite

En Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ? Par Maxime Chaix

15 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch

En Syrie, le plus grand fiasco de la CIA ?


​​​​

Alors qu’il n’est plus tabou de critiquer le rôle trouble des puissances moyen-orientales dans le renforcement des réseaux djihadistes au Moyen-Orient, la coresponsabilité de leurs partenaires de l’OTAN ne peut et ne doit plus être éludée.


Récemment, le Washington Post a annoncé la fin du soutien de la CIA en faveur des rebelles « modérés », confirmant qu’en 2015, ceux-ci menaçaient de renverser Bachar el-Assad mais que cette issue chaotique fut empêchée par l’intervention militaire directe de la Russie cette même année. Chaotique, car le chroniqueur du Post, David Ignatus, vient de souligner dans ce même journal que Washington et ses alliés ne pouvaient proposer d’alternative politique viable, démocrate et modérée face au gouvernement syrien.

D’après le spécialiste de la Syrie Charles Lister, qui regrette ouvertement la fin de cette guerre secrète coordonnée par la CIA, l’Agence aurait constitué une force de 45 000 combattants à travers cette opération, dont nous savons depuis janvier 2016 qu’elle a pour nom de code « Timber Sycamore ».

Or, comme le rappelle l’universitaire américain Joshua Landis, ces rebelles « modérés » appuyés par la CIA et ses partenaires ont combattu jusqu’en janvier 2014 aux côtés de la milice terroriste qui allait devenir l’« État islamique » (EI) six mois plus tard, lors de la proclamation du « califat » par Abou Bakr al-Baghdadi. Cet argument est confirmé par l’expert de la Syrie Fabrice Balanche, qui a souligné à l’auteur de ces lignes que « les rebelles n’ont combattu Daech qu’à partir de l’hiver 2013-2014. Avant cette période, ils étaient main dans la main avec cette organisation. » 

Depuis qu’ils ont rompu avec l’EI, ces groupes soutenus par la CIA et ses alliés se sont majoritairement coordonnés avec la branche d’al-Qaïda en Syrie, qui s’est appelée le Front al-Nosra jusqu’en juillet 2016, avant de changer de nom et de rompre superficiellement son allégeance au réseau de feu Oussama ben Laden.

 

Comme le New York Times le soulignait en octobre dernier, lors de la bataille finale pour la reprise d’Alep-Est, « onze parmi la vingtaine de groupes rebelles menant l’offensive ont été approuvés par la CIA et ont reçu des armes de l’Agence, d’après Charles Lister, un chercheur et spécialiste de la Syrie au Middle East Institute, à Washington. […] Monsieur Lister et d’autres experts ont déclaré que la vaste majorité des factions rebelles approuvées par les États-Unis à Alep combattaient en pleine ville, et qu’ils pilonnaient massivement les troupes du gouvernement syrien en appui des combattants affiliés à al-Qaïda, qui se chargeaient de l’essentiel des combats sur la ligne de front. “La triste vérité, cependant, est que ces groupes soutenus par les États-Unis [et leurs alliés] restent d’une manière ou d’une autre dépendants des factions affiliées à al-Qaïda dans ces opérations, en termes d’organisation et de puissance de feu”, selon l’experte Genevieve Casagrande, une spécialiste de la Syrie au sein de l’Institute for the Study of War à Washington. »

Comment la CIA et ses alliés ont soutenu le djihad en Syrie

Plusieurs éléments troublants sont à relever dans cette opération. Tout d’abord, sachant que les États-Unis se revendiquent en guerre contre le terrorisme depuis septembre 2001, appuyer pendant près de cinq ans des groupes qui combattent aux côtés d’al-Qaïda n’a pas semblé poser problème aux décideurs américains et à leurs alliés occidentaux – ce qui est pour le moins déroutant.

Et comme l’a pertinemment souligné Joshua Landis, le gouvernement des États-Unis savait depuis le milieu de l’année 2012 que les armes livrées massivement par la CIA et une quinzaine de services spéciaux depuis la Turquie et la Jordanie équipaient principalement des groupes djihadistes, un processus dévoilé par le New York Times en octobre 2012.

Comme l’auteur de ces lignes avait eu l’occasion de le défendre, le réseau qui a majoritairement bénéficié de ces milliers de tonnes d’armements a été le Front al-Nosra ; ce fut d’ailleurs le cas jusqu’à récemment dans le gouvernorat d’Idleb, dont la capitale vient d’être prise par cette organisation, aujourd’hui rebaptisée Hayat Tahrir al-Cham.

Ces graves dérives ont été notamment confirmées par le journaliste spécialisé Gareth Porter, dans un article explicitement intitulé « Comment les États-Unis ont armé des terroristes en Syrie ». « Cet afflux massif d’armes [coordonné par la CIA] vers le territoire syrien, ainsi que l’entrée de 20 000 combattants étrangers dans ce pays – et ce principalement depuis la Turquie –, ont largement défini la nature de cette guerre », a souligné Gareth Porter en se référant au vaste réseau de trafic d’armes mis en place par la CIA et ses alliés depuis les Balkans et la Libye, de même qu’à l’acquisition de 15 000 missiles TOW made in USA par l’Arabie saoudite. Fabriqués par Raytheon, ces missiles antichars ont été introduits en masse dans ce conflit à partir de 2014, et les pertes infligées aux forces syriennes avec ces armements auraient été le principal facteur de l’intervention militaire russe au début de l’automne 2015.

Dans cet article solidement documenté, Gareth Porter ajoute que « les armes [injectées par la CIA et ses partenaires dans le conflit syrien] ont contribué à faire de la branche d’al-Qaïda en Syrie […] et de ses proches alliés la plus puissante des forces anti-Assad dans ce pays – et elles ont aussi permis l’émergence de Daech ».

 

Rappelons qu’à l’origine, le Front al-Nosra et le futur « État islamique » ne faisaient qu’un avant leur scission au printemps 2013, qui déboucha sur une guerre fratricide entre ces deux factions. Plus exactement, les combattants majoritairement irakiens de ce qui était alors appelé l’« État islamique d’Irak » (EII) ont fondé, à partir de l’été 2011, la milice qui allait devenir le Front al-Nosra en janvier 2012.

Encore aujourd’hui à la tête de ce réseau, leur leader, Mohammed al-Joulani, un djihadiste syrien ayant affronté la coalition de George W. Bush en Irak, avait été chargé par Abou Bakr al-Baghdadi de combattre les forces de Bachar el-Assad en 2011. D’après Foreign Policy, lors de cette scission d’avril 2013 entre ces deux entités terroristes, « une large majorité de commandants et de combattants d’al-Nosra en Syrie ne suivirent pas [leur chef al-Joulani] » et prêtèrent allégeance au futur « calife » d’al-Baghdadi, ce qui aurait représenté « jusqu’à 15 000 combattants sur environ 20 000 », d’après une estimation du chercheur Fabrice Balanche.

Toujours selon Foreign Policy, « partout dans le nord de la Syrie, Daech s’empara des quartiers généraux d’al-Nosra, des caches de munitions et des dépôts d’armes » durant cette séparation, qui conduisit à la création de l’« État islamique en Irak et au Levant » (EIIL), rebaptisé « État islamique » au milieu de l’année suivante.

En d’autres termes, le gigantesque trafic d’armes et de munitions organisé par la CIA pour équiper les rebelles en Syrie a, directement ou non, profité à Daech et favorisé sa montée en puissance dès janvier 2012. Le fait que si peu d’experts et de journalistes occidentaux l’aient souligné (ou remarqué) est incompréhensible.

Derrière l’alibi des « rebelles modérés »

Même conséquence pour le versant « formation militaire » de ce programme de l’Agence et de ses alliés, qui a conduit les Forces spéciales détachées auprès de la CIA à entraîner malgré elles une forte proportion de djihadistes officieusement affiliés à al-Nosra ou à Daech – selon des sources anonymes du SOCOM et de l’Agence qui étaient directement impliquées dans cette opération.

En clair, de nombreux mercenaires anti-Assad recrutés par la CIA ont dissimulé leur appartenance à (ou leur attrait pour) ces groupes terroristes, le processus de sélection des combattants étant particulièrement laxiste. Or, la simple existence de cette procédure a permis à la CIA de maintenir une façade de respectabilité en affirmant qu’elle ne formait que des « rebelles modérés ».

En réalité, pour quiconque s’affranchit de cette notion orwellienne, les dynamiques de cette opération peuvent être résumées ainsi : supervisés par la CIA et quatorze autres services spéciaux, dont ceux de la France, du Royaume-Uni, d’Israël, de la Turquie, de l’Arabie saoudite et du Qatar, le financement, la formation et l’approvisionnement en armes des rebelles depuis les territoires turc et jordanien ont profité à l’ensemble des groupes armés, y compris à Daech et au Front al-Nosra.

En des termes plus parlants, qui sont ceux du spécialiste Sam Heller, « la majeure partie du soutien américain fut dirigée vers des factions de l’“Armée syrienne libre” (ASL), qui ont en fait servi d’auxiliaires et de sources d’armements à de plus puissantes factions islamistes et djihadistes, dont la branche d’al-Qaïda en Syrie ».

Ces dérives ne furent toutefois pas systématiquement intentionnelles. L’exemple de « Cheg Cheg », devenu le plus grand trafiquant d’armes syrien durant cette guerre, pourrait l’illustrer. Mort dans l’explosion de son véhicule en avril 2016, ce baron de la contrebande d’armements avait vendu à des intermédiaires bédouins un certain nombre d’armes issues des bases supervisées par la CIA, dont la mise en place en Turquie et en Jordanie avait dynamisé ses affaires. Or, ces intermédiaires les avaient achetées pour le compte du malnommé « État islamique », ce que « Cheg Cheg » n’ignorait pas

À l’origine de ces révélations, le quotidien émirati TheNational.ae évoqua des transferts « involontaires » d’armements de la CIA et de ses alliés vers l’EI, à travers les réseaux de « Cheg Cheg ». Pourtant, selon différentes enquêtes approfondies, dont une récemment publiée par le JDD, il ne fait plus aucun doute que les services spéciaux des pétromonarchies du Golfe – essentiellement ceux de l’Arabie saoudite – ont sciemment armé Daech en Syrie comme en Irak, en particulier via une ligne d’approvisionnement Balkans-Moyen-Orient mise en place avec l’aide discrète de la CIA à partir de janvier 2012.

Ambassadeur américain en Syrie de 2011 à 2014, Robert S. Ford est persuadé de l’implication de l’Agence dans ces manœuvres, qui furent d’après lui « strictement confinées aux réseaux des services secrets ». Étonnamment, cette enquête du JDD ne fait pas mention de ce rôle central de la CIA dans la création de ce trafic d’armes produites dans les Balkans. Toutefois, son auteur a répondu à une demande de clarification en soulignant que « les propos de Robert S. Ford, qui s’est exprimé plus en détail sur ce sujet dans le New York Times, portent davantage sur l’approvisionnement en armes du Front al-Nosra… dont a ensuite profité Daech. »

Une telle franchise est malheureusement trop rare dans les médias occidentaux, et en particulier francophones. En réalité, alors qu’il n’est plus tabou de critiquer le rôle trouble des puissances moyen-orientales dans le renforcement des réseaux djihadistes en Irak et au Levant, la coresponsabilité de leurs partenaires de l’OTAN dans ces politiques catastrophiques ne peut et ne doit plus être éludée par les médias.

L’opération Timber Sycamore : un fiasco historique

Pour dresser le bilan de cette désastreuse politique, que la majorité de la presse occidentale a dissimulée au profit d’une narration séduisante impliquant des rebelles « modérés » n’ayant qu’un poids limité sur le terrain, on peut dire que la CIA et ses partenaires ont imposé à la Syrie une guerre secrète meurtrière, et que celle-ci a eu comme conséquence des dizaines de milliers de morts dans les rangs de l’armée syrienne et de leurs alliés, ainsi qu’un nombre indéterminé de victimes civiles, de blessés, de réfugiés et de déplacés internes.

Cette coresponsabilité majeure des puissances occidentales dans ce conflit a été durablement occultée du débat public, à travers ce qui pourrait être considéré un jour comme l’un des plus grands échecs collectifs de l’histoire du journalisme contemporain.

Bien qu’indiscutablement condamnable, le gouvernement Assad a bénéficié d’un soutien populaire suffisant pour tenir face à la rébellion, et il s’est maintenu au pouvoir grâce à l’intervention décisive de la Russie, ce qui n’avait pas été anticipé par les stratèges d’Obama.

Censées être en guerre contre le jihadisme depuis l’automne 2001, les puissances occidentales ont fait le pari cynique de couvrir diplomatiquement et d’aider militairement leurs alliés régionaux dans leur soutien en faveur de groupes extrémistes éprouvant la même détestation à l’égard de notre modèle démocratique qu’envers l’État syrien laïc et ses alliés russes et chiites.

Provoquant un véritable désastre humanitaire, la fulgurante montée en puissance de Daech en 2014 est en bonne partie la conséquence de cette politique inconsciente et court-termiste, dont l’Arabie saoudite a été le principal financeur – le rôle de nos « alliés » turc et pétromonarchiques dans l’essor du djihad armé dans cette région (et au-delà) n’ayant d’ailleurs jamais fait l’objet d’une quelconque protestation officielle de la part d’États occidentaux pourtant frappés par le terrorisme.

Après d’innombrables hésitations, ces derniers ont fini par accepter le réel. De ce fait, ils ont progressivement abandonné l’objectif de renverser Bachar al-Assad ; et ils ont mis en priorité la lutte contre un monstre Frankenstein en grande partie engendré par leurs propres errements stratégiques et diplomatiques, encouragés dans ces dérives par leurs « alliés » néo-ottomans et wahhabites.

À l’aune du sévère bilan que l’on peut dresser de l’interventionnisme occidental au Moyen-Orienten Asie centrale et en Afrique du Nord, il serait plus que jamais salutaire que les journalistes, les experts et d’éventuels lanceurs d’alertes dénoncent plus explicitement le rôle majeur de nos États dans l’élaboration, la conduite et la dissimulation de ces politiques clandestines inconsidérées. 

En attendant, espérons que le potentiel aggiornamento du président français Emmanuel Macron sur le dossier syrien, et la conclusion du programme anti-Assad de la CIA décrétée par son homologue américain, marquent la fin durable de ces stratégies aventuristes à l’origine de tant de souffrances et de destructions – officiellement imposées au nom de la démocratie, de la paix et des droits de l’homme.

Dans tous les cas, au regard des conséquences dramatiques de cette ultime guerre secrète de la CIA – que le Washington Post avait décrite en juin 2015 comme étant « l’une [de ses] plus vastes opérations clandestines » –, il n’est pas impossible que les historiens la considèrent un jour comme le plus grand fiasco de l’Agence ; un désastre aux conséquences potentiellement plus graves que celles de la baie des Cochons, ou de la tentative de recrutement de deux futurs pirates de l’air du 11 septembre par la CIA et les services secrets saoudiens. Comme l’avait relaté un ex-agent spécial du FBI à l’auteur de ces lignes, cette opération illégale conduisit l’Agence à dissimuler à la police fédérale la présence de ces hommes de Ben Laden aux États-Unis, ce qui aurait empêché le Bureau de déjouer ces attentats.

Visiblement, cette tragédie était bien loin dans les mémoires des responsables du programme Timber Sycamore, qui ont massivement armé la nébuleuse terroriste contre laquelle les autorités américaines et leurs alliés se revendiquent en guerre depuis 2001.          

                       

– Maxime Chaix est traducteur et journaliste indépendant, spécialisé dans les domaines du renseignement, des opérations clandestines, des questions stratégiques, de la criminalité financière et du terrorisme global. Il est diplômé d’un Master 2 « Histoire, théorie et pratique des droits de l’Homme » à la Faculté de Droit de Grenoble. En 2015, il a lancé son propre siteafin de regrouper ses différents articles et traductions. Depuis 2014, il a notamment écrit pour defensa.orgParis Match, et le Club de Mediapart.

Lire la suite

Consternation en Occident : la guerre en Syrie touche à sa fin et Assad semble en sortir vainqueur par Robert FISK (The Independent)

12 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #Terrorisme

11 septembre 2017

Consternation en Occident : la guerre en Syrie touche à sa fin et Assad semble en sortir vainqueur (The Independent)

Robert FISK

Nous étions tous occupés à attendre tous que Trump lance la Troisième Guerre mondiale, et nous n’avons pas vu que la carte de la guerre au Moyen-Orient avait considérablement changé. Il faudra des années pour reconstruire la Syrie et l’Irak (et le Yémen), et les Israéliens seront peut-être obligés d’aller demander à Poutine de les tirer du pétrin dans lequel ils se sont fourrés.

Un message est arrivé de Syrie sur mon téléphone portable la semaine dernière. « Le général Khadour a tenu sa promesse », disait-il. Je savais ce que cela signifiait.

Il y a cinq ans, j’ai rencontré Mohamed Khadour qui commandait quelques soldats syriens dans une petite banlieue d’Alep, sous le feu de combattants islamistes à l’est de la ville. À l’époque, il m’avait montré sa carte. Il reprendrait ces rues dans 11 jours, m’avait-il dit.

Et puis, en juillet de cette année, j’ai rencontré Khadour à nouveau, à l’est du désert syrien. Il allait, m’a-t-il dit, entrer dans la ville assiégée de Deir ez-Zor avant la fin du mois d’août. Je lui ai rappelé, un peu cruellement, que la dernière fois qu’il m’avait dit qu’il reprendrait une partie d’Alep en 11 jours, il avait fallu plus de quatre ans à l’armée syrienne pour le faire. C’était il y a longtemps, m’a-t-il répondu. À l’époque, l’armée ne savait pas se battre dans une guerre de guérilla. L’armée était formée pour reprendre Golan et défendre Damas. Mais depuis, selon lui, ils avaient appris.

Et c’est bien vrai ! Dans le désert, Khadour m’a dit qu’il allait bombarder la ville de Sukhna - les Russes le feraient en grande partie - et que ses troupes syriennes entreraient dans Deir ez-Zor encerclé par l’EI depuis trois ans, pour libérer les 80 000 civils et 10 000 soldats assiégés. Khadour a dit qu’il atteindrait Deir ez-Zor avant le 23 août. Il a tenu ses engagements à peu de choses près. Maintenant, il se dirige vers les autres parties de Deir ez-Zor et vers la frontière syrienne-irakienne.

Comme Alep est déjà entre les mains du gouvernement et que la province d’Idlib est devenue la poubelle des rebelles islamistes (y compris d’Al-Qaïda) qui ont été autorisés à s’y réfugier après s’être rendus et avoir quitté les parties des villes syriennes qu’ils détenaient, il semble donc que, lorsque Deir ez-Zor sera reprise et que Khadour sera parvenu à la frontière, ce qui a toujours été impensable en Occident se sera produit : les forces de Bashar al-Assad auront gagné la guerre.

Et il ne « semble » pas seulement d’ailleurs. Hassan « Tigre » Saleh, l’officier préféré de la Syrie, dont le ministre russe de la Défense a parlé deux fois, est arrivé à l’endroit de Deir ez-Zor où se trouve la brigade 137 de l’armée syrienne et s’est joint à elle dans le combat, pendant que Khadour, son commandant (et ami), se prépare à libérer la base aérienne de la ville.

Combien de personnes se souviennent du jour où les Américains ont bombardé les soldats syriens près de cette base aérienne et ont tué plus de 60 d’entre eux, ce qui a permis à l’EI de la couper du reste de la ville ? Les Syriens n’ont jamais cru que les Américains avoient commis une « erreur » comme ils le prétendaient. Les Russes ont été les seuls à dire à l’armée de l’air américaine qu’elle était en train de bombarder des forces syriennes.

Les Britanniques semblent déjà avoir reçu le message. Ils ont rapatrié subrepticement leurs entraîneurs militaires la semaine dernière - ces hommes avaient l’intention de préparer les « 70 000 rebelles » mythiques de David Cameron qui devaient soi-disant renverser le gouvernement d’Assad. Même le rapport de l’ONU selon lequel le régime avait tué plus de 80 civils lors d’une attaque au gaz, cet été, a peu retenu l’attention des politiciens européens qui avaient pourtant l’habitude de monter en épingle les crimes de guerre en Syrie et qui ont soutenu l’attaque de missiles de croisière de Donald Trump contre une base aérienne syrienne.

Et qu’en est-il d’Israël ? Voici une nation qui comptait vraiment sur l’élimination d’Assad, allant jusqu’à bombarder ses forces et celles de ses alliés du Hezbollah et de l’Iran, tout en prodiguant des soins médicaux aux combattants islamistes de Syrie dans les villes israéliennes. Pas étonnant que Benjamin Netanyahou se soit montré si « agité » et « émotif » - selon les Russes - lorsqu’il a rencontré Vladimir Poutine à Sotchi. L’Iran est l’allié stratégique de la Russie dans la région, a déclaré M. Poutine. Israël est un « partenaire important » de la Russie. Ce qui n’est pas tout à fait la même chose - et pas du tout ce que Netanyahou voulait entendre.

Les victoires des Syriens se succèdent les unes après les autres, et cela signifie que l’armée syrienne est maintenant l’une des armées les plus « endurcies » de la région, ses soldats se battent pour leur vie et sont maintenant bien entraînés à la coordination des troupes et du renseignement à partir d’un seul quartier général de commandement. Comme l’a expliqué, cette semaine, Sharmine Narwani, une ancienne chercheuse associée de St Antony’s College, cette alliance est maintenant soutenue par deux membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, la Russie et la Chine.

Alors, que va faire Israël ? Netanyahou a été tellement obsédé par le programme nucléaire iranien qu’il n’a manifestement jamais imaginé – tout comme Obama, Hillary Clinton, Trump, Cameron, May, Hollande et d’autres membres des élites politiques d’Occident – qu’Assad pouvait gagner, et qu’une armée irakienne plus puissante pouvait également sortir des décombres de Mossoul.

Netanyahou soutient encore les Kurdes, mais ni la Syrie, ni la Turquie, ni l’Iran, ni l’Irak, n’ont aucun intérêt à soutenir les aspirations nationales kurdes - malgré l’utilisation par les Américains des miliciens kurdes dans les soi-disant forces démocratiques syriennes (qui sont infiniment plus kurdes que « syriennes », qui ne sont pas « démocratiques » et qui ne seraient pas une « force » sans la puissance aérienne américaine).

Pendant que nous attendions tous que Donald Trump et Kim Jong-un se lancent dans la Troisième Guerre mondiale, nous n’avons pas vu que la carte militaire du Moyen-Orient avait considérablement et radicalement, changé. Il faudra des années pour reconstruire la Syrie et l’Irak (et le Yémen), mais les Israéliens, si habitués à demander de l’aide à Washington, devront peut-être cette fois-ci se tourner vers Poutine pour qu’il les tire du pétrin dans lequel ils se sont fourrés.

Les Israéliens de droite qui affirmaient qu’Assad était un plus grand danger que l’EI vont devoir reconsidérer leur position, parce qu’ils seront peut-être bientôt obligés de parler avec lui, s’ils veulent assurer la sécurité de leur frontière nord.

Robert Fisk

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.independent.co.uk/voices/syrian-war-ending-bashar-al-assad-...

URL de cet article 32290 

 

Lire la suite

Le RPS FIERS se mobilise contre les ordonnances Macron dans les Alpes-Maritimes. Par Lucien PONS

11 Septembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Les transnationales, #La lutte des classes, #l'horreur économique, #Le syndicalisme, #Les média, #Le socialisme, #La justice

Le RPS FIERS se mobilise contre les ordonnances Macron dans les Alpes-Maritimes. Par Lucien PONS

Le RPS FIERS se mobilise contre les ordonnances Macron dans les Alpes-Maritimes

 

 

Bonjour

 

Vous trouverez ci-dessous le tract Recto/Verso que le RPS FIERS utilisera dans les Alpes-Maritimes pour s’opposer à la casse du code du travail imposé par ordonnances par Macron.

Afin de ne pas rester dans la seule contestation des actions concrètes seront proposées prochainement (réunion de travail, éducation populaire, etc. …)

Cordialement

Lucien Pons

Président du RPS FIERS pour la région PACA.

 

Le RPS FIERS se mobilise contre les ordonnances Macron dans les Alpes-Maritimes. Par Lucien PONS
Le RPS FIERS se mobilise contre les ordonnances Macron dans les Alpes-Maritimes. Par Lucien PONS
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 200 > >>