Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #amerique tag

Election américaine : La victoire en chantant ou le triomphe d'un peuple

16 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #ACTUALITE, #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #Nation, #La finance dérégulée, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #Le traité Transatlantique.

Election américaine : La victoire en chantant ou le triomphe d'un peuple

© lefigaro.fr
Ecrasante victoire de Donald Trump dans le Nevada
L'Amérique a voté et la messe est dite. Donald Trump sera donc le 45ème président des Etats-Unis. J'en suis ravi car au-delà de la personnalité du vainqueur et, partant de celle de son adversaire battue sur toute la ligne, c'est avant tout une victoire écrasante du peuple américain que je salue.

Peu m'importe, à la limite, que ce soit Trump qui a remporté cette élection, et sur ce point, je reste constant avec ma vision des deux impétrants que je qualifiais il y a peu de temps de peste et de choléra. Le peuple américain s'est déplacé en masse pour dire non à tout ce qu'il abhorre. Sans réellement savoir de quoi sera faite l'Amérique de demain. Une Amérique qui, à l'instar de l'Europe a peur. Mais la peur n'est pas là où l'on pensait la trouver. La peur est désormais dans le camp de ceux qui, durant de très longues années ont répandu la terreur et la désolation dans le monde. L'Amérique des va-t-en guerre vient de prendre un coup d'arrêt à l'issue d'une campagne terrifiante et nauséabonde. Jamais une campagne électorale américaine n'aura autant senti les excréments. Le fond a été touché.

La plus grande nation du monde a montré son véritable visage. Le candidat républicain a ainsi été humilié ad nauseam par le camp des démocrates emmené par l'abjecte Hillary Clinton au coeur de tous les scandales. Jamais un candidat n'avait été autant trainé dans la boue et avec une telle haine. Une gigantesque campagne d'intoxication a été orchestrée par la quasi totalité des médias américains à la botte des tenants du pouvoir et de sa continuité dans le temps. J'avais mal pour cette Amérique et ses citoyens.

Cette désinformation s'est poursuivie jusqu'à ce qu'il faille se rendre à la réalité : le peuple avait élu Donald Trump. Aux Etats-Unis comme en France, les mensonges continuaient. J'ai ainsi entendu répéter à l'envi "nous n'avons rien vu venir". Quelle plaisanterie. Je dis, moi, qu'ils n'ont surtout rien voulu voir venir. Et qu'il ont menti au monde entier.

Ainsi, et alors que la victoire de Trump était acquise, les journalistes de BFMTV insistaient lourdement en clamant "les résultats ne sont pas définitifs et nous voulons encore y croire". Pauvres journaleux sans foi ni loi. A la botte du système qui tremble désormais lui aussi dans ses bottes.

Ceci m'amène à dire "si le peuple américain l'a fait, alors le peuple français peut le faire également". Et c'est bien ce qui va faire trembler les uns et les autres de nos politiciens de carrière qui, depuis des décennies, n'ont eu de cesse de nous imposer la pensée unique, de nous avilir, de nous abêtir, de nous humilier nous le peuple.

Les Américains ne sont pas des veaux et ils viennent de le prouver. Alors, marchons dans leurs pas. Infligeons-leur la sanction qu'ils méritent.

Aujourd'hui, je veux dédier à nos alliés américains, à défaut d'être amis, ces quelques paroles qui me semblent être de bon augure :
La victoire en chantant
Nous ouvre la barrière.
La Liberté guide nos pas.
Et du Nord au Midi
La trompette guerrière
A sonné l'heure des combats.
Tremblez ennemis de la France
Rois ivres de sang et d'orgueil.
Le Peuple souverain s'avance,
Tyrans descendez au cercueil.

A l'instar des Américains, disons-le nous aussi : "Yes, We Can"     
Lire la suite

Mondialisme – Néocons : Les Clintons et Soros lancent la révolution pourpre d’Amérique !

15 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #ACTUALITE, #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La mondialisation, #L'OTAN., #Terrorisme, #La finance dérégulée, #Le grand banditisme, #Les transnationales, #l'horreur économique

Mondialisme – Néocons : Les Clintons et Soros lancent la révolution pourpre d’Amérique !

WikiLeaks : une organisation financée par George Soros appelle à manifester contre Donald Trump

cxgqgv3vqaaxna8

//platform.twitter.com/widgets.js

Los Angeles, le 9 novembre 2016. La manifestation contre Donald Trump © Mario Anzuoni Source: Reuters
Los Angeles, le 9 novembre 2016. La manifestation contre Donald Trump

Dans la correspondance de John Podesta dévoilée par WikiLeaks, un échange entre le milliardaire George Soros et le conseiller de Hillary Clinton évoque le financement de l’organisation MoveOn.org, qui pousse aux manifestations anti-Trump.

Juste après l’annonce des résultats des présidentielles le 9 novembre, la plateforme MoveOn.org, affiliée au milliardaire mondialiste George Soros, a publié un communiqué de presse où les Américains étaient appelés à manifester. 

«Les citoyens étasuniens sont invités à se rassembler par centaines afin de participer à des rassemblements pour exprimer solidarité, résistance et convictions face aux résultats des élections. Des centaines d’Américains et des dizaines d’organisations appellent à se réunir de manière pacifique, aux abords de la Maison Blanche et dans les villes et mégalopoles de tout le pays, afin de s’opposer à la misogynie, au racisme, à l’islamophobie et à la xénophobie», lit-on dans le communiqué.

«Ces rassemblements, organisés par MoveOn.org et leurs alliés, serviront à affirmer notre rejet face à l’intolérance, la xénophobie, l’islamophobie et la misogynie de Donald Trump, et à montrer notre détermination à combattre ensemble pour que les États-Unis auxquels nous croyons aient un avenir», poursuivit l’organisation dans son communiqué.

Depuis la victoire de Donald Trump aux élections présidentielles, les manifestations, dans plusieurs villes américaines, ne cessent pas. Au moins une dizaine de grandes villes, dont Chicago, New York, Los Angeles, Philadelphie, Boston, Washington D.C., Portland, Saint Paul et Seattle, en sont le théâtre depuis le 9 novembre. Certains manifestants même appellent à faire sécession des Etats-Unis pour dénoncer la victoire des républicains.

Voir l'image sur Twitter

Les relations de George Soros et Donald Trump sont connues pour ne pas être des meilleures. Pendant la campagne présidentielle, George Soros a investi dans la fondation Clinton environ 13 millions de dollars. 

Voir l'image sur Twitter
 Même avant l’annonce des résultats, WikiLeaks avait publié une lettre de John Podesta à George Soros, où était évoqué le financement de MoveOn.org.

«Les groupes qui opèrent sur le terrain ont besoin d’un financement conséquent. Des groupes comme MoveOn.org», y écrivait ainsi John Podesta.

https://francais.rt.com/international/28856-wikileaks-organisation-financee-par-george-soros-contre-donald-trump

Les Clintons et Soros lancent la révolution pourpre d’Amérique

cxhgqr_uuaaov6f cxjxzfmwgael3jn cxjl2jzuuamouqc

La candidate démocrate à la présidentielle Hillary Rodham Clinton n’est pas prête à partir «couler une retraite  tranquille». Le lendemain de sa défaite étonnante et imprévue (pour les médias officiels) face à Donald Trump, Mme Clinton et son mari, l’ancien président Bill Clinton, sont entrés dans la salle de bal de l’hôtel artdéco new-yorkais dans le centre de Manhattan en tenue pourpre. La presse a immédiatement remarqué la couleur et a demandé ce qu’elle représentait. Les porte-paroles de Clinton ont affirmé que c’était pour représenter le rassemblement de l’ «Amérique bleue» démocrate et de l’«Amérique rouge» républicaine, dans un mélange pourpre uni. Cette déclaration est une ruse, comme le savent les citoyens des pays déjà ciblés dans le passé par les opérations politiques viles et criminelles de George Soros appelées encore « révolution de couleur » ou « printemps arabe ».

Les Clintons, qui ont reçu de Soros des millions de dollars en contributions de campagne et en donations à la Fondation Clinton, ont en fait aidé à lancer la «révolution pourpre» de Soros en Amérique. La Révolution Pourpre résistera à tous les efforts de l’administration Trump visant à rejeter la politique mondialiste des Clintons et (de bientôt) l’ex-président Barack Obama. La Révolution pourpre cherchera également à écourter au maximum la  marge de manœuvre de l’administration Trump grâce à des manifestations de rue et de perturbations politiques de style Soros.

Il est peu probable  que les collaborateurs du président Trump pousseront le nouveau président à mener une enquête criminelle sur les serveurs privés de messagerie de Mme Clinton et sur les activités de la Fondation Clinton, surtout lorsque la nation est confrontée à tant d’autres problèmes autrement plus pressants : emplois, immigration et soins de santé.

Toutefois, Jason Chaffetz, président du Comité de surveillance et de réforme gouvernementale de la Chambre, a déclaré qu’il poursuivrait les audiences du Congrès républicain sur Hillary Clinton, sur la Fondation Clinton et sur le bras droit de Mme Clinton, Huma Abedin.

Le président Trump ne devrait pas se laisser bener par ces déclarations, Chaffetz n’était pas un des partisans les plus fidèles de Trump.

Les mondialistes et les néocons  ne se bousculent pas actuellement au portillon de Trump, car ces «experts» militaires, d’establishment et de sécurité nationale se sont opposés à la candidature de Trump. Cependant, Trump est «obligé» d’en appeler quelques uns à se joindre à son administration parce qu’il n’y a pas assez d’experts dans son cercle de conseillers.

Les néo-conservateurs discrédités issus de la Maison Blanche de George W. Bush, comme le l(initiateur de la guerre d’Irak, Stephen Hadley, sont mentionnés comme pouvant rejoindre Trump pour le Conseil de Sécurité Nationale et d’autres postes supérieurs. Le secrétaire d’État sous George H. W. Bush, James Baker, un fidèle loyaliste de Bush, est également présenté comme possible membre de l’équipe de Trump à la Maison Blanche. Il n’y a cependant absolument aucune raison pour que Trump demande les conseils de ces vieux fossiles républicains comme Baker, Hadley, ou bien les anciens secrétaires d’État Rice et le super menteur Powell, ou bien encore l’ancien ambassadeur des États-Unis, John Bolton et d’autres. Il y a beaucoup de partisans de Trump qui ont une riche expérience sur les questions de sécurité nationale et étrangère, y compris les questions d’origine africaine, haïtienne, hispanique et arabe, et qui ne sont pas des néoconservateurs, qui peuvent donc occuper les postes de haut niveau et de niveau intermédiaire de Trump.

Trump doit s’éloigner des néocons, des aventuristes, des militaristes et des interventionnistes, il doit être  soucieux de ne pas les laisser infester son administration.

Si Mme Clinton avait remporté la présidence, un article sur l’administration entrante serait comme suit:

«Sur la base du militarisme et de l’aventurisme à l’étranger déjà vu sous son mandat de secrétaire d’État et sous la présidence  de son mari Bill Clinton en tant que président, tout le monde s’attend à une imminente et importante agression militaire américaine sur plusieurs fronts dans le monde. La présidente élue Hillary Clinton n’a pas caché son désir d’affronter la Russie militairement, diplomatiquement et économiquement au Moyen-Orient, aux portes mêmes de la Russie en Europe de l’Est, et même à l’intérieur des frontières de la Fédération de Russie. Mme Clinton a redécouvertla politique de «confinement» longtemps discréditée mise en vigueur par le professeur George F. Kennan dans les suites de la guerre mondiale. L’administration de Mme Clinton favorisera probablement les guerriers néo-cons les plus stridents de l’administration Barack Obama, y compris la secrétaire d’État adjointe pour les affaires européennes et eurasiennes, Victoria Nuland, (la dame qui encule les Européens) la favorite de Clinton ».

Le président élu Trump ne peut pas permettre à ceux qui sont dans le même tissu que Nuland, Hadley, Bolton et d’autres de rejoindre son administration qu’ils pourraient métastaser comme une forme agressive de cancer. 

Ces individus ne mèneraient pas la politique de Trump mais chercheraient à continuer à endommager les relations de l’Amérique avec la Russie, la Chine, l’Iran, Cuba et d’autres nations.

Non seulement Trump doit se méfier comme de la peste bubonique des néo-conservateurs républicains qui tentent de s’introduire dans son administration, mais il doit faire face à la tentative de Soros de perturber à la fois sa présidence et les États-Unis par une révolution pourpre.

A peine Trump a-t-il été déclaré le 45e président des États-Unis, que les opérations politiques financées par Soros ont lancé leurs activités pour perturber Trump pendant la période de transition d’Obama et par la suite. La rapidité de la Révolution pourpre rappelle la vitesse avec laquelle les manifestants ont frappé les rues de Kiev, la capitale ukrainienne, dans deux révolutions Orange parrainé par Soros, l’une en 2004 et l’autre, dix ans plus tard, en 2014.

 clintons

Alors que les Clintons embrassaient le pourpre à New York, des manifestations de rue, certaines violentes, toutes coordonnées par Moveon.org et «Black Lives Matter», financées par Soros, éclataient à New York, Los Angeles, Chicago, Oakland, Nashville, Cleveland, Washington, Austin, Seattle, Philadelphie, Richmond, St. Paul, Kansas City, Omaha, San Francisco et quelque 200 autres villes à travers les États-Unis.

Le groupe de chanteurs russes «Pussy Riot», financé par Soros, a diffusé sur YouTube une vidéo musicale anti-Trump intitulée «Make America Great Again». 

La vidéo est devenue «virale» sur Internet. La vidéo, qui est sacrilège et remplie d’actes violents, dépeint une présidence dystophique de Trump. Après le script de George Soros / Gene Sharp sur un tee-shirt, Nadya Tolokonnikova, membre des Pussy Riot a appelé les Américains anti-Trump à transformer leur colère en art, en particulier la musique et l’art visuel. L’utilisation du graffiti politique est une tactique populaire de Sharp. Les manifestations de rue et la musique et l’art anti-Trump furent la première phase de la Révolution pourpre de Soros en Amérique.

Le président élu Trump est confronté à une double attaque de ses adversaires. 

Le premier front est dirigé par des bureaucrates néoconservateurs, y compris l’ancien directeur de l’Agence centrale de renseignement et de la sécurité nationale Michael Hayden, l’ancien secrétaire à la Sécurité intérieure Michael Chertoff et les loyalistes de la famille Bush, qui cherchent à influencer sur qui Trump nommera comme chefs à la Sécurité Nationale, au Renseignement, à la politique étrangère et à la défense dans son administration. Ces néocons chantres de la guerre froide tentent de convaincre Trump qu’il doit maintenir l’agressivité et le militantisme d’Obama envers la Russie, la Chine, l’Iran, le Venezuela, Cuba et d’autres pays.  

Le second front provient des groupes politiques et des médias financés par Soros. Cette deuxième ligne d’attaque est une guerre de propagande, utilisant des centaines de journaux anti-Trump, des sites Web et des radiodiffuseurs, qui cherchent à saper la confiance du public dans l’administration Trump dès son début.

L’une des publicités politiques de Trump, publiée juste avant le jour du scrutin, a déclaré que George Soros, la présidente de la Réserve fédérale, Janet Yellen, et Lloyd Blankfein, directeur général de Goldman Sachs, faisaient tous partie d’une « structure de pouvoir mondiale responsable des décisions économiques qui ont volé notre classe ouvrière, dépouillé notre pays de sa richesse et mis cet argent dans les poches d’une poignée de grandes sociétés et entités politiques ». Soros et ses serviteurs attaquèrent immédiatement et ridiculement l’annonce comme « antisémite » !!!!

Le fils de Soros, Alexandre Soros, a appelé la fille de Trump, Ivanka, et son mari Jared Kushner, à désavouer publiquement Trump. 

La tactique de Soros ne vise pas seulement à diviser les nations, mais aussi les familles. Trump doit être en garde contre les machinations actuelles et futures de George Soros, y compris sa révolution pourpre.

 By Wayne Madsen / strategic-culture.org

EN BANDE SON : 

Lire la suite

Donald Trump, un espoir pour la paix ? Par Julie Lévesque

15 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #Nation, #L'OTAN., #La mondialisation, #Terrorisme, #La finance dérégulée, #La guerre, #Les transnationales, #AMERIQUE

L’ennemi commun des peuples

Donald Trump, un espoir pour la paix ?
Par Julie Lévesque

Point de vue

dimanche 13 novembre 2016, par Comité Valmy

Donald Trump, un espoir pour la paix ?

Donald Trump, président des États-Unis. Si cela vous donne l’impression d’assister à une mauvaise comédie, dites-vous que l’élection de Clinton nous aurait fort probablement fait vivre un véritable film d’horreur.

 

Les grands médias ne semblent pas voir à quel point Hillary Clinton est une femme dangereuse. On parle de ses compétences, de sa connaissance des enjeux, du fait qu’elle est une femme et qu’elle aurait brisé un plafond de verre. On affirme qu’elle n’est pas parfaite, mais qu’elle était le meilleur choix.

 

Vraiment ?

Devrait-on élire n’importe quelle femme à la tête d’un pays seulement pour faire l’histoire ? En quoi l’élection d’une menteuse avérée, va-t’en-guerre, financée par le régime le plus misogyne de la planète, l’Arabie saoudite, qui, par ailleurs, finance le terrorisme au Moyen-Orient, aurait été un meilleur choix pour l’humanité et la condition féminine ?

 

Cette femme a appuyé des coups d’État en Ukraine et au Honduras, s’est réjouie de la torture et de l’exécution extra-judiciaire d’un chef d’État africain, elle a contribué à la destruction de la Libye et de la Syrie en appuyant des terroristes qui font reculer les droits des femmes, elle parle de guerre contre l’Iran et la Russie, et de guerre nucléaire pour régler des conflits. Cette femme est plus violente et antiféministe que bien des hommes.

 

Il n’y avait pas de meilleur choix dans cette élection. C’était un peu comme choisir entre la cécité et la tétraplégie. Si Trump est dangereux pour les États-Unis, Hillary Clinton est dangereuse pour le reste du monde.

 

L’élection de Donald Trump n’est pas en soi une bonne nouvelle. Si toutefois il s’avère non interventionniste, comme il l’a promis durant la campagne, il s’agira d’une petite victoire pour la paix.

 

Les promesses électorales étant ce qu’elles sont, vaut mieux ne pas y croire. Barack Obama, le prix Nobel de la paix qui a bombardé sept pays en huit ans, en est le meilleur exemple. Trump, lui, a promis à la fois de hausser les dépenses militaires et de réduire les interventions militaires, ce qui est totalement incohérent.

 

Au lendemain de sa victoire, les actions des grands marchands d’armes ont bondi. Cela laisse malheureusement présager un avenir sombre.

 

Julie Lévesque
11 novembre 2016

Julie Lévesque, journaliste et activiste

Lire la suite

Les progressistes aiment mieux la guerre nucléaire que les pauvres Blancs par Paul Craig Roberts

15 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La mondialisation, #L'OTAN., #La Russie, #La finance dérégulée, #Terrorisme

L’ennemi commun des peuples

Les progressistes aiment mieux la guerre nucléaire
que les pauvres Blancs
par Paul Craig Roberts

dimanche 13 novembre 2016, par Comité Valmy

Les progressistes aiment mieux la guerre nucléaire
que les pauvres Blancs

La préférence de l’électorat étasunien envers Donald Trump et Bernie Sanders, a mis deux faits en évidence. L’un est que la majorité des Étasuniens ne mordent pas à l’hameçon des médias. L’autre est que seuls les « progressistes » et les « libéraux », qui habitent sur les côtes nord-est de l’Atlantique et occidentales du Pacifique, font confiance à la pressetituée.

 

L’élection de Trump à la présidence a confirmé la profonde conviction de ces gens imbus de leur personne, que les USA sont un pays de pauvres Blancs racistes. Aujourd’hui, ils nous l’ont répété toute la journée.

 

De ces gens et de la pressetituée, nous entendons dire que la suprématie blanche a élu Trump. C’est leur propagande, dont l’intention est de discréditer l’administration Trump avant son intronisation. Il est bizarre que la suprématie blanche ait déjà élu deux fois un Noir, Obama.

 

Truthout l’a complètement oublié. John Knefel déclare : « Les David Duke du monde prévalent. »

 

Kelly Hayes déclare, « La suprématie blanche a élu Donald Trump. »

Selon William Rivers Pitt, « Nous avons choisi un fasciste que Mussolini reconnaîtrait à vue. »

Hillary n’a remporté qu’une poignée d’États, États qui sont les lieux favoris des Un Pour Cent. Malgré cela, Amy Goodman de Democracy Now voit maintenant du sens dans ce que dit l’écrivain politique John Nichols, selon qui, comme Hillary a remporté New York et la Californie, elle a gagné le vote populaire et devrait être à la Maison Blanche. Je me souviens, il y a quelques jours, George Soros disait que Trump gagnerait le vote populaire, mais le vote électoral irait à Hillary, en débarrassant ainsi les oligarques de Trump.

 

Earth Justice promet de tenir Trump responsable. Trump qui prévoit de mettre fin à la menace de guerre nucléaire avec la Russie et la Chine, faisant ainsi plus pour sauver la vie animale et humaine que l’intégralité du Parti démocrate et des organisations environnementales, va être tenu responsable par une organisation qui est en dehors de la politique et est vouée à la préservation des animaux de la destruction.

 

L’ ACLU, dont je suis membre, a aussi mis en demeure le président élu qui a dit qu’il nous sauverait de la guerre nucléaire. Devant une idiotie pareille de l’ACLU, je ne renouvellerai pas mon adhésion.

 

Les féministes nous racontent que nous sommes « en deuil, effrayés et en état de choc », et qu’« il est essentiel que nous nous soutenions mutuellement. »

 

Jeremy Ben-Ami de la communauté juive de J Street, nous dit que c’est « une journée incroyablement triste et difficile. Pour les dizaines de millions d’Étasuniens qui partagent un corps de croyances en la tolérance, la décence et la justice sociale, les résultats des élections sont un grave choc. En ce moment éprouvant, nous nous tournons les uns vers les autres pour le confort et la communauté. Au cours de cette élection, J Street a clairement exprimé notre conviction que Donald Trump n’est pas apte à être président des USA. »

 

Van Jones, commentateur de CNN, a dit que l’élection de Trump est un cauchemar, « un moment profondément douloureux », « une violente réaction des Blancs » contre les minorités. Alors qu’il se lamentait du chagrin infligé à la pauvre petite pressetituée, Van Jones n’a pas craint d’insulter l’électorat et le nouveau président élu. Après tout, Van Jones considère cela comme sa prérogative raciste.

 

Comme ça, la clique d’imbus d’eux-mêmes préfère Hillary, en dépit de son attitude non équivoque poussant à maximiser le conflit avec la Russie et la Chine, déclencher un conflit militaire direct entre les USA et la Russie en imposant une zone d’exclusion aérienne en Syrie, attaquer l’Iran et les autres cibles d’Israël, enrichir davantage ses manipulateurs de Wall Street en privatisant la sécurité sociale, et empêcher toute contestation de la classe des gens humbles envers ses manières tyranniques. Si William Rivers Pitt considère que Trump est un fasciste mussolinien, c’est que Trump est trop modéré pour lui. Pitt préfère Hillary, un Hitler puissance trois.

 

Les progressistes se sont totalement discrédités, tout comme la pressetituée. Leur besoin de croque-mitaine pour nourrir leur hystérie révèle un sérieux trouble psychologique. En fait, ils préfèrent le risque d’Armageddon à la paix entre puissances nucléaires. Comme leurs 501(c)3s [*] vivent aux crochets des contributions de grands groupes, ils préfèrent les bénéfices des multinationales aux emplois des gens ordinaires.

 

[* NdT : 501(c)3s est la sous-section de l’Internal Revenue Code régissant le statut des organismes sans but lucratif, voués exclusivement à des fins religieuses, de bienfaisance, scientifiques, éducatives etc. Les organisations classées 501(c)3s sont exonérées de l’impôt fédéral et, dans la plupart des cas, les cotisations et les dons qui leur sont versés sont aussi exonérés d’impôt… Paul Craig Roberts parle donc des fameuses fondations des zélites.]

 

Ce sont ces gens qui se considèrent nos guides, et les meilleurs.

Si seulement Trump pouvait en exiler une charretée. Ils sont anti-étasuniens jusqu’au trognon.

Paul Craig Roberts
9 novembre 2016

Ancien Secrétaire Adjoint au Trésor pour la politique économique, Paul Craig Roberts a été rédacteur en chef adjoint du Wall Street Journal, chroniqueur pour Business Week, Scripps Howard News Service et Creators Syndicate, et il a aussi obtenu de nombreux postes universitaires.

Original :

Traduction Petrus Lombard

Lire la suite

Le chaos s’éclaircit : voici pourquoi les USA utilisent l’ISIS pour conquérir l’Eurasie

9 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #Comité pour une Nouvelle résistance, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #l'Italie, #La Russie, #Terrorisme, #Daesch

Le chaos s’éclaircit : voici pourquoi les USA utilisent l’ISIS pour conquérir l’Eurasie

 
Comme tout document exceptionnel, le texte qu’Arrêt sur Info reproduit ci-dessous, rédigé en 2014, demeure d’actualité.
Le chaos s’éclaircit : voici pourquoi les USA utilisent l’ISIS pour conquérir l’Eurasie

 

L’auteur développe là une analyse unique en son genre, comparant les pratiques de premières frappes préventives des USA et de leurs associés à celles des guerres de course menées par les corsaires et les pirates… il y a seulement quelques siècles. Il y aborde notamment les risques d’une troisième guerre mondiale, le Pape, ISIS, les Baptistes, l’Ukraine, la question kurde…


Au XVIe siècle, les pirates et les corsaires semaient la terreur sur les mers

Les corsaires étaient des particuliers (souvent des armateurs), qui engageaient des capitaines habiles dans la navigation, pour poursuivre leurs propres intérêts, en collaboration avec les intérêts politiques d’une puissance, qui leur fournissait, justement, une « lettre de course ». Cette lettre les habilitait à attaquer et à piller les vaisseaux d’autres puissances, sous certaines conditions (en général une guerre).

Les activités des pirates et celles des corsaires étaient pratiquement les mêmes. Seules changeaient les couvertures politiques officielles. Certains corsaires finissaient leur carrière comme pirates, parfois pendus par les mêmes gouvernements qui les avaient engagés.

De fait, les corsaires pouvaient se permettre de faire les choses qu’un État considérait comme politiquement ou économiquement imprudent de faire lui-même.

Les Compagnies commerciales constituaient une variante à bien plus grande échelle, et bien plus organisée. Elles étaient dotées de privilèges, comme la célèbre Compagnie anglaise des Indes orientales, qui, quoique totalement privée (la Couronne anglaise ne possédait pas même une action des Compagnies anglaises), jouissait du nihil obstat [1] [l’autorisation donnée par l’autorité compétente, NdT] pour conduire des guerres et des activités de gouvernement.

« Corsaires » et pirates ont suscité les fantaisies romantiques et libertaires de générations de gens qui, par contre, fronçaient le nez devant les entreprises de leurs mandants.

Aujourd’hui, l’histoire se répète, en pire

Depuis plus de 30 ans, les groupes armés des soi-disant fondamentalistes islamiques constituent une forme encore plus perverse de ces grandes compagnies d’aventuriers, au service de l’Empire étatsunien. Les bases de cette alliance-service furent jetées pendant la Première Guerre mondiale par des gens comme St. John Philby [2] et Gertrude Bell [3], brillants agents anglais parfaitement préparés, qui travaillaient en contact étroit avec les princes saoudiens.

On a vu cette alliance à l’œuvre en Afghanistan dans les années 80, sous la savante conduite criminelle de Zbigniew Brzezinski [4], puis en Bosnie, au Kosovo, en Tchétchénie, en Libye, en Syrie et maintenant en Irak. Il est vraisemblable que son bras long s’étendra jusqu’en Inde, via le Pakistan, et jusqu’au Xinjiang ouighour, en Chine.

L’ISIS, c’est-à-dire l’État Islamique de l’Irak et du Levant (Syrie), est la forme la plus sophistiquée de cette stratégie corsaire. Plus encore qu’Israël [5], l’ISIS est la quadrature du cercle : un État-non-État qui, étant par définition une entité terroriste, a le « droit » d’être en dehors de quelque légalité que ce soit. Les USA ont raison, de leur point de vue, de l’appeler « organisation terroriste » : le soutien politique direct, le soutien organisationnel via l’Arabie saoudite, et, justement, cette définition elle-même, constituent la « lettre de course » que la Superpuissance leur fournit. En d’autres termes, ils ont le droit-devoir d’être des terroristes.

Exactement comme c’était le cas des corsaires jadis, sous le déguisement de « combattants de la liberté » (anti-Assad), ils ont suscité les fantaisies romantiques d’humanistes ingénus (parfois, hélas, ils sont même tombés dans la mortelle toile d’araignée) et de soi-disant internationalistes, dont Jupiter avait décidé la perte. Nous pouvons supposer qu’à présent ils se sentent un peu perdus. Nous, au contraire, nous commençons à voir plus clairement les contours d’un dessin assez précis.

La stratégie des premières attaques, analogue à celle des corsaires avec leurs Guerres de course

Dans les années 80 déjà, la Rand Corporation [6] avait « prévu » que les guerres futures seraient un mixte de conflits stellaires et de conflits prémodernes menés par des entités infra-étatiques. Prévision aisée à faire, puisque la Rand faisait partie du complexe qui était en train de préparer ce scénario.

Cette stratégie s’appuie sur une parfaite logique. En fait, les « guerres des étoiles », menées jusqu’à leurs dernières conséquences, ne peuvent que se transformer en conflits nucléaires. Par contre, la guerre de course, par l’intermédiaire d’entités infra-étatiques, conduite par les USA, après les premiers coups « orthodoxes » portés par l’engeance des Bush et Clinton, a permis à la Superpuissance de lancer cette série de premières attaques (first strikes), qui auraient été très risqués, et donc impossibles, sous forme de guerres orthodoxes entre États, même si la nouvelle attitude nucléaire (New Nuclear Posture [7]) élaborée par les néo-cons sous bush Jr. ne les excluait pas.

La débandade initiale des rivaux stratégiques démontre qu’il y avait là un coup de génie, évidemment criminel. On a même l’impression que ces rivaux préfèrent courir le risque de guerres terroristes infra-étatiques plutôt que celui d’un conflit ouvert avec un adversaire sans scrupules, et de plus en plus agressif, parce que de plus en plus en difficulté. Une difficulté toutefois relative, que nous chercherons à préciser.

Un État-non-État à l’abri de son drapeau noir de pirate

Qu’y a-t-il de mieux pour les USA que d’installer dans le centre névralgique de l’Eurasie (déjà objet des cauchemars et des désirs du conseiller de Carter pour la sécurité, le « prophétique » Zbigniew Brzezinski) un État-non- État, un État-zombie, un être-non-être, une organisation territoriale qui, à l’abri de son drapeau noir de pirate, peut menacer d’actions effroyables tous les États voisins, depuis la Syrie, la Russie, l’Iran, la Chine, les républiques centre-asiatiques, puis, tout au long du corridor qui, à travers du Pakistan, pénètre en Inde et qui, à travers le Xinjiang ouighour, prend la Chine à revers ? Difficile d’imaginer meilleure arme non conventionnelle. Très difficile. C’est un terrible pieu planté au beau milieu de l’Organisation de coopération de Shanghaï.

Mais ce n’est pas tout : même l’Europe peut être menacée (cela n’a-t-il pas déjà été fait ?). Cela peut être utile, si elle se montrait trop récalcitrante face au projet néo-impérialiste états-unien, avec des annexes et des connexions du type du criminel Traité transatlantique de libre-échange (TTIP).

La difficulté où se trouveraient, disions-nous, les USA, ne réside pas dans un éventuel déclin inexorable du pays, selon on ne sait quelles lois géopolitiques ou économiques. En réalité, la difficulté réside dans le système capitaliste même, qui est aujourd’hui encore centré sur les USA, ce qu’on ne peut contester que si l’on pense que le système capitaliste est mesurable en termes de profits, Produit intérieur brut, échanges commerciaux et réserves de devises. Cela compte aussi, mais pas uniquement, parce que le système capitaliste est un système de pouvoir.

De plus, les puissances émergentes ont émergé, pour ainsi dire, « en retard » (il ne pouvait en être autrement), c’est-à-dire que les capacités destructrices militaires, industrielles, écologiques et financières mondiales ont déjà été massivement hypothéquées par un État-continent appelé États-Unis d’Amérique et par ses vassaux. Il est vrai que nous, pays capitalistes occidentaux à capitalisme mûr, ne comptons que pour 1/7e de la population mondiale, mais c’est justement ce qui donne l’inquiétante mesure du problème, puisque nous comptons immensément plus pour ce qui est de la capacité destructrice.

Une totale absence de scrupules

Le réalisateur Oliver Stone et l’historien Peter Kuznick ont fait remarquer, avec beaucoup d’acuité, qu’avec Hiroshima et Nagasaki, les USA ne voulaient pas seulement démontrer qu’ils étaient surpuissants, mais aussi (ce qui encore plus préoccupant) qu’ils n’auraient aucun scrupule dans la défense de leurs intérêts propres : ils étaient prêts à réduire massivement en cendres hommes, femmes et enfants.

Les populations libyennes, syriennes et irakiennes, martyrisées par les corsaires fondamentalistes, sont l’effroyable démonstration de cette absence de scrupules : ces épisodes de génocides par étapes sont accomplis en lieu et place de l’unique extermination nucléaire, jugée trop risquée. Dans ce sens précis, l’ISIS est utilisée comme une arme de destruction massive échelonnée.

En Occident, cette stratégie reste incompréhensible pour la plupart des gens

Il est vrai qu’elle est complexe, parce qu’elle se fonde sur un jeu complexe d’intérêts différenciés, depuis des intérêts purement idéologiques jusqu’à des intérêts purement maffieux. Cela n’en reste pas moins surprenant, parce que, outre que cette stratégie est désormais claire dans ses objectifs (évidemment parce que les USA eux-mêmes les ont éclaircis), elle est, comme on l’a vu, la réédition d’une stratégie connue et bien connue.

Sa perception pouvait être confuse pendant le conflit afghan des années 80. Il pouvait alors être difficile de comprendre la connexion entre choc des cultures, invasion soviétique et naissance de la guérilla islamiste, soutenue et organisée par les USA. Pourtant, certains chercheurs, en petit nombre, il est vrai, et traités comme des excentriques, avaient déjà fait remarquer les connexions entre crise systémique, reaganomics [8], financiarisation, conflits géopolitiques, et la reprise d’initiative néo-impériale des USA après la défaite au Vietnam (combien de fois a-t-on présenté les USA comme fichus !). Je veux parler des chercheurs regroupés dans l’école du « système-monde ».

Il est en tout cas curieux qu’une gauche aussi déterminée dans les années 60 et 70 à lutter pour la défense du prosoviétique Vietnam se soit retrouvée, très peu d’années après, à faire des clins d’œil aux fondamentalistes soutenus par les USA contre une Union soviétique maintenant considérée comme l’Empire à détruire à tout prix.

Les ex-militants de gauche sont devenus des supporters de la nouvelle politique impériale

Avec les Tours jumelles, début de la Troisième Guerre Mondiale par zones dont parle même aujourd’hui le Pape (a-t-il vraiment fallu 13 ans au Vatican pour le comprendre ?), la dérive totale de la gauche était pré-annoncée par un spectaculaire chant du cygne : les énormes manifestations contre les guerres de Bush Jr. et les politiques néo-libérales globalisées. On était sur la bonne voie, car c’étaient là exactement les deux aspects complémentaires du mariage entre argent et pouvoir, mis à nu par la crise systémique. Et pourtant, il a suffi de l’approfondissement de cette crise et de son irruption dans les centres capitalistes occidentaux, puis de l’élection sanctifiée de Barack Hussein Obama, pour faire dérailler tout raisonnement : et des centaines de milliers d’ex-militants ont été transformés en supporters actifs, passifs ou inconscients de la nouvelle politique impériale. Ce n’est pas une exagération : il suffit de comparer les 3 millions de personnes dans la rue à Rome en 2003 contre la guerre contre l’Irak et les 300 (trois cents !) personnes dans la rue à Rome en 2011 contre la guerre contre la Libye.

Mais le pire, c’est que ce n’est pas le résultat d’un programme de conditionnement sophistiqué ! C’est le succès des stratégies de communication introduites en leur temps par le Nazi Goebbels, redistribuées à travers les vieux et les nouveaux médias, avec une variante décisive : non seulement des mensonges gros comme des maisons répétés partout à l’unisson et par tous les médias, mais, en plus, assaisonnés avec les termes et les concepts qui plaisent le plus à la gauche. Si lancer des bombes fait froncer le nez, il suffit de dire qu’elles sont intelligentes ou même humanitaires, voire qu’elles constituent tout bonnement des aides humanitaires.

L’Empire parle alors un langage d’un registre étendu, depuis le registre réactionnaire, jusqu’au registre du progrès technique, social et politique. Ce n’est pas vraiment une nouveauté, mais sa cible est une société en voie de désarticulation, à cause de la crise toujours plus féroce, abandonnée et même trahie par les intellectuels et les politiciens auxquels elle s’était confiée, et où, hélas, même dans les quelques bastions de résistance qui restent, les effets mutagènes du langage impérial exercent leurs ravages.

Comme le commenta alors [2011] une vignette d’Altan [Dessinateur humoriste italien, NdT], il y a un truc, cela se voit parfaitement, mais tout le monde s’en fiche. Les raisons devraient en être étudiées de façon beaucoup plus approfondie que dans les rapides propositions qui précèdent, pour comprendre comment on peut sortir de ces limbes suspendus au-dessus du gouffre.

De toute façon, la « guerre contre le terrorisme » n’a abattu aucun terrorisme, parce qu’il n’y avait aucun terrorisme à abattre. En revanche, elle a détruit des États, d’abord l’Afghanistan, puis l’Irak.

Entre temps, le terrorisme est entré en sommeil, et n’est réapparu que pour donner quelques nécessaires preuves de vie, à Madrid et Londres, au cœur de l’Europe. En réalité, il était en phase de réorganisation, dans le sens où on était en train de le réorganiser pour les nouveaux théâtres d’opérations, peut-être, au début, pas encore très clairs dans l’esprit des stratèges états-uniens parce que, dans les crises systémiques, même celui qui génère et utilise le chaos en ressent les conséquences.

La gauche a déployé une stupéfiante capacité à ne rien comprendre

Avec Obama, les objectifs et la stratégie s’éclaircissent progressivement. Une fois la nouvelle armée corsaire réorganisée et montée en puissance, éclate la nouvelle offensive, moyennant deux préludes : le discours d’Obama à l’Université du Caire en 2009 et les « printemps arabes » commencés l’année suivante.

Dans les deux cas, la gauche a déployé une stupéfiante capacité à ne rien comprendre. Ayant désormais complètement séparé l’anticapitalisme de l’antiimpérialisme, la plus grande partie du « peuple de gauche » s’est laissé envelopper dans la mélasse du couple « bonnes intentions-droits humanitaires » [… ], élevant n’importe quel bla-bla au rang de concept, puis de Verbe. Il suffit qu’Obama parle, et on s’écrie en chœur : que c’est beau ! Quelle différence entre Obama et ce belliciste antimusulman de Bush ! Vous avez entendu ce qu’il a dit au Caire ?

Pas le plus léger soupçon que l’Empire est en train d’exposer sa nouvelle doctrine d’alliance avec l’Islam politique (alliance qui a son centre logistique, financier et organisationnel en Arabie saoudite, le partisan le plus fidèle et le plus ancien des USA au Moyen-Orient).

C’est encore pire avec les « printemps arabes »

Même alors que les bombardements sur la Libye ont commencé, la gauche n’a pas le bon sens de réviser son enthousiasme pour ces « révoltes ». Paradigmatique fut le démentiel et déplaisant appel de Rossana Rossanda [9] à s’enrôler dans les rangs des égorgeurs de Benghazi (dont le chef venait directement de Guantanamo, avec couverture de l’Otan), « comme les antifascistes l’avaient fait en Espagne ». Cet appel était le signe de la corruption aristotélicienne, non pas d’un cerveau de vieillard, mais de plusieurs générations de rêveurs ayant grandi sous le ciel de l’empire américain, naturel comme le firmament, et invisible comme le temps, donc non perceptible. Sous cette coupole étoilée et globalisée, le capitalisme devenait non plus un rapport social vivant dans une société et des lieux géographiques matériels, mais un simple concept qui s’opposait à un autre concept, celui du capital à celui du travail. Rien de moins matérialiste depuis les temps des discussions sur le sexe des anges.

Désaccoupler le capitalisme de l’impérialisme c’est comme prétendre dissocier l’hydrogène de l’oxygène, tout en voulant en même temps conserver l’eau. Pour un chrétien, c’est comme dissocier le Christ du Saint-Esprit : il en reste quelque chose, qui hésite entre l’érudition livresque et les bons sentiments instinctifs, livré comme une proie à tout démon fourbe et déterminé.

On est arrivé au point qu’un chef d’état-major étatsunien, le général Wesley Clark, révèle que la Libye et la Syrie étaient déjà en 2001 sur une liste d’objectifs sélectionné par le Pentagone, et que de soi-disant marxistes continuent, tranquillement, à croire à des « révoltes populaires », ces révoltes populaires qu’eux-mêmes n’ont pas été et ne sont pas capables de susciter dans leur propre pays. Bref, ce sont là les effets de crises d’abstinence.

Le Mouvement 5 étoiles et Sinistra Ecologia Libertà, apportent un peu de lucidité en Italie

Mais ce sont là désormais des détails résiduels, qui concernent des résidus historiques, privés de valeur politique. Ils servent tout au plus à illustrer le bien plus grave phénomène de toute une gauche confrontée à la Troisième Guerre Mondiale, et qui y arrive dans un état d’impréparation totale, sur les plans théorique, politique et idéologique. Elle est plus désarmée que le « peuple de droite », et souvent se range ouvertement dans le camp des bellicistes.

Ah ! Pasolini, comme tu avais raison de tonner contre les « irresponsables intellectuels de gauche » ! Jusqu’où sommes-nous arrivés !

Il n’y a qu’un petit rayon dans cet été si nuageux. On ne peut qu’être d’accord avec le Mouvement 5 étoiles [10] et le Sinistra Ecologia Libertà [11] sur leur opposition à l’envoi d’armes aux Kurdes (d’ailleurs à quels Kurdes ?). Divers raisonnements s’unissent ici, comme l’indécence d’exporter des armes et l’inutilité de la chose pour résoudre le conflit. Mais la vraie inutilité et l’indécence résident dans le fait que ce conflit est un jeu à somme nulle, dans lequel se trouveront prises des milliers de personnes, à 90 % des civils, comme c’est le cas dans tous les conflits modernes, et comme nous en avertissent des organisations comme Emergency.

Les preuves de ces forfaitures sont là, il suffit de les regarder

Le sénateur John McCain, en apparence franc-tireur, mais en réalité agent plénipotentiaire de la politique de chaos terroriste d’Obama, s’est mis d’accord aussi bien avec les leaders du Gouvernement régional kurde en Irak qu’avec le Calife de l’ISIS, Abu Bakr al- Baghdadi, ex Abu Du’a, ex Ibrahim al-Badri, un des cinq terroristes les plus recherchés par les USA, avec une récompense de 10 millions de dollars.

Il y a des témoignages et des preuves photographiques. Et c’est sur ces photos que se fonde la dénonciation devant l’autorité judiciaire, présentée par leurs familles, du sénateur McCain comme complice de l’enlèvement au Liban, par l’ISIS, de plusieurs personnes.

De même que Mussolini avait besoin d’un millier de morts à jeter sur la table des négociations de paix, les USA, l’ISIS et les dirigeants kurdo-irakiens ont besoin de quelques milliers de morts (civils) à jeter sur la scène de la tragédie moyen-orientale, afin de mener à bien la tripartition de l’Irak et le vol de zones du nord-est de la Syrie (ce qui est le contraire d’une union contre les terroristes de la Syrie et des USA, comme l’écrivent des voyous frivoles dont la plume est vendue au régime). Le tout au bénéfice du réalisme du spectacle.

[…]

En 1979, Zbigniew Brzezinski avait compris et écrit que le futur problème des USA était l’Eurasie et qu’il fallait donc la balkaniser, en particulier la Russie et la Chine.

Au début du siècle passé, en pleine hégémonie mondiale de l’Empire britannique, le géographe anglais Halford Mackinder [12] écrivait « Qui contrôle l’est de l’Europe commande le Heartland, qui contrôle le Heartland commande l’Ile-Monde, qui contrôle L’Ile-Monde commande le monde ».

Les infatigables déambulations de McCain entre Ukraine et Moyen-Orient ne sont donc pas un hasard. La pensée dominante est toujours la même. Ce qui a changé, c’est que les USA ont compris qu’il n’est pas nécessaire que ce soit ses propres troupes qui fassent tout le sale boulot.

Piotr | 25 Août 2014

[1] Nihil obstat est une locution latine signifiant proprement « rien ne s’oppose ».

[2] Harry St. John Bridger Philby (né le 3 avril 1885 à Badulla, Ceylan – mort le 30 septembre 1960 à Beyrouth, Liban), également connu sous les noms de Jack Philby ou Sheikh Abdullah (الشيخ عبدالله), fut espion britannique, explorateur, écrivain, et ornithologue (wikipedia, français).

[3] Gertrude Margaret Lowthian Bell, née le 14 juillet 1868 à Washington Hall dans le comté de Durham en Angleterre et décédée le 12 juillet 1926 à Bagdad, était une femme de lettres, analyste politique, archéologue, alpiniste, espionne et fonctionnaire britannique (wikipedia, français).

[4] Zbigniew Kazimierz Brzeziński (né le 28 mars 1928 à Varsovie en Pologne) est un politologue américain d’origine polonaise. Il a été conseiller à la sécurité nationale du Président des États-Unis Jimmy Carter, de 1977 à 1981 (wikipedia, français). Il est l’auteur du fameux livre Le grand échiquier (les-crises.fr, français).

[5] Étant formellement un État internationalement reconnu, Israël doit se soumettre à la légalité internationale, même s’il ne le fait pratiquement jamais (il se prévaut de larges dérogations), et il a une organisation politico-institutionnelle complexe (mais celle-ci compte de moins en moins, comme chez nous [en Europe, NdT]).

[6] La RAND Corporation, fondée en 1945, est une institution américaine à but non lucratif qui a pour objectif d’améliorer la politique et le processus décisionnel par la recherche et l’analyse (wikipedia, français).

[7] A New Nuclear Posture (armscontrol.org, anglais, 05-2010)

[8] Le terme de Reaganomics, mot-valise de « Reagan » et « economics » se réfère aux politiques en matière d’économie du président américain Ronald Reagan. Ses quatre piliers furent d’augmenter les dépenses du gouvernement, notamment militaires, de réduire les impôts sur le revenu du travail et du capital, de réduire la régulation, et de contrôler l’argent utilisé pour réduire l’inflation (wikipedia, français).

[9] Rossana Rossanda (Pola, aujourd’hui en Croatie, 23 avril 1924), est une journaliste et une femme politique italienne, dirigeante du Parti communiste italien dans les années 1950 et 1960 (wikipedia, français).

[10] Le Mouvement 5 étoiles (en italien, Movimento 5 Stelle ou Cinque Stelle, M5S) est un mouvement politique italien qui se qualifie d’« association libre de citoyens » (wikipedia, français).

[11] Gauche, écologie et liberté, un des petits partis à gauche de la gauche (wikipedia, français).

[12] Halford John Mackinder (15 février 1861 – 6 mars 1947) est un géographe et géopoliticien britannique. D’après sa théorie du Heartland, on observerait ainsi la planète comme une totalité sur laquelle se distinguerait d’une « île mondiale », Heartland (pour 2/12e de la Terre, composée des continents eurasiatique et africain), des « îles périphériques », les Outlyings Islands (pour 1/12e, l’Amérique, l’Australie), au sein d’un « océan mondial » (pour 9/12e). Il estime que pour dominer le monde, il faut tenir ce heartland, principalement la plaine s’étendant de l’Europe centrale à la Sibérie occidentale, qui rayonne sur la mer Méditerranée, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et la Chine (wikipedia, français).

Note du traducteur : Nous avons supprimé deux courts passages concernant la politique intérieure italienne, qui nous paraissent trop spécifiques pour le public francophone. Nous les avons signalés par la mention […].

 

Original : Perché gli USA usano l’ISIS per conquistare l’Eurasia

Traduit par Rosa Llorens 

Source:https://blogs.mediapart.fr/danyves/blog/030914/le-chaos-s-eclaircit-voici-pourquoi-les-usa-utilisent-l-isis-pour-conquerir-l-eurasie 

Lire la suite
Lire la suite

Richard Labéviére Écrivain français, consultant international Des questions géopolitiques

7 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #AMERIQUE, #Terrorisme, #Europe supranationale, #La nation ., #Daesch

Richard Labéviére Écrivain français, consultant international Des questions géopolitiques 

Lire la suite

Les alliés des Etats-Unis financent l’Etat Islamique – et Hillary Clinton l’a toujours su…

7 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #AMERIQUE, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La Russie

Les alliés des Etats-Unis financent l’Etat Islamique – et Hillary Clinton l’a toujours su…

Les Crises - Des images pour comprendre

Patrick COCKBURN

C’est une chance pour l’Arabie Saoudite et le Qatar que l’agitation autour des frasques sexuelles de Donald Trump détourne l’attention des dernières révélations sur les emails de Hillary Clinton. Le plus fascinant est celui qui paraît être une note interne du Département d’Etat, datée du 17 août 2014, au sujet d’une riposte appropriée des Etats-Unis à l’EI dont les forces avançaient rapidement à travers le nord de l’Irak et l’est de la Syrie.

A l’époque, le gouvernement US ne reconnaissait pas que l’Arabie Saoudite et ses alliés sunnites soutenaient des mouvements de type Etat Islamique et Al-Qaeda. Mais la note publiée, qui dit s’appuyer sur « des services de renseignement occidentaux, des services de renseignement étatsuniens et des sources dans la région », ne laisse planer aucun doute sur les soutiens de l’Etat Islamique qui à l’époque massacrait et violait la minorité Yazadi et massacrait les soldats capturés Irakiens et Syriens.

La note précise : « Nous devons recourir à nos moyens diplomatiques et de renseignement traditionnels pour faire pression sur les gouvernements du Qatar et de l’Arabie Saoudite, qui fournissent un soutien clandestin financier et logistique à ISIS (EI/Daesh – NdT) et à d’autres groupes radicaux dans la région. » Un fait à l’évidence communément admis dans les hauts échelons du gouvernement des Etats-Unis mais jamais reconnu publiquement car il était aussi communément admis que cela risquait d’envenimer les relations entre les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite, les monarchies du Golfe, la Turquie et le Pakistan, et saper gravement l’influence des Etats-Unis au Moyen-Orient et un Asie du sud.

Pendant une période extraordinairement longue après le 11/9, les Etats-Unis refusaient de confronter leurs alliés sunnites traditionnels, assurant du coup l’échec prévisible de la « guerre contre le terrorisme ». Quinze ans plus tard, al-Qaeda et ses différents affiliés sont beaucoup plus forts qu’ils ne l’étaient parce que des Etats douteux, sans qui ils n’auraient pas survécu, leur ont donné carte blanche.

Ce n’est pas comme si Hillary Clinton, et le Département d’Etat des Etats-Unis en général, ne savait pas ce qui se passait. Une précédente fuite publiée par Wikileaks d’un câble du Département d’Etat envoyée sous son nom en décembre 2009 indique que « L’Arabie Saoudite demeure un soutien financier important à al-Qaeda, aux Taliban, à LeT [Lashkar-e-Taiba au Pakistan]. » Mais la complicité de l’Arabie Saoudite avec ces mouvements n’a jamais constitué un point politique important pour les Etats-Unis. Pourquoi ?

La réponse est que les Etats-Unis pensaient qu’il n’était pas dans leur intérêt de couper les relations avec leurs alliés sunnites et ils ont investi beaucoup de ressources pour s’assurer que cela ne se produise pas. Ils ont fait appel à des journalistes, des universitaires et des politiciens complaisants prêts à soutenir, ouvertement ou non, les positions saoudiennes.

Ce que pensaient réellement les officiels de la Maison Blanche et du Département d’Etat ne remontait que rarement à la surface et même lorsque leurs déclarations étaient répercutées par les médias, elles étaient vite oubliées. Plus tôt cette année, par exemple, Jeffrey Goldberg de The Atlantic a écrit un article basé sur de nombreux entretiens avec Barack Obama où Obama « a questionné, parfois sèchement, le rôle joué par les alliés sunnites des Etats-Unis dans le terrorisme anti-américain. A l’évidence, il est contrarié par le fait que l’orthodoxie diplomatique l’oblige à traiter l’Arabie Saoudite comme un allié. »

Il mérite d’être rappelé le cynisme de la Maison Blanche quant à la production d’orthodoxie en matière de politique étrangère et la facilité avec laquelle elle pouvait être achetée. Goldberg raconte que « un sentiment largement partagé à la Maison Blanche est que la plupart des think-tanks sur la politique étrangère à Washington travaillent pour le compte de leurs financeurs arabes ou pro-israéliens. J’ai entendu un officiel de l’administration faire référence à Massachusetts Avenue, où nombre de ces think-tanks sont implantés, de “territoire occupé par les Arabes” ».

Malgré cela, les télévisions et journaux qui interviewent ces auto-proclamés experts, issus de ces mêmes thinks-tanks, sur l’Etat Islamique, la Syrie, l’Irak, l’Arabie Saoudite et les pays du Golfe, ignorent volontairement ou non leur sympathies partisanes.

Le courriel de Hillary Clinton d’août 2014 présente comme un fait acquis que l’Arabie Saoudite et le Qatar financent l’Etat Islamique – mais ce n’était pas la version qui prédominait dans les médias à l’époque. On racontait partout que le nouveau califat auto-proclamé se finançait avec la vente de pétrole, de taxes et d’antiquités ; il s’ensuivait que l’Etat Islmaique n’avait pas besoin de l’argent de l’Arabie Saoudite et des pays du Golfe. On ne pouvait pas donner la même explication pour le financement d’al-Nosra, qui ne contrôlait pas de puits de pétrole, mais même dans le cas de l’Etat Islamique, ces explications ne tenaient pas la route.

Les dirigeants Kurdes et Irakiens ont dit qu’ils n’en croyaient pas un mot, affirmant en privé que l’Etat Islamique faisait du chantage auprès des états du Golfe en les menaçant de violences sur leurs territoires s’ils ne payaient pas. Les officiels Kurdes et Irakiens n’ont jamais présenté de preuves, mais il semble peu probable que des hommes aussi durs et peu scrupuleux que les dirigeants de l’EI se seraient contentés de prélever des taxes sur les camions et les boutiques dans les terres étendues mais arides qu’ils contrôlaient sans chercher à arracher des sommes bien plus importantes de donateurs publics et privés fabuleusement riches dans les états pétroliers du Golfe.

Selon le dernier courriel publié, le Département d’Etat et le renseignement US n’avaient à l’évidence aucun doute que l’Arabie Saoudite et le Qatar finançaient l’EI. Mais il y a toujours eu un étrange décalage entre ce que l’administration Obama savait sur l’Arabie Saoudite et les états du Golfe et ce qu’elle disait en public. Il arrivait parfois que la vérité surgisse, comme lorsque le Vice-Président Joe Biden a déclaré devant des étudiants à Harvard en octobre 2014 que l’Arabie Saoudite, la Turquie et les Emirats Arabes Unis « étaient réellement déterminés à renverser Assad et provoquer une guerre entre Sunnites et Chiites. Qu’ont-ils fait ? Ils ont déversé des centaines de millions de dollars et des milliers d’armes sur tous ceux qui voulaient bien combattre Assad. Sauf que ceux qui recevaient tout ça étaient al-Nusra et al-Qaeda et des éléments extrémistes djihadistes qui arrivaient d’autres parties du monde» Biden a dénigré l’idée qu’il existerait des Syriens « modérés » capables de combattre à la fois l’EI et Assad.

Hillary Clinton devrait se trouver en difficulté à cause de tous ses échecs en matière de politique étrangère lorsqu’elle était Secrétaire d’Etat. Mais la démagogie de Trump est telle qu’elle n’a jamais eu à en répondre. Les Républicains se sont focalisés sur des sujets – la mort de l’ambassadeur US à Benghazi en 2012 et le retrait des troupes US de l’Irak en 2011 – dont elle n’est pas responsable.

Une présidence Clinton pourrait signifier un rapprochement avec l’Arabie Saoudite mais les attitudes américaines envers le régime saoudien sont en train de tourner au vinaigre, comme le démontre la décision récente du Congrès de voter à une écrasante majorité le rejet du veto présidentiel sur une loi qui autorise les familles des victimes des attentats du 11/9 de poursuivre en justice le gouvernement Saoudien.

Il y a autre chose qui est en train d’affaiblir l’Arabie Saoudite et ses alliés sunnites. La note parle de rivalité entre l’Arabie Saoudite et le Qatar « pour la domination du monde sunnite ». Mais le projet semble avoir capoté avec l’est d’Alep et Mossoul, deux grandes villes sunnites, sous les bombes et probablement sur le point de tomber. Quelle que soit l’idée que l’Arabie Saoudite, le Qatar, la Turquie et d’autres avaient derrière la tête, elle ne réussira pas et les Sunnites en Syrie et en Irak en payeront le prix. C’est cet échec qui façonnera les futures relations des états sunnites avec la nouvelle administration US.

Patrick Cockburn 

Lire la suite

Les e-mails d’Hillary Clinton et la Confrérie par Thierry Meyssan

5 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #La France, #La Russie, #l'islamisme, #l'immigration, #La Syrie - La Libye - l'Iran -

Les e-mails d’Hillary Clinton et la Confrérie

L’enquête du FBI sur les e-mails privés d’Hillary Clinton ne porte pas sur une négligence face aux règles de sécurité, mais sur un complot visant à distraire toute trace de ses correspondances qui auraient dû être archivées sur des serveurs de l’État fédéral. Il pourrait comprendre des échanges sur des financements illégaux ou de la corruption, d’autres sur les liens des époux Clinton avec les Frères musulmans et les jihadistes.

| Damas (Syrie)  
+
JPEG - 33.3 ko
Hillary Clinton et sa directrice de cabinet Huma Abedin.

La relance de l’enquête du FBI sur les e-mails privés d’Hillary Clinton ne porte plus sur les questions de sécurité, mais sur des trafics qui pourraient aller jusqu’à la haute trahison.

Techniquement, au lieu d’utiliser un serveur sécurisé de l’État fédéral, la secrétaire d’État avait fait installer à son domicile un serveur privé, de manière à pouvoir utiliser Internet sans laisser de traces sur une machine de l’État fédéral. Le technicien privé de Mme Clinton avait nettoyé son serveur avant l’arrivée du FBI, de sorte qu’il n’était pas possible de savoir pourquoi elle avait mis en place ce dispositif.

Dans un premier temps, le FBI a observé que le serveur privé n’avait pas la sécurisation du serveur du département d’État. Mme Clinton n’avait donc commis qu’une faute de sécurité. Dans un second temps, le FBI a saisi l’ordinateur de l’ancien membre du Congrès, Anthony Weiner. Celui-ci est l’ancien époux d’Huma Abedin, directrice de cabinet d’Hillary. Des e-mails provenant de la secrétaire d’État y ont été retrouvés.

Anthony Weiner est un homme politique juif, très proche des Clinton, qui ambitionnait de devenir maire de New York. Il dut démissionner à la suite d’un scandale très puritain : il avait envoyé des SMS érotiques à une jeune femme autre que son épouse. Huma Abedin se sépara officiellement de lui durant cette tourmente, mais en réalité ne le quitta pas.

Huma Abedin est une états-unienne ayant été élevée en Arabie saoudite. Son père dirige une revue académique —dont elle fut durant des années la secrétaire de rédaction— qui reproduit régulièrement l’avis des Frères musulmans. Sa mère préside l’association saoudienne des femmes membres de la Confrérie et travaillait avec l’épouse du président égyptien Mohamed Morsi. Son frère Hassan travaille pour le compte du cheikh Yusuf al-Qaradawi, le prêcheur des Frères et conseiller spirituel d’Al-Jazeera.

JPEG - 50.5 ko
À l’occasion d’un déplacement officiel en Arabie saoudite, la secrétaire d’Etat visite le collège Dar al-Hekma en compagnie de Saleha Abedin (mère de sa directrice de cabinet), présidente de l’association des Sœurs membres de la Confrérie.

Huma Abedin est aujourd’hui un personnage central de la campagne Clinton, à côté du directeur de campagne, John Podesta, ancien secrétaire général de la Maison-Blanche sous la présidence de Bill Clinton. Podesta est par ailleurs le lobbyiste attitré du Royaume d’Arabie saoudite au Congrès pour la modique somme de 200 000 dollars mensuels. Le 12 juin 2016, Petra, l’agence de presse officielle de Jordanie, avait publié une interview du prince héritier d’Arabie, Mohamed Ben Salmane, affirmant la modernité de sa famille qui avait illégalement financé à hauteur de 20 % la campagne présidentielle d’Hillary Clinton, quoique ce soit une femme. Le lendemain de cette publication, l’agence annulait cette dépêche et assurait que son site internet avait été piraté.

JPEG - 32.3 ko
Selon l’agence officielle jordanienne Petra du 12 juin 2016, la famille royale saoudienne a illégalement financé 20 % de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton.

Madame Abedin n’est pas la seule membre de l’administration Obama liée à la Confrérie. Le demi-frère du président, Abon’go Malik Obama, est le trésorier de l’Œuvre missionnaire des Frères au Soudan et président de la Fondation Barack H. Obama. Il est directement placé sous les ordres du président soudanais, Omar el-Béchir. Un Frère musulman est membre du Conseil national de sécurité —la plus haute instance exécutive aux États-Unis—. De 2009 à 2012, c’était le cas de Mehdi K. Alhassani. On ignore qui lui a succédé, mais la Maison-Blanche niait qu’un Frère soit membre du Conseil jusqu’à ce qu’une preuve surgisse. C’est également un Frère qui est ambassadeur des États-Unis auprès de la Conférence islamique, Rashad Hussain. Les autres Frères identifiés occupent des fonctions moins importantes. Il faut cependant citer Louay M. Safi, actuel membre de la Coalition nationale syrienne et ancien conseiller du Pentagone.

JPEG - 25.1 ko
Le président Obama et son demi-frère Abon’go Malik Obama dans le Bureau ovale. Abon’go Malik est le trésorier de l’Œuvre missionnaire des Frères musulmans au Soudan.

En avril 2009, deux mois avant son discours du Caire, le président Obama avait secrètement reçu une délégation de la Confrérie dans le Bureau ovale. Il avait déjà invité, lors de son intronisation, Ingrid Mattson, la présidente de l’association des Frères et Sœurs musulmans aux États-Unis.

De son côté, la Fondation Clinton a employé comme responsable de son projet « Climat » Gehad el-Haddad, un des dirigeants mondiaux de la Confrérie qui avait été jusque là responsable d’une émission de télévision coranique. Son père avait été l’un des co-fondateurs de la Confrérie, en 1951, lors de sa recréation par la CIA et le MI6. Gehad a quitté la fondation en 2012, date à laquelle il est devenu au Caire le porte-parole du candidat Mohammed Morsi, puis celui officiel des Frères musulmans, à l’échelle mondiale.

Sachant que la totalité des leaders jihadistes dans le monde sont soit issu de la Confrérie, soit de l’Ordre soufi des Naqshbandîs —les deux composantes de la Ligue islamique mondiale, l’organisation saoudienne anti-nationaliste arabe— on aimerait en savoir plus sur les relations de Madame Clinton avec l’Arabie saoudite et les Frères.

Il se trouve que dans l’équipe de son challenger Donald Trump, on compte le général Michael T. Flynn qui tenta de s’opposer à la création du Califat par la Maison-Blanche et démissionna de la direction de la Defense Intelligence Agency (Agence de Renseignement militaire) pour marquer sa réprobation. Il y côtoie Frank Gaffney, un « guerrier froid » historique, désormais qualifié de « conspirationniste » pour avoir dénoncé la présence des Frères dans l’État fédéral.

Il va de soi que, du point de vue du FBI, tout soutien aux organisations jihadistes est un crime, quelle que soit la politique de la CIA. En 1991, les policiers —et le sénateur John Kerry— avaient provoqué la faillite de la banque pakistanaise (quoi qu’enregistrée aux îles Caïman) BCCI que la CIA utilisait pour toutes sortes d’opérations secrètes avec les Frères musulmans tout autant qu’avec les cartels latinos des drogues.

Thierry Meyssan

Thierry Meyssan Consultant politique, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace. Dernier ouvrage en français : L’Effroyable imposture : Tome 2, Manipulations et désinformations (éd. JP Bertand, 2007). Compte Twitter officiel.

 
 
À la recherche du bouc émissaire
Journal du changement d’ordre mondial #12
 
 
Le prix de la rétrogradation
Journal du changement d’ordre mondial #11
 
 
Les « sanctions économiques » ou la guerre en col blanc
Journal du changement d’ordre mondial #10
 
 
Faut-il juger Vladimir Poutine ?
Journal du changement d’ordre mondial #9
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

 
Lire la suite

Formation de soldats français à l’encadrement de Daesh

5 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La France, #La Russie, #La nation ., #Daesch, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -

Formation de soldats français à l’encadrement de Daesh

 
 

Le 22 septembre 2016, en nettoyant les abords d’un refuge troglodyte abandonné, non loin de l’église Saint-Florent, à la sortie de Saumur (France), des travailleurs ont vu trois hommes s’enfuir précipitamment dans une fourgonnette blanche. En pénétrant dans la grotte, ils ont découvert du matériel vidéo, un groupe électrogène ainsi que des journaux en langue arabe et des drapeaux de Daesh.

Calmant l’émoi de la population, de la police et de la gendarmerie, et du sous-préfet, le général Arnaud Nicolazo de Barmon, commandant les Écoles militaires de Saumur, a déclaré qu’il ne s’agissait pas de terroristes, mais d’un exercice de formation du Centre interarmées de la défense nucléaire, radiologique, biologique et chimique (CIA NBCR).

Si tel était le cas, en plein état d’urgence, le CIA NBCR aurait violé les règles de notification de cet exercice, avant sa réalisation, auprès des différents pouvoirs publics locaux. En outre, on ne voit pas en quoi ce matériel aurait une quelconque utilité pour des exercices de défense nucléaire, radiologique, biologique ou chimique.

Dans les mêmes locaux que le CIA NBCR à Saumur se trouvent des écoles spécialisées dans le Renseignement et le Combat interarmes.

Depuis le tout début des événements en Syrie, en 2011, la présence de Forces françaises y est attestée. En 2012, 19 soldats français qui avaient été faits prisonniers avaient été restitués à la frontière libanaise au chef d’état-major des armées, l’amiral Édouard Guillaud, avec d’autres soldats encadrant l’Émirat islamique de Baba Amr. La morts de soldats français encadrant des troupes islamistes a été certifiée en de nombreux endroits, notamment à Sannayeh en 2013. Bien que la France ait, en 2014, soutenu Al-Qaïda contre Daesh, la présence d’officiers français au sein du Califat a été attestée par plusieurs témoins en 2016.

En novembre 2014, le Pentagone déclarait avoir tué à Samarda un agent de la DGSE travaillant au sein d’Al-Qaïda, David Drugeon, tandis que le ministère français de la Défense démentait tout lien avec la victime. Par la suite, la presse états-unienne affirmait que David Drugeon avait formé Mohamed Mera (attentat de Toulouse et de Montauban) et les frères Kouachi (attentat contre Charlie Hebdo).

La France n’a jamais officiellement reconnu avoir des troupes au sol en Syrie, bien qu’elle ait admis y avoir un quartier général commun avec des forces spéciales alliées.

Lire la suite