Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #daesch tag

Personnalité de l’Année 2015…

16 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La Russie, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #Terrorisme, #Daesch, #L'OTAN., #La mondialisation, #La finance dérégulée

Personnalité de l’Année 2015…

 

L’année dernière dans le blog Arrêt sur Info, la personnalité 2014 élue était Vladimir Poutine.

Cette année, encore plus que la précédente, le rôle de cet « Homme d’Etat » remarquable, a été si capital dans la préservation de la paix dans le monde, son évolution géopolitique inéluctable vers l’édification d’une « multipolarité », malgré toutes les provocations à son encontre et à celle de son pays, que le choix devrait lui revenir !…

Mais, pour préserver le « principe démocratique » de ne pas élire deux fois de suite la même personnalité, nous plaçons « Hors Concours » cet homme éminent qui marquera l’Histoire. Ce sera donc, à défaut, une autre personnalité.

Mais aussi méritante qu’exceptionnelle sur d’autres plans, bien que moins connue de l’opinion publique internationale, surtout française.

Une femme.

Pour laquelle j’éprouve une profonde admiration. Et, je n’ai pas pour habitude de gaspiller mon admiration…

La personnalité de l’Année 2015 élue, à l’unanimité de mon unique voix, dans une assourdissante « standing ovation » de mes deux mains et deux pieds, est :

Madame Asma al-Assad

Oui, l’épouse du président de la Syrie : Bachar al-Assad.

 

Personnalité de l’Année 2015…

Evidemment. Vociférations des tâcherons fanatisés du « lavage de cerveaux » : « Sacrilège !… Blasphème !… »

Dans la propagande occidentale, celle de l’oligarchie de notre pays étant l’une des plus acharnées, le président syrien Bachar al-Assad est diabolisé en épouvantail : un dictateur sans foi ni loi. Au point de lui dénier « le droit de vivre sur cette terre »…

Car seuls, dans la région, « ont le droit de vivre » et prospérer les tyrans des pétromonarchies intronisés par nos castes au pouvoir. Normal, nos oligarques y confortent, moyennant et monnayant « leur protection » comme dans les films de gangsters, l’inépuisable fontaine de jouvence de leurs niveaux de vie et richesses personnelles. Et, l’avenir de leurs progénitures…

L’épouse du président syrien n’a pas été épargnée par ce déluge de délires. Au contraire. Elle a été la première visée.

Je séjournais à Londres, quand avait commencé une campagne de diffamation contre elle, dans les journaux britanniques. Jusque dans un quotidien, parmi les plus modérés dans l’hystérie atlantiste, The Guardian. La faisant passer pour une Messaline, mégalomane et dépensière. Ivre de luxe, de faste et d’argent jeté par les fenêtres.

Aux antipodes de ce qu’elle est, dans la vie courante.

A l’opposé des courtisanes, corrompues et putassières qui, en Europe, se marchant sur les escarpins, encombrent couloirs, moquettes, canapés et strapontins ministériels de nos royautés d’opérette, républiques et autres démocraties moralisatrices, agonisant sous les Lois et Décrets d’Exception, au nom de la protection des Droits de l’Homme… Réduites, dans la suppression de leurs Libertés Publiques, à de pitoyables colonies bananières à la botte des milliardaires dépravés et sanguinaires du Congrès des USA, de l’Arabie Saoudite et du Qatar.

Personnalité de l’Année 2015…

Les clichés de cette campagne apparurent simultanément, tels des popcorns sautant dans une casserole, dans tous les pays de l’OTAN. De février à mars 2012, ce fut la crue, un torrent de boues.

J’avais réagi dans un billet du 20 novembre 2013, sur ce formatage de l’opinion publique. (1)

Vous ne vous en souvenez peut-être pas, mais c’est à ce moment-là que furent édités à grands roulements de tambour dans chaque pays membre, sous la signature de journaleux autoproclamés « historiens-biographes » par nos médias, des livres sur les « femmes de dictateurs« … Tous écrits par des femmes du « terroir », (française en France, britannique en Grande-Bretagne, danoise au Danemark, etc.) pour donner crédibilité, peut-être, ou consistance, à la bouillie concoctée dans les chaudrons de la propagande.

Asma al-Assad, en un tour de main de ces cuistots de la désinformation, se retrouvant avec son époux, par assimilation ou amalgame, carbonisée dans un tourne broche à la Jérôme Bosch, en horrible créature sortant de l’Enfer de ce peintre néerlandais du XVI° siècle aussi génial qu’halluciné. Associée, entre autres à : Hitler !…

Pas de demi-mesure…

Un exemple ?… La célèbre journaliste américaine Joan Juliet Buck allant jusqu’à conclure un article dans l’hebdomadaire Newsweek, en juillet 2012, qu’en fait Asma al-Assad était bien (2) :
« The « First Lady of Hell » » : « La Première Dame de l’Enfer »…

Alors qu’un an auparavant, reçue comme une sœur au sein même de la famille présidentielle, pendant une longue période, avec le sens de l’hospitalité que l’Orient réserve à ses hôtes, cette journaliste avait écrit un article particulièrement admiratif à l’égard d’Asma al-Assad. Publié dans le magasine Vogue, en mars 2011, intitulé :

« Une Rose dans le Désert ». (3)

Mais, entretemps, la roue avait tourné : le saccage de la Syrie avait été décidé. Joan Juliet Buck, contrainte de renier ce qu’elle avait déclaré un an avant, dans une humiliante soumission. Et Vogue, après avoir licencié sa collaboratrice depuis de nombreuses années, obligé d’effacer cet article de son site !… (4)

De l’éloge à la calomnie : admirons la souplesse d’échine de ces professionnels de l’information…

Liberté d’Opinion… Liberté d’Expression…

Personnalité de l’Année 2015…

Les « observateurs éveillés » comprirent alors, au vu de ces torchons de calomnies, que le « top chrono » de la destruction de la Syrie venait d’être donné.

La Lybie enfin plongée dans le chaos après l’Irak et la partition du Soudan, le plan Oded Yinon énonçant son démembrement dès 1982 démarrait officiellement.

Avec pour première cible, son symbole le plus aimé et respecté : l’épouse du président de la Syrie.

C’était aussi un signe, une menace, cyniquement adressés au président Syrien : il ne serait pas épargné ; ni lui, ni sa femme, ni ses enfants. Lui promettant à mots « à la Fabius« , ou en langage mafieux, à peine couverts, le même sort sadique infligé à Kadhafi et sa famille.

Personnalité de l’Année 2015…

Dès le début des agressions armées contre le pays, la propagande entretenait la rumeur que le président et son épouse s’étaient réfugiés à Moscou, afin de provoquer la panique dans le pays. Ce qui était faux. Les Syriens le savaient. Ils restaient avec leurs trois enfants, unis, solidaires : au milieu du peuple. Sous les bombes des millices et mercenaires de l’OTAN.

Nos propagandistes ont pour fonction de présenter les désirs, ou les délires, de nos oligarchies pour la réalité. Qui n’est pas celle des nations qu’elles saccagent, pillent et souhaitent asservir.

Menaces, intimidations, n’ont aucune prise sur des personnalités de la trempe d’Asma El Assad.

C’est ignorer, en premier lieu, sa solide éducation familiale. Son brillant parcours professionnel, aussi, qui n’est pas celui d’une gratteuse de guitare sans voix, avant de devenir l’épouse d’un homme qui n’était qu’un étudiant en ophtalmologie quand elle l’a connu à Londres.

Londres, sa ville de naissance. Elle y travaillait dans la banque d’investissements internationaux, après avoir terminé ses études en sciences informatiques et littérature française. Se spécialisant dans les entreprises du secteur de la pharmacie et des biotechnologies.

Ses parents, sa famille, sont originaires de Homs. Dans les ravages actuels, une des villes martyrs de la Syrie.

De confession sunnite, son mari est un Alawite (ou Nusayrî), mouvement religieux rattaché au chiisme. Preuve vivante que la propagande sur la haine entre sunnites et chiites est totalement fausse. Mais argument inépuisable des idéologues de la prédation occidentale au Moyen-Orient, pour y instaurer le chaos et le piller dans « La Bonne Conscience« . (5)

Comme tous les patriotes syriens, elle fait front et se dépense sans compter.

Pour donner l’exemple de la solidarité, et entretenir l’espoir. Réconfortant les orphelins et les veuves, ou les mères éplorées de soldats, de cadres, ingénieurs, enseignants, personnels qualifiés du pays, particulièrement visés par les tueurs occidentaux…

Personnalité de l’Année 2015…

Les dévastations infligées par les pays occidentaux ont provoqué jusqu’à présent 300.000 morts, des milliers d’orphelins et de veuves. Des blessés et traumatisés par centaines de milliers, au minimum : un million. Plus de 10 millions de personnes déplacées ou sans abris…

Pillage des ressources pétrolières… Pillages des usines, des milliers ont été démontées et expédiées par camions en pièces détachées pour être vendues en Turquie… Pillage des inestimables trésors historiques…

Destructions, ruines, déprédations, tueries… Immenses, colossales…

Et, ce n’est pas terminé…

Personnalité de l’Année 2015…

Le Stalingrad Syrien : Deir er-Zour

La grande préoccupation d’Asma al-Assad est celle de la scolarisation des enfants, dont tout est fait pour que plusieurs générations ne puissent pas être instruites. Les enfants étant une des cibles privilégiés des guerres coloniales occidentales, afin d’annihiler les résistances des pays à spolier.

Les pays de l’OTAN, sans mandat de l’ONU, ni accord ou invitation du gouvernement légitime, bombardent actuellement le pays, venant soutenir leurs mercenaires en débandade. Aveuglés par leur mégalomanie de vouloir s’emparer de toutes les ressources et du potentiel de la région, des pipelines ou gazoducs actuels et futurs, des espaces aériens, des voies navigables, et des domaines côtiers. Piller, démembrer sont leurs obsessions.

Ils n’y arriveront pas. Tous les rêves coloniaux se briseront en ce siècle.

La Syrie résiste et résistera. Symbole de résistance, elle est devenue le Stalingrad du Moyen-Orient face aux prédateurs occidentaux.

Homs, Alep, Deir er-Zour, en sont de terribles et inoubliables témoignages. La garnison de l’académie et base aérienne de Kweres a résisté pendant près de trois ans, à un siège des mercenaires de l’OTAN. Venant de se libérer victorieusement, ces jours derniers.

L’espoir est là, plus que présent.

La Syrie sera reconstruite, encore plus belle. Les vestiges innombrables, héritages de toutes les religions et civilisations qui l’ont forgée, seront restaurés.

Personnalité de l’Année 2015…

Pour terminer ce billet, je me permettrai un mot en hommage à cette personnalité exceptionnelle, magnifique symbole, elle aussi, de cette résistance :

« Madame,

« Vous êtes si lumineuse de générosité, que votre bonté, votre douceur, votre courage, foudroient, même rendus aveugles de leurs carnages impunis pour ne pas le percevoir, les immondes salopards, criminels aussi cyniques que cruels, hypocrites prêcheurs du « Développement Durable » et de « La Démocratie » pour la planète, qui, dans leur délire de dévastation et de prédation de votre Pays, vous calomnient et souhaitent votre disparition…

« Ils le savent. Ils en ragent.

« Face à leur entreprise diabolique, à l’exemple des autres femmes de votre Nation, Vous êtes un des plus solides remparts de l’éternelle Syrie. »

Personnalité de l’Année 2015…
  1. Georges Stanechy,Syrie : Un Homme d’Etat, 20 novembre 2013, http://stanechy.over-blog.com/2013/11/syrie-un-homme-d-etat.html
  2. Newsweek-The Daily Beast, “Syria’s Fake First Family” [La Fausse Famille Présidentielle de Syrie], 30 juillet 2012.
  3. Joan Juliet Buck,A Rose in the Desert, Vogue, Mars 2011. Récupéré après son effacement du site Web deVogue et mis en ligne, en septembre 2013, par Gawker.com avec le lienhttp://gawker.com/asma-al-assad-a-rose-in-the-desert-1265002284
  4. Paul Farhi,Vogue’s flattering article on Syria’s first Lady is scrubbed from Web, 25 avril 2012,http://articles.washingtonpost.com/2012-04-25/lifestyle/35454509_1_asma-al-assad-bashar-al-assad-syrian-opposition-groups
  5. Parmi les plus zélés joueurs de castagnettes de cette désinformation, en France, citons les « islamologues » de service :Gilles Kepel, Antoine Sfeir, et tutti quanti

Georges Stanechy | 16 déc. 2015

Un commentaire:

J’approuve à 1000 pour cent !…. et je rajouterai qu’avant ce massacre, Asma el Assad et son époux avaient, déjà, pour habitude de passer une journée par semaine à l’orphelinat de Damas. Ils déjeunaient avec les orphelins….Qu’elle et son mari n’ont jamais eu de chauffeur ni de garde de corps. Qu’ils se mélangeaient au peuple, fréquentaient les mêmes restaurants. La très belle Asma a également une très belle âme et la plus belle des intelligences : celle du coeur.

Source: http://stanechy.over-blog.com/?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Lire la suite

La Syrie est le Stalingrad du Moyen-Orient. Par Andre Vltchek.

15 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La France, #La finance dérégulée, #AMERIQUE, #La Russie, #La Turquie, #L'OTAN., #Terrorisme, #Daesch

La Syrie est le Stalingrad du Moyen-Orient


Andre Vltchek

Par Andre Vltchek – Le 2 janvier 2016 – Source New Eastern Outlook

Jour et nuit, depuis des années, une force écrasante a violenté ce pays tranquille, l’un des berceaux de la civilisation humaine.

Des centaines de milliers de gens sont morts, et des millions ont été forcés de fuir à l’étranger ou ont été déplacés à l’intérieur du pays. Dans beaucoup de villes et de villages, il ne reste plus une maison intacte.

Mais la Syrie, contre vents et marées, est toujours debout.

Pendant ces trois dernières années, j’ai travaillé dans presque tous les pourtours de la Syrie, découvrant la naissance d’État islamique dans les camps gérés par l’Otan construits en Turquie et en Jordanie. J’ai travaillé dans les Hauteurs du Golan occupées, et en Irak. J’ai aussi travaillé au Liban, un pays actuellement forcé d’accueillir plus de 2 millions de réfugiés (la plupart syriens).

La seule raison pour laquelle l’Occident a commencé son épouvantable campagne de déstabilisation était qu’il «ne pouvait pas tolérer» la désobéissance de la Syrie et la nature socialiste de son État. En bref, la manière dont l’establishment syrien plaçait le bien-être de son peuple au-dessus des intérêts des entreprises multinationales.

*

Il y a plus de deux ans, mon ancienne monteuse de cinéma indonésienne a exigé une réponse sur un ton quelque peu fâché :

«Il y a tant de gens qui meurent en Syrie ! Cela en vaut-il vraiment la peine ? Ne serait-ce pas plus facile et mieux pour les Syriens de seulement renoncer et de laisser les États-Unis avoir ce qu’ils exigent ?»

Chroniquement pétrifiée, cette jeune femme recherchait toujours des solutions faciles qui la maintiendraient en sécurité, et en sécurité avec des avantages personnels importants. Comme beaucoup d’autres du même âge dans cette époque, afin de survivre et d’avancer, elle a développé un système complexe reposant sur les trahisons, l’autodéfense et les leurres.

Comment répondre à une telle question ? Elle est légitime, après tout.

Eduardo Galeano m’a dit : «Les gens savent quand il est temps de se battre. Nous n’avons pas le droit de le leur dire… mais quand ils le décident, nous avons l’obligation de les soutenir, et même de les conduire s’ils nous sollicitent.»

Dans ce cas, le peuple syrien a décidé. Aucun gouvernement, aucune force politique ne pourrait pousser un pays entier à un héroïsme et à un sacrifice aussi énormes. Les Russes l’ont fait pendant la Seconde Guerre mondiale, et les Syriens le font aujourd’hui.

Il y a deux ans, j’ai répondu de la manière suivante : «J’ai été témoin de l’effondrement total du Moyen-Orient. Plus rien ne tenait debout. Les pays qui avaient choisi leurs propres voies ont été littéralement rasés. Les pays qui ont succombé aux diktats de l’Occident ont perdu leur âme, leur culture et leur essence et ont été transformés en certains des endroits les plus misérables sur la terre. Et les Syriens le savaient : s’ils se rendaient, ils seraient transformés en un autre Irak, Yémen ou Libye, ou même en un Afghanistan.»

Et donc la Syrie s’est levée. Elle a décidé de lutter, pour elle-même et pour sa région du monde.

Encore et encore, elle s’est maintenue à travers l’élection de son gouvernement. Elle s’est appuyée sur son armée. Quoi que dise l’Occident, quoique écrivent les ONG traîtresses, la simple logique le prouve.

Ce pays modeste ne possède pas ses propres médias puissants pour partager avec le monde l’étendue de son courage et de son agonie. Ce sont toujours les autres qui commentent son combat, souvent de manière totalement malveillante.

Mais il est indéniable que si les forces soviétiques ont stoppé l’avance des nazis allemands à Stalingrad, les Syriens ont réussi à arrêter les forces fascistes des alliés occidentaux dans cette partie du monde.

Bien sûr, la Russie a été directement impliquée. Bien sûr, la Chine se tenait là, bien que souvent dans l’ombre. Et l’Iran a apporté son soutien. Et le Hezbollah basé au Liban a fait face, ce que je décris souvent comme un combat épique pour le compte de Damas contre les monstres extrémistes inventés et armés par l’Occident, la Turquie et l’Arabie saoudite.

Mais le crédit principal doit revenir au peuple syrien.

Oui, aujourd’hui il ne reste rien du Moyen-Orient. Aujourd’hui, il y a plus de larmes que de gouttes de pluie qui coulent sur cette terre ancienne.

Mais la Syrie résiste. Brûlée, blessée, mais debout.

Et comme cela a été largement rapporté, après que les forces armées russes sont venues à la rescousse de la nation syrienne, plus d’un million de Syriens ont pu retourner chez eux… Souvent pour ne retrouver que cendres et dévastation, mais chez eux.

Comme les gens sont retournés à Stalingrad, il y a 70 ans.

*

Donc quelle serait maintenant ma réponse à la question de savoir «si l’autre voie ne serait pas plus facile», celle de se rendre à l’Empire ?

Je suppose que ce serait quelque chose comme ça :

«La vie a un sens, elle n’est digne d’être vécue que si certaines conditions de base sont remplies. On ne trahit pas un grand amour, que ce soit l’amour pour une autre personne ou l’amour de sa patrie, de l’humanité ou des idéaux. Si on le fait il vaudrait mieux ne pas être né du tout. Alors je dis : la survie de l’humanité est le but le plus sacré. Pas quelque gain à court terme ou la sécurité, mais la survie de nous tous, des gens, ainsi que la sécurité pour nous tous, les êtres humains.»

Lorsque la vie elle-même est menacée, les gens tendent à se lever et à combattre, instinctivement. Dans de tels moments, quelques-uns des chapitres les plus monumentaux de l’histoire humaine sont écrits.

Malheureusement, pendant ces moments, des millions meurent.

Mais la dévastation n’est pas due à ceux qui défendent notre espèce humaine.

Elle est due aux monstres impérialistes et à leurs serviteurs.

La plupart d’entre nous rêvent d’un monde sans guerre, sans violence. Nous voulons que la vraie bonté l’emporte sur la terre. Beaucoup d’entre nous travaillent sans relâche pour une telle société.

Mais jusqu’à ce qu’elle soit construite, jusqu’à ce que tout l’égoïsme extrême, l’avidité et la brutalité soient vaincus, nous devons lutter pour quelque chose de beaucoup plus modeste – pour la survie des personnes et de l’humanisme.

Le prix est souvent terrible. Mais l’alternative est un énorme vide. Ce n’est rien, simplement – la fin, l’arrêt complet !

A Stalingrad, des millions sont morts pour que nous puissions vivre. Rien n’est resté de la ville, à part quelque acier fondu, des briques éparses et un océan de cadavres. Le nazisme était stoppé. L’expansionnisme occidental a entamé sa retraite, cette fois en direction de Berlin.

Aujourd’hui la Syrie, calmement mais stoïquement et héroïquement, résiste aux plans occidentaux, qataris, saoudiens, israéliens et turcs de mettre fin au Moyen-Orient.

Et les Syriens ont gagné. Pour combien de temps, je ne sais pas. Mais ils ont prouvé qu’un pays arabe peut encore vaincre les hordes meurtrières les plus puissantes.

Andre Vltchek est philosophe, romancier, cinéaste et journaliste d’investigation. Il a créé Vltchek’s World, il est un utilisateur de Twitter engagé et travaille en particulier pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.

Traduit par Diane, vérifié par Ludovic, relu par Literato pour le Saker francophone

Lire la suite

La vérité sur la situation en Syrie. Interview avec Mme Roueida KHOURY, présidente de l’association « Chrétiens de Syrie pour la paix ».

15 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Politique étrangère, #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #ISIL, #Terrorisme, #AMERIQUE, #La Turquie

La vérité sur la situation en Syrie. Interview avec Mme Roueida KHOURY, présidente de l’association « Chrétiens de Syrie pour la paix ».

 

Les médias occidentaux n’arrêtent pas de raconter que Bachar el Asad – une incarnation du diable sur Terre – fait la guerre contre l’« opposition modérée ». Qu’est ce qui se cache derrière ce terme ? Qui sont ces groupes qui bénéficient du soutien quasi-total des pays de l’OTAN ? Comment était la Syrie avant la guerre ? Au nom de quoi a été détruit et plongé dans le chaos ce pays paisible où toutes les religions cohabitaient ? Comment vit la population au quotidien ?

Interview avec Mme Roueida KHOURY, présidente de l’association « Chrétiens de Syrie pour la paix »

Paris, le 6 octobre 2015

 

00′ 07″ – Différence entre Daesh et les terroristes « modérés ».

11′ 30″ – Tactiques du déclenchement des hostilités. Répartition géographique des forces.

24′ 30″ – Motivations des gens qui soutiennent Bachar el Assad.

26′ 50″ – Attitude de différentes confessions envers le gouvernement.

31′ 10″ – Relations entre différentes confessions.

33′ 46″ – Syrie d’avant la guerre.

35′ 40″ – Vie quotidienne des gens pendant la guerre.

41′ 35″ – Soutien militaire de l’aviation russe à l’armée syrienne.

43′ 54″ – Présentation de l’association « Chrétiens de Syrie pour la paix »

Réalisé par EdT

Présidente de l’association « Chrétiens de Syrie pour la paix »

Lire la suite

Islamistes dans la zone de l'OAT: L'Ukraine fait venir le terrorisme au cœur de l'Europe - Rapport de situation de la RPD du 13 janvier 2016

14 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #la liberté, #Terrorisme, #Ukraine, #La Russie, #L'OTAN., #AMERIQUE, #Europe supranationale, #Daesch, #le nazisme

Islamistes dans la zone de l'OAT: L'Ukraine fait venir le terrorisme au cœur de l'Europe - Rapport de situation de la RPD du 13 janvier 2016

"Durant la journée écoulée, la situation sur la ligne de contact n'a pas changé. En violation de tous les accords, l'ennemi a bombardé cinq fois le territoire de la République," a rapporté mercredi le commandant en second de l'armée de Donetsk Edouard Bassourine, en soulignant "un afflux croissant d'islamistes radicaux dans la région de la soit-disant opération anti-terroriste" et l'existence "en Ukraine de camps où les terroristes entraînent des nationalistes ukrainiens." "Les autorités ukrainiennes contrôlées par des conseillers de Washington se préparent à envoyer des gangs pour allumer un nouveau foyer de crise dans l'Union Européenne," a indiqué Bassourine.

"Les localités de Kominternovo, Zhabichevo, Spartak et la zone de l'aéroport de Donetsk ont été bombardées. Au total, ont été tirés sur le territoire de la République huit obus d'un calibre de 82mm, et plus de 35 tirs ont été effectués avec des lance-grenades manuels et automatiques.

Je souhaite attirer votre attention sur le fait que l'ennemi continue de bombarder le territoire de la zone tampon. Ainsi, les FAU ont tiré plus de cinq fois avec un char d'assaut dans la zone des localités de Vodyanoye et Kominternovo.

Les services de renseignement de la République populaire de Donetsk continuent d'enregistrer le transport et la concentration d'armes et de soldats ennemis:
- À Fyodorovka, à 10 km de la ligne de contact, deux chars d'assaut, quatre systèmes d'artillerie automoteurs, et une batterie d’artillerie de campagne, incluant deux obusiers "Ghiatsint-B" de 152 mm ont été enregistrés;
- À Novosyolovka Second, à 8 km de la ligne de contact, deux systèmes d'artillerie automoteurs ont été enregistrés;
- À Pischevik (zone tampon) trois chars d'assaut, deux véhicules de combat d'infanterie, deux systèmes d'artillerie automoteurs "Akatsia" de 152 mm et jusqu'à 50 soldats ont été enregistrés;
- À Oktyabr un système d'artillerie automoteur, trois véhicules de combat d'infanterie et un mortier de 120 mm ont été enregistrés;
- À Artyomovsk l'arrivée de 10 bus avec des soldats de la 54e brigade mécanisée a été enregistrée.

En outre, d'après le rapport de la mission de l'OSCE du 12 janvier 2016, dans les sites de stockage des armes interdites, douze lance-roquettes multiples "Grad" enregistrés sont manquants.

Les services de renseignement des forces armées de la RPD confirment l'arrivée à Artyomovsk et Chasov Yar de militaires ukrainiens de la 36e brigade de marine avec des blessures par balles causées par des affrontements avec les nationalistes radicaux du régiment "Azov" près de la localité de Lebedinskoye le jour précédent, ainsi que par des tirs chaotiques sur les positions défensives de l'armée de la RPD dans la localité de Zaitsevo.

Le commandement de l'OAT n'est pas capable de contrôler les unités nationalistes. D'après le personnel médical des hôpitaux locaux, parmi le personnel de la 36e brigade de marine, il y avait deux morts et trois blessés après l'affrontement avec les nationalistes du régiment "Azov". Le commandement de l'OAT essaye de faire passer ces pertes pour les victimes d'un bombardement venant des forces armées de la RPD.

Nos services de renseignement continuent de rassembler des preuves de la coopération active entre les autorités ukrainiennes et les représentants des organisations terroristes internationales. Personne ne doute plus que la Turquie soutient secrètement "l’État islamique". Depuis l'activation des relations entre Ankara et Kiev il y a un afflux croissant d'islamistes radicaux dans la région dite de l'OAT. D'après les informations des services de renseignement de la RPD, dans la zone de l'opération punitive, il y a déjà une trentaine de ces gangs armés combattant du coté ukrainien. Certains de ces criminels sont recherchés internationalement pour terrorisme. Une partie du personnel de ces soi-disant bataillons a le statut de mercenaires étrangers et, grâce aux nouvelles lois adoptées en Ukraine, reçoivent de plus grandes subventions du budget ukrainien. Un de ces bataillons est incorporé au sein des unités du ministère de l'Intérieur par décision d'Arsen Avakov. C'est le bataillon du terroriste islamique radical Djokhar Doudaev, qui compte jusqu'à 300 radicaux, qui a été incorporé dans l'unité "Portes Dorées" du ministère de l'Intérieur, afin de légitimer sa présence dans le Donbass.

Les gangs terroristes opérant du coté des troupes gouvernementales ukrainiennes sont répartis dans les localités suivantes: Dzerzhinsk, Artyomovsk, Avdeevka et Shirokino.

D'après nos informations, l'Ukraine prévoit aussi une aide potentielle à "l’État islamique" en signe de gratitude pour l'appui des organisations terroristes d'Afghanistan, d'Irak, de Syrie et de Turquie concernant l'opération militaire dans le Donbass. En Ukraine, il y a déjà des camps où les terroristes entraînent les nationalistes ukrainiens à miner les infrastructures civiles, à tuer des civils en place publique, à pénétrer dans des infrastructures militaires et à se faire exploser avec les militaires ennemis. Les instructeurs arabes prêtent une attention particulière à la psychologie et aux tactiques de guerre terroriste. Les autorités ukrainiennes ferment également les yeux sur le recrutement massif de jeunes ukrainiens pour participer au conflit armé contre les troupes gouvernementales en Syrie et d'autres "points chauds". Par exemple, récemment en Jordanie, a eu lieu une explosion effectuée par un kamikaze qui avait étudié à Kharkov. Il n'est pas exclu qu'ils aient été utilisés dans les attaques terroristes perpétrées en Europe. Nos services de renseignement enregistrent de plus en plus de ventes d'armes de la zone de l'OAT, par les officiels militaires ukrainiens corrompus, à des terroristes en Syrie et Irak.

D'où vient le financement des terroristes? Tout cela ne peut que susciter des inquiétudes. Pour cette raison, nous demandons instamment à la communauté internationale tout entière de prêter attention à la véritable origine du terrorisme au cœur de l'Europe. Pendant que les pays européens aident Kiev à combattre son propre peuple qui s'est révolté contre la junte, les autorités ukrainiennes contrôlées par des conseillers de Washington se préparent à envoyer des gangs pour allumer un nouveau foyer de crise dans l'Union Européenne ," a annoncé Bassourine.

Commandant en second Edouard Bassourine, traduction officielle depuis l'anglais par Úlfdís Haraldsdóttir

Agence DONi News

Lire la suite

La presse de l’Ouest affame de vérité sur la Syrie.

14 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La Russie, #La nation ., #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #L'OTAN.

La presse de l’Ouest affame de vérité sur la Syrie.
 

La presse occidentale raconte à nouveau des mensonges éhontés et des demi-vérités sur la famine dans les villes syriennes libérées du blocus. De fausses images d’enfants émaciés sont aussi publiées pour appuyer leurs  racontars frauduleux.

Prenez l’image de la petite fille sous-alimentée que la BBC et le journal britannique Independent ont affirmé être de la ville syrienne de Madaya. Il s’avère que la fillette vient du Sud Liban. Son nom est Marianna Mazeh. La photo largement publiée cette semaine par la presse de l’Ouest date de trois ans. Néanmoins, les mêmes médias racontent qu’elle est l’une des habitantes de la ville syrienne de Madaya qui, selon les mêmes menteurs, aurait été assiégée par les forces gouvernementales du Président Bachar el-Assad.

Il s’avère aussi que la famille de Marianna est furieuse que son image triste soit mise en circulation à des fins de propagande. « Je vis à Tayr Filsey [Sud Liban], pas à Madaya, et je suis très bien, » a dit la petite fille à l’agence de presse Al Manar. Elle est maintenant âgée de sept ans et s’est apparemment complètement remise de son ancien état maladif. La raison de sa maladie passée n’est pas claire.

Un tout-petit est soutenu devant la caméra dans cette image d’une vidéo dite tournée à Madaya le 5 janvier 2016

Un tout-petit est soutenu devant la caméra dans cette image d’une vidéo dite tournée à Madaya le 5 janvier 2016

Mais ce qui est clair, c’est que les médias occidentaux ont été pris – une fois encore – à falsifier la réalité sur les villes syriennes prises à présent libérées.

La chaîne publique britannique BBC nous dit qu’il y a jusqu’à 400 000 personnes détenues dans quelques 15 villes assiégées en Syrie. La BBC et les autres médias occidentaux disent que ces endroits « sont tenus par les rebelles » et, par un procédé purement mensonger ou des demi-vérités, ils en déduisent qu’ils sont assiégés par l’armée syrienne aidée par les miliciens du Hezbollah et les forces aériennes russes.

Parfois, comme le New York Times l’a rapporté cette semaine, les médias occidentaux laissent échapper que « des gens tentant de fuir » les villes occupées sont abattus. Ils se font tirer dessus – par les soi-disant rebelles qui gardent les habitants en otages, mais le New York Times a omis ce fait.

La demi-vérité que les médias occidentaux omettent, c’est que de nombreuses villes syriennes ont été, et sont encore, envahies par des milices de mercenaires soutenues depuis l’étranger. Ce sont des terroristes, pas des « rebelles », appartenant à des groupes comme le soi-disant État islamique, le Front al Nusra et Jaish al-Islam. Tous adhèrent à une version tordue, corrompue de l’Islam, qui décrète que tout opposant peut être décapité ou que ses enfants peuvent être violés.

Selon les médias occidentaux, les forces du « régime syrien » ont bloqué des villes et se servent de la famine comme arme contre les habitants. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Les populations ont été prises en otage par des groupes terroristes et servent de « boucliers humains » pour empêcher l’armée syrienne d’avancer afin de libérer ceux qui sont détenus contre leur volonté.

Cette semaine, les villes assiégées signalées dans les actualités sont Madaya, près de la capitale Damas, ainsi que les régions au nord de Kefraya et Foua. Mais la même situation de siège, et de libération éventuelle, s’est répétée auparavant dans bien d’autres villes et villages, comme Zabadani, Kessab, Adra, Homs et Maloula.

Dans tous les cas, les habitants ont accueilli l’armée syrienne à bras ouverts, comme des « libérateurs » – reconnaissants d’avoir été libérés du cauchemar de la captivité sous des mercenaires soutenus de l’étranger. Leur état d’inanition et de maltraitance générale n’est pas dû au prétendu blocus des forces étatiques syriennes, comme le racontent les médias occidentaux, mais est plutôt la conséquence directe d’avoir été enlevés en masse par les mercenaires.

Le Dr Declan Hayes, militant d’Irish peace, nous a dit avoir été témoin en 2014 de la libération de Maloula, près de la frontière du Liban. Il nous a raconté :

C’était le dimanche de Pâques, le 24 avril, quand nous entrâmes dans la ville avec les forces de l’armée syrienne. Elle avait été prise par des mercenaires depuis plusieurs mois. Nous avons été accueillis par les acclamations des enfants, des jeunes et des vieux chrétiens et musulmans agitant des drapeaux. L’atmosphère était euphorique.

Vous auriez dû voir les destructions à Maloula pour le croire. Tout avait été détruit par les occupants mercenaires. Les gens étaient encore en état de choc des brutalités endurées. Décapitations, fusillades, enlèvements, viols. Les soi-disant djihadistes avaient couvert les murs de graffitis qui disaient : « Couper les têtes de nos ennemis nous rapproche de Dieu. »

Ce sont ces mêmes mercenaires que les régimes occidentaux et leur presse qualifient de « rebelles ». Comme le siège de Madaya et d’autres villes a été levé cette semaine, les médias occidentaux ont pondu une fable disant que Maloula avait été aussi assiégée par l’armée syrienne.

La raison pour laquelle l’Ouest parle de « rebelles », et surtout pas de « terroristes », réside bien sûr dans le fait que les terroristes sont pris en charge par les régimes occidentaux et leurs alliés régionaux, Saoudie, Qatar et Turquie. Des demi-vérités sont inventées parce que la vérité révèle de façon atterrante la réalité, la nature criminelle des régimes occidentaux sponsorisant leur guerre secrète en Syrie pour leur magouille illicite visant à renverser l’administration Assad.

Le Dr Hayes dit que les villes et les communautés syriennes ont été plongées méthodiquement dans une folie clinique. Le but étant de détruire le riche tissu pluraliste de la société et la culture syrienne. Il explique :

Maloula est l’un des premiers lieux chrétiens du monde. Les gens y parlent l’araméen datant de l’époque de Jésus. Mais la communauté comprend aussi des Musulmans, sunnites, chiites, alaouites, druzes, et des gens d’autres religions. Ils ont vécu ensemble en paix pendant des siècles. Maloula est l’incarnation de la plus tolérante société syrienne. Elle coexiste pacifiquement dans le pluralisme.

Depuis que le conflit a éclaté en mars 2011, ce que les mercenaires soutenus de l’étranger ont essayé de faire, c’est de détruire la mosaïque de la société syrienne en brutalisant les communautés et en tentant de faire pénétrer des schismes sectaires.

Hayes estime que les hordes de mercenaires qui se déchaînent en Syrie depuis les cinq dernières années, sont dirigés par l’intelligence militaire de l’Ouest, CIA étasunienne et MI6 britannique, avec le renseignement turc. « Le commandement et le contrôle de ces terroristes se trouve en dehors de la Syrie. Les terroristes suivent un plan démoniaque, mais délibéré, visant à détruire la société. »

La presse de l’Ouest est l’arme propagandiste de l’agression terroriste parrainée par des États contre la Syrie. Une tempête démolissant tout a été déchaînée à l’intérieur du pays pour le transformer en État raté, comme tant d’autres pays où les puissances occidentales ont interféré illégalement « pour apporter la démocratie ».

Fin septembre 2015, l’intervention militaire russe à tiré la Syrie du bord du gouffre. Ce sont les forces aériennes russes, ainsi que les forces terrestres de l’armée syrienne, du Hezbollah et de l’Iran, qui contraignent maintenant les terroristes à capituler. D’où la fin rapide de tant de sièges.

Tissant toujours plus de mensonges, les médias occidentaux tentent à présent de dire à leur public que le « malveillant régime Assad » change (inexplicablement) d’avis et autorise les convois d’aide pour les populations touchées par la famine.

La vérité est que les Syriens sont tenus captifs par les terroristes mis en scène par l’Ouest.

Un siège d’un autre genre est aussi forcé sur l’esprit du public occidental par la presse occidentale ; il consiste à l’affamer de vérité.

Sputnik International, Finian Cunningham

Original : sputniknews.com/columnists/20160111/1032965548/west-syria-media-misinformation.html
Traduction Petrus Lombard

Lire la suite

Rapport de situation de la RPD du 12 janvier 2016. L'Etat Islamique s'installe en Ukraine pour combattre dans le Donbass.

13 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La France, #La Russie, #Europe supranationale, #Economie, #le nazisme, #Terrorisme, #Daesch, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #ISIL

Criminels enragés, rafles dans la zone tampon, inspections et maladies chez les FAU - Rapport de situation de la RPD du 12 janvier 2016

"La situation sur la ligne de contact n'a pas changé durant les dernières 24 heures. En violation des accords de Minsk, l'ennemi a tiré quatre fois sur le territoire de la République," a rapporté mardi le commandant en second de l'armée de Donetsk Edouard Bassourine, en soulignant "la préparation par le pouvoir ukrainien de provocations contre les civils" et "les maladies qui se répandent parmi les militaires ukrainiens sur le terrain." "Dans les localités de la "zone tampon" occupées par les FAU, nous avons enregistré des rafles de la population locale qui s'oppose à la puissance occupante", pendant que "des criminels enragés mènent des attaques récurrents contre les positions de la RPD," a indiqué Bassourine.

"Les localités de Kominternovo, Zheleznaya Balka, et Spartak ont été bombardées. Au total, plus de 22 obus d'un calibre de 82 mm ont été tirés sur le territoire de la République, et plus de sept tirs ont été effectués depuis des véhicules de combat d'infanterie et des lance-roquettes antichars.

Les services de renseignement de la République populaire de Donetsk continuent d'enregistrer le redéploiement et la concentration de l'équipement militaire et des soldats ennemis sur la ligne de contact:
- À Dzerzhinsk – à 5 km de la ligne de contact – la présence de la batterie d'artillerie automotrice de la 26e brigade d'artillerie a été enregistrée (deux systèmes d'artillerie automoteurs "Peon" de 152 mm, et quatre systèmes d'artillerie automoteurs "Ghiatsint" de 152 mm);
- À Novoselovka Second – à 8 km de la ligne de contact – deux systèmes d'artillerie automoteurs et jusqu'à 150 soldats ont été enregistrés;
- À Pavlopol (zone tampon) – trois chars d'assaut, quatre véhicules de combat d'infanterie, deux véhicules de transport blindés et huit véhicules avec des munitions et du personnel ont été enregistrés;
- À Artemovsk – l'unité d'artillerie de la 30e brigade mécanisée a été déployée.

Ces faits révèlent la préparation des instances officielles ukrainiennes pour aggraver la situation dans le Donbass, en violation de tous les accords du "Format Normandie".

En outre, nos services de renseignement ont enregistré les faits suivants:

Dans huit localités de la "zone tampon" occupées par les FAU, nous avons enregistré des rafles de la population locale qui s'oppose à la puissance occupante. Les rafles sont menées par les représentants du Service de Sécurité Ukrainien (SSU) avec l'aide d'unités de la 36e brigade d'infanterie navale, en raison de la grande quantité d'informations qui fuite de ces zones. En particulier, concernant la concentration d'armes interdites et de soldats dans la soit-disant "zone grise", et la préparation par le pouvoir ukrainien de provocations contre les civils.

Dans la zone de l'opération anti-terroriste, près de la localité de Lebedinskoe, des désaccords émergeant entre les unités régulières des forces armées ukrainiennes et le corps de volontaires ukrainien "Secteur Droit" menant à des affrontement avec utilisation d'armes à feu ont été enregistrés. Le personnel militaire de la 36e brigade d'infanterie navale a expulsé de la localité les nationalistes radicaux, qui contrôlent maintenant tous les transports de fret.

Le 17 janvier 2016 une rotation du personnel de la 57e brigade d'infanterie motorisée est soi-disant planifiée. En raison du vol massif de biens militaires dans la 57e brigade d'infanterie motorisée, avant la rotation du personnel militaire, des inspections sont menées dans les unités afin d'évaluer les dommages causés par les vols. Parmi d'autres, sont exposés aux inspections les moyens de communication, armes et munitions, dont une partie a été vendue via différents canaux aux unités des forces armées de la RPD.

La 26e brigade d'artillerie a subi le même genre de vérification. À cause des nombreux vols, le personnel du SSU vérifie les stocks d'armes et les entrepôts de munitions.

D'après le personnel médical des unités des FAU, des maladies se répandent parmi le personnel militaire ukrainien sur le terrain. Les médecins ont enregistré un virus inconnu qui provoque chez la personne infectée une forte fièvre qui ne peut être réduite par aucun médicament, et qui en deux jours, mène à l'issue fatale. Jusqu'ici ce virus a tué plus de 20 soldats, ce qui est soigneusement protégé de toute publicité par le commandement des FAU.

L'utilisation par les forces armées ukrainiennes de groupes terroristes formés de combattants qui étaient directement impliqués dans les opérations militaires en Irak, Afghanistan et Syrie a été confirmée. La partie des criminels, qui avaient participé auparavant aux groupes terroristes présents en République de Tchétchénie ont été amnistiés par les dirigeants ukrainiens et nommés commandants d'unités sous la direction de l'état-major des FAU. Maintenant, ces criminels enragés sont près de la localité de Shirokino et mènent des attaques récurrentes contre nos positions.

Sur cette base seront créés des gangs qui seront impliqués dans l'organisation d'attaques terroristes contre la RPD. Mais ensuite, comme cela est déjà arrivé, ils élargiront leurs activités à la déstabilisation de la situation en Ukraine, puis aux autres pays en Europe de l'Est. Autrement dit, l'Ukraine va devenir une nouvelle plate-forme d'expansion pour les groupes terroristes sous l'influence de l’État Islamique," a annoncé Bassourine.

Commandant en second Edouard Bassourine, traduction officielle depuis l'anglais par Úlfdís Haraldsdóttir

Agence DONi News

Lire la suite

Syrie : Qui affame vraiment la population de Madaya ? (MàJ)

12 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La France, #La nation ., #La République, #La Russie, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Terrorisme, #Daesch

lundi 11 janvier 2016

Syrie : Qui affame vraiment la population de Madaya ? (MàJ)

 
 
 
Sa photo a servi pour plusieurs faux articles, tantôt présentée comme une jeune syrienne en Jordanie, tantôt comme une palestinienne bloquée à Madaya
 
Photo de Marianna en 2014
Marianna Aujourd'hui
Parmi les multiples photos diffusées sur les réseaux sociaux sensées prouver la prétendue famine  de Madaya, ville de 40.000 habitant occupée par la rebellion dite "modérée" située à 30 km de Damas près de la frontière libanaise, les médias relayant la propagande anti-Bachar faisaient récemment circuler un fake ignoble pour faire croire que cette petite fille prétendument palestinienne, dont la photo de 2014 avait été très diffusée et faussement présentée comme celle d'une réfugiée syrienne prise en Jordanie, était en train de mourir de faim à Madaya. En réalité, si elle a effectivement bien grandi, elle va bien et se trouve au Sud Liban (elle est en fait libanaise*), région sous la protection des "méchants" alliés du pouvoir syrien, le Hezbollah...
 
 Ses parents ont fait publier une vidéo (voir ci-dessous) pour démentir les rumeurs et montrer que leur petite fille n'a rien à voir dans tout ça...

Vidéo où Marianna dément elle-même etre une victime de la "famine de Madaya"

 
 
Quelques-uns des montages de propagande sur la soit-disant famine de Madaya. (cliquez sur l'image pour l’agrandir)
 
En Réalité,
Les camions d'aide humanitaire du gouvernement syrien, du Croissant Rouge et de l'ONU sont entrés dans la localité de Madaya. Le problème va être de veiller à ce que l'aide atteigne bien la population et ne soit pas détournée par les "rebelles modérés" pour etre revendue à prix d'or aux pauvres civils comme ils l'ont fait avec les convois d'aide précédents du gouvernement de Damas et dont témoignent les habitants de la ville dans la vidéo ci-dessous :

(activer les Sous-titres en français en bas à droite de la vidéo)

Mise A Jour (12.01) :

Les premiers camions d’aide humanitaire sont arrivés dans la ville syrienne assiégée de Madaya. Mais il n’est pas dit que les civils puissent en profiter car les 600 rebelles réfugiés dans la ville pourraient bien faire main basse sur la nourriture. (VOST FR)

Reportage de RT en anglais sur l'arrivée des secours + Débunkage des fakes publiés par la rébellion sur les "affamés de Madaya" (en réalité, affamés par les rebelles)

Publié par Bertrand Riviere

http://gaideclin.blogspot.fr/2016/01/syrie-qui-affame-vraiment-la-population.html

Lire la suite

France. Livre américain : « Un AUTRE Attentat sous faux drapeau ». Par Hannibal GENSERIC. Le samedi 9 janvier 2016

12 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #Politique étrangère, #Politique intérieure, #Terrorisme, #Daesch, #L'OTAN., #AMERIQUE

France. Livre américain : « Un AUTRE Attentat sous faux drapeau ». Par Hannibal GENSERIC. Le samedi 9 janvier 2016

par Hannibal GENSERIC (son site)
samedi 9 janvier 2016

En ce premier anniversaire des attentats de Charlie Hebdo, un nouveau livre terrible vient d’être publié aux États-Unis sur les dernières grandes affaires sous faux drapeaux ... Avec l'aide de 26 grands analystes alternatifs et celle des deux plus grands artistes politiques américains, David Dees et Anthony Freda">.

 

 
Achetez ce livre dès que vous le pouvez, car il est impossible de dire quand il pourrait être interdit, comme cela est arrivé à « Nobody Died at Sandy Hook  ».
Merci de nous aider répandre la vérité !
 
Par Kevin Barrett 7 janvier 2016

 
Voici la description du contenu du livre.
 
Est-ce que les "attaques terroristes" de Paris et de San Bernardino étaient des opérations sous faux pavillon ? La plupart des 27 contributeurs de ce livre disent « oui ». Bien que le gouvernement, les spécialistes académiques et les médias traditionnels ont peur d'examiner sérieusement les éléments de preuve, ces 27 grands intellectuels publics - y compris d'anciens responsables gouvernementaux de haut niveau, professeurs et journalistes - expliquent sans crainte, comment et pourquoi nos propres gouvernements massacrent des gens et organisent d’horribles événements terroristes faussement imputé aux pigeons classiques, les " musulmans radicaux ".
 
 Depuis l’ "Opération Gladio » du Pentagone, qui fut un programme de l'armée américaine, et qui a orchestré la quasi-totalité des "attaques terroristes" durant la guerre froide, jusqu’à l’ère post 11/9, d'abondantes preuves indiquent que la plupart des actes terroristes ont été créés par les gouvernements et faussement imputés à leurs ennemis. Le motif : Limiter les libertés fondamentales, promouvoir le leadership autoritaire, et préparer le public à la guerre.
Dans ce livre, les anciens officiers du contre-terrorisme de la CIA (Philip Giraldi et Robert David Steele), l’ancien conseiller économique en chef du président Reagan (Paul Craig Roberts), et deux douzaines d'autres éminents analystes, examinent en détail les histoires officielles de ce qui est arrivé à Paris le 13/11/15 et à San Bernardino le 02/12/15.
 
ʺANOTHER French False Flagʺ examine également des questions telles que :
* Comment savons-nous qu’un événement est un faux pavillon ?
* Qu’est l’« État profond » et comment est-il impliqué dans les attaques sous fausse bannière ?
* Qui est vraiment derrière ISIS/Daech ?
* Comment les fusillades à Paris et de San Bernardino s’ajustent dans l'histoire du terrorisme sous faux drapeau, de l'affaire Lavon à celle du golfe du Tonkin, de l'attaque de l'USS Liberty aux Opérations Northwoods et Gladio, jusqu’à la série d’actes « terroristes islamistes » lancées à partir du 11/09/2001 ?
 
* Y a-t-il une connexion sioniste ?
* Ces événements font-ils partie d'un programme du Nouvel Ordre Mondial ?
 
Ce livre a été publié au premier anniversaire de l’attentat de Charlie Hebdo. Il vient après le livre ʺ We Are NOT Charlie Hebdoʺ [Nous ne sommes pas Charlie Hebdo]. Des Libres Penseurs questionnent ce 11/9 français. Le chercheur David Ray Griffin, le professeur de droit international Richard Falk, et l'ancien ministre canadien de la Défense, Paul Hellyer, entre autres sommités, donnent aussi leur point de vue.
 
ʺANOTHER French False Flagʺ, et ʺWe Are NOT Charlie Hebdoʺ sont les pionniers d'un nouveau genre. CE sont des projets de "Renseignement Open-Source » qui exposent les grandes faux drapeaux peu de temps après qu'ils se soient produits. Pourquoi est-ce nécessaire ? Normalement, les faux drapeaux sont conçus de telle sorte que l'histoire officielle est martelée profondément dans l'esprit du public, dans la foulée immédiate de l'événement, quand les gens sont dans un état de choc et sensibles à l'hypnose de masse. Si les critiques attendent trop longtemps pour exprimer un point de vue sceptique, cela va tomber dans l'oreille d'un sourd et cela aura peu d’effet. Donc, si nous voulons gagner la « guerre de l'information" en diffusant la vérité, nous devons réagir aussi rapidement que possible. C’est ce que font ces livres.
 
"ANOTHER French False Flag" est un monument dédié à la liberté d'expression dans un moment de lâcheté et de censure (en particulier l'auto-censure). Son rédacteur et éditeur, Kevin Barrett, avait été chassé de l'Université du Wisconsin par des politiciens républicains pour s’être interrogé sur le 11/9. Il a été attaqué indirectement par le président français François Hollande dans des tirades sur la théorie-anti-complot, et a été désigné comme l'un des cinq plus dangereux "intellectuels conspirationnistes " dans le monde par le think tank de Hollande, l'Institut Jean Jaurès.
Cela n'a pas empêché Barrett de voler à plusieurs reprises vers Paris pour donner des entrevues (en français) et de participer à des conférences dans lesquelles il démontre aux Français que c’est le gouvernement de Hollande et ses alliés étrangers "et NON PAS des musulmans radicauxʺ qui les ont massacrés en masse dans les rues, les bureaux, les stades, les cafés et les boîtes de nuit.
Comme un défi aux censeurs, Barrett a choisi d'inclure un très large éventail de perspectives dans ce livre. La plupart des lecteurs y trouveront peut-être quelque chose de difficile, de désagréable, peut-être même d’offensant. Et c’est ce qui arrive lorsque c’est la liberté d'expression qui est la chose la plus importante. Comme disait Voltaire « Je désapprouve ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire. »ʺANOTHER French False Flagʺ et son prédécesseur ʺWe Are NOT Charlie Hebdoʺ sont les livres les plus importants du mouvement pour la vérité depuis la période 2002 - 2005, et les travaux séminaux de Thierry Meyssan, Nafeez Ahmed, David Ray Griffin, et Webster Tarpley. Comme le dit l'ancien ministre canadien de la Défense, Paul Hellyer, « Les gouvernements occidentaux d'aujourd'hui et les médias traditionnels ne sont pas dignes de confiance. Si vous voulez la vérité, vous devez lire des livres comme celui-ci ".
Ce livre contient des essais de Paul Craig Roberts, Alain Soral, Philip Giraldi, Stephen Lendman, Robert David Steele, Gilad Atzmon, Ken O'Keefe, James Petras, AK Dewdney, Imran Hosein, Zaid Hamid, Mujahid Kamran, Gearóid O Colmáin, James Tracy, Rasheed al-Hajj, Catherine Shakdam, Patrick Henningsen, Anthony Hall, Ajamu Baraka, Henry Makow, Nick Kollerstrom, Ole Dammegard, Eric Walberg, James Fetzer, Barry Kissin, Brandon Martinez, l'ayatollah Seyyed Ali Khamenei ; édité et introduit par Kevin Barrett, avec une couverture par des artistes politiques de renom David Dees et Anthony Freda

Les attentats sous faux drapeau ont toujours servi l'extrême droite

L'objectif recherché par Hollande et Valls ne semble pas atteint : le parti "socialiste" a perdu les élections régionales, gagnées en réalité, et malgré les fausses analyses, par le FN. Celui-ci compte désormais 27% de voix. En particulier, la fonction publique, qui était le terreau des voix socialistes, bascule vers l'extrême droite, et, dans la fonction publique, les plus à droite sont les militaires et les policiers.
 

C'est ce que révèle une étude du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, qui relève que 51,5% d'entre eux ont déposé un bulletin Front national dans l'urne en 2015, contre 30% en 2012. « L'implantation du Front national (FN) au sein des trois fonctions publiques [de l'Etat, territoriale, hospitalière] s'est confirmée de manière impressionnante lors du premier tour des élections régionales de 2015 », détaille l'étude, qui explique que le Front national est devenu « l'un des trois partis préférés des fonctionnaires », un milieu qui lui était traditionnellement hostile.
D'après le @CEVIPOF, le vote FN dans la police et l'armée atteint désormais 51,5%, une progression de 70% en 3 ans
 

 

Lire la suite

Cologne à une longueur de bras de la culture européenne. Par Karine Bechet-Golovko.

12 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #l'Allemagne, #L'Italie., #l'immigration, #Terrorisme, #Daesch, #La guerre, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013

lundi 11 janvier 2016

Cologne à une longueur de bras de la culture européenne

 
Permalien de l'image intégrée
 
Les agressions massives de femmes au Nouvel An en Allemagne par des immigrés met la société bien pensante en difficulté. Comment une victime peut-elle être un agresseur? Pourquoi la police n'a-t-elle pu intervenir avec efficacité? Pourquoi les féministes de gauche se distencient-elles des victimes?
 

 
Les migrants "nouvelle génération" semblent décidément ne suivre aucune règle sociale. Ils passent les frontières en force et brisent la possibilité des Etats à défendre et contrôler leur territoire. Comme nous l'avions alors écrit, plus que des migrants, ce sont des soldats. Et ces mouvements organisés, par hordes comme lâchées contre la civilisation européenne, contre l'Etat et ses symboles, viennent de se reconstituer à l'occasion du Nouvel An. En Allemagne et pas seulement. Des groupes de migrants, à Cologne et dans d'autres villes d'Allemagne, agressent des jeunes femmes. En masse.
 
Des attouchements très prononcés, des viols et des vols. Beaucoup d'attouchements. Plus de 500 plaintes déposées rien qu'à Cologne. Une telle masse d'agressions pousse le ministre de la justice allemand à affirmer que ça ne peut être qu'organisé et planifié. Tant de jeunes femmes terrorisées, qui ont perdu confiance en la capacité de la police de les protéger.
 
Mais si cela est organisé, par qui alors? Ils se sont organisés tout seul? En même temps dans plusieurs villes d'Allemagne et dans d'autres pays comme en Finlande? Tous seuls, ils auraient tout organisé avec internet dans les lieux d'hébergement? Mais ils sont très doués! Ou bien ils ont été aidé. Et ce qui est étonnant est que si le caractère organisé est reconnu, tout s'arrête là. Organisé par qui? Par ceux-là mêmes qui formaient aux passages musclés de frontières? 
 
Car autrement, ce n'est pas logique. Vous avez là des gens qui font des milliers de kilomètres pour venir en Europe, en Allemagne. Ils y sont et la première chose qu'ils font, c'est terroriser en masse des femmes? Non ce n'est pas logique. Ce n'est pas logique s'ils sont réellement des demandeurs d'asile. S'il s'agit réellement de victimes. Mais il ne suffit pas de venir d'un pays pauvre, d'un pays en guerre pour être une victime. 
 
Et d'ailleurs, les féministes ne savent pas toujours très bien comment réagir. Car ce sont "nos" réfugiés qui ont fait ça. Même si les médias répètent en boucle qu'il ne faut pas faire d'amalgame, il n'y a pas d'amalgame. Ce sont des réfugiés qui ont fait ça. S'is n'avaient pas été là, ces femmes, près d'un millier dans toute l'Allemagne, n'auraient pas été victimes d'agression. Et il n'y a aucune circonstance atténuante à être demandeur d'asile. Une agression reste une agression. Il n'y a pas d'amalgame. C'est la première fois que l'Allemagne se trouve confrontée à des agressions en masse, planifiées. Il n'y a pas d'amalgame.
 
"Imaginons un instant que l’inverse se soit produit à Cologne. Le soir du 31 décembre, des hordes d’Allemands « de souche » se promènent dans les rues des villes et encerclent des femmes voilées, migrantes, réfugiées, et les harcèlent, les agressent, les tripotent et dans certains cas les violent. Imaginons que 516 plaintes soient déposées à la police, que 32 Allemands "de souche" soient arrêtés. Qu’auraient dit les féministes et notre gauche québécoises  ? (...) La gauche féministe se trouve bien mal en point face à ce qui est arrivé à Cologne. Comment dénoncer haut et fort des agressions commises par des migrants sans passer pour racistes ou xénophobes ?"
 
Mais les féministes de gauche ne peuvent pas le reconnaître. Et elles préfèrent manifestement oublier les victimes pour fermer les yeux sur les bourreaux. La présidente d'Osons le féminisme qui refuse de condamner les viols de Cologne pour ne pas faire d'amalgame entre les gentils et les méchants ... violeurs. Elle oublie juste du coup de condamner les violeurs. A force de distinction. Elle devrait oser d'être une femme.
 
Ce discours dégoulinant d'absurdité bien pensante on le retrouve chez la maire de Cologne, qui se met à plus d'une longueur de bras de tout bon sens:
 
« Et bien, il y a toujours la possibilité de garder une certaine distance, qui est plus grande que la longueur d’un bras. Il faut éviter par soi-même d’être trop près des personnes en qui on n’a pas vraiment confiance.
Mais il existe d’autres possibilités, comme se déplacer en groupe ou ne pas se séparer, ou encore de pas se laisser emporter par la fête et décider de suivre telle ou telle autre personne, mais de rester avec la troupe avec laquelle on est parti au départ. »
C'est bien connu, une femme qui se fait violer, le veut bien, au minimum le provoque.  Alors gardez vos distances et déplacez-vous en groupe. Sinon, vous l'avez bien cherché. Face à des groupes d'une vingtaine de jeunes hommes en pleine force de l'âge.

Si c'est organisé, ça l'est par qui? On en revient toujours à cette question. Qui obstinément ne veut pas trouver de réponse. Car il ne faut pas faire d'amalgame. Il faut rester à une longueur de bras de toute réponse logique. Et pendant ce temps, la ministre française de la culture, applaudie ce qui se présente comme de l'art: pas la France aux français, les françaises aux africains.



Décidément, ces vagues d'immigrés font tomber bien des masques.
 
 
Lire la suite

Le ministre de la Justice allemand dénonce la planification des viols par des immigrés

12 Janvier 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #l'Allemagne, #Europe supranationale, #L'Italie., #l'immigration, #Terrorisme, #Daesch, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La Turquie

Le ministre de la Justice allemand dénonce la planification des viols par des immigrés

 
+

Commentant les violences du Nouvel an, le ministre fédéral allemand de la Justice et de la Protection du consommateur, Heiko Maas, a déclaré : « Quand une telle horde se rassemble pour enfreindre la loi, cela paraît sous une forme ou une autre planifié. Personne ne peut m’expliquer que cela n’a pas été coordonné ou préparé ».

Durant la nuit de la saint Sylvestre, des groupes d’hommes étrangers ont attaqué et violé des femmes à Cologne, Bielefeld, Stuttgart et Hambourg. Les faits les plus importants ont été enregistrés à Cologne, mettant en cause 1 000 à 2 000 agresseurs, plus de 500 plaintes y ont été déposées dont près de la moitié pour agression sexuelle.

Heiko Maas est une personnalité très à gauche. Membre du SPD, il débuta en politique sous le mentorat d’Oskar Lafontaine. Il est le premier à évoquer une organisation derrière ces crimes, alors que la presse accuse des immigrés illégaux et des demandeurs d’asile d’avoir perpétré ces violences.

De son côté, le ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, Gerd Müller, a ajouté à la confusion en déclarant : « Seulement 10 % des réfugiés en provenance de Syrie et de l’Irak ont atteint l’Europe jusqu’à présent, et 8 à 10 millions d’entre eux sont encore sur le chemin », des chiffres qui supposent que tous les réfugiés de Syrie et d’Irak souhaiteraient venir en Europe.

Gerd Müller est une personnalité de la CSU chargée au sein du gouvernement de coalition de la gestion de la crise migratoire. Il a co-présidé les réunions internationales sur les réfugiés de Syrie et d’Irak. Il avait alors mis en cause la responsabilité du Qatar dans le soutien aux organisations terroristes.

Enfin, lors d’une conférence de presse à Bratislava, le 7 janvier 2016, le Premier ministre slovaque, Robert Fico, s’est à nouveau opposé à la politique des quotas de l’Union européenne contre laquelle il a saisi la Cour de justice de l’UE. Établissant un lien entre « l’arrivée massive de migrants, les attentats de Paris et les événements récents en Allemagne », il a déclaré : « Les quotas temporaires ne prévoient que 2 000 réfugiés [en Slovaquie], mais selon le système de quota permanent, on pourrait parler de 50 000 réfugiés. Cela créerait automatiquement une communauté dense, avec tous les risques que nous avons vu dans différents pays ».

Robert Fico est une personnalité de gauche qui a fait alliance avec des nationalistes anti-magyars, ce qui lui a valu d’être suspendu du Parti socialiste européen.

Depuis plusieurs semaines, les Européens réalisent que, parmi les Syriens et les Irakiens qui affluent sur leur sol, se sont infiltrés des mercenaires qui fuient les bombardements de l’armée russe.

Réseau Voltaire

 

Lire la suite