Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #economie tag

Lire la suite

EXPRESSBUSINESS résume clairement l'analyse que les "croisés de l'Europe" font de la situation nouvelle issue de l'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, confirmant ainsi le jugement émis par "canempechepasnicolas"

7 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La nation ., #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Economie, #Les transnationales, #La lutte des classes, #Le fascisme, #l'horreur économique

Senior aide to the President, Kellyanne Conway (bottom left), Trump advisor Steve Bannon (bottom center) and others leave with British Prime Minister Theresa May (top left) and US President Donald Trump (top right) after a press conference at the White House January 27, 2017 in Washington, DC. / AFP PHOTO / Brendan Smialowski

Express
Business

Deux semaines à peine après l’inauguration du nouveau président américain, Donald Trump, les relations entre l’UE et les États-Unis semblent entrer dans une nouvelle ère.

« Les défis auxquels l’UE est actuellement confrontée sont les plus dangereux depuis la signature du Traité de Rome il y a 60 ans. Aujourd’hui, nous devons gérer des menaces inédites, en tout cas, qui n’avaient jamais été  d’une telle importance. (…) Une Chine qui s’affirme de plus en plus, la politique agressive de la Russie à l’égard de l’Ukraine et de ses voisins, les guerres, le terrorisme et l’anarchie au Moyen-Orient et en Afrique, avec l’islam radical jouant un rôle destructeur, de même que les déclarations inquiétantes de la nouvelle administration américaine font que notre avenir apparaît hautement incertain », déclaré le président du Conseil de l’UE Donald Tusk vendredi dernier, lors du sommet de Malte. Il s’est inquiété de la montée de l’euroscepticisme et a averti contre le danger accru de dislocation du bloc :

« Il faut souligner de la façon la plus claire qui soit que la désintégration de l’Union Européenne ne mènera pas à la restauration d’une souveraineté totale, mythique de ses Etats-membres, mais à leur dépendance réelle et factuelle aux grandes superpuissances : les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Ce n’est qu’ensemble que nous pourront être totalement indépendants ».

Dans le journal économique français Les Echos, l’éditorialiste Eric Le Boucher lui donne raison. Il souligne que l’Occident  a besoin de toute urgence de développer des ressources pour rivaliser avec les Etats-Unis, maintenant Trump a indiqué qu’il avait mis l’UE dans sa ligne de mire :

« Donald Trump est le premier président à ne pas raisonner comme un chef d’Etat, il pense comme le chef d’entreprise qu’il était et qu’il reste. Dans son « America First », tous les autres pays sont des concurrents qu’il convient de battre, à commencer par les deux plus gros, la Chine et l’Europe. […]

L’Europe n’a plus d’amis, elle fait face à des empires, des puissances « nationalistes », qui sont d’une nature opposée à la sienne. Le combat est d’une ampleur nouvelle car existentielle : quel genre d’animaux vont survivre au XXIe siècle ?

Pour Le Boucher, malgré l’incertitude liée aux élections à venir cette année en Allemagne, en France et aux Pays-Bas, l’Europe devrait se doter d’urgence d’instances et d’institutions pour se défendre, mais aussi renforcer sa cohésion. Il rappelle que les ennemis du bloc ne sont pas qu’externes :

« Aux ennemis extérieurs s’ajoute la foule des ennemis intérieurs qui geignent des efforts et nous parlent d’une mauvaise Europe puisqu’elle impose trop de normes sur les fromages. Trump, Xi et Poutine rient beaucoup de nous voir sortir de l’Histoire. »

"canempechepasnicolas"

voit ainsi confirmée l'analyse faite par lui de la situation créée par l'élection de Donald Trump...

POUR LIRE CELLE-CI

CLIQUEZ CI-DESSOUS

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/ 2017/02/l-election-de-donald-trump-a-la-presidence-des-etats-unis-provoque-un-bouleversement-majeur-dans-l-ordre-du-monde.html

Lire la suite

Sauver Alstom ...du moins jusqu’aux élections.

7 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Economie, #l'horreur économique

Sauver Alstom ...du moins jusqu’aux élections.

logo

Lorsque le groupe Alstom avait annoncé la fermeture de l’usine historique de Belfort, trop coûteuse, un gigantesque bouclier politique s’était levé contre cette possibilité. A quelques mois des élections impossible pour le gouvernement de permettre la fermeture du site, le quinquennat de Hollande ayant déjà été marqué par l’échec de Florange. Un plan de sauvetage a donc été imaginé.

Simple, ce plan semble toutefois être irréalisable.

Une commande de L’État déjà critiquée

Dès que le plan avait été rendu public, la commande passée par l’État à Alstom avait été vivement critiquée. Le gouvernement voulait acheter 15 rames TGV duplex pour les faire rouler sur la ligne intercité Marseille-Bordeaux, ligne qui devrait devenir, à terme, une ligne LGV. Mais entre temps les rames auraient roulé bien en dessous de leur vitesse maximale, les lignes classiques ne permettant pas de rouler au-dessus de 200 km/h alors que les TGV dépassent les 300 km/h en vitesse de pointe.

L’État aurait donc procédé à un achat cher et inutile. Ou pas. Car selon les services de Bercy, l’achat tel qu’il a été prévu n’est pas faisable. La lettre spécialisée "Mobilettre" et Les Echos ont pu consulter ce document de Bercy daté du 2 décembre 2016. Il y est tout simplement écrit que c’est impossible.

L’idée, pour l’État, était de mettre cet achat dans un avenant au contrat-cadre liant la SNCF et Alstom et datant de 2007. Mais pour les spécialistes de Bercy, c’est impossible : l’avenant à ce contrat n’est pas une option.

Le problème de l’appel d’offres qui ne doit pas être fait

Pour sauver Alstom, l’État ne doit pas passer par un appel d’offres comme ce devrait être le cas en temps normal : si l’appel d’offres est perdu par Alstom au profit d’un de ses concurrents, l’achat ne pourrait pas sauver l’usine de Belfort.

L’État doit donc forcer la main à la SNCF et sa propre trésorerie d’où l’intérêt de l’avenant du contrat-cadre, seule option pour ne pas devoir faire appel à l’appel d’offre. Cet contrat-cadre a, toutefois, déjà reçu cinq avenants depuis sa signature en 2007.

La SNCF serait alors réticente : cette option pourrait, en cas de recours auprès d’un tribunal par exemple, se retourner contre elle. Le gouvernement, lui, veut à tout prix tenir sa promesse de sauver Alstom, du moins jusqu’aux élections.

Lire la suite

Conférence/ Débat :"LA MISE A MORT DU TRAVAIL", organisée par l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR" le vendredi 10 février 2017 à Nice.

6 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La République, #La nation ., #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Economie, #Les transnationales, #La lutte des classes

 Conférence/ Débat :

"LA MISE A MORT DU TRAVAIL"

 Organisée par l'association

"Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR"

Le vendredi 10 février 2017 à Nice.

 Conférence/ Débat :"LA MISE A MORT DU TRAVAIL", organisée par l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR" le vendredi 10 février 2017 à Nice.

Ce 10 FEVRIER 2017, de 18h à 21h,

maison des associations, 12 pl. Garibaldi ( salle Avelanie ),

notre association vous invite à la Conférence/ Débat

 

 

 

LA MISE A MORT DU TRAVAIL

 

 

 

Chômage massif; spéculation; paradis fiscaux; délocalisations.

 

 

Avec la participation de (Jacques COTTA (réalisateur et journaliste) ; Christina Komi (enseignant-chercheur franco-grecque)

et une tribune composée de représentants d’organisations attachées à la souveraineté nationale

 

Bonjour

Suite aux attentats du 14 juillet 2016 à Nice, suite à l’état d’urgence prolongé par le gouvernement pour lutter contre le terrorisme, l’activité d’éducation populaire proposée au public par l’association « Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR » s’adapte.

La première conférence/débat organisée sur le thème de l’immigration a eu lieu le 29 novembre 2016. Ce fut un grand succès, les inscriptions ont été faites et nous n’avons pas pu accueillir toutes les personnes qui désiraient assister au débat sur ce sujet important. Nous avons réalisé des vidéos de cette soirée que vous pouvez visionner sur la chaîne You Tube du CNR 06. Voici les liens nécessaires :

https://www.youtube.com/watch?v=KMaKjgGf5KM

https://www.youtube.com/watch?v=YFoS1tnHR-4

https://youtu.be/Wd7bOblrn2A

Ceci permet à tous ceux qui n’ont pas pu venir, à tous ceux qui hélas n’ont pas pu entrer dans la salle et à tous les autres intéressés par ce thème de s’informer sur ce sujet essentiel. Faites circuler cette information SVP.

Nous avons en conséquence choisi pour cette deuxième conférence/débat un sujet essentiel qui nous préoccupe tous et qui doit mobiliser toute notre énergie, je veux parler du chômage. Ce cancer qui ronge nos sociétés, qui détruit notre modèle social issu de la Résistance (la Sécurité Sociale, la santé publique, l’école, les services publics, etc…) doit être au centre de nos préoccupations. Ce fléau n’est pas une fatalité, il est le fruit de choix politiques particuliers. Les paradis fiscaux, la dette, la libre circulation des capitaux, les travailleurs détachés, les organisations supranationales qui dictent aux états leurs politiques, etc…, induisent un chômage massif afin de peser sur les salaires.

Je rappelle que nous devons nous plier à la nouvelle règlementation suite à l’attentat terroriste du 14 juillet 2016 à Nice. Voici le courrier du responsable sécurité de la ville de Nice en date de septembre 2016

« Dès lors qu’une manifestation organisée par votre association est ouverte au public et qu’elle ne fait pas l’objet de réservations par les participants et qu’il n’y a pas, par conséquent, de liste d’émargement, il vous appartient de prendre des mesures de sécurité, à savoir un agent de sécurité d’une société privée agréée, pour le contrôle des sacs à l’entrée. »

Devant l’impossibilité financière de payer un agent de sécurité d’une société privée agrée – nous n’avons aucune subvention, c’est ce qui garantit notre liberté, toutes les actions sont financées par les cotisations des adhérents et par des dons – nous avons décidé d’organiser nos réunions d’éducation populaire par préinscription.

Cette introduction doit être aussi un appel pressant auprès des gens qui apprécient notre engagement et notre travail. Il faut absolument soutenir cet outil de réflexion qui s’inspire des idéaux du Conseil National de la Résistance créé par Jean Moulin le 27 mai 1943 à Paris. Le moyen de le faire est de venir régulièrement à nos réunions et de devenir membre de l’association (voir bulletin d’adhésion joint en P.J.). Faire un don est aussi une possibilité.

Il n’est pas habituel d’inviter les citoyens à nos réunions publiques par un tel message, mais les « dispositions de sécurité » prises après les attentats terroristes en France obligent à le faire.

En espérant vous voir bientôt.

Bien cordialement.

Lucien Pons, Président de l’association « Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR »

 

Présentation de la conférence.

Depuis la fin des années 80 nous assistons à l'augmentation progressive du chômage en France et dans les autres pays européens ; cette situation est étroitement liée aux choix politiques imposés par l'Union Européenne au profit des oligarchies qu'elle sert : destruction de la base productive au profit de la financiarisation de l'économie, fraude fiscale organisée des grands groupes, délocalisations des entreprises vers les pays où l'esclavage est permis.

Sans politique nationale,

sans monnaie nationale,

sans justice équitable pour les riches et les pauvres,

le travail est mis à mort.

Notre seul destin collectif est le chômage.

 

Nous vous invitons donc à participer à cette Conférence/ Débat

 

La MISE à MORT du TRAVAIL

Chômage massif ; spéculation ; paradis fiscaux ; délocalisations

 

le vendredi 10 février 2017 de 18h à 21h

SALLE AVELANIE, MAISON des ASSOCIATIONS, 12 place GARIBALDI

Entrée gratuite, sur inscription préalable

 

Intervenants :

  • Jacques Cotta (réalisateur et journaliste)
  • Christina Komi (enseignant-chercheur)
  • et une tribune composée de représentants d’organisations attachées à la souveraineté nationale

 

Seules les personnes inscrites pourront participer à cette conférence

 

Modalités d’inscription

 

attention : nombre de places limité

seules les personnes pré-inscrites pourront participer à cette conférence !

 

 

Quel que soit le mode d’inscription choisi ci-dessous, toujours indiquer vos :

prénom, NOM, code postal de résidence et

« Je m’inscris à la Conférence sur le chômage organisée par le CNR le 10 02 2017 »

 

  • Par courrier postal : CNR 06 7 rue Pierre Mellarède 06100 Nice
  • Par courrier électronique : contactcnr06@laposte.net
  • Par téléphone ( SMS ou message enregistré) : 06 82 97 97 77

 

 

 Conférence/ Débat :"LA MISE A MORT DU TRAVAIL", organisée par l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR" le vendredi 10 février 2017 à Nice.

Texte d'appui dans son intégralité

Depuis la fin des années 80 nous assistons à l’augmentation progressive du chômage dans les pays économiquement développés. En particulier, au sein de l’Union européenne ce phénomène acquiert des dimensions d’une totale fatalité, surtout depuis le moment où l’on n’a carrément plus la possibilité d'exercer des politiques nationales sur la question. La législation supranationale de l'UE y est substituée et a été taillée pour servir les intérêts des oligarchies.

Depuis un moment, nous assistons aux délocalisations massives des unités productives de plusieurs pays de l'UE, dont la France, vers des pays qui offrent une main d'œuvre à moindre coût et où il y abolition de tout droit des travailleurs et des droits de l'homme. L'UE importe de l’autre bout de la terre, à bas prix (et sans taxation) la presque totalité des produits qui circulent dans son marché, tout en démantelant la base productive locale (industrie/ agriculture). De nombreux traités et accords de l’UE, appuyés par des milliers de lobbyistes, ont établi cette situation.

Les déchets valent aujourd'hui plus que le travail qui a progressivement perdu toute sa valeur depuis que des énormes marchés d'esclaves sont entrés au jeu. La misère humaine s'est révélé la nouvelle opportunité pour des gains illimités des entreprises (qui ne versent d'ailleurs pas un sous d'impôt).

Mais les choix politiques vont bien plus loin : en même temps que l'on détruit les fondements de la base productive, de plus en plus inexistante dans les pays du dit Premier Monde, le système en vigueur donne la première place à la spéculation comme moyen principal de « production de valeur ».

Le travail n'est plus un moyen de gagner sa vie ; ni un moyen de renforcer l'économie de son pays. Les statistiques montrent que 70 % des emplois exercés par les immigrés en Europe et en Amérique du Nord appartiennent au secteur des services.

Ces données nous montrent que le travail est aujourd'hui un service que les oligarchies considèrent devoir avoir au prix minimum.

Entre le pillage des matières premières et l'extrême baisse des coûts de production, les transnationales mènent le jeu. Les énormes gains des entreprises multinationales, dont nous sommes tous les consommateurs obligés, ne s'investissent pas à l'intérieur de nos pays mais vont se garer dans les paradis fiscaux. Ce processus constitue, du début à la fin, un vol de ce qui appartient au 99 % au profit du 1 % et il a comme résultat la privation des peuples de ce qui est nécessaire pour leur vie : le prix de leurs matières premières ; la rémunération de leur travail ; les fonds nécessaires pour un système de santé, une éducation et une retraite satisfaisant pour la grande majorité ; en deux mots, de la possibilité d'une vie humaine décente.

Ceci aurait été impossible sans la tolérance et la totale complicité de nos gouverneurs, sous les auspices des sacrosaintes institutions européennes (dont les chefs sont, comme le père Juncker, mêlés à une multitude de scandales financiers et de haute trahison de leurs pays, pour lesquels ils méritent la perpétuité ou la peine de mort, si la justice pénale leur était dûment appliquée, au lieu de ça ils nous gouvernent...) et des autres organismes supra-nationaux qui mettent en concurrence les peuples, les uns contre les autres.

La guerre tout comme la perpétuation de la misère créent des conditions idéales pour l'accueil des unités de production délocalisées. Dans des pays miséreux et ravagées, où le pouvoir est détenu par des gangsters et des voyous, le travail s'effectue sans législation et sans protection des travailleurs. La migration massive des populations de l'Afrique et de l'Asie vers l'Europe crée aussi des conditions semblables au coeur de l'Europe en déstabilisant les pays d’accueil qui avaient connu un certain niveau de bien être pendant les 6 décennies qui ont suivi la 2e Guerre Mondiale.

Conséquences :

  • le rétrécissement progressif et continu des couches de la population qui vivent de façon décente (grâce à son travail).
  • la transformation de nous, français, grecs, allemands, et autres européens, en de purs consommateurs (des complices donc de ce système) des produits importés et produits par des esclaves. Cette complicité obligatoire et incontournable au système qui renforce l'esclavage d'autrui, ce même système qui nous enlève toute possibilité d'avoir du travail chez nous.
  • la réduction (rapide et efficace) de notre possibilité d'influencer, en tant que citoyens/travailleurs, les centres de décision et de législation, car ils sont de plus en plus lointains, obscurs et intouchables (le rapport des institutions de l'UE avec les industriels).

 

Parmi les sujets concernés:

 

-le rapport UE-oligarchies

-si la richesse ne se produit pas par le travail où et comment se produit elle aujourd'hui ?

-la « crise » et la socialisation des pertes : quand ils gagnent c'est tout pour eux ; quand ils perdent c'est tout pour nous...

-les privatisations présentées comme une nécessité : le bradage de l'argenterie de la maison présenté comme l'« investissement » nécessaire pour dépasser la crise.

-les organismes supra-nationaux qui se chargent du bradage : FMI ; Banque Mondiale ; MES

-le maintient délibéré, par nos gouverneurs, des immigrés/réfugiés dans l'illégalité totale, par nos gouvernements, sans statuts et sans perspective, moyen de chantage vis-à-vis du droit du travail dans nos pays.

-le rapatriement des sommes d'argent stockés dans les paradis fiscaux aurait suffi pour refaire marcher l'économie de la France (50% de l'économie mondiale transite par les paradis fiscaux).

-----------------

 

 

Vidéo sur les délocalisations (3.46 min)

Vidéo sur Alstom (5 min)

vidéo d'animation sur les paradis fiscaux (3.42 min)

vidéo sur les délocalisations (3.46 min)

https://www.youtube.com/watch?v=EkFJiTBHl_Q

vidéo sur Alstom (5 min)

https://www.youtube.com/watch?v=dOnGH9v-oIA

vidéo d'animation sur les paradis fiscaux (3.42 min)

https://www.youtube.com/watch?v=9DF2FP5W5nI

Lire la suite

Pour assurer la disparition de la France, Emmanuel MACRON « En Marche » vers plus d'Europe allemande..., s'exprime en anglais en Allemagne !!!!

6 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Emmanuel Macron, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La République, #La nation ., #Economie, #Les transnationales, #La lutte des classes

Publié par El Diablo

Emmanuel Macron en opération séduction à Berlin (source photo: lefigaro.fr)

Emmanuel Macron en opération séduction à Berlin (source photo: lefigaro.fr)

Emmanuel Macron à Berlin a donné le ton de sa visite avec un discours très volontariste - en anglais ! - sur l’Europe. « Nous sommes la seule force politique pro-européenne »

Nous voilà prévenus :

Emmanuel Macron « En Marche » vers plus d'Europe allemande...Candidat en France à la présidentielle, il s'exprime en anglais...en Allemagne ! Il est bien le plus dangereux candidat de l'oligarchie

 

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE SUR LE SITE « CanempechepasNicolas » CI-DESSOUS:

VOIR ÉGALEMENT LE LIEN CI-DESSOUS:

Emmanuel Macron, ce «petit élève de l’Allemagne»

Lire la suite

Vous avez dit "conflit d'intérêts?". Les dessous de la très médiatique et très coûteuse campagne de MACRON ?

6 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Emmanuel Macron, #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La République, #La nation ., #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Economie, #Les transnationales, #Les média, #l'horreur économique

Publié par El Diablo

Les dessous de la très médiatique et très coûteuse campagne de MACRON ?
Les dessous de la très médiatique et très coûteuse campagne de MACRON ?

Un scandale qui ne fait pas la « Une » des médias : pourquoi le financier franco-israëlien Patrick Drahi met son appareil médiatique (L'Express, L'Expansion, L'Étudiant, Libération, BFM-TV, RMC) au service d'Emmanuel Macron : un prêté pour un rendu.

Les feux médiatiques sont braqués sur Fillon sur des comportements décrits au final comme des dérapages personnels, tout au plus comme relevant des pratiques d'un certain nombre d'élus coupés du peuple et des réalités.

Qu'il faut sanctionner bien sûr, pénalement, moralement, politiquement au nom de la probité, de la transparence ...

Soit.

Mais nos grands médias dénonciateurs de ces comportements sont en même temps muets sur les aspects pourtant systémiques eux bien plus profondément, de pratiques et de connivences qui débouchent sur des situations payées cash par les travailleurs.

Aspects qui dévoilent les liens structurels et les intérêts croisés entre les politiques au service du capital et les affairistes financiers, prédateurs de l'économie, des entreprises et de l'emploi et les médias propriétaires des mêmes affairistes.

Un cas emblématique, celui de Macron dans le gouvernement socialiste à la tête du ministère de l'économie.

En 2014 Patrick Drahi est en concurrence avec BOUYGUES TELECOM pour racheter SFR.

Arnaud Montebourg Ministre de l’Economie et des Finances avant d’être débarqué du gouvernement s’oppose au rachat de SFR par Drahi, estimant qu’il doit se mettre en règle fiscalement avec la France alors que sa holding ALTICE est au Luxembourg , qu’il vit en Suisse et qu’il a la nationalité israélienne.

Dès son arrivée à Bercy le 28 octobre 2014 son successeur MACRON nouveau ministre de l’Economie et des Finances, signe lui le décret en faveur de Drahi l’autorisant à racheter SFR et déboute BOUYGUES Télécom.
Et dans quelles conditions Drahi rachète-t-il SFR, sous accord de Macron?

Eh bien en utilisant la méthode crapuleuse dite LBO - voir notre article :

http://www.frontsyndical-classe.org/2016/10/sfr-drahi-le-stade-suppreme-du-capitalisme.html

dont le mécanisme consiste à emprunter auprès des banques l'argent qu'on n'a pas ou qu'on ne désire pas investir et à ensuite rembourser la dette contractée en se payant sur la bête, c'est-à-dire à dégager des profits en liquidant massivement les emplois et en licenciant donc.

Chez SFR la saignée ça a été 5000 emplois sacrifiés sur les 15.000 existant : 1/3 des salariés jetés à la rue, sacrifiés sur l'hôtel du profit pour les prédateurs et leurs complices politiques.

Et comment le prédateur économique, par ailleurs déjà grand propriétaire de presse renvoie-t-il l'ascenseur au politique qui l'a si bien servi ?

Comment ça profite ensuite à Macron ?

Eh bien Drahi met son appareil médiatique (l'Express, L'expansion, L'étudiant, Libération, BFM-TV, RMC) qui inclue l'intervention d'instituts de sondage (Interactive) à la disposition de la promotion présidentielle du sieur Macron.

 

SOURCES :

 

Lire la suite

100% Econoclastes n°1, avec Béchade, Berruyer, Conesa, Delamarche et Sabatier. L'élection de Trump.

5 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La Russie, #La République, #Economie, #Les transnationales, #l'horreur économique

Je vous propose aujourd’hui une nouvelle émission d’une chaîne youtube que j’espère prometteuse…

Nous comptons donc sur vous pour nous aider en la diffusant largement…

Source : Youtube, Les Econoclastes, 04-02-2017

L’arrivée du Président américain sur la scène mondiale fait l’effet d’un éléphant dans un magasin de porcelaine. Il va y avoir de la casse !

Avec Philippe Béchade, Pierre Sabatier, Olivier Delamarche, Olivier Berruyer, Pierre Conesa et Jean-Pierre Corbel.

Source : Youtube, Les Econoclastes, 04-02-2017

 

Réponse à [Vidéo] 100% Econoclastes n°1, avec Béchade, Berruyer, Conesa, Delamarche et Sabatier

Commentaires recommandés

 Le 05 février 2017 
 
 

Il est trop tard pour qu’une génération d’esclaves européens se redresse.
La tyrannie de l’internationale financière, depuis 1914, a éliminé toutes les élites.
Il reste le plaisir de n’être pas dupe, comme nous le montre ce sympathique club des iconoclastes.
Que ce club continue à se réunir et à penser, simplement pour la gloire, nous comblera de joie.
Car la dialectique de la tyrannie financière globalitaire impose qu’au moins un groupe ne soit pas d’accord. Cela maintient l’idée que la liberté de penser survit voire qu’il existe des hérétiques contre lesquels il convient de lutter avec énergie par tous moyens…

Lire la suite

Les paradis fiscaux: Décryptage du système financier global avec Valérie Bugault

4 Février 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #La guerre, #Le grand banditisme, #Economie, #l'horreur économique

TV Libertés: Décryptage du système financier global avec Valérie Bugault


valerie_bugaultAprès la pravda, Valérie Bugault a aussi eu les honneurs de l’émission Politique & éco sur TV Libertés. Si vous avez écouté son interview la semaine dernière, celle ci est dans un format plus long avec une meilleure qualité d’image et permet à Valérie Bugault de développer son analyse sur le décryptage du système financier global.

 

Je profite de cet interview pour vous encourager à lire ou relire ses analyses publiées il y a quelques mois. C’est une grille d’analyse de la finance mondialisée, clé en main. Comme toute grille, elle ne remplace pas forcément votre propre analyse mais donne un éclairage supplémentaire à l’actualité et aux décisions politiques prises en ce moment.

Hervé pour le Le Saker Francophone

Lire la suite

Publié depuis OverBlog et Facebook

17 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #La République, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Economie, #Les transnationales, #l'horreur économique

Il est grand temps que je signale la parution fin 2016 d’un ouvrage collectif auquel j’ai contribué, sur l’euro – et que la tempête post-Trump a éclipsé.

J’ai réalisé la partie sur l’impact social de l’euro, à travers une série de graphiques originaux.

Jacques Sapir en a fait une recension sur son blog, que je reprends…

Source : Russeurope, Jacques Sapir, 19-10-2016

Le 20 octobre sort dans toutes les bonnes librairies de France (et de Navarre…) le livre L’Euro est-il mort, publié aux éditions du Rocher. Ce livre est une nouvelle contribution au débat, désormais bien engagé, sur l’Euro.

A quelques jours de la sortie du film, La Conquête, qui retrace l’ascension de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, André Bercoff publie aux éditions du Rocher « La Chasse au Sarko ».

Il s’agit d’un livre important, qui traite d’une question encore plus importante. C’est un livre collectif, et j’y ai contribué par deux chapitres, aux côtés de mes collègues dans cette aventure. Ces collègues appartiennent à diverses écoles de pensées. Alberto Bagnai est connu pour ses positions post-keynésiennes, dont je suis assez proche. De même d’autres auteurs représentent la gauche de combat dans cet ouvrage, de Maria Negreponti-Delivanis, qui nous parle de la tragédie grecque provoquée par l’Euro, à Olivier Berruyer ou Antoni Soy. D’autres auteurs ont des points de vue plus libéraux, comme Gérard Lafay, Jean-Jacques Rosa, Charles Gave ou Jean-Pierre Gérard. Certains d’entre nous sont des universitaires, ayant fait carrière et gravi les divers échelons qui conduisent au professorat. D’autres sont ce que l’on appelle, parfois avec une condescendance que rien ne peut justifier, des praticiens. Pourtant, bien souvent, ce sont ces mêmes praticiens qui ont une vue plus juste et plus pratique des problèmes posés. Et c’est justement le cas au sujet de l’Euro.

A quelques jours de la sortie du film, La Conquête, qui retrace l’ascension de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, André Bercoff publie aux éditions du Rocher « La Chasse au Sarko ».

C’est donc cette diversité des points de vue qui est extrêmement intéressante et stimulante. Nous arrivons aux mêmes conclusions par des chemins différents. C’est dire l’importance du principe de réalité, qui s’impose à tous quand on regarde les conséquences de la monnaie unique. Nous pouvons diverger sur les solutions à mettre en œuvre une fois que l’Euro sera détruit. Mais, nous nous retrouvons tous sur le constat atterré du désastre tant économique que politique qu’a provoqué l’Euro. Il faut ici remercier Jean-Pierre Gérard et l’institut POMONE, qui ont rassemblé ces points de vue divers mais convergents sur l’Euro, et cela depuis plusieurs années. Sans Jean-Pierre Gérard, il est probable que nous ne nous serions jamais retrouvé ensemble et que ce livre n’aurait jamais existé.

Mais, et je dois le dire avec une certaine force, je n’en suis nullement le « directeur » comme l’on dit d’un livre collectif dont un auteur prend en charge la collecte des articles et établit en réalité le programme scientifique du livre, en assignant donc différents chapitres aux différents auteurs. L’éditeur, confronté au problème délicat de « vendre » un livre écrit sous de nombreuses signatures, a cru bon m’en attribuer une large part de la paternité.

Ceci étant, le contenu de ce livre intéressera tous ceux qui sentent bien que la maison Euro craque, que l’Euro est une catastrophe, tant pour la France que pour les autres pays.

Source : Russeurope, Jacques Sapir, 19-10-2016

 

Réponses à Mon nouveau livre (collectif) : L’Euro est il mort ?

Commentaires recommandés

Dizalch Le 17 janvier 2017
 
 

??? Il suffit de lire votre pseudo pour comprendre que l’on a affaire à un Troll, mais analysons vos propos voulez-vous?… Je suis obligé de faire bref en raison du concept de posts courts.
Vous commencez par une affirmation péremptoire en dédouanant l’Euro… quelle façon constructive de débattre…
Vous vous en prenez ensuite aux auteurs en remettant en cause leur niveau d’économistes… et vous? vos qualifications en la matière svp?…
Vous enchaînez sur les prétendues concurrences déloyales, savez-vous que l’UE est une porte ouverte?… dommage comme vous dites.
Enfin, et c’est le pompon, “vous ne le lirez pas”, intéressante démarche pour quelqu’un qui veut “critiquer”… vous en conviendrez…
Et votre conclusion sur l’inaptitude des auteurs… comment dire? Et les votre?…
Bonne journée

Lire la suite

La gestion de la dette publique, par Jacques Sapir

14 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #Europe supranationale, #La France, #La mondialisation, #La République, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Economie, #Les transnationales, #La dette

La gestion de la dette publique,  par Jacques Sapir

La gestion de la dette publique

 

Une sortie de l’euro aurait, entre autres, pour implication d’obliger le gouvernement à reprendre le contrôle de la Banque de France. On étudie dans cette note les possibles avantages pour la charge des intérêts de la dette française, intérêts qui pèsent actuellement plus de 2% du PIB dans les dépenses publiques.

 

Qu’appelle-t-on la dette publique ?

Il convient ici de rappeler que le montant total de la dette qui est utilisé dans la presse et les médias est ce que l’on appelle la dette « au sens du traité de Maastricht ». Elle inclut la dette de l’Etat et celle des administrations publiques.

  1. La dette de l’État est le total des engagements financiers de l’État. Elle résulte du cumul des besoins de financement de l’État, c’est-à-dire de la différence, année après année, entre ses recettes et ses dépenses. Il existe une dette négociable, contractée sous la forme d’instruments financiers échangeables sur les marchés financiers et une dette non négociable, correspondant aux dépôts de certains organismes (collectivités territoriales, établissements publics, etc.) sur le compte du Trésor et qui constitue, elle aussi, un moyen de financement de l’État.
  2. La dette des administrations publiques au sens du Traité de Maastricht mesure l’ensemble des engagements financiers bruts des administrations publiques, à l’exception des crédits commerciaux et autres décalages de paiement. Il s’agit d’une dette brute, ce qui signifie que les avoirs financiers des administrations publiques (dépôts monétaires du Trésor auprès de la Banque de France, pensions, participations de l’État, placements en valeurs mobilières des caisses de retraite) ne viennent pas en déduction de celle-ci. La dette Maastricht est mesurée en valeur nominale et elle est consolidée, autrement dit elle exclut les dettes contractées entre les administrations publiques, notamment les dépôts des collectivités locales auprès du Trésor public.

Le champ des administrations publiques comprend :

  • – les administrations centrales, c’est à dire l’État (budget général, comptes spéciaux du Trésor, budgets annexes) et les  » organismes divers d’administration centrale  » qui incluent plusieurs centaines d’établissements de statut public ou privé, comme le CNRS, le CEA, l’ADEME, les grandes écoles, les universités, des musées. Le critère de classement d’un organisme dans la sphère des administrations publiques n’est pas son statut juridique, mais la structure de son compte d’exploitation (part du coût de fonctionnement financé par des recettes marchandes).
  • – les administrations publiques locales, qui regroupent les collectivités locales, établissements publics locaux, les organismes consulaires, les caisses des écoles, et tous les organismes publics ou parapublics financés majoritairement par les collectivités locales.
  • – les administrations de Sécurité sociale, c’est à dire l’ensemble des régimes obligatoires de Sécurité sociale, les organismes qui en gèrent le financement (ACOSS, CADES..), ainsi que les organismes financés par ces régimes.

 

Il faut alors noter que l’Agence France Trésor ne gère que la dette de l’État. Ceci passe par l’émission de divers titres.

  1. Les bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté (ou BTF), qui sont des titres assimilables du Trésor à court terme, de maturité initiale inférieure ou égale à un an.
  2. Les BTAN et les OAT. Les BTAN sont bons du Trésor à taux fixe et intérêts annuels (BTAN) qui, comme les BTF, sont des bons du Trésor négociables d’une maturité à l’origine de 2 à 5 ans. Leur coupure nominale est de 1 € et leur remboursement s’effectue in fine au pair à la date d’échéance. Les OAT constituent, depuis 1985 la forme privilégiée du financement à long terme de l’État. Ce sont des titres assimilables, d’une maturité à l’origine de 2 à 50 ans, émis habituellement par voie d’adjudication dans le cadre d’un calendrier annuel publié à l’avance. La technique de l’assimilation consiste à rattacher une nouvelle émission à une tranche d’emprunt émise antérieurement (ce que l’on appelle aussi le « roulement » de la dette. L’État a ainsi la possibilité d’émettre des tranches d’emprunts dont le prix d’émission est ajusté par l’évolution du marché, mais dont les caractéristiques restent identiques à celles de l’émission initiale. Ces OAT comprennent, outre les OAT dites « normales » les OAT particulières suivantes :
  1. (a) OAT-Verte. Il s’agit d’une obligation verte ou « Green Bond » soit une obligation pour laquelle l’usage des fonds est dédié à un projet (ou ensemble de projets) engendrant un impact environnemental positif. Elle se distingue d’une obligation classique par une information précise et spécifique sur les investissements qu’elle finance et leur caractère vert tout en impliquant un risque financier identique pour les investisseurs.
  2. (b) OATi. L’État a émis, pour la première fois le 15 septembre 1998, une OAT indexée sur l’indice des prix à la consommation en France (OATi). Depuis ces dates, l’AFT s’est engagée à émettre de manière régulière et transparente des titres indexés sur l’inflation et à construire deux courbes réelles, l’une indexée sur l’inflation française, l’autre sur l’inflation européenne. Ainsi, l’AFT émet environ autour de 10 % de son programme d’émissions annuel via ces titres, et significativement plus si la demande le justifie (12 % en 2008, 7,5 % en 2009, 10,8 % en 2010, 10,9 % en 2011, 9,6 % en 2012, 9,9 % en 2013, 10,2 % en 2014).
  3. (c) OAT-EI. Il s’agit d’OAT indexée sur l’indice des prix de la zone euro (OAT€i). Les OATi et OAT€i sont destinées à toutes les catégories d’investisseurs désirant protéger le pouvoir d’achat de leurs investissements, améliorer l’adossement de leur passif, ou diversifier la composition de leur portefeuille. Elles s’adressent tant aux investisseurs institutionnels – entreprise d’assurance, caisses de retraite et de prévoyance, gestionnaires d’actifs, banques, etc… – résidents ou non-résidents, qu’aux particuliers.

Le remboursement de l’OAT s’effectue par application de la formule : nominal x coefficient d’indexation. Au cas où la référence quotidienne d’inflation à maturité serait inférieure à la référence de base, le remboursement est garanti égal au nominal.

 

Impact d’un refinancement à taux très faible (dit taux 0%) par la Banque de France

L’agence France-Trésor avait émise en décembre 2016 environ 144 milliards d’euros en BTF, dont la maturité moyenne était de 117 jours. Elle avait émise 1 482 milliards en BTAN et OAT, soit un total de 1 627 milliards d’euros. On rappelle que ceci n’est pas la somme de la dette publique française « au sens du traité de Maastricht » qui inclut les administrations publiques. Le calcul qui suit porte uniquement sur les BTAN et OAT. Le coût annuel des intérêts est de 38,791 milliards d’euros (soit 1,9% du PIB). Sur ces 1627 milliards, 60,1% sont détenus par des non-résidents soit 977,8 milliards.

 

Etat de la dette gérée par l’AFT (BTAN et OAT) au 30 décembre 2016

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 > >>