Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

edf

Contre l'augmentation de 6% du tarif de l'électricité en France prévue au mois de juin 2019.

4 Mai 2019 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Les Gilets Jaunes., #Services publics, #EDF

Contre l'augmentation de 6%
du tarif de l'électricité en France
prévue au mois de juin 2019
 
Pétition : Contre l'augmentation de 6% du tarif de l'électricité en France prévue au mois de juin 2019
Par Site web Demain l'Homme (Association loi 1901)

 

Pétition adressée à Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République française,

 

Bonjour,

Les tarifs de l'électricité vont bien augmenter de près de 6% en juin, malgré que l'inflation ne soit que de 1,8%.

Les tarifs réglementés de l'électricité, gelés par le gouvernement cet hiver en pleine crise des "gilets jaunes", vont augmenter de 5,9% le 1er juin 2019.

C'est une "hausse particulièrement injuste" pour les associations de défense des consommateurs.

Alors que le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a confirmé que les prix de l'électricité, gelés pendant la crise des "Gilets Jaunes" , vont bien augmenter de près de 6% cet été.

Ce n'est qu'un débat. Continuons le combat pacifique !

Merci de signer cette pétition avant le 30 juin 2019

 

Lire la suite

Scandale de la privatisation des barrages : une retenue sur le bon sens. Par Pierre Gilbert

28 Novembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #"Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR"., #Europe supranationale, #La France, #EDF

Scandale de la privatisation des barrages : une retenue sur le bon sens
 
 
 

Le gouvernement a donc annoncé la privatisation des 150 plus grands barrages hydrauliques de France. Cela fait plus de 10 ans que la Commission européenne fait pression sur Paris pour en finir avec la gestion publique du secteur hydroélectrique, sans succès. Avec Macron, Bruxelles est rapidement satisfaite. Cette décision est pourtant lourde de conséquences, tant pour la bonne gestion du réseau électrique national et la facture du consommateur que pour la sécurité du territoire.


Le 12 mars, des salariés d’EDF hydroélectricité manifestaient devant le parlement européen à l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-CGC-FO. Ils exigent l’abandon de l’ouverture à la concurrence de la gestion des barrages, annoncée officiellement le 31 janvier 2018 par l’entourage du Premier ministre dans une lettre à la Commission européenne.

©EDF

Jusqu’à présent, une très grande majorité des 2 300 barrages métropolitains étaient de fait propriété publique. EDF gère directement 85% des 433 concessions du pays (1 ou plusieurs barrages relié.s à une même centrale électrique), le reste est gérée par Engie et des structures régionales, comme la Compagnie Nationale du Rhône ou encore la Société Hydro-Electrique du Midi. Les 150 plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) vont être privatisés d’ici 2022. C’est l’équivalent d’une puissance électrique de 4.3 GW, soit trois réacteurs nucléaires nouvelle-génération. L’ensemble des barrages (20 GW) devraient être privatisés d’ici 2050.  Les appels d’offres vont commencer à la fin de l’année 2018 et des firmes de 6 pays se sont déjà montrées intéressées.

Cela fait maintenant dix ans que la Commission européenne exige de la France qu’elle ouvre son secteur hydroélectrique selon les règles d’« une concurrence pure et parfaite ». Bruxelles en veut à EDF (géré à 83.5% par l’État) pour sa position trop «dominante» sur le marché global de l’électricité. Comme il était impossible d’exiger la privatisation des centrales nucléaires françaises (ces dernières relèvent des «activités d’importance vitale»), c’est l’hydraulique, deuxième source de production électrique du pays, qui a été ciblée par Margrethe Vestager (commissaire européenne à la concurrence). Or, au vu de la structure du réseau français, les ouvrages hydrauliques relèvent tout autant d’une « importance vitale »…

Les barrages sont un gage de résilience énergétique, et pas seulement…

 

Les centrales hydroélectriques sont une pièce maîtresse dans le réseau électrique national, car elles pallient très rapidement les pics de consommation. À ce titre, privatiser ces centrales, c’est défaire la cohérence d’une gestion centralisée. Mais c’est aussi une menace sur les factures, et sur la sûreté du territoire :

Les barrages fournissent 12.5% de l’électricité française (70% des énergies renouvelables). C’est l’électricité la moins chère : 20 à 30 €/MWh alors que le prix moyen, indexé sur le prix du nucléaire, oscille entre 33 et 46 €/MWh.  Un opérateur privé pourrait facilement maintenir les valves du barrage fermées et attendre que le pic de consommation fasse frôler la pénurie d’électricité pour faire monter les prix. Ainsi, le prix spot devrait globalement augmenter, et donc les factures d’électricité… Sur le plan juridique, rien ne l’empêcherait.

©EDF

Les barrages protègent le réseau, car ils lissent la consommation: lorsqu’il y a un pic de consommation (par exemple le matin à 8h quand tout le monde prépare son petit-déjeuner) les vannes sont ouvertes et en quelques minutes l’énergie supplémentaire est fournie. Les barrages représentent ainsi 66 % de cette « capacité de pointe », le reste étant assuré par des centrales thermiques. Dans les périodes creuses, le surplus d’énergie nucléaire est utilisé pour remplir certains barrages (les centrales STEP qui représentent 10% des ouvrages) en repompant l’eau en aval.

Pour cette même raison, ils sont essentiels dans la transition énergétique, car ils peuvent compenser l’intermittence des énergies renouvelables: quand il y a du vent ou du soleil, on pompe de l’eau vers le barrage et on ouvre les vannes dans le cas inverse : c’est un moyen de stocker de l’énergie. Si l’installation de nouveaux barrages doit être évitée pour des questions écologiques (protection des rivières naturelles et des cycles de sédiments), de nouveaux types d’ouvrages hydrauliques sont à l’étude. À Madère par exemple où l’on se rapproche des 100% d’énergie renouvelable, des mini réseaux de barrages en circuit fermé remontent l’eau quand il y a surproduction éolienne et la turbine quand il n’y a pas de vents. Ce type d’installation représente d’ailleurs de nouveaux débouchés pour l’industrie, nous y reviendrons.

L’eau est essentielle pour refroidir les centrales nucléaires. Ces dernières sont majoritairement disposées sur des cours d’eau comprenant des barrages. Or combien un prestataire privé pourrait monnayer une eau essentielle pour éviter une catastrophe, a fortiori en été quand l’eau se fait rare ? À ceux qui pensent que le bon sens est plus fort que les intérêts pécuniers quand il s’agit d’éviter un tel drame, il est intéressant de se documenter sur les pratiques de l’Américain General Electric (GE) dans notre pays. Après avoir racheté Alstom énergie, GE organise en juin 2016 une grève de la maintenance dans les centrales nucléaires françaises pour obtenir d’EDF des conditions plus avantageuses (moins de responsabilités en cas d’incidents). Résultats : plusieurs centaines d’incidents et une direction d’EDF contrainte à plier .

« Les barrages fournissent 12.5% de l’électricité française (70% des énergies renouvelables). C’est l’électricité la moins chère : 20 à 30 €/MWh alors que le prix moyen, indexé sur le prix du nucléaire, oscille entre 33 et 46 €/MWh.  Un opérateur privé pourrait facilement maintenir les valves du barrage fermées et attendre que le pic de consommation fasse frôler la pénurie d’électricité pour faire monter les prix. »

Outre l’aspect énergétique, les barrages retiennent de l’eau pour les cultures, les activités de loisir ou pour abreuver les villes. Un opérateur privé va-t-il daigner relâcher de l’eau gratuitement en fonction des besoins de la vallée, comme c’était toujours le cas ? Si ce « service »  est payant, d’une part l’eau n’est définitivement plus un bien commun, et de l’autre, les prix de l’eau potable vont augmenter. Beaucoup d’agriculteurs seront tentés de prélever davantage dans les nappes phréatiques, dont la plupart sont déjà mal en point.

©EDF

Avec le changement climatique, les sècheresses et les pluies violentes vont se multiplier en France. Les barrages servent à tamponner ces événements en faisant des réserves pouvant durer des mois. Il n’est pas sûr qu’une entreprise privée daigne prévoir des plans de remplissage à long terme dans le simple but de limiter les dégâts d’une sècheresse… Comment les convaincre d’adapter également les infrastructures au futur des besoins locaux ? Le témoignage de Jean-Louis Chauz, président du Conseil économique, social et environnemental d’Occitanie, illustre bien le ressentiment qui gagne peu à peu les collectivités : « En 2035, le déficit de stockage d’eau pour la nouvelle démographie de la région et les besoins de l’agriculture, des écosystèmes, de la préservation de la biodiversité, sera de 1 milliard de m3. EDF et Engie ont provisionné les budgets nécessaires pour engager les travaux pour le stockage d’eau. À l’heure où l’Occitanie est confrontée à un problème majeur de ressources en eau dans les années à venir, à même de compromettre son développement voire sa sécurité sanitaire, il est incompréhensible et dangereux de chercher à complexifier une organisation de la gestion de l’eau…».

Alors que plusieurs barrages présentent des risques, souvent en raison de leur grand âge, les investisseurs auront-ils envie de dépenser de l’argent pour les entretenir convenablement ? Pour rappel, EDF investit 400 millions d’euros par an dans le renforcement de ses ouvrages. « Les incertitudes quant au devenir des concessions hydrauliques pourraient obérer certains investissements», a d’ailleurs prévenu le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy. Pas question pour EDF de financer de nouveaux équipements si c’est pour s’en faire dépouiller dans la foulée par un concurrent, en somme. Cette réaction peut sembler normale, mais quid des travaux de rénovation entre temps, dont certains sont urgents ?

Socialiser les pertes, faire turbiner les profits

 

L’excédent brut des concessions est de 2,5 milliards € par an, dont la moitié revient aux collectivités territoriales. Ce qu’on appelle la « rente hydroélectrique », c’est-à-dire le bénéfice final, est donc d’au moins 1,25 milliard €. Globalement, le secteur est très excédentaire, y compris parce que la masse salariale n’est pas très importante : 21 000 pour tout le secteur hydraulique. Les coûts sont surtout liés à l’entretien des infrastructures. «Un GW d’hydraulique coûte 1 milliard d’euros à construire, mais tous nos barrages sont déjà amortis depuis longtemps, tout ce qui est turbiné aujourd’hui c’est du pur bénéfice, ce sera la poule aux œufs d’or pour le repreneur», explique Laurent Heredia, de la FNME-CGT.

L’Etat espère tirer 520 millions € de redevances par an (Cours des Comptes), soit presque 5 fois moins que l’excédent brut des concessions actuelles…  Cela semble donc une très mauvaise opération financière. Alors pourquoi une telle décision ?

La France est le seul pays d’Europe auquel on ait demandé la privatisation des barrages. En Allemagne par exemple, les concessions ont été déléguées aux Landers. En Norvège, qui tire 99% de son électricité des barrages (certes non membre de l’UE) les licences hydrauliques ne sont ouvertes qu’à des opérateurs publics. La Slovénie a quant à elle constitutionnalisé «un grand service public de l’eau».

«Un GW d’hydraulique coûte 1 milliard d’euros à construire, mais tous nos barrages sont déjà amortis depuis longtemps, tout ce qui est turbiné aujourd’hui c’est du pur bénéfice, ce sera la poule aux œufs d’or pour le repreneur», explique Laurent Heredia, de la FNME-CGT.

Avant Emmanuel Macron, les gouvernements avaient cherché à gagner du temps sur la question, malgré les pressions de Bruxelles. Les ministres socialistes Delphine Batho et Ségolène Royal avaient par exemple essayé de trouver un équilibre en créant des sociétés d’économie mixte pour opérer des petits barrages : le public y conserverait une minorité de blocage de 34 % pour cadrer les éventuels repreneurs privés.  En juin 2015, la Commission européenne juge que cela n’a rien à voir avec une concurrence « libre et non faussée » et met en demeure Paris « d’accélérer l’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques».

La France «aurait pu classer son hydroélectricité comme service d’intérêt général échappant à la concurrence, mais n’en a rien fait», s’étonne Alexandre Grillat de la CFE-Energies. En effet, comme on l’a vu, contrôler un barrage peut avoir des répercussions jusque dans l’intégrité des centrales nucléaires…

Pour ne pas être accusé de « brader » les barrages à des étrangers, le gouvernement a laissé entendre qu’une priorité serait donnée aux repreneurs français. Total et Engie espèrent ainsi rafler la mise, mais des firmes allemandes, espagnoles, italiennes, norvégiennes, suisses, canadiennes et chinoises se sont déjà montrées intéressées. Un pas de plus sur le chemin de l’intrusion de puissances étrangères au cœur du réseau énergétique ?

Une filière sabotée qui témoigne de l’hypocrisie gouvernementale.

Toute la filière hydroélectrique, de la manufacture à l’usage, est attaquée par le gouvernement Macron. Quand Macron était ministre de l’Économie (2014-2016), il s’est arrangé pour permettre la vente d’Alstom à General Electric. GE est désormais actionnaire à 50%  de la branche énergie d’Alstom qui construit différentes pièces essentielles pour les centrales nucléaires (les fameuses turbines Arabelle de Belfort), et les barrages…

Dans l’usine GE-hydro de Grenoble, un plan social de 345 postes (sur 800) laisse entrevoir un avenir incertain pour l’ensemble du site. Depuis plus d’un siècle, cette usine fabriquait et réparait sur mesure les turbines des grands barrages français avec un savoir-faire unique, mondialement reconnu. En plus d’avoir fourni 25% de la puissance hydraulique installée dans le monde (dont le barrage des Trois gorges en Chine) et avoir permis l’essor industriel des Alpes françaises, ses carnets de commandes sont pleins. Dès lors, comment comprendre cette décision ? En effet, pouvoir fournir des pièces de rechange est une activité stratégique essentielle… Et la transition écologique tant « priorisée » par Macron ne peut se faire sans l’hydraulique.

Impossible de trouver une raison rationnelle valable, y compris sur le plan strictement économique… Dès lors, ce sabotage organisé d’une activité stratégique (parmi tant d’autres) questionne sérieusement sur le bon sens du gouvernement. Le manque de transparence sur des changements aussi structurants pour la vie du pays est un déni de démocratie.

Du côté des salariés, la résistance s’organise. À l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-CGC-FO, les hydrauliciens vont multiplier les arrêts de travail et déployer leurs banderoles sur les grands barrages d’EDF.

Photo de couverture : le barrage de Monteynard, Wikimedia Commons, ©David Monniaux

Lire la suite

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini

15 Octobre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Les transnationales, #l'horreur économique, #Le grand banditisme, #Services publics, #EDF

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini

Bonjour.

Vous trouverez ci-après le texte d’Yves Cimbolini, qui avec beaucoup d’humour s’élève contre le pillage des biens publics d’EDF que sont les barrages hydrauliques. C’est un spécialiste de ces questions, il a fait de nombreuses conférences pour démonter la logique mortifère de ce mécanisme ultralibéral destiné à permettre aux 0,1% de la population de s’approprier la richesse commune.

En PJ vous trouverez un texte du dernier PDG d’EDF, Albert Boiteux, capable d’incarner l’intérêt général.

 

Cordialement

Lucien PONS

 

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique.

 

 

 

 

Texte d'Yves Cimbolini.

 

En 1946 les actionnaires des sociétés privées d'électricité qui avaient été nationalisées, allaient être indemnisés en touchant (entre autre) pendant 50 ans, 1 % des bénéfices réalisés par EDF.
Cela a donc été effectivement réalisé jusqu'en 1996.
Donc jusqu'en 1996 EDF a indemnisé ces actionnaires.
Donc les futurs acquéreurs de nos installations n'auront plus à le faire....

Soit dit en passant, des " journaleux " comme notre " cher " ami F De Closet, préféraient parler du "scandaleux" 1% du CE des agents EDF, que de celui des anciens actionnaires, qu'il passait sous silence. Certainement un oubli involontairement voulu.
Un bon chien de garde bien dressé au nonos ce FdC !

Aujourd'hui, victimes d'un hold-up commis avec la complicité de l'état, une bonne partie de nos installations hydroélectriques vont être bradées à des sociétés privés, il serait normal que ces dernières soient à leur tour obligées de reverser le 1% de leurs bénéfices à EDF.
Au minimum !
Mais bon pas la peine de rêver, la vache à lait ça sera toujours le service public. Et les De Closet et consorts, assurés d'avoir leur part de beurre, pourront continuer à tenir la trayeuse !
A nous de leur faire comprendre que "beurre mal acquis ne profite jamais" et que cela pourrait même se retourner contre eux, lors d'un dernier tango à Paris.
Je pense bien sûr à une grande manif sur Paris. Voyons voyons où aviez-vous la tête ?

Pas de ça chez nous ! https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/ff6/2/16/1f609.png😉


Yves Cimbolini  alias Marlo Brandon.

Le texte d'Albert Boiteux PDG d'EDF

La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
La braderie des barrages électriques, le vol en bande organisée continue … en toute logique. Texte d'Yves Cimbolini
Lire la suite

Les vacances de monsieur Hulot par Yves Cimbolini

6 Septembre 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #Services publics, #EDF, #Le grand banditisme

Les vacances de monsieur Hulot par Yves Cimbolini
Lire la suite

Privatisations des barrages hydrauliques producteurs d'électricité

30 Août 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #EDF, #Services publics, #Haute trahison

Le gouvernement a donc annoncé la privatisation des 150 plus grands barrages hydrauliques de France. Cela fait plus de 10 ans que la Commission européenne fait pression sur Paris pour en finir avec la gestion publique du secteur hydroélectrique, sans succès. Avec Macron, Bruxelles est rapidement satisfaite. Cette décision est pourtant lourde de conséquences, tant pour la bonne gestion du réseau électrique national et la facture du consommateur que pour la sécurité du territoire.

Le 12 mars, des salariés d’EDF hydroélectricité manifestaient devant le parlement européen à l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-CGC-FO. Ils exigent l’abandon de l’ouverture à la concurrence de la gestion des barrages, annoncée officiellement le 31 janvier 2018 par l’entourage du Premier ministre dans une lettre à la Commission européenne.

Jusqu’à présent, une très grande majorité des 2 300 barrages métropolitains étaient de fait propriété publique. EDF gère directement 85% des 433 concessions du pays (1 ou plusieurs barrages relié.s à une même centrale électrique), le reste est gérée par Engie et des structures régionales, comme la Compagnie Nationale du Rhône ou encore la Société Hydro-Electrique du Midi. Les 150 plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) vont être privatisés d’ici 2022. C’est l’équivalent d’une puissance électrique de 4.3 GW, soit trois réacteurs nucléaires nouvelle-génération. L’ensemble des barrages (20 GW) devraient être privatisés d’ici 2050. Les appels d’offres vont commencer à la fin de l’année 2018 et des firmes de 6 pays se sont déjà montrées intéressées.

Cela fait maintenant dix ans que la Commission européenne exige de la France qu’elle ouvre son secteur hydroélectrique selon les règles d’« une concurrence pure et parfaite ». Bruxelles en veut à EDF (géré à 83.5% par l’État) pour sa position trop «dominante» sur le marché global de l’électricité. Comme il était impossible d’exiger la privatisation des centrales nucléaires françaises (ces dernières relèvent des «activités d’importance vitale»), c’est l’hydraulique, deuxième source de production électrique du pays, qui a été ciblée par Margrethe Vestager (commissaire européenne à la concurrence). Or, au vu de la structure du réseau français, les ouvrages hydrauliques relèvent tout autant d’une « importance vitale »…

Les barrages sont un gage de résilience énergétique, et pas seulement…

Les centrales hydroélectriques sont une pièce maîtresse dans le réseau électrique national, car elles pallient très rapidement les pics de consommation. À ce titre, privatiser ces centrales, c’est défaire la cohérence d’une gestion centralisée. Mais c’est aussi une menace sur les factures, et sur la sûreté du territoire :

Les barrages fournissent 12.5% de l’électricité française (70% des énergies renouvelables). C’est l’électricité la moins chère : 20 à 30 €/MWh alors que le prix moyen, indexé sur le prix du nucléaire, oscille entre 33 et 46 €/MWh. Un opérateur privé pourrait facilement maintenir les valves du barrage fermées et attendre que le pic de consommation fasse frôler la pénurie d’électricité pour faire monter les prix. Ainsi, le prix spot devrait globalement augmenter, et donc les factures d’électricité… Sur le plan juridique, rien ne l’empêcherait.

Les barrages protègent le réseau, car ils lissent la consommation: lorsqu’il y a un pic de consommation (par exemple le matin à 8h quand tout le monde prépare son petit-déjeuner) les vannes sont ouvertes et en quelques minutes l’énergie supplémentaire est fournie. Les barrages représentent ainsi 66 % de cette « capacité de pointe », le reste étant assuré par des centrales thermiques. Dans les périodes creuses, le surplus d’énergie nucléaire est utilisé pour remplir certains barrages (les centrales STEP qui représentent 10% des ouvrages) en repompant l’eau en aval.

Pour cette même raison, ils sont essentiels dans la transition énergétique, car ils peuvent compenser l’intermittence des énergies renouvelables: quand il y a du vent ou du soleil, on pompe de l’eau vers le barrage et on ouvre les vannes dans le cas inverse : c’est un moyen de stocker de l’énergie. Si l’installation de nouveaux barrages doit être évitée pour des questions écologiques (protection des rivières naturelles et des cycles de sédiments), de nouveaux types d’ouvrages hydrauliques sont à l’étude. À Madère par exemple où l’on se rapproche des 100% d’énergie renouvelable, des mini réseaux de barrages en circuit fermé remontent l’eau quand il y a surproduction éolienne et la turbine quand il n’y a pas de vents. Ce type d’installation représente d’ailleurs de nouveaux débouchés pour l’industrie, nous y reviendrons.

L’eau est essentielle pour refroidir les centrales nucléaires. Ces dernières sont majoritairement disposées sur des cours d’eau comprenant des barrages. Or combien un prestataire privé pourrait monnayer une eau essentielle pour éviter une catastrophe, a fortiori en été quand l’eau se fait rare ? À ceux qui pensent que le bon sens est plus fort que les intérêts pécuniers quand il s’agit d’éviter un tel drame, il est intéressant de se documenter sur les pratiques de l’Américain General Electric (GE) dans notre pays. Après avoir racheté Alstom énergie, GE organise en juin 2016 une grève de la maintenance dans les centrales nucléaires françaises pour obtenir d’EDF des conditions plus avantageuses (moins de responsabilités en cas d’incidents). Résultats : plusieurs centaines d’incidents et une direction d’EDF contrainte à plier.

« Les barrages fournissent 12.5% de l’électricité française (70% des énergies renouvelables). C’est l’électricité la moins chère : 20 à 30 €/MWh alors que le prix moyen, indexé sur le prix du nucléaire, oscille entre 33 et 46 €/MWh. Un opérateur privé pourrait facilement maintenir les valves du barrage fermées et attendre que le pic de consommation fasse frôler la pénurie d’électricité pour faire monter les prix. »

Outre l’aspect énergétique, les barrages retiennent de l’eau pour les cultures, les activités de loisir ou pour abreuver les villes. Un opérateur privé va-t-il daigner relâcher de l’eau gratuitement en fonction des besoins de la vallée, comme c’était toujours le cas ? Si ce « service » est payant, d’une part l’eau n’est définitivement plus un bien commun, et de l’autre, les prix de l’eau potable vont augmenter. Beaucoup d’agriculteurs seront tentés de prélever davantage dans les nappes phréatiques, dont la plupart sont déjà mal en point.

Avec le changement climatique, les sècheresses et les pluies violentes vont se multiplier en France. Les barrages servent à tamponner ces événements en faisant des réserves pouvant durer des mois. Il n’est pas sûr qu’une entreprise privée daigne prévoir des plans de remplissage à long terme dans le simple but de limiter les dégâts d’une sècheresse… Comment les convaincre d’adapter également les infrastructures au futur des besoins locaux ? Le témoignage de Jean-Louis Chauz, président du Conseil économique, social et environnemental d’Occitanie, illustre bien le ressentiment qui gagne peu à peu les collectivités : « En 2035, le déficit de stockage d’eau pour la nouvelle démographie de la région et les besoins de l’agriculture, des écosystèmes, de la préservation de la biodiversité, sera de 1 milliard de m3. EDF et Engie ont provisionné les budgets nécessaires pour engager les travaux pour le stockage d’eau. À l’heure où l’Occitanie est confrontée à un problème majeur de ressources en eau dans les années à venir, à même de compromettre son développement voire sa sécurité sanitaire, il est incompréhensible et dangereux de chercher à complexifier une organisation de la gestion de l’eau…».

Alors que plusieurs barrages présentent des risques, souvent en raison de leur grand âge, les investisseurs auront-ils envie de dépenser de l’argent pour les entretenir convenablement ? Pour rappel, EDF investit 400 millions d’euros par an dans le renforcement de ses ouvrages. « Les incertitudes quant au devenir des concessions hydrauliques pourraient obérer certains investissements», a d’ailleurs prévenu le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy. Pas question pour EDF de financer de nouveaux équipements si c’est pour s’en faire dépouiller dans la foulée par un concurrent, en somme. Cette réaction peut sembler normale, mais quid des travaux de rénovation entre temps, dont certains sont urgents ?

Socialiser les pertes, faire turbiner les profits

L’excédent brut des concessions est de 2,5 milliards € par an, dont la moitié revient aux collectivités territoriales. Ce qu’on appelle la « rente hydroélectrique », c’est-à-dire le bénéfice final, est donc d’au moins 1,25 milliard €. Globalement, le secteur est très excédentaire, y compris parce que la masse salariale n’est pas très importante : 21 000 pour tout le secteur hydraulique. Les coûts sont surtout liés à l’entretien des infrastructures. «Un GW d’hydraulique coûte 1 milliard d’euros à construire, mais tous nos barrages sont déjà amortis depuis longtemps, tout ce qui est turbiné aujourd’hui c’est du pur bénéfice, ce sera la poule aux œufs d’or pour le repreneur», explique Laurent Heredia, de la FNME-CGT.

 

L’Etat espère tirer 520 millions € de redevances par an (Cours des Comptes), soit presque 5 fois moins que l’excédent brut des concessions actuelles… Cela semble donc une très mauvaise opération financière. Alors pourquoi une telle décision ?

La France est le seul pays d’Europe auquel on ait demandé la privatisation des barrages. En Allemagne par exemple, les concessions ont été déléguées aux Landers. En Norvège, qui tire 99% de son électricité des barrages (certes non membre de l’UE) les licences hydrauliques ne sont ouvertes qu’à des opérateurs publics. La Slovénie a quant à elle constitutionnalisé «un grand service public de l’eau».

«Un GW d’hydraulique coûte 1 milliard d’euros à construire, mais tous nos barrages sont déjà amortis depuis longtemps, tout ce qui est turbiné aujourd’hui c’est du pur bénéfice, ce sera la poule aux œufs d’or pour le repreneur»
explique Laurent Heredia, de la FNME-CGT

Avant Emmanuel Macron, les gouvernements avaient cherché à gagner du temps sur la question, malgré les pressions de Bruxelles. Les ministres socialistes Delphine Batho et Ségolène Royal avaient par exemple essayé de trouver un équilibre en créant des sociétés d’économie mixte pour opérer des petits barrages : le public y conserverait une minorité de blocage de 34 % pour cadrer les éventuels repreneurs privés. En juin 2015, la Commission européenne juge que cela n’a rien à voir avec une concurrence « libre et non faussée » et met en demeure Paris « d’accélérer l’ouverture à la concurrence des concessions hydroélectriques».

La France «aurait pu classer son hydroélectricité comme service d’intérêt général échappant à la concurrence, mais n’en a rien fait», s’étonne Alexandre Grillat de la CFE-Energies. En effet, comme on l’a vu, contrôler un barrage peut avoir des répercussions jusque dans l’intégrité des centrales nucléaires…

Pour ne pas être accusé de « brader » les barrages à des étrangers, le gouvernement a laissé entendre qu’une priorité serait donnée aux repreneurs français. Total et Engie espèrent ainsi rafler la mise, mais des firmes allemandes, espagnoles, italiennes, norvégiennes, suisses, canadiennes et chinoises se sont déjà montrées intéressées. Un pas de plus sur le chemin de l’intrusion de puissances étrangères au cœur du réseau énergétique ?

Une filière sabotée qui témoigne de l’hypocrisie gouvernementale.

Toute la filière hydroélectrique, de la manufacture à l’usage, est attaquée par le gouvernement Macron. Quand Macron était ministre de l’Économie (2014-2016), il s’est arrangé pour permettre la vente d’Alstom à General Electric. GE est désormais actionnaire à 50% de la branche énergie d’Alstom qui construit différentes pièces essentielles pour les centrales nucléaires (les fameuses turbines Arabelle de Belfort), et les barrages…

Dans l’usine GE-hydro de Grenoble, un plan social de 345 postes (sur 800) laisse entrevoir un avenir incertain pour l’ensemble du site. Depuis plus d’un siècle, cette usine fabriquait et réparait sur mesure les turbines des grands barrages français avec un savoir-faire unique, mondialement reconnu. En plus d’avoir fourni 25% de la puissance hydraulique installée dans le monde (dont le barrage des Trois gorges en Chine) et avoir permis l’essor industriel des Alpes françaises, ses carnets de commandes sont pleins. Dès lors, comment comprendre cette décision ? En effet, pouvoir fournir des pièces de rechange est une activité stratégique essentielle… Et la transition écologique tant « priorisée » par Macron ne peut se faire sans l’hydraulique.

Impossible de trouver une raison rationnelle valable, y compris sur le plan strictement économique… Dès lors, ce sabotage organisé d’une activité stratégique (parmi tant d’autres) questionne sérieusement sur le bon sens du gouvernement. Le manque de transparence sur des changements aussi structurants pour la vie du pays est un déni de démocratie.

Du côté des salariés, la résistance s’organise. À l’appel de l’intersyndicale CGT-CFDT-CGC-FO, les hydrauliciens vont multiplier les arrêts de travail et déployer leurs banderoles sur les grands barrages d’EDF.

Lire la suite

Mouvements de grève chez EDF ! Notre modèle social est en jeu. Par Jacques Chastaing

26 Juin 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La mondialisation, #La finance dérégulée, #Services publics, #EDF, #l'horreur économique

26 Juin 2018

ENEDIS et GRDF massivement dans la lutte...que les médias ne rellaient pas

 

"Extraordinaire" au sens où elle sort de l’ordinaire et a un potentiel considérable dans la situation actuelle.
C’est une grève massive, dynamique qui a commencé il y a plus de six semaines du côté de Marseille en appui et coopération à la grève des cheminots lorsque la fédération CGT de l’énergie a appelé à accompagner la lutte qui démarrait à la SNCF par une lutte dans l’énergie sur des revendications propres à l’énergie mais sur des modalités semblables à celle des cheminots et dans un esprit convergent pour la défense du service public.

Déjà, cela a quelque chose d’extraordinaire. Mais il y a beaucoup plus.

Cet appel de la fédération CGT de l’énergie a été peu suivi dans les faits sinon essentiellement par les électriciens et gaziers des Bouches du Rhône qui ont tenu leur lutte longtemps. On aurait pu croire que les choses allaient s’arrêter là.
Mais cela a généré de proche en proche une autre grève tout aussi importante que celle des cheminots, voire probablement encore plus.

La première caractéristique de ce mouvement c’est sa force, son importance, sa détermination et probablement sa durée.

En effet, depuis une dizaine de jours environ, surtout une semaine et encore plus ces derniers jours et certainement encore plus les jours à venir, les sites Enedis et GRDF de la distribution sont entrés dans la grève les uns derrière les autres, beaucoup de manière perlée, pour déboucher ensuite et de plus en plus rapidement aujourd’hui vers des grèves reconductibles ou illimitées avec blocage ou occupation, faisant de ce mouvement la plus grande grève dans l’énergie depuis dix ans.

Il est très difficile de chiffrer exactement le nombre de sites en mouvement, depuis ceux avec simple débrayage perlé ou ponctuel et ceux qui sont totalement bloqués voire occupés jour et nuit, parce que tout bouge très vite et change de jour en jour. Pour donner toutefois un ordre d’idée de l’importance du mouvement, j’ai compté pour ma part à ce jour près de 300 sites qui sont dans le mouvement général en cours et peut-être pas loin de 160 ou 170 qui sont bloqués ou occupés avec une extension très rapide de cette dernière forme de lutte dans les derniers moments.
Enfin, ce qui est remarquable c’est que ce sont le plus souvent des jeunes qui sont à l’initiative de cette grève dont la CGT se montre solidaire plus qu’elle ne dirige véritablement le mouvement même si elle se trouve à sa tête et s’en fait le porte parole à sa manière vu sa force dans ce secteur.

Les grévistes veulent pour l’essentiel une augmentation mensuelle de 200 euros et 4 NR, c’est-à-dire en gros une augmentation mensuelle de 400 euros, un mini de 1.800 euros, l’embauche des CDD et intérimaires, l’arrêt des suppressions de postes et emplois programmés pour les années à venir, la réinternalisation de tous les services externalisés ces derniers temps et enfin la nationalisation de tous les secteurs de l’énergie pour un véritable service public de l’énergie au service des usagers et pas des capitalistes.

Ce mouvement se cherche depuis un certain temps et ne sort pas d’une situation de calme plat, puisque les électriciens et gaziers ont mené pas mal de luttes bien suivies et de longue durée ces deux dernières années avec notamment ce qui a été appelé les "mardi de la colère" pendant plusieurs mois début 2017 mais sans pour autant atteindre la même ampleur et détermination qu’aujourd’hui.

Le deuxième élément très particulier de cette grosse grève, au delà de ses particularités intrinsèque, c’est la situation dans laquelle elle se déroule et le fait que malgré son importance, elle est très peu visible, très peu connue... En effet, sans même parler des médias qui font silence au niveau national sur ce mouvement, très peu de directions de syndicats ou de partis la font connaître, en tout cas au niveau où elle le mériterait.

Ce silence assourdissant est révélateur de la peur profonde qu’inspire cette grève aux dirigeants politiques et économiques du pays.

Et c’est ce qui est important à comprendre.

Car au delà de ses caractéristiques propres ; vaste, massive, dynamique avec des jeunes ouvriers à la pointe du combat, elle a des revendications offensives, hardies, audacieuses et pas simplement défensives qui correspondent à tout ce que peuvent vouloir également tous les salariés du public, cheminots, hospitaliers, postiers, enseignants, étudiants, lycéens... qui voient avec colère mais aussi une certaine impuissance que le gouvernement est en train de démanteler tous les services publics du pays. Ce mouvement peut devenir pour eux tous, un étendard de ce qu’il faudrait faire, un encouragement fantastique à rentrer à son tour dans la lutte.

Or, en plus, cette grande grève surgit non seulement quand il peut y avoir un accueil favorable des militants, salariés et usagers mais aussi et surtout au même moment où les cheminots connaissent la plus longue grève de leur histoire sans avoir pu pour leur part cristalliser la colère latente dans le pays contre la politique de Macron.

Or, deux grandes grèves, en même temps et qui défendent toutes deux le service public, c’est-à-dire avec une possibilité de convergence, c’est tout à fait autre chose qu’une seule

C’est en effet un nouvel espoir pour de très nombreux salariés, usagers, citoyens qui commençaient à ne plus croire dans les possibilités de la grève des cheminots.
C’est pour ça que les médias font le silence le plus total sur ce mouvement.

Il ne faut surtout pas pour eux que les gens sachent que cette grève existe afin de ne pas susciter un nouvel espoir comme il y en a eu un au début de la grève des cheminots, voire plus important encore, d’une part parce que ce n’est pas un seul mouvement comme les cheminots auquel devait faire face Macron mais deux dans des secteurs importants qui peuvent bloquer l’économie et d’autre part parce que les électriciens et gaziers ne font pas une grève perlée qui rend difficile la "coagulation" mais une grève reconductible avec occupation.

Dans les circonstances particulières de cette grève, le silence sur ce mouvement pourrait pousser logiquement vers des solutions corporatistes, qui sont toujours perdantes face à un gouvernement qui veut tout détruire et dont la tactique est de démolir chaque mouvement l’un derrière l’autre. C’est le but du silence : isoler la grève pour qu’il n’y ait pas d’agrégation avec les cheminots ni avec les autres professions ni encore avec les usagers, faire que chaque site s’installe dans les joies et la convivialité de l’occupation, coupé des autres sites, coupé de l’ensemble, un peu comme l’avaient fait les étudiants en avril/mai qui occupaient les facultés, mettaient toute leur énergie là dedans et n’en avaient plus vraiment pour construire une coordination qui puisse entraîner, peser sur la situation actuelle et leur permettre de gagner.

Alors nous devons tout faire pour sortir cette grève du silence dans laquelle on essaie de l’enfermer, pour que les électriciens et gaziers en grève puissent aller jusqu’au bout de ce qu’ils veulent et gagner.

Aider les grévistes de l’énergie à faire connaître leur grève est un acte hautement politique, le plus politique du moment.

Jacques Chastaing, le 19.06.2018

Lire la suite

Appel d'Yves Cimbolini* aux agents EDF(RTE) afin de défendre le Service Public de l'Energie, héritage de Marcel Paul.

24 Juin 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #Services publics, #EDF

Marcel Paul, ministre communiste qui a nationalisé EDF et GDF.

Marcel Paul, ministre communiste qui a nationalisé EDF et GDF.

Salut les camarades:


Beaucoup d’entre vous connaissent l’engagement qui était le mien, lorsque j’étais encore à RTE et que j’y cumulais une mission de technicien d’exploitation avec une mission de militant syndical. 
Deux missions pour lesquelles, je me suis efforcé de faire de mon mieux afin de donner l’exemple.
Aussi à ce titre je me permets aujourd’hui de vous écrire ces quelques mots que je qualifierai ‘‘d’encouragement’’ !

Alors que les agents d’Enédis sont entrain de montrer l’exemple au niveau des luttes, je ne vois toujours rien du coté de RTE. 
Or, l’action qui a commencé il y a plusieurs jours risque de s’essouffler si de nouvelles troupes n'arrivent pas, ne serait-ce que pour relancer le moral des camarades dans l’action, qui risque de baisser. 
De plus à RTE nous avons de bons moyens de pression qui permettent de frapper là où ça fait mal, là où le pognon rentre……Vous les connaissez ! 

Le temps n'est plus aux négociations de quartier qui ne rapportent rien, mais que les directions proposent pour nous endormir, nous amuser, voire nous catonner dans de l’accompagnement, alors qu'elles suivent points par points la feuille de route que leur concocte le gouvernement actuel.
Soyez certains que même s'ils essayent de nous rassurer avec de beaux discours apaisants, ils mettront tout leur zèle à appliquer ces feuilles de route, car ils ont choisi leur camps et n'ont aucun état d'âme, surtout si nous baissons la garde.
 
Le temps est à l'action, car de prochaines échéances plus sérieuses arrivent, comme par exemple l'ouverture à la concurrence des installations hydroélectriques, projet déjà bien engagé, qui porterait un coup fatal à nos IEG.

 
Il faut refaire l’entreprise intégrée au moins dans l’action ! Pour commencer.....

Cette lutte nous ne pouvons pas la perdre, c’est celle du service public, c’est la sauvegarde de ce que nous ont légué les anciens en 1946. 
C'est aussi notre statut avec tout ce qui en découle qui est en jeu !
Faut vous bouger les camarades, car après il sera trop tard. 
Comme vous avez su le faire par le passé, les camarades d'Enedis nous montrent aujourd’hui l'exemple, alors rejoignez les, ils ont besoin de vous comme vous avez besoin d'eux. 

Ca leur redonnerait certainement du baume au cœur !
Leur lutte fait tellement peur, que les médias en sont paralysés (ou plutôt muselés) pas ou presque pas d’info. Cela prouve que, à condition d’être unis, nous avons les moyens de faire céder les détracteurs du service public.
 
Pour vous motiver, je vous remets le lien pour accéder à la carte de France des sites en actions. Il suffit d’y rajouter les vôtres:
https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1fVat-S6mIMj2AgTLkkYmuqubSOpA-vUF&ll=46.97927580322568%2C2.4879744500000243&z=6

Tous ensemble (En tant que retraité aussi je suis concerné) nous serons plus forts. 
En attendant, en tant que revenant, bien vivant et missionné par Marcel Paul, soyez certains que je ne cesserai de tirer les pieds des camarades endormis et aussi de leur casser un peu les coui.... Notamment pour ceux, dont la mission principale est de motiver les troupes, afin de les amener dans la lutte.
Alors courage c'est quand vous voulez !

Cette formidable conquête industrielle et sociale que nous devons à la loi de nationalisation des IEG du 8 avril 1946 à besoin de vous, répondez à sa demande elle vous le rendra bien.

 


Bien fraternellement à tous.
Hasta siempre camarades. 


Yves Lilou (Morpion missionné par Marcel Paul)

 

*Yves Cimbolini, agent EDF à la retraite, a travaillé comme technicien d'exploitation dans l'entreprise publique. Cette branche est devenue ERDF puis RTE afin de faciliter la privatisation de ce fleuron national. Militant CGT dès sa prise de fonction, il est devenu rapidement responsable syndical. A son actif de nombreuses actions qui ont permis des avancées significatives. La retraite n'a pas entamé son engagement syndical, bien au contraire! Il a de plus diversifié ses actions; il est également un conférencier très apprécié! Il est capable d'expliquer clairement et simplement l'importance du réseau électrique et de justifier l'impérieuse nécessité du monopole public sur ce secteur stratégique.

Lire la suite

Aux ordres de l’Union Européenne, Macron privatise les barrages hydroélectriques appartenant aux français

23 Février 2018 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République, #Services publics, #Etat, #EDF, #Les transnationales, #Les voleurs

Aux ordres de l’Union Européenne, Macron privatise les barrages hydroélectriques appartenant aux français
Aux ordres de l’Union Européenne, Macron privatise les barrages hydroélectriques appartenant aux français

La CGT énergie tire le signal d’alerte. Si les mobilisations de ces dernières années avaient pour le moment réussi à mettre en échec les plans de la de privatiser les grands barrages hydroélectriques français, le régime Macron a semble-t’il décider d’obéir en brave petit soldat de l’ultra capitalisme à M Juncker : et de brader ce patrimoine national, composante clef et essentiel de l’outil de production du service public de l’ en France.

Rappelons que les barrages hydroélectrique c’est entre 11% et 17% de l’électricité produite en France. La principale source d’électricité renouvelable, une production indispensable pour permettre de répondre à la fois au pics de consommation et à l’équilibre du réseau en raison du développement des énergies solaire et éolienne.
Rappelons que les grands barrages ont été financés et payés par les français, la pluspart construits et exploités par leur entreprise publique Electricité de France, ou par la Compagnie Nationale du Rhone ou la SHEM (ex SNCF).  Et soulignons pour ceux qu’ils l’oublieraient un peu vite que des millions de français vivent à l’aval des quelques 450 grands barrages hydroélectriques français. Qui peuvent être inquiets de la privatisation de ces ouvrages dont il y a tout lieux de craindre qu’elle engendrera une dégradation certaine des conditions de sécurité.

Les militants du PRCF – et leur journal initiative communiste – alertent de longue date contre cette dangereuse politique. Et ils ont eu l’occasion de souligner – notamment durant la dernière campagne présidentielle – que la reconstruction d’un service public de l’énergie 100% public, indispensable pour la transition énergétique à l’heure du réchauffement climatique, nécessite de briser les chaines de l’. L’idéologie c’est de vouloir rester à tout prix dans l’, alors que tout montre que les peuples ont tout à gagner à en sortir pour s’en sortir


La CGT appelle à la mobilisation :

L’Etat décide de brader les barrages hydro-électriques aux appétits du privé !

Depuis plusieurs années, la Commission européenne par la voix de la direction générale de la concurrence, tentait de tordre le bras à l’Etat français pour mettre en concurrence les concessions hydrauliques. La lutte des travailleurs de l’hydro-électricité a permis de bloquer ce processus de privatisation des barrages tout en maintenant le dialogue quant à l’avenir de ce secteur industriel primordial pour l’avenir énergétique.

Une rencontre intersyndicale avec Matignon a eu lieu ce jour. La FNME-CGT a découvert que l’Etat français, en bon soldat du libéralisme, avançait des propositions à la Commission européenne sans qu’elles n’aient été soumises à discussion en dehors des murs des ministères, notamment avec les premiers concernés : les représentants des salariés et des entreprises !

Ces propositions accélèrent la privatisation des barrages, dans un modèle incohérent et limitant fortement les possibilités des opérateurs en place de pouvoir continuer d’exploiter leurs ouvrages hydrauliques. Cette proposition va à l’encontre des discussions menées jusqu’à présent, il s’agit là une nouvelle fois de la méthode royaliste de M. Macron totalement antidémocratique.

Comment peut-on décider de brader la production d’électricité hydraulique quand, dans le même temps, tout le monde s’accorde à dire que ces moyens de production pilotable seront essentiels pour assurer l’équilibre entre production et consommation d’électricité, afin d’éviter des coupures généralisées ?

Comment peut-on décider de démultiplier le nombre de propriétaire des concessions hydrauliques, désorganisant ainsi le système hydro-électrique et ouvrant la boîte de Pandore aux entreprises énergétiques étrangères n’ayant que faire des besoins énergétiques de la Nation française ?

A l’échelle européenne, seule la France décide de perdre le contrôle de sa production hydro-électrique, l’ensemble des autres Etats membres ayant plus tendance à être protecteurs.

La FNME-CGT propose que l’ensemble des usages de l’eau soit constitutionnalisé et redevienne un service public.

La FNME-CGT et ses syndicats ne laisseront pas l’Etat français aller à l’encontre des besoins de la Nation. Les salariés de l’hydro-électricité sont fortement mobilisés pour défendre le service public de la production d’électricité hydraulique.

Dès les prochains jours, la FNME-CGT organisera la riposte à ce mauvais coup gouvernemental. Il est grand temps, en parallèle du débat sur la Programmation Pluriannuelle de l’Energie, de s’emparer de l’avenir énergétique de la Nation et notamment de son secteur hydro-électrique.

Lire la suite

La privatisation des barrages met en péril la transition énergétique

7 Décembre 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #Services publics, #EDF

La privatisation des barrages met en péril la transition énergétique
6 décembre 2017
 

 

Le gouvernement français, en application de décisions européennes, va mettre en concurrence et concéder au privé la gestion des barrages hydroélectriques. « Un travail de sape », selon les auteurs de cette tribune, qui va priver « les pouvoirs publics d’un outil indispensable à la transition énergétique ».

Le 25 octobre dernier, le cabinet du Premier ministre, Édouard Philippe, a fait savoir à l’interfédérale (CGT, FO, CFDT et CFE-CGC) des salariés de la branche hydroélectricité que le gouvernement ne reviendrait pas sur le principe de la mise en concurrence des concessions de barrages orchestrée depuis des années par la Commission européenne. Une décision de plus qui va contre l’intérêt général. Les auteurs de cette tribune, élus et membres de la France insoumise demandent au gouvernement de revenir sur cette décision.


 

Une fois de plus, la politique conduite par Emmanuel Macron va à l’encontre de l’intérêt général, du climat et du social. 

Après le désastre de la vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric, le cabinet du Premier ministre vient de faire savoir aux syndicats des salariés de l’hydroélectricité que le gouvernement ne reviendrait pas sur le principe de mise en concurrence et des concessions de barrages. Emmanuel Macron poursuit donc le travail de sape des gouvernements précédents en obéissant aux injonctions libérales de la Commission européenne. Cette décision priverait les pouvoirs publics d’un outil indispensable à la transition énergétique, construit depuis des décennies par des politiques publiques mais aussi par des ouvriers, techniciens, ingénieurs attachés à leurs métiers et aujourd’hui légitimement inquiets. Nous partageons leurs inquiétudes.

Nous avons besoin de ces barrages   !

Pour nous, élus citoyens, du Parti de gauche ou de la France insoumise, l’eau et l’énergie sont des biens communs dont la propriété et la gestion doivent rester publiques. La logique capitaliste à l’œuvre dans le privé ne permet pas une gestion désintéressée et durable   : le temps de la transition écologique n’est pas celui des actionnaires. La pérennité des investissements en faveur de l’hydroélectricité serait menacée, alors que plus de 25 % de nos barrages ont plus de 70 ans. Or nous avons besoin de ces barrages   ! L’hydroélectricité est le régulateur du système électrique du pays, permettant une régulation rapide de la quantité d’électricité produite et injectée dans le réseau, ce qui est plus compliqué avec les autres modes de production d’énergie. Sous pavillon privé, la rentabilité l’emportera sur la bonne gestion, au détriment des enjeux environnementaux.

Actuellement, l’hydraulique est la première source d’énergie renouvelable. C’est aussi une des seules qui peut stocker en masse de l’électricité. Selon l’Accord de Paris, les énergies renouvelables doivent être la première source d’énergie en France d’ici à 2040. Cela ne pourra se faire que si une politique publique résolument écologique est réalisée dès maintenant. 

C’est le temps des actes. 


LES SIGNATAIRES DE LA TRIBUNE

Gabriel Amard, coanimateur du livret « Eau, bien commun » de la France insoumise ;
Ugo Bernalicis, député ;
Jean-Marie Brom, coanimateur du livret « Énergie » de la France insoumise ;
Éric Coquerel, député ;
François Cocq, adjoint à la ville de Champigny-sur-Marne ;
Jérome Dutroncy, vice-président à Grenoble Alpes Métropole ;
Caroline Fiat, députée ;
Fabienne Grébert, conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes ;
Anne Henry, coanimatrice du livret « Énergie » de la France insoumise ;
Liêm Hoang Ngoc, conseiller régional Occitanie ;
Andrea Kotarac, conseiller régional Auvergne-Rhône-Alpes ;
Bastien Lachaud, député ;
Michel Larive, député ;
Bernard Macret, adjoint à la ville de Grenoble ;
Émilie Marche, conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes ;
Jean-Luc Mélenchon, député ;
Corinne Morel-Darleux, conseillère régionale Auvergne-Rhône-Alpes ;
Danièle Obono, députée ;
Mathilde Panot, députée ;
Loic Prud’homme, député ;
Adrien Quatennens, député ;Jean-Hugues Ratenon, député ;
Muriel Ressiguier, député ;
Jean-Christophe Sellin, conseiller régional Occitanie ;
Guilhem Serieys, conseiller régional de la région Occitanie ;
Danielle Simonnet conseillère de Paris.

Lire la suite

Macron président : quel avenir pour EDF ? La Tribune

13 Mai 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #La mondialisation, #La République, #La nation ., #La finance dérégulée, #EDF, #Services publics

Macron président : quel avenir pour EDF ?
 | 
(Crédits : Stephane Mahe)
C’est au cours du quinquennat qui s’ouvre que devra être décidé l’avenir du parc nucléaire français, et au-delà, de son exploitant EDF. La faisabilité tant technique qu’économique de la transition énergétique impulsée par la loi d’août 2015 dépend en grande partie de la façon dont ce dossier sera géré.

Dans une lettre adressée à son PDG le 21 avril, la ministre de l'Énergie Ségolène Royal a demandé à EDF de réviser dans les meilleurs délais - notamment sur le nucléaire - son « plan stratégique » destiné à adapter le groupe aux objectifs de la loi sur la transition énergétique d'ici 2018.

« Les actions prévues par EDF ne permettent pas de respecter les objectifs de diversification de la production d'électricité fixés dans la première période de la programmation pluriannuelle de l'énergie [PPE, ndlr] », écrit Ségolène Royal.

« Les conditions ne sont ainsi pas réunies pour que l'Etat puisse constater la compatibilité du plan avec la PPE », ajoute-t-elle.

Ce dernier épisode d'un feuilleton dont la fermeture de Fessenheim a constitué le fil conducteur, illustre bien ce qui attend Emmanuel Macron. Le candidat n'a guère été prolixe en matière d'écologie et d'énergie durant sa campagne, mais, comme l'indique son programme, il s'inscrit dans la droite ligne de la loi de transition énergétique concoctée par Ségolène Royal et adoptée en août 2015. Celle-ci prévoit notamment de réduire la part du nucléaire dans la consommation électrique de 73 % aujourd'hui à 50 % en 2025, de diviser par deux la consommation énergétique finale en 2 050 par rapport à 2012 (avec un objectif de 20 % en 2030), de réduire la consommation énergétique primaire d'énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à 2012 et de porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d'énergie en 2020 et 32% en 2030.

À l'inverse d'autres prétendants à l'élection présidentielle, le président a confirmé son projet de fermer les deux réacteurs de Fessenheim. Mais comme l'a montré l'imbroglio autour de ce sujet jusqu'à la toute fin du quinquennat Hollande, cela est plus facile à dire qu'à faire. En outre, selon la Cour des Comptes, c'est entre 17 et 20 réacteurs qu'il faut fermer pour atteindre les 50 % du mix électrique prévus pour 2025. En réalité, plus personne ne croit vraiment à cette date. Mais personne ne croit non plus possible d'entamer cette transition en restant dans le statu quo qui a marqué les cinq dernières années.

Quels mécanismes pour prolonger ou pour fermer les centrales ?

De l'avis général, le nouveau président ne pourra pas faire l'économie de décisions concernant l'avenir du parc nucléaire français. Concernant Fessenheim, il s'agit surtout de choisir les moyens d'acter sa fermeture, le décret publié au Journal officiel le 9 avril dernier n'ayant pas de valeur juridique. Parmi les 56 autres réacteurs qui composent le parc, indépendamment de l'objectif de 50 %, près d'une vingtaine atteindront pendant le quinquennat l'âge de 40 ans pour lequel les centrales ont été conçues à l'origine.
EDF souhaite en prolonger l'exploitation jusqu'à 50 ans, voire 60 comme c'est le cas aux États-Unis. C'est tout l'objet des travaux prévus dans le cadre du « grand carénage », pour un budget évalué à 50 milliards d'euros par l'opérateur et à 100 milliards d'euros par la Cour des Comptes.

« Stratégiquement, il ne faudrait pas attendre 2018 pour se prononcer sur les fermetures à venir » estime Géraud Guibert, fondateur et président de la fondation transpartisane La fabrique écologique.

Mais, comme il l'a répété à Mediapart vendredi 5 mai, Emmanuel Macron le fera « sur la base de ce que dira l'Autorité de sûreté nucléaire [ASN] » et non « sur un plan politique ». Or c'est à partir de 2018 que l'ASN doit rendre un premier avis générique, puis évaluer au cas par cas la faisabilité et les conditions d'une prolongation, notamment les travaux nécessaires. « Se posera alors la question du rapport coût/avantage du grand carénage », explique Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement et députée européenne, membre du comité politique du candidat Macron.

Pour Yves Marignac, porte-parole de l'association négaWatt, c'est à ce moment-là qu'il faudra arbitrer entre mettre en place des mécanismes financiers destinés à prolonger les centrales et au contraire accompagner leur fermeture. Mais, si l'ASN se prononce sur la nature des travaux à effectuer, c'est EDF qui en chiffre le coût et d'aucuns soupçonnent l'entreprise de chercher à le sous-estimer, faussant ainsi les bases de la comparaison. « Personne ne sait dire quel est le coût complet du nucléaire », a encore reconnu le candidat face à Mediapart.

L'inconnue Flamanville

Dans ce contexte, le programme d'Emmanuel Macron prévoit de « renforcer les moyens de l'ASN ». Celle-ci manque en effet de ressources humaines et financières pour mener à bien sa lourde tâche. Surtout, « n'étant pas dotée de personnalité morale, elle ne peut ni ester en justice, ni se défendre », déplore l'avocate Corinne Lepage. À l'inverse, son président, lui, porte une responsabilité pénale et civile.

En dehors des visites décennales des centrales atteintes par la limite d'âge, l'ASN doit se prononcer, en principe d'ici à la fin de l'année, sur la conformité de la cuve de l'EPR de Flamanville en cours de construction, à la suite de la détection d'anomalies dans la composition de l'acier de certaines zones du couvercle et du fond de la cuve, révélées en avril 2015. Ses coûts ayant déjà flambé de 3,3 à 10,5 milliards d'euros et la mise en service reportée de 2012 à fin 2018, on peut s'interroger sur ce qu'il adviendrait de ce chantier dans cette hypothèse.

Or, la fermeture de Fessenheim étant subordonnée à la mise en service de Flamanville, c'est tout simplement le coup d'envoi de la transition énergétique qui en dépend. Mais aussi, la situation financière, pour ne pas dire la survie, d'EDF. C'est le plus gros dossier que devra gérer Emmanuel Macron aux dires de tous les observateurs.

« Si l'ASN ne donne pas son accord et s'il faut démonter le couvercle, l'addition augmente encore de deux ou trois milliards, estime Corinne Lepage. Et là, c'est "stop ou encore" pour l'EPR, dont Flamanville doit être tête de série. »

Même si le contrat finalement signé par les Anglais ne subordonnerait plus la construction de Hinkley Point à celle de Flamanville, on peut douter de sa réalisation dans le cas où les Français s'avéreraient incapables de mener cette réalisation à son terme.

Une solution à l'allemande ?

La mauvaise santé financière d'EDF (endettée de 37 milliards d'euros alors qu'elle fait face à de gigantesques besoins d'investissement) peut difficilement se redresser dans un contexte de prix de marché très bas et face à autant d'incertitudes industrielles. Pour Jean-Philippe Tridant Bel, associé en charge de l'énergie au cabinet Alcimed, le salut de l'entreprise requiert « un peu de créativité de la part de l'exécutif ».

Lui propose de séparer ses activités et de créer une structure de défaisance regroupant tous les actifs à risque, comme l'ont fait les Allemands E.ON et RWE.

« Cela permet d'avoir pour les vingt à trente prochaines années une feuille de route gravée dans le marbre et prévoyant les investissements et les désinvestissements. »

Les actifs d'avenir (renouvelables, services, et même réacteurs, dans une logique export) seraient conservés dans une nouvelle entreprise de droit privé.

« Bien sûr, cela revient à casser un monopole et clore le premier tome d'une histoire », reconnaît le consultant. Géraud Guibert ne croit guère à la piste de la scission, qui « reviendrait à reconnaître que le nucléaire, c'est du passé. »

« Il faut assumer de dire aux Français que le nucléaire n'est plus l'alpha et l'oméga de la politique énergétique française et proposer une vraie trajectoire d'évolution, affirme au contraire Yves Marignac. Jusqu'à présent, le politique n'a pas dessiné ce projet industriel de transformation d'EDF qui serait non seulement négociable avec l'ensemble des parties prenantes en interne, mais aussi acceptable et même positif pour le grand public, qui reste très attaché à l'image de l'entreprise publique. »

Comme le relèvent Corinne Lepage et Géraud Guibert, il est aberrant et juridiquement incompréhensible qu'au motif de conflit d'intérêts les administrateurs représentant l'Etat soient écartés des votes concernant les sujets traités par l'Etat. On ne voit cela dans aucune autre entreprise publique. Or c'est pour cette raison qu'en dépit des 84 % qu'il détient dans l'entreprise, l'état n'est pas parvenu à imposer la fermeture de Fessenheim.

« Ce qui a surtout manqué, observe le conseiller maître à la Cour des Comptes, c'est une vraie stratégie d'industrialisation du site suite à la fermeture ». Cette lacune traduit un manque de réelle volonté politique, indispensable pour que l'ensemble des acteurs puissent anticiper les évolutions à venir et les traduire, notamment en mesure de formation et de reconversion. C'est désormais à Emmanuel Macron qu'il revient d'y remédier.

Lire la suite