Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #europe supranationale tag

Le recours aux travailleurs détachés a explosé en France en 2015.

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #La mondialisation, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #Europe supranationale, #AMERIQUE

Le recours aux travailleurs détachés a explosé en France en 2015

L'industrie est le troisième secteur concerné par les salariés détachés en France.  afp.com/Philippe Desmazes

L'industrie est le troisième secteur concerné par les salariés détachés en France. afp.com/Philippe Desmazes

Plus de 286 000 travailleurs détachés ont été déclarés à l'administration française l'année dernière, soit une hausse de 25% par rapport à 2014. Le gouvernement attribue cette augmentation à sa lutte contre la fraude.

Une hausse de 25% par rapport à 2014. En 2015, 286 025 travailleurs détachés ont été déclarés à l'administration française, selon des données provisoires transmises à la Commission nationale de lutte contre le travail illégal (CNLTI).

En 2014, 228 600 travailleurs détachés avaient été déclarés. Leur nombre, en constante augmentation, a décuplé en dix ans (26 466 en 2005). Selon le gouvernement, cette hausse est "probablement" due aux "contrôles de plus en plus fréquents" et aux "sanctions nouvelles", qui ont poussé certains employeurs à déclarer des "détachements précédemment non déclarés".

La Pologne, principal exportateur

En 2015, le temps de travail effectif des travailleurs détachés a aussi fortement augmenté (+11%), pour atteindre 10,7 millions de jours, soit plus de 46 500 équivalents temps-plein (ETP).

La Pologne est le principal pays d'origine des salariés détachés en France, avec 46 816 travailleurs. Suivent le Portugal (44 456), l'Espagne (35 231) et la Roumanie (30 594). Le bâtiment-travaux publics (BTP) reste le premier secteur concerné (27% des déclarations), même si sa part diminue, devant l'intérim (25%) et l'industrie (16%).

Le détachement, un système souvent détourné

Encadré par une directive européenne de 1996, le détachement permet à une entreprise européenne d'envoyer temporairement ses salariés en mission dans d'autres pays de l'UE, en n'appliquant que le noyau dur de sa réglementation (Smic, conditions de travail) tout en continuant de payer les cotisations sociales dans le pays d'origine.

Mais le système fait l'objet de nombreux détournements: non-déclaration, rémunérations très inférieures au Smic, dépassement des durées maximales de travail, hébergement indigne, etc.

+ Plus d'actualité sur : Travailleurs détachés: l'Europe est-elle victime de dumping social?

Lire la suite

La France en voie de disparition - l'analyse de Marie France Garaud

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La République, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #l'horreur économique

La France en voie de disparition - l'analyse de Marie France Garaud 20-08-2015

Ajoutée le 22 août 2015

La France en voie de disparition - l'analyse de Marie France Garaud
le 20-08-2015 sur France Culture

Lire la suite

La Turquie n'envoie en Europe que les migrants malades et sans éducation !! Par Charles Sannat.

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Terrorisme, #Le fascisme, #La Turquie, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #Les transnationales, #La mondialisation, #Le grand banditisme, #l'horreur économique

La Turquie n'envoie en Europe que les migrants malades et sans éducation !!

La Turquie n'envoie en Europe que les migrants malades et sans éducation !! Par Charles Sannat.

Les migrants sont forcément un coût avant de devenir un « bénéfice » potentiel. Bon, mais ça c’est la théorie rassurante que l’on vend à Madame Michu et aux ménagères européennes de moins de 50 ans.

La réalité c’est que la Turquie trie consciencieusement les migrants pour envoyer en Europe uniquement…

Les malades et les sans éducation !

Ho, ne hurlez pas à mon fascisme ou à mon racisme ou encore à ma xénophobie, vous tomberiez bien mal avec moi. Pour tout vous dire, je fais partie de ceux qui pensent que la valeur d’un homme n’est jamais liée à la couleur de sa peau mais à ses principes moraux, à son éducation et à son courage.

Je pense aussi qu’il est impératif et indispensable d’être fort d’un côté et sage de l’autre. Tout ne se vaut pas. Tout n’est pas acceptable, tout n’est pas négociable. Il y a des limites que nous ne devons pas avoir peur d’évoquer car il y va de l’intérêt supérieur de notre nation, de sa stabilité sociale et, bien sûr, également économique.

Dire la vérité est une face de l’expression du courage, et il est important de dire cette vérité.

Et qui dit la vérité ? Un grand quotidien anglais, The Telegraph, que personne de censé ou de sérieux ne peux traiter ou qualifier de fasciste, les Anglais étant par ailleurs particulièrement ouverts et tolérants aux autres cultures. Mais ils savent aussi être d’un grand pragmatisme quand nous sommes pétris d’idéologie mortifère et confinant à la plus grande des stupidités.

Vous pourrez apprendre dans cet article qu’aucun grand média bien-pensant n’osera jamais ni traduire ni encore moins évoquer que :

« Ankara procède à un tri sélectif des migrants quand il s’agit de les envoyer en Europe dans le cadre de l’accord conclu par la Turquie et l’Union européenne. »

Ou encore que :

« La Turquie a besoin de migrants diplômés et en bonne santé. Pour cette raison, en application de l’accord sur les migrants, le pays envoie en Europe des réfugiés malades et avec un niveau d’éducation extrêmement bas », révèle le journal britannique The Telegraph.

« Des représentants officiels de l’Union européenne accusent ainsi Ankara de procéder à une sélection et d’empêcher les migrants diplômés de partir, précisant également que ces derniers pourraient mieux s’intégrer dans la société européenne. »

Et enfin, histoire d’achever ceux qui penseraient encore que les migrants seront une « chance économique pour l’Europe », méditez sur cette dernière phrase :

« Ankara raye de la liste des demandeurs d’asile des médecins syriens, des ingénieurs, des scientifiques et d’autres personnes hautement qualifiées, les empêchant ainsi de partir, lit-on dans le journal britannique. »

L’Europe récupère donc après les bons-offices ne nos « amis » turcs, les analphabètes et les malades.

Pour l’Europe, un coût de plus en plus important !

Pour les analphabètes, cela va être compliqué de les intégrer dans le siècle de l’économie de la « connaissance » et dans un marché du travail qui réclame des compétences de plus en plus pointues. Qu’en ferons-nous ? Rien. Quel avenir leur proposerons-nous ? Aucun. Comment cela se passera-t-il à terme ? Mal évidemment puisque sans perspectives positives, il n’y a pas d’intégration apaisée.

Pour les malades, il faudra évidemment les soigner, humainement il n’y a pas d’autre possibilité si ce n’est d’exiger une juste répartition de ces coûts et la Turquie doit aussi faire sa part.

Imaginer qu’un pays puisse procéder de la façon dont le fait la Turquie constitue tout simplement, et cela doit-être dit, un acte de guerre et une attaque directe contre les intérêts supérieurs de nos nations européennes.

Les pauvres migrants, qu’ils soient migrants de guerre ou migrants économiques, n’y sont pour rien. Ils poursuivent leur propre logique de migrants tandis que certains États se servent de toute une gamme de couillons utiles à des fins politiques et de déstabilisation.

Les migrants, comme les grandes parties des extrême-gauchistes, sont en réalité les idiots utiles des mondialistes et du totalitarisme marchand, participant malgré eux à l’éclatement des nations et à la création d’un immense maelström globaliste tellement divisé qu’aucun contre-pouvoir ne pourra plus jamais émerger afin de contrer le pouvoir exorbitant que s’arrogent les grandes multinationales.

En attendant, mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae

Lire la suite

La vague de grèves contre l’austérité se propage en France et en Belgique

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Europe supranationale, #Economie, #Le fascisme, #AMERIQUE, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #La mondialisation, #La finance dérégulée, #Le traité Transatlantique.

La vague de grèves contre l’austérité se propage en France et en Belgique

Par Kumaran Ira
27 mai 2016

Comme les grèves et les occupations continuent en France contre la loi-travail réactionnaire imposée plus tôt ce mois-ci par le gouvernement du Parti socialiste (PS), malgré les attaques contre les grévistes par la police antiémeute, des protestations et des grèves contre l’austérité éclatent en Belgique voisine. Mardi, quelque 60 000 travailleurs ont défilé à Bruxelles contre les mesures d’austérité du gouvernement conservateur du Premier ministre Charles Michel.

La manifestation de Bruxelles vise des réductions prévues dans le système de protection sociale, les compressions budgétaires dans les services publics et l’éducation national, et une réforme du travail permettant aux patrons d’introduire une semaine de travail de 45 heures et d’imposer des heures supplémentaires sans rémunération supplémentaire.

Avant la manifestation de mardi, le gouvernement Michel a renforcé les mesures de sécurité draconiennes imposées après l’attaque terroriste du 22 mars à Bruxelles. Il est maintenant clair que le gouvernement belge, qui a ignoré les mises en garde des agences de renseignement étrangères concernant l’identité et les plans des attaquants du 22 mars, a utilise les mesures de sécurité pour réprimer l’opposition interne de la classe ouvrière. La police anti-émeutes a utilisé des canons à eau et des gaz lacrymogènes contre la manifestation de mardi, blessant plusieurs personnes. Dix personnes auraient été arrêtées.

Le mouvement grandissant contre l’austérité en Belgique coïncide avec une vague croissante de grèves en France. La loi travail régressive du PS permet aux entreprises de négocier avec les syndicats pour allonger la semaine de travail jusqu’à un maximum de 46 heures et de réduire les salaires. Il assouplit également les conditions de licenciement des travailleurs. La loi, majoritairement refusée par les travailleurs et les jeunes, est largement considérée comme une attaque illégitime contre les droits sociaux des travailleurs acquis par des décennies de lutte.

En France, les grèves se produisent dans les raffineries de pétrole et les ports et dans l’aviation civile, les chemins de fer, l’énergie, le transport et la construction. Des manifestations à échelle national ont lieu jeudi, après que des dizaines de milliers de personnes ont participé à des manifestations le 19 mai.

Une grève dans le secteur pétrolier qui dure depuis une semaine paralyse l’économie française et provoque des pénuries de carburant à grande échelle. Trente pour cent des 12 000 stations-service en France seraient totalement ou partiellement à sec.

Le gouvernement PS a réagi en dénonçant hypocritement les travailleurs qui protestaient. Le Premier ministre Manuel Valls a déclaré que « la démocratie est prise en otage par une minorité ».

C’est un mensonge éhonté et provocateur. C’est le gouvernement PS qui se comporte comme une dictature, forçant le passage de cette loi socialement régressive sans vote parlementaire face à l’écrasante opposition populaire, en utilisant les pouvoirs d’urgence des dispositions de l’article 49.3 de la Constitution française, antidémocratique, pour le faire.

Une grande majorité de la population tient le président François Hollande et le Premier ministre Manuel Valls pour responsables des tensions sociales et des perturbations industrielles causées par les grèves. Une enquête Elabe publiée mercredi a révélé que près de 70 pour cent de la population pour que le PS recule, et non pas les grévistes, en retirant la Loi travail.

Les grèves minent le gouvernement PS, déclenchant une crise profonde et des demandes du retrait de la loi, même au sein du PS lui-même. Bruno Le Roux, chef du groupe PS à l’Assemblée nationale, a appelé le gouvernement à retravailler la loi travail. Il a particulièrement distingué l’article 2, qui permet aux syndicats de signer et de mettre en œuvre des contrats violant le Code du travail et les accords de branche.

Valls s’est opposé à cette proposition au Parlement, affirmant qu’il n’y aurait « ni retrait du texte, ni remise en cause de l’article 2 car c’est le cœur de la philosophie du texte ».

Au lieu de cela, le gouvernement du PS est déterminé à utiliser la répression policière pour écraser les grèves et les blocus des travailleurs du pétrole.

Après l’envoi des CRS, mardi, pour attaquer les travailleurs qui bloquaient la raffinerie de pétrole à Fos-sur-Mer près de Marseille, la police est intervenue hier pour rétablir l’accès à un dépôt de carburant clé à Douchy-les-Mines près de Valenciennes dans le nord de la France. Le dépôt avait été bloqué par les membres de la Confédération générale du travail (CGT) et les syndicats Solidaires depuis le 19 mai.

L’attaque a commencé mardi matin à environ 5h, lorsque 20 camions de police ont convergé sur la raffinerie et les CRS ont utilisé des canons à eau pour déloger les 80 travailleurs qui bloquaient l’accès.

Malgré la répression policière, les grèves se propagent à travers les installations pétrolières de la France. Huit raffineries du pays sont toutes touchées par la grève. La raffinerie Total de Feyzin près de Lyon et celle de Normandie ont arrêté la production. L’installation de Grandpuits, près de Paris sera bientôt à l’arrêt complet et celle de Donges, près de Nantes, va fermer plusieurs unités, tandis que celles de La Mède de Fos-sur-Mer et Lavéra dans la région de Marseille fonctionnent au ralenti. Des dizaines de dépôts de carburant, sur un total de 78 en France, sont également bloqués.

Avec la pénurie de carburant qui s’aggrave, le gouvernement a commencé à entamer ses stocks de réserve stratégique de carburant. Francis Duseux, le président du groupe UFIP (Union Française des Industries Pétrolières), a déclaré à la radio RMC : « Depuis deux jours, comme il y avait des problèmes de fonctionnement de raffinage, des blocages de dépôts, on a commencé, en collaboration avec les pouvoirs publics, à utiliser les stocks de réserve ».

Terrifiés par ces protestations, les cercles dirigeants demandent au gouvernement de fouler aux pieds le droit de grève protégé par la Constitution et de forcer les employés à reprendre le travail. Les républicains de droite (LR) ont demandé au PS de réquisitionner des travailleurs du pétrole et de les obliger légalement de reprendre le travail. Le députe Eric Ciotti a dit : « Il faut réquisitionner, comme Nicolas Sarkozy l’avait fait en 2010. C’est une mesure d’intérêt général, on ne peut pas laisser le pays bloqué par une petite minorité ».

Pendant ce temps, les grèves éclatent dans d’autres industries françaises contre la loi Travail. La fédération CGT-énergie a appelé à une action de grève à la compagnie publique d’électricité française EDF et prévoit des blocages de sites pour couper la production d’électricité. Cela conduirait à des coupures de courant à travers le pays. Hier, les travailleurs de 19 centrales nucléaires, y compris Nogent-sur-Seine au sud-est de Paris et Gravelines dans le Nord, ont voté pour faire grève jeudi.

Les syndicats de la SNCF ont appelé à faire grèves hier et aujourd’hui, et la CGT a émis un préavis de grève reconductible à partir du 31 mai. Une grève illimitée est prévue dans le métro parisien (RATP), à partir du 2 juin, contre la loi Travail et les conditions de travail médiocres ainsi que pour de meilleurs salaires.

Les travailleurs aéroportuaires, dont les aiguilleurs du ciel, le personnel administratif et les ingénieurs et techniciens sont en grève aujourd’hui, ce qui provoque l’annulation de vols dans plusieurs aéroports. Une grève nationale est prévue entre le 2 et 5 juin impliquant les aiguilleurs du ciel et les travailleurs de l’aviation civile pour protester contre la loi Travail et la baisse des effectifs.

Les dockers et travailleurs des ports entrent également en lutte, avec les dockers à Marseille et Le Havre, où transite 40 pour cent des importations françaises, ayant voté pour faire grève jusqu’à vendredi pour protester contre la répression policière mardi à l’installation pétrolière de Fos-sur-Mer.

Depuis lundi, les dockers de Marseille ont refusé de décharger des marchandises, y compris les produits pétroliers bruts et raffinés, en direction des raffineries. Quelque 29 navires transportant du pétrole brut étaient encore bloqués hier, la CGT appelant à la grève dans les installations portuaires publiques de Marseille ainsi que chez Fluxel, l’opérateur privé qui gère deux terminaux pétroliers.

(Article paru en anglais le 26 mai 2016)

Lire la suite

Grèves, blocages et cohérence

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #l'horreur économique, #Le grand banditisme, #La mondialisation, #Europe supranationale, #Le syndicalisme, #Le socialisme, #AMERIQUE

Grèves, blocages et cohérence

Grèves, blocages et cohérence

Jacques SAPIR

Le Premier-ministre, le gouvernement et la presse aux ordres se déchainent contre la CGT et qualifient les grèves qui touchent les raffineries de « terrorisme social ». Le discours tenu aujourd’hui par Manuel Valls est en contradiction complète avec celui qu’il tenait en 2010. Vérité dans l’opposition, erreur dans la majorité…Mais, l’inquiétant est que, par sa pratique, comme une gestion exclusivement policière du mouvement ou par l’usage abusif de l’article 49-3 pour faire passer la loi « El Khomri », tout comme par son langage, il installe un climat de guerre civile en France. Il le fait alors que nous vivons, du moins en théorie, dans l’état d‘urgence. Ce comportement parfaitement irresponsable constitue aujourd’hui une menace pour la paix civile.

La rançon de l’UE et de l’Euro

La vérité, niée par le gouvernement mais aujourd’hui largement révélée par de multiples déclarations de dirigeants de l’UE, est que cette loi El Khomri est la rançon qu’il nous faut payer à Bruxelles, à l’Union européenne et à l’Euro pour faire admettre un déficit dépassant les normes [1]. On sait que les diverses instances européennes reprochaient à la France son « manque » de réforme et la menaçaient de procédures disciplinaires. De fait, cette loi est la stricte application de la « stratégie de Lisbonne » et des « Grandes Orientations de Politique Économique » qui sont élaborées par la direction générale des affaires économiques de la Commission européenne [2]. C’est pour cela que le gouvernement y tient tant et qu’il ne veut, ni ne peut, revenir sur sa décision.

Nous sommes donc rançonnés, ce qui est logique car nous ne sommes plus souverains. Mais, cette loi ne constitue plus précisément une partie de la rançon. Déjà Emmanuel Macron, Ministre de l’économie annonce un politique de modération salariale, soit la diète pour les salariés, au moment même ou il s’oppose à une mesure similaire pour les patrons. Beau raisonnement d’un homme qui confond un gouvernement avec un conseil d‘administration. Car, dans l’esprit de Monsieur le ministre, est intégré le fait que la France ne pouvant plus dévaluer, elle ne peut rétablir sa compétitivité que dans une course au « moins disant/moins coûtant » salarial. La volonté de ramener toute négociation dans le strict cadre des « accords d’entreprise » au détriment des accords de branches ou des accords nationaux, affaiblissant de manière dramatique le rapport de force des salariés face aux patrons.

Rapport de force et légitime défense

Rapport de force, voilà bien le mot qui fâche, mais qui néanmoins s’impose. Il n’est de bonne négociation qu’avec un rapport de force construit et, bien souvent, pour qu’il en soit ainsi il faut faire intervenir des agents extérieurs à la négociation. Ce qui nous conduit directement à la question des grèves et des blocages actuels. Il y a conflit, cela est évident pour tout le monde.

Ce conflit oppose le gouvernement, et au-delà une large partie de la « classe politique » de « gauche » comme de droite, à une large majorité de la population, les sondages donnant de 70% à 74% d‘opposants à cette loi [3]. La montée des protestations ayant eu quelques échos au sein du parti dit « socialiste », le gouvernement se vit privé de majorité, et décida d’engager l’article 49-3, ce qui n’est – ni plus, ni moins – qu’un détournement éhonté de procédure[4]. De ce point de vue, le recours à des formes de luttes plus violentes s’apparente à une légitime défense. Une légitime défense sociale, assurément, contre des mesures contenues dans une loi qui ont été imposées de l’étranger et au mépris des règles de la démocratie, mais cette légitime défense sociale n’en est pas moins légitime.

Il est clair que ces formes de luttes créent un désordre, et touche des personnes qui ne sont pas directement impliquées. Mais, ce désordre ne fait que répondre à un désordre premier, qui résulte de l’usage du 49-3. Prétendre alors s’offusquer de la conséquence et non de la cause relève de la plus pure hypocrisie. On ne peut condamner les blocages que si, au préalable, on condamne l’usage du 49-3, et plus généralement la tactique du gouvernement qui n’apporte que des réponses policières à un mouvement social. De fait Manuel Valls se révèle un émule de Jules Moch.

Hypocrisies et cohérence

Cependant, ce ne sont pas les seules hypocrisies suscitées par ce mouvement de protestation. Comment qualifier ainsi l’attitude de dirigeants d’un parti qui proclame à qui veut l’entendre son opposition aux pratiques et aux politiques édictées par l’UE, mais qui n’a que « l’ordre » à la bouche quant il s’agit des blocages des raffineries et des dépôts de carburant. Pourtant, que l’on sache, ils ne condamnent pas la légitime défense de manière systématique. Qu’ils réfléchissent donc sur l’origine des désordres qu’ils prétendent condamner et ils verront toute l’incohérence de leurs positions.

Il y a aussi beaucoup d’hypocrisie dans les condamnations des blocages par ces députés d’opposition qui sont les premiers à s’indigner contre les mesures européennes et contre la perte de souveraineté qu’elles entraînent, mais qui ont un haut-le-cœur quand des travailleurs passent concrètement à l’action contre ces mesures.

Il y a, enfin, une hypocrisie immense dans le comportement de ces membres du P « S » qui condamnent sans la condamner la loi El Khomri, et qui refusent de dire les choses telles qu’elles sont parce qu’ils comprennent bien que l’origine première de ces dites choses, c’est l’Union européenne et l’Euro.

Ce qui menace aujourd’hui la France, c’est la combinaison de deux phénomènes. D’une part, l’entêtement de ce gouvernement qui n’est plus que le fondé de pouvoir d’une puissance étrangère et qui, pour ne pas déplaire à ses véritables maîtres est prêt à plonger le pays dans la guerre civile. D’autre part, c’est l’hypocrisie généralisée de beaucoup, et le manque de cohérence que révèle cette hypocrisie. Car, nos adversaires, ceux de Bruxelles et de Francfort, ceux qui cherchent à imposer en France ce qu’ils ont déjà imposé en Grèce, en Espagne et en Italie, eux, sont cohérents.

Jacques SAPIR

[1] Voir http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/05/17/31001-20160517ARTFIG00...

[2] Voir le « Rapport pour la France » établi en février 2016 par les services de la commission européenne, pp. 82 et ssq. http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/csr2016/cr2016_france_fr.pdf

[3] http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1512903-les-francais-hostiles...

[4] Voir Sapir J., « Nous y voilà (49-3) » note publiée sur le carnet RussEurope le 11 mai 2016, https://russeurope.hypotheses.org/4941

 

 

Lire la suite

Fort mouvement de troupes lourdes de l’OTAN via la Saxe sur l’Estonie !

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #La Russie, #L'OTAN., #Le fascisme, #La guerre, #Europe supranationale

Fort mouvement de troupes lourdes de l’OTAN via la Saxe sur l’Estonie !

Fort mouvement de troupes lourdes de l’OTAN via la Saxe sur l’Estonie !

on: mai 29, 2016

La presse allemande relaie l’information en montrant les photos des soldats et du matériel lourd rouler dans les villages allemands. A voir ces photos, on croit voir les blindés américains du débarquement du 6 juin 44 rouler sur l’Allemagne. L’impunité des forces U.S se montrent au grand jour ! L’Allemagne, pays occupé depuis la Première Guerre mondiale, clairement occupée depuis 1945 par l’OTAN pour devenir une plate-forme d’occupation répondant à la politique de Washington, de l’OTAN et de l’ONU, montre à ceux qui auraient encore des doutes la mise sous tutelle du peuple allemand et le danger d’une Troisième Guerre mondiale à cause des provocations incessantes des U.S.A et des leaders de cette Europe actuelle.

Fort mouvement de troupes lourdes de l’OTAN via la Saxe sur l’Estonie !Fort mouvement de troupes lourdes de l’OTAN via la Saxe sur l’Estonie !
Lire la suite

Les bas salaires allemands en chute libre depuis dix ans

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #Economie, #La France, #l'Allemagne, #AMERIQUE, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #Le fascisme

Les bas salaires allemands en chute libre depuis dix ans

Par Emilie Lévêque, publié le 19/07/2011

Les bas salaires allemands en chute libre depuis dix ans
Une Allemande porte une pancarte "merde aux jobs à 1 euro" lors d'une manifestation dans une agence pour l'emploi à Hambourg.Une Allemande porte une pancarte "merde aux jobs à 1 euro" lors d'une manifestation dans une agence pour l'emploi à Hambourg.

 

La politique de désinflation compétitive outre-Rhin entre 2000 et 2010 s'est traduite par une baisse globale des revenus nets des travailleurs de 2,5%. La chute atteint 20% pour les bas salaires.

Entre 2000 et 2010, la richesse nationale allemande a crû de 25%, passant en valeur de 2000 à 2500 milliards d'euros annuels. Si les bénéfices des entreprises et les revenus de placement ont fortement augmenté, ce n'est en revanche pas le cas des revenus des travailleurs allemands. En effet, pour regagner des parts de marché à l'export, principal moteur de l'économie, l'Allemagne a appliqué depuis le début des années 2000 un politique de désinflation compétitive, autrement dit de forte modération salariale. 

Résultat: alors que le salaire annuel moyen a crû de 10,8% en France sur la période 2000-2009, il n'a progressé que de 1% outre-Rhin. En termes nets réels, les salaires des travailleurs allemands ont même diminué de 2,5% sur la période. C'est ce que révèlent des données inédites de l'Institut allemand de recherche économique (Deutsche Institut für Wirtschaftsforschung, DIW), publiées par le Berliner Zeitung ce mardi. 

 
 

Ces données, issues d'une enquête réalisée chaque année auprès de milliers de salariés sur leurs conditions de vie, montre en outre que la chute des revenus nets réels a été bien plus forte sur la période pour les bas salaires (-16% à -22%) que pour les revenus les plus élevés, qui affichent eux une légère hausse de 1%. En comparaison, les revenus nets des ouvriers français ont progressé de 0,5% en moyenne par an sur la période 1995-2008, grâce au dynamisme du Smic.  

Mais l'Allemagne n'a pas de salaire minimum légal. Surtout, les diverses réformes du marché du travail adoptées sous Schröder (les lois "Hartz") ont facilité le recours aux travailleurs intérimaires et encouragé le développement massif de "mini-jobs" (contrat de travail précaire, moins taxé, de courte durée et pour un salaire compris entre 400 et 800 euros par mois).  

Ces réformes ont permis de réduire le taux de chômage en Allemagne, reconnaît Joachim, directeur de l'Institut allemand de recherche sur le marché du travail, cité par le Berliner Zeitung. Marché du Travail et de la recherche du travail. Toutefois, elles sont également responsables de "l'inégalité croissante des salaires" outre-Rhin. 

Lire la suite

« De la souveraineté »

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #l'horreur économique, #Le fascisme, #Le grand banditisme

« De la souveraineté »

Nous luttons contre la loi travail, mais ceci n’est qu’une miette par rapport à ce que nous devrions combattre, car le véritable problème, celui qui est au centre de toutes les décisions politiques, de toutes les aberrations, de toutes les évolutions dans le mauvais sens, de toutes les trahisons, il faut bien le rappeler, c’est que nous n’avons plus aucune souveraineté, rien, que dalle, nous n’avons plus que des pions qui jouent un rôle dans ce théâtre grand-guignolesque et dont la seule fonction est d’obéir, notamment à Bruxelles!

La souveraineté, rien que d’en parler nous ferait passer pour des militants d’un extrême politique décrié, voire des conspis qui voient le mal de partout, et pourtant, à bien y regarder, que reste-t-il à la France?

 

image: http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2016/05/Slogan-resistance.jpg

« De la souveraineté »
  • Nous n’avons plus de frontières si ce n’est dans la rhétorique, de ce côté là nous sommes déjà une région du nouvel ordre mondial tel que l’ont évoqué Sarkozy (voir ici et ici)ou Obama (voir ici) dans leurs discours.
  • Nous avons perdu le droit à la planche à billets en 1973 avec la loi Pompidou-Rothschild, nous forçant à emprunter sur des marchés privés et directement responsable de l’endettement incommensurable de la France (voir ici).
  • Nous n’avons plus de frontières si ce n’est dans la rhétorique, de ce côté là nous sommes déjà une région du nouvel ordre mondial tel que l’ont évoqué Sarkozy (voir ici et ici)ou Obama (voir ici) dans leurs discours.
  • Nous avons perdu le droit à la planche à billets en 1973 avec la loi Pompidou-Rothschild, nous forçant à emprunter sur des marchés privés et directement responsable de l’endettement incommensurable de la France (voir ici).
  • Nous avons également perdu la bourse de Paris qui n’est plus parisienne que de nom puisqu’elle a été rachetée par le New York Exchange, elle est donc maintenant américaine (voir ici), quant aux serveurs, ceux-ci se trouvent en Angleterre, même pas en France.
  • Une partie de l’or français ne l’est plus non plus, il a été vendu par Sarkozy « himself » à ses copains américains pour sauver le dollar sans que les USA n’aient à vendre la moindre once de leur côté (voir ici)! Et ne parlons pas de la banque de France qui envisage également de vendre de l’or pour survivre (voir ici)…
  • La banque de France n’est plus vraiment française non plus, elle est européenne, faisant partie de l’Eurogroup, ce qui est en fait la mise en place d’une finance centralisée (voir ici). « Un seul état, une seule finance ».
  • Nous avons aussi perdu la gestion de notre pays avec le pacte budgétaire européen puisque ces chers politiciens PS-UMP ont permis cette « évolution » dans notre système, c’est donc Bruxelles qui va pouvoir décider pour nous, enfin…. Nous…. (voir ici)
  • Et n’oublions surtout pas notre patrimoine! Bradé, vendu, exporté, délocalisé et mondialisé! Entre les USA, la Chine et le Qatar pour ne citer qu’eux, la France est devenue une grande braderie qui flingue ses valeurs et ses symboles.

Quant à lutter contre les problèmes, ils ne luttent ni contre le chômage, ni réellement contre l’évasion fiscale sinon l’ensemble des personnes impliquées dans les Panama Papers et le Luxleaks auraient déjà été condamnés depuis longtemps, ni contre les escroqueries sinon les responsables des emprunts toxiques se seraient vu trainés devant la justice, encore moins contre le chômage ou le terrorisme, rien n’est fait, et encore moins si cela peut aider le pays!

Alors ceux qui souhaitent que la chienlit du moment se termine et que la loi Macron2/El Khomri soit retirée, doivent bien comprendre que cela ne résoudra pas grand chose au final, car la solution serait que nous retrouvions notre souveraineté, et qu’enfin, ce pays ait les capacités de revivre!

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Qu’est-ce que la souveraineté d’une nation ?

Pour qu’il y ait souveraineté, il faut qu’un État dispose de 4 pouvoirs, de 4 attributs principaux.

1/ Un État souverain doit pouvoir battre monnaie.

2/ Un État souverain doit être capable de faire les lois.

3/ Un État souverain doit être en mesure de rendre la justice.

4/ Un État souverain doit pouvoir décider de la paix ou de la guerre.

Or à moins que vous viviez chez les éléphants roses :

– l’Europe bat monnaie à notre place;

– l’Europe fait les lois à notre place, les députés français ayant pour rôle de « transposer » en droit français les décisions de la Commission européenne, comme le montre la loi El Khomri ;

– l’Europe est la plus haute juridiction qui a priorité sur les décisions de justice nationales et les arrêts de la Cours européenne de justice s’impose en droit à notre pays régulièrement condamné.

– enfin, si ce n’est pas l’Europe qui décide de nos guerres, c’est sans doute presque pire, puisque le centre de décision est plus à Washington qu’à Paris.

La France n’est plus un État souverain.

Voilà la terrible conclusion à laquelle, quelles que soient vos orientations politiques, vous ne pouvez qu’arriver de manière uniquement froide et lucide.

La France n’est plus un État souverain.

Nous sommes un vague protectorat américain et une province européenne.

Rien de plus. Rien de moins.

Or la crise politique qui secoue notre pays qui ne « va-pas-mieux » est liée intrinsèquement à cette absence de souveraineté.

Collectivement, nous ne sommes plus en mesure de nous choisir un destin et un avenir.

C’est l’une des conséquences les plus dramatiques de cette funeste Europe qui porte désormais en elle les plus grands malheurs des peuples.

Mais allons plus loin. Si nous ne décidons plus de rien, et que nous ne sommes plus souverains, alors que la souveraineté du peuple est la base même de notre constitution, cela veut dire que nous n’avons plus aucun pouvoir.

Logiquement encore, cela signifie que toutes les décisions prises par d’autres illégitimes s’imposent à nous. Cela porte un nom…

DICTATURE, fut-elle pour le moment relativement soft et sans camp.

Mais l’histoire vous apprendra qu’une dictature ne commence jamais par les camps, elle s’achève avec les camps. Les nazis ne commenceront pas par les camps, pas plus que Staline.

Je vous invite à voir cette vidéo très récente de Marie-France Garaud (tout en bas) à ce sujet. C’est simplement tellement vrai.

Vive la France.

En attendant, mes chers amis, préparez-vous, il est déjà trop tard !

Charles SANNAT

Source: Insolentiae

Pour ceux qui n’auraient pas encore vu cette conférence, à voir absolument: QUI DIRIGE RÉELLEMENT LA FRANCE:


En savoir plus sur http://lesmoutonsenrages.fr/2016/05/25/de-la-souverainete/#XZZPX1G032ArcbRY.99

Commentaires.

  • Le veilleur

    25 mai, 2016 11 h 57 min

    image: http://0.gravatar.com/avatar/96259e3e86801684235085d2b60a15ed?s=216&d=mm&r=g

    Cependant les traitres qui ont vendu volontairement leur âme au Diable ne sont pas à Bruxelles, ni à Washington mais bien à Paris ! il suffirait que notre gouvernement dise: « nous ne voulons pas être dirigé par Bruxelles, nous ne devons rien à cette oligarchie d’homme et de femme non élu par le peuple Français, nous ne devons rien à Washington, ni a la finance, nous voulons notre souveraineté et décider pour notre avenir tous ensemble. »

    Le Général de Gaulle aurait dit ça et aurait refusé le dictat de ces hommes non élus par les peuples. Quoi qu’il en soit, l’UE est une illusion, un château de carte qui a déjà commencé à s’effondrer. Actuellement l’Europe est faible mais l’union des peuples fait la force, il est temps de tous nous unir dés à présent pour retrouver notre indépendance et regagner notre liberté.

    Le rêve d’un seul État européen, d’une seule nation européenne est une illusion ! Et c’est le président du Conseil européen qui le dit.

    http://lesmoutonsenrages.fr/2016/05/11/le-terrible-aveu-de-donald-tusk-le-reve-dun-seul-etat-europeen-dune-seule-nation-europeenne-est-une-illusion-et-cest-le-president-du-conseil-europeen-qui-le-dit/#comments

    La Nuit debout s’exporte aussi en Europe.

    Dans les pays limitrophes de la France, à l’instar de la Belgique, et bientôt de l’Espagne et de l’Allemagne, des initiatives semblables aux rassemblements parisiens baptisés «Nuit debout» fleurissent.

    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/04/07/01016-20160407ARTFIG00058-la-nuit-debout-s-exporte-aussi-en-europe.php

    Connectez-vous pour répondre

  • gerard.gutknecht

    25 mai, 2016 11 h 58 min

    image: http://1.gravatar.com/avatar/431cc6294a5811311a1e6d417da12188?s=216&d=mm&r=g

    L’ancien n° 2 du Medef, Denis Kessler en révait (1998-2002), l’escroc hollande l’a fait .

    La citation complète du voeu de Kessler

    Denis Kessler (né le 25 mars 1952 à Mulhouse), est un économiste, chercheur et dirigeant d’entreprise français. Il a été vice-président du Mouvement des entreprises de France (MEDEF). Il est actuellement le Président Directeur Général du groupe Scor.
    Citations

    Le modèle social français est le pur produit du Conseil national de la Résistance. Un compromis entre gaullistes et communistes. Il est grand temps de le réformer, et le gouvernement s’y emploie. Les annonces successives des différentes réformes par le gouvernement peuvent donner une impression de patchwork, tant elles paraissent variées, d’importance inégale, et de portées diverses : statut de la fonction publique, régimes spéciaux de retraite, refonte de la Sécurité sociale, paritarisme… À y regarder de plus près, on constate qu’il y a une profonde unité à ce programme ambitieux. La liste des réformes ? C’est simple, prenez tout ce qui a été mis en place entre 1944 et 1952, sans exception. Elle est là. Il s’agit aujourd’hui de sortir de 1945, et de défaire méthodiquement le programme du Conseil national de la Résistance !

    « Adieu, 1945, raccrochons notre pays au Monde », Denis Kessler, Challenges, nº 94, 4 octobre 2007, p. 38

    25 mai, 2016 18 h 16 min

    • image: http://1.gravatar.com/avatar/4ae80067dfe7c67539552af9f7a501f8?s=216&d=mm&r=g

      Pour moi l’état – e minuscule – procède de la Nation – N majuscule -.
      Là où il n’y a pas de Nation, il ne peut y avoir d’état.
      Celui-ci n’est qu’une structure fonctionnelle.
      Son seul et unique but étant d’assurer la mise en oeuvre de l’expression de la souveraineté.

      Au final le pdt de la République n’est qu’un fonctionnaire comme un autre.

      Nous n’aurions jamais du supprimer le rasoir national ; au moins pour ces gens là.

      En effet les crimes qu’ils sont en mesure de commettre contre la Nation sont à la hauteur
      de la délégation qu’ils reçoivent.
      On le mesure pratiquement tous les jours.

      PO/ Fouquier Tinville

  • image: http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/uploads/2014/06/images-75x75.jpg

    Tant que les Zélecteurs diront amen rien ne changera.
    Actuellement les Nuits Debout protestent contre la loi El Khomry.
    Cela ne servira a rien. Que l’on prenne les problèmes dans n’importe quel sens la cause première revient toujours a la surface.
    Nous ne sommes pas en démocratie, et la Constitution est au service des oligarques.
    Commenter et argumenter sur les effets ne servent a rien.
    Il faut tirer au sort une Assemblée Constituante, ré écrire notre Constitution, et demander des comptes aux corrompus.

    NOUS, PAR NOUS, POUR NOUS.

    N’en déplaise aux supporters des partis qui prônent l’UPR ou autre petits partis qui si ils ne sont pas encore vérolés le deviendront.

    http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=9260

    http://lesmoutonsenrages.fr/forum/viewtopic.php?f=25&t=7148

  • En savoir plus sur http://lesmoutonsenrages.fr/2016/05/25/de-la-souverainete/#XZZPX1G032ArcbRY.99
Lire la suite

La LOI TRAVAIL c'est la CASSE du Code du Travail - LA PREUVE: C'EST ÉCRIT NOIR SUR BLANC ! [Document]

29 Mai 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #Europe supranationale, #Economie, #Le fascisme, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #La lutte des classes, #Le syndicalisme, #Le socialisme

Publié par El Diablo

 

La LOI TRAVAIL c'est la CASSE du Code du Travail - LA PREUVE: C'EST ÉCRIT NOIR SUR BLANC ! [Document]

Yves Durand, député PS de la 11ème circonscription du Nord a fait parvenir à quelques citoyens, il y a quelques jours et par erreur, une note technique de la commission des affaires sociales. Cette note est datée du 17 mai, soit après l'utilisation du 49.3, et fait le point en 94 pages très détaillées sur la dernière version du projet de loi travail.

Vous lirez (ci-dessous) au bas de la page 9 une phrase qui devrait clore tout débat tant elle est claire. Il s'agit d'un point sur l'évolution législative de ces dernières années. Vous pouvez constater qu'on y explique le plus simplement du monde que projet de loi El Khomri termine le travail engagé par Sarkozy (loi de 2008), et qu'il n'évite absolument pas des dispositions qui pourraient être défavorables aux salariés, bien au contraire. C'est écrit noir sur blanc...

 

source : Roger Vicot sur Facebook
source : Roger Vicot sur Facebook

source : Roger Vicot sur Facebook

La LOI TRAVAIL c'est la CASSE du Code du Travail - LA PREUVE: C'EST ÉCRIT NOIR SUR BLANC !   [Document]
La LOI TRAVAIL c'est la CASSE du Code du Travail - LA PREUVE: C'EST ÉCRIT NOIR SUR BLANC !   [Document]
Lire la suite
Lire la suite