Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #europe supranationale tag

Vladimir Boukovski, un ex-soviétique parle de l’UE : « J’ai vécu votre avenir et ça n’a pas marché ».

9 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #L'OTAN., #AMERIQUE, #La mondialisation, #La Russie, #La République, #La dette, #l'horreur économique, #Terrorisme

Un ex-soviétique parle de l’UE : « J’ai vécu votre avenir et ça n’a pas marché »

Un écrivain et ancien dissident soviétique nous explique ici les similitudes frappantes qui existent entre l'ex URSS dans laquelle il a souffert et l'actuelle Union Européenne dans laquelle nous n'avons pas fini de souffrir.

Et c'est vrai que ces ressemblances sont frappantes, et s'accroîtront encore. Cette Europe nous est vendue sous un bel emballage, de grandes phrases et de grands mots, mais ce n'est pas un cadeau.

Ou alors un cadeau empoisonné.

Nous n'avons rien gagné avec cette Europe, ni pouvoir d'achat, ni emploi, ni sécurité, ni paix. Le bonheur encore moins.

Mais nous avons perdu notre liberté et notre pouvoir de décider de notre avenir. 80% de nos lois sont maintenant décidées à Bruxelles, et à part les rares qui veulent sortir de l'Europe (ils sont quelques-uns à le dire, mais un seul a vraiment l'intention de le faire), tous les candidats actuels n'ont d'autre programme que les GOPE décidés par des commissaires non élus à Bruxelles, de dociles esclaves du mondialisme et des multinationales. Ceux qui vous disent qu'on va la réformer vous mentent : elle n'est pas réformable sans l'accord des 27, ce qui est une impossibilité mathématique. Quant à ceux qui vous promettent un référendum, souvenez-vous de de qu'on a fait de notre vote en 2005, ne les croyez pas. 

Cette Europe finira par s'effondrer, sans doute rapidement, bien avant d'atteindre les 73 ans de l'URSS quand elle a fini par mourir dans la douleur, et notre intérêt est de la quitter au plus vite avant que la baraque ne nous tombe sur la tête : plus nous prendrons les devants, mieux nous organiserons cette sortie, et moins elle ressemblera à un sauve-qui-peut et à une débâcle.

Vous avez toutes les cartes en main pour le faire.

Doctorix.

JPEG Voici donc le discours très pertinent de cet ex-dissident soviétique, Vladimir Boukovski (que vous pourrez écouter dans une vidéo en fin d'article, si vous préférez : j'ai juste retranscrit ses propos).

"Il est très étonnant qu'après avoir enterré un monstre, l'URSS, on en construit un autre, tout à fait semblable, l'Union Européenne.

Qu'est-ce au juste que l'Union Européenne ?

Nous y répondrons peut-être en examinant l'URSS.

L'URSS était gouvernée par 15 personnes non élues, qui se nommaient entre elles et n'avaient de compte à rentre à personne.

L'Union Européenne est gouvernée par deux douzaine de personnes qui se sont choisies entre elles, qui se réunissent à huis-clos, ne rendent de comptes à personne, et qui sont indélogeables.

On pourrait dire que l'UE a un parlement élu. Bien. L'URSS avait aussi une sorte de parlement : le soviet suprême.

Ils approuvaient sans discussion les décision du politburö, tout comme au parlement européen, où le temps parole de chaque groupe est limité, et est souvent de moins d'une minute par intervenant.

Dans l'UE, il y a des centaines, des milliers d'eurocrates avec des salaires faramineux, du personnel, des serviteurs, des bonus et des privilèges, une immunité judiciaire à vie, simplement mutés d'un poste à un autre, quoiqu'ils fassent ou ne fassent pas bien.

N'est-ce pas exactement comme le régime soviétique ?

L'URSS a été créée par la contrainte et souvent par l'occupation armée.

L'UE se crée, certes non pas par la force armée, mais par la contrainte et la pression économique.

Pour continuer d'exister, l'URSS s'est étendue toujours plus. 

Dès qu'elle a cessé de s'étendre, elle a commencé à s'effondrer.

Et je pense qu'il en sera de même pour l'UE.

On nous a dit que le but de l'URSS était de créer une nouvelle entité historique : le peuple soviétique, et qu'il fallait oublier nos nationalités, nos traditions et nos coutumes. 

C'est la même chose avec l'UE, semble-t-il. Ils ne veulent pas que vous soyez anglais ou français, ils veulent que vous soyez tous une nouvelle entité historique : les européens.

Faire disparaître vos sentiments nationaux et vous forcer à vivre en communauté multinationale.

73 ans de ce système en URSS ont abouti à plus de conflits ethniques que nulle part ailleurs dans le monde.

L'une des grandes ambitions de l'URSS était de détruire l'Etat-Nation. Et c'est exactement ce que nous voyons en Europe aujourd'hui.

Bruxelles veut engloutir les Etats-Nations pour qu'ils cessent d'exister.

Le système soviétique était corrompu de la tête aux pieds et il en est de même pour l'UE.

La corruption endémique que nous voyions dans la vieille URSS a fleuri en UE.

Ceux qui s'y opposent ou qui la dénoncent sont réduits au silence ou punis. Rien ne change. En URSS, nous avions le goulag. Je pense qu'on l'a aussi dans l'UE. 

Un goulag intellectuel nommé le "politiquement correct".

Quand quelqu'un veut dire ce qu'il pense, sur des sujets de race ou de genre, ou si ses opinions diffèrent de celles approuvées, il sera ostracisé.

C'est le début du goulag, le début de votre perte de liberté. 

En URSS, on pensait que seul un Etat Fédéral éviterait la guerre.

On nous raconte exactement la même chose dans l'UE. 

Bref, la même idéologie et les mêmes systèmes.

L'UE est le vieux modèle soviétique servi à la sauce occidentale. 

Mais j'insiste, comme l'URSS, l'Union Européenne porte en elle les germes de sa propre perte. 

Hélas, quand elle va s'écrouler, car elle s'écroulera, elle laissera derrière elle une immense destruction et de gigantesques problèmes économiques et ethniques. 

Le vieux système soviétique n'était pas réformable, l'Union Européenne non plus.

Mais il y a une alternative à être gouverné par ces deux douzaines de responsables auto-proclamés à Bruxelles, ça s'appelle l'indépendance.

Vous n'êtes pas obligés d'accepter ce qu'ils ont planifié pour vous.

Après tout, on ne vous a jamais demandé si vous vouliez les rejoindre.

J'ai vécu dans votre futur et ça n'a pas marché."

 

 

Voilà, ce récit est d'autant plus poignant qu'il raconte des événements vécus de l'intérieur de l'URSS, et que l'auteur nous observe depuis l'extérieur, avec ce regard lucide que nous n'avons plus, noyés que nous sommes par la propagande. Constatons l'échec, constatons la dictature, et tirons-en les conséquences : sortons-nous de là en vitesse.

Et n'allez pas croire que le communisme est l'ennemi du capitalisme : il en est le but suprême, au travers du Nouvel ordre Mondial :

"La volonté des Rockefeller et de leurs alliés est de créer un gouvernement mondial combinant supercapitalisme et communisme sous un même toit, le tout sous leur contrôle. – le membre du Congrès des Etats-Unis Larry McDonald"

 Le vieux Rockefeller n'en fait pas mystère : dans ses mémoires publiées en 2006, on peut lire page 405.

"Quelques-uns croient même que nous faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les intérêts des Etats-Unis, nous appelant ma famille et moi des « internationalistes » et nous accusant de conspirer avec d’autres pour construire une structure politique et économique globale plus intégrée – un monde uni, si vous voulez.

Si c’est là l’accusation, je plaide coupable et j’en suis fier. »

Et pour finir, cette autre citation :

Le “Nouvel Ordre Mondial” planifié par les Rockefeller sera une dictature globale. Les conservateurs l’appelleront socialisme ou communisme ; les gens de gauche l’appelleront fascisme. L’étiquette ne fait absolument aucune différence. Ce sera l’archipel du Goulag à l’échelle planétaire.

C'est ici qu'il faut comprendre que l'Europe est une création américaine, dont vous venez de lire la finalité. Le piège se referme, sortons-nous de là avant qu'il ne soit trop tard.

Lire la suite

62 % des jeunes en France prêts à une « révolte de grande ampleur », par Yannis Ladghem.

8 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #Les transnationales, #La lutte des classes, #l'horreur économique, #Terrorisme

 

62 % des jeunes en France prêts à une « révolte de grande ampleur »

 
 

Se considérant comme « sacrifiée » et « perdue », 62% des jeunes en France seraient prêts à se révolter selon l’enquête « Génération What ? »

Plus de six jeunes Français sur dix (62 %) seraient prêts à participer à un mouvement de révolte de grande ampleur dans les prochains mois, selon l’enquête « Génération What ? » réalisée auprès de 210 000 personnes âgées de 18 à 35 ans. Quelle que soit leur situation professionnelle, une majorité de jeunes serait tentée par cette éventualité. Cependant, cette envie de révolte concerne davantage les jeunes intérimaires (66 %), les chômeurs (63 %), les CDD, les stagiaires et les jeunes en contrats aidés (61 %) que les étudiants (60 %) et les jeunes en CDI (54 %).

Pessimisme chez les jeunes

L’enquête révèle des avis plutôt pessimistes quant à leurs perspectives d’avenir. En effet, 33% d’entre eux sont persuadés qu’ils ne connaîtront que la crise économique tout au long de leur vie. La promesse de l’élévation sociale de génération en génération est brisée : 45% des sondés pensent que leur vie sera plus difficile que celle de leurs parents, et que celle de leurs propres enfants sera pire encore (43%). Un pessimisme plus prononcé chez les chômeurs et jeunes intérimaires qui n’arrivent pas à se projeter dans leurs avenirs.« L’état du monde, et de la société française notamment, leur inspirent un certain défaitisme au niveau collectif » déclare Anne Muxel, directrice de recherche au centre de recherches de Science Po. Ce pessimisme est lié à un manque de confiance et même d’une méfiance envers la société, le système et les politiques.

En effet, à l’approche des élections présidentielles 2017, le rejet est total puisque 99 % des jeunes pensent que les hommes politiques sont corrompus, et 63 % « tous corrompus » ! 87 % n’ont pas confiance dans les responsables politiques et les médias de masse qu’ils jugent « manipulateurs ». L’idée que « c’est la finance qui dirige le monde » reçoit l’accord de 93 % des jeunes. Le système éducatif est jugé durement : pour 68 %, il « ne donne pas sa chance à tous » et pour 87 %, il « n’est pas efficace pour entrer sur le marché du travail ».

nuit-debout-meme-si-on-echoue-ce-qui-se-passe-ici-ne-rendra-pas-la-societe-plus-mochem321946

Quelques points positifs…

Le pessimisme collectif des jeunes « est tempéré par un optimisme sur leur capacité personnelle à s’en sortir », explique Anne Muxel. En effet, 63 % adhèrent à l’idée que « quand on veut on peut ». « Les jeunes pensent trouver un certain nombre d’échappatoires et de solutions face à cette société bloquée, jusqu’à envisager de partir : 70 % se disent disponibles pour faire leur vie hors de France », souligne la sociologue.

En outre, ils font encore confiance aux organisations humanitaires (à 63 %). Et ils sont 82 % à approuver l’idée d’un service civil obligatoire en lien avec les questions humanitaires, sociales et environnementales. Par conséquent, leur première préoccupation (52 %) est devenue l’environnement et le souci de l’écologie qui a gagné 19 points en trois ans allant même jusqu’à dépasser l’accès à l’emploi (45 %).

Autre point encourageant, les jeunes disent vouloir s’engager et agir pour le futur.

Une envie de révolte

Pas de travail, ou bien sous-qualifié. Difficulté à se loger ou à faire des plans sur le long terme sans l’indispensable CDI. Désillusion envers les études, qui ne sont plus la clef vers l’emploi désiré. Des inégalités qui ne cessent de s’accroître. Ceci explique le pourcentage élevé de personnes prêtes à mener une révolution.

Les jeunes en ont assez des hommes politiques, habités par l’argent et les intérêts plutôt que par le peuple et ses besoins. Les jeunes en ont assez des politiques soumis et dirigés telles des marionnettes par les lobbies et groupuscules financiers. Les jeunes en ont assez de la gérontocratie au pouvoir qui n’est pas en phase avec les attentes de la jeunesse. Les jeunes en ont assez d’être constamment braqués par ces « chaines d’informations » voulant formater l’opinion publique.

La liste est encore longue. Aucune différence entre les différents parties, aucun programme crédible, sincère et réalisable, toujours les mêmes aux pouvoirs, des mensonges à répétition et des politiques corrompus et coupables : le temps passe et la situation ne s’améliore pas et cela pourrait nous conduire tout droit vers un possible « Printemps Français ».

expertfinaud_indignesisrael_stephanehessel
Lire la suite

L'on attend toujours les félicitations occidentales pour la libération de Palmyre. Par Karine Bechet Golovko.

8 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La Russie, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #Terrorisme

lundi 6 mars 2017

 

L'on attend toujours les félicitations occidentales pour la libération de Palmyre

 
 
 
La semaine dernière a été marquée par un grand évènement: l'armée syrienne, avec l'appui aérien russe, a pu libérer pour la deuxième fois la ville symbolique de Palmyre. Pourtant, cette bonne nouvelle n'a étrangement pas provoqué d'euphorie, plutôt une surprenante réaction ironique face à ce qui est une défaite importante pour Daech.
 

 
En 2015, les extrémistes de Daech s'emparent de la ville de Palmyre, le joyau du désert. Après une importante campagne, l'armée syrienne avec l'aide de l'armée russe réussissent à libérer la ville en mars 2016. Pour célébrer cette victoire contre la barbarie, un grand concert est organisé. Mais ensuite, la bataille d'Alep occupe toutes les énergies et des groupes islamistes sont gentiment sortis de Mossoul, facilitant la reprise de Palmyre par les extrémistes en décembre. La semaine dernière, après une longue progression, les forces syriennes reprennent tout d'abord la ville Antique, puis libère la ville elle-même.
 
Cette nouvelle est très importante, car la première occupation de la ville par les extrémistes avait causé des destructions difficiles à réparer, importance soulignée par la directrice de l'UNESCO
« La protection du site archéologique de Palmyre est à la fois un enjeu culturel majeur, et un impératif pour la sécurité, la paix et le redressement de tout un pays. » a déclaré la Directrice générale. « Ce patrimoine a traversé les millénaires, il représente un ferment d’unité et d’identité pour le peuple syrien. Sa préservation est inséparable de la protection des vies humaines et fait partie intégrante de la réponse à une situation humanitaire d’extrême urgence. Il doit être laissé en dehors du conflit. »
Une importance telle ... que le silence des Etats occidentaux est assourdissant. La seule réaction notable est celle de la France et de la Grande Bretagne qui présentent à l'ONU une résolution voulant conduire à l'adoption de sanctions contre le régime d'Assad, accusé d'avoir utilisé des armes chimiques contre les populations civiles. Cette résolution est soutenue par les Etats Unis, mais la Russie et la Chine y opposent leur véto estimant les preuves apportées contre le régime syrien insuffisantes, alors que celles apportées contre Daech existent et ne sont pas prises en compte. Cet échange diplomatique intervient le 28 févier, alors que l'armée syrienne se rapproche de Palmyre et que sa libéraiton est quasiment acquise. Le calendrier est ici intéressant. Il permet également de communiquer sur l'affrontement entre les Etats Unis et la Russie, bloquant toute possibilité de coopération, même en matière de lutte contre le terrorisme. Car l'ambassadrice américaine reprend la vieille liturgie de l'Administration Obama et envisage même la possibilité d'adopter des sanctions en dehors du cadre de l'ONU:
« La Chine et la Russie ont fait un choix scandaleux et indéfendable aujourd'hui, a-t-elle dit après le vote. C'est un triste jour pour le Conseil de sécurité quand les membres commencent à trouver des excuses à d'autres Etats membres qui tuent leur propre peuple ». « Le monde est sans aucun doute plus dangereux », a conclu Nikki Haley.
Quant à l'opposition syrienne, qui est censée discuter du processus de paix et devrait donc être satisfaite de voir reculer ce qui doit être leur ennemi commun, à savoir les groupes terroristes, les déclarations de son porte-parole laissent perplexe. Selon Nasser al-Hariri:
Le régime et l'EI « sont tous les deux des terroristes.
C'est une position qui ne présage rien de bon pour des négociations de paix. Et il persiste en mettant sur le même pied le régime d'Assad qui lutte contre le terrorisme et Daech, un groupe extrémiste:
« On dirait un épisode de Tom et Jerry, ironise de son côté l’opposition syrienne en évoquant le sort de la cité, tombée deux fois aux mains des djihadistes et reprise deux fois par le régime. « Doit-on féliciter le président Bachar Al-Assad pour la reprise de Palmyre ? Si nous le faisons, il nous faudra aussi féliciter Daech s’ils reprennent une nouvelle fois la ville à l’avenir »
La presse française a une position très simple: soit elle présente les faits bruts, sans auncune interprétation en se cachant comme elle le peut derrière une pseudo neutralité, soit elle cache très mal son ironie, comme dans cet article du Monde dont la déclaration de Hariri est tirée. L'on notera aussi les titres très tendancieux de certains journaux:
 


 
 
Toujours est-il que les forces extrémistes ont été repoussées à plus de 20 km de la ville et que le drapeau syrien a pu remplacer celui de l'état islamique. Cette victoire a eu un effet significatif sur les militaires syriens, dont le moral est au plus haut pour continuer la libération de leur pays. Ce qui, finalement, est le plus important. Mais il est regrettable que les pays occidentaux tiennent une position si hypocrite, qui frise le soutien au terrorisme.
 
 
 
 
Lire la suite

Rouslan Kotsaba au Parlement Européen. le 28 février 2017

8 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La mondialisation, #Ukraine, #le nazisme

Rouslan Kotsaba au Parlement Européen, le 28 février 2017 

 

Trois ans après le Maïdan, où sont les résultats de l'enquête ?
Le journaliste ukrainien, Rouslan Kotsaba a présenté son documentaire au parlement européen, est s'est exprimé ensuite devant un groupe de parlementaires.
Pour visionner son film (sous-titres anglais): https://www.youtube.com/watch?v=p0NLR...

 

Le journaliste ukrainien Rouslan Kotsaba avait passé 524 jours en détention provisoire de haute sécurité, accusé par les pouvoirs de l'Ukraine de haute trahison. Sous pression d'un groupe de parlementaires européens il fut libéré le 14 juillet 2016 - la cour d'Ivano-Frankovsk a reconnu l'absence de preuves. Et malgré l'horreur qu'il a vécu, il CONTINUE SON COMBAT POUR LA VERITE. Il y a quelque jours Ruslan Kotsaba a présenté son film au Parlement Européen et a pris la parole devant un groupe de députés.
Pour visionner son film (sous-titré anglais) : Three years after Maidan: why has the investigation stalled. https://www.youtube.com/watch?v=p0NLRTWFrf4
https://www.youtube.com/watch…

Lire la suite

PIERRE LE CORF DIT TOUTE LA VÉRITÉ SUR LA SYRIE, LA FRANCE ET LES RÉFUGIÉS [ALEP 1.03.17] . Par Bertrand Rivière.

8 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #Politique étrangère, #Israël - palestine - Moyen-Orient, #La Turquie

PIERRE LE CORF DIT TOUTE LA VÉRITÉ SUR LA SYRIE, LA FRANCE ET LES RÉFUGIÉS [ALEP 1.03.17]   

Depuis Alep, je partage juste quelques mots et je vous lis cette lettre que j’ai écrite à Mr le Président François Hollande qu'il a reçue et lue, pour ceux qui n’aiment pas lire. Egalement un message que j'avais reçu du Quai D'Orsay m'invitant à quitter le pays et à cesser de transmettre des contenus sur internet, sur les médias. Je n’aime pas jouer les activistes qui enfoncent des portes ouvertes mais le mensonge est trop gros et j’avoue avoir du mal à le digérer, pas après tout ce que j’ai et chacun ici a vu et vécu. On continue de s’accrocher ici et de faire au mieux, jour après jour pour améliorer la vie et l’espoir. J’ai en ce moment même 150 gamins et familles avec moi, quand je les regarde vivre, rigoler, ça efface tout le reste, mais ce combat est pour eux et je ne veux pas que nous détruisions tout ce en quoi ils croient, et même si ce n’est pas moi qui vais changer le monde ni ne suis là pour vous convaincre, j’espère au moins vous pousser à réfléchir avec vos coeurs, à vous poser les bonnes questions et être ceux qui de par le nombre pourront changer les choses
La lettre et des dizaines de témoignages https://www.facebook.com/notes/pierre...
Nous dirons que c’est une vidéo, qui, au pire, comme la lettre, comme tous les témoignages de Syriens, médias, servira d’archive pour le temps qui passe. Le temps qui vous démontrera à quel point on vous a trompés pour légitimer cette guerre qui a commencé à s'inviter chez nous. Voilà qu'Alep a été presque totalement effacé des médias, mais la vie et la guerre continuent ici même si elle ne fait plus la une des journaux que vous ouvrez le matin dans le métro. Les gens continuent de souffrir de la situation que nous avons construite.
Personne ne nous a consultés quant aux sanctions contre le peuple Syrien et le financement de groupes armés. Si vous tiquez pour 500 000€ d’emploi fictif pour celui-ci ou celle-là (qui n'est que du grain à moudre pour vous garder occupés) je n’arrive pas à comprendre comment, sinon la boulimie d’informations, vous ne pouvez pas tiquer pour des milliards détournés pour faire la guerre, déstabiliser le pays de ceux que vous retrouvez maintenant devant vos porches, dans vos rues. Ils font désormais partie de vos quotidiens, il ne s’agit pas seulement de leur donner à manger, leur donner un toit, de la chaleur, ils avaient tout ça déjà, rendez-leur la paix et la possibilité de se reconstruire.
We are superheroes : https://www.facebook.com/heroesworldt...

 

PIERRE LE CORF DIT TOUTE LA VÉRITÉ SUR LA SYRIE, LA FRANCE, LES CASQUES BLANCS ET LES RÉFUGIÉS [ALEP 1.03.17] https://gaideclin.blogspot.com/2017/0...

https://www.youtube.com/watch?v=1QtfI3H2oZ0&feature=youtu.be

Lire la suite

POKER FACE, Lady GAGA et Macron, par Marc Rameaux.

6 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #Les transnationales, #l'horreur économique, #Macron

dimanche 5 mars 2017

POKER FACE

 
 
 
Economie exsangue, système éducatif dévasté, pans entiers du territoire livrés à des bandes imposant leur loi, lâcheté généralisée face aux caïds communautaristes mais répression implacable contre ceux qui le font remarquer, justice et média d’une partialité telle qu’elle finit par en être comique, servilité face à la corruption financière de la Commission européenne, qui n’est plus seulement incompétente sur le plan économique, mais devient - sans même prendre le soin de s’en cacher - une usine d’enrichissement personnel aux mains de grands malfaiteurs.
 
Mais qu’importe tout ceci. Puisqu’il est si facile d’orienter le vote en laissant l’illusion du choix, d’appeler à la justice quand on est soi-même vautré dans la corruption au centuple, de perpétuer le candidat voulu, celui de la reconduite des privilèges, de l’usurpation intégrale du mérite par des coteries aux petits calculs.
 
 
Je ne suis pas un afficionado de François Fillon pourtant, très loin de là. Cet alliage entre la forme écervelée du libéralisme qui sévit depuis quarante ans et le cynisme d’un bourgeois balzacien aussi avide de respectabilité que tricheur sur tous les plans n’a rien pour me plaire.
 
Mais la façon dont le choix démocratique est à présent anéanti, cette manière si caractéristique non pas d’interdire directement, mais d’étouffer à petit feu toute contestation en pervertissant une à une toutes les institutions et tous les contre-pouvoirs, de mentir sans cesse par omission, de monter en épingle ce qui arrange et de taire ce qui est dix fois pire, le coton des petits manœuvriers s’étant livrés toute leur vie à des effets de communication, la seule aune de leur monde avec le pouvoir financier, me répugne plus encore.
 
 
Bien piètres joueurs pourtant. Tant qu’à choisir l’ignominie, autant le faire avec grandeur. Le film est toujours bien meilleur lorsque le salaud est un artiste de première catégorie. Cette vieille crapule de Mitterrand avait au moins ce sens de la manipulation élevée au rang des beaux-arts. L’on se souvient de l’une de ses paroles montrant sa maîtrise dans le cynisme : « Les deux personnes à avoir le plus fait contre le communisme en France sont De Gaulle et moi-même. De Gaulle en les combattant, moi en m’associant avec eux ». Une forme élaborée du baiser de la mort. Les petits hommes s’accrochant actuellement à ce qui leur reste de pouvoir n’ont même pas cette classe. Nous ne sommes pas dans Usual Supects et n’avons pas affaire à Keyser Söze, mais à de petits truands de bas étage, sauf que celle qu’ils malmènent aujourd’hui n’est autre que la France et ses siècles de culture de liberté. Mais il est vrai que le pantin chargé de produire les mimiques grotesques de cette mauvaise pièce confesse que pour lui, la culture française n’a jamais existé.
 
Les petites frappes qui ont investi l’exécutif gouvernemental, une grande partie des média et de l’institution judiciaire ont donc choisi de jouer la France sur une table de poker. Mais ils jouent fort mal, car ils négligent un principe essentiel que les truands de haut vol appliquent lorsqu’ils s’associent pour essorer le pigeon qu’ils ont choisi pour victime, en l’occurrence le peuple français : sauver la face. Le malheureux qui s’est laissé entraîner, a goûté ses premières victoires puis s’est fait implacablement dépouiller, gagne toujours une ou deux parties sur la fin, sciemment laissées par l’association de truands. Les malfaiteurs endurcis savent qu’il n’y a rien de plus dangereux que celui qui n’a plus rien à perdre, capable de toute action extrême, car tout est affaire de sourde pression dans ce monde sombre. Ceux qui sont actuellement les yeux rivés sur leurs plis n'ont pas ce métier des truands de haut vol. Non seulement ils vivent dans une forme de lâcheté perpétuelle, mais ils ne savent même plus assassiner quelqu'un correctement.
 
Certains sont admiratifs du machiavélisme ayant abouti à ce qu’une force politique totalement désavouée parvienne à mettre totalement en pièce « Les Républicains » par de pures manœuvres. Ces esprits forts ne voient pas que les conséquences qui vont en découler sont claires comme de l’eau de roche, cette fois non plus selon le bluff du poker, mais le calcul de la combinaison d’échecs ne laissant rien au hasard. En ayant étouffé totalement toute possibilité de choix et laissé éclater à ce point ouvertement que les français sont pris pour des imbéciles, que croyez-vous qu’il va arriver ? Les électeurs de droite privés de choix, entourloupés par la reconduite au pouvoir qui semblait impensable, rentreront dans une fureur incontrôlable faisant payer leurs propres dirigeants et la coterie au pouvoir par la seule arme qui leur reste : un vote massif pour le Front National.
 
 
Ce que les minables arnaqueurs actuellement à la manœuvre n’ont pas compris, est que de voir leurs calculs défaits devient un motif de satisfaction en soi, passant loin devant toute autre considération. L’arrogance avec laquelle ces petits messieurs pensent qu’ils ont obtenu une fois de plus l’impunité appelle à ce que coûte que coûte, ils soient démentis. Nombre d’électeurs voudront s’offrir ce plaisir, surtout s’il s’agit du seul qu’il leur reste.
 
Je réservais encore mon jugement il y a quelques semaines. Mais cette fois, la farce est allée tellement loin, la destruction de la démocratie en France est telle que j’en ai acquis la certitude : je pronostique une victoire triomphale de Marine Le Pen aux élections présidentielles de 2017. Je ne m’étais pas trompé concernant l’élection de Donald Trump, annoncée sur mon blog dès Septembre 2016, en donnant rendez-vous à mes lecteurs pour le dîner de Thanksgiving.
 
Les sondages ? Précisément, ils peuvent livrer une image exacte si l’on cesse de les lire de façon figée, mais en anticipant la dynamique qui les sous-tend, en ne s’arrêtant pas aux intentions de vote mais en rajoutant le souhait de voir le candidat l’emporter ou non. Les esprits forts téléguidés par la manœuvre hollandienne et junckerienne, obsédés par le score des intentions de vote, commettent la même erreur que le faible joueur d’échecs se contentant du « bilan statique de la position », c’est-à-dire de compter le nombre de pièces sur l’échiquier.
 
Sans la lecture des lignes de force de la position, et de l’enchainement des variantes qui vont venir, de grosses erreurs de jugement sont commises. Et la réaction de ce qu’une bonne partie des électeurs LR fera en se tournant vers le FN n’est l’affaire que de quelques coups d’avance. La plupart des observateurs étrangers sont déjà arrivés à cette conclusion évidente, que la myopie des petits enjeux internes empêche de voir en France. Les habituels épouvantails menaçant de la fin de la démocratie les laisseront froids, puisque la démocratie est déjà tout à fait tuée sous la pression conjuguée des petits copains de la politique domestique et de la machinerie financière des truands de l’UE.
 
 
Ceux qui se pensent supérieurement intelligents méconnaissent ce principe élémentaire de psychologie, que lorsque l’on force trop ouvertement quelqu’un à faire quelque chose, il fera tout pour donner tort à l’hypocrite qui l’enferme dans ce corridor, surtout si ce dernier y rajoute la cuistrerie de se faire passer pour vertueux. Dans les dernières semaines, la dynamique des électeurs de droite totalement floués et furieux retournera le paysage avec une vitesse qui n’étonnera que ceux restés éternellement dans leur tout petit monde.
 
Que l’on ne voie pas derrière ce pronostic un ralliement : j’ai toujours tenu à garder le groupe de l’Orque indépendant des partis. Mon seul engagement politique connu date d’il y a plus de vingt ans, et me fit prendre ma carte d’un mouvement dont il ne reste aujourd’hui plus que l’ombre, dirigé initialement par un homme qui en des temps moins médiocres aurait accédé aux fonctions suprêmes.
 
La chanson de ralliement de ce mouvement était « Le temps des cerises ». J’avais donné rendez-vous à mes lecteurs pour le dîner de Thanksgiving concernant l’élection de Trump. Je donne rendez-vous à ceux de l’élection française pour la cueillette des cerises, en souvenir de ce mouvement qui m’avait enthousiasmé.
 
 
Mais la chanson de mai ne sera pas celle de la liberté de la Commune. Nous aurons droit à celle des clowns grimaçants qui ont mis à bas la démocratie en France : l’hymne qui me semble le plus adapté à leurs agissements est le célèbre « Poker Face ». Après tout Emmanuel Macron est à la politique ce que Lady Gaga est à la musique. Un rythme entêtant produisant un tube aussi vite oublié qu’écouté, un début à succès, avant que l’on ne s’aperçoive du désastre sur le fond comme sur la forme.
 
« Poker Face » m’évoque irrésistiblement son visage de produit pré-fabriqué de la politique, et le thème de la chanson « un hommage à tous ses anciens petits copains rock 'n' roll et les jeux d’argent » selon Wikipedia, me semble tout à fait dans le ton de la sémillante coqueluche de la commission européenne. Ces paillettes festives annoncent la perpétuation des artistes sans talent mais massivement subventionnés, des parasites accaparant les leviers d’un pouvoir politique et économique beaucoup trop grand pour eux, des juges avides de reconnaissance médiatique et de gloriole personnelle.
 
 
Tout ce beau monde, persuadé de sa suprême intelligence, chantera et dansera sur les ruines fumantes de la France qu’ils ont laissée, convaincus qu’ils s’en seront tirés une fois encore, sauvegardant leurs privilèges et petites combines, pataugeant entre lâcheté et avidité au pouvoir, avant d’être balayés sans rien y comprendre.
 
Au milieu d’eux, le petit arlequin médiatique entonnera son dernier couplet, pensant comme un adolescent mal grandi - à l’instar de la diva électronique - qu’il présente un visage impénétrable que personne ne peut lire.
 
I won't tell you that I love you
Kiss or hug you
Cause I'm bluffin' with my muffin
I'm not lying, I'm just stunnin' with my love-glue-gunning
Just like a chick in the casino
Take your bank before I pay you out
I promise this, promise this
Check this hand cause I'm marvelous
 
Can't read my,
Can't read my
No he can't read my poker face
(she's got me like nobody)
Can't read my
Can't read my
No he can't read my poker face
(she's got me like nobody)
 
P-p-p-poker face, p-p-poker face
(Mum mum mum mah)
P-p-p-poker face, p-p-poker face
(Mum mum mum mah)

 
Lire la suite
Lire la suite

ATTENTION DANGER = le régime de « RETRAITE UNIVERSEL » de MACRON : cela conduirait à une PERTE de pouvoir d'achat sans précédent des retraités de la FONCTION PUBLIQUE ! Publié par El Diablo

4 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #La mondialisation, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #Macron

Publié par El Diablo

ATTENTION DANGER = le régime de « RETRAITE UNIVERSEL » de MACRON : cela conduirait à une PERTE de pouvoir d'achat sans précédent des retraités de la FONCTION PUBLIQUE !

Macron et les retraites : "s'il s'agit d'une attaque contre les régimes spéciaux, la CGT ne jouera pas cette partie-là"

Parmi ses propositions dévoilées ce jeudi, Emmanuel Macron propose un régime de retraite universel alignant les salariés du public et du privé. Les contours de la mesure ne sont pas encore précis mais la CGT craint une paupérisation des retraités de la fonction publique.

Jean-Marc Canon est secrétaire général de la CGT-Fonction publique:

"S'il s'agit de faire en sorte que la retraite des fonctionnaires ne soit plus calculée sur les 6 derniers mois, mais sur les 25 meilleures années de leur carrière [comme pour les salariés du privé, ndlr], c'est un casus belli. Parce que le taux de retraite versé aux fonctionnaires baisserait de 40 à 50% ! On voit bien que cela conduirait à une paupérisation massive des retraités de la fonction publique. Si c'est de cela dont on parle, la CGT sera vent debout. Ça conduira à une perte de pouvoir d'achat sans précédent des retraités de la fonction publique.

Je suis circonspect car sa proposition n'est pas très précise pour le moment. S'il s'agit comme on le soupçonne d'une attaque frontale contre les régimes spéciaux, la CGT ne jouera pas cette partie-là et appellera à se mobiliser contre une réforme qu'elle juge régressive et mettra en cause des principes de service public auxquels elle est fondamentalement attachée.

[…]

LIEN VERS LA SUITE DE L’ARTICLE CI-DESSOUS :

 

Lire la suite

Le mensonge médiatique d'un Macron présenté comme "ni de droite ni de gauche" : en fait il est "de droite et de droite" puisqu'il est le poulain de la Banque Rothschild, c'est-à-dire de l'oligarchie ! Par Jean Lévy.

4 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #l'horreur économique, #Macron

Par Jean Lévy.

"Le Medef veut des changements rapides et profonds dès 2017"

déclare le Medef au journal "le Figaro", daté du 14 février 2017

Qui peut mieux que Macron, ex-associé gérant de la banque Rothschild, servir 

les intérêts du capital ?

Réveil Communiste

 

Envoyé par Brigitte Pascall

 

 

 

LE MENSONGE D'UN MACRON "NI DE DROITE, NI DE GAUCHE" (sic) ...!


Hier, Macron a présenté quelques éléments de son programme. Aussitôt et en chœur, tous les commentateurs en ont déduit que le porte-parole d'En Marche "était à la fois de droite et de gauche"(sic) : un mensonge grossier, sur lequel on souhaite revenir :


1)-Avec Macron, la retraite serait calculée sur la base des 25 dernières années du salarié (calcul de la retraite dans le privé), et non plus mesurée sur la base des 6 dernières années, comme pour les fonctionnaires : c'est à dire sur la base de ses meilleurs traitements. Autrement dit, "l'UNIFICATION DES RETRAITES" SE FERAIT PAR LE BAS. Les fonctionnaires, qui ont déjà une retraite modeste, perdraient encore beaucoup de pouvoir d'achat.


En 1995, Juppé avait essayé de supprimer les régimes spéciaux de retraite : toute la population au travail s'était retrouvée dans la rue, jusqu'à ce qu’il renonce à ce projet scélérat. Cette proposition est donc clairement de droite, génératrice de moins disant social. En aucune façon, on ne peut affirmer que cette réforme s'inspire de la gauche et de la droite. Le mensonge médiatique nous vend de toute pièce un "Macron de gauche"(sic), qui n'existe absolument pas : cette mesure est une vieille idée du MEDEF depuis toujours... !


2)-Autre exemple : "les 35 heures seront assouplies par des accords collectifs". S'agira-t-il d'accords collectifs de branche ou d'entreprise... ? La réponse est claire, donnée par un arrêt récent de la Chambre sociale de la Cour de Cassation du 1er mars 2017, à propos d'un accord d'entreprise du 19 avril signé dans la CCN des industries chimiques : désormais, l'ACCORD DE BRANCHE EST SUBSIDIAIRE A L'ACCORD D'ENTREPRISE.


Le Conseil Constitutionnel avait affirmé en 2008 : "les dispositions de la loi selon lesquelles des heures supplémentaires peuvent être accomplies dans la limite d'un contingent annuel défini par la convention ou un ACCORD COLLECTIF D'ENTREPRISE ou d'établissement, s'appliquent immédiatement et permettent la négociation d'accords d'entreprise NONOBSTANT L'EXISTENCE EVENTUELLE DE CLAUSES CONTRAIRES DANS DES ACCORDS DE BRANCHE (Cons Const 7 aout 2008, n 2008-568 DC).


La Chambre sociale de la Cour de Cassation applique cette décision. Et vient de conclure que le contingent d'heures supplementaires est fixé par simple accord d'entreprise et non par accord de branche.


C'est le célèbre article 2 de la loi Khomri inversant la hiérarchie des normes, que vient de réaffirmer en grandes pompes la Cour de Cassation.


Macron s'appuie sur cette nouvelle jurisprudence pour entériner l'inversion immédiate des normes, qui pénalise gravement le monde du travail, soumis au seul diktat du patron dans l'entreprise. Alors que généralement l'accord de branche était plus favorable au salarié... !


3)- Macron trouve enfin que les syndicats sont trop "politiques"(sic). Défendre la fiche de paye, les emplois de la boite, c'est faire de la politique partisane...! Et il y a encore des "commentateurs" pour nous vendre un Macron de gauche...???


Il suffit de voir le train de vie somptueux de Brigitte Macron, inquiétant même son entourage, pour savoir, même si on n'a jamais fait de droit du travail, que le couple Macron, avec ses 3 millions d'euros gagneé chez Rothschild, ne souhaite pas la réduction des inégalités de 1 à 20, comme le préconise notre programme L'Avenir en Commun. Inventer de toutes pièces un Macron, "candidat de gauche", alors qu'il est ultralibéral de droite, c'est du pur foutage de gueule, pour les électeurs peu politisés. C'est transformer le bulletin de vote et le choix raisonné qui l'accompagne en geste de fou ignorant les conséquences de son acte...!

 

 
Lire la suite

La presse dévouée à Berlin et à Bruxelles condamne François Fillon. Par Jean Lévy.

4 Mars 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #Les média

La presse dévouée à Berlin et à Bruxelles condamne François Fillon

Quand les croisés de "l'Europe"

désignent l'adversaire à abattre...

jugé, comme Marine Le Pen,

pas assez servile à Bruxelles...

franceinfo

François Fillon, un "homme dangereux"

qui a joué "son dernier atout", selon la presse étrangère

 

François Fillon, qui a choisi de se maintenir dans la course à l'Elysée malgré sa possible mise en examen, s'est dit victime d'un "assassinat politique", accusant de ce crime aussi bien la justice que le gouvernement et les médias, lors d'une conférence de presse, mercredi 1er mars. Le lendemain, quasi unanimement, la presse française, nationale et régionale, voit dans ces déclarations un "suicide politique", qui va "causer des dégâts à la démocratie" et "à la République".

Seul Le Figaro estime que François Fillon "a eu raison" de "contre-attaquer crânement en portant l'affaire devant l'arbitre suprême des sociétés démocratiques : le suffrage populaire".

Et à l'étranger ? "Monsieur Propre n'existe plus" depuis déjà quelques semaines, pour les médias européens. Et les derniers développements de l'affaire Fillon n'ont pas arrangé l'image du candidat chez nos voisins.

Le "moment Trump" de Fillon

Pour le journal belge Le Soir (article payant), François Fillon, "en bafouant l'Etat de droit, se disqualifie". Le choix du candidat des Républicains de s'en remettre aux électeurs en maintenant sa candidature "fait de lui désormais un homme dangereux pour la démocratie", estime le quotidien. François Fillon s'est ainsi "mis dans le sillage des populistes à la Trump, Le Pen, Wilders, Kaczynski et autres Orban", considère Le Soir.

Pour le quotidien Die Welt, en Allemagne, "la seule différence avec Marine Le Pen, c'est qu'il accepte de répondre aux juges le 15 mars". La conférence de presse de François Fillon a été un "moment Trump", analyse en outre le journal : "Fillon s’est présenté devant les médias comme un partisan de la théorie du complot."

Lire la suite