Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #israel - palestine - moyen-orient tag

Gaza : La "Communauté Internationale" et sa profonde hypocrisie.

26 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

Gaza : La "Communauté Internationale" et sa profonde hypocrisie (Dissident Voice)

Allume le feu que je puisse voir mes larmes
En cette nuit de massacre...

— Samih al-Qasim, 1939 – present

On a entendu les mêmes mots : "précision extrême", "frappe chirurgicale". Il y a eu les mêmes "inévitables erreurs tragiques", "bévues", "efforts scrupuleux pour éviter", etc... Bla, bla, bla... Mais comme a dit le colonel anglais Richard Kemp, en parlant de la 1400ième victime du massacre de Noël et Nouvelle année 2008-09 à Gaza : "Les erreurs ne sont pas des crimes de guerre".

Le colonel Kemp qui a des liens impeccables avec les services secrets anglais, a, depuis Jérusalem, prononcé à la BBC des paroles tout aussi sanguinaires, le 21 novembre, à propos des dernières 24 heures de bombardement de la minuscule bande Gaza emmurée où la moitié des habitants sont des enfants. Mais le Colonel Kemp a assisté à de nombreux carnages au cours de sa vie, depuis Belfast jusqu’aux Balkans, en passant par l’Iraq, l’Afghanistan et ailleurs. Il semble qu’à force, les morts et les estropiés fassent partie de la routine.

En huit jours, l’assaut — à coup d’attaques impitoyables contre des familles qui n’avaient nul part où se cacher — a fait 163 morts palestiniens. Il y a eu 993 blessés. 865 maisons ont été détruites ou endommagées.

6 centres de santé ont été endommagés ainsi que 30 écoles, 2 universités, 15 bureaux d’ONG, 27 mosquées, 14 bureaux des médias, 11 usines, 81 magasins et un centre de distribution de nourriture de l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency).

Et aussi, 7 bureaux de Ministères, 14 postes de police ou des forces de sécurité, 5 banques et deux maisons de la jeunesse. Le complexe sportif où les athlètes palestiniens des jeux olympiques et paraolympiques s’étaient entraînés pour les jeux olympiques de Londres en 2012 est en ruines de même que le beau et combien nécessaire ministère de l’Intérieur.

Le 20 novembre, Journée Universelle des Enfants, une frappe aérienne a détruit le jardin d’enfants Al Bajan, financé et géré par Oxfam, et endommagé le jardin d’enfants Al Housna. Sara Almer de Oxfam a déclaré que plus de 150 enfants fréquentent ces écoles. "Les enfants sont indemnes mais les bâtiments et les cours de récréation sont en ruines." Ici, "Les enfants sont déjà profondément traumatisés..."

C’est à cause de la dévastation provoquée par “Operation Cast Lead” ( 27 décembre 2008-17 janvier 2009) qu’Oxfam a construit cette école et a aussi remis en état l’arrivée d’eau et les installations sanitaires qui viennent d’être à nouveau détruites.

Il manque 250 écoles à Gaza, selon cette organisation —et comme il est interdit d’y importer du matériel de construction, les 32 écoles supplémentaires et les 2 universités qui viennent d’être endommagées ne seront pas reconstruites ni d’ailleurs rien d’autre.

Ironiquement, le jour où les jardins d’enfants ont été détruits, le Secrétaire Général de l’ONU avait annoncé que l’ONU lançait un nouveau projet, "L’éducation d’abord" en l’honneur de la Journée Universelle des Enfants. Cette journée commémore l’adoption de la Déclaration de l’ONU sur les Droits des Enfants de 1959 et de la Convention de l’ONU des Droits des Enfants de 1989. La Convention de 1989 est entrée en application le 2 septembre 1990, moins d’un mois après le début de l’embargo de l’ONU contre l’Irak qui interdisait de vendre à ce pays même le lait pour les bébés.

"Les enfants... ont besoin de soins attentifs et d’une protection toute particulière et ils doivent même pouvoir bénéficier de protection légale avant comme après leur naissance", lit-on dans le préambule de ce beau document.

Les jumeaux de 4 ans, Suhaib et Muhammed Hijazi, ne sauront jamais que, selon l’ONU, ils avaient le droit "d’être protégés." Ils ont été tués quand leur maison a été bombardée juste avant l’aurore du Jour Universel des Enfants. Leurs parents, Fouad et Amna sont morts à l’hôpital.

Saraya, 18 mois, ne pourra pas non plus lire ces belles paroles. Elle est morte d’une crise cardiaque, de terreur littéralement, sous les bombardements.

Au moment où les lumières s’éteignaient dans les hôpitaux de Gaza parce qu’on avait plus de carburant pour les générateurs, Gilad Sharon — le plus jeune fils de l’ancien premier ministre Ariel Sharon, 84 ans, qui bénéficie des excellents services de santé israéliens et est médicalement assisté depuis 2006 — a déclaré :

"Il faut raser des quartiers entiers de Gaza. Raser Gaza tout entier. Les Américains ne se sont pas arrêtés après Hiroshima —les Japonais ne se rendaient pas assez vite, alors ils ont aussi bombardé Nagasaki."

Le ministre l’Intérieur israélien, Eli Yishai, a dit que le but de l’attaque était de "... renvoyer Gaza au Moyen Age."

La Palestine n’a pas d’armée, ni de Marine, ni d’armement lourd. Israël est une puissance nucléaire non déclarée qui est considérée comme la 4ième puissance militaire mondiale.

Gaza était, bien sûr, bombardée par des F-16 et autres armes fournis par les Etasuniens. Mais le 22 novembre, pendant que les Gazaouis, endeuillés, pleuraient, les Etasuniens se réjouissaient, mangeaient de la dinde, et priaient pour leurs repas de fête de Thanksgiving (journée d’action de grâce).

Ce qu’ils devraient plutôt faire ; dans toutes les villes, c’est brûler la Déclaration et la Convention de l’ONU sur les Droits des Enfants, la Déclaration de l’ONU sur les Droits Humains, la Convention de Genève, les Principes de Nuremberg, et faire un grand feu de tout ces mots qui ne servent à rien puisqu’ils ne peuvent ni empêcher ni dissimuler la barbarie et l’inhumanité internationales, oui, faire un énorme feu de joie pour éclairer le mensonge et l’hypocrisie meurtrière des "états démocratiques" autoproclamés.

Felicity Arbuthnot

Felicity Arbuthnot est une journaliste spécialiste de l’Irak. Elle a écrit avec Nikki van der Gaag, "Baghdad" dans la série des Grande Villes de World Almanac books. Elle a aussi été responsable de la recherche pour deux documentaires sur l’Irak qui ont obtenu des prix, Paying the Price : Killing the Children of Iraq de John Pilger et Returns que Denis Halliday a réalisé RTE (Irlande).

 

Pour consulter l’original : http://dissidentvoice.org/2012/11/gaza-the-international-com...

Traduction : Dominique Muselet

 

URL de cet article 18443
http://www.legrandsoir.info/gaza-la-communaute-internationale-et-sa-profonde-hypocrisie-dissident-voice.html
Lire la suite

Gaza brûle: voici l’incendiaire. Texte de Manlio Dinucci traduit par Marie-Ange Patrizio.

21 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

 374175_256725284382925_100001363671692_626593_486987627_n.jpg

Gaza brûle : voici l’incendiaire

 

Manlio Dinucci

 

Jamal, un commerçant de Gaza, était sorti dimanche matin quand un puissant missile israélien à guidage de précision est tombé sur sa maison, exterminant sa famille : neuf personnes dont quatre enfants de 2 à 6 ans. Trois générations balayées en un instant. Plus de 5mille Palestiniens ont été tués en dix ans par les Israéliens à Gaza, dont 1.200 rien qu’en 2009, plus deux mille autres en Cisjordanie. Des 70mille personnes enlevées, plus de 6mille, parmi lesquels 400 enfants, sont encore emprisonnées. Un prix très élevé, quand on sait que la population des Territoires palestiniens occupés est de 5,5 millions. Mais on ne meurt pas que par les attaques militaires dans le ghetto de Gaza et dans celui de Cisjordanie, encerclé par le Mur de 750 Kms. On meurt chaque jour de pauvreté, de manque de nourriture, eau potable et médicaments. L’alternative est disparaître ou résister. Les Palestiniens résistent, en revendiquant le droit à un état libre et souverain qui, selon la décision des Nations Unies, aurait dû naître il y a 64 ans à côté de l’état israélien. En termes militaires, cependant, l’armement palestinien équivaut à celui de quelqu’un qui, centré par un tireur dans le viseur télescopique d’un fusil de précision, essaie de se défendre en lui lançant la fusée d’un feu d’artifice. Dans la foulée de Washington, l’Ue condamne par contre « le tir de roquettes par le Hamas et d’autres factions, qui ont lancé cette crise ». Et le ministre Terzi, prenant les roquettes pour des missiles, souligne que ce sont « les tirs de missiles qui sont à l’origine de la crise » et que « la limitation de la force de la part d’Israël doit reposer sur la certitude absolue que les tirs de missiles ne se répètent pas ». Version qui serait grotesque si elle n’était tragique. La nouvelle crise, volontairement amorcée par Tel Aviv avec l’assassinat à Gaza du commandant militaire du Hamas, entre dans la stratégie de l’axe Otan-Israël. Pendant que les gouvernants étasuniens et européens jouent sur la scène internationale le rôle des modérés qui cherchent une solution pacifique au conflit, l’Otan soutient de plus en plus les forces militaires israéliennes. Ce n’est pas par hasard que l’attaque contre Gaza a commencé le 14 novembre, le jour même où se terminait en Israël la grande manœuvre conjointe Austere Challenge 2012, avec la participation de 3.500 spécialistes étasuniens de la guerre. En même temps dans le ciel de Sardaigne se sont intensifiées, selon divers témoignages, les manœuvres auxquelles participent les chasseurs bombardiers israéliens qui utilisent la base de Decimomannu. En Sardaigne, explique un pilote, nous disposons d’une aire plus grande qu’Israël tout entier. Et bientôt l’aéronautique israélienne disposera de 30 vélivoles M-346 d’entraînement avancé, fournis par Alenia Aermacchi. Ainsi les incursions sur Gaza seront plus meurtrières encore. Tout ceci entre dans la potentialisation de la machine guerrière Otan dans la zone méditerranéenne.

   Depuis les Etats-Unis sont en train d’arriver d’autres unités navales et aériennes pour les forces spéciales, qui opèreront depuis des bases situées sur la rive nord (surtout Sigonella) comme sur celle du sud (en Libye et autres pays). Tandis que le Pentagone annonce qu’il faut 75mille hommes à envoyer en Syrie, formellement pour s’emparer des armes chimiques avant qu’elles ne tombent dans les mains du Hezbollah.

   L’incendie de Gaza s’élargit, poussé par le même Vent de l’Ouest.

 

Edition de mercredi 21 novembre 2012 de il manifesto

 

http://www.ilmanifesto.it/area-abbonati/in-edicola/manip2n1/20121121/manip2pg/02/manip2pz/331948/

.

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Lire la suite

Un journaliste belge courageux en direct sur la RTBF à un politicien israélien...Impossible d'imaginer un tel échange en France ! (vidéo). Repris sur le blog de Jean Levy.

20 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

Mardi 20 novembre 2012 2 20 /11 /Nov /2012 18:49

REPRIS SUR

BANDERA ROSSA 

Mardi 20 novembre 2012

 

QUAND UN JOURNALISTE BELGE

  

REPOND VERTEMENT A UN POLITICIEN ISRAELIEN

 

 

EN DIRECT SUR LA RTBF

 

 Un journaliste belge  courageux comme on aimerait en voir en France. Eddy Caekelberghs   n' a pas hésité  au cours de l'émission "Face à l'info"  diffusée en direct sur la RTBF,  à  remettre à sa place un politicien israélien qui visiblement n' a pas supporté d'entendre certaines vérités énoncées par Alain Gresh,  directeur adjoint du Monde diplomatique.

Le politicien en question  est  Emmanuel Navon,  professeur de Relations Internationales à l’Université de Tel-Aviv et   candidat du Likoud pour les prochaines législatives israéliennes.

Une scène inimaginable en France

 

        

Lire la suite

Nous, lauréats du Prix Nobel de la Paix condamnons la persécution dont souffre Bradley Manning.

20 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

Nous, lauréats du Prix Nobel de la Paix condamnons la persécution dont souffre Bradley Manning
Bradley Manning mérite le soutien des Américains pour la dénonciation militaire (The Guardian)
Desmond Tutu, Maired Corrigan-Maguire, Adolfo Pérez Esquivel

Grâce à Wikileaks, les citoyens US sont mieux informés sur les guerres perpétrées en leur nom. Nous devons à Manning les honneurs, pas la prison.

La semaine dernière, le soldat Bradley Manning a proposé d’accepter la responsabilité de divulguer des documents classifiés comme un acte de conscience – et non comme l'accusation portée par l’armée des Etats-Unis. En tant que personnes qui ont travaillé depuis des décennies contre la militarisation accrue des sociétés et pour la coopération internationale pour mettre fin à la guerre, nous avons été profondément consternés par son traitement. L’armée sous l’administration Obama a affiché une volonté d'aggraver les poursuites contre les lanceurs d'alerte avec des accusations passibles de la prison à vie, incluant l’espionnage et « l’intelligence avec l’ennemi », une décision troublante qui est sans doute destinée à faire un exemple. Nous avons consacré nos vies à travailler pour la paix parce que nous avons vu les nombreux visages des conflits armés et de la violence, et nous comprenons que, peu importe la cause de la guerre, ce sont les civils qui en portent toujours le plus grand fardeau. Aujourd’hui, à cause de (...) Lire la suite »
 
La surprenante vérité sur la durée du travail et la richesse produite par salarié en Europe
Après les pigeons, voici les vautours
APEX

Les pigeons ont gagné ; cela donne des idées aux vautours. Les "pigeons" sont ce groupe de patrons qui ont lancé l’offensive sur la toile contre le projet gouvernemental d’augmentation (très limitée) d’imposition sur la plus-value des cessions d’actions (voir la Lettre du CE et du CHSCT n° 177). Leur victoire rapide inspire les patrons des plus grands groupes français, regroupés dans l’Association française des entreprises privées (Afep) présidée par Pierre Pringuet, PDG de Pernod-Ricard.

Dans le Journal du dimanche du 28 octobre, ils publient un appel "pour relancer la croissance et l'emploi" dont les recettes relèvent bien du dépeçage, domaine spécialisé des vautours. Leur cible c'est la compétitivité des entreprises, pour laquelle ils tiennent beaucoup à un "choc". En effet. Pour l'Afep la première urgence concerne la dépense publique qu'il faut mettre au pain sec :"L'État doit réaliser 60 milliards d'euros d'économie au cours des cinq prochaines années". Le gouvernement en a annoncé 50 milliards ; ça ne suffit pas ! Peu importe aux yeux de ces grands capitaines que la seule brise qui souffle encore dans les voiles du navire économique français soit les dépenses publiques (d'investissement, de santé, d'éducation et de protection sociale), tant la consommation est en panne avec l'érosion des revenus et l'explosion du chômage. Avec cette recette, on ne va vers la récession on y plonge ! L'autre recette concerne les entreprises qui leur tiennent tant à cœur. "Il faut baisser le coût du (...) Lire la suite »
Leïla Shahid : "Notre stratégie non-violente face à Israël est un échec"
rtbf.be

La déléguée générale de l’Autorité palestinienne auprès de l’Union européenne a accordé un entretien poignant à la RTBF. Leïla Shahid estime que le conflit qui se ravive à Gaza sert les intérêts électoraux de Benjamin Netanyahou et pointe la responsabilité de la communauté internationale. Surtout, elle constate l’échec de la stratégie de la négociation avec Israël. "Nous avons commencé à négocier à Madrid en 1990, (...) on a arrêté la lutte armée, (...) et Israël nous a donné une claque", constate-t-elle. "Dites-moi à quoi ont servi les négociations pendant 20 ans ?".

Leïla Shahid, l’armée israélienne a mobilisé 75 000 réservistes. Les blindés se déploient petit à petit. Vous craignez un conflit terrestre ? Oui, je pense que cette situation absolument tragique, parce que c’est la répétition de ce que la population de Gaza a vécu il y a à peine 4 ans, c'est une guerre annoncée. C’est presque indécent de prétendre qu’on est surpris que ça recommence puisque, depuis l’offensive de 2008-2009, rien n’a changé à Gaza et qu’une population occupée depuis 45 ans ne peut pas continuer à vivre humiliée comme elle l’est et qu’il était évident que la communauté internationale aussi est responsable parce qu’elle n’a rien fait de tout ce qu’elle a promis, Union européenne incluse. Et je pense que l’arrière-pensée de Monsieur Netanyahou dans cette nouvelle guerre qu’il prépare est vraiment beaucoup plus électorale qu’autre chose. Il n’a pas le scrupule d’en faire payer le prix ni à la population civile israélienne, qui est bien sûr incessamment terrorisée par les missiles et les obus que les (...) Lire la suite »
Le monde arabe se solidarise-t-il enfin avec la Palestine ?
Abdel Bari Atwan
Le mouvement de la résistance de Gaza progresse et obtient des résultats sans précédent dans sa lutte contre la machine de guerre israélienne qui s'est une fois de plus déchaînée contre lui. Personne ne fera rendre grâce à la résistance gazaouie. Ca a été un moment vraiment historique quand les Israéliens - et non les pauvres habitants de Gaza- ont été obligés de courir vers les abris lorsque les sirènes ont annoncé l'arrivée des missiles Farj dans le centre de Tel Aviv. Les Israéliens en avaient perdu l'habitude pendant la longue période de paix et de sécurité qui avait précédé l'assaut. Leurs leaders n'ont jamais hésité à perpétrer massacre après massacre chez les Palestiniens - faisant exploser des corps d'enfants avec leurs missiles, leurs bombes et leurs fusils. Le meurtre des élèves de l'école primaire Bahr al-Baqar en Egypte et celui des réfugiés du camp de Jénine en Cisjordanie font partie de la longue liste de leurs crimes. Au cours des 40 dernières années - ce qui correspond au tiers environ de toute (...) Lire la suite »
Lire la suite

Nous, lauréats du Prix Nobel de la Paix condamnons la persécution dont souffre Bradley Manning.

20 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

Nous, lauréats du Prix Nobel de la Paix condamnons la persécution dont souffre Bradley Manning
Bradley Manning mérite le soutien des Américains pour la dénonciation militaire (The Guardian)
Desmond Tutu, Maired Corrigan-Maguire, Adolfo Pérez Esquivel

Grâce à Wikileaks, les citoyens US sont mieux informés sur les guerres perpétrées en leur nom. Nous devons à Manning les honneurs, pas la prison.

La semaine dernière, le soldat Bradley Manning a proposé d’accepter la responsabilité de divulguer des documents classifiés comme un acte de conscience – et non comme l'accusation portée par l’armée des Etats-Unis. En tant que personnes qui ont travaillé depuis des décennies contre la militarisation accrue des sociétés et pour la coopération internationale pour mettre fin à la guerre, nous avons été profondément consternés par son traitement. L’armée sous l’administration Obama a affiché une volonté d'aggraver les poursuites contre les lanceurs d'alerte avec des accusations passibles de la prison à vie, incluant l’espionnage et « l’intelligence avec l’ennemi », une décision troublante qui est sans doute destinée à faire un exemple. Nous avons consacré nos vies à travailler pour la paix parce que nous avons vu les nombreux visages des conflits armés et de la violence, et nous comprenons que, peu importe la cause de la guerre, ce sont les civils qui en portent toujours le plus grand fardeau. Aujourd’hui, à cause de (...) Lire la suite »
 
La surprenante vérité sur la durée du travail et la richesse produite par salarié en Europe
Après les pigeons, voici les vautours
APEX

Les pigeons ont gagné ; cela donne des idées aux vautours. Les "pigeons" sont ce groupe de patrons qui ont lancé l’offensive sur la toile contre le projet gouvernemental d’augmentation (très limitée) d’imposition sur la plus-value des cessions d’actions (voir la Lettre du CE et du CHSCT n° 177). Leur victoire rapide inspire les patrons des plus grands groupes français, regroupés dans l’Association française des entreprises privées (Afep) présidée par Pierre Pringuet, PDG de Pernod-Ricard.

Dans le Journal du dimanche du 28 octobre, ils publient un appel "pour relancer la croissance et l'emploi" dont les recettes relèvent bien du dépeçage, domaine spécialisé des vautours. Leur cible c'est la compétitivité des entreprises, pour laquelle ils tiennent beaucoup à un "choc". En effet. Pour l'Afep la première urgence concerne la dépense publique qu'il faut mettre au pain sec :"L'État doit réaliser 60 milliards d'euros d'économie au cours des cinq prochaines années". Le gouvernement en a annoncé 50 milliards ; ça ne suffit pas ! Peu importe aux yeux de ces grands capitaines que la seule brise qui souffle encore dans les voiles du navire économique français soit les dépenses publiques (d'investissement, de santé, d'éducation et de protection sociale), tant la consommation est en panne avec l'érosion des revenus et l'explosion du chômage. Avec cette recette, on ne va vers la récession on y plonge ! L'autre recette concerne les entreprises qui leur tiennent tant à cœur. "Il faut baisser le coût du (...) Lire la suite »
Leïla Shahid : "Notre stratégie non-violente face à Israël est un échec"
rtbf.be

La déléguée générale de l’Autorité palestinienne auprès de l’Union européenne a accordé un entretien poignant à la RTBF. Leïla Shahid estime que le conflit qui se ravive à Gaza sert les intérêts électoraux de Benjamin Netanyahou et pointe la responsabilité de la communauté internationale. Surtout, elle constate l’échec de la stratégie de la négociation avec Israël. "Nous avons commencé à négocier à Madrid en 1990, (...) on a arrêté la lutte armée, (...) et Israël nous a donné une claque", constate-t-elle. "Dites-moi à quoi ont servi les négociations pendant 20 ans ?".

Leïla Shahid, l’armée israélienne a mobilisé 75 000 réservistes. Les blindés se déploient petit à petit. Vous craignez un conflit terrestre ? Oui, je pense que cette situation absolument tragique, parce que c’est la répétition de ce que la population de Gaza a vécu il y a à peine 4 ans, c'est une guerre annoncée. C’est presque indécent de prétendre qu’on est surpris que ça recommence puisque, depuis l’offensive de 2008-2009, rien n’a changé à Gaza et qu’une population occupée depuis 45 ans ne peut pas continuer à vivre humiliée comme elle l’est et qu’il était évident que la communauté internationale aussi est responsable parce qu’elle n’a rien fait de tout ce qu’elle a promis, Union européenne incluse. Et je pense que l’arrière-pensée de Monsieur Netanyahou dans cette nouvelle guerre qu’il prépare est vraiment beaucoup plus électorale qu’autre chose. Il n’a pas le scrupule d’en faire payer le prix ni à la population civile israélienne, qui est bien sûr incessamment terrorisée par les missiles et les obus que les (...) Lire la suite »
Le monde arabe se solidarise-t-il enfin avec la Palestine ?
Abdel Bari Atwan
Le mouvement de la résistance de Gaza progresse et obtient des résultats sans précédent dans sa lutte contre la machine de guerre israélienne qui s'est une fois de plus déchaînée contre lui. Personne ne fera rendre grâce à la résistance gazaouie. Ca a été un moment vraiment historique quand les Israéliens - et non les pauvres habitants de Gaza- ont été obligés de courir vers les abris lorsque les sirènes ont annoncé l'arrivée des missiles Farj dans le centre de Tel Aviv. Les Israéliens en avaient perdu l'habitude pendant la longue période de paix et de sécurité qui avait précédé l'assaut. Leurs leaders n'ont jamais hésité à perpétrer massacre après massacre chez les Palestiniens - faisant exploser des corps d'enfants avec leurs missiles, leurs bombes et leurs fusils. Le meurtre des élèves de l'école primaire Bahr al-Baqar en Egypte et celui des réfugiés du camp de Jénine en Cisjordanie font partie de la longue liste de leurs crimes. Au cours des 40 dernières années - ce qui correspond au tiers environ de toute (...) Lire la suite »
Lire la suite

Nous, lauréats du Prix Nobel de la Paix condamnons la persécution dont souffre Bradley Manning.

20 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

Nous, lauréats du Prix Nobel de la Paix condamnons la persécution dont souffre Bradley Manning
Bradley Manning mérite le soutien des Américains pour la dénonciation militaire (The Guardian)
Desmond Tutu, Maired Corrigan-Maguire, Adolfo Pérez Esquivel

Grâce à Wikileaks, les citoyens US sont mieux informés sur les guerres perpétrées en leur nom. Nous devons à Manning les honneurs, pas la prison.

La semaine dernière, le soldat Bradley Manning a proposé d’accepter la responsabilité de divulguer des documents classifiés comme un acte de conscience – et non comme l'accusation portée par l’armée des Etats-Unis. En tant que personnes qui ont travaillé depuis des décennies contre la militarisation accrue des sociétés et pour la coopération internationale pour mettre fin à la guerre, nous avons été profondément consternés par son traitement. L’armée sous l’administration Obama a affiché une volonté d'aggraver les poursuites contre les lanceurs d'alerte avec des accusations passibles de la prison à vie, incluant l’espionnage et « l’intelligence avec l’ennemi », une décision troublante qui est sans doute destinée à faire un exemple. Nous avons consacré nos vies à travailler pour la paix parce que nous avons vu les nombreux visages des conflits armés et de la violence, et nous comprenons que, peu importe la cause de la guerre, ce sont les civils qui en portent toujours le plus grand fardeau. Aujourd’hui, à cause de (...) Lire la suite »
 
La surprenante vérité sur la durée du travail et la richesse produite par salarié en Europe
Après les pigeons, voici les vautours
APEX

Les pigeons ont gagné ; cela donne des idées aux vautours. Les "pigeons" sont ce groupe de patrons qui ont lancé l’offensive sur la toile contre le projet gouvernemental d’augmentation (très limitée) d’imposition sur la plus-value des cessions d’actions (voir la Lettre du CE et du CHSCT n° 177). Leur victoire rapide inspire les patrons des plus grands groupes français, regroupés dans l’Association française des entreprises privées (Afep) présidée par Pierre Pringuet, PDG de Pernod-Ricard.

Dans le Journal du dimanche du 28 octobre, ils publient un appel "pour relancer la croissance et l'emploi" dont les recettes relèvent bien du dépeçage, domaine spécialisé des vautours. Leur cible c'est la compétitivité des entreprises, pour laquelle ils tiennent beaucoup à un "choc". En effet. Pour l'Afep la première urgence concerne la dépense publique qu'il faut mettre au pain sec :"L'État doit réaliser 60 milliards d'euros d'économie au cours des cinq prochaines années". Le gouvernement en a annoncé 50 milliards ; ça ne suffit pas ! Peu importe aux yeux de ces grands capitaines que la seule brise qui souffle encore dans les voiles du navire économique français soit les dépenses publiques (d'investissement, de santé, d'éducation et de protection sociale), tant la consommation est en panne avec l'érosion des revenus et l'explosion du chômage. Avec cette recette, on ne va vers la récession on y plonge ! L'autre recette concerne les entreprises qui leur tiennent tant à cœur. "Il faut baisser le coût du (...) Lire la suite »
Leïla Shahid : "Notre stratégie non-violente face à Israël est un échec"
rtbf.be

La déléguée générale de l’Autorité palestinienne auprès de l’Union européenne a accordé un entretien poignant à la RTBF. Leïla Shahid estime que le conflit qui se ravive à Gaza sert les intérêts électoraux de Benjamin Netanyahou et pointe la responsabilité de la communauté internationale. Surtout, elle constate l’échec de la stratégie de la négociation avec Israël. "Nous avons commencé à négocier à Madrid en 1990, (...) on a arrêté la lutte armée, (...) et Israël nous a donné une claque", constate-t-elle. "Dites-moi à quoi ont servi les négociations pendant 20 ans ?".

Leïla Shahid, l’armée israélienne a mobilisé 75 000 réservistes. Les blindés se déploient petit à petit. Vous craignez un conflit terrestre ? Oui, je pense que cette situation absolument tragique, parce que c’est la répétition de ce que la population de Gaza a vécu il y a à peine 4 ans, c'est une guerre annoncée. C’est presque indécent de prétendre qu’on est surpris que ça recommence puisque, depuis l’offensive de 2008-2009, rien n’a changé à Gaza et qu’une population occupée depuis 45 ans ne peut pas continuer à vivre humiliée comme elle l’est et qu’il était évident que la communauté internationale aussi est responsable parce qu’elle n’a rien fait de tout ce qu’elle a promis, Union européenne incluse. Et je pense que l’arrière-pensée de Monsieur Netanyahou dans cette nouvelle guerre qu’il prépare est vraiment beaucoup plus électorale qu’autre chose. Il n’a pas le scrupule d’en faire payer le prix ni à la population civile israélienne, qui est bien sûr incessamment terrorisée par les missiles et les obus que les (...) Lire la suite »
Le monde arabe se solidarise-t-il enfin avec la Palestine ?
Abdel Bari Atwan
Le mouvement de la résistance de Gaza progresse et obtient des résultats sans précédent dans sa lutte contre la machine de guerre israélienne qui s'est une fois de plus déchaînée contre lui. Personne ne fera rendre grâce à la résistance gazaouie. Ca a été un moment vraiment historique quand les Israéliens - et non les pauvres habitants de Gaza- ont été obligés de courir vers les abris lorsque les sirènes ont annoncé l'arrivée des missiles Farj dans le centre de Tel Aviv. Les Israéliens en avaient perdu l'habitude pendant la longue période de paix et de sécurité qui avait précédé l'assaut. Leurs leaders n'ont jamais hésité à perpétrer massacre après massacre chez les Palestiniens - faisant exploser des corps d'enfants avec leurs missiles, leurs bombes et leurs fusils. Le meurtre des élèves de l'école primaire Bahr al-Baqar en Egypte et celui des réfugiés du camp de Jénine en Cisjordanie font partie de la longue liste de leurs crimes. Au cours des 40 dernières années - ce qui correspond au tiers environ de toute (...) Lire la suite »
Lire la suite

Nous accusons ! La sourde oreille des grands médias sur la situation et la gravité des atrocités commises par Israël à Gaza.

20 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

H. Borer, A. Bustros, N. Chomsky, D. Heap, S. Kelly, M. Noonan, P. Prévost, V. Stresing, L. Tuller

Nous accusons ! La sourde oreille des grands médias sur la situation et la gravité des atrocités commises par Israël à Gaza.

Tandis que les nations d’Europe et d’Amérique du Nord commémoraient, le 11 novembre, les pertes militaires de guerres passées et présentes, Israël ciblait des civils. Le 12 novembre, à l’orée d’une nouvelle semaine, les lecteurs étaient inondés, pendant leur petit-déjeuner, de comptes rendus déchirants relatant les pertes humaines militaires passées et actuelles. Cependant, on semblait taire le fait essentiel selon lequel les pertes humaines les plus importantes lors des conflits armés contemporains touchent les populations civiles. Le matin du 12 novembre était également marqué par une absence criante d’information relatant les attaques militaires sur Gaza qui se sont poursuivies pendant tout le week-end. Une recherche superficielle confirme cette omission sur le réseau de télévision canadien Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et les journaux canadiens dont le Globe and Mail, la Gazette de Montréal et le Toronto Star. De même en ce qui concerne le New York Times et la BBC.

Selon le rapport du Centre palestinien pour les droits de l’homme daté du 11 novembre, cinq civils palestiniens, dont trois enfants, avaient été tués dans la Bande de Gaza dans les 72 heures précédentes, en plus de deux membres de la sécurité palestinienne. Quatre de ces décès étaient dus à des tirs d’obus de Tsahal sur des enfants jouant au football. De plus, 52 civils ont été blessés, dont six femmes et 12 enfants. (Depuis que nous avons commencé à rédiger ce texte, le nombre de victimes palestiniennes a d’ailleurs augmenté et continue de croître.)

Les articles qui rapportent les meurtres commis se concentrent en grande majorité sur l’élimination des membres de la sécurité palestinienne. Par exemple, un article de l’Associated Press (AP) publié par la CBC le 13 novembre, intitulé Israel mulls resuming targeted killings of Gaza militants (« Israël réfléchit à la reprise des éliminations ciblées de militants de Gaza ») ne fait aucune mention des morts et des blessés parmi la population civile. Il caractérise les meurtres « d’assassinats ciblés ». Le fait que les pertes humaines soient dans une large mesure des victimes civiles, indique qu’Israël n’est pas tant engagée dans des meurtres « ciblés » que dans des assassinats « aveugles », commettant ainsi à nouveau le crime de punition collective. Un autre article de l’AP paru au bulletin d’informations de la CBC le 12 novembre et intitulé Gaza rocket fire raises pressure on Israel government (« Des tirs de roquettes mettent la pression sur le gouvernement israélien ») est accompagné de la photo d’une femme israélienne regardant un trou dans le plafond de son salon. Et là encore, aucune image, ni aucune mention des nombreuses victimes et des cadavres à Gaza. Dans le même ordre d’idées, la BBC titrait, le 12 novembre, Israel hit by fresh volley of rockets from Gaza (« Israël frappée par une nouvelle pluie de roquettes tirées depuis Gaza »). La même tendance se retrouve dans les grands journaux européens.

La couverture des premiers moments de la présente exacerbation insiste principalement sur les roquettes tirées depuis Gaza, dont aucune n’a causé de blessés ni de morts. Ce qu’on ignore sciemment, ce sont les bombardements touchant la bande de Gaza qui, eux, ont causé de nombreuses victimes, dont des morts et plusieurs blessés graves. Nul besoin d’être un expert en science des médias pour comprendre qu’on a affaire au mieux à des reportages bâclés et biaisés, et au pire à une désinformation pure et simple, basée sur une mauvaise foi délibérée et qui vise à déformer les faits pour tromper les lecteurs.

De plus, les articles mentionnant les victimes palestiniennes à Gaza rapportent systématiquement que les opérations militaires israéliennes était en représailles à des tirs de roquettes et à deux soldats blessés. Cependant, si l’on examine la chronologie des événements, la flambée de violence actuelle a débuté le 5 novembre dernier quand un innocent âgé de 20 ans et souffrant apparemment de troubles mentaux, Ahmad al-Nabaheen, a été tué alors qu’il déambulait près de la frontière. Les médecins ont dû patienter pendant six heures avant d’être autorisés à le secourir, et ils pensent que son décès est très certainement dû à cette attente. Puis, le 8 novembre, un garçon âgé de 13 ans qui jouait au football devant sa maison a été tué par les Forces d’occupation israéliennes qui avaient fait une incursion dans le territoire de la Bande de Gaza avec des chars d’assaut et des hélicoptères. Le fait que quatre soldats israéliens aient été blessés à la frontière le 10 novembre faisait donc partie d’une série d’événements incluant la mort de civils de Gaza, et n’en constituait en aucun cas l’élément déclencheur.

Nous, les signataires de ce texte, sommes récemment rentrés d’un séjour dans la Bande de Gaza. Certains d’entre nous sommes en contact direct avec des palestiniens vivant à Gaza à travers les réseaux sociaux. Pendant deux nuits d’affilée, le 10 et le 11 novembre, les palestiniens de Gaza ont été privés de sommeil à cause du survol incessant de drones et d’avions F16 et de bombardements aveugles de leur territoire densément peuplé. L’objectif de ces opérations semble clair : il est de terroriser la population, objectif atteint d’ailleurs, comme nous pouvons l’affirmer grâce aux témoignages de nos contacts sur place. S’il n’y avait pas eu de messages affichés sur Facebook, nous n’aurions pas conscience de l’envergure des bombardements et du degré de terreur ressenti par les civils palestiniens ordinaires de Gaza. Ceci contraste vivement avec ce que le monde sait du choc ressenti par les citoyens israéliens victimes des tirs de roquettes.

Selon un rapport non officiel envoyé le 11 novembre par un médecin canadien qui se trouvait à Gaza et qui a apporté son aide au service d’urgences de l’hôpital de Shifa durant le week-end, « les blessés étaient tous des civils présentant de multiples blessures de perforation provenant d’éclats d’obus : lésions cérébrales, blessures au cou, hemo-pneumothorax, tamponnade péricardiale, rupture de la rate, perforations intestinales, membres déchiquetés, amputations traumatiques. Tout ceci sans aucun écran de contrôle, avec peu de stéthoscopes, une seule machine à ultrasons… Plusieurs victimes souffrant de blessures graves mais n’engageant pas leur pronostic vital ont été renvoyées chez elles avant d’être examinées de nouveau le lendemain matin à cause du nombre considérable de blessures graves à traiter. La profondeur des blessures dues aux éclats d’obus donnait froid dans le dos. De petites blessures au demeurant, mais avec des dégâts internes massifs… Et tout cela avec très peu de morphine disponible pour atténuer la douleur. »

Apparemment, ce genre de scènes n’est pas digne d’être rapporté par le New York Times, la CBC ou la BBC.

Les préjugés et la malhonnêteté qui caractérisent la couverture de l’oppression palestinienne par les médias occidentaux ne sont pas nouveaux ; ceci a été amplement documenté. Pourtant, Israël continue à commettre des crimes contre l’humanité avec l’assentiment total et le soutien moral, financier et militaire de nos gouvernements, que ce soit les Etats-Unis, le Canada ou l’Union Européenne. Benyamin Netanyahu est en ce moment même en train de recueillir le soutien diplomatique des pays occidentaux en vue d’attaques à venir sur Gaza, ce qui nous fait craindre qu’une nouvelle opération du même type que « Plomb durci » se profile à l’horizon. En fait, les événements les plus récents confirment qu’une telle escalade est déjà en état de marche, tel que le montre le décompte des morts aujourd’hui. L’absence d’indignation populaire massive face à ces crimes est une conséquence directe de la dissimulation systématique des faits et de la manière distordue dont ces crimes sont rapportés.

Nous souhaitons exprimer notre indignation concernant la couverture médiatique scandaleuse de ces événements dans les grands médias. Nous appelons les journalistes du monde entier travaillant pour des antennes de ces grands médias à refuser d’être instrumentalisés à travers cette politique systématique de manipulation. Nous appelons également les citoyens à s’informer en consultant les médias indépendants et à laisser leur conscience s’exprimer ouvertement de la manière qu’ils jugent la plus efficace et appropriée.

Hagit Borer, Grande Bretagne
Antoine Bustros, Canada
Noam Chomsky, USA
David Heap, Canada
Stephanie Kelly, Canada
Máire Noonan, Canada
Philippe Prévost, France
Verena Stresing, France
Laurie Tuller, France

http://mondoweiss.net/2012/11/nous-accusons-mainstream-media...

URL de cet article 18349
http://www.legrandsoir.info/nous-accusons-la-sourde-oreille-des-grands-medias-sur-la-situation-et-la-gravite-des-atrocites-commises-par-israel-a-gaza.html
Lire la suite

Pourquoi une nouvelle guerre contre Gaza ?

19 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

Pourquoi une nouvelle guerre contre Gaza ?

par Thierry Meyssan

 À nouveau Israël attaque Gaza et les médias internationaux relaient des images de désolation. Cependant la sidération que provoque l’horreur quotidienne de cette nouvelle guerre ne doit pas nous empêcher de l’analyser et d’en comprendre les objectifs. Thierry Meyssan répond à cette question.

Réseau Voltaire | Damas (Syrie) | 17 novembre 2012

 

 Le 14 novembre 2012, les Forces armées israéliennes ont lancé l’opération « Colonne de Nuées » contre les installations administratives et militaires du Hamas dans la Bande de Gaza. Dès le premier jour, elles ont assassiné Ahmed Jaabari, numéro 2 de la branche armée de l’organisation palestinienne. Elles auraient également détruit des rampes de lancement souterraines de missiles sol-sol Fajr 5.

 « Colonnes de Nuées » a rapidement pris une grande ampleur, l’aviation israélienne multipliant les bombardements. L’état-major israélien a procédé au rappel de 30 000 réservistes, rapidement étendu à 75 000 hommes au risque de désorganiser l’économie. De la sorte, Israël se met en capacité d’envahir la Bande de Gaza avec des troupes au sol.

 Cette situation appelle plusieurs explications.

Pourquoi maintenant ?

 Tel-Aviv prend l’initiative alors que le pouvoir à Washington est partiellement vacant. On attend la nomination de nouveaux secrétaires d’État et à la Défense. Possiblement, il s’agirait de l’ambassadrice Susan Rice et du sénateur John Kerry. Cependant, une âpre lutte, par presse interposée, tente de disqualifier Mme Rice. Quoi qu’il en soit, les secrétaires d’État et à la Défense sortants sont affaiblis et leurs successeurs ne sont pas encore nommés.

 Identiquement Tel-Aviv avait pris une initiative similaire, l’opération « Plomb durci », lors de la période de transition entre les présidents Bush Jr. et Obama.

 Certains commentateurs évoquent aussi la proximité des élections législatives israéliennes et laissent entendre que Benjamin Netanyahu et Avigdor Lieberman cherchent à parfaire leur image de faucons intransigeants.

 C’est peu probable. En effet, ils lancent cette attaque sans en connaître à l’avance le résultat. Or, en 2008-2009, l’échec de « Plomb durci » fut fatal au gouvernement d’Ehud Olmert.

Dans quel but ?

 Traditionnellement les Forces armées israéliennes adaptent leurs objectifs de guerre aux occasions qui se présentent.

 Au minimum, il s’agit d’affaiblir la Résistance palestinienne en détruisant infrastructures et administrations dans la Bande de Gaza, comme cela est fait à intervalles plus ou moins réguliers. Cependant, l’affaiblissement du Hamas sera automatiquement profitable au Fatah en Cisjordanie ; et ce dernier ne manquera pas de pousser un peu plus loin sa revendication de reconnaissance d’un État palestinien par les Nations Unies.

 Au maximum, « Colonne de Nuées » peut ouvrir la voie à un vieux plan sioniste : la proclamation de la Jordanie comme État palestinien, le transfert de la population de Gaza (voire aussi de Cisjordanie) en Jordanie, et l’annexion des territoires vidés. Dans ce cas, l’opération militaire ne doit pas viser indistinctement tous les responsables du Hamas, mais uniquement ceux qui sont opposés à l’ancien chef politique de l’organisation, Khaled Mechaal. Ce dernier étant appelé à devenir le premier président d’un État palestinien de Jordanie.

Les troubles en Jordanie sont-ils liés ?

 La guerre de Syrie a étouffé l’économie jordanienne. Le Royaume s’est rapidement endetté. Le gouvernement a annoncé le 13 novembre (c’est-à-dire la veille du déclenchement de « Colonne de Nuées ») une hausse des prix de l’énergie allant jusqu’à 11 % pour les transports publics et 53 % pour le gaz domestique. Cette nouvelle a alimenté un mouvement de contestation qui existe à l’état rampant depuis le début de l’année. Immédiatement, environ la moitié des 120 000 professeurs des écoles publiques ont fait grève.

 Vendredi 16, plus de 10 000 personnes ont manifesté au cœur d’Amman aux cris de : « La liberté vient de Dieu ! », « Abdallah ton temps est révolu ! », «  Le peuple veut la chute du régime ! ». Le cortège est parti de la mosquée Husseini et était encadré par les Frères musulmans.

 Les Frères musulmans, qui ont conclu un accord avec le département d’État US et avec le Conseil de coopération du Golfe, sont déjà au pouvoir au Maroc, en Tunisie, en Libye, en Égypte, et à Gaza. En outre, ils contrôlent la toute nouvelle Coalition nationale syrienne. Ils ambitionnent de gouverner la Jordanie avec ou sans le roi Abdallah II.

 Le plus célèbre des Frères musulmans jordanien est Khaled Mechaal, ancien chef de la branche politique du Hamas. Mechaal a vécu en exil de 2001 à 2012 à Damas, sous la protection de l’État syrien. En février 2012, il a soudain accusé le gouvernement de Bachar el-Assad de réprimer son propre peuple et a choisi de déménager au Qatar où l’émir Hamad al-Thani s’est montré particulièrement généreux avec lui.

Les troubles en Syrie sont-ils liés ?

 En juin dernier, un accord de paix a été conclu à Genève par les grandes puissances. Toutefois, il a été immédiatement saboté par une faction US qui a organisé des fuites dans la presse à propos de l’implication occidentale dans les événements, forçant ainsi le médiateur Kofi Annan à démissionner. Cette même faction a alors par deux fois tenté d’en finir militairement en organisant deux attaques massives de Damas, le 18 juillet et le 26 septembre. Au vu de ces échecs, l’administration Obama est revenue à l’accord initial et s’est engagée à le mettre en œuvre après l’élection présidentielle et le changement de cabinet.

 L’accord prévoit le déploiement d’une Force de paix des Nations Unies, principalement composée de contingents de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC). Cette force aurait pour mission de séparer les belligérants et d’arrêter les jihadistes étrangers introduits en Syrie. En laissant la Russie se réinstaller au Proche-Orient, Washington espère se soulager du fardeau de la sécurité d’Israël. La Russie veillerait à ce que l’État sioniste ne soit plus attaqué et à ce qu’il n’attaque plus personne. Le retrait militaire US du Proche-Orient pourrait donc se poursuivre et Washington retrouverait une marge de manœuvre qu’il a perdue du fait de son tête-à-tête permanent avec Tel-Aviv.

 Dans cette perspective, les partisans de l’expansionnisme israélien doivent agir à Gaza, et éventuellement en Jordanie, avant le déploiement russe.

Quels sont les premières conclusions de la guerre en cours ?

 La guerre a mis à l’épreuve la défense anti-aérienne israélienne. L’État sioniste a investi plusieurs centaines de millions de dollars dans la création du « Dôme d’acier », un système capable d’intercepter toutes les roquettes et missiles tirés depuis Gaza ou le Sud du Liban.

 Ce dispositif est apparu inopérant lorsque le Hezbollah a envoyé un drone survoler la centrale de Dimona ou lorsqu’il a testé des missiles sol-sol Fajr-5.

 Durant les trois premiers jours de « Colonne de Nuées », le Hamas et le Jihad islamique ont riposté aux bombardements israéliens par des salves de roquettes et missiles. Le « Dôme d’acier » serait parvenu à intercepter 210 tirs sur un peu plus de 800. Cependant cette statistique ne signifie pas grand chose : le dispositif ne semble capable d’intercepter que des roquettes assez primitives, comme les Qassam, et être inadapté à tout armement un tant soit peu sophistiqué.

Thierry Meyssan

 

 

Lire la suite

L’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille veut ignorer que la Palestine est occupée.

19 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

 

L’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille

veut ignorer que la Palestine est occupée

 

Rue 89 l’a révélé, d’autres organes de presse l’ont ensuite évoqué le 6 novembre 3012 : le CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) participe à un séjour d’élèves de la prestigieuse Ecole Supérieure de Journalisme de Lille (ESJ) en Israël.

 

Cette école, après la révélation de ce voyage a fait paraître le mardi 6 novembre 2012 sur son site une information titrée : « l’ESJ de Lille envoie ses étudiants en Israël et en Palestine. » Le texte indique « la volonté de l’école d’être au contact direct, en Palestine et en Israël, des différents acteurs de ces deux sociétés. » Il est fait état à ce sujet de déplacements dans plusieurs villes avec le souhait d’ « une visite d’Hébron dans les deux parties de la ville divisée », de rencontres multiples dont celles « avec des ONG de sensibilités diverses » et « des politiques israéliens et palestiniens ». Il est fait état d’une préparation du « déplacement » avec accueil à Lille  de  plusieurs personnalités, dont « l’Ambassadeur de Palestine en France. Cela permettrait « aux étudiants de l’ESJ de mieux appréhender les questions liées au conflit israélo-palestinien et son traitement médiatique. »

 

Ce voyage  attire les observations suivantes de la part de l’AFPS Nord-Pas de Calais :

·            Il s’agirait d’être « au contact direct » d’un « conflit » entre deux parties sur lesquelles il s’agirait d’avoir un traitement équilibré

·            Les résolutions de l’ONU, comme l’actualité, le rappellent, avec l’annonce hier de 1285 logements supplémentaires  dans les colonies à Jérusalem et en Cisjordanie : la Palestine est occupée par Israël puissance militaire nucléaire. Elle n’est pas un Etat souverain, disposant d’un siège à l’ONU. Les réalités de l’occupation militaire et de la colonisation galopante sont  occultées. Hébron est occupée, pour partie, par l’armée israélienne  pour  quelques colons.

·            Ce voyage ne se déroulera que dans une partie des « territoires occupés » : Gaza est ignoré volontairement. Or la Palestine est une.  Le « mur de l’apartheid » n’est pas évoqué.

·            A aucun moment la Plate-forme des ONG françaises pour la Palestine qui fait autorité dans le soutien au peuple palestinien n’a été sollicitée,  pas plus que la communauté palestinienne du Nord, dont pourtant plusieurs des membres, fort de leur autorité professionnelle et personnelle, auraient pu judicieusement conseiller pour un voyage en Palestine.

·            Et surtout le financeur initial  du voyage est occulté : en l’occurrence le CRIF. Pour ne rappeler qu’un épisode des « exploits » de cette organisation de soutien inconditionnel à l’Etat israélien : sa participation à une campagne ignoble,  avec l’Ambassade d’Israël, en octobre 2011, contre les journalistes d’Antenne 2 et leur reportage «un œil sur la planète. »

 

L’AFPS Nord-Pas de Calais ne peut que regretter, pour les étudiants, un voyage préparé dans d’aussi mauvaises conditions. Le financement du séjour, avec la participation du CRIF, les dispositions sur place, la préparation traduisent un refus de prendre en compte la réalité d’une colonisation/occupation dont « le Monde », journal  de référence, faisait éditorial dans son édition  du 2 octobre. L’Association poursuit son travail de soutien au peuple. de toute la Palestine, y compris les exilés,  avec ses différentes actions. Elle s’adresse aux responsables de cette école afin que la réalité de l’occupation israélienne de la Palestine soit prise en compte et renouvelle son message de solidarité aux journalistes gravement mis en cause l’an dernier par le CRIF.

 

AFPS Nord-Pas  de Calais Lille le 7 novembre 2012          

Lire la suite

Gaza : le bureau de la chaîne Russia Today détruit.

19 Novembre 2012 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Israël - palestine - Moyen-Orient

paix-palestine2

Lundi 19 novembre 2012 1 19 /11 /Nov /2012 00:15

russia.jpg

 

L'antenne en langue arabe de la chaîne publique internationale de la Russie Russia Today par un raid israélien contre deux centres de presse, qui a blessé huit journalistes palestiniens.


 

La chaîne publique russe Russia Today (RT) a annoncé dimanche que le bureau à Gaza de son antenne en langue arabe avait été détruit dans la nuit par une frappe israélienne contre un centre de presse. Huit journalistes palestiniens ont été blessés. 


"Le bureau de Russia Today à Gaza, situé dans le centre de presse al-Shawa, a été détruit par une frappe aérienne israélienne contre l'immeuble. L'équipe n'a pas été touchée", a indiqué la chaîne dans un communiqué. "L'antenne en langue arabe de RT, Rusiya Al-Yaum, a été frappée par les forces israéliennes dans la bande de Gaza dans les premières heures du 18 novembre, approximativement à 1h30 en heure locale", a précisé la chaîne."Le reporter de RT Suaeda al-Suerki et le cameraman Mustafa Al-Bayati n'ont pas été blessés car ils avaient quitté l'immeuble une heure avant l'attaque", a-t-elle ajouté.

 


Trois à quatre frappes contre le site


Selon des témoins, le complexe a été sérieusement endommagé. Les journalistes à l'intérieur avaient été évacués après un premier raid, qui a été suivi par au moins deux autres frappes sur le site. Le complexe abritait la chaîne de télévision al-Quds, considérée comme proche du mouvement islamiste Hamas au pouvoir à Gaza.


L'armée israélienne a confirmé dimanche l'attaque contre les bâtiments, expliquant avoir visé l'antenne sur le toit parce que le Hamas l'utilisait également pour ses "communications opérationnelles".


"Les bureaux de la chaîne étaient situés au dernier étage de l'immeuble de 11 niveaux, avec ceux d'autres médias dont Sky News, ITV et des agences de presse palestiniennes", poursuit RT. La chaîne a indiqué avoir repris ses activités depuis le 5ème niveau de l'immeuble.



Russia Today, une chaîne publique accusée de partialité


Russia Today est la chaîne publique internationale de la Russie, qui émet dans le monde en anglais, arabe et espagnol. Lancée en 2005 par le Kremlin avec de gros moyens et  l'objectif de faire pendant aux grandes chaînes occidentales, elle a été récemment accusée de manque d'impartialité dans sa couverture du conflit en Syrie, jugée trop favorable au régime de Damas.
 
Sous le slogan "fiers d'être différents", la chaîne avait recruté au début de l'année le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pour des interviews de personnalités réalisées depuis Londres, dont la première a été celle du chef du Hezbollah Hassan Nasrallah.
 
La Russie a dénoncé cette semaine les "frappes disproportionnées d'Israël sur la bande de Gaza", tout en appelant les militants palestiniens à mettre fin à leur tirs de roquettes sur l'Etat hébreu.

TF1 News

 

http://www.mleray.info/article-gaza-le-bureau-de-la-chaine-russia-today-detruit--112592549.html

Lire la suite
<< < 10 20 30 31 32 33 34 > >>