Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #l'islamisme tag

Brzezinski est mort, je ne vais pas le pleurer, par Selma Benkhelifa

4 Juin 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #L'OTAN., #La mondialisation, #l'islamisme, #Terrorisme

Brzezinski est mort, je ne vais pas le pleurer,  par Selma Benkhelifa

Brzezinski est mort, je ne vais pas le pleurer

 

Zbigniew Brzezinski est mort ce 26 mai 2017, à l’âge de 89 ans. Cet homme est l’instigateur de la guerre en Afghanistan, celui qui – pour la CIA – a inventé le concept moderne du djihad, en soutenant les opposants à Najibullah le Président afghan de l’époque.

 
L’Afghanistan était pourtant résolument tourné vers la modernité. Les femmes y travaillaient, les filles y allaient à l’Université. Le pays avait sa propre compagnie aérienne. Une agriculture florissante en faisait le premier exportateur de fruits d’Asie centrale.
 
Mais Zbigniew Brzezinski est arrivé. Et le drame a commencé. 
 

Dans une longue interview, il admet avoir écrit une note au président Carter selon laquelle si la CIA aidait les Moudjahiddines, traduisez les « soldats de la Religion », cela entraînerait une réaction des Soviétiques, qui voudraient soutenir le Président Najibullah.

L’idée n’était pas de réellement mettre les moudjahiddines au pouvoir, mais de créer une guerre civile qui forcerait l’intervention russe. Et l’idée a marché.

 L’armée soviétique envahit l’Afghanistan, le 24 décembre 1979, quelques mois après la note de Brzezinski à Carter.

Heureux de son succès, Brzezinski écrira à Carter «Nous avons maintenant l’occasion de donner à l’URSS sa guerre du Vietnam.»

La guerre en Afghanistan n’a pas cessé depuis. Le pays exsangue ne s’est jamais remis des plaies causées par les combats fratricides qui l’ensanglantent encore aujourd’hui.

Des années plus tard, lorsqu’un journaliste du Nouvel Observateur interroge Brzezinski sur d’éventuels regrets, il répondra imperturbable:
 
« Cette opération secrète était une excellente idée. Elle a eu pour effet d’attirer les Russes dans le piège Afghan et vous voulez que je le regrette ?  » (1)
 
Le journaliste surpris insiste: « Vous ne regrettez pas non plus d’avoir favorisé l’intégrisme islamiste,d’avoir donné des armes, des conseils à de futurs terroristes ? »
 

Et Zbigniew Brzezinski répond « Qu’est-ce qui est le plus important au regard de l’histoire du monde ? Les talibans ou la chute de l’empire soviétique ? Quelques excités islamistes où la libération de l’Europe centrale et la fin de la guerre froide ?« 

Les « excités islamistes » ne font pas peur à la CIA, ni aux Présidents américains qui se sont succédé. Ce sont tout au plus des mercenaires dont on se sert et puis qu’on jette quand ils ne sont plus utiles. Ce sont des terroristes parce qu’ils terrorisent les gens du commun, vous, moi, ceux et celles qui partent travailler en métro ou qui vont à un concert. Ils ont terrorisés les habitants de Kaboul, d’Alger et d’Alep. Ils ne terrorisent pas les puissants de ce monde, qui sont très satisfaits de les voir faire le sale boulot et les aider à justifier leurs guerres et leurs atteintes à nos droits.

On pourrait penser que c’est de l’histoire ancienne, un cours sur la Guerre Froide, mais Brzezinski a continué à sévir des années durant. Il a aussi été conseiller du Président Obama.

Alors comment ne pas faire le rapprochement entre ce que la CIA a fait pour manipuler l’URSS et pousser les Soviétiques dans une guerre en Afghanistan et ce qui se passe en Syrie ?
 
Nous sommes tous et toutes victimes de la même manipulation, de Bruxelles à Damas, de Kaboul à Manchester.
 
Brzezinski est mort, je ne vais pas le pleurer, je voudrais juste qu’on se rappelle le manipulateur pervers qu’il a été et sa responsabilité dans tant d’années de guerres et de barbarie. Si certains hommes ont rendu le monde meilleur, Brzezinski fait assurément partie de ceux qui l’ont rendu pire.
 
(1) Source : Le Nouvel Observateur, 15/01/1998

- See more at:

http://www.investigaction.net/brzezinski-est-mort-je-ne-vais-pas-le-pleurer/#sthash.b8WkserJ.dpuf

 

Lire la suite

Les e-mails d’Hillary Clinton et la Confrérie par Thierry Meyssan

5 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #La France, #La Russie, #l'islamisme, #l'immigration, #La Syrie - La Libye - l'Iran -

Les e-mails d’Hillary Clinton et la Confrérie

L’enquête du FBI sur les e-mails privés d’Hillary Clinton ne porte pas sur une négligence face aux règles de sécurité, mais sur un complot visant à distraire toute trace de ses correspondances qui auraient dû être archivées sur des serveurs de l’État fédéral. Il pourrait comprendre des échanges sur des financements illégaux ou de la corruption, d’autres sur les liens des époux Clinton avec les Frères musulmans et les jihadistes.

| Damas (Syrie)  
+
JPEG - 33.3 ko
Hillary Clinton et sa directrice de cabinet Huma Abedin.

La relance de l’enquête du FBI sur les e-mails privés d’Hillary Clinton ne porte plus sur les questions de sécurité, mais sur des trafics qui pourraient aller jusqu’à la haute trahison.

Techniquement, au lieu d’utiliser un serveur sécurisé de l’État fédéral, la secrétaire d’État avait fait installer à son domicile un serveur privé, de manière à pouvoir utiliser Internet sans laisser de traces sur une machine de l’État fédéral. Le technicien privé de Mme Clinton avait nettoyé son serveur avant l’arrivée du FBI, de sorte qu’il n’était pas possible de savoir pourquoi elle avait mis en place ce dispositif.

Dans un premier temps, le FBI a observé que le serveur privé n’avait pas la sécurisation du serveur du département d’État. Mme Clinton n’avait donc commis qu’une faute de sécurité. Dans un second temps, le FBI a saisi l’ordinateur de l’ancien membre du Congrès, Anthony Weiner. Celui-ci est l’ancien époux d’Huma Abedin, directrice de cabinet d’Hillary. Des e-mails provenant de la secrétaire d’État y ont été retrouvés.

Anthony Weiner est un homme politique juif, très proche des Clinton, qui ambitionnait de devenir maire de New York. Il dut démissionner à la suite d’un scandale très puritain : il avait envoyé des SMS érotiques à une jeune femme autre que son épouse. Huma Abedin se sépara officiellement de lui durant cette tourmente, mais en réalité ne le quitta pas.

Huma Abedin est une états-unienne ayant été élevée en Arabie saoudite. Son père dirige une revue académique —dont elle fut durant des années la secrétaire de rédaction— qui reproduit régulièrement l’avis des Frères musulmans. Sa mère préside l’association saoudienne des femmes membres de la Confrérie et travaillait avec l’épouse du président égyptien Mohamed Morsi. Son frère Hassan travaille pour le compte du cheikh Yusuf al-Qaradawi, le prêcheur des Frères et conseiller spirituel d’Al-Jazeera.

JPEG - 50.5 ko
À l’occasion d’un déplacement officiel en Arabie saoudite, la secrétaire d’Etat visite le collège Dar al-Hekma en compagnie de Saleha Abedin (mère de sa directrice de cabinet), présidente de l’association des Sœurs membres de la Confrérie.

Huma Abedin est aujourd’hui un personnage central de la campagne Clinton, à côté du directeur de campagne, John Podesta, ancien secrétaire général de la Maison-Blanche sous la présidence de Bill Clinton. Podesta est par ailleurs le lobbyiste attitré du Royaume d’Arabie saoudite au Congrès pour la modique somme de 200 000 dollars mensuels. Le 12 juin 2016, Petra, l’agence de presse officielle de Jordanie, avait publié une interview du prince héritier d’Arabie, Mohamed Ben Salmane, affirmant la modernité de sa famille qui avait illégalement financé à hauteur de 20 % la campagne présidentielle d’Hillary Clinton, quoique ce soit une femme. Le lendemain de cette publication, l’agence annulait cette dépêche et assurait que son site internet avait été piraté.

JPEG - 32.3 ko
Selon l’agence officielle jordanienne Petra du 12 juin 2016, la famille royale saoudienne a illégalement financé 20 % de la campagne présidentielle d’Hillary Clinton.

Madame Abedin n’est pas la seule membre de l’administration Obama liée à la Confrérie. Le demi-frère du président, Abon’go Malik Obama, est le trésorier de l’Œuvre missionnaire des Frères au Soudan et président de la Fondation Barack H. Obama. Il est directement placé sous les ordres du président soudanais, Omar el-Béchir. Un Frère musulman est membre du Conseil national de sécurité —la plus haute instance exécutive aux États-Unis—. De 2009 à 2012, c’était le cas de Mehdi K. Alhassani. On ignore qui lui a succédé, mais la Maison-Blanche niait qu’un Frère soit membre du Conseil jusqu’à ce qu’une preuve surgisse. C’est également un Frère qui est ambassadeur des États-Unis auprès de la Conférence islamique, Rashad Hussain. Les autres Frères identifiés occupent des fonctions moins importantes. Il faut cependant citer Louay M. Safi, actuel membre de la Coalition nationale syrienne et ancien conseiller du Pentagone.

JPEG - 25.1 ko
Le président Obama et son demi-frère Abon’go Malik Obama dans le Bureau ovale. Abon’go Malik est le trésorier de l’Œuvre missionnaire des Frères musulmans au Soudan.

En avril 2009, deux mois avant son discours du Caire, le président Obama avait secrètement reçu une délégation de la Confrérie dans le Bureau ovale. Il avait déjà invité, lors de son intronisation, Ingrid Mattson, la présidente de l’association des Frères et Sœurs musulmans aux États-Unis.

De son côté, la Fondation Clinton a employé comme responsable de son projet « Climat » Gehad el-Haddad, un des dirigeants mondiaux de la Confrérie qui avait été jusque là responsable d’une émission de télévision coranique. Son père avait été l’un des co-fondateurs de la Confrérie, en 1951, lors de sa recréation par la CIA et le MI6. Gehad a quitté la fondation en 2012, date à laquelle il est devenu au Caire le porte-parole du candidat Mohammed Morsi, puis celui officiel des Frères musulmans, à l’échelle mondiale.

Sachant que la totalité des leaders jihadistes dans le monde sont soit issu de la Confrérie, soit de l’Ordre soufi des Naqshbandîs —les deux composantes de la Ligue islamique mondiale, l’organisation saoudienne anti-nationaliste arabe— on aimerait en savoir plus sur les relations de Madame Clinton avec l’Arabie saoudite et les Frères.

Il se trouve que dans l’équipe de son challenger Donald Trump, on compte le général Michael T. Flynn qui tenta de s’opposer à la création du Califat par la Maison-Blanche et démissionna de la direction de la Defense Intelligence Agency (Agence de Renseignement militaire) pour marquer sa réprobation. Il y côtoie Frank Gaffney, un « guerrier froid » historique, désormais qualifié de « conspirationniste » pour avoir dénoncé la présence des Frères dans l’État fédéral.

Il va de soi que, du point de vue du FBI, tout soutien aux organisations jihadistes est un crime, quelle que soit la politique de la CIA. En 1991, les policiers —et le sénateur John Kerry— avaient provoqué la faillite de la banque pakistanaise (quoi qu’enregistrée aux îles Caïman) BCCI que la CIA utilisait pour toutes sortes d’opérations secrètes avec les Frères musulmans tout autant qu’avec les cartels latinos des drogues.

Thierry Meyssan

Thierry Meyssan Consultant politique, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace. Dernier ouvrage en français : L’Effroyable imposture : Tome 2, Manipulations et désinformations (éd. JP Bertand, 2007). Compte Twitter officiel.

 
 
À la recherche du bouc émissaire
Journal du changement d’ordre mondial #12
 
 
Le prix de la rétrogradation
Journal du changement d’ordre mondial #11
 
 
Les « sanctions économiques » ou la guerre en col blanc
Journal du changement d’ordre mondial #10
 
 
Faut-il juger Vladimir Poutine ?
Journal du changement d’ordre mondial #9
 
Réseau Voltaire

Voltaire, édition internationale

 
Lire la suite

Que se passera-t-il après la chute de Mossoul lorsque Daech fuira vers la Syrie ? (The Independent)

5 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La nation ., #L'OTAN., #La France, #La mondialisation, #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Terrorisme, #Daesch, #La Turquie, #l'islamisme

Que se passera-t-il après la chute de Mossoul lorsque Daech fuira vers la Syrie ? (The Independent)

Toute l’armée du califat de Daech pourrait être dirigée contre le gouvernement Assad et ses alliés - un scénario qui pourrait provoquer une certaine satisfaction à Washington

L’armée syrienne, le Hezbollah et ses alliés iraniens se préparent à une invasion massive par des milliers de combattants de Daech qui seront chassés de l’Irak lorsque Mossoul tombera. L’objectif réel derrière la "libération" de la ville irakienne planifiée par les Etats-Unis et tant claironné serait, selon l’armée syrienne, d’inonder la Syrie avec les hordes de combattants de Daech fuyant leur capitale irakienne pour leur « mini-capitale » de Raqqa à l’intérieur même de la Syrie.

Depuis des semaines, les médias occidentaux, et les experts américains qu’ils aiment citer, prédisent une combat jusqu’à la mort de Daech à l’intérieur de Mossoul digne du siège de Stalingrad - ou une victoire rapide sur Daech suivie par des combats sectaires entre Irakiens pour le contrôle de la ville. L’ONU met en garde contre les colonnes massives de réfugiés qui se déverseront de la ville assiégée. Mais les Syriens - après avoir été témoins de l’effondrement soudain et l’évacuation de Palmyre lorsque leur propre armée a repris l’ancienne ville syrienne plus tôt cette année - pensent que Daech va simplement abandonner Mossoul et essayer d’atteindre les zones de la Syrie qu’elle contrôle encore.

Déjà, les services de renseignement de l’armée syrienne ont entendu des rapports inquiétants d’une demande faite par Daech dans les villes et villages au sud de Hasaka - une ville syrienne contrôlée par les forces du régime et les Kurdes dans le nord du pays - pour installer de nouvelles sources d’électricité et d’eau en prévision d’un afflux des combattants de Daech en provenance de Mossoul. En d’autres termes, si Mossoul tombe, toute l’armée du califat de Daech pourrait être dirigée contre le gouvernement Assad et ses alliés - un scénario qui pourrait provoquer une certaine satisfaction à Washington. Lorsque la ville irakienne de Fallujah est tombée entre les main de l’armée et des milices irakiennes plus tôt cette année, de nombreux combattants de Daech ont immédiatement fui vers la Syrie.

Sayed Hassan Nasrallah, le chef du Hezbollah, qui a envoyé des milliers de ses hommes pour combattre (et mourir) dans la lutte contre Daech et Jabhat al-Nusra en Syrie, a déclaré dans un discours marquant les commémorations de l’Achoura la semaine dernière que les Américains « ont l’intention de répéter le complot de Fallujah lorsqu’ils ont ouvert une voie à Daech pour leur permettre de s’échapper vers l’est de la Syrie » et a averti que « le même plan pourrait être mis en oeuvre à Mossoul. » En d’autres termes, une défaite de Daech à Mossoul encouragerait Daech à fuir ver l’ouest pour essayer d’abattre le régime Assad en Syrie.

Ces soupçons n’ont pas vraiment été apaisées par une série de commentaires de généraux américains et de sources militaires américaines au cours ces dernières semaines. Le commandant américain nouvellement nommé dans la région, le Lt Gen Stephen Townsend – à la tête de ce que les États-Unis ont pompeusement appelé « Opération Résolution Inhérente » - a dit que non seulement Mossoul, mais aussi la ville syrienne de Raqqa, seraient capturées « sous son commandement ». Mais qui croit-il va prendre Raqqa ? L’armée syrienne a toujours l’intention de se battre jusqu’à Raqqa par la route militaire de Damas-Alep à ouest de la ville, après une première tentative plus tôt cette année qui a été abandonnée plus pour des raisons politiques que militaires. La Russie semble penser qu’il est préférable de concentrer sa puissance de feu sur d’autres milices, en particulier al-Nosra / al-Qaïda, que à la fois Moscou et Damas considèrent désormais comme beaucoup plus dangereux que Daech.

Tous deux ont remarqué comment Nosra - qui a changé son nom à Jabhat Fateh al-Sham, le "Front de soutien du peuple du Levant", dans d’effacer ses liens avec Al-Qaïda - est de plus en plus qualifiée par les politiciens et les journalistes occidentaux de « rebelles » [gras par le traducteur qui l’avait effectivement remarqué - NdT], ainsi qu’une pléthore d’autres milices qui combattent le régime syrien. Un général américain non identifié a été cité le mois dernier exprimant sa préoccupation que les forces chiites irakiennes pourraient s’emparer de la ville de Tal Afar, à la frontière irako-syrienne, afin de piéger les combattants de Daech en Irak - et empêcher ainsi leur fuite vers la Syrie. Il a été rapporté que Daech aurait abandonné Tal Afar il y a quelques jours.

Le magazine en ligne Military Times aux États-Unis (qui est, comme on dit, « proche » du Pentagone) a fait valoir que le général Townsend, qui a à peine 5 000 troupes étasuniennes sur le terrain en Irak et l’extrême nord de la Syrie, doit « poursuivre Daech en Syrie, où les Etats-Unis ont peu d’alliés sur place » - c’est le moins que l’on puisse dire - tandis que Townsend lui-même parle d’une « bataille longue et difficile » pour Mossoul. Il a également parlé d’un « siège » de Mossoul. Ce sont les terribles prédictions auxquelles les Syriens ne croient pas.

La propre armée d’Assad, avec ses 65 000 morts dans une guerre qui dure depuis maintenant cinq ans, a déjà été bombardée par les Américains à Deir Ezzor, où au moins 60 soldats syriens ont été tués - Washington a qualifié l’opération d’erreur - et se prépare maintenant à confronter l’énorme afflux de combattants de Daech qui pourrait traverser la frontière après la chute de Mossoul. Nasrallah lui-même y a fait allusion dans son discours. Il a suggéré que si les forces de Daech ne sont pas vaincues par les Irakiens eux-mêmes à Mossoul, alors les Irakiens - sans doute la milice chiite irakienne qui est l’un des fers de lance de l’armée gouvernementale - « seront obligés de se déplacer vers l’est de la Syrie pour combattre le groupe terroriste ».

Compte-tenu de la possibilité que les troupes syriennes et leurs alliés russes pourraient avoir à faire face à ce même groupe, il est peu étonnant qu’ils essaient de conclure leur capture des quartiers est d’Alep - quel que soit le coût en vies humaines - avant la chute de Mossoul.

Robert Fisk

Traduction "encore des pannes de satellites US à prévoir" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» http://www.independent.co.uk/voices/mosul-offensive-isis-flee-iraq-syr...
URL de cet article 31059
Lire la suite

Révélations CHOC concernant Daesh et c’est dit sur C8 une chaîne du groupe Canal Plus !

5 Novembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La Russie, #La République, #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #l'immigration, #l'islamisme, #Daesch, #AMERIQUE, #Terrorisme, #La Turquie

Révélations CHOC concernant Daesh et c’est dit sur C8 une chaîne du groupe Canal Plus !

image: http://www.misteremma.com/wp-content/uploads/2013/01/Thierry_Ardisson_Cover.jpg

http://www.misteremma.com/wp-content/uploads/2013/01/Thierry_Ardisson_Cover.jpg

 

Un Grand merci à Peter Moore pour avoir relayé sur FB

Les origines du Djihadisme remontent à la guerre froide avec  l’empire Soviétique. L’OTAN  avait élaboré la Muslims belt; il fallait empêcher la Russie d’accéder aux mers chaudes par la constitution d’une chaîne d’états si possible Islamistes radicaux. Après la chute de l’URSS, cette stratégie a été continuée en Bosnie, au Kosovo, en Irak où on a démantelé un état laïque  au profit d’Islamistes à la fois chiites et sunnites, on a continué ça en Libye. Quand aux frères musulmans ils ont été sponsorisés pratiquement par tous les états occidentaux.

La France est un pays ami de l’Arabie Saoudite et du Qatar et non avec la Russie alors que si on devait avoir à se défendre contre ces gens là, Poutine serait tout de même un allié naturel. Il faut savoir que même si le régime de Poutine n’est pas exempt de défauts, il y a énormément d’exagération sur la Russie dans les médias mainstream occidentaux.

Récemment, le président Américain Barak Obama et Hillary Clinton ont déclaré que la Russie était un danger plus grave que Daesh. Voilà donc des gens qui pensent que Les Russes sont des gens plus dangereux que ceux qui viennent tuer ou égorger nos enfants sur nos terrasses.

Lutter contre l’Islam radical tout en serrant la main du roi d’Arabie Saoudite revient à dire que nous luttons contre le Nazisme tout en invitant Hitler à notre table.

75 milliards de dollars ont été dépensés depuis 1980 par la seule Arabie Saoudite qui n’est que l’un des cinq pôles de l’Islamisme radical. On a jamais vu la mise en place de tels moyens pour financer le Salafisme dans le monde. Jamais un totalitarisme n’a disposé d’autant de moyens financiers.

Nos politiques nous font croire qu’ils ne savent pas mais leurs serrent les mains, les mêmes qui insultent Poutine et qui disent qu’il faut le faire passer devant un tribunal pénal international, les mêmes reçoivent ces gens avec les honneurs.

Hollande et Valls pour ne citer qu’eux  le savent parfaitement et cela signifie ni plus ni moins qu’ils trahissent non seulement la France mais aussi les valeurs de l’Occident, les valeurs de la démocratie…

Stéphane Guibert / Finalscape / Sur VK


 
Lire la suite

Hollande déboussolé face à Poutine. La France plus isolée que jamais. Par Hadrien Desuin dans "Causeur".

15 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La nation ., #La France, #La Russie, #Politique étrangère, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #l'islamisme, #Terrorisme, #Daesch, #AMERIQUE

Hollande déboussolé face à Poutine

La France plus isolée que jamais

Auteur

Hadrien Desuin
Expert en géo-stratégie, sécurité et défense

Publié le 13 octobre 2016 

Mots-clés : , , , ,

 
 
hollande poutine russie alep syrie

Sipa. Feature Reference: AP21827575_000063 .

Le report sine die de la visite du président russe à Paris, pourtant prévue de longue date, est un nouvel épisode du burlesque qui guide notre diplomatie depuis presque cinq ans. L’inauguration de la cathédrale orthodoxe du quai Branly était l’occasion pour la France de se replacer dans le jeu diplomatique alors que les relations américano-russes sont au plus bas. Mais François Hollande n’a pas eu le courage de préserver l’indépendance de la France. Il a préféré rallier in extremis les bons élèves du camp occidental.

Hollande improvise sur TMC

Dans une séquence improvisée, François Hollande a benoitement livré au micro de TMC ses hésitations. “Je me suis posé la question (…) Est-ce que c’est utile ? Est-ce que c’est nécessaire ? Est-ce que ça peut être une pression ?”  Il commence par confirmer au jeune journaliste qui se trouvait là qu’il va recevoir le président russe et il finit sa phrase en ânonnant “si je le reçois…” Il est tellement sincère, au fond, notre président. On le voit hésiter, trembler en direct. Comme une Léonarda diplomatique. Cet homme n’aime pas ce pour quoi il a été élu: décider et choisir. Il laisse la décision à Vladimir Poutine. Et Vladimir Poutine de lui répondre moqueur :  “je viendrai quand François Hollande sera prêt”. Comme si Hollande n’était pas vraiment dans son assiette. Pas vraiment maître de lui même. Après tout, la France doit parler à Moscou pour exister sur la scène internationale. Mais la Russie n’a pas besoin de Paris pour compter dans le monde.

Bluff présidentiel

Désireux de se ressaisir et de dissiper ce perpétuel sentiment de flou, François Hollande a tenté devant l’Assemblée du Conseil de l’Europe de prouver qu’il avait un cap, qu’il avait la carrure de Vladimir Poutine. Il a ainsi prétendu avoir reporté l’entrevue suite à ”un désaccord majeur entre la Russie et la France ». Mais c’est trop tard, le mal est fait. La France s’est humiliée.

Drapé dans une logique humanitaire à sens unique, Jean-Marc Ayrault semble, de son côté, avoir enfilé les bottes de Laurent Fabius. Après le départ de ce dernier au Conseil Constitutionnel, la diplomatie française semblait pouvoir prendre une tournure un poil plus réaliste. En particulier dans ces deux grandes crises ukrainienne et syrienne mais depuis c’est la rechute. Le retour des grandes déclarations, des coups de menton et des doigts levés; cette parodie d’Aristide Briand à la SDN.

La Russie a du mettre son véto à la résolution française de cessez le feu à Alep. Une gifle que le quai d’Orsay n’a pas digérée. Car Poutine est déterminé à terminer le siège des quartiers Est et à reprendre le contrôle de la Syrie septentrionale. Il s’agit pour Moscou, Téhéran et Damas d’infliger une cuisante défaite aux rebelles djihadistes alliés à la branche syrienne d’Al-Qaïda (leur « divorce blanc » n’a trompé personne pour reprendre l’expression de Fabrice Balanche).

 

Obama a besoin de Poutine

Moscou entend accélérer les choses avant les élections américaines. Les deux candidats promettent de replacer les Etats-Unis au rang de leader du monde libre mais ils ne prêteront serment que fin janvier. En attendant, Barack Obama n’a pas caché son souhait de reprendre Mossoul avant son départ de la Maison-Blanche. Sa priorité est la chute de Daech et il sait qu’il doit compter malgré tout sur Moscou pour atteindre son but. La course contre-la-montre est engagée. Tout doit être terminé pour l’hiver.

A l’initiative de Moscou et Damas, plusieurs cessez-le-feu ont déjà été négociés ou proposés à Alep, sous l’égide de l’ONU, afin que la population alépine puisse sortir de ce piège. Malheureusement, les groupes djihadistes ont interdit à la population d’en profiter. La population civile est le bouclier humain et la caution morale des djihadistes et de leur famille. Les hôpitaux abritent des QG, ils permettent aux grands chefs de la rébellion de se protéger mais aussi d’exposer les blessés aux bombardements de l’aviation russe (comme à Kunduz avec l’aviation américaine). Le but est de jouer sur la corde humanitaire occidentale et de provoquer une intervention sinon une pression occidentale sur Poutine.

La France se fait le porte-voix  de ses clients du Golfe. Lesquels relayent les cris des groupes djihadistes enfermés dans Alep. La France surjoue son rôle de patrie des droits de l’homme et de soldat de la paix. Mais en réalité, elle n’est plus maîtresse de son propre jeu. La France est entrée dans une confrontation avec la Russie qui la marginalise un peu plus. Plutôt que de réactiver une guerre froide inutile avec Moscou, et de multiplier les rebuffades, Paris ferait mieux d’assumer le dialogue. Pour combattre notre seul et vrai ennemi commun, les djihadistes.

 

Hadrien Desuin

  • Expert en géo-stratégie, sécurité et défense

Lire la suite

M6, une chaîne néo-réac? Islam, FN: les chiens de garde scandalisés. Par Hadrien Desuin dans "Causeur".

15 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La nation ., #La République, #La France, #La mondialisation, #l'horreur économique, #l'islamisme, #UOIF-Frères Musulmans

M6, une chaîne néo-réac?

Islam, FN: les chiens de garde scandalisés

Auteur

Hadrien Desuin
Expert en géo-stratégie, sécurité et défense

Publié le 10 octobre 2016

Entre son émission "Dossier Tabou" sur l'islam français et l'entretien de Karine Le Marchand avec Marine Le Pen, M6 essuie ces derniers jours une polémique bien de chez nous.

 

m6 islam villardiere lepen

L’intrusion du journaliste Bernard de La Villardière au fin fond de la Seine-Saint-Denis vaut au présentateur de la sixième chaîne une indignation qui souffle du plateau de Cyril Hanouna au blog du directeur adjoint de L’Express en passant par le quotidien gratuit 20 minutes. Comme un écho du flot d’insultes déversés sur son compte Twitter. Le CSA a été saisi et Nicolas de Tavernost, président de la chaîne M6 a reçu une docte lettre du président de L’Observatoire de la laïcité, Jean-Louis Bianco. Pour l’ancien secrétaire général de François Mitterrand « la généralisation des difficultés telles que présentées par ce reportage donne une vision déformée de la réalité ». Comble de la vanité, il s’étonne que M6 n’ait pas mentionné le « travail considérable » effectué par son organisme. La défense de la laïcité par Jean-Louis Bianco mériterait en effet un “Dossier Tabou” à lui tout seul…

 

L’islam, une vache sacrée médiatique

Le célèbre journaliste de “Zone Interdite” et “Enquête exclusive” a plutôt bien choisi le titre de sa nouvelle émission. Selon le Larousse, un tabu est étymologiquement en polynésien “un interdit de caractère religieux qui frappe un être, un objet ou un acte en raison du caractère sacré ou impur qu’on leur attribue.” Par extension, le tabou “a un caractère social et moral qu’il serait malséant d’évoquer, en vertu des convenances sociales ou morales.” “L’islam en France, la république en échec”: le titre de la première émission de Dossier tabou avait tout de la vache sacrée médiatique.

En préliminaire, la présentation de l’émission avait le mérite de ne pas tourner autour du pot. ” Nous avons découvert que les imams les plus extrémistes gagnent du terrain aux dépens de modérés républicains, parfois menacés de mort  (…)  L’Union des Organisations Islamiques de France a pour but de déconnecter la communauté musulmane du reste de la société, de grignoter peu à peu l’espace public au nom de la liberté d’expression pour installer la charia en France. Elle organise de grands rassemblements et attire des centaines de milliers de personnes qui peuvent écouter des prédicateurs étrangers souvent homophobes, antisémites et favorables à la lapidation des femmes. D’anciens Frères Musulmans ont accepté de témoigner pour dévoiler la stratégie cachée du mouvement qui veut former les élites islamistes de demain.
Aussitôt accusé de racolage télévisuel, le sujet choisi par La Villardière avait en effet l’inconvénient d’intéresser le français moyen, au point de réaliser pour sa première un très joli score d’audience, 2,4 millions de téléspectateurs. La « mosquée Daech » de Sevran, louée par un imam de l’UOIF, la branche française des frères musulmans, ne méritait sans doute pas qu’un journaliste se déplace jusque là. Filmer à Sevran une mosquée salafiste clandestine ou une école coranique sur un terrain municipal, franchement quel intérêt sinon de stigmatiser les salafistes? Pour Stéphane Gatignon, maire écolo de Sevran interrogé sur RMC, la venue de l’équipe de M6 n’est rien d’autre que “de la provoc””. Bernard de la Villardière a voulu “faire de l’audience sur le dos de la ville de Sevran” Dans un communiqué il dénonce “une polémique politicienne cherchant à faire de Sevran un Molenbeek français”. Si les jeunes de Sevran partent en Syrie, c’est donc la faute de la course à l’audimat chez M6. Allez comprendre.

Complotisme mainstream

Les chiens de garde du PAF ont aussi pointé, avec un soupçon de complotisme, le montage de la scène d’agression dont La Villardière était forcément le déclencheur. S’appuyant sur une vidéo amateur censée dédouaner les jeunes de Sevran, un certain Ousmane, venait donner du grain à moudre à l’observatoire de l’islamophobie, pardon à l’Observatoire de la laïcité (pardonnez la confusion, mais l’équipe de Jean-Louis Bianco passe visiblement plus de temps à traquer les pourfendeurs de l’islam radical que les ennemis de la laïcité). Silence gêné en revanche quand le Ousmane en question se révèle être un grand admirateur de Dieudonné. La vidéo complète diffusée ensuite par M6 pour éteindre la polémique ne laisse aucun doute sur la bande de voyou ceinturant l’équipe de reportage. Frappés et mis au sol, les journalistes sont contraints de quitter les lieux.
Un geste de solidarité ou un mot de soutien était bien le minimum qu’on pouvait attendre de la part des confrères de La Villardière. Face à un délit d’entrave à la liberté de la presse, la gauche morale, d’habitude si prompte à défendre les libertés, s’est retournée sur l’agresseur blanc à particule. Lequel n’aurait pas dit « bonjour » aux individus qui tentaient d’interrompre son interview (la vidéo de M6 devait démentir cette accusation grotesque). Un peu de sérieux et d’honnêteté suffisent à constater que le journaliste et son équipe étaient au contraire d’une patience infinie avant leur prise à partie.
Au lieu de s’interroger sur la violence de l’islamisme dans certains territoires perdus de la République, les petits marquis de la bien-séance médiatique reprochent à l’équipe de M6 de ne pas avoir demandé aux caïds de la cité l’autorisation de filmer leur terrain de jeu. Pour ne pas traiter le fond du sujet, on lance un contre-feu qui en dit long sur l’état de la liberté d’expression en France.

 

 

 

Hadrien Desuin

Expert en géo-stratégie, sécurité et défense

Lire la suite

Quand l’INSEE valide le Grand remplacement. Le “fantasme” est bien une réalité chiffrée. Par Alain Nueil dans "Causeur".

8 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #l'immigration, #l'islamisme

Quand l’INSEE valide le Grand remplacement

Le “fantasme” est bien une réalité chiffrée

Auteur

Alain Nueil

Alain Nueil
est romancier et professeur de lettres agrégé.

Publié le 03 octobre 2016 / Politique Société

 

 
 
insee immigration grand remplacement

Sipa. SIPA_00690733_000001.

Grand Remplacement : il convient de mettre des majuscules, non par goût du sensationnel, mais parce qu’il s’agit d’un événement historique singulier, un changement important dans la population française qui se déroule sous nos yeux. C’est donc un nom propre. On a d’abord cru qu’il s’agissait d’un fantasme d’extrême droite. Un ami professeur en Sorbonne me disait : « Le Grand Remplacement, je connais la théorie, mais je n’y crois pas ». On disait aussi que cette hypothèse était “trop logique” pour se produire. Objection bien curieuse : si la récolte de blé est mauvaise, faudra-t-il s’attendre à ce que le prix du pain baisse, parce que le contraire serait “trop logique” ? À moi, l’intuition me suggérait, en voyageant dans les RER parisiens, en voyant les nombreux Comoriens implantés en Dordogne par le conseil général socialiste précédemment aux manettes, que cette théorie se transformait en réalité. Mais il faut se méfier de l’intuition comme de la peste.

Des statistiques ethniques déguisées

Tous ces doutes ont laissé la place, le 30 septembre 2016, à une certitude scientifique grâce à la publication par l’INSEE des résultats de son étude sur les naissances en France. On lit dans le rapport sur les évolutions de la population française en 2015 : « Depuis 2011, les naissances d’enfants issus de deux parents nés en France diminuent (de 580 756 à 535 302 en 2015, soit une baisse de 7,8%), celles d’enfants dont l’un ou les deux parents sont nés à l’étranger sont en hausse de 6,07%. » Ce qui appelle plusieurs remarques.
Il existe encore en France, à l’INSEE, des fonctionnaires assez courageux et inventifs pour contourner l’interdiction (stupide et dangereuse à mon avis) des statistiques ethniques. Le lieu de naissance de la mère ou du père ? Où voyez-vous de l’ethnicité dans cette question ? Le devoir d’un scientifique est de cerner la réalité au plus près, bravo à ces mathématiciens à qui le réel ne fait pas peur.
”Deux parents nés en France” : c’est déjà le cas de beaucoup de descendants d’immigrés dont il faudrait défalquer le nombre de naissances en le soustrayant des 535.302 nouveaux-nés pour avoir une idée du chiffre des naissances chez les blancs de type européen (l’usage du mot ”caucasien”, racialement neutre, serait bien pratique, mais la langue française ne l’admet pas, on croirait qu’il s’agit d’une multiplication des Tchétchènes et autres Ossètes dans l’hexagone.) Chez ceux-ci, le pourcentage de naissances par femme doit être de 1,3 ou 1,4, en berne comme chez les Allemandes ou les Italiennes (revoir l’épisode triste et amusant de ”L’île des enfants uniques” dans Journal intime de Nanni Moretti). Dans mon coin de France rurale, je vois beaucoup de jeunes couples avec un seul enfant et beaucoup de seniors dont la famille se termine en queue de poisson. Après le décès des derniers baby-boomers, il y aura beaucoup de jolies maisons vides où l’on pourra loger les migrants.

Le Bras désavoué par la réalité

Une guéguerre oppose deux grands démographes, Michèle Tribalat (une femme de gauche) et Hervé Le Bras à propos des naissances chez les immigrés et leurs descendants. Ces statistiques viennent de prouver que c’est la première qui a raison. Hervé Le Bras apparaît désormais pour ce qu’il est : le porte-parole du Mensonge Officiel sur la démographie. Il nous a expliqué pendant des années que les jeunes couples d’origine immigrée se mettaient tout de suite à la natalité à la française et faisaient environ deux enfants, comme les Français ”de souche”. “Paroles, paroles…” comme chantait Dalida.
Je n’ai pas entendu une seule présentation, un seul commentaire sur les grands médias à propos de la publication avant-hier de ces statistiques sérieuses du très sérieux INSEE. Certes, je n’écoute et ne lis pas tout, mais internet est tout de même un bon moyen de scruter ce qui se dit dans les médias. Là encore, Mensonge Officiel par dissimulation. Quand Jules César est arrivé en Gaule avec la ferme intention de conquérir le pays, il n’était question sur les télévisions gauloises que du risque que le ciel ne tombe sur la tête des habitants de ce malheureux pays. L’Yves Calvi de l’époque arbitrait des débats passionnés sur tombera ou tombera pas et personne ne parlait de Jules et de ses projets menaçants. Vous voyez bien que les Gaulois sont nos ancêtres.

Cette évolution est plus marquée depuis 2011, souligne l’INSEE. Impossible de ne faire un rapprochement avec la politique antinataliste des divers gouvernements de la présidence Hollande. Réduction des allocations familiales, abaissement du quotient familial, abaissement des prestations d’accueil au jeune enfant, tout a été mis sous condition de revenus, c’est-à-dire qu’il s’agissait d’une attaque en règle contre la natalité des classes moyennes, qui sont pour l’essentiel formées de ”caucasiens”. Décidément, ce quinquennat aura été catastrophique sur tous les plans.
Dernière remarque sur cette passionnante statistique : les mathématiciens de l’INSEE ne sont pas des futurologues, mais on peut déduire de leurs chiffres qu’il s’agit là d’une tendance lourde, dont on ne voit pas ce qui pourrait la freiner ou a fortiori l’arrêter. Il y aura forcément une année X du XXIème siècle où ceux qui sont nés en 2015 étant enfants d’un ou de deux parents nés à l’étranger à l’étranger et leurs descendants deviendront plus nombreux que ceux que ceux qui sont nés en 2015 de deux parents nés en France. Durant une année postérieure Y, ils deviendront plus nombreux sur les listes électorales et la loi de la démocratie leur permettra de pouvoir prendre de bonnes décisions, mais aussi de mauvaises comme imposer la charia en France, rattacher le pays au Qatar ou forcer les dernières chrétiennes à porter le voile.
Il s’agit là d’un scénario très logique, trop logique peut-être, les surprises de l’Histoire peuvent bien sûr l’enrayer, ce dont je serai ravi dans ma tombe. Mais j’attends qu’on me démontre que ce scénario n’a aucune chance de se produire, les événements logiques ayant la stupide habitude de se produire plus souvent que les événements illogiques.

 

Une contre-société patriarcale

Un dernier mot sur les femmes, principales actrices de la natalité. Dès lors que coexistent dans un même pays deux mentalités très différentes chez les femmes elles-mêmes et chez les hommes dans leurs rapports avec elles, il se produit un déséquilibre grave. Dans la France actuelle, l’une des deux classes de femmes proclame ”un enfant si je veux quand je veux” et les hommes n’osent pas protester et réfuter cette assertion tout de même extravagante qui détruit le père et fait du mâle un simple fournisseur de sperme. Les hommes se taisent, ils sont terrorisés par des décennies de lutte acharnée contre le Père, des décennies de divorces impitoyables déclenchés à 80 % par les épouses, des décennies de destruction de toute figure de domination masculine, le juge grave, le professeur autoritaire, le curé sévère et tant d’autres. Le président de la République élu en 2012 est d’ailleurs emblématique de ce refus de toute autorité masculine. Pendant ce temps, dans un autre segment de la population française, c’est : ”autant d’enfants que je le voudrai, moi le père” et ”surtout mets ton voile pour aller au supermarché”. En dépit de ce que disent les têtes creuses, le voile est avant tout la preuve de la soumission des femmes aux hommes, qui décideront seuls du nombre de grossesses que l’épouse subira. J’espère bien que la majorité des familles musulmanes de France ne fonctionne pas sur ce modèle étroitement machiste et patriarcal, mais qu’il en existe une certaine proportion est suffisant pour modifier les statistiques démographiques. Conséquence de cette dualité dans les conditions féminines : une supériorité numérique croissante du second segment de la population sur le premier.

La France a des chances (ou des risques) prouvées et vérifiées désormais par l’INSEE de connaître en une centaine d’années ce que le Kosovo a connu en un millénaire : la lente submersion d’un peuple par un autre peuple plus prolifique. Rappelons que le Kosovo est le berceau de la nation serbe, que tous ses noms de lieu sont d’étymologie serbe, les noms albanais n’en étant que des adaptations. A commencer par Kosovo qui signifie en serbe le champ des merles, lieu d’une célèbre bataille contre les Turcs. Les historiens du futur seront un peu étonnés par la cause de cet effacement du peuple français d’origine : un excès de grandeur d’âme et une naïveté phénoménale. Et puis on en rira, on classera cette disparition dans les histoires de morts ridicules, ainsi que les affectionne les petites séries thématiques qu’on trouve sur les sites d’information de la Toile (les dix stars tombées dans la misère, les dix îles sublimes qu’il faut visiter avant de mourir etc…) On rira de la disparition des anciens Français comme on rit de la mort ridicule de ce Japonais en safari, dévoré par un lion pour lui avoir donné un grand coup de pied pendant sa sieste afin qu’il ait l’air plus vif sur la photo-souvenir.

 

Lire la suite

« Kim Kardashian dépouillée, volée, une honte ? Non. La réalité française ! » L’édito de Charles SANNAT

6 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La République, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #l'islamisme, #l'immigration

« Kim Kardashian dépouillée, volée, une honte ? Non. La réalité française ! » L’édito de Charles SANNAT

« Kim Kardashian dépouillée, volée, une honte ? Non. La réalité française ! » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

En économie, enfin en cours d’économie, l’une des premières notions que l’on vous apprend est celle de la pyramide de Maslow, qui est une classification hiérarchique des besoins humains.

Afficher l'image d'origineVous y apprendrez qu’avant de consommer, d’acheter des aïe-Phones et autres tablettes, un être humain doit d’abord régler ses besoins physiologiques (se nourrir, dormir, etc.). Après les besoins physiologiques vient évidemment le besoin de sécurité, car sans sécurité aucune autre des étapes suivantes n’est possible…

Le besoin de sécurité consiste à se protéger contre les différents dangers qui nous menacent. Il s’agit donc d’un besoin de conservation d’un existant, d’un acquis. Il s’inscrit dans une dimension temporelle. Le besoin d’appartenance, le besoin d’estime ou encore le besoin de s’accomplir, qui sont les autres étapes et définissent toutes nos actions ou presque, régissant donc une immense partie de nos choix de consommation, ne peuvent pas être satisfaits avant que l’on ait comblé nos besoins physiologiques ET de sécurité.

La sécurité est donc un préalable à tout développement culturel, artistique, philosophique, scientifique et évidemment, vous l’aurez deviné, économique !

Pas d’économie développée sans sécurité. Or dans ce pays, c’est le bazar le plus total.

La pauvre Kim dépouillée… comme des centaines de milliers de Français !

Alors pleurons sur la pauvre Kim. En ce qui me concerne, lorsque je travaillais en agence bancaire, j’avais le droit à un VMA (vol à main armé) par an en moyenne et au minimum. Les mauvaises années c’était plutôt deux ou trois… et avec bobos, sans mort, mais des bobos et un déferlement de violence terrible qui était le fait généralement de jeunes mineurs totalement tarés, déstructurés, ayant entre 16 et 17 ans et fondamentalement devenus, pour la grande majorité d’entre eux, irrattrapables dans le système actuel.

Chaque année, les violences, les vols, les rapines augmentent et ce sont des centaines de milliers de gens qui en sont les victimes.

Notre laxisme, notre démagogie vont coûter très cher à notre pays, économiquement d’abord et nous commençons à toucher les problèmes du doigt.

Oui les étrangers vont fuir la France car je peux vous assurer qu’il existe pléthore de pays où la sécurité est bien meilleure ! Allez faire un tour au Portugal et vous comprendrez à quel point l’échec français est retentissant (ceux qui veulent en savoir plus peuvent s’abonner à la lettre STRATEGIES et découvrir celle de septembre consacrée au Portugal le nouveau paradis européen).

Nous nous « tiermondisons » en chantant, béats, heureux de cette lente déliquescence, étouffés par un politiquement correct crétin où l’on confond tolérance et acceptation. Tolérer les différences, tolérer les autres, ce n’est pas accepter la délinquance, la violence et autres agressions. Cela n’a rien à voir ! Excuser l’acte délictueux d’un migrant sous prétexte qu’il est migrant est aussi bête que d’excuser l’acte délictueux d’un Breton sous prétexte qu’il serait breton ! Un acte délictueux est délictueux en lui-même et par lui-même. Tout le reste n’est qu’idéologie.

Encore une fois, comme à Grigny, comme à Lille dont j’ai parlé dans ces colonnes, et partout ailleurs, l’insécurité atteint des sommets inadmissibles qui finiront inévitablement par un régime très autoritaire et qui devra ramener le calme. Un excès alors chassera l’autre, et toutes les bonnes âmes qui confondent tout exigeront finalement le retour à l’ordre qu’ils rejetaient hier.

En clair, le laxisme d’aujourd’hui c’est au mieux le fascisme de demain, et je dis au mieux car au pire, ce sera la guerre civile d’après-demain.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Lire la suite

Le général Piquemal radié des cadres de l’armée.

5 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #L'armée française, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Le fascisme, #l'immigration, #l'islamisme, #Terrorisme

Le général Piquemal radié des cadres de l’armée.

  • Par lefigaro.fr
  • Publié le 05/10/2016.

Le général Piquemal radié des cadres de l’armée.

- La justice a reproché à l'ancien parachutiste d'avoir organisé une manifestation non autorisée contre la politique migratoire à Calais le 6 février dernier. Le port de son uniforme lui est désormais interdit.

Le général de corps d'armée Christian Piquemal, qui avait participé à une manifestation non autorisée contre la politique migratoire à Calais le 6 février dernier, est, selon nos informations, radié des cadres. Cette mesure disciplinaire très forte intervient comme une surprise, cinq mois après sa comparution devant le tribunal de Boulogne-sur-mer, d'autant que l'institution judiciaire l'avait finalement relaxé le 26 mai.

Le général de 2e section, à la retraite depuis seize ans, ancien parachutiste et commandant de la Légion étrangère (de 1994 à 1999), était poursuivi pour «organisation d'une manifestation non autorisée» et «participation à un attroupement qui ne s'est pas dissous après sommation». Depuis sa relaxe, le général Piquemal s'estimait «totalement blanchi», le Parquet n'ayant pas fait appel de ce jugement. Mais sur le plan administratif, une procédure disciplinaire, lancée en mars par le ministre de la Défense, vient d'aboutir à sa radiation des cadres, le devoir de réserve du militaire étant au cœur du dossier. Le général, qui l'a seulement appris mi-septembre par un courrier recommandé, avait été entendu le 14 juin par le Conseil Supérieur de l'Armée de Terre (CSAT), siégeant disciplinairement à l'Hôtel des Invalides à Paris. L'instance avait transmis son avis consultatif - non communiqué au général ni à ses deux avocats - au ministère de la Défense, et la radiation avait ensuite été prise par un décret du 23 août signé par le président de la République, le premier ministre et le ministre de la Défense.

«Le plus inacceptable pour moi, c'est d'être mis au ban de cette manière»

«Profondément indigné par cette décision injuste et injustifiée, excessive et disproportionnée», réagit-il. Le général quatre étoiles entreprend aujourd'hui une procédure de recours devant le Conseil d'État, confie-t-il au Figaro, «avant d'aller devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), si besoin». «Cette sanction est un hiatus, une anomalie grave, en totale contradiction avec ma relaxe, se scandalise-t-il. C'est le désaveu du pouvoir judiciaire par le pouvoir administratif, cela bouleverse la hiérarchie des normes juridictionnelles, c'est tout simplement du jamais-vu!». Pour ce «serviteur de l'État respecté», «patriote et combattant d'élite», admiré par son entourage, la sanction a des conséquences particulièrement «humiliantes» et «vexatoires», admet le général d'une voix blanche. Si son grade ne peut lui être retiré, le port de son uniforme lui est en revanche interdit, tout comme sa carte d'identité militaire d'officier général - en principe accordée à vie. C'est l'atteinte à ces symboles forts et ce retour forcé au statut civil qui lui «font le plus mal», plus que les autres attributs, notamment financiers, liés à son statut. «Le plus inacceptable pour moi, c'est d'être mis au ban de cette manière après avoir donné quarante années au service de la France, d'être rayé comme ça et traité comme un paria». Le 6 février, à Calais, l'arrestation et la garde à vue d'une quarantaine d'heures de cet homme de 75 ans avait créé l'émoi. Aujourd'hui, une ligue de défense se constitue. Un comité de soutien et de réhabilitation du général Piquemal est en train de se monter, composé de civils et de militaires, selon nos informations, et présidé par le général (2e section) Antoine Martinez.

Pour beaucoup de ses soutiens, cette sanction disciplinaire n'est rien d'autre qu'«un règlement de compte politique», dit l'un d'eux. «Si l'administration estime que j'ai transgressé mon devoir de réserve (valable pour tout militaire, même à la retraite, NDLR) en usant de ma liberté d'expression, analyse le général, cela veut dire une chose: c'est que ma liberté d'expression ne peut être que celle de la pensée dominante. Et si elle n'est pas conforme à la bien-pensance politique, alors elle est sanctionnée. La vérité, c'est que mon cas sert d'instrument pour faire taire la Grande Muette, car les officiers généraux s'expriment aujourd'hui beaucoup plus qu'avant. Ils veulent faire de moi un exemple pour imposer le silence dans les rangs».

La rédaction vous conseille

Lire la suite

SYRIE : Alep et la mystification impériale : comme l'0ccupant allemand dénonçait les bombardements alliés en France.

5 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #l'Allemagne, #AMERIQUE, #La guerre, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La Russie, #l'islamisme, #Terrorisme, #Daesch

SYRIE : Alep et la mystification impériale : comme l'0ccupant allemand dénonçait les bombardements alliés en France.
SYRIE : Alep et la mystification impériale : comme l'0ccupant allemand dénonçait les bombardements alliés en France.

canempechepasnicolas" :

Les médias français, dans un bel ensemble, laissent entendre qu'aidés par les Russes, les Syriens veulent "prendre" Alep en bombardant la ville. Cette façon de présenter le gouvernement de Damas comme l'agresseur d'une ville étrangère rappelle la propagande  allemande stigmatisant les raids des Alliers sur les villes françaises en vue de la libération du territoire...Même détournement de la vérité opéré par nos médias, qui  aujourd'hui comme hier, prèchent  la collaboration avec l'Allemagne dans le cadre de "l"Europe nouvelle"...

 

Publié par El Diablo

SYRIE : Alep et la mystification impériale

Vu les réactions de certaines personnes encore trop accrochées au médias de masse (ceux-ci étant tous détenus par les promoteurs du mondialisme..), et vociférant face aux bombardements russo-syriens à Alep, il me semble important de rappeler quelques réalités... Tout d'abord, il est manifeste que toutes les guerres sont abjectes et immondes mais, ceci étant admis, encore faudrait-il ne pas placer sur le même plan les agresseurs et les agressés... Certes, au milieu de ceux-ci se trouvent, hélas, nombre de civils et ils payent (comme toujours) le prix fort. Reste que, s'agissant d'Alep, si le soucis est réellement de protéger la population, pourquoi ne pas s'en être inquiété avant la contre-attaque de l'armée syrienne ?

Il convient de se souvenir que les barbares de l'EI occupent la ville depuis plusieurs années et, les preuves ne manquant pas, leurs exactions sur le peuple sont légions ! Non seulement les âmes outrées d'aujourd'hui ne se firent pas entendre mais, bien pire, la reprise d'Alep ne semblait pas à l'agenda de cette fumeuse Coalition dont les attaques, étrangement, ne permirent jamais de stopper l'avancée du groupe terroriste ! Que du contraire.

Pour ne prendre que l'exemple de l'Irak, ce pays est tombé en quelques heures : comment dès lors expliquer qu'il faille plusieurs années pour éradiquer un ensemble de personnes moins structurées ? Comment donc se fait-il que l'armada occidentale ne sache pas même freiner la progression de Daesh ?! Soyons sérieux. Si la Russie n'était intervenue dans le conflit, vu la très curieuse incompétence de l'alliance menée par les Etats-Unis, Damas serait ville ouverte (ou ville morte) depuis longtemps. Cet article n'a pas pour objectif de faire l'apologie de Assad (même si personnellement je ne le considère pas comme un dictateur, on sait cependant que le népotisme est une donnée qui fut toujours importante en Syrie), néanmoins on peut remarquer que la réaction du président syrien est logique et s'axe sur une résistance cohérente et judicieuse... Pour l'admettre il n'est besoin que de se mettre à sa place... Quel dirigeant d'une nation souveraine, à moins d'être lâche, soumis ou inféodé à d'autres puissances, laisserait impunie une armée de mercenaires (payés, aidés, soutenus, soignés, par des forces étrangères) qui font le coup de poing, qui oeuvrent à la déstabilisation ou à la fragmentation du pays et qui massacrent la population ? Si cela arrivait dans n'importe quelle patrie, je pense que chaque chef d'état responsable et patriote mettrait tout en oeuvre pour atténuer, juguler ou détruire l'oppression qui encercle et s'active sur son territoire... C'est d'une cohérence totale et implacable ! N'agit-on pas d'ailleurs en ce sens dans les nations européennes, toute proportion gardée, vis-à-vis du terrorisme ? Bien évidemment il n'est pas de reconquête militaire qui ne génère, malheureusement, des martyrs au sein du peuple : c'est inévitable. Je pense que chaque militaire, à moins d'être dépourvu de sentiment, en est conscient et fait le maximum pour éviter des pertes humaines innocentes. Pourtant, la chose est impossible... Surtout si l'un des belligérants, en l'occurence ici celui qui occupe Alep, répond par la négative à l'offre syrienne de couloirs humanitaires. Ce qui, il est vrai, délesterait les bouchers de leur réserve de boucliers humains... La question qui se pose est donc celle-ci : peut-on autoriser des tueurs de masse à poursuivre leurs innommables exactions ? Les chancelleries occidentales, si promptes à faire valoir le droit international (lorsque cela les arrange) ne font jamais mention des abus de l'EI sur une population affamée, dévastée et meurtrie. Tout au plus insiste-t-on sur la supposée barbarie de l'aviation syrienne ou russe qui décimerait au hasard. Je pense que ce deux poids deux mesures demande à être placé devant ses paradoxes et ses mensonges. Prenons quelques exemples de la seconde guerre mondiale pour ce faire... La reprise de l'Europe, dès 1944, ne se fit pas la fleur au fusil : et nombre de cités aux mains des allemands croulèrent sous les bombes ! Le parallèle avec Alep apparaîtra à tous ceux qui ont encore un peu d'intelligence... Mais pourquoi parlerait-on de crimes de guerre d'un côté et pas de l'autre ? D'ailleurs, si on juge sur pièce, on s'apercevra sans peine, au-delà du fait qu'il faille évidemment attaquer les villes qui sont le joug de l'envahisseur, que la barbarie n'est pas là où certains osent encore le penser... La ville du Havre fut rayée de la carte le 5 et 6 septembre 1944 par les forces anglo-américaines ! Avec emploi de bombes au phosphore ! Des milliers de morts et une ville détruite à 80%. Les historiens s'interrogent toujours sur le pourquoi... Ce ne fut même pas pour son port puisqu'il était déjà inutilisable au vu des bombardements antérieurs. Quant aux forces allemandes, elles étaient cantonnées sur les hauteurs et non en centre ville.

 

Le Havre

Le Havre

On pourrait également parler de Brest en 1944 après le passage des bombardiers anglais et US...

Brest

Brest

Et comment oublier Dresde : bombardée par plus de 800 avions le 13 et 14 février 1945... Son importance stratégique était pourtant nulle : et aux 630.000 résidents permanents s’ajoutaient plus de 1 million de civils ! Cela n'empêcha pas 650.000 bombes incendiaires (et au phosphore...) de tomber sur la ville martyre. Dresde brûla pendant 7 jours et la masse d'air chaud créa un véritable ouragan de feu qui, comble de l'horreur, repoussa inéluctablement au sein même de la fournaise ceux qui désirèrent s'enfuir et quitter cet enfer...

 

Dresde

Dresde

On pourrait continuer longtemps et remonter jusqu'à aujourd'hui, mais ce n'est pas la peine... Lorsqu'un Empire, pour diverses raisons (stratégiques, financières, idéologiques) veut faire valoir sa thèse du mépris des Lois Internationales qu'auraient certains pays, il vaut mieux être parfait et intègre... Lorsqu'on a été en guerre 222 années sur 239 d'existence comme les USA, on est vraiment très mal placé pour se faire le chantre de la démocratie ! Dès lors qu'on envahit, au mépris des résolutions onusiennes, nombre de pays, que l'on déstabilise, que l'on massacre sans distinction, comment peut-on encore insister et être crédible sur la question des "droits de l'homme" ? Personne, au niveau mondial, ne fit autant de morts que les USA et ses modernes séides armés (l'OTAN) ! Nul non plus ne poursuit avec autant d'acharnement violent qui confine à la psychopathie des objectifs de colonisation, de provocation, d'accaparement des richesses et de destruction à travers le globe... Voir à ce sujet : https://blogs.mediapart.fr/yapadaxa... Faire valoir ensuite une supposée barbarie des troupes syriennes à Alep est aussi ignoble que fallacieux. C'est faire de l'inversion accusatoire une arme de propagande ! D'autant plus que, d'après ce qu'on nous explique à outrance, l'objectif poursuivi serait pourtant l'éradication des terroristes... Mais comment cela se pourrait-il sans attaquer la ville ? En offrant des fleurs? La Coalition a-t-elle d'ailleurs mis en exergue le "non" de l'EI face à la proposition russe de couloirs humanitaires ? Certainement pas : on préfère diaboliser une armée et son président qui luttent pour reprendre le contrôle de leur pays ! Il semblerait que les bombes russes et syriennes soient plus haïssables que les égorgements multiples (et autres monstruosités) que les djihadistes réalisent depuis des années... Du reste, pour élargir la réflexion, les Etats-Unis se sont-ils jamais inquiétés de la mort de civils alors que leurs bombes déciment et décimèrent nombre d'entre eux ? Certes, les excuses jaillissent souvent, mais cela n'a jamais arrêté les "stratèges" du Pentagone ! D'ailleurs n'est-il pas étonnant que les médias font toujours passer ces épisodes comme des "erreurs" ou des "dommages collatéraux" ? On ne s'étonne même plus de la différence de traitement par rapport aux décès civils occasionnés par les frappes russes... On nous dit que dans quelques temps la Coalition va attaquer Mossoul pour reprendre la ville aux terroristes : qui peut croire un seul instant que cela se fera sans deuil pour les habitants de cette localité ? Aucune ville attaquée par les armes ne s'exonéra jamais de payer un prix élevé parmi sa population ! Cela n'est jamais arrivé dans l'Histoire : et nul n'a encore inventé une arme capable de faire la distinction entre un guerrier et un civil... Dès lors, pourquoi donc serait-ce une barbarie d'un côté et une simple nécessité de l'autre ? Faut-il, en définitive, préciser à nouveau que seule l'armée d'un pays assiégé et violenté, ainsi que ceux à qui il demande de l'aide, sont légitimes pour s'en prendre aux barbares qui cherchent sa perte ? Même le rôle supposément messianique que s'octroient les américains (pendant du messianisme juif) n'est pas une raison suffisante pour élaborer un Droit International personnel qui ne sert, fort logiquement, que leurs seuls intérêts et qui leur fournit, au mépris de la plus élémentaire humanité, l'accréditation "morale" d'agir militairement où bon leur semble... Non seulement personne ne les a jamais invités en Syrie, mais lorsque le président syrien a offert d'associer les efforts en vue de l'éradication de l'EI, les USA lui ont accordé un fin de non recevoir. Pourquoi ? Leurs objectifs et projets seraient-ils donc différents ? A la lueur de tous les événements produits en Syrie depuis plusieurs années, il semblerait en effet qu'il faille répondre par l'affirmative... La diabolisation de la Russie, celle-ci ayant réussi en quelques mois là où piétine la Coalition depuis 3 ans, est d'ailleurs un élément qui laisse supposer que l'agenda impérialiste est d'un autre ordre... De fait, refuser la main tendue des russes dans un combat commun est également le signe le plus manifeste d'une duplicité dont le monde, hélas, peine à se débarrasser. Nos "libérateurs" nord-américains de 1945 sont loin, très loin d'être nos amis et nos alliés ! Tout gravite, au contraire, vers la soumission et l'obéissance des nations européennes (que ce soit au niveau social, politique, militaire, culturel). Bien sûr, une hyper-puissance a logiquement beaucoup de mal à se détacher de prétentions hégémoniques, on peut le comprendre : mais entraîner le monde dans une nouvelle guerre froide (qui tend vers le chaud) n'est pas de bonne augure et mériterait, pour le moins, que les peuples européens s'activent auprès de leurs gouvernements afin de se démarquer des options impériales bellicistes, ainsi que de l'aventure syrienne qui peut dégénérer à tout moment. Certes d'aucuns, afin d'inverser les valeurs, insisteront sur les prétendues aspirations territoriales de la Russie, en prenant l'exemple de la Crimée (tout en s'exonérant de dire que les russes n'ont aucun problème "d'espace vital"), mais à ce propos il convient de comprendre que l'élargissement des frontières correspond, en réalité, à une mesure de protection : les missiles US basés en Ukraine étant une menace TRES conséquente. D'ailleurs, une fois encore, il convient de se demander ce qu'auraient fait les américains en telle circonstance ! Je pense que si on connaît l'histoire de la crise des missiles de Cuba, la réponse sera évidente... Bref, en Syrie il me semble qu'il faille bien différencier les assaillants et les résistants, comprendre qu'il est malheureusement impossible d'éviter des pertes civiles et, enfin, saisir comme il se doit pourquoi un tel dénigrement médiatique s'intensifie sur Assad, Poutine et la Russie en général. Je pense, en outre, qu'il est malaisé de suivre (pour diverses raisons) les prérogatives guerrières d'une organisation (l'OTAN) qui se dit porteuse de valeurs positives et universelles mais qui n'est rien moins qu'une machine à tuer et à générer, où qu'elle passe, rancoeurs, souffrances et désir de vengeance. Mais pourquoi donc s'en étonner puisque c'est là ce que souhaitent depuis longtemps les néo-conservateurs pour qui il n'est qu'une réalité qui vaille : la guerre perpétuelle...

Marc Dupuis

Le 1er octobre 2016

 

SOURCE:

Addendum.

Le poème de Jacques Prévert: "Barbara".

La poésie Barbara est extraite de Paroles, paru en 1946.
C’est un texte de circonstances qui se réfère aux 165 bombardements de la ville de Brest entre le 19 juin 1940 et le 18 septembre 1944. Avec la destruction complète de la ville.

Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là
Et tu marchais souriante
Epanouie ravie ruisselante
Sous la pluie
Rappelle-toi Barbara
Il pleuvait sans cesse sur Brest
Et je t'ai croisée rue de Siam
Tu souriais
Et moi je souriais de même
Rappelle-toi Barbara
Toi que je ne connaissais pas
Toi qui ne me connaissais pas
Rappelle-toi
Rappelle toi quand même ce jour-là
N'oublie pas
Un homme sous un porche s'abritait
Et il a crié ton nom
Barbara
Et tu as couru vers lui sous la pluie
Ruisselante ravie épanouie
Et tu t'es jetée dans ses bras
Rappelle-toi cela Barbara
Et ne m'en veux pas si je te tutoie
Je dis tu à tous ceux que j'aime
Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
Je dis tu à tous ceux qui s'aiment
Même si je ne les connais pas
Rappelle-toi Barbara
N'oublie pas
C
ette
pluie sage et heureuse
Sur ton visage heureux
Sur cette ville heureuse

Cette pluie sur la mer
Sur l'arsenal
Sur le bateau d'Oues
sant
Oh Barbara
Quelle connerie la guerre
Qu'es-tu devenue maintenant
Sous cette pluie de fer
De feu d'acier de sang
Et celui qui te serrait dans ses bras
Amoureusement
Est-il mort disparu ou bien encore vivant
Oh Barbara
Il pleut sans cesse sur Brest
Comme il pleuvait avant
Mais ce n'est plus pareil et tout est abîmé
C'est une pluie de deuil terrible et désolée
Ce n'est même plus l'orage
De fer d'acier de sang
Tout simplement des nuages
Qui crèvent comme des chiens
Des chiens qui disparaissent
Au fil de l'eau sur Brest
Et vo
nt pourrir au loin
Au loin très loin de Brest
Dont il ne reste rien.

Jacques Prévert, "Paroles", Gallimard, 1946

https://www.youtube.com/watch?v=Vufl_MyJgVE

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>