Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #l'otan. tag

Le dilemme de la lutte contre le néo-libéralisme par Jacques Sapir

2 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La mondialisation, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #Terrorisme, #La guerre

Jacques Sapir

Jacques Sapir

Diplômé de l'IEPP en 1976, a soutenu un Doctorat de 3ème cycle sur l'organisation du travail en URSS entre 1920 et 1940 (EHESS, 1980) puis un Doctorat d'État en économie, consacré aux cycles d'investissements dans l'économie soviétique (Paris-X, 1986).
A enseigné la macroéconomie et l’économie financière à l'Université de Paris-X Nanterre de 1982 à 1990, et à l'ENSAE (1989-1996) avant d’entrer à l’ École des Hautes Études en Sciences Sociales en 1990. Il y est Directeur d’Études depuis 1996 et dirige le Centre d'Études des Modes d'Industrialisation (CEMI-EHESS). Il a aussi enseigné en Russie au Haut Collège d'Économie (1993-2000) et à l’Ecole d’Économie de Moscou depuis 2005.

Il dirige le groupe de recherche IRSES à la FMSH, et co-organise avec l'Institut de Prévision de l'Economie Nationale (IPEN-ASR) le séminaire Franco-Russe sur les problèmes financiers et monétaires du développement de la Russie.

Le dilemme de la lutte contre le néo-libéralisme

par Jacques Sapir · 27 septembre 2016

L’évolution des forces politiques en Grande-Bretagne depuis le Brexit est symptomatique des problèmes rencontrés dans les pays de l’Union européenne. Le Brexit a induit un changement important dans l’orientation du parti conservateur. Le tournant opéré par Theresa May, mettant fin à près de trente ans de thatchérisme, est significatif de la prise en compte des désastres engendrés par l’idéologie néo-libérale. Le parti travailliste, qui vient de réélire à sa tête, et avec une forte majorité, Jeremy Corbyn, est aujourd’hui confronté à un problème équivalent. Abandonnant l’idéologie dite du « néo-Labour » qui s’était incarnée dans Tony Blair, il doit repenser complètement son discours et ses orientations. L’opposition de fractions importantes de la direction de ces deux partis au Brexit, la défaite de ces fractions lors du référendum du 23 juin dernier, signale l’éclatement du consensus européiste et néo-libéral qui régnait au Royaume-Uni. Or, on constate aujourd’hui les prémices d’un pareil mouvement dans nombre de pays de l’Union européenne, qu’il s’agisse de la France et de l’Italie, qu’il s’agisse des Pays-Bas ou de l’Autriche. Il faut en tirer les leçons tant stratégiquement, en définissant ce que pourrait être une stratégie politique rompant avec l’idéologie néo-libérale, que tactiquement en regardant sur quel arc de forces politiques pourra se gagner la rupture initiale qui est nécessaire au déploiement ultérieur de stratégies alternatives.

Le cancer du néo-libéralisme

Le néo-libéralisme s’est imposé sur les décombres du consensus « néo-keynésien » des années 1960 et 1970. Il se présente en réalité comme une véritable guerre de classes menées par le sommet de la pyramide sociale contre la totalité de ce qui n’est pas, pour reprendre une expression à la mode, le « 1% le plus riche » de la population[1]. Divers travaux scientifiques montrent que la concentration des richesses s’est fortement aggravée depuis une trentaine d’années[2].

Cette guerre de classe devait prendre la forme d’un démantèlement de ce que Christophe Ramaux avait justement appelé « l’Etat social »[3]. Le néo-libéralisme s’est avancé sous couvert d’un discours de démantèlement des services publics, d’une marchandisation accélérée des activités humaines, voire des personnes elles-mêmes, du mythe du « travailleur universel », coupé de son environnement social et politique, sans identité si ce n’est dans des communautés archaïques, et par là même interchangeable à volonté et exploitable à merci. Le mythe du libre-échange bénéfique pour tous et de la « multitude » indifférenciée ont eu une place importante dans le triomphe du néo-libéralisme. Ce discours s’est enraciné dans une présentation de la réalité sociale opposant « assistés » à « travailleurs », mais où la notion d’assistés était sans cesse élargie. Pour les idéologues du néo-libéralisme, ce fut un coup de maître car il leur permis de jouer sur la peur du « déclassement » pour briser l’alliance historique entre les classes populaires et les classes moyennes[4], alliance qui s’était constituée dans les années de l’après-guerre. Cette guerre de classe a aussi abouti à diviser la grande bourgeoisie, en opposant de manière violente la grande bourgeoisie industrielle à la grande bourgeoisie financière. Cette dernière l’a emporté en organisant d’abord, dans les années 1980 et 1990, une pénurie des capitaux qui mettait le capital industriel dans la dépendance du capital financier puis, une fois qu’elle eut construite les mécanismes bancaires qui assurent sa prééminence en organisant à son profit une abondance la plus extrême en capitaux, ce que l’on a appelé les politiques de « quantitative easing » menées depuis la crise financières de 2007-2009.

Cette guerre de classe a abouti à la construction d’institutions particulières qui, construites à dessein, visent à enraciner le système néo-libéral. Cela va de l’institution de Banques centrales dites « indépendantes » (indépendance vis-à-vis du pouvoir politique mais en réalité sous la dépendance du pouvoir financier) aux institutions gérant l’application du libre-échange (l’OMC)[5], d’institutions régionales (comme l’Union européenne) à des institutions monétaires (comme l’Euro ou plus précisément l’Union Economique et Monétaire).

Les incarnations de la lutte contre le néo-libéralisme

Le combat contre un système de domination couplé à une idéologie passe aujourd’hui en priorité par la lutte contre les institutions dans lesquelles il s’incarne. Bien entendu, on peut – et l’on doit – lutter aussi dans la sphère idéologique, que ce soit en confrontant les divers idéologues néo-libéraux à leurs contradictions et à leurs réalités, ou que ce soit en déconstruisant les bases de cette idéologie, ses faux-semblants et ses mensonges. Mais, le combat dans la sphère des idées ne suffit pas. Il faut démanteler les institutions et les organisations mises en place par le néo-libéralisme pour casser son emprise sur les sociétés. Car cette emprise produit des effets idéologiques indéniables comme on le constate avec le ralliement d’une certaine « gauche » à l’idéologie néo-libérale. C’est en cela que les luttes politiques seront toujours plus importantes que les nécessaires luttes idéologiques. Il faut à un moment passer des armes de la critiques à la critique par les armes.

Les exemples abondent de gouvernements qui se sont enlisés, ou on été défait en dépit d’un soutien populaire évident car ils n’avaient pas osé remettre en cause certaines des institutions clés du néo-libéralisme. On pense bien entendu au cas du gouvernement Tsipras, pourtant conforté par un succès massif au référendum de juillet 2015, et qui fut contraint de capituler en rase campagne faute d’avoir réellement mis en cause les institutions européennes. Il est désormais clair que trois institutions jouent un rôle décisif dans le maintien du carcan néo-libéral : l’Euro, l’Union européenne et l’indépendance de la Banque centrale. Pour ce qui est de l’Euro, la question est entendue : des voix multiples se combinent aujourd’hui pour dire que l’Euro est fondamentalement une institution du néo-libéralisme. Un effet particulier de l’Euro doit ici être analysé. En France, comme dans de nombreux pays, le salaire moyen a, certes, continué d’augmenter. Mais cette moyenne n’a pas grand sens lorsque la répartition est très inégale. Le salaire médian, c’est à dire celui qui correspond à la division entre les 50% des salariés les plus riches et les 50% les plus pauvres, est quant à lui resté stable depuis 2000. Cela signifie qu’en réalité une majorité des salariés ont vu leurs salaires stagner depuis près de 15 années, alors que les salaires d’une minorité, entre 10% et 15% de la population, ont, eux, fortement augmenté[6]. L’Euro n’a pas seulement exercé un effet récessif sur l’économie française ; il l’a aussi déformé. Cette déformation porte un nom : la financiarisation. Elle a une origine : les politiques néo-libérale.

Bien entendu, ces tendances sont antérieures à l’Euro. On l’a dit, l’offensive néo-libérale a commencé dans les années 1980. Mais l’Euro a donné un coup d’accélérateur décisif à cette transformation tout en garantissant que tant qu’il sera en place on ne pourra revenir en arrière. Il joue le rôle d’un loquet qui empêche le système économique de quitter la financiarisation. Il a, de fait, établi la prééminence des banques (et des banquiers) dans la société française ; il a mis les logiques de la production au service de cette finance et de ces financiers. On comprend alors pourquoi tout ce beau monde se retrouve pour communier dans l’adoration de ce nouveau veau d’Or, se battra becs et ongles pour maintenir le système dont il profite, utilisera toutes les figures politiques pour conserver cette situation dont il tire le plus grand profit. On comprend que, si l’on sort de l’Euro, il faudra que le gouvernement retrouve sa liberté en matière de politique monétaire. Cela signifie revenir sur l’indépendance de la Banque centrale (en France, de la Banque de France). Mais, une sortie de l’Euro accompagnée d’un contrôle effectif sur la Banque de France conduira à une crise majeure avec l’Union européenne. Celle-ci menacera par divers biais la France, ou tout autre pays qui voudrait rompre avec le néo-libéralisme. C’est pourquoi il faut être prêt à faire éclater l’UE, et le marché unique, car la sortie d’un pays comme la France signifierait en réalité la fin de l’UE.

Les choix stratégiques

Cela pose le problème des stratégies après la rupture. Non pas de la rupture elle-même qui s’impose à l’évidence. Mais, que fera-t-on après ? Nous sommes en fait devant une question qui a été longuement traité dans l’art militaire depuis un siècle : comment désarticuler le dispositif ennemi une fois la percée réalisée. Car, la lutte pour sortir de l’Euro, pour reconquérir le contrôle sur la Banque de France et pour mettre l’UE au pied du mur s’apparente à l’effort que l’on consent pour briser la ligne de défense de l’adversaire. Mais, une fois ceci fait, il est impératif de désarticuler son dispositif, sinon il reconstituera une nouvelle ligne de défense un peu plus loin. De fait, la stratégie vise toujours un objectif politique et non militaire. C’est l’art opérationnel qui traite du passage du moment de la rupture à celui de la désarticulation de l’adversaire[7]. En politique, l’équivalent de l’art opérationnel n’est autre que les stratégies dont on se dote pour aboutir à des résultats durables.

Trois stratégies (au moins) s’opposeront une fois la rupture effectuée : l’une tenterait de faire « après » comme « avant », en cherchant simplement à utiliser cette rupture pour mener une stratégie de baisse massive des coûts. Elle laisserait le secteur productif sans aucune direction. Disons-le de suite, cette stratégie a peu d’intérêts et surtout peu d’avenir. C’est une stratégie où la rupture ne conduit pas à une remise en cause du cadre néo-libéral.

Une deuxième stratégie chercherait à reconstruire une France (ou un pays) industrielle, mais en utilisant prioritairement la baisse apparente des coûts engendrés par la dépréciation de la monnaie. C’est une stratégie qui « ruserait » avec le néo-libéralisme, qui chercherait à en utiliser les failles, mais qui ne le remettrait nullement en question. Cette stratégie appliquerait les mesures contenues dans la « loi travail » et démantèlerait un peu plus le code du travail ; elle continuerait les politiques de démantèlement des services publics (éducation, santé, territoriaux) qui ont été mises en place par les différents gouvernements, de Chirac à Hollande en passant par Sarkozy. Cette stratégie est par ailleurs cohérente avec une baisse du salaire réel, et la concentration sur le milieu-bas de gamme pour l’industrie française. Cette stratégie a un espace de réussite, si elle cible les secteurs où la France à des avantages à court terme. Mais, cette réussite, avec une création nette d’emplois de l’ordre d’un million à un million et demi, nous placerait définitivement à la remorque d’un pays comme l’Allemagne. Elle signifierait que les gains de la rupture ne seraient pas exploités.

Une troisième stratégie utiliserait par contre les gains en compétitivité obtenues par la rupture pour mettre en place une ambitieuse politique d’investissement, tant dans le secteur productif que dans les services publics. Cette stratégie viserait à une montée en puissance de l’appareil productif, tant direct qu’indirect, à travers une main d’œuvre mieux éduquée et mieux formée, à travers la dissémination d’un sentiment de sécurité dans la population qui lui permettrait de se concentrer sur son travail, mais aussi à travers la mise à disposition d’un argent à bon marché pour les entreprises naissantes afin qu’elle puissent rapidement se développer. Elle exploiterait systématiquement les secteurs de production à rendements croissants, et mettrait en place un changement radical dans le cadre de vie avec la transition énergétique et l’inscription de l’urgence écologique dans chaque activité. Cette stratégie impliquerait une concentration des ressources financières au service de la politique de développement, avec un changement de statut de la Banque de France venant consolider sa mise sous contrôle, un changement profond du système bancaire et assuranciel, et une protection quant au flux de capitaux de court et très court terme. Cette stratégie viserait à souder un « bloc historique » entre les classes populaires et les classes moyennes contre les fameux « 1% ». Elle s’accompagnerait de réformes politiques visant à renforcer la démocratie, à dé-cartéliser la presse (qui est devenue aujourd’hui un obstacle à la démocratie), à redonner sens à l’action collective. Cette stratégie peut se fixer comme objectif raisonnable une création nette de 2,5 à 3,5 millions d’emplois dans les 5 premières années de son application, et de 1,5 à 3 millions d’emplois pour les 5 années suivantes. Elle mettrait cependant la France dans une situation internationale conflictuelle, car le néo-libéralisme s’incarne dans des politiques d’Etats, et la politique internationale de la France devrait, à travers les divers cercles d’alliances possibles, se donner comme objectif de garantir sa liberté d’action en interne.

Les deuxième et troisième stratégies se divisent elles-mêmes en plusieurs sous-stratégies, en fonction du degré de prise en compte de la dimension sociale au sein de ces stratégies. Il n’est pas impossible de penser que des gouvernements puissent hésiter entre les deux, car ces stratégies, sans être similaires, sont relativement proches sur plusieurs points. Ce pourrait être le cas du gouvernement de Teresa May qui a indiqué une volonté de s’engager plutôt vers la troisième stratégie, mais dont les hésitations actuelles peuvent le conduire de fait vers la deuxième stratégie. D’où l’on peut déduire l’importance de la pression de forces politiques, qu’elles soient alliées ou qu’elles soient dans l’opposition, sur un gouvernement au moment des choix critiques, lors des points d’inflexion qui peuvent faire basculer la trajectoire du pays soit vers la deuxième soit vers la troisième stratégie.

La tactique de la Rupture

Il reste cependant à aborder la question des conditions dans lesquelles pourrait se faire la nécessaire rupture. C’est une question de pure tactique.

Il est aujourd’hui clair que se constitue un front des partisans du statu-quo, des gens qui – achetés ou convaincus – se font les défenseurs du néo-libéralisme. Ce front, dans la réalité des combats politiques, se marquera par un attachement forcené à l’Euro, aux institutions de l’UE telles qu’elles existent et à l’indépendance des Banques centrales. Ce front a dépassé les frontières politiques traditionnelles. Il réunit un François Hollande comme un Alain Juppé, un Nicolas Sarkozy comme un Emmanuel Macron. Ce front va donc du P « S » (ou d’une large partie de ce dernier) aux « Républicains » (ou à un partie de ces derniers). On voit les points d’accords. La politique sociale (la Loi Travail est une loi profondément de droite) ou la politique éducative de Mme Najat Valaud-Belkacem ne fait que continuer (en pire) celle Luc Chatel, vous savez, cet ancien de Loreal qui se faisait des cheveux avec les programmes d’histoire…Les uns comme les autres sont prêts à « sauver l’Euro » jusqu’au dernier travailleur français.

Il est désormais clair que la rupture ne pourra avoir lieu que si les forces de l’alternative souverainiste concentrent leurs coups sur ce front du néo-libéralisme. L’enjeu est ici historique. On comprend que cela puisse déstabiliser certains. Mais, comme je l’avais écrit à propos du Brexit, quand une porte doit être ouverte, peu importe qui pousse cette porte. Cela ne signifie pas que les divergences politiques au sein du camp « souverainiste » aient à s’effacer dans ce combat. D’autant plus que ces divergences prendront une autre tournure quand il s’agira de choisir les stratégies pour l’après-rupture. Mais, il faut ici faire la différence entre le politique et la politique. Dans le premier cas, quand il s’agit du politique, on parle d’un affrontement amis/ennemis. Il s’agit ici d’un affrontement binaire. C’est très clairement ce dont il est question dans la lutte pour une rupture décisive avec le néo-libéralisme. Dans le second cas, quand il s’agit de la politique, il s’agit d’une lutte entre des options différentes, des stratégies différentes, des visions différentes de l’avenir des français, mais qui toutes se situent au sein d’un cadre commun, celui d’une rupture avec le néo-libéralisme.

Il convient donc d’être cohérent, et dans le choix d’une tactique, et dans le choix d’une stratégie. Parmi les partisans de la rupture on trouve la gauche républicaine, mais aussi – comme on pouvait s’y attendre – le gaullisme social et le populisme qui se nourrit des trahisons de la « gauche » ralliée au néo-libéralisme et de la droite qui a définitivement choisi le camp de l’argent. Ces courants ne sont pas nécessairement porteurs de la même stratégie, mais ils partagent un constat sur la nécessité de la rupture. Ils ne doivent donc pas oublier où se trouve leur véritable ennemi.

Notes

[1] Piketty, Thomas, et Emmanuel Saez. 2003. « Income Inequality in the United States, 1913–1998. » Quarterly Journal of Economics, 118(1) : 1–39. Piketty, Thomas, et Emmanuel Saez. 2006. « The Evolution of Top Incomes : A Historical and International Perspective. » American Economic Review, 96(2) : 200–205.

[2] Saez, Emmanuel. 2006. « Income and Wealth Concentration in a Historical and International Perspective. » In Public Policy and the Income Distribution, ed. Alan J. Auerbach, David Card, et John M. Quigley, 221–58. New York : Russell Sage Foundation.

[3] Ramaux C., L’Etat Social, Paris, Milles et Une Nuit, 2012.

[4] Voir Ehrenreich B., Fear of Falling, New York, Harper and Collins, 1990.

[5] Sapir J., La Démondialisation, Paris, Le Seuil, 2011.

[6] Sapir J., « From Financial Crisis to Turning Point. How the US ‘Subprime Crisis’ turned into a worldwide One and Will Change the World Economy » in Internationale Politik und Gesellschaft, n°1/2009, pp. 27-44. Voir aussi Sapir J., « Global finance in Crisis : a provisional account of the ‘subprime’ crisis and how we got into it », Real-world economics review, issue n° 46, 18 May 2008, URL http://www.paecon.net/PAEReview/issue46/Sapir46.pdf

[7] Voir Sapir J. La Mandchourie Oubliée – Grandeur et démesure de l’Art de la Guerre soviétique, Éditions du Rocher, Paris-Monaco, mai 1996

Lire la suite

LA BATAILLE DE MOSCOU, par Erwan Castel.

2 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #Europe supranationale, #La France, #La Russie, #L'OTAN., #L'armée française, #Terrorisme, #le nazisme, #l'islamisme

LA BATAILLE DE MOSCOU

75 années de russophobie hystérique
 
 
Il y a 75 ans la bataille de Moscou était engagée par les unités d'assaut du régime nazi (opération "Typhon" du groupe d'armée Von Bock). Cette bataille avec celle de Stalingrad est l'une des plus importantes menées sur le front de l'Est pendant la "Grande guerre patriotique". Après 4 années de combats sanglants et de sacrifices monstrueux ( près de 20 millions de morts ), la Russie à vaincu l'Allemagne nazie.
 
Mais la haine russophobe mutant tel un virus dans l'idéologie étasunienne gonflée par une arrogance universaliste se lança dans une guerre froide contre Moscou qui lui avait pourtant garanti par ses sacrifices une victoire sur le front Ouest.
 
Puis la démesure eut raison du système soviétique menaçant d'entraîner la Russie dans son effondrement jusqu'à ce que Vladimir Poutine la ressuscite des ruines de son avatar communiste. On pouvait penser que les tensions s'apaiseraient, or il n'en est rien !
 
Aujourd'hui, malgré la disparition du nazisme et du soviétisme, cette russophobie hystérique occidentale continue piétinant l'héritage du passé prouvant surtout que les motivations qui l'animent sont pas seulement politiques mais bien systémiques et métapolitiques.
 
En effet, ce sont bien 2 visions du monde qui s'affrontent aujourd'hui : celle d'un monde multipolaire défendu par la Russie et où les relations sont fondées sur le respect des diversités naturelles et humaines et celle d'une dictature de la pensée unique étasunienne qui veut imposer à l'ensemble du monde ses déclinaisons politiques, économiques, culturelles etc. dans un chaos moral organisé.
 
Depuis les crises syrienne et ukrainienne, Washington veut entraîner l'Europe dans une nouvelle bataille de Moscou, multipliant les provocations verbales bellicistes et les sabotages meurtriers des plans de paix qui essayent d'étouffer les incendies allumés par la cupidité de son appareil militaro-industriel affamé....
 
 
Une stratégie du pire agressive et désespérée
 
 
La Maison Blanche excitée par la surenchère des discours électoraux de sa campagne présidentielle vient de faire "passer à la vitesse supérieure" sa stratégie russophobe et belliciste. 
 
Rien que pour cette dernière semaine on peut relever une nombre inquiétant de bouffées délirantes de la part des "néocons" de Washington, représentants hystériques d'un Nouvel Ordre Mondial vacillant et qui désespérément se lance dans une fuite en avant suicidaire :
 
  • Le 28 septembre, John Kirby, porte-parole du Département d’Etat américain (State Department) a directement menacé la Russie d’attaques dans ses villes si la Russie ne cesse pas de soutenir le Président Assad. il évoque des attentas menés sur le sol russe par les groupes terroristes aujourd'hui soutenus par Washington en Syrie !
  • Le 28 septembre Ashton Carter, le Secrétaire américain à la Défense ou devrait-on plutôt nommer le "Docteur Folamour" évoque le déploiement d'une force d'action rapide sur les frontières de la Russie pour dans l'éventualité d'un engagement "conventionnele et nucléaire" contre Moscou !
  • Le 29 septembre, le New York Times en évoquant la situation militaire syrienne, qualifie la Russie d' "Etat hors la loi", justifiant les préparatifs d'une nouvelle escalade militaire étasunienne contre les forces gouvernementales du Président Assad, soutenues dans leur combats anti terroristes par Moscou.
Ces trois délires ne sont malheureusement pas isolés, ils font suite à des déclarations tonitruantes prononcés chaque semaine depuis les conférences de presse des généraux étasuniens jusqu'aux tribunes de la candidate "Killary" Clinton qui ne jure par par la guerre contre l'Iran et la Russie...
 
Si la Syrie cristallise aujourd'hui ces délires inquiétants c'est certainement parce que le système étasunien enrage de voir sa stratégie de préemption de cette région géostratégique échouer malgré les  5 années de chaos répandu par les islamo-terroristes d'Al Qaida and Co que toute honte bue Washington soutient à nouveau comme autrefois en Afghanistan lorsqu'elle avait créé le golem Ben Laden...
 
Cette stratégie incohérente du monstre étasunien qui sponsorise ceux là même qu'il prétend combattre, révèle d'abord l’immoralité d'un système cynique et meurtrier qui agite l'étendard des "Droits de l'Homme" pour massacrer les populations libyennes ou syriennes, tout en soutenant des régimes saoudiens ou israéliens qui quotidiennement les bafouent.
 
La Russie quant à elle refuse désormais cette politique du chaos et la tectonique géopolitique qui arrive désormais à son stade ultime de tension doit aujourd'hui se détendre ou  bien casser dans un nouveau séisme mondial. 
 
Ce séisme si la Syrie semble potentiellement en être le détonateur pourrait voir sa déflagration principale éclater ailleurs et notamment dans le Donbass où les tentatives de résolutions pacifiques de la crise ukrainienne là aussi se dirigent lentement mais surement dans une impasse dangereuse.

L'objectif prioritaire de la stratégie étasunienne reste Moscou et ses frontières occidentales.
 
 
Des accords de Minsk désaccordés
 
 
Dans le Donbass ont lieu aujourd'hui les élections primaires réalisées conformément au protocole défini par l'OSCE et malgré la désapprobation des occidentaux à commencer par Kiev bien sûr qui voit dans ce scrutin la Vérité avancer au grand jour et piétiner sa propagande mensongère.

La trêve engagée le 1er septembre ne semble être de la part de Kiev qu'un sursis éphémère voulu ou imposé par ses commanditaires occidentaux soucieux de coordonner les actions de leurs différents pions avancés sur le Grand échiquier, de la Mer de Chine à l'Ukraine en passant par la Syrie....
 
Les accords de Minsk (voir ci après) qui sont aujourd'hui la seule option présentée pour rechercher la paix. voient leur processus enlisé depuis 1 an et demi au stade des 3 premiers des 13 points évoqués. Non seulement les bombardements continuent sur une  ligne de front qui est juste mis en sommeil  mais le pouvoir ukrainien semble décidé a refuser le mise en oeuvre des points suivants et notamment les points 4, 11 et 12 (sans parler des points 6, 8 et 10 qui rencontre de fortes résistances). Et pour être honnête il est également peu vraisemblable que les Républiques acceptent de leur côté le point 9 (restitution des frontières) en tout cas avec l'actuel pouvoir de Kiev.
 
1 - Cessez-le-feu immédiat.
2 - Retrait des armements de la ligne de contact
3 - Assurer le suivi et la vérification du cessez-le-feu par l'OSCE.
4 - Entamer un dialogue sur la réalisation d'élections locale et désignation des territoires concernés
5 - Garantir l'amnistie des combattants
6 - Assurer la libération des otages
7 - Garantir l'aide humanitaire dans le Donbass
8 - Mettre fin au blocus économique du Donbass
9 - Rétablissement du contrôle des frontières après: des élections concernant les territoires concernés et sous réserve de la mise en œuvre du point 11
10 - Retrait du territoire ukrainien de toutes forces armées et milices étrangères
11- mise en œuvre de la réforme constitutionnelle prévoyant le statut spécial des territoires concernés
12 - Sur la base des lois ukrainiennes négociations sur la tenue des élections dans les territoires concernés
13 - Intensifier l'action du groupe de contact tripartite
 
Selon moi, la seule chance pour voir un quelconque processus de paix aboutir dans la Donbass serait d'inviter les Républiques a participer à égalité avec l'Ukraine aux négociations et ensuite de redéfinir dans les détails une nouvelle feuille de route car l'actuelle est de fait irréalisable.
 
Au lieu de cela, les occidentaux s'entêtent a entretenir ce blocage et la donc la guerre qui de toute évidence justifie la militarisation étasunienne de l'Ukraine et offre à Washington un moyen de pression sur Moscou et un front potentiel en cas de guerre ouverte.
 
De toute évidence, l'échéance électorale étasunienne, avant ou après son calendrier seble bien s'imposer comme un carrefour à partir duquel Washington va choisir le chemin de la folie ou celui de la raison.
 
 
Un orage de plus en plus menaçant
 
 
1 siècle donc après la première et grande boucherie européenne, le vieux continent voit une nouvelle fois ses peuples menacés par une nouvelle apocalypse fratricide.
 
Tandis que les occidentaux se noient dans les fiels haineux d'une ploutocratie incohérente et amorale, les peuples de Russie qui ont toujours offert à leur pays la victoire des armes sont prêts à défendre une nouvelle fois leur Histoire commune, leurs identités multiples, et leur terre nourricière.
 
Même si la paix reste dans les coeurs des hommes de raison, j'ai bien peur que, tel le Phoenix la civilisation européenne a besoin de son lit de cendres pour renaître épurée du cancer qui la ronge et la dénature depuis des siècles d'universalismes divers, qu'ils soient religieux, politiques, économiques ou culturels.
 
Erwan Castel, volontaire en Novorossiya
 
*
*   *
 
Pour m'aider dans ce travail de réinformation
 
Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer à plein temps malgré une absence actuelle de revenus.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés les virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.
 
En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel 
 
Bien à vous 
Erwan
 
 
 
 
 
 
 
 
Lire la suite

Depuis un an, nous sommes en guerre contre les États-Unis par A.Dugin.

2 Octobre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La Russie, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La France, #Europe supranationale, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Terrorisme, #Daesch, #l'islamisme

Depuis un an, nous sommes en guerre contre les États-Unis [A.Dugin]

2016-09-07_094859

Traduction rapide en français ci-dessous

Le 30 septembre marque exactement un an depuis le début de nos opérations militaires en Syrie. Bien sûr, il est trop tôt pour faire un bilan définitif. Nous sommes en guerre. Nous combattons. Nous attaquons. Nous subissons parfois la perte. Et notre guerre n’est pas encore terminée. Mais nous allons regarder de plus près cette guerre, qui depuis un an fait partie de nos vies – en tant que société, en tant que peuple, en tant que nation. Et qui se poursuivra encore un certain temps – jusqu’à la victoire.

En Syrie, nous luttons contre l’organisation terroriste « Etat islamique », organisation interdite en Russie. En d’autres termes, notre objectif est l’islam radical qui menace non seulement de détruire définitivement la Syrie, mais de plonger l’ensemble du Moyen-Orient dans un véritable enfer sanglant. L’horrible pratique de la torture des terroristes de l’EI , l’abattage des personnes vivantes en morceaux, la vente des enfants en esclavage sexuel, l’extermination des chrétiens simplement parce qu’ils sont chrétiens, n’épargne rien ni personne.

En regardant les visages, les expressions faciales franches et brutales, les vêtements en désordre et les yeux vitreux, vous comprenez que quelque chose ne va pas avec la simple existence de ce mal dans notre monde. Et en fait, il y a des états entiers, tels que l’Arabie Saoudite et le Qatar, qui soutiennent à dessein, les finances et les bras de cette horde d’orcs.

Si nous sommes en guerre avec ces créatures en Syrie, c’est pour ne pas avoir à se battre en Asie centrale, dans le Caucase, ou dans nos propres villes. L’Europe a deja commencé à ressentir leurs actions en un court laps de temps – les viols collectifs du « Bataclan » ou l’écrasement des innocents en vacances [Attentat de Nice, NDLR]. Par conséquent, nous combattons en Syrie non seulement pour nous-mêmes mais aussi pour les Européens. Nous sommes en guerre depuis un an. Déterminés, confiants, recueillis. Et comme dans toute guerre, nous avons des victimes. Ce sont les héros de l’armée Russe de la Lumière. Et pour chacun d’entre nous, pour le philosophe, ceci doit être parfaitement clair, face à l’obscurité.

Mais vous devez vous demander, d’où viennent ces bâtards de l’EI? Une simple analyse superficielle montre que le vrai mal est plus profond, que l’EI n’est que le decor, des marionnettes. Derrière eux, les vrais marionnettistes, et ils ont l’air tout à fait différent. Aujourd’hui, il n’est plus inconnu que le terrorisme islamique a été créé par les États-Unis et leurs services spéciaux. Si cela n’etait pas le cas il serait facile de règler le problème de ces fanatiques pour les gouvernements de Syrie, Libye ou d’Irak.

L’EI ne devient vraiment dangereux que les grandes puissances mondiales – les Etats-Unis- ne commencent à le soutenir et à l’équiper. Alors les hordes disparates se transforment soudainement en une véritable force. Et commencent à semer autour d’eux la mort, la violence, les massacres, la destruction des personnes, des cultures, des pays.

Lors des débats pré-électoraux brulants aux États-Unis, Donald Trump a été contraint de jeter à la face d’Hillary Clinton la désagréable vérité: Elle, ou plutôt des faucons néo-conservateurs, partisans de la mondialisation et de gouvernement du monde, ont créé L’EI, l’ont équipé et soutenu jusqu’à aujourd’hui. Et quand les affaires de leurs creatures tournent mal, ils frappent sur les troupes légitimes du gouvernement syrien. Et l’EI revient.

Depuis un an donc, nous sommes en guerre contre les États-Unis. Au début des années 2000 ils ont proclamé le plan du Grand Moyen-Orient. Ce plan appelle à redessiner les frontières de tous les Etats arabes. Et ils l’exécutent. Les bras de l’EI, ce sont les bras de leurs prétendus ennemis et leurs alliés – la Turquie et Israël. Les Etats-Unis envahirent sous de faux prétextes l’Afghanistan. L’Afghanistan est en ruines. Les US ont renversé et pendu Saddam Hussein en Irak, et l’Irak est inondé de sang, déchiré. Les US ont tué Kadhafi, et avec elle – la Libye, où les gangs d’aujourd’hui s’entretuent dans un pays exangue quasiment détruit.

Les US ont attaqué la Syrie. Et si nous n’étions pas intervenu, comme en Afghanistan, en Irak et en Libye, la Syrie aurait déjà disparu. Mais nous sommes intervenus.

https://tvs24.ru/cumulus/videos/95/un-an-de-guerre-en-syrie-a-dugin/

Lire la suite

Immunité de juridiction : L’impérialisme US en toute tranquillité. Par Gilles Devers

29 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #L'OTAN., #La guerre, #La mondialisation, #l'horreur économique

  • Immunité de juridiction : L’impérialisme US en toute tranquillité  

    Les parlementaires étatsuniens (Amérique du Nord, territoire indien occupé) ont l’impérialisme serein et tranquille. Ils viennent d’adopter une loi appelée Justice Against Sponsors of Terrorism Act (Jasta) qui permet de poursuivre devant le juge étatsunien des Etats accusés de terrorisme. Un culot d’acier de la part de l’Etat qui a déclenché toutes les grandes guerres du monde depuis 40 ans et le Vietnam. Culot d’acier de la part d’un Etat qui s’autorise à recourir à la première frappe nucléaire. Culot d’acier de la part d’un Etat qui décide 1000 assassinats ciblés par an en dehors de ses frontières, sur la base de renseignements informatiques. Culot d’acier pour un Etat qui assure chaque jour 1,8 milliard de dollars de dépense militaire.

    imperialisme-culturel-us-e1425302491297.jpg

    Des familles avaient voulu engager des recours contre l’Arabie Saoudite suite aux attentats du 11 septembre 2001, mais elles butaient sur le Foreign Service Sovereignty Act, garantissant l'immunité aux officiels étrangers. D’où l’idée de voter une loi d’exception, et c’est la Justice Against Sponsors of Terrorism Act (Jasta). Obama avait opposé son véto, mais il vient de se faire laminer par deux votes de la Chambre des représentants (348 contre 77 voix) et du Sénat (99 contre 1). Ce qui au passage donne une juste idée de l’autorité réelle d’Obama en cette fin de mandat.

    Quel effet aura cette loi, et les juges sont-ils l’appliquer alors que le principe de l’immunité de juridiction des Etats étrangers, attaché aux principes d’indépendance, de souveraineté et d’égalité des Etats, est une norme de droit coutumier international ? C’est une règle universelle : un Etat ne peut s’ériger juge d’un autre Etat sans son consentement pour un acte accompli dans l’exercice de sa souveraineté. Un Etat ne saurait être jugé par son égal. Je souligne que nous parlons là de la responsabilité des Etats, pas des chefs d’Etat, pour qui s’est moins tranché.

    En France, la question serait pliée en deux minutes s’agissant d’actes d’autorité de l’Etat étranger, d’autant plus que la Cour européenne des droits de l’homme reconnait ce principe qui « ne fait qu’observer le droit international afin de favoriser la courtoisie et les bonnes relations entre Etats grâce au respect de la souveraineté d’un autre Etat » (CEDH, Al Adsani et Forgaty c/ Royaume Uni, 21 novembre 2001, § 53 et suivants).

    Quand à ce qui se passera aux Etats-Unis, je n’en sais rien, ne sachant pas comme le juge réagit devant une loi et une norme de droit international coutumier. La justice US patauge dans le tribalisme judiciaire, refusant toute application directe du droit international et toute soumission à une juridiction internationale. C’est la sauce maison des petits chefs… Alors, nous verrons ce que fera la juge de cette loi, qui ne vise pas que l’Arabie Saoudite, mais tous les Etats suspectés d’être impliqués dans le terrorisme.

    Alors, pour Alep, bientôt un procès contre la Russie, bande de rigolos ? Oh, pas vrai, un coup de mou ?

    Dans l’immédiat, on peut penser que cette initiative appellera des réponses symétriques. On pourrait commencer par des lois en Irak, en Afghanistan et au Pakistan, pour juger les Etats-Unis…

    libertad.jpg

Lire la suite

Le Quai d’Orsay, l’UE et les USA financent le «Aleppo Media Centre», qui défend la cause des djihadistes.

29 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La Russie, #Terrorisme, #Daesch

Le Quai d’Orsay, l’UE et les USA financent le «Aleppo Media Centre», qui défend la cause des djihadistes.

L’histoire a fait la une partout : «Petit garçon sorti vivant des décombres». La vidéo et la photographie produites par le Aleppo Media Centre (AMC), qui montrait Omran Daqneesh, alias «le petit rescapé d’Alep» prétendument sauvé par les notoirement connus casques blancs dans la partie est d’Alep tenue par les terroristes, est aussitôt devenue virale et a été propulsée bien haut dans la stratosphère de la propagande médiatique occidentale.

Pratiquement tous les grands organes de presse du monde entier ont montré la vidéo et ce qui est devenu depuis la célèbre photographie d’Omran, le «petit rescapé d’Alep». Le garçon couvert de poussière et de sang a été placé sur une chaise dans ce qui semble être une ambulance en parfait état, malgré sa présence dans une prétendue zone de guerre, pour ensuite être photographié en rafale par un nombre incalculable de caméras et de téléphones portables. Pendant tout ce temps, personne ne lui a prodigué des soins, comme s’il s’agissait d’une séance photo montée de toutes pièces.

Personne ne l’a réconforté, n’a pansé ses prétendues plaies, ne lui a posé un collier cervical ou ne l’a placé dans une civière au cas où il aurait subi des lésions cervicales (procédure de premiers soins habituelle), lui qui venait d’être sauvé de «sous les décombres» d’un immeuble bombardé qui, selon l’AMC, était visé par des «frappes aériennes russes et syriennes».

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/Aleppo-Media-Center-768x372.jpg

CARREFOUR DE LA PROPAGANDE : Le Aleppo Media Centre fournit des images appelant à un changement de régime en Syrie aux médias des États-Unis, du Royaume-Uni, des États membres de l’OTAN, à Al Jazeera du Qatar et à bien d’autres, en appui à la campagne de relations publiques en faveur d’organisations terroristes reconnues actives en Syrie.

CARREFOUR DE LA PROPAGANDE : Le Aleppo Media Centre fournit des images appelant à un changement de régime en Syrie aux médias des États-Unis, du Royaume-Uni, des États membres de l’OTAN, à Al Jazeera du Qatar et à bien d’autres, en appui à la campagne de relations publiques en faveur d’organisations terroristes reconnues actives en Syrie.

Le Aleppo Media Centre a vraiment réussi un beau coup de propagande, qui a suscité bien des appels en faveur d’une zone d’exclusion aérienne et d’une intervention occidentale, donnant ainsi un nouveau souffle à la feuille de route fripée des États-Unis préconisant un « changement de régime » en Syrie. Cependant, un certain nombre de journalistes indépendants internationaux, d’analystes des médias et de militants pour la paix ont commencé à avoir des doutes sur l’image et sa source, en révélant des détails extrêmement troublants non seulement à propos de la photo, mais surtout au sujet de l’organisation qui l’a fournie aux médias occidentaux avides de sensationnalisme.

«Récemment, la photo poignante d’un enfant syrien ensanglanté et apparemment en état de choc, assis dans une ambulance à Alep, a été largement diffusée et commentée dans les médias nationaux et internationaux. En réponse, des journalistes ont appelé l’administration Obama à prendre des mesures, y compris le bombardement de cibles militaires du gouvernement syrien.» – Déclaration du groupe Veterans for Peace

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/1-BBC-Omran-768x616.jpg

1-BBC-Omran-768x616

 

Une analyse rétrospective de cette histoire montre que toute cette fureur médiatique pilotée par Washington, Londres, l’Europe, les pays du Golfe, la Turquie et Israël a été délibérément montée en épingle. En plus de servir de catalyseur aux réactions concertées des gouvernements néocolonialistes, elle est parvenue aussi à ériger un écran de fumée pour mieux dissimuler les massacres quotidiens commis par les terroristes soutenus par les États-Unis, l’OTAN et les pays du Golfe, ces soi‑disant «rebelles modérés» à l’est d’Alep (où il reste environ 220 000 personnes, dont de nombreux terroristes et membres de leurs familles), contre des civils syriens comptant parmi les 1,5 million d’habitants à l’ouest d’Alep, un secteur sous le contrôle et la protection du gouvernement syrien et des forces armées nationales syriennes.

Dans les deux premières semaines d’août seulement, 143 civils ont été tués par des tirs de mortier du Front aI-Nosra visant l’ouest d’Alep, dont 54 enfants et 23 femmes. Cette information a été fournie à Vanessa Beeley par le Dr Zahar Buttal, directeur de la Aleppo Medical Association lorsqu’elle s’est rendue à l’ouest d’Alep le 14 août 2016.

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/aleppo-media-center-production-injured-child-1000x445-768x342.jpg

C’est le photographe de l’AMC Mahmoud Raslan qui a remis la photo de la mise en scène montrant Omran aux médias occidentaux avides de sensationnalisme.

C’est le photographe de l’AMC Mahmoud Raslan qui a remis la photo de la mise en scène montrant Omran aux médias occidentaux avides de sensationnalisme.

Les suspects habituels

Si la BBC, CNN, le New York Times, le Washington Post, Al Jazeera et consorts avaient fait une recherche rapide sur Internet, ils seraient vite tombés sur ce que des médias plus consciencieux ont découvert.

Le prétendu photographe d’Omran, le «petit rescapé d’Alep», s’appelle Mahmoud Raslan [ou Rslan], qui se décrit comme un «photo-journaliste militant». L’examen de son propre profil et de ses photos sur les médias sociaux a révélé que Raslan est un sympathisant terroriste à part entière, ce qu’ont très rapidement rapporté un certain nombre de médias respectables et fiables dont Telesur et Sputnik News :

«Des photos circulant en ligne tirées du compte du photographe d’Omran sur les médias sociaux, un homme du nom de Mahmoud Raslan, le montrerait en train de sympathiser avec les tueurs d’un autre enfant, un gamin de 12 ans appelé Abdullah Tayseer Issa, qui a été décapité de façon grotesque par des rebelles modérés soutenus par les USA le mois dernier […]. Les photos circulant sur les médias sociaux, qui ont été recueillies par LiveLeak (avertissement, images choquantes), montrent des captures d’écran de la page Facebook de Raslan, dont une photo qui le montre posant et souriant avec les mêmes terroristes du mouvement Nour al-Din al-Zenki qui ont tué Issa de sang-froid.»

Raslan a su tirer parti de sa nouvelle gloire médiatique en livrant un témoignage poignant, en commençant par The Telegraph qui a repris son histoire en omettant, semble-t-il, de se pencher sur ses racines terroristes :

«Mes larmes ont commencé à couler quand j’ai pris la photo. Ce n’est pas la première fois que je pleurais. J’ai pleuré bien souvent en filmant des enfants traumatisés. Je pleure toujours. Nous, les photographes de guerre, pleurons tout le temps.»

Apparemment, les mauvais traitements, la torture et la décapitation d’Abdullah Issa, un gamin de 12 ans (par les tueurs d’enfants posant avec lui sur la photo ci‑dessous), n’ont pas réussi à faire couler les mêmes larmes de crocodile des yeux de Raslan, le sympathisant terroriste.

 

Au cours de ses diverses incursions dans l’univers trouble des médias oiseaux moqueurs sous le contrôle de l’État profond, Raslan a toujours soutenu être un «pigiste» travaillant en dilettante auprès d’Al Jazeera et de l’AFP «affilié» au Aleppo Media Centre.

Sarah Flounders, la directrice du International Action Centre, a affirmé ceci à RT :

«Non, je crois que ce photographe est bien connu sur Facebook et YouTube, où il publie continuellement des images, des photos faisant l’éloge de la milice Zinki, qui était en fait une organisation terroriste bien connue avant même cette décapitation horrible d’un enfant palestino-syrien. Il est bien loin d’être un militant des droits de la personne. Il se décrit comme un militant des médias, mais son rôle consiste à applaudir et à soutenir les activités terroristes en Syrie.»

Entre autres déclarations, Raslan a écrit sur sa page Facebook que «certains des meilleurs moments que j’ai passés, c’est avec des kamikazes».

Dans une interview accordée plus tard à Al Babwa, Raslan fait de son mieux pour réparer les dommages causés à sa réputation :

«Je ne travaillerais jamais avec un groupe qui s’inscrit en faux contre mes croyances personnelles, mais il faut parfois se faire prendre en photo avec eux.» Il poursuit : «Je prends habituellement des centaines de selfies avec tous ceux que je rencontre sur le front. Nous qui travaillons dans les médias prenons des centaines de photos que nous gardons dans nos archives.»

Ces propos nous amènent à déduire que la prochaine fois que Raslan sera «au front», ses pages Facebook et Twitter seront inondées de selfies le montrant avec des partisans de Daesh, du Front al-Nosra (al-Qaïda), d’Arar al-Sham, de Nour al-Din al-Zenki et de quiconque s’y trouvera.

Suivons la trace de l’argent : qui finance le Aleppo Media Centre ?

Lorsqu’on suit la trace de l’argent, les choses deviennent plus intéressantes encore. Anne Barnard du New York Times a rédigé un compte rendu émouvant de l’histoire d’Omran. Rappelons qu’elle a aussi rendu un bel hommage à un kamikaze il n’y a pas si longtemps. Dans son reportage, elle décrit le Aleppo Media Centre comme suit :

«Un groupe constitué de longue date qui réunit des militants et des citoyens journalistes, hostiles au gouvernement, qui rendent compte du conflit (…).»

Lorsqu’on suit cette guerre sale en Syrie avec un esprit critique, les termes «militants» et «citoyens journalistes» dans la même phrase ont de quoi rendre perplexe. En ajoutant qu’ils sont «hostiles au gouvernement», elle brosse ainsi un beau tableau de propagande.

Ce que Anne Barnard du NYT ne dit pas à ses lecteurs, c’est que cette terminologie [employée par les médias assurant les relations publiques de l’OTAN] laisse planer une préférence pour les barbus wahhabites, qui scandent la formule du takbir [Dieu est grand] en faisant déferler une pluie de missiles sur des civils, ainsi qu’une adhésion à un processus de sélection des «rebelles modérés» qui veille à ce que ceux qui n’adhèrent pas à leur idéologie extrémiste soient déclarés infidèles et sommairement exécutés.

La trace de l’argent

Commençons par examiner les sources de financement de ce groupe de citoyens journalistes militants intégrés à la ribambelle de groupes terroristes extrémistes religieux et à d’autres au service des États-Unis et de l’OTAN, localisés exclusivement dans les secteurs à l’est d’Alep dominés par le Front al-Nosra, d’où sont lancés quotidiennement les canons de l’enfer qui brisent les vies des 1,5 million de Syriens demeurant à l’ouest d’Alep, sous le contrôle de l’armée arabe syrienne.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/Syrian-Expatriates-Organisation-768x440.png

Syrian-Expatriates-Organisation-768x440

 

Comme l’a souligné à juste titre le site Sott.net, le Aleppo Media Centre est un «projet» de la Syrian Expatriates Organization [SEO] :

«La SEO est exactement ce que son nom laisse entendre, c’est-à-dire un groupe de citoyens américains d’origine syrienne qui a ses bureaux sur K Street à Washington D.C., une rue reconnue pour être le cœur de l’industrie du lobbying politique aux USA, où se trouvent une multitude d’organes de réflexion, de lobbyistes et de groupes de défense.»~ Sott.net

Le site Web de la SEO nous apprend qu’elle a joué un rôle déterminant dans la création du Aleppo Media Centre :

«Les reportages de nouvelles et la sensibilisation des médias sont des tâches jugées cruciales au soulèvement civil en Syrie. Le Aleppo Media Centre, un centre de nouvelles spécialisé qui dessert Alep et ses banlieues, a été mis sur pied grâce à une généreuse contribution de la SEO. Depuis octobre 2012, la SEO est responsable d’assurer la coordination du Aleppo Media Centre et de lui procurer une aide technique et logistique, en plus de l’aide financière qu’elle lui a fourni.»  

Cependant, la SEO n’est pas l’unique mécène de ce centre des médias fréquemment cité, bien ancré dans le territoire du Front al-Nosra. En décembre 2015, Canal France International (CFI), un organisme de l’État français, était tout heureux d’annoncer que la radio du Aleppo Media Centre allait commencer à émettre sur les ondes FM dans les villes d’Alep, d’Idlib et d’Hama. Idlib et Hama, ainsi que l’est d’Alep, sont tous des bastions du Front al-Nosra.

L’annonce du lancement de la radio du AMC se trouve sur le site Web de CFI :

«Le Aleppo Media Centre, qui rassemble de manière permanente une vingtaine de journalistes basés en Syrie, produit et diffuse depuis 2012 une information continue sur l’actualité de la région, publiant des articles, des photos et des vidéos sur son site Internet et les réseaux sociaux.

Grâce au soutien de l’incubateur des médias syriens de Gaziantep (Turquie), ce centre voit désormais se concrétiser un nouveau projet : créer une radio locale à Alep, qui sera diffusée deux heures par jour sur la fréquence FM 99.00 et environ 15 heures par jour sur Internet.

En 2015, l’Incubateur a proposé aux journalistes du Aleppo Media Center plusieurs formations dans le domaine de la radio et de la vidéo. En novembre, il a soutenu l’achat d’équipements pour le studio, l’installation du studio, et formé l’équipe à son utilisation.

En décembre, deux membres du centre ont aussi bénéficié d’une formation de formateur qui leur permettra de former à leur tour des citoyens journalistes à l’intérieur même de la Syrie.»

Le Aleppo Media Centre reçoit donc aussi le «soutien» d’une organisation appelée l’incubateur des médias syriens basée à Ganziatep, en Turquie. Le choix du nom est intéressant, puisque la Turquie aussi a servi d’incubateur aux mercenaires terroristes de tout acabit soutenus par les États-Unis et l’OTAN, les pays du Golfe et Israël qui ont envahi la Syrie par la frontière turque avec leurs armes et leur équipement. C’est d’ailleurs la principale cause du prolongement du conflit syrien en cours, qui a engendré ce cycle perpétuel de misère et de carnage que subit le peuple syrien.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/CFI-Canal-768x342.png

CFI-Canal-768x342

 

C’est ici que les choses deviennent plus croustillantes. «L’incubateur des médias syriens» est un projet financé par Canal France International (CFI), l’agence de coopération et opérateur du ministère des Affaires étrangères de la France dans le domaine des médias. Oui, c’est bien le Quai d’Orsay qui finance le Aleppo Media Centre, la principale source d’«informations» sur Alep larguées à l’ensemble des médias de masse au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Europe.

C’est écrit en bleu, blanc et rouge sur le site Web du gouvernement  français :

«Canal France International (CFI), agence française de coopération, opérateur du ministère français des Affaires étrangères dans le domaine des médias, vient de signer deux contrats importants (2,7M€) avec l’Union européenne pour développer des projets en faveur des médias indépendants du monde arabe.

Le premier contrat de deux ans concerne un projet d’accompagnement du développement de médias syriens, principalement par le biais de formations.

D’un montant de 1,5 million d’euros, il est financé à hauteur de 1,2 million par l’Union Européenne. L’objectif principal du projet est de préparer une nouvelle génération de journalistes syriens capables, aujourd’hui, de produire une information de qualité et professionnelle, et demain de constituer les piliers des médias de l’après-crise.

Dès le mois d’avril 2014, CFI ouvrira les portes d’un centre de médias, baptisé «Syrian Media Incubator», dans la ville turque de Gaziantep, à 60 km de la frontière syrienne, au nord d’Alep. Cet espace de travail collectif vise à fournir des outils modernes de télécommunication et à accompagner les journalistes syriens décidés à continuer, coûte que coûte, de relayer l’information de leur pays.»

Cet aveu du gouvernement français n’est rien de moins que spectaculaire. Examinons de près cette annonce : la France et l’UE, qui sont loin d’être des observateurs impartiaux de la guerre que livrent en Syrie les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN, les pays du Golfe et Israël, financent et soutiennent un organe de presse qui attise le feu de la propagande à des points stratégiques dans la bataille que livre l’Armée arabe syrienne pour libérer Alep des griffes des gangs terroristes de la coalition des États-Unis. Le feu qu’il attise permet de détourner le regard du public des véritables atrocités commises par les entités terroristes contre des civils syriens à Alep et de relancer les appels en faveur d’une zone d’exclusion aérienne, l’outil ultime que veut se procurer l’OTAN pour réduire la Syrie à un État en déliquescence comme la Libye.

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/Rami-SOHR-259x300.jpg

Rami-SOHR-259x300Il convient de noter aussi que l’UE est aussi l’une des principales sources de financement de cette autre ONG de «l’opposition syrienne» qu’est l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR), un one-man show basé en Grande-Bretagne donné par un ancien condamné syrien appelé Rami Abdelrahman (dont le véritable nom est Osama Ali Suleiman ; photo, à gauche). Celui-ci travaille en coordination avec le ministère britannique des affaires étrangères et du Commonwealth. Il est important d’en parler parce qu’à l’instar du Aleppo Media Centre, l’Observatoire est la source d’où l’ensemble des médias institutionnels occidentaux, ainsi que le département d’État des États-Unis et leurs alliés, puisent toutes leurs «nouvelles» et leurs «données» à propos de ce qui se passe prétendûment en Syrie.

 

Qu’il s’agisse de l’histoire d’Omran ou des récentes allégations d’attaque au chlore par l’armée arabe syrienne, toutes ces nouvelles font partie d’un programme qui a peu à voir avec le bien-être de la Syrie et relève bien plus de la volonté d’atteindre l’objectif politique de changement de régime déclaré des États-Unis et de l’OTAN, qui était en tête de liste des choses à faire en Syrie bien avant 2011 (lorsque la guerre sale planifiée en cours en Syrie a vraiment commencé à prendre de l’ampleur) par les agences de Washington responsables de l’édification [destruction] de la nation.

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/APTOPIX_Mideast_Syria.JPEG-3a1cb_c0-0-2000-1165_s400x233.jpg

UN HOMME TRANSPORTE UN ENFANT, D’AUTRES ONT L’AIR OCCUPÉS : mise en scène familière d’une image émouvante par le Aleppo Media Centre (Source : AMC/Washington Times)

UN HOMME TRANSPORTE UN ENFANT, D’AUTRES ONT L’AIR OCCUPÉS : mise en scène familière d’une image émouvante par le Aleppo Media Centre (Source : AMC/Washington Times)

Là encore, nous voyons les mêmes «citoyens journalistes» autoproclamés bien enracinés dans les colonies terroristes nouvellement établies, ces enclaves terroristes qui regorgent de criminels fanatiques sous l’effet de la drogue, instables et violents, qui n’hésitent pas à lancer aveuglément sur les zones résidentielles densément peuplées de l’ouest d’Alep des contenants emplis de verre, d’éclats, de chlore ou d’explosif.

Ces «citoyens journalistes» apprécient leurs rôles et leur cantonnement en territoire terroriste et ne craignent aucunement les meurtriers qui n’éprouvent aucun scrupule à commettre les pires atrocités, y compris la décapitation d’un gamin de 12 ans émacié et fiévreux, Abdullah Issa, dont il a été question précédemment.

Nous assistons à la création d’une autre composante de l’État de l’ombre de l’Occident, qui se cache derrière toute une série de projets des ONG qu’il finance, et qui s’échafaude dans le brouillard de la guerre, brique après brique, jusqu’à ce que se dresse une barrière infranchissable entre le grand public et la vérité sur ce à quoi la Syrie et le peuple syrien sont réellement confrontés.

Cette enclave de médias de l’ombre s’installe dans la caisse de résonance de la propagande érigée par les États-Unis et l’OTAN, qui réduit au silence les appels provenant de la Syrie qu’on entendrait normalement, au profit d’une image faussée et artificielle et de reportages tordus qui utilisent sans ambages les termes «rebelles» et «combattants de la liberté» pour décrire des terroristes islamistes.

L’appel authentique est celui de la majorité de ce qui forme le peuple syrien, et non pas les cris de guerre de «l’opposition» choisie par les États-Unis et l’OTAN, dont la plupart des partisans ne vivent même pas en Syrie.

La méthode

«Pour mémoire, en partenariat avec International Media Support (IMS) et Reporters sans frontières (RSF), CFI a notamment contribué en 2013 à la création de la radio syrienne indépendante Radio Rozana qui émet depuis Paris et s’appuie sur un réseau de 30 correspondants basés en Syrie. Ces derniers ont bénéficié en 2013 de plusieurs formations organisées par CFI.»

Les pays visés

«Le second contrat signé avec l’Union européenne, d’une durée de trois ans, permettra à CFI de financer des projets visant à développer l’information en ligne en Algérie, au Maroc, en Tunisie, en Libye, en Égypte, en Jordanie, en Palestine, au Liban et en Syrie.»

Leur objectif clair et la fin en soi

«Dans un paysage arabe en pleine mutation, CFI renforce ainsi ses efforts pour accompagner les médias indépendants appelés à jouer un rôle majeur dans les fragiles processus de démocratisation en cours.»

L’aval du gouvernement français

«Le ministère des Affaires étrangères et du Développement international (MAEDI) confie à CFI la mission de mettre en œuvre sa politique d’appui au développement des médias publics et privés, et plus généralement du secteur audiovisuel dans une perspective tri‑media, dans les pays bénéficiaires de l’aide publique au développement.

Ses objectifs demeurent la diffusion de l’information [propagande], la consolidation de la société civile et de l’État de droit et l’appui aux nouvelles démocraties ou “États fragiles”. Son endossement à France Télévisions et Arte France est le garant de son professionnalisme.»

Des organes de presse comme le Aleppo Media Centre sont décrits dans une étude de CFI, «en opposition à la propagande de Damas». Pourtant, lorsqu’on sait que la soi‑disant propagande de Damas est aussitôt rejetée de tous les côtés par les gouvernements de la coalition menée par les États-Unis, leurs médias d’État, les groupes de défense des droits de la personne, les groupes d’opposition contrôlés, toutes les ONG antisyriennes financées par Soros, les chouchous de l’OTAN que sont  les casques blancs et, enfin, les groupes de réflexion alignés sur l’OTAN, il est difficile de comprendre cet appel à une opposition en présence d’un si puissant lobby international opposé à l’État syrien.

L’aval des Israéliens

Rappelons qu’Israël, qui est le principal bénéficiaire de la guerre menée par la coalition des États-Unis en Syrie selon Bouthaina Shaaban (conseillère politique et médiatique du président syrien Bachar Al Assad), tenait une page consacrée aux reportages du Aleppo Media Centre sur le site Web du Times of Israel jusqu’en mars 2015. Cet honneur n’est réservé qu’à ceux qui s’inscrivent dans le cadre très étroit de la vision géopolitique sioniste préconisant la fragmentation du Moyen‑Orient et le déchirement de la Syrie, son rival de toujours, le long de lignes de fracture sectaires, une politique menée par Israël et par son complice de crime, plus exposé que jamais, qu’est l’Arabie saoudite.

Les principaux acteurs

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/Aleppo-Zein.jpg

Zein Al Rifai, cofondateur du Aleppo Media Centre. Photo : Rozana.fm

Zein Al Rifai, cofondateur du Aleppo Media Centre. Photo : Rozana.fm

Un des cofondateurs du Aleppo Media Centre est Zein Al Rifai, l’autre étant Youcef Seddik. Dans une interview accordée au  Syria Deeply, une autre étoile de la constellation des centres des médias nouvellement constitués pour diffuser de la propagande contre l’État syrien et son armée nationale, Al Rifai répond aux questions en proférant les mêmes clichés et mensonges éhontés.

«Alep a été l’une des premières villes à protester. Les manifestations qui ont eu lieu à l’Université d’Alep étaient importantes, mais malheureusement, les médias ne parlaient pas d’Alep à cette époque et les premières manifestations ne sont pas bien documentées, explique Al Rifai.»

Se pourrait-il que ces «premières manifestations» n’aient pas été bien documentées parce qu’elles n’ont pas eu lieu, contrairement à ce qu’affirme Zein Al Rifai, fondateur du Aleppo Media Centre ?

NOTA – Syria Deeply est financé par la Asfari Foundation, dirigée par son PDG Ayman Asfari, qui a aussi attribué un financement de démarrage de 300 000 dollars pour la campagne syrienne, dont l’équipe est à l’origine du plus grand succès de l’intervention d’agents de l’OTAN sur le terrain : les Casques blancs.

Voici la réponse du Dr Tony Sayegh, un éminent chirurgien basé à l’ouest d’Alep, lorsqu’on lui a demandé comment c’était à Alep avant le conflit :

«C’est en juillet 2012 que tout a changé. Mais ce ne sont pas les résidents d’Alep qui se sont rebellés contre les dirigeants. Des parties de la ville ont été envahies par des groupes armés provenant d’ailleurs en Syrie et d’autres pays.» Tony Sayegh croit que les intérêts en cause dans cette invasion dépassaient largement le contrôle d’une seule ville.

«La tentative de renverser le gouvernement de la Syrie par les armes et les émeutes avait échoué. Ils ont alors décidé de se concentrer sur Alep, pour faire buter toute l’économie syrienne. Les groupes armés ont pris les services d’eau et les centrales électriques afin de stopper l’approvisionnement des résidents, puis ont jeté leur dévolu sur les industries. Des usines au complet ont été démantelées et transportées en Turquie. Ils ont tout volé. C’est à ce moment que tout a chamboulé et que le malheur d’Alep a commencé.»

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/Zein-fb-768x284.jpg

Image sur la page Facebook de Zein Al Rifai : tous ces drapeaux associés à l’opposition syrienne expriment clairement où se situent ses sympathies. Photo : page Facebook

Image sur la page Facebook de Zein Al Rifai : tous ces drapeaux associés à l’opposition syrienne expriment clairement où se situent ses sympathies. Photo : page Facebook

Une recherche sur les activités d’Al Rifai et de Seddik révèle que ces deux «citoyens journalistes» opposés au gouvernement syrien n’ont aucune difficulté à entrer en France pour y faire des tournées promotionnelles, ce qui est quand même extraordinaire quand on sait qu’il est pratiquement impossible pour la majorité des citoyens syriens laïcs favorables au gouvernement [ou simplement opposés à l’intervention de l’OTAN] d’obtenir un visa, en raison des dures sanctions que les États-Unis et l’UE imposent contre l’État syrien, qui affectent avant tout le peuple syrien.

En outre, les deux hommes sont immanquablement décrits par la presse française comme des «opposants à Bachar el-Assad» et des «journalistes» qui n’ont pas d’objection à maintenir des relations avec des entités terroristes comme le Front al-Nosra (Al-Qaida en Syrie), puisqu’ils partagent le même but, qui est de renverser le président Assad.

«Nous maintenons de bonnes relations avec la plupart des factions de l’opposition. Nous partageons tous le même objectif : libérer la Syrie de la tyrannie, sauf que chacun d’entre nous suit sa propre voie pour y parvenir. Nous avons couvert des secteurs sous le contrôle du Front al-Nosra à Alep et à Idlib. Ils nous ont toujours laissés tranquilles.» ~ Zein Al Rifai à Syria Deeply

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/Dr_Kodmani.jpg

Dr_KodmaniEn plus de manifester leur attachement à une organisation qui est responsable d’un pourcentage énorme des atrocités commises contre la majeure partie du peuple syrien et ailleurs, les deux hommes se font souvent accompagner dans leurs tournées par nulle autre qu’Hala Kodmani, la soeur de la directrice du Conseil national syrien, Basma Kodmani (photo, à gauche).

 

Les qualifications de Basma Kodmani comme candidate de l’opposition favorisée par l’OTAN, qui a participé deux fois aux réunions du Groupe Bilderberg, ont été passées au peigne fin par Charlie Skelton du quotidien The Guardian :

«Il en ressort que Kodmani est un fidèle lieutenant de l’industrie de la promotion de la démocratie anglo-américaine. Sa «province d’origine» (selon le site Web du Conseil national syrien) est Damas, mais son parcours professionnel est lié étroitement et depuis longtemps aux pouvoirs qu’elle supplie d’intervenir en Syrie.»

Conclusions

Une recherche très rapide à partir des termes Aleppo Media Centre + Omran fait ressortir le rôle crucial de cet organe de presse soutenu par l’Occident dans le moulin de la propagande des médias alignés à l’OTAN. Pratiquement tous les grands médias institutionnels utilisent les vidéos et les reportages du AMC pour encourager et maintenir le flot incessant de chroniques de la coalition des États-Unis anti Assad. The Guardian, Channel 4, la BBC, The Telegraph, CNN, Fox News, Time, FT et bien d’autres dépendent tous du AMC pour livrer le produit qu’ils nous concoctent à propos de la Syrie.

Bref, c’est le Smart Power (pouvoir de l’intelligence) en action, l’instauration d’un monde meilleur où les gros bonnets des médias, dans le confort de leurs tours de bureaux à Londres, Paris et Manhattan, n’ont plus à se salir les mains en zone de guerre, laissant le soin aux «militants» et aux «citoyens journalistes» de faire le boulot à leur place.

Le problème du point de vue professionnel et éthique c’est que, dans le cas du Aleppo Media Centre, ses reportages ne sont pas équilibrés ni objectifs. Le AMC est financé par le Quai d’Orsay, l’UE et les États-Unis, qui ont tous investi massivement dans l’opération militaire de la coalition menée par les États-Unis, dans la «feuille de route» pour la Syrie et dans l’hypothétique changement de régime qu’ils souhaitent ardemment.

Pire encore, le Aleppo Media Centre est intégré exclusivement au Front al-Nosra, à Arar al-Sham et dans les secteurs contrôlés par les terroristes. Ceux qui en font partie disent eux-mêmes qu’ils travaillent en étroite collaboration avec le Front al-Nosra, puisque tous partagent le même objectif qui est un changement de régime, peu importe le nombre de civils syriens massacrés en cours de route, ce qui ne manque pas de se produire à Alep.

Le AMC constitue un élément crucial d’un réseau beaucoup plus vaste et sinistre formé de partisans de la démocratisation et de prédateurs néocolonialistes. Il est aussi mis en valeur par Israël, le bénéficiaire principal d’un conflit et d’un chaos perpétuels en Syrie et dans la région.

Finalement, tout ce beau monde cherche à promouvoir l’idée que pour améliorer la Syrie, il faut commencer par la détruire. Sur la base de l’ensemble des renseignements pertinents disponibles, il est clair que les médias commandités par les États occidentaux sont des agences de relations publiques chargées de vendre cette idée à la population délibérément mal informée.

Ces mêmes médias syriens intégrés, ainsi que les médias institutionnels qu’ils alimentent, ne se gênent pas pour coller l’étiquette Hitler sur le dos du président Assad, une forme de diabolisation à rabais qu’eux et leurs équipes du Smart Power utilisent à répétition pour obtenir les changements de régime qu’ils convoitent, que ce soit en Libye (Mouammar Kadhafi), en Irak (Saddam Hussein) ou en Yougoslavie/Serbie (Slobodan Milosevic), pour citer quelques exemples.

Ces campagnes d’«hitlérisation» s’avèrent fructueuses, mais on ne peut s’empêcher de constater, à la lecture de la propre thèse d’Hitler à propos de la propagande, qu’il est évident que les États du Nord et la machine médiatique institutionnelle respectent rigoureusement la vue de l’esprit décrite en détail par Hitler lui-même, qui considérait la propagande comme l’élément essentiel pour contrôler les masses et garantir l’acceptation d’une guerre éternelle.

«L’art de la propagande consiste à être capable d’éveiller l’imagination publique en faisant appel aux sentiments des gens, en trouvant des formules psychologiquement appropriées qui attireront l’attention des masses et toucheront les cœurs.»~ Hitler, Mein Kampf

Vanessa Beeley

Vanessa Beeley est contributrice à 21WIRE, et depuis 2011, elle a passé la majeure partie de son temps au Moyen-Orient, reportant les événements qui s’y déroulent – comme chercheuse indépendante, écrivain, photographe et militante pour la paix. Elle est également membre du Comité directeur du Mouvement Solidarité Syrie, et une bénévole de la Campagne mondiale pour le retour en Palestine. Voir son travail sur son blog The Wall Will Fall.

Traduit par Daniel, édité par Wayan et relu par Cat pour le Saker Francophone.

source:http://lesakerfrancophone.fr/le-quai-dorsay-lue-et-les-usa-financent-le-aleppo-media-centre-qui-defend-la-cause-des-djihadistes


 
Lire la suite

Le Système en mode panique

29 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Terrorisme, #Daesch, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La Russie, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013

Le Système en mode panique

Les masques ne tomberont pas plus bas. Obama qui met son veto à une loi autorisant les poursuites contre les Saoudiens qui ont financé l’inside job du 11 Septembre; l’attaque contre les troupes syriennes pour permettre une offensive de l’Etat islamique à Deir ez-Zor; puis la soudaine hystérie des merdias-systèmes pour condamner l’offensive de Damas à Alep: il est désormais clair pour tous que les Atlantistes sont les alliés de Daesh en Syrie, et plus largement des barbus de tous poils au Moyen-Orient. Reste que la mobilisation politico-merdiatique contre la Russie et Damas atteint cette fois des proportions si délirantes qu’il faut se demander si la pègre néolibérale dirigeante ne se prépare pas à renverser la table en cherchant, en désespoir de cause, une confrontation directe avec la Russie. Car le dossier syrien n’est que l’un des fiascos en cours parmi une multitude d’autres.

Zapping masochiste

Cette fois les merdias-systèmes se lâchent. Tous les plumitifs de notre vertueux monde libre s’étranglent désormais d’une indignation qu’ils affirment planétaire et même cosmique contre le super-méchant Poutine et Bachar «le tyran qui massacre son propre peuple» selon la formule consacrée et déjà usitée pour Saddam Hussein et Khadafi par… eux-mêmes.
Moscou et Damas sont ainsi accusés de pilonner sans discernement le quartier «rebelle» d’Alep (donc où les terroristes d’al-Nosra-Qaïda-Daesh et consorts se terrent en prenant la population en otage), visant même délibérément les civils et en particulier les vieillards diabétiques, les infirmières, les féministes, les transgenres, les chatons affamés et surtout les fillettes si possible de moins de 3 ans (1).
Lors d’un zapping masochiste, on est ainsi retombé d’abord sur la photo pourtant très suspecte du petit Omran (2) exhumée par France2 pour arracher des larmes à la ménagère, puis sur le toujours consternant 28 minutes d’Arte (terrible zapping indeed…). Et là, c’était du pur caviar ! Au milieu d’un débat où comme toujours les intervenants s’enflammaient à l’unisson contre Moscou et Damas, la speakerine en charge s’indignait donc, s’emportait même, de voir qu’il n’y avait encore eu aucune manifestation-monstre du peuple dans les rues de Paris (rive gauche bien sûr) pour dénoncer les crimes russes et syriens, sous-entendus «après tout ce qu’on leur a dit et montré».
Et vous comprenez qu’en fait, ces gens-là n’ont même pas l’excuse d’être de dociles petits fonctionnaires propagandistes de la pègre atlantiste, mais qu’ils sont pour la plupart tout simplement sincères dans leur imbécilité, honnêtes dans leur aveuglement bref, que ce sont justes des idiots utiles hallucinés par l’idéologie qu’ils servent en rampant, étant entendu que dans tout système totalitaire il est toujours dangereux de lever la tête, surtout dans les médias.
A aucun moment ni la dame en question ni sa chorale de clones ne s’est donc demandé si ce désintérêt de la rue ne pouvait pas venir, par hasard, du fait que justement plus personne ne croyait à LEUR version pourrie, que chacun avait vu la nudité du roi atlantiste et comprenait son jeu incestueux et criminel avec les barbus au Moyen-Orient.
Fin du zapping donc, avec comme toujours une légère nausée.
Et puis retour à la vue d’ensemble.

En route pour le plan B ?

Car la crise syrienne n’est qu’une crise parmi toutes celles qu’affronte notre vertueux Système atlantiste et sa contre-civilisation.
Ainsi, sous le vernis d’un technologisme débridé et du mythe d’une croissance éternelle, tout y est rouillé, foireux, rongé, poreux, branlant et déglingué. C’est que notre hyper-Titanic néolibéral se fracasse en même temps contre toutes ses impasses. Seule l’énorme couche de propagande, du type «tout va très bien Madame la Marquise», donne encore l’illusion d’un édifice encore viable alors que toute sa structure, aussi bien sociale que politico-économique, menace de s’écrouler à tout instant saisi par la surfusion (3).
Son modèle économique est une aberration mortifère sans lendemain qui craque de toutes parts; son système politique soit disant démocratique est devenu une vulgaire oligarchie corrompue jusqu’à la moelle; et sa structure sociale se décompose à vue d’œil sous les coups de boutoir du progressisme bobo-nihiliste et de la «crise migratoire», avec une guerre de tous contre tous qui menace désormais de tourner à la guerre civile tout court.
Aux commandes de cet hyper-Titanic, la capitainerie US, elle, fait face à une menace existentielle. La «dédollarisation» des échanges internationaux s’accélère; la Russie surpasse désormais l’Empire en matière de technologie militaire et la Chine poursuit sur sa lancée émancipatrice en tant que désormais première puissance économique mondiale. L’élite washingtonienne est par ailleurs tombée dans un tel état de disgrâce qu’il semble fort possible que le trublion Trump réussisse finalement à damer le pion à la candidate du Parti de la Guerre et de Wall Street, la toussoteuse Killary.
De ce côté-ci de l’Atlantique, l’UE est au bord de l’implosion, la paupérisation ravage les peuples et, en France, fer de lance de la construction européenne donc, la pègre dirigeante connaît le même état de disgrâce que sa consœur et inspiratrice étasunienne.
Alors en voyant l’hystérie anti-russe soudain flamber de la sorte de part et d’autre de l’Atlantique, de notre vertueux monde libre donc, en voyant les Etats-Unis et la France pousser à la une confrontation directe avec la Russie sur le théâtre syrien, on ne peut s’empêcher de penser que devant les échéances hasardeuses qui s’annoncent pour le Système, certains doivent se dire que renverser la table avec une guerre de haute intensité pourrait faire office de plan B.

PS: Le timing est parfait. Publiés ce jour, les résultats de l' »enquête officielle » sur le krash du MH17 accusent bien évidemment les rebelles pro-russe du Donbass (ce que conteste le Kremlin). Grosse poussée de russophobie supplémentaire en perspective!

1- Il ne s’agit bien évidemment pas ici de minimiser le terrible calvaire de la population civile, mais de pointer l’indignation sélective atlantiste qui ne se manifeste que lorsque ses intérêts sont menacés.

2- Le Quai d’Orsay, l’UE et les USA financent le «Aleppo Media Centre», qui défend la cause des djihadistes

3- De la chute de l’Empire à la surfusion du Système

source: http://www.entrefilets.com/Le_systeme_en_mode_panique.html


 
Lire la suite

La CIA et son armée de mercenaires du sexe.

29 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Israël - palestine - Moyen-Orient, #ISIL, #AMERIQUE, #Terrorisme, #L'OTAN., #Le grand banditisme, #l'horreur économique

La CIA et son armée de mercenaires du sexe.

Le jeu est appelé la théorie du chaos. L’objectif est la déstabilisation, il faut pousser le monde « dans ce jeu». L’outil est la frustration sexuelle guidée par les préjugés culturels et des difficultés économiques. Il est mis en jeu par la CIA pour déplacer littéralement des armées de jeunes hommes islamistes à travers le monde.

Ils sont soit  envoyés comme djihadistes pour ISIS soit pour ses armées de substitution. Ces  « terroristes modérés», inondent maintenant les villes du monde, dans lesquelles la presse orchestre soigneusement les incidents organisés et le terrorisme sous faux drapeau. Ce qui cause un véritable désastre social et radicalise les Américains et les Européens craintifs, afin de les conduire à un suicide politique. Rien de tout cela n’est fait par accident.

Pour la CIA et d’autres agences qui sont gérées par des spécialistes des sciences sociales avec une flexibilité morale excessive, tout conflit est bon. Tout agent de changement et tout changement peuvent et doivent être contrôlés, dirigés et gérés.

Les agents de changement sont généralement le terrorisme, les conflits politiques, la pauvreté et, moins bien connu, le sexe.

Vous voyez, l’agent actuel de chaos, celui qui domine la scène mondiale, c’est la testostérone. Cet agent de « couplage » agit comme un aimant sur  une population infinie de jeunes hommes prêts à se déraciner d’une vie sans espoir pour aller partout où ils sont dirigés et pour n’importe quelle action qu’on leur assigne.

Tout ce qu’ils demandent, c’est la promesse de sexe et peut-être l’espoir d’une vie autre que la leur, même si le travail qu’on leur confie inclut la tyrannie, la torture et les décapitations.

Les maîtres d’œuvre de ces migrations de mâles, pour la plupart musulmans sunnites, sont la CIA, le MI6, le Mossad et la DGSE française.

Les agences de renseignement sont des agents de changement « pour pas cher » et fonctionnent mieux lorsque les gouvernements tombent, lorsque les alliances s’effritent et lorsque l’agitation sociale suppure et éclate en conflit ouvert.

En Amérique, cela est fait à partir de Fort Huachuca, Arizona, l’École du renseignement de l’armée américaine. On y utilise tous les dialectes arabes connus, chaque réseau social est pénétré, voici ce qu’ils écrivent: là, règnent  les «maîtres de l’univers» que sont les think tanks de Washington et de Tel-Aviv, les génies autoproclamés de Whitehall. Tous ces chacals servent un maître invisible, manipulent le monde avec Google, Twitter et Facebook. Il faut reconnaître la merveilleuse efficacité des médias sociaux, anonymes, confidentiels, pas chers et sales, et même très dégueulasses.

« Les femmes allemandes sont toutes des putes, vous pouvez simplement déchirer leurs vêtements et faire votre affaire avec elles. Les autorités allemandes sont des lâches, le peuple allemand est faible, et cerise sur le gâteau, le gouvernement allemand va vous payer pour vivre comme un nabab et vous n’aurez jamais à travailler.  »

Les Israéliens, qui travaillent en étroite collaboration avec leurs amis saoudiens et turcs des centres dotés de femmes au foyer sans emploi, ont leur propre version, celle qui réussit à merveille des Philippines au Sahel africain, et qui a drainé une centaine de milliers ou plus de  candidats venant de leurs obscurs villages pour intégrer les bataillons de terroristes  au Moyen-Orient:

«Venez en Syrie et en Irak  rejoindre ISIS. Voyagez à travers le monde, d’un aéroport à un autre, pas de visa, pas de billets. Vous vous déplacez à travers le monde comme par magie, dans un monde où tout est à vous, toute femme ou tout garçon que vous voulez. Vous êtes protégés par l’US Air Force, payés par Arabie Saoudite (les gardiens des lieux saints de l’Islam !). Vous pouvez violer, voler et assassiner à satiété. Quand vous avez terminé, vous pouvez vivre tranquillement à Paris ou Francfort ou Stockholm « .

 

image: http://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2016/09/aladdin_et_le_roi_des_40_voleurs_aladdin_et_le_roi_des_voleurs_aladdin_and_the_king_of_thieves_1996_reference-320x2561.jpg

aladdin_et_le_roi_des_40_voleurs_aladdin_et_le_roi_des_voleurs_aladdin_and_the_king_of_thieves_1996_reference-320x256Et en effet, ils se déplacent comme par magie, environ 13000 km ou plus, à travers les aéroports les plus sûrs du monde, à travers des frontières impénétrables, nourris, habillés et protégés, payés, armés et fournis en femmes parmi les dizaines de milliers d’esclaves sexuelles qui vivent dans l’angoisse et la terreur, sous l’emprise de la CIA et de ses groupes sœurs terroristes qui, de plus en plus, reconnaissent qu’ISIS et tout autre groupe terroriste sur la planète leur appartiennent.

 

Ils sont appelés « acteurs non étatiques » armés (ANSA Armed Non State Actors) et sont catalogués par l’Appel de Genève, un groupe suisse qui vit dans le déni capiteux de la réalité de notre temps. Donc ANSA, ce sont les armées de substitution qui agissent comme agents de déstabilisation au nom de la criminalité mondiale organisée, également connue sous le nom de «l’économie mondiale. »

Ce que nous traitons aujourd’hui est la composante sexuelle de cette « guerre pas chère » et comment la biologie humaine rend tout cela si facile. Ce n’est pas un secret que les jeunes hommes sont vulnérables aux mauvaises décisions. Chez les hommes, des scientifiques sociaux disent que le cortex cérébral de l’homme ne se développe pas correctement jusqu’à la trentaine.

Lorsque vous ajoutez à cela certains principes de l’Islam, comme la diabolisation de la sexualité en dehors du mariage, et les nombreuses interprétations controversées du Coran [1] qui, selon les wahhabites talmudistes saoudiens,  permettent aux djihadistes le viol de leur vivant, et après leur trépas, et s’ils se font kamikazes, 72 vierges houris au paradis [1]. Ainsi, ce puissant message, relayé par les médias et les mosquées qui parsèment le monde, financés par les Saoudiens, alors vous avez créé un puissant message qui motive des millions de jeunes musulmans ultra frustrés sexuellement. En outre, le taux de natalité élevé dans  les pays islamiques, aux économies en ruine, exacerbe le problème, et encourage ces pays, comme la Tunisie [2], à fermer les yeux sur ces nouveaux « postes d’emploi » en Syrie, en Libye, en Irak, et en Europe.

Ajoutez à cela le fait que, pour ces jeunes musulmans désargentés, le sexe hors mariage est pratiquement impossible, et que pour pouvoir se marier, il faut disposer d’un revenu, donc d’un boulot qu’ils n’ont pas, et vous voyez que le pauvre jeune ne peut qu’être attiré par le sexe offert par la CIA et puis, en cas de mort kamikaze, par Allah, selon les doctes saoudiens.

Placez quelques I-Phones autour, chargez des médias sociaux avec des histoires de parties de sexe à Alep, Manjib ou Mossoul, des chèques de paie saoudiens envoyés aux familles nécessiteuses, aux élites islamistes et aux imams des mosquées, vantez la guerre héroïque contre les athées, les juifs et les croisés (alors qu’en réalité, les djihadistes vont se battre pour le bénéfice exclusif de ces « juifs et ces croisés »), et vous comprenez que , non seulement  le recrutement de djihadistes est ultra facile, mais que, dans certains cas, comme en Tunisie, on prend les plus méritants parmi les trop nombreuses candidatures. Ils ne savent pas qu’ils travaillent pour Israël ou Washington, Londres ou Paris, car ils sont tous du même moule : politiquement incultes, intellectuellement limités, psychologiquement malades.

Derrière tout cela, il y a un mécanisme de support qui contrôle les aéroports du monde grâce à des entreprises comme ICTS d’Israël (que nous avons déjà rencontré dans les attentats sous faux drapeau à Paris et à Bruxelles) [3]  et les bases de données mondiales des terroristes qui semblent autoriser seulement les terroristes de se déplacer sans être interrogé, et il vient tous ensemble.

Toute ce système est aussi aidé par l’ONU et par un nombre infini d’Organisations Non Gouvernementales, qui fournissent la formation, le transport, les soins médicaux, la nourriture et, bien sûr, les plus belles armes de haute technologie possibles, les meilleurs missiles, fusils de sniper, renseignement par satellite, les F16 en l’air comme couverture et des diplomates occidentaux fournissant subterfuge nécessaire.

Il n’y aurait pas de terrorisme, pas de « guerre pas chère » sans ces œuvres de bienfaisance fictives, et la plupart des organismes de bienfaisance, surtout « islamiques » ne sont que cela.

—————————————————————————————-

[Note de l’éditeur: VT (Veterans Today) a longtemps éditorialisé sur la facilité avec laquelle les djihadistes peuvent se déplacer dans le monde entier, entrant et sortant à leur guise des zones de conflit, comme s’ils disposaient, chacun, d’un tapis magique offert discrètement par une ONG extra terrestre. Pour les autres quidams comme nous, une surveillance constante nous est imposée…

Autre exemple : Boko Haram est miraculeusement capable de sécuriser l’utilisation des téléphones par satellite, ce qui très difficile à obtenir sans l’assistance de grands spécialistes et sans un calendrier de paiement traçable, alors que, normalement, l’utilisation d’un tel téléphone devrait attirer un drone tueur aussi sûrement que la merde attire les mouches. N’étant pas suicidaires, les terroristes de Boko Haram ont donc des garanties de ne pas se faire attaquer par les possesseurs de drones en Afrique: les Américains et le Français.

Et pourtant, nous ne trouvons personne dans les Services de Renseignement, les médias d’investigation, ou dans la politique qui soit un tout petit peu curieux au sujet de ces « anomalies » en dépit de leur clignotement aussi visible qu’une lampe au néon dans une nuit noire au Sahara. Lorsque nous interrogeons les professionnels à ce sujet, ils vous donnent l’impression que cette question n’a jamais hanté leur esprit auparavant.

C’est comme s’ils avaient, dans leur ADN, un instinct  de survie  activé sur « no go », et qui les rend sourds, muets, aveugles et stupides, lorsqu’ils savent qu’il est de leur intérêt d’être ainsi. Cet échec, cet échec orchestré de ne pas poser les bonnes questions est gravé dans le bronze de l’histoire de ce canular qu’on appelle  « guerre contre le terrorisme ».

Jim W. Dean

 Source : NEO – The CIA Sex Mercenary Army

via: http://vilistia.org/archives/12163


En savoir plus sur 

http://reseauinternational.net/la-cia-et-son-armee-de-mercenaires-du-sexe/#joMHM1oqkeyt4Alt.99

Lire la suite

Pour l’amiral Debray, si des accords stratégiques sont possibles, l’OTAN est une force d’occupation

29 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #L'armée française, #la liberté

Pour l’amiral Debray, si des accords stratégiques sont possibles, l’OTAN est une force d’occupation

27 juin 2016,

Pour l’amiral Debray, si des accords stratégiques sont possibles, l’OTAN est une force d’occupation

Pour l’amiral Debray, si des accords stratégiques sont possibles, l’OTAN est une force d’occupation

Le Brexit, s’il est respecté, pourrait aussi bouleverser l’UE en termes militaires, explique l’amiral Debray à RT France, confiant sa vision de la sécurité en Europe, l’hégémonie américaine et l’impératif, pour un pays, d’être maître de sa défense.

Pour l'amiral Debray, le Brexit aura bien évidemment des conséquences militaires, même si le Royaume-uni est dans l'OTAN et que tous les tenants de l'UE font semblant de ne pas savoir que leur défense dépend de cette dernière.

Face au Brexit, selon lui, «il faudra revoir la façon dont les membres de l'Union européenne considèrent leur Défense». Si l'on en croit sa vision, une telle remise en question est plus que nécessaire. 

Le choix britannique sera-t-il respecté ?

Néanmoins, établissant un parallèle entre le référendum sur le Brexit et celui sur la constitution européenne de 2005 lors duquel la France et les Pays-Bas avaient voté contre mais avaient été ignorés par l'Union européenne, l'amiral se veut réaliste :

 

«Le choix des Français et des Néerlandais a été complètement contourné par la suite et aujourd'hui, il n'en reste absolument rien. Le traité de Lisbonne a obligé la France à admettre tout ce que le peuple français avait refusé.

On peut alors imaginer que le vote [du jeudi 23 juin] n'aura pas de grandes conséquences. Je souhaite que les Britanniques ne soient pas floués par leurs dirigeants, comme les Français l'ont été par les leurs.»

L'ombre américaine

Dans une vision très gaullienne, l'amiral lie intimement la question de la relation du Royaume-Uni à l'UE à celle de son appartenance à l'OTAN : 

«Depuis les origines de la construction européenne, les Etats-Unis ont tout fait pour faire [de l'Europe] un fournisseur de supplétifs, pour que les Etats-Unis fassent la politique de Défense et que les pays européens fournissent les contingents de tirailleurs qui iraient à la boucherie s'il le faut.» 

Se laisser occuper par des forces armées étrangères en temps de paix n'est pas excusable

Le Brexit serait donc une épine dans le pied des Etats-Unis, qui cherchent à l'heure actuelle à renforcer l'OTAN en Europe, dans un processus que l'amiral voit affecter la France :  

«C'est tout à fait possible que la France accueille bientôt de nouveau des bases de l'OTAN sur son territoire. C'est possible depuis que notre président a commencé à engager des conversations avec l'OTAN pour qu'on revienne sur ce qui avait été fait du temps du Général de Gaulle en 1966, lorsque la France a fait sortir de son territoire tous les contingents étrangers qui n'avaient rien à y faire.

Avoir des accords avec des Etats étrangers est absolument concevable, mais se laisser occuper par des forces armées étrangères en temps de paix n'est pas excusable. C'est un travail qui a été commencé avec Jacques Chirac, qui a été poursuivi sous Nicolas Sarkozy et qui est en train d'être achevé par François Hollande. Une nouvelle fois, les élites se moquent de l'intérêt supérieur de la patrie et du vote de leurs citoyens.

Le peuple, on ne lui demande pas son avis. On ne lui a demandé son avis ni lorsque le service national a été supprimé, ni lorsqu'il a refusé la constitution européenne. Il n'y a rien de nouveau. Dès la création de la Communauté européenne de Défense (CED), qui est un projet des européens d'alors et des Américains de toujours, le projet était de réarmer l'Allemagne et d'utiliser les nations composées de pays membres de l'UE pour les mettre au service d'une politique de défense étrangère, celle de l'impérium américain.» 

France de 2016, France de 1946 : même combat ?

L'amiral Debray a pu appeler à la constitution d'un nouveau CNR, ou Comité National de la Résistance, organe qui coordonnait la résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale. Car, selon lui :

«Aujourd'hui la France n'est plus menacée par les divisions blindées de Hitler, mais par la volonté d'hégémonie des Etats-Unis.

Lorsque vous voyez que l'Union européenne - qui était une union économique, et qui est aujourd'hui une union sans adjectif qualificatif - condamne la France parce qu'il n'y pas de syndicat dans l'armée française... Qui commande quoi, en France ?

Un pays doit avoir la volonté de se doter de ses propres moyens de défense, voilà ma conviction.» 

Alors que le Premier ministre Manuel Valls a déclaré l'état d'urgence, que le plan vigipirate est à son niveau maximum et que la présence de soldats se fait plus que jamais sentir, les propos de l'amiral pourraient surprendre. Il est pourtant catégorique. 

«Il n'y a pas de militarisation en France depuis qu'on a supprimé le service national. Cela ne me concerne plus mais je le regrette profondément.

Le service national est pour moi un service que le France rendait à ses enfants. [...] La république manque aujourd'hui de moyens militaires.» 

Garder le contrôle de la capacité nuclaire, impératif de l'armée française

Mais, au-delà du service militaire, il y a, pour lui, un autre élément primordial à préserver afin que l'Etat protège la souveraineté nationale : le feu nucléaire. 

«L'armée française se porte très mal en grande partie depuis qu'on a supprimé le service national et du fait des diminutions des ressources qu'elle subit. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni, il faut le dire, ont une obsession de contourner la volonté française de disposer de sa propre dissuasion nucléaire. C'est pour eux un objesctif perpétuel : empêcher la France de se remettre au niveau où elle était parvenue à se mettre avec sa force de dissuasion nucléaire.

La France doit pouvoir disposer de ses propres forces armées comme elle le souhaite et refuser de se faire inféoder par quelque organisme supranational que ce soit

Il ne faut pas rêver à la disparition des forces de dissuasion nucléaire. Ni les Russes, ni les Américains, ni Israël, ni l'Inde ou le Pakistan ne se sépareront de leurs armes nucléaires. L'intérêt de [cette] arme est justement de ne pas être employée. Elle agit par la menace de son emploi, en arme justement dissuasive.

Il faut donc qu'elle existe, qu'elle soit en bon état et que nous la maîtrisions complètement. La force nucléaire française existe toujours et elle est en bon état [...] La défense doit être nationale et une défense nationale ne se traduit pas par une armée commune avec d'autres pays. La France doit son statut de membre permanent au conseil de sécurité de l'ONU à sa capacité nucléaire. Il faut que nos dirigeants en soient conscients.»

Les conflits par nations interposées

Garder le contrôle est d'autant plus essentiel, pour lui, que le monde de la guerre évolue et que la France semble se faire entraîner vers des terrains bien éloignés de ses propres intérêts.

Qu'il s'agisse de privatisation...

«Le monde évolue, demain il ne sera plus celui qu'il était hier. Les conflits qui se présentent ne ressemblent pas à ceux que nous commémorons cent ans après Verdun, mais certaines caractéristiques me gênent énormément.

Les sociétés militaires privées ? C'est un oxymore. Un état ne doit pas s'adresser à des gens qui veulent gagner de l'argent en vendant de la sécurité. Le rôle de l'Etat c'est de défendre son peuple et on défend son peuple avec une armée qui dépend de l'Etat et non pas avec des sociétés privées. [...] En France on sous-traite, privatise et externalise dans tous les domaines. Les militaires vont bientôt être formés par des civils.»

... de concurrence d'autres Etats...

«Le Japon est en train de manœuvrer pour avoir une armée alors qu'ils ne sont pas censés en avoir. L'Allemagne, sans rien dire commence à agir à l'extérieur de ses frontières, alors qu'il est écrit noir sur blanc qu'elle ne doit pas le faire.»

... ou de problématique stratégique, la France étant amenée à faire le travail pour d'autres nations :

«On agit par Etats interposés [...] La France est allée bombarder la Libye avec une énorme violence sur ordre des américains - et au mépris d'ailleurs des décisions prises au conseil de sécurité. L'armée française a fort bien rempli sa mission et l'a remplie pratiquement sans pertes, ce qui est totalement à son honneur. Mais on peut se demander quel intérêt avait la république française à entreprendre cette action. Pour le compte de qui avons nous agi ?

La France est allée bombarder la Libye avec une énorme violence sur ordre des américains et au mépris des décisions prises au conseil de sécurité

Contrairement à la Libye, dans le cœur de l'Afrique, la France a des raisons d’intervenir pour le bien des populations avec lesquelles nous avons des accords depuis de nombreuses années, au Mali, en Centrafrique, au Congo-Brazzaville [République du Congo]...

C'est là que les populations ont besoin de notre appui. Nous ne pouvons refuser de leur apporter notre soutien militaire sous prétexte que les Etats-Unis dans des guerres qui ne nous concernent pas. C'est une question de souveraineté nationale et celle-ci ne passe que par une armée qui obéit uniquement à la volonté des responsables nationaux.»

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Lire la suite

Ferme mise au point du Dr Bashar Ja'afari, représentant permanent de la République arabe syrienne aux Nations unies, (ambassadeur syrien à l'ONU), le 24 septembre 2016.

29 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #La Russie, #Europe supranationale, #L'OTAN., #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Terrorisme, #Daesch, #Politique étrangère

Bonjour.

Je vous invite à regarder attentivement la vidéo du Dr Bashar Ja’afari, représentant permanent de la République arabe syrienne aux Nations unies, le samedi 24 septembre 2016.

Quelques vérités qu'il est bon de dire en langage direct afin que le bon peuple puisse entendre un autre son de cloche que celui dispensé ad nauseam par les grands média entièrement au service de la propagande officielle dispensée par le gouvernement étasunien.

Bien entendu nombre de personnes imbibées par cette déferlante médiatique occidentale ne pourront pas s'en dégager facilement. Certaines auront l'intime conviction que ce message est un énième contre-feu des partisans de Poutine et du boucher Bachar El Assad qui massacre son peuple sans état d'âme pour favoriser l'implantation de Daesh en Syrie, (propagande quand tu nous tient !).

A ce stade on ne peut rien faire contre les idiots utiles de l'axe du bien, entièrement contaminés par la doxa de l'Empire anglo-saxon.

Par contre, pour les quelques ceux pour qui l'analyse critique signifie encore quelque chose, pour les cartésiens qui osent encore poser un problème et l'examiner sous ses différents angles (thèse, antithèse, synthèse), pour ces amoureux de la liberté et de la raison, cette mise au point du diplomate syrien est peut-être l'occasion de remettre en cause les affirmations dévoyées de la coalition internationale.

Le pari de la raison et de l'intelligence est toujours porteur. En effet, lorsqu'une personne prend conscience des manipulations dont nous sommes l'objet, elle est vaccinée définitivement contre les mensonges.

Après la vidéo, je joindrai les interventions du Dr Bashar Ja'afari à l’ONU. Séance du mercredi 21 septembre 2016 et séance extraordinaire du dimanche 25 septembre 2016 convoquée par la France, l'Angleterre et les Etats-Unis.

Je joindrai également une analyse de Richard Labévière.

(Le 29 août 2008, Christine Ockrent, directrice de l’information de l’audiovisuel extérieur, épouse du ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner, a prononcé le licenciement de Richard Labévière, rédacteur-en-chef à Radio France Internationale (RFI). Pour plus d’informations : Pour plus d’informations : Pourquoi les époux Kouchner veulent-ils la tête de Richard Labévière ?)

Bien cordialement

Lucien Pons

Ferme mise au point du Dr Bashar Ja'afari, représentant permanent de la République arabe syrienne aux Nations unies, (ambassadeur syrien à l'ONU), le 24 septembre 2016 (sous titre Français).

Syrie : Nous sommes passés
d’une guerre par procuration à une vraie guerre !
Par Bachar al-Jaafari

jeudi 29 septembre 2016, par Comité Valmy

Syrie : Nous sommes passés
d’une guerre par procuration à une vraie guerre !

Ce 21 septembre lors d’une énième session du Conseil de sécurité de l’ONU sur la situation en Syrie, Ban Ki-moon aurait déclaré :

« C’est l’occasion de rétablir la cessation des hostilités, faciliter l’aide humanitaire à Alep et dans tout le pays, maintenir au sol la force aérienne syrienne et voir une action militaire conjointe contre les groupes terroristes tels que Daech et Al Nosra… cela permettrait d’ouvrir la voie vers des négociations politiques » [*].


Maintenir au sol la force aérienne syrienne ! Pour quoi faire, sinon légitimer les mensonges, la cruauté et la rapacité de ses donneurs d’ordre ?

Pour mémoire, voici la réponse du Docteur Bachar al-Jaafari, délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies [NdT].


Mesdames et Messieurs,

Nous sommes réunis dans cette salle alors qu’au dehors nombre de manifestants sur la 47ème rue exigent que certains membres de ce Conseil ne touchent plus à la Syrie [Hands off Syria !], cessent leurs frappes et arrêtent de soutenir les organisations terroristes ; de telles manifestations ayant lieu dans plusieurs villes américaines, en Californie et ailleurs.

 

Monsieur le Président,

Cette importante séance du Conseil de sécurité sur la situation en mon pays se tient à un moment extrêmement sensible où nous constatons de dangereux déséquilibres contredisant les signaux indicateurs d’un dénouement positif la semaine passée.

Ceci, à cause des dérobades des États-Unis à l’accord conclu avec la Fédération de Russie, le 9 septembre dernier, et de leur absence de volonté d’obliger les organisations terroristes soutenues par ladite « Coalition internationale » à le respecter, en notant au passage que le caractère prétendument international de cette coalition ne correspond pas à la réalité des faits, étant donné qu’elle s’est constituée en dehors du cadre de la légalité internationale, sans résolution du Conseil de sécurité et sans consultations préalables de la partie concernée ; en l’occurrence, le Gouvernement de la République arabe syrienne.

Ce qui nous rappelle d’autres « coalitions destructrices », évoquées par certains intervenants que nous remercions, lesquelles coalitions n’ont engendré que des catastrophes sur des États, comme l’Irak, la Libye et le Yémen.

 

Mesdames et Messieurs,

Il y a deux ans, quand l’Administration américaine a programmé son ingérence militaire aérienne unilatérale sur mon pays, les responsables américains sont venus nous trouver pour nous signifier l’engagement de Washington à ne pas cibler l’Armée syrienne et les infrastructures vitales du pays, assurant qu’ils ne s’en prendraient qu’aux terroristes de Daech. Ce sont là des paroles qui m’ont été confiées par la déléguée permanente des USA auprès des Nations Unies, au nom de son gouvernement, et que j’ai transmises à mon gouvernement.

Mais voilà que deux ans plus tard, les responsables américains oublient les engagements et les promesses faites au nom de leur pays, et que l’aviation américaine frappe les bases de l’Armée syrienne ainsi que les infrastructures du pays, après avoir déployé ses soldats sur le territoire syrien.

L’agression militaire américaine à l’est de notre pays, l’agression turque au nord et l’agression israélienne au sud signifient clairement que nous sommes passés de l’étape d’une guerre par procuration à celle d’une vraie guerre.

Mon pays avait accueilli favorablement les déclarations russo-américaines du 9 septembre, lesquelles soutenaient explicitement que les deux parties avaient réussi à trouver un accord concernant la lutte contre Daech et le Front al-Nosra, quel que soit le nom qu’ils se donnent ; un accord conclu à la connaissance et avec le consentement du gouvernement syrien.

Il n’empêche que la Communauté internationale, représentée par ce Conseil, est restée de marbre sans exprimer, ne serait-ce que par un bref communiqué, le moindre blâme ou inquiétude devant l’immense choc provoqué par l’agression barbare et injustifiée de l’aviation militaire des USA, de la Grande Bretagne, de l’Australie et du Danemark sur des positions de l’Armée syrienne, laquelle se battait contre l’organisation terroriste Daech sur le mont de Tharda autour de l’aéroport de Deir ez-zor.

Aucune condamnation et pas le moindre blâme face à cette agression caractérisée contre des unités de l’Armée syrienne, pourtant connues pour défendre depuis deux ans des dizaines de milliers de civils assiégés par Daech à l’intérieur de cette ville, avec pour résultat la mort de dizaines de soldats et d’officiers syriens : 82 martyrs et plus d’une centaine de blessés.

Une agression qui a duré cinquante minutes… cinquante minutes de frappes, précédées par le survol de drones ayant analysé la zone pendant deux jours.

Une agression qui a ouvert la route aux terroristes de Daech pour occuper ces positions militaires volontairement ciblées, avant que l’Armée syrienne ne réussisse à les reprendre.

Pire encore, ces soldats et officiers de notre Armée ont dû subir un deuxième tour de frappes aériennes par drones de combats, alors qu’ils se retiraient de leurs positions sur le mont de Tharda.

Avant cette agression délibérée, le gouvernement de mon pays accordait une grande importance à la séparation entre les diverses organisations armées conformément au contenu de la Déclaration de Vienne 2, du 14 novembre 2015, quant à la définition de qui était terroriste et qui ne l’était pas, qui était opposant et qui ne l’était pas. Désormais, il faut croire que dix mois n’ont pas suffi à l’identification des indices de cette embarrassante énigme, d’autant plus que certains semblent avoir été frappés d’un Alzheimer précoce.

Dans ce même contexte, Damas attendait que Washington respecte ses engagements consistant à mettre un terme aux agissements des régimes de certains États impliqués dans le soutien du terrorisme politiquement, médiatiquement, logistiquement, financièrement et idéologiquement. Nous attendions aussi que cesse l’afflux des terroristes et des armes à travers les frontières de pays voisins et que cesse l’utilisation du terrorisme comme arme de chantage politique.

 

Monsieur le Président,

Les avions de reconnaissance et les satellites espions américains, ainsi que tous les Services du renseignement de ladite Coalition internationale, n’ont pas réussi à distinguer entre Daech et ceux qui combattent Daech. Ce qui n’est pas étonnant puisqu’ils auraient échoué, depuis de longues années, à repérer les milliers de terroristes étrangers exportés en Syrie et en Irak à partir de différents pays ; sujet évoqué par le Premier ministre espagnol que nous remercions.

Ils ont échoué à repérer des éléments terroristes étrangers infiltrés en Syrie à travers notre frontière avec la Turquie et d’autres pays voisins, comme ils ont échoué à repérer les convois de véhicules armés et les milliers de terroristes de l’organisation Daech, partis de leurs bases irakiennes pour un long périple de deux cents kilomètres, en plein désert syrien, en direction de Palmyre.

Comme ils ont échoué à repérer les milliers de camions acheminant le pétrole syrien volé, vers la Turquie, avant de le vendre à Israël pour financer les opérations terroristes de Daech.

Comme ils ont échoué à mettre fin au financement et à l’armement des organisations terroristes, bien qu’ils connaissent la source du moindre dollar encaissé par Daech, le Front al-Nosra et autres organisations qui leur sont étroitement liées.

En revanche, leur grand succès a consisté en la fabrication d’accusations mensongères, d’événements falsifiés, de rapports politisés et de films frelatés dans le but de diaboliser le gouvernement syrien et ses alliés.

Le plus étonnant est d’entendre le ministre américain des Affaires étrangères se fonder sur le témoignage d’un « témoin oculaire » qui aurait remarqué la présence d’engins volants au dessus du convoi d’aide humanitaire détruit hier, [le 20 septembre], par des frappes aériennes. Cet unique témoignage d’un témoin issu de ladite opposition syrienne, génétiquement modifiée en opposition armée « modérée », a suffi à Monsieur Kerry pour étayer ses accusations impliquant la Syrie et la Russie !

D’où la question : est-il possible qu’une seule personne ait pu remarquer la présence d’avions de combat dans le ciel d’une région peuplée par des centaines de milliers de personnes, devenues toutes aveugles à ce moment précis ?

D’ailleurs, ce problème des « témoins oculaires » suscite désormais beaucoup d’ironie, notamment si l’on se souvient que le gouvernement syrien a été accusé d’avoir utilisé des armes chimiques sur la foi d’un témoin oculaire, toujours issu de ladite opposition modérée génétiquement modifiée, lequel a déclaré avoir aperçu un hélicoptère lancer quelque chose qui s’est transformé en fumée orange. Là aussi, un seul de ces témoins a suffi pour en arriver à incriminer le gouvernement syrien, comme si personne ne disposait d’hélicoptères dans la zone concernée, ni l’armée turque, ni l’armée américaine, ni même les terroristes ayant notoirement volé quelques hélicoptères des aéroports syriens.

Pour rafraîchir la mémoire des États membres de ce Conseil je rappellerai quelques incidents qualifiés d’« erreurs » par les responsables américains, qualification qui insulte notre intelligence et suggère qu’apparemment les États-Unis ne tirent pas les leçons de leurs erreurs.

Ainsi, les Forces américaines se sont trompées, plusieurs fois, depuis la formation de ladite « Coalition internationale » ; laquelle a bombardé, par erreur, une école primaire pour enfants sourds et muets à Raqqa ; a balancé, par erreur, des armes, des grenades à main et des missiles tombés entre les mains de Daech à Aïn al-Arab ; a tué, par erreur, des civils syriens près de la ville de Raqqa sous prétexte d’avoir voulu détruire une usine de fabrication d’armes dépendant de Daech.

Et puis, les avions américains et français ont commis une grosse erreur lorsque leur raid s’est soldé par la mort de deux cents civils dans la ville de Manbej, près d’Alep ; Alep, sur laquelle vient de pleurer l’un d’entre eux, ses avions ayant frappé et tué, par erreur, les deux cents civils de Manbej.

 

Monsieur le Président,

Les dernières accusations calomnieuses portées contre le gouvernement de mon pays et de ses alliés, tous engagés dans la guerre contre le terrorisme, pour leur imputer la responsabilité de la destruction du convoi d’aide humanitaire près d’Alep, sont arrivées dans le sillage d’une guerre médiatique sans précédent et d’une sale politique, menées par des parties bien identifiées, lesquelles continuent à exploiter les souffrances du peuple syrien dans le seul but de nourrir une propagande médiocre et un chantage politique odieux censés concrétiser leurs propres calendriers. Faisant fi du prix exorbitant payé par le peuple syrien, elles sont déterminées à prolonger la crise et à torpiller tout espoir d’une solution qui serait incompatible avec leurs agendas politiques.

Dès l’annonce de l’accord russo-américain et avant même sa mise en exécution, mon pays a prévenu et continue à mettre en garde contre les velléités de certaines forces régionales cherchant à torpiller cet accord.

À cet effet, il a alerté le Conseil de sécurité pour qu’il prête son attention aux agressions israéliennes caractérisées sur le territoire syrien tout au long des semaines passées, avec une fréquence dangereusement accrue depuis que l’accord russo-américain a révélé que les deux parties s’était entendues pour mener la guerre contre le Front al-Nosra au même titre que d’autres organisations terroristes, dont le Liwa’ chouhada’ al-Yarmouk.

Des agressions couvertes par le terrible silence du Département des Opérations de Maintien de la Paix [DOMP ou DPKO], en dépit d’une dizaine de lettres que nous avons adressées à son Secrétaire général et à vous-même, concernant le soutien d’Israël aux terroristes du Front al-Nosra sur la ligne de séparation au Golan et les soins prodigués aux blessés de cette organisation dans les hôpitaux israéliens.

 

Par ailleurs, j’attire l’attention du Conseil de sécurité sur les opérations guerrières illégales menées par les forces aériennes et terrestres de la Turquie en territoire syrien, sous prétexte de frapper Daech et sans coordination avec le gouvernement syrien ou la direction des opérations russe ; ce qui constitue en soi un « crime d’agression » selon la Charte des Nations Unies, le Droit international et les principes du Conseil de sécurité.

 

Monsieur le Président,

Mon pays est disposé à poursuivre le dialogue entre Syriens, sans conditions préalables, conformément aux résolutions, accords et principes fixés dès le départ en faveur d’une solution politique décidée par les seuls Syriens et sans ingérence étrangère. Je souligne en rouge un million de fois « par les seuls Syriens et sans ingérence étrangère ».

Une solution qui fera qu’ils décideront de leurs choix et de leur avenir sous direction syrienne, avec la volonté de préserver la souveraineté, l’unité et l’intégrité de la Syrie. Nous ne permettrons jamais que notre pays soit transformé en une autre Libye ou un autre Irak. Jamais !

À ce sujet, nous affirmons que tout processus politique en Syrie nécessite l’entière coopération et l’entière coordination avec le gouvernement syrien, en sa qualité de partenaire fondamental à tout point de vue et dans tous les dossiers en rapport avec ce processus.

Car, aucun comité, aucune réunion, aucun congrès prétendant aboutir à une solution de ladite crise syrienne ne peuvent réussir tant que certaines parties prenantes travaillent, volontairement ou involontairement, à soustraire le gouvernement syrien, à semer le doute sur sa réelle coopération avec les Nations Unies, à dénigrer le succès des ses efforts de réconciliations nationales fondées sur l’engagement volontaire des individus armés à abandonner leurs armes avant règlement de leur situation par une amnistie et, sinon, sur l’acheminement des récalcitrants vers d’autres zones pour assurer le retour à une vie normale dans les régions qu’ils quittent, et permettre aux institutions étatiques de réparer et de reconstruire dans le cadre de leurs missions respectives.

 

Monsieur le Président,

Je terminerai par une question. Est-il concevable que des centaines de groupes armés avec des dizaines de milliers de terroristes soient capables de mener, pendant plus de cinq ans, un tel terrorisme contre le gouvernement, le peuple, l’Armée et les infrastructures de mon pays, sans soutien de l’étranger ?

N’est-il pas venu le temps que certains admettent cette vérité au lieu d’égarer le monde en soutenant que ce qui se passe en Syrie est une guerre civile ?

 

Merci, Monsieur le Président

 

Dr Bachar al-Jaafari
Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies
21/09/2016

Source : You Tube / Al-Fadaiya TV [Syrie]
https://www.youtube.com/watch ?v=ASxdzUu2yQ8

Transcription et traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

[*] Syrie : Ban Ki-moon met le Conseil de sécurité face à ses responsabilités
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp ?NewsID=38103#.V-bIScnw_3g

Si vous avez une seule capitale,
mon pays en a deux : Damas et Alep !
Par Bachar al-Jaafari

mercredi 28 septembre 2016, par Comité Valmy

Si vous avez une seule capitale,
mon pays en a deux : Damas et Alep !

 

Le Conseil de sécurité s’est réuni ce dimanche, 25 septembre, à la demande des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de la France. Inutile de relayer les discours des représentants de ces trois pays, les médias aux ordres des meneurs de la prétendue Coalition internationale de lutte contre le terrorisme se sont, très lourdement, chargés de la besogne.

Les trois délégations des diplomates américains, anglais et français, sont donc venus solidaires, ont parlé d’une même voix, puis se sont précipités pour quitter la salle dès l’intervention du représentant permanent de la Syrie auprès des Nations Unies.

Par conséquent, ils n’ont pas écouté ce que le Dr Bachar al-Jaafari avait à leur dire, à moins qu’ils n’aient jugé en avoir suffisamment entendu lors de la session précédente [*], réunie dans la même urgence quatre jours auparavant, le 21 septembre.

Après avoir retrouvé la vidéo, introuvable sur les sites officiels, et avoir éliminé ce qu’ils auraient pu considérer comme des redites, le Dr Bachar al-jaafari avait au moins une information excessivement importante à leur offrir et dont il faudra nous souvenir, au cas où… [NdT].

Monsieur le Président

L’un des collègues parmi les représentants des trois États ayant appelé à la tenue de cette session, le délégué permanent de la Grande Bretagne auprès de l’ONU, a parlé de mon pays, disant : « La Syrie est brisée et sur le point de mourir ». J’aimerais le rassurer, mon pays n’est pas brisé et ne rompra pas. Ce sont là des paroles qui évoquent Satan rêvant de posséder le paradis, rien que des rêves, et c’est un discours sans commune mesure avec le poids d’un État membre permanent du Conseil de sécurité.

Quant aux trois délégués réunis, ils sont apparus comme s’ils avaient redécouvert la roue, pointant du doigt le gouvernement syrien qui tenterait de reprendre Alep !

Imaginez cette formidable découverte par ces trois membres permanents du Conseil de sécurité, comme si Alep était une ville de Djibouti, d’Afghanistan ou du Brésil. Je les rassurerai aussi. Le gouvernement syrien reprendra Alep, car si les États membres de cette organisation internationale ont une seule capitale, mon pays en a deux : Damas et Alep.

 

Monsieur le Président,

Si Shakespeare et les pionniers du théâtre de l’absurde, Jean Genet, Adamov, Kafka, Kierkegaard, Georges Schehadé, revenaient à la vie, ils nous offriraient des œuvres d’une absurdité encore plus merveilleuse qu’à l’époque, car contrairement au Roi Lear, ils n’ont pas eu à entendre autant de mensonges et d’hypocrisies. C’est dire qu’aujourd’hui le meurtrier a rejoint le cortège funèbre de sa victime et a versé ses larmes de crocodile.

Les trois États ayant demandé la tenue de cette session d’aujourd’hui, ont fait échouer, par treize fois, l’adoption d’une décision présidentielle condamnant les attentats terroristes par voitures et ceintures piégées, ou les frappes « par erreur » de leurs forces aériennes ayant tué des civils et des militaires syriens. Treize fois ! Et naturellement, ils ont empêché les tentatives de nos amis pour l’adoption, par ce Conseil, de résolutions condamnant le terrorisme qui sévit en Syrie.

Mais lorsqu’un terroriste français du nom de Mohamed Merah s’en prend à Toulouse, les Forces d’élite françaises le tuent de 300 balles…300 balles… et ils ont bien fait. Mais nul n’a entendu d’autres pays, ou nous-mêmes, qualifier ce terroriste français d’« opposant armé modéré ». Tel est aussi notre comportement à l’égard des terroristes actifs aux États-Unis et ailleurs.

Même si l’Espagne renonçait au Pays basque, la France à la Corse, la Grande Bretagne à l’Écosse, les États-Unis à la Californie ou au Texas, le Gouvernement syrien ne renoncera jamais à un seul pouce de notre territoire conformément à la Constitution et aux règles du droit international.

 

Monsieur le Président,

Nous voici de nouveau réunis au sein de ce Conseil à la demande de nombre d’États membres, lesquels tentent de secourir les organisations terroristes armées qu’ils qualifient faussement de « modérées ». Ceci, comme à chaque fois que les signaux indiquent leur déroute sous la pression ininterrompue de l’Armée syrienne et de ses alliés. Ils font semblant d’avoir oublié l’enfant palestinien, Abdallah Issa, égorgé sous vos yeux, par le Mouvement Nour el-Dine al-Zinki, lequel contrôlait avec le Front al-Nosra le camp des réfugiés palestiniens de Handarat à Alep.

Par conséquent, nous pensons que la convocation de cette réunion par ces trois États, membres permanents du Conseil de sécurité, est un message adressé au Front al-Nosra, et autres organisations terroristes apparentées, leur signifiant que leur soutien et leur couverture politique ne sont pas interrompus et ne cesseront pas, et que le terrorisme utilisé comme arme de pression politique sur le gouvernement syrien est toujours en vigueur.

Partant de la responsabilité qui incombe au gouvernement syrien de par la Constitution, tout autant qu’à vos gouvernements, de protéger les citoyens contre les agissements des groupes terroristes, dont nos citoyens à Alep ont tant enduré, une opération militaire a été lancée il y a deux jours par l’Armée syrienne et ses alliés ; autrement dit, à la fin de la prétendue « cessation des hostilités », sept jours après l’échec de ladite trêve [le 12 septembre suite à l’accord russo-américain du 9 septembre ; NdT].

Et, l’Armée syrienne soucieuse de protéger les civils les a invités à s’éloigner des zones de regroupement des terroristes armés dans les quartiers est de la ville, facilitant leur sortie après leur avoir assuré le logement et les nécessités d’une vie digne ; facilités offertes à tous, y compris aux « dupés » qui ont dirigé leurs armes contre l’État. En revanche, les groupes terroristes armés ont continué à empêcher la sortie des civils d’Alep est, dans le but d’en faire des boucliers humains.

Ceci, en sachant que deux millions de citoyens vivent encore à Alep, dont 1 725 000 dans les quartiers contrôlés par l’État et 275 000 restés contraints et forcés à Alep est, contrôlée par le Front al-Nosra et ses alliés.

Mon gouvernement condamne l’usage des armes interdites en vertu du droit international, et affirme que l’ensemble des opérations miliaires menées par l’Armée syrienne et ses alliés respecte la Charte des Nations Unies et reste conforme aux résolutions du Conseil de sécurité concernant la lutte contre le terrorisme.

Dans le même ordre d’idées, mon gouvernement dénonce les accusations mensongères, portées par certains membres de ce Conseil et des hauts fonctionnaires du Secrétariat général, contre l’Armée syrienne et ses alliés quant à leur prétendu usage d’armes internationalement interdites ou d’attaques délibérés contre des civils.

Ce genre de faux témoignages de la part de hauts fonctionnaires du Secrétariat général ramènera cette organisation internationale au triste sort de la Société des Nations. Une telle conduite irresponsable conduira à son échec et à sa faillite.

Il est vraiment étonnant que le Secrétaire général et sa hiérarchie d’assistants s’acharnent à formuler ces fausses accusations fondées sur de faux témoignages, pendant qu’ils continuent à faire mine d’ignorer des faits véridiques concernant l’utilisation, des dizaines de fois, d’armes chimiques contre les civils et les militaires par les groupes armés terroristes, notamment Daech qui a fait main basse sur une usine de fabrication de chlore située à quarante kilomètres d’Alep.

Je viens de recevoir à l’instant des informations excessivement inquiétantes. Elles se résument à dire que les terroristes de la mouvance « Ahrar al-Cham » ont l’intention de mener des attaques au phosphore jaune, pour ensuite accuser l’État syrien de l’avoir utilisé contre les civils. Ils porteront la tenue régulière de l’Armée syrienne et diffuseront photos et vidéos, exactement comme ils ont procédé pour l’enfant « Oumrane » et d’autres victimes de leur terrorisme, afin de nourrir la propagande et vous faire chanter, vous et l’opinion publique internationale. L’essentiel est que ces produits chimiques sont entreposés dans six barils, cachés à une profondeur de douze mètres sous un enfouissement d’ordures au nord de la ville de Sarakeb, elle-même située au nord d’Alep et à vingt kilomètres de Idleb. De plus, le 6 septembre dernier, deux spécialistes américaines ont visité les lieux avant de se rendre en Turquie.

Ce rapport est à la disposition du Conseil de sécurité comme les dizaines de lettres concernant l’utilisation d’armes chimiques par les groupes terroristes en mon pays, que nous vous avons transmises.

 

[…]

Monsieur le Président,

Tous doivent réaliser que la véritable guerre contre le terrorisme n’a pas encore commencé et que la victoire de la Syrie et de ses alliés est devant nous. C’est inévitable. Cette victoire versera dans l’intérêt des résolutions adoptées par ce Conseil pour la lutte contre le terrorisme et la paix du monde.

Je voudrais terminer en vous signalant qu’aujourd’hui, les Forces aériennes syriennes ont parachuté des aides aux habitants de la ville de Deir ez-Zor, laquelle est désormais la victime de Daech, depuis que les Forces aériennes américaines ont frappé les positions de l’Armée syrienne protégeant cette ville.

Quant aux terroristes invités aux réunions de Genève, lesquels ont été écartés après les réunions précédentes parce que tout le monde s’est rendu compte qu’ils étaient des terroristes, il faut savoir que le gouvernement syrien se rendra à Genève, mais pour un dialogue entre Syriens et non pour un dialogue entre Syriens et terroristes.

C’est pourquoi nous aurions besoin que l’Émissaire spécial de l’ONU réunisse « toutes les oppositions » en une délégation unique, laquelle pourrait alors négocier avec la délégation de la République arabe syrienne. Nous ne sommes pas disposés à négocier avec des terroristes, ni avec les centaines de factions terroristes armées et génétiquement modifiées pour la circonstance.

En tant que gouvernement, nous sommes prêts à dialoguer avec une délégation unique d’opposants patriotes qui veulent une solution entre Syriens, sans aucune ingérence étrangère. Car nous ne considérons absolument pas que tous les opposants et toutes les oppositions sont des terroristes, comme l’a suggéré Monsieur l’Émissaire spécial. Nous voulons dialoguer avec ceux qui ont foi en notre pays et en leur identité syrienne.

J’affirme, encore une fois, que le gouvernement de la République arabe syrienne est toujours disposé à retourner à Genève pour poursuivre le dialogue, mais pas un dialogue avec des aveugles, des sourds ou des muets. Nous voulons poursuivre le dialogue avec des Syriens patriotes, comme nous ; des Syriens qui ne travaillent pas pour des agendas étrangers et qui ne logent pas dans les hôtels cinq étoiles, encaissant leurs salaires de mains étrangères qui les utilisent pour exécuter leurs basses besognes.

 

Merci, Monsieur le Président.

 

Dr Bachar al-Jaafari
Délégué permanent de la Syrie auprès des Nations Unies
25/09/2016

Source : Vidéo / Al-Fadaiya [Syrie]
https://www.facebook.com/seyasi/videos/1140445206031495/

Transcription et traduction par Mouna Alno-Nakhal

[*] Nous sommes passés d’une guerre par procuration à une vraie guerre !
http://www.comite-valmy.org/spip.php ?article7633

ALAIN ET FRANCOIS : CA SUFFIT !
par Richard Labévière

mercredi 28 septembre 2016, par Comité Valmy

ALAIN ET FRANCOIS : CA SUFFIT !

La fondation « interconfessionnelle » The Appeal of Conscience, basée à New York, a annoncé mercredi dernier, que François Hollande était le lauréat de son prix « Homme d’Etat mondial » 2016. Dans un communiqué, cette fondation, jusque-là injustement méconnue, précise que son prix « honore les dirigeants qui soutiennent la paix et la liberté, par la promotion de la tolérance, la dignité humaine et les droits de l’homme, en défendant ces causes dans leur pays et en travaillant avec d’autres dirigeants mondiaux pour bâtir un avenir meilleur pour tous ». François Hollande a reçu ce prix des mains d’Henry Kissinger (ancien secrétaire d’Etat de Richard Nixon), ancien prix Nobel de la paix.

 

Les lauréats précédents sont : David Cameron (2015), le président mexicain Enrique Pena Nieto (2014), le président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono (2013) et le premier ministre du Canada Stephen Harper (2012), autant de grands humanistes ! En 2009, Muhtar Kent, le président de Coca-Cola et Bernard Arnault, le président de LVMH, ont reçu « l’appel de 2009 Conscience Award », d’autres humanistes mondiaux !

 

Cette étrange fondation américaine qui se définit comme « un partenariat interconfessionnel de chefs d’entreprise et spirituelles de toutes confessions », a été fondée par Arthur Schneier en 1965. D’origine autrichienne, Arthur Schneier a été le rabbin principal de New York City (Parc East Synagogue) pendant plus de cinquante ans. En 2001, il est le premier rabbin à avoir reçu la Presidential Citizen Medal des mains du président William Clinton. Pour recevoir sa haute distinction, François Hollande s’était fait accompagner de deux autres grandes consciences mondiales : Bernard-Henri Lévy et Jack Lang… Si cette nouvelle marque de reconnaissance internationale n’a modifié en rien le taux record d’impopularité nationale du président français, elle a certainement conforté ses certitudes avant qu’il ne s’adresse à la 71ème assemblée générale des Nations unies, le 20 septembre.

 

Après les considérations générales d’usage et un appel à mettre en œuvre les dispositions de l’accord de Paris sur le réchauffement climatique, François Hollande a consacré l’essentiel de son propos à la guerre civilo-régionale syrienne : « le dernier appel que je veux lancer ici, et peut-être le plus pathétique, concerne la Syrie. Cette tragédie syrienne sera devant l’Histoire une honte pour la communauté internationale si nous n’y mettons pas fin rapidement. Alep est une ville aujourd’hui martyre qui restera dans la mémoire des Nations comme une ville martyre. Des milliers d’enfants sont écrasés sous les bombes. Des populations entières sont affamées. Des convois humanitaires sont attaqués. Des armes chimiques sont utilisées. Eh bien, je n’ai qu’un seul mot à dire : ça suffit. Comme en février dernier, le cessez-le-feu n’aura tenu que quelques jours. Il aura volé en éclats dès le lendemain de son annonce, sans que l’on n’en connaisse d’ailleurs le contenu. Le régime est responsable de son échec et il ne peut pas s’exonérer des erreurs qui auraient pu être commises par d’autres. Et je dis à ses soutiens étrangers que chacun connait ici, qu’ils doivent forcer la paix, sinon ils porteront avec le régime la responsabilité de la partition et du chaos en Syrie ». Bornons-nous à cinq remarques.

 

1) La honte : c’est le mot juste ! Mais François Hollande peut en revendiquer toute sa part et se rappeler qu’en septembre 2013, il avait pré-positionné des moyens maritimes et aériens pour, justement, bombarder la Syrie. Heureusement, le parlement britannique et le secrétaire d’Etat américain John Kerry ont stoppé cette folie. La honte, effectivement, c’est d’avoir menti aux Français en affirmant inlassablement que Bachar al-Assad était le seul responsable des 300 000 victimes d’une guerre civilo-régionale et internationale qu’il aurait inventée lui-même pour conserver le pouvoir. La honte, c’est d’avoir pris parti unilatéralement pour la rébellion syrienne et armé ses factions salafo-jihadistes dont plusieurs terroristes s’inspireront pour commettre des attentats en France. La honte, c’est de s’être rangé dans le sillage de la diplomatie mortifère de l’Arabie saoudite (démocratie exemplaire), espérant – en retour – de mirifiques contrats évanescents comme les mirages du capitaine Haddock perdu dans le désert… La honte, c’est d’avoir délaissé notre connaissance historique du Levant et rompu avec quarante ans de diplomatie gaullienne au Proche-Orient, abandonnant notre position historique de médiation pour devenir partie liée au conflit aux côtés de Washington, de Tel-Aviv et des ploutocratries pétrolières du Golfe.

 

2) Les enfants : triste réalité ! Toute guerre et à fortiori une guerre civile tue des civils, des femmes et des enfants. Que penser des factions salafo-jihadistes d’Alep – les « glorieux résistants » de la presse occidentale – qui utilisent femmes et enfants comme boucliers humains ? Même si les journalistes du Monde et d’autres crétins de la presse parisienne continuent à parler du « siège » d’Alep et de son « encerclement » par les troupes du « régime de Bachar al-Assad », en quoi est-il illégitime qu’une armée nationale cherchent à reconquérir la totalité de son territoire national ? Quant aux armes chimiques, plusieurs rapports des Nations unies concluent qu’elles ont davantage été utilisées par la rébellion que par l’armée gouvernementale ! Le dernier a été rédigé par des fonctionnaires qui n’ont pas quitté New York et à partir des seuls témoignages de la glorieuse rébellion… Il est assez curieux que ce dossier ressurgisse chaque fois que l’armée syrienne enregistre de nouvelles avancées dans son entreprise de reconquête. Dans le même temps, la soldatesque saoudienne utilise quotidiennement nombre d’armes prohibées par les Conventions de Genève pour détruire le Yémen et ses populations civiles, mais cette autre honte meurtrière n’intéresse visiblement ni François Hollande, ni ses alliés de la Coalition pour la paix en Syrie !

 

3) Les violations du cessez-le-feu : celui-ci a pris un sacré coup avec le bombardement australo-américain de l’aéroport de Deir ez-Zor (sur les rives de l’Euphrate à l’est du pays), le 17 septembre dernier quelques heures seulement après l’instauration du cessez-le-feu. Ce qui a été reconnu par le Pentagone comme une « bavure » a tué quelque 90 soldats syriens… Pourtant, l’ensemble des états-majors occidentaux supervisant l’engagement de leur aviation en Syrie savaient parfaitement que cet aéroport stratégique était bien aux mains de l’armée syrienne. Par ailleurs, quoi de plus normal que les alliés de Damas (russes, iraniens et Hezbollah libanais) continuent à lutter contre Dae’ch et les autres groupes salafo-jihadistes qui occupent la Syrie ? Il faudra qu’un jour les historiens nous expliquent les véritables buts de guerre de la Coalition internationale qui continue à vouloir renverser « le régime de Bachar al-Assad ». Enfin, lorsque François Hollande s’étonne de ne pas connaître le contenu de l’accord de cessez-le-feu, il devrait surtout s’interroger sur ce manque inquiétant qui résulte de la marginalisation de la diplomatie française dans cette guerre comme dans la plupart des dossiers proche-orientaux pour lesquels la voix de la France ne compte plus !

 

4) Le régime syrien responsable : depuis l’été 2011, les Frères musulmans syriens et jordaniens ont encouragé la lutte armée en Syrie. Les bobos de l’opposition syrienne sur Seine, grassement subventionnés par le Qatar, ont popularisé ce soulèvement que l’historien auto-proclamé Jean-Pierre Filiu s’obstine à comparer à la résistance des Brigades internationales contre l’armée de Franco… Dès l’hiver 2011/2012, le conflit s’est généralisé et régionalisé avec un lourd engagement financier et logistique de l’Arabie saoudite se mettant à recruter des mercenaires dans le Caucase et le reste de l’Asie centrale, en Afrique sub-saharienne, au Maghreb, en Europe et tout particulièrement en France. Quelque 300 jihadistes français sont actuellement rentrés de Syrie, mais les services spéciaux de la République, qui n’ont toujours pas le droit de parler à leurs homologues syriens, sont sur les dents. Les propagandistes du romantisme des Brigades internationales ont leur part de responsabilité dans cette menace qui résulte de la « doctrine hollandaise » du « ni-ni ». Ni Dae’ch, ni Bachar ! Comme le répète Renaud Girard dans Le Figaro depuis quatre ans, si les terroristes salafo-jihadistes engagés en Syrie commettent aussi des attentats en Europe et en France, en quoi Bachar al-Assad, son armée et ses alliés menacent-ils la France éternelle, sa population et ses intérêts ?

 

5) Les soutiens étrangers que chacun connaît : russes, iraniens et Hezbollah s’entend ! D’après François Hollande, eux-seuls porteront avec « le régime » la responsabilité historique de la tragédie syrienne… Mais, enfin de quoi parle-t-on ? Abandonnant sa position gaullienne de troisième voie et de médiation, la France de Nicolas Sarkozy et de François Hollande a résolument choisi de se placer dans le sillage de la diplomatie américaine. Avec ses alliés de l’OTAN, de Tel-Aviv et des pays du Golfe, celle-ci continue à vouloir démanteler les Etats-nationaux de la région – comme cela a été fait en Irak et en Libye – afin de « fédéraliser », sinon de « re-tribaliser » les populations arabes des Proche et Moyen-Orient pour y imposer la mondialisation heureuse aux couleurs du libre-marché et des droits de l’homme. Face à cet improbable nouveau Yalta, les Russes, les Chinois, les Iraniens, le Hezbollah libanais et d’autres organisations palestiniennes continuent à défendre l’existence d’Etats-nations souverains et indépendants. Voilà tout l’enjeu de la tragédie syrienne !

 

Alors oui François, ça suffit ! Que la France d’aujourd’hui estime que ses intérêts stratégiques et économiques nécessitent cet alignement est une chose. Que notre pays le fasse au nom d’une realpolitik qui n’ose pas dire son nom ni dévoiler sa substance, qui devraient être au moins débattu par la représentation nationale, en est une autre. Et qu’on cesse d’habiller cette imposture des oripeaux de la bonne conscience, de vraies ou fausses hontes et des droits de l’homme et autres devoirs d’ingérence au nom desquels les pays occidentaux ont multiplié – depuis la fin de la Guerre froide – les « guerres humanitaires », les assassinats plus ou moins ciblés de drones et forces spéciales pour la sauvegarde de leurs ressources énergétiques et d’autres intérêts tout aussi sonnants et trébuchants.

 

Oui, ça suffit ! Qu’on arrête de se prosterner devant des régimes qui financent la radicalisation de l’Islam et le terrorisme depuis plus de trente ans, qu’on cesse de faire des déclarations de « guerre à la terreur » alors que ces mêmes régimes – dont les dictateurs reçoivent nos Légions d’honneur – arment les jihadistes qui tuent nos soldats au Mali, au Niger et ailleurs… Oui, franchement François, ça suffit !

 

A votre décharge, Monsieur le Président de la République, rappelons que la tâche originelle de cette diplomatie de Diafoirus incombe aussi à l’un des principaux candidats de la primaire des Républicains. En effet, comment ne pas se souvenir que c’est au colporteur de « l’identité heureuse » que l’on doit la fermeture de l’ambassade de France à Damas en mars 2012. Et il n’est pas besoin de sortir de l’ENA, ni d’être un grand diplomate pour comprendre aussitôt que cette décision fut la première des fautes. C’est justement lorsque la relation bilatérale se détériore – avec n’importe quel pays que ce soit -, qu’il convient absolument de garder le contact, par voie diplomatique, sinon par le biais de nos services spéciaux dont c’est le métier et qui, en la matière, ne sont pas les plus mauvais… Mais quelle mouche a bien pu piquer Alain Juppé pour qu’il décide ainsi de fermer notre ambassade à Damas, nous privant ainsi d’informations de première main pour, cette fois-ci, lutter efficacement contre le terrorisme ?

 

La honte originelle, sinon fondatrice de l’ensemble des crises des Proche et Moyen-Orient, celle qui entache la conscience de trois générations, c’est l’occupation et la colonisation de la Palestine par Israël dont l’armée réprime quotidiennement la population depuis 68 ans ! Et ce n’est pas en annonçant la tenue d’une improbable conférence, ni avec la pantalonnade de juillet dernier à Paris que François Hollande effacera son parti pris inconditionnel en faveur de Tel-Aviv. L’histoire retiendra les communiqués de l’Elysée, qui après chaque bombardement de Gaza, se préoccupaient essentiellement de la sécurité d’Israël sans même mentionner les victimes civiles palestiniennes…

 

En définitive, ce dernier discours devant l’Assemblée générale de l’ONU a valeur de testament en matière de politique. Confirmant l’alignement de la diplomatie française sur celle de Washington, il s’inscrit dans la filiation de l’incompétence des dirigeants de la IVème République, à commencer par de celle Guy Mollet dont François Hollande semble l’héritier. Non content d’avoir hypothéqué le retour au pouvoir d’une « gauche de gouvernement » pour les trente prochaines années, la politique étrangère de François Hollande ravive les tragédies et les injures des guerres d’Indochine et d’Algérie. Dien Bien Phu diplomatique, son bilan est un désastre pour la France. « Dire la vérité n’est jamais facile. Encore moins celle-là où l’on remue à lourdes pelletées la honte et la sottise… », écrit Jules Roy1. Les historiens devront nous dire aussi pourquoi et comment, cet ancien premier secrétaire du Parti socialiste nous a fait replonger dans toutes les incuries et les hontes de la SFIO…

 

Richard Labévière
26 septembre 2016

1 Jules Roy : La Bataille de Dien Bien Phu. Editions Julliard, 1963.

Proche&Moyen-Orient.ch
Observatoire Géostratégique 

Lire la suite

Porochenko recule pour mieux tomber. Par Erwan Castel.

26 Septembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #l'Allemagne, #AMERIQUE, #La Russie, #le nazisme, #Le fascisme, #Ukraine, #L'OTAN.

lundi 26 septembre 2016

Faire monter le roi sur son trône

Porochenko recule pour mieux tomber

 
Cette rentrée 2016 aura été marquée par un sensible retour au calme sur le front du Donbass, où bien que n'étant pas respecté par Kiev, la trêve décidée le 1er septembre a donné lieu a une diminution importante des violations du cessez le feu (à moins de 100 tirs quotidiens en moyenne)
 
Parallèlement à cette accalmie militaire relative, ,nous avons pu observer une relance de l'action diplomatique amorcée lors du sommet du G20 en Chine entre les présidents russe francais et allemands et portée par les Ministres des affaires étrangères des deux derniers à Kiev.
 
Porochenko le dos au mur et au bord du gouffre 
 
Cette visite qui pour le moment n'a pas encore porté ses fruits est cependant importante car les propositions du Ministre francais Jean-Marc Ayrault et de son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier marque un virage important dans le discours tenu par les occidentaux dans ce dossier.
Les occidentaux en effet, alors qu'ils s'étaient jusqu'à présent distingués par un alignement servile sur la politique de Washington et une confiance absolue dans celle menée par Kiev, ont évoqué, au grand dam de Porochenko and Co, pour la résolution du conflit dans la Donbass la nécessité :
 
  • De valider des élections locales dans le Donbass
  • De mettre en oeuvre la loi d"amnistie
  • D'organiser un statut spécial pour Donetsk et Lugansk
Ceci est certainement la conséquence du sabotage des accords de Minsk et de la mendicité agressive organisés par Kiev et qui finit même par irriter aujourd'hui ses partenaires de l'Union Européenne dont les projets d'investissements en Ukraine attendent depuis 2 ans une stabilisation du pays.
 
Pour mettre en oeuvre ces 3 points essentiels, Porochenko sera obligé de revenir sur ses propres rodomontades récentes et, provoquant certainement la ire de son aile radicale, engager une réforme de la constitution ukrainienne sans laquelle les accords ne peuvent être mis en oeuvre.
 
Et c'est là que cela risque de coincer du côté du Président car pour beaucoup d'ukrainiens encore accrochés à l'illusion de l'intégrité territoriale de leur pays aux frontières artificielles en plus d'engager une reconnaissance des Républiques de Donetsk et Lugansk ce serait ouvrir une boite de Pandore car vraisemblablement les autres régions de l'Ukraine demanderaient également l'accès au statut spécial, que ce soit pour des raisons identitaires ou oligarchiques.
 
En attendant la roue tourne, et "les accords de Minsk doivent maintenant avancer car il n'y aura pas de plan B" martèlent les diplomaties occidentales qui demandent à Porochenko d'engager la réforme constitutionnelle amorçant cette décentralisation avant la fin de l'année
(elle devait initialement être faite avant la fin 2015) 
La balle est donc dans le camp de Kiev qui vient de bénéficier de la réactivation des aides du FMI et du renouvellement des représailles économiques occidentales consécutives au retour de la Crimée en Russie, soutiens que les ministres allemand et francais ont conditionnellement  liés à la mise en oeuvre des accords de Minsk.
 
L'acceptation de ces propositions occidentales, pour débloquer les accords de Minsk, serait considéré comme une trahison nationale du gouvernement, et ce projet est aujourd'hui jugé inacceptable non seulement par l'aile radicale qui le considère comme un "plan de capitulation" (Oleh Liachko, chef du Parti radical) mais également par le propre parti du Président Porochenko, le Bloc Petro Porochenko, qui considère irréalisable ces accords et accuse même les ministres français et allemand de faire le jeu du Kremlin.
 
Menacé par son aile radicale qui mène le "parti de la guerre" et par ses oligarques qui veulent protéger leurs fiefs, Porochenko cherche à gagner du temps lâchant du lest millimètre par millimètre pour tenter de conserver son pouvoir. 
 
 
Quand les occidentaux prêchent le vrai pour imposer le faux
 
Les ministres allemand et francais en visite dans le Donbass ukrainien, avec Pavel Zhebrivsky  (a gauche)
C'est ici que nous pouvons nous demander quelles sont les intentions réelles des représentants occidentaux venus négocier cette hypothétique réanimation des accords de Minsk, d'autant plus que la position des USA, qui restent le chef d'orchestre de la diplomatie occidentale, révèle quant à elle une dissonance importante avec le discours présenté par ses partenaires intervenant à Minsk. En effet, d'une part les tensions entre Moscou et Washington ne cessent d'augmenter comme en témoigne la situation du conflit syrien, et et autre part les faucons étasuniens continuent a pousser leurs pions militaro-industriels en Ukraine et l’encouragent à la guerre (en autorisant la vente d'armes létales à l’Ukraine par exemple)
 
Donc nous pouvons affirmer que :
  • Fanatiques invétérés du système libéral économique auquel ils se sont volontairement soumis, la France et l'Allemagne espèrent certainement dans une progression des accords de Minsk pouvoir désengager progressivement les représailles économiques contre Moscou et qui les sanctionnent eux-même sérieusement au milieu d'une crise économique déjà grave. Le simple fait de corréler ces "sanctions économiques" anti-russes aux accords de Minsk est révélateur de cet objectif non avoué car ces représailles sont d'abord consécutives au retour de la Crimée et ensuite, la Russie n'est pour rien dans l'enlisement de la situation dans le Donbass.
Mais,
  • L'évolution du pouvoir ukrainien issu du Maïdan en système totalitaire national oligarque ethno centré ne fait que se confirmer et montre que Porochenko n'a joué dans sa réalisation qu'un rôle de préparateur "modéré" politiquement acceptable. Or ce dernier, qui s'accroche désespérément et logiquement à son pouvoir, est devenu aujourd'hui inutile aux ambitions étasuniennes pressées par leur calendrier anti-russe. Il faut donc pour Washington éjecter sa marionnette et passer à l'étape suivante avec des nouveaux fantoches qui en apparence seront plus indépendants de la Maison Blanche à l'image des djihadistes actuels en Syrie qui servent toujours ses intérêts sans en porter les couleurs.
 
Donc la conclusion pessimiste qui s'impose mais qui malheureusement est hautement probable est que les ministres Ayrault et Stenmeier, sont venus jouer un simulacre de conciliation qu'ils savent voué à l'échec, soit parce que Porochenko va engager une nouvelle stratégie de freinage et saboter encore les accords, soit parce qu'il va subir un inévitable coup d'état en tentant leur passage en force.
 
 
Je pense que les occidentaux recherchent la deuxième solution et en finir avec l'impopulaire Porochenko qui ne leur sert plus à rien sauf peut-être a provoquer un nouveau coup d'état collabo. Ce coup d'état s'il reste risqué quant à ses suites les déresponsabiliserait d'un retour (espéré mais non avoué) à une guerre inévitable tout en pouvant la limiter à l'Ukraine. 

Enfin et surtout cette perspective conforterait secrètement, par une nouvelle équipe de Kiev plus radicale, la stratégie russophobe étasunienne engagée en Ukraine et que l'échéance électorale américaine et la détérioration de la situation syrienne rendent urgente...
 
Savchenko, l'hystérique nationaliste ingérable que Poutine a relâché des prisons russes vers l'Ukraine comme on lance une grenade dégoupillée, a d'ailleurs encore récemment appelé à un troisième Maïdan pour renverser Porochenko tout en défendant la décentralisation pour toute le pays qui permettrait le renforcement des fiefs nationalistes et maintiendrait le Donbass, dont elle sait le contrôle militaire impossible, dans l'Ukraine.
 
Porochenko ne peux plus reculer comme il le fait depuis février 2015, date de la signature des accords de Minsk 2 et doit aujourd'hui assumer ses responsabilités et ses engagements, poussé sur un trône en forme de guillotine par ses parrains occidentaux qui veulent parier sur le pire... Cette tactique de "faire monter le roi sur son trône" pour mieux l'en faire descendre n'est pas pour déplaire aux nationalistes radicaux qui n'attendent que ca pour renverser un président jugé trop faible à leur goût...
 
En attendant il faut prendre ce qu'il y a à prendre à savoir l'accalmie sur le front qui profite aux familles du Donbass et le possible retour des prisons ukrainiennes des détenus des Républiques de Donetsk et Lugansk dans le cadre de l'amnistie proposée.
 
Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


 

Rapport de situation hebdomadaire de Christelle Néant
 
observation : La cause commune étant pour moi supérieure aux délires psychotiques individuels je continuerai à partager le travail de tous les acteurs de la réinformation y compris ceux qui pratiquent à mon encontre une censure ad hominem hystérique...
 

Plan de la vidéo

SITUATION MILITAIRE

00'34" - Bilan des bombardements ukrainiens sur la semaine écoulée

01'36" - Pertes hors combat ukrainiennes

02'30" - Commandos de l'armée polonaise dans le Donbass et vote du sénat américain

03'29" - Changements récents dans le niveau des bombardements

SITUATION POLITIQUE

04'05" - Accord de désengagement des forces signé à Minsk

05'04" - Proposition écrite d'échange total des prisonniers

06'51" - Approvisionnement en eau de la République Populaire de Lougansk

07'17" - Savtchenko et le pouvoir ukrainien

08'03" - Analyse de l'évolution de la situation en Ukraine

12'11" - La campagne des primaires dans le Donbass

SOCIETE

12'48" - Aide humanitaire de 'armée de la République Populaire de Donetsk à un orphelinat

DIVERS

13'52' - L'enquête sur le crash du MH17

PENDANT CE TEMPS LA A KIEV

16'45" - Le cirque à la Rada

17'20 - Bagarres musclées et menaces entre députés à la télé ukrainienne

CRIMEE ET ELECTIONS EN RUSSIE

18'36" - La position de l'Ukraine concernant les élections législatives russes.

19'53" - Conclusion et rappel concernant le voyage pour les francophones dans le Donbass

Publié par Erwan Castel à 9/26/2016

Lire la suite