Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #la france tag

« Travailleurs détachés. Valls menace de plus appliquer la directive européenne… » L’édito de Charles SANNAT

5 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Europe supranationale, #Economie, #La finance dérégulée, #Le grand banditisme, #l'horreur économique, #Les transnationales

« Travailleurs détachés. Valls menace de plus appliquer la directive européenne… » L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Il y a quelques jours, je raillais ostensiblement tous les bien-pensants à la tête vide qui « se plaignent des conséquences des événements dont ils chérissent les causes ».

C’est évidemment le cas de l’Europe et je parlais d’ailleurs très exactement du problème des travailleurs détachés au nombre de 500 000 en France – ce qui n’aide pas, bien sûr, à la baisse du chômage pesant sur l’ensemble de la collectivité, de nos comptes publics et, au bout du compte, sur vos impôts.

Lorsque j’ai évoqué ce sujet-là il y a quelques jours, j’ai reçu une volée de bois vert où on me disait que c’était bien, qu’il ne fallait pas critiquer l’Europe, que la libre circulation c’était un avantage, blablablabla… Tout cela n’est qu’argutie, propagande et manipulation. La réalité c’est que le plombier polonais travaille bien chez nous, supprime beaucoup de boulot sauf qu’il est plus roumain que polonais d’une part et que d’autre part, il travaille peu chez madame Michu mais remporte de gros appels d’offres.

La réalité c’est que les grandes sociétés de BTP ont recours massivement aux travailleurs détachés. Encore une fois, ce n’est pas madame Rose, 77 ans, qui va chercher un artisan en Pologne pour une simple fuite d’eau et un remplacement de joints.

La directive sur les travailleurs détachés a été conçue par l’Europe, par la Commission, par Bruxelles, contre les peuples afin de mettre en place légalement les conditions d’un dumping social effarant afin de peser sur les salaires à la baisse et de servir les intérêts ainsi que les profits des grandes multinationales et autres grands groupes.

C’est une évidence même. Défendre cette Europe-là, c’est au mieux de la bêtise crasse et de l’idéologie de caniveau, au pire de la trahison.

L’Europe du chômage !

La directive sur les travailleurs détachés a évidemment un impact important sur les taux de chômage. Dans nos pays à forte protection sociale et au coût de main-d’œuvre élevé, c’est désastreux, tandis que dans les pays les plus « pauvres » d’Europe, cela n’entraîne pas d’augmentation des salaires mais cela donne du boulot.

Dans cette logique économique d’europathes, on déshabille Paul pour à peine couvrir Jacques de quelques lambeaux. La différence va évidemment dans la poche des actionnaires, dont vous ne faites partie que très marginalement et qui sont en réalité les grands fonds financiers internationaux.

Toute lutte sérieuse contre le chômage passe évidemment par la mise au pas des institutions européennes, par la mise au pas des mondialistes, par la mise au pas des accords de libre-échange qui n’ont de liberté que le nom puisque le commerce libre et non-faussé se doit d’être à périmètre fiscal et social comparable sinon bien sûr les distorsions de concurrence sont ingérables, et vous êtes condamnés à voir disparaître vos industries ainsi que vos emplois sans pouvoir rien faire, uniquement en contemplant la catastrophe – ce que nous faisons depuis 30 ans.

Et cela ne vous suffit pas ? Vous voulez encore plus d’Europe ? Encore plus de mondialisation qui ne marche pas ? Encore plus de travailleurs détachés ? Je refuse naturellement le procès en fascisme et en « phobie » quelle qu’elle soit en énonçant cette évidence que des esprits étriqués ou idéologues s’évertuent tout de même à rejeter encore et encore. Les mêmes causes, je vous l’assure, produiront les mêmes effets !

Travailleurs détachés : Manuel Valls fustige la directive européenne et menace de ne plus l’appliquer

Tenez, justement ! Encore un « fasciste de gauche » en la personne de notre Premier ministre Valls – que l’on peut par ailleurs apprécier ou pas, tel n’est pas le sujet – qui, invité de TF1 dimanche, a clairement indiqué que si « la France n’obtient pas gain de cause à Bruxelles sur sa demande d’un alignement « par le haut » des cotisations sociales versées, concernant le statut des travailleurs détachés, elle pourrait ne plus appliquer la directive européenne »…

Et oui Monsieur Valls…

Et oui Monsieur Hollande…

Et oui à tous les euro-béats, idiots utiles du mondialisme bercés dans l’illusion des petites phrases du type « l’Europe c’est la paix », « l’Europe c’est la prospérité » et qui y croient dur comme fer, alors que la réalité leur renvoie un tableau bien sombre.

L’Europe c’est le moins-disant fiscal et la légalisation du dumping fiscal dont Jean-Claude Juncker a poussé le raffinement jusqu’à l’extrême.

L’Europe c’est le moins-disant social avec la légalisation du dumping social via des directives comme celles des travailleurs détachés. Évidemment qu’un Tchèque vienne travailler chez nous n’est pas un problème, il faut juste que les mêmes règles s’appliquent à tous. C’est le bon sens même.

L’Europe c’est donc… l’Europe du chômage, tout simplement.

Alors sous la pression des vilains partis eurosceptiques, sous la montée des « populismes », des agacements évidents, et aussi grâce à nos merveilleux amis britanniques, on est obligé de se rendre à l’évidence : plus d’Europe comme elle est actuellement est vouée à l’échec.

Ce qui est cocasse d’ailleurs, c’est que de partout, cette Europe commence à craquer.

Écoutez donc les craquements funestes – et vous avez dans cette édition un certain nombre d’articles qui vont vous piquer un peu les neurones, vu les conséquences potentielles sur l’Europe.

Vous devez désormais vous préparer très sérieusement au processus engagé de désintégration européenne et puis celui à venir, et nettement plus violent, de dislocation.

C’est une excellente chose mais ce sera très douloureux. Si l’effondrement de l’ex-URSS ne fut pas la fin du monde, cela a été douloureux pour les Russes et de nombreuses républiques redevenues indépendantes.

Il en sera de même pour l’effondrement brutal de la future ex-EUrss. Vous n’avez pas idée à quel point ce qui s’est passé dans les années 90 à l’Est peut vous renseigner sur votre futur proche.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Lire la suite

Donbass. Zaïtsevo. La petite Rita/ Little Rita [Par Thalie Thalie]

5 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Ukraine, #La Russie, #le nazisme, #Terrorisme

Donbass. Zaïtsevo. La petite Rita/ Little Rita

(Par Thalie Thalie)

Ajoutée le 4 juil. 2016

Aujourd'hui, pendant que je sous-titrais cette vidéo, j'ai reçu un coup de fil d'une ONG récoltant des fonds pour des enfants dans le besoin à travers le monde. "Ukraine? Donbass?... Non, connait pas...." J'ai explosé de rage. Que la personne qui m'a appelée, si par hasard elle tombe sur cette vidéo, me pardonne - vous faites un noble travail - tout enfant sur cette terre doit être aidé !... Sans exception ! Oui....sans exception...

Today, just as I was putting in these subtitles I got a call from a charity collecting money for children in need around the world.
“Ukraine? Donbass”
“No, we don’t know.”
I just blew up. The person who called me, should she by chance come upon this video, may pardon me - you are doing a noble task - every child on this earth should receive help. No exception! Yes indeed, no exception…

Lire la suite
Lire la suite

Entretien avec la Présidente Dilma Rousseff.

5 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #AMERIQUE, #Amérique Latine, #La France, #Le capitalisme;, #l'horreur économique, #Le grand banditisme

Source : Le Grand Soir, 247, 17-06-2016

arton30525-af09d

Brasil 247

Le 8 juin 2016, la Présidente du Brésil Dilma Rousseff s’est entretenue avec les journalistes Leonardo Attuch, Tereza Cruvinel et Paulo Moreira Leite, du site Brasil 24s7.

247 – Quand on arrive à l’Alvorada (Palais de la Présidence à Brasilia NdT), il faut passer par un barrage de police. Sommes-nous en train de rendre visite à une Présidente de la République ou à une personne prisonnière d’une prison de luxe ?

Dilma Rousseff – Je ne me sens pas retenue prisonnière. Je maintiens mes droits d’aller et venir. Mais ce barrage de police est extrêmement gênant et ridicule.

247 – Quel est son but ?

Dilma Rousseff – J’en suis très curieuse. C’est d’une telle stupidité que la réponse en serait qu’ils sont devenus fous. Mais comme ils ne sont pas devenus fous, je présume qu’ils veulent savoir qui vient me visiter. Qui me visite, politiquement. Pourquoi ? Pour savoir sur qui ils doivent faire pression.

247 – Une enquête d’opinion divulguée aujourd’hui par l’Institut CNT/MDA révèle que l’indice d’approbation du président intérimaire Michel Temer est très bas. Devant ce fait, quelle a été votre articulation politique, même en sachant que vous êtes surveillée par cette barrière policière ?

Dilma Rousseff – Mon articulation est basée sur l’exercice d’une chose très simple : le dialogue, le dialogue, le dialogue. Il n’y a aucun autre exercice à faire, à part de persuader qu’un coup d’État est en cours. Il ne s’agit pas seulement d’un coup d’État contre mon mandat. C’est un coup d’État qui pose de sérieux problèmes par rapport à l’institution brésilienne, On ne fait pas un coup d’État contre un président de la République qui représente un contrat et qui a eu 54 millions de votes, sans la tentation de rompre d’autres contrats.

247 – Vous pouvez nous citer des exemples ?

Dilma Rousseff – Licencier le président de l’EBC (Entreprise Brésilienne de Communication. (entre temps, la Cour Suprême a remis le Président à son poste NdT) a été une rupture de contrat. Suspendre des contrats de publicité (envers les blogs et sites progressistes NdT) a aussi été une rupture de contrat. La première tentation de tous les coups d’État, qu’ils soient militaires ou parlementaires, et de faire taire. Faire taire la divergence. Ils essayent même d’interdire l’expression coup d’État. La simple expression coup d’État les incommode. Ce n’est pas pour rien qu’un groupe de parlementaires nous a envoyé une notification afin que nous expliquions la raison pour laquelle nous appelons coup d’État ce coup d’État.

247 – Et vous l’avez fait ? Leur avez-vous envoyé l’éditorial du New York Times qui dénonce le coup d’État au Brésil ?

Dilma Rousseff – Non, je n’ai pas envoyé le New York Times. J’ai été plus classique. J’ai envoyé une phrase de Beaumarchais dans les Noces de Figaro. Elle dit ceci : « Quand on cède à la peur du mal, on ressent déjà le mal de la peur ». C’est la phrase la plus synthétique. Ils veulent faire taire parce qu’ils ont peur. Ils ont peur du contradictoire. Ils ont peur des manifestations politiques. Ils ont été jusqu’à fermer l’accès à l’Alvorada ! J’ai passé ici cinq ans et il n’y a jamais eu de barrage. Tout d’un coup il apparaît et nous ne savons pas pourquoi.

247 – Vous avez parlé de la tentative de faire taire la divergence. Y-a-t-il un risque que ce gouvernement provisoire se transforme en un régime autoritaire ?

Dilma Rousseff – Il y a ce risque, oui. Les gouvernements illégitimes n’aiment pas, par exemple, la culture. Supprimer le Ministère de la Culture, comme ils l’ont fait, c’est atteindre le symbolique, dans un pays qui a besoin d’affirmer sa diversité nationale (le Ministère de la Culture a été rétabli depuis NdT). Nous avons aujourd’hui un président intérimaire qui n’a pas une once de légitimité et qui n’est pas encore sorti dans la rue (après avoir évité plusieurs engagements, Temer est finalement sorti depuis NdT) Le recours à la force peut, oui, être le prochain pas.

247 – Le présidence est intérimaire mais, en théorie, est légitimé par un procès d’impeachment.

Dilma Rousseff – Ce procès d’impeachment traite de six décrets de crédit supplémentaire et du Plano Safra (Plan Récolte), à l’élaboration duquel je n’ai même pas participé. Comme il n’y pas le moindre indice de crime de responsabilité, il s’agit, bien évidemment, d’un coup d’État. Le fait est qu’au Brésil s’est créée une situation absurde, avec cet impeachment fait sur la base d’une loi de 1950, dont des pans immenses ne sont pas régulés. Nous avons un président intérimaire qui a démonté toute une structure de gouvernement. Il démonte des programmes et des politiques publiques, sans aucune légalité, et a du mal, ainsi, à mettre un pied dans la rue. Il n’a aucune légitimité. Vous savez ce qui surprend le plus les correspondants internationaux et les émissaires des gouvernements étrangers qui nous rendent visite ?

247 – Quoi ?

Dilma Rousseff – Le fait que nous soyons en train de vivre une situation unique. Je suis la présidente élue. Je n’ai pas quitté ma charge. Ils sont intérimaires et ils pensent qu’ils peuvent tout démonter. Une chose dont je suis certaine, c’est qu’à mon retour il y aura une modification de cette loi. Sinon, le présidentialisme au Brésil sera une farce. Beaucoup parlent aujourd’hui de parlementarisme. Quelques-uns de semi-parlementarisme. D’autres, de semi-présidentialisme. Mais il est important de dire que le parlementarisme au Brésil signifie l’hégémonie conservatrice.

247 – Cette loi de 1950 a été faite par un politicien gaucho (du sud), Raul Pila, qui était un doctrinaire du parlementarisme. Ensuite cette loi fut réglementée par un autre politicien gaucho, Paulo Brossard, qui était aussi parlementariste. D’une certaine façon, le parlementarisme essaie de s’imposer au présidentialisme, sans que le peuple ne soit consulté ?

Dilma Rousseff – Très bien observé. Vous savez qui était Raul Pila ? Un représentant du Parti Libéral. Paulo Brossard aussi. Cette loi de 1950 exprime une vision parlementaire du pouvoir. Dans le parlementarisme, le président peut être retiré par un vote de méfiance. Le président peut aussi convoquer de nouvelles élections générales et dissoudre le parlement. Dans notre présidentialisme, il devrait y avoir un équilibre. Je dis ceci parce que ce qui est arrivé au Brésil a été une élection indirecte travestie d’impeachment, et donc, putschiste, par une manœuvre où tout le pouvoir retombe sur le gouvernement provisoire, et aucun pouvoir ne reste à celui qui a été légitimement élu. Il y a donc quelque chose qui ne va pas.

247 – Ce parlementarisme imposé de force est-elle la principale expression du coup d’État ?

Dilma Rousseff – Il y a de nombreuses strates au coup d’État. L’une d’entre elles, la plus évidente, est le procès pour impeachment, sans crime de responsabilité, qui a culminé par cette élection indirecte. Ensuite, cette situation de nouveau régime, qui a permis à un gouvernement intérimaire de changer les politiques publiques sans aucune légitimité. Il faudra discuter, dans le futur, des limites de l’intérimaire.

247 – Vous allez rétablir tout ce que le président intérimaire a fait, ou y-a-t-il des choses qui peuvent servir ?

Dilma Rousseff – Nous devrons tout rétablir, sans le moindre doute. Il n’y a aucune hypothèse de laisser voir disparaître le Ministère de la Science et de la Technologie (incorporés au Ministère des Communications NdT) Les autres modifications qu’ils ont faites n’ont que sens que pour leur stratégie, mais elles ne correspondant pas au désir de la population. Par exemple : quand ils retirent le S de la Previdência Social(Assurance Sociale) et mettent le Ministère sous la tutelle du Ministère des Finances, cela exprime une certaine vision du monde. Laquelle ? Retirer des droits aux retraités et aux travailleurs. Quand ils mettent l’Incra (Institut National de Colonisation et de Réforme Agraire) sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur (Casa Civil), ils visent à retirer des droits aux travailleurs ruraux ou d’agréer à des intérêts physiologiques. Rien de tout cela ne peut continuer, sans parler de ce qu’ils ont fait avec les femmes, les noirs, les homosexuels, les handicapés et toutes les minorités.

247 – Ce gouvernement provisoire a rendu les minorités invisibles ?

Dilma Rousseff – Une invisibilité totale. Et rendre invisible, dans ce gouvernement d’hommes blancs, est une manière de faire taire. En plus, cette femme qui a assumé le Secrétariat d’État aux Femmes [Fatima Pelaes] a dit une chose très grave.

247 – Vous parlez de quoi en particulier ?

Dilma Rousseff – Elle a dit, puis s’est dédit. Mais ce qu’ils pensent, c’est ce qu’ils disent la première fois. Elle a affirmé que l’avortement doit être interdit même en cas de viol. La loi brésilienne a été perfectionnée et modifiée peu à peu. L’avortement est permis en cas de viol, des grossesse à haut risque et d’anencéphalie. Le fonctionnaire public n’a pas à aimer ou pas. Il doit obéir et c’est tout. Mais elle est seulement un exemple.

247 – Quels seraient les autres ?.

Dilma Rousseff – Ensuite est arrivé le ministre de la santé qui a dit que le SUS (Sistema Unico de Saude – équivalent de la couverture universelle NdT) ne tenait pas dans le budget. L’autre a parlé de faire des coupes dans le Bolsa Familia (Bourse Famille), qui coûte 0,5% du PIB. Ensuite, on a parlé de désindexer le revenu des retraités du salaire minimum. C’est très grave. Cela atteint 70% des retraités, 23 millions de personnes. S’ils font ça, la retraite ne sera plus jamais un salaire minimum. On va revenir où nous en étions au temps de Fernando Henrique Cardoso (président du PSDB de 1995 à 2003 NdT).

247 – Ce gouvernement intérimaire n’aurait-il pas au moins le mérite de révéler au peuple brésilien le vrai visage de la droite brésilienne ?

Dilma Rousseff – Hier, j’ai reçu ici un groupe d’historiens qui étudient l’esclavage. Ils ont dit une chose très vraie. La logique du privilège est encore très forte au Brésil. Elle s’exprime dans ce manque de respect envers les plus pauvres. Ils m’ont parlé d’un club à Rio de Janeiro où les bonnes d’enfants ne peuvent s’asseoir ni aller aux toilettes. Malheureusement, il existe encore ce sentiment au Brésil. Quand le pauvre s’élève, la maison des maîtres (Casa Grande) devient folle.

247 – Le gouvernement intérimaire parle de retirer les étrangers du programme Mais Médicos (Plus de Médecins, auquel participent beaucoup de médecins cubains NdT). Quelles en seraient les conséquences ?

Dilma Rousseff – C’est simple. S’ils enlèvent les médecins étrangers, le Mais Médicos s’arrête. Parce que les étrangers, et spécialement les cubains, sont la grande majorité des professionnels qui participent au programme. Pourquoi avons-nous fait le Mais Médicos ? Parce que notre quantité de médecin per capita est encore très faible. Bien plus bas que dans des pays voisins comme l’Argentine et l’Uruguay. N’en parlons pas quand on compare à un pays comme l’Angleterre. Un des objectifs du gouvernement est d’amplifier les écoles de médecine et pas seulement dans les capitales. Mais former un médecin est très long.

247 – N’est-il pas possible de continuer le programme avec uniquement des médecins brésiliens ?

Dilma Rousseff – Non. Avant le Mais Médicos, nous avions plus de 700 municipalités (qui peuvent être gigantesques NdT) sans aucun médecin. Le médecin formé au Brésil, la plupart du temps, n’allait pas vers les périphéries des grandes villes. D’ailleurs, l’État de São Paulo, le plus riche du Brésil, est celui qui a demandé le plus de professionnels du programme. Nous avions plus de 20 millions d’habitants sans attention médicale. Nous ne sommes pas en train de parler du fin fond de la campagne, mais de São Paulo.

247 – Beaucoup de cabinets médicaux ont été des départements de propagande de l’impeachment, vous le savez ?

Dilma Rousseff – Eh, mais là…. Comme l’offre de médecins est faible, les médecins n’allaient pas vers la périphérie des grandes villes, l’Amazonie, les départements de santé indigène. Nous avons fait des enquêtes. Plus de 90% des personnes bénéficiaires approuvent le programme. Et plus de 60 millions de personnes reçoivent des soins du Mais Médicos. 63 millions de personnes.

247 – Mais ce gouvernement prend beaucoup de décisions de nature idéologique. N’ont-ils pas fait ça pour faire partir les cubains ?

Dilma Rousseff – Je n’y crois pas, spécialement depuis que les États-Unis se sont rapprochés de Cuba. Cette idée perd de sa force, ce n’est plus à la mode. Mais je dois dire une chose. Vive le médecin cubain ! Vive le médecin cubain ! Le médecin cubain rassure le patient, il vous regarde, il vous touche, il regarde ton histoire, il va chez toi si c’est nécessaire. Ils ont une vision de la médecine qui est très importante pour les médecins brésiliens. D’un autre côté, ils font aussi l’éloge du médecin brésilien, qui est très bien préparé et très bien formé. Je crois qu’il y a une complémentarité. Un autre point intéressant est que les médecins cubains font l’éloge de nos infirmières.

247 – Dans une des villes où est passée la torche olympique, un médecin cubain a été choisi pour la porter. Est-ce un signal de reconnaissance ?

Dilma Rousseff – Certainement. Il y a une identification très grande entre le médecin cubain et le peuple brésilien. Il ressemble au peuple brésilien, il a l’allure du brésilien. Il est important de dire que l’accord n’a pas été conclu avec le gouvernement cubain, mais avec l’OPAS, l’Organisation Panaméricaine de Santé. S’ils veulent retirer les cubains du programme, ils vont avoir un gros problème avec l’OPAS, avec l’OMS, avec l’OCDE. Ce sera une autre rupture unilatéral de contrat. Un contrat international. Le port de Mariel (à Cuba NdT), que j’ai dû beaucoup expliquer pendant ma campagne électorale, est une autre raison d’oublier ce préjugé idéologique.

247 – Pourquoi ?

Dilma Rousseff – Aujourd’hui, il y a 30 entrepreneurs américains qui s’y installent. Parce que c’est le port le plus important des Caraïbes, et qui sera administré par les hollandais, qui ont une grande expérience dans ce domaine.

247 – En parlant d’économie, le gouvernement intérimaire rejette sur vous la responsabilité d’un déficit de 170 milliards de reals.

Dilma Rousseff – Ils sont absolument responsables de cela. Je ne suis pas en train de créer 14.000 postes de fonctionnaires (que la Chambre a approuvé et que le Sénat doit voter NdT). J’étais contre cette proposition bombastique. J’ai apposé mon véto aux augmentations. Nous avons envoyé au Congrès un déficit de 96 milliards de reals, parce qu’il y a une chute constante des recettes fiscales. Ils ont augmenté le déficit à 170 milliards pour avoir de la marge pour les dépenses, et pour créer les conditions de l’impeachment.

247 – Veulent-ils acheter les consciences pour approuver l’impeachment au cours du second vote au Sénat ?

Dilma Rousseff – Cela me paraît clair. Ils veulent contrôler leur base, et garantir les votes, par le moyens des dépenses publiques. Pour cela, ils ont augmenté le déficit. Un autre motif est qu’ils souhaitent échapper au contrôle du TCU (Tribunal des Comptes de l’Union). Parce que la situation que le TCU a créé au cours de ce procès d’impeachment rend in-viable toute politique fiscale. Le Brésil vit aujourd’hui une crise qui réduit les recettes fiscales. Selon la logique du TCU, il y aurait un risque de « shutdown » (arrêt des activités gouvernementales fédérales, comme c’est arrivé aux États-Unis NdT), à chaque fois que les dépenses atteindraient le plafond, paralysant toutes les activités de l’État. Ils nous mettent le couteau sous la gorge.

247 – Quel est le poids de la crise politique dans cette chute des recettes fiscales ?

Dilma Rousseff – Joseph Stiglitz (prix Nobel d’Économie) et venu ici et a dit une chose intéressante. La crise économique, avec la chute des commodities et la récession internationale, était inexorable. Mais il a dit aussi : ce que vous ne pouvez expliquer est la crise politique.

247 – Voyez-vous un signe de reprise économique ?

Dilma Rousseff – Il y a beaucoup de choses qui se passent que nous avions déjà préparées. Par exemple, la chute de l’inflation. Il y a eu une dévalorisation du change, un changement de prix relatifs et l’impact inflationniste a déjà été contenu. Ils disent que maintenant il va y avoir un superavit externe. Nous sommes sortis d’un déficit de 4 milliards de dollars, nous sommes passés par un superavit externe de 20 milliards de dollars l’année passée, et cette année le superavit sera entre 40 et 50 milliards de dollars. Ce qui est très bien, dans un moment où le monde entier marche à petite vitesse. Maintenant, dans des moments d’expansion, quand tout va bien, il n’y a pas de conflit de distribution. Ces conflits surgissent dans les moments de récession.

247 – Comme évaluez-vous la question fiscale et la nécessité d’augmenter les impôts ?

Dilma Rousseff – Quand l’économie se développe, il n’y a pas de conflit de distribution. Tout le monde y gagne. Le conflit distributif surgit dans les périodes de récession, comme aujourd’hui. Ici, au Brésil, il y a une chose symptomatique. Ils disent que l’on ne peut pas augmenter les impôts. Pourquoi ne peut-on pas payer d’impôts ?

247 – Et la question de payer pour les autres ?

Dilma Rousseff – Ici, c’est le pauvre, le retraité qui doit payer pour les autres. En tout cas selon la vision de ce gouvernement intérimaire. Je vous demande le suivant : pourquoi ne mettent-ils pas la CPMF ? (taxe sur les transactions financières NdT) La CPMF atteint proportionnellement celui qui fait des transactions financières. Elle n’atteint pas les comptes des salariés. Elles n’atteint pas les comptes de retraite. Ceux-ci en sont exempts. En plus, la CPMF permet le contrôle des transactions financières et empêche ainsi un niveau de fraude. Ils ne permettent pas non plus les intérêts sur le capital propre, ni les impôts sur les profits et dividendes. C’est une autre des particularités brésiliennes. Des pays qui pourraient entrer à l’OCDE, nous sommes le seul qui n’impose ni les profits, ni les dividendes.

247 – Le Brésil est un pays d’entreprises pauvres et d’entrepreneurs riches ?

Dilma Rousseff – Exactement. À l’étranger, l’entreprise est riche et le patron entre dans un patron normal de richesse. Comme on le dit au Minas (État du Minas Gerais, d’où Dilma Roussef est originaire NdT), quand quelqu’un passe de canard à oie, si c’était à l’étranger, ça ne changerait pas beaucoup. Ça pourrait même être difficile.

247 – Et la politique extérieure ? Le président intérimaire n’a reçu aucun coup de téléphone et le chancelier n’a été reçu pratiquement par personne. Le Brésil sera-t-il un paria international ?

Dilma Rousseff – Il arrivera probablement avec le Brésil ce qui est arrivé avec le Paraguay. La relation sera froide et distante. Le jour où sera faite une élection nationale, les choses changeront. Je ne suis pas en train de parler de président « élu » par un impeachment ou par une élection indirecte. Il doit être élu par le peuple. Au Paraguay, même après les élections, la relation est restée froide pendant un moment. Tant qu’il n’y aura pas de gouvernement légitime, le monde gardera ses distances avec le Brésil. C’est comme ça que cela fonctionne.

247 – Cela signifie-t-il que vous défendez déjà de nouvelles élections ?

Dilma Rousseff – J’ai toujours été en faveur des élections. Sinon, on aurait dit que j’étais en faveur de la dictature et non des élections. La solution démocratique passe par mon retour. Mais dans un second temps, nous allons devoir discuter : que s’est-il rompu au Brésil ? Nous avons rompu le pacte politique qui a soutenu le Brésil depuis la Constitution de 1988. Les forces politiques qui se sont unis à ce moment se sont rompues. Ce 17 avril (jour du vote à la chambre des députés NdT) a été un moment de rupture. Qu’est-ce que cela signifie ? Ce sera très difficile de refaire un pacte après cela. Il faut un nouveau pacte, par des élections directes, par le vote.

247 – Le dialogue n’est pas possible ?

Dilma Rousseff – C’est très difficile de s’asseoir à une table et de dialoguer de la situation telle qu’elle est aujourd’hui. Vous croyez que le président intérimaire et ses alliés qui ont usurpé le pouvoir partiront par eux-mêmes ? Le fait est que leur sortie passe par mon retour. Après, c’est une autre histoire.

247 – Avant de nouvelles élections, ne doit-il pas y avoir une autre discussion sur un nouveau modèle de gouvernance ? Parce que telle qu’elle est, avec le présidentialisme de coalition ou, comme le pense beaucoup, cette extorsion de l’Exécutif par le Législatif, ça ne marche pas.

Dilma Rousseff – Je vais vous raconter une question qu’ils m’ont posée : est-ce que ça n’aurait pas été mieux d’appuyer Eduardo Cunha (ex-président de la Chambre des Députés, principal artisan de l’impeachment NdT) ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Il se passe ceci : comment était le pacte auparavant ? Fernando Henrique (Cardoso), avec son alliance, ou bien nous-même, avec notre alliance avec le centre politique, nous parvenions à garantir une stabilité au pays. Mais récemment a surgi à l’intérieur du PMDB (principale base alliée du PT au pouvoir NdT) une force avec des convictions propres, ultralibérales en économie, conservatrice dans ses coutumes et avec un plan propre. Quel est ce plan du gouvernement Temer ?

247 – Vous parliez de Cunha ou de Temer ? Les deux sont-ils la même chose ?

Dilma Rousseff – Dans les enregistrements de Romero Jucá, outre le fait qu’il fallait, selon lui, arrêter l’hémorragie (selon cette conversation, enlever Dilma Rousseff du pouvoir pouvait freiner l’Opération Lava Jato, qui se rapprochait du PMDB NdT), il dit aussi une chose importante : « Temer est Cunha ». Jucá le dit et le répète. Eduardo Cunha contrôle 55% des votes de la Chambre. Et ses plans sont exprimés dans le conservatisme de tout le gouvernement Temer. Et il n’y a pas de négociation. La majorité du gouvernement Temer est de Cunha. Le fait d’être président provisoire donne quelques pouvoirs à Temer. Mais les lignes générales appartiennent à Cunha. Dans mon cas, un accord avec lui aurait été de me rendre. Il n’y a que ceux qui ont jeté aux orties leur convictions qui font des accords avec Cunha. Regarde le cas des États-Unis. Obama n’a la majorité ni à la Chambre no au Sénat. Et affronte la bande vraiment dure du Tea Party. Mais personne ne lui demande d’abandonner ses convictions et son ordre du jour.

247 – Quelle est votre position sur le parlementarisme ?

Dilma Rousseff – Au Brésil, la politique la plus progressiste s’est faite dans les relations avec le gouvernement fédéral. Après la Republica Velha, avec l’arrivée de notre cher Getúlio Vargas, toutes les modifications progressistes, jusqu’à la structuration de l’État national, se sont faites par des politiques de régimes de présidentialisme. Mais, d’un autre côté, quand on regarde la question du parlement, sans nommer quiconque, les filtres économiques, oligarchiques ou liés à des intérêts construisent un profil plus conservateur que celui des forces qui arrivent à la présidence.

247 – Il suffit de dire que Fernando Henrique Cardoso a été président avec l’appui de 20% du parlement. Lula 18%. Et vous 16%. Vous avez tous dépendu de ce centre.

Dilma Rousseff – Je dirais que la grande régression qui peut sortir de ce procès d’impeachment, si ils poursuivent et que je ne reviens pas, est un renforcement de la tendance au parlementarisme. Quand je dis qu’il est fondamental pour la démocratie que je revienne, l’un des motifs est que je me refuse à approuver le parlementarisme ou le semi-parlementarisme.

247 – D’accord, mais comment un président va former une majorité après qu’un phénomène comme l’Opération Lava Jato ait implosé les relations entre le législatif et l’exécutif ? Parce que maintenir le présidentialisme et le rendre sujet aux extorsions parlementaires n’a pas beaucoup de sens.

Dilma Rousseff – Qui sait si nous n’aurons pas un meilleur Congrès après une réforme politique ? Je le dis et je le répète. Nous ne sortirons pas de cette crise si nous ne faisons pas de réforme politique.

247 – Vous parlez de revenir. Mais quelle force auriez-vous pour gouverner ?

Dilma Rousseff – La force du retour. Je suis en train de tenter de gagner des votes (au Sénat pour le prochain vote de l’impeachment NdT) avec le dialogue et la persuasion sur la nature du coup d’État. Mais chaque chose en son temps.

247 – Considérez-vous avoir bien fait de convier l’ex-président Lula à devenir ministre de la Casa Civil (sorte de premier ministre, qui fait le lien avec les institutions, et particulièrement avec le Congrès NdT) un jour après les manifestations du 13 mars ?

Dilma Rousseff – C’est une décision que je ne regrette absolument pas. L’erreur a été qu’ils ne le laissent pas assumer ce poste dans notre gouvernement. Aujourd’hui, il y a plusieurs ministres mis en examen dans ce gouvernement intérimaire et personne ne dit rien. Penser que cette invitation à Lula a contribué à mon écartement de la présidence est une erreur. Ainsi que de croire que ce coup d’État a été tramé par les États-Unis, comme on me le demande souvent.

247 – Il n’y a vraiment pas la main des États-Unis dans l’impeachment ?

Dilma Rousseff – La main des États-Unis n’est pas nécessaire. La société brésilienne a été capable de commettre cette folie, qui a été ce coup d’État. Maintenant, il est vrai que ce coup d’État affecte notre souveraineté. Que les États-Unis s’en réjouissent ou non, c’est une autre histoire.

247 – Parlons du pré-sal. Dans son discours d’arrivée à la présidence de la Petrobras, le nouveau président, Pedro Parente, a déclaré que l’entreprise est à présent favorable à l’ouverture du pré-sal. Comment voyez-vous ce nouveau positionnement ?

Dilma Rousseff – Il parle pour les intérêts qu’il représente. Les intérêts qu’ils représente ne sont pas les intérêts nationaux. Celui qui dit que la Petrobras n’a pas d’intérêt dans le pré-sal ment, ou bien est en train de donner une richesse pétrolifère gigantesque. Ils disaient auparavant que nous serions incapables d’extraire le pétrole et nous en sommes déjà à un million de barils en moins de huit ans. Maintenant, dire ceci dès le premier jour est une irresponsabilité et un manque des respect pour la Petrobras. Ce n’est pas correct.

247 – C’est un crime de lèse-patrie ?

Dilma Rousseff – C’est plus que lèse-patrie. Ça entre déjà dans la catégorie de la stupidité nationale. Nous savons où est le pétrole. Nous savons comment l’extraire et nous savons quelle est sa qualité. Quel est le sens d’abandonner cette richesse ?

247 – Mais ils ne sont pas idiots.

Dilma Rousseff – Je n’ai pas parlé d’idiotie individuelle, mais en idiotie nationale. Celui qui défend des intérêts qui ne sont pas des intérêts nationaux peut être très intelligent.

247 – Ils vont tenter de changer la loi du pré-sal au mois de juillet. Ils vont réussir ?

Dilma Rousseff – Ce sera extrêmement dangereux pour eux de le tenter. Il existe deux modèles : celui de concession et celui de partage. La concession se justifie quand il existe un risque de ne pas trouver de pétrole. Dans ce cas, il est juste que celui qui assume le risque reste avec la part du lion. Le partage est justifié dans le cas du pré-sal parce que nous savons où est le pétrole. Il n’y a pas de risque. Ceci ne signifie pas que nous ne voulons pas faire de partenariat. Dans le champ de Libra, par exemple, la Petrobras est partenaire de la Shell, de Total et de deux entreprises chinoises, la CNOOC et la CNPC. Nous pouvons faire des partenariats, mais non abandonner le pré-sal à d’autres. Nous irions le donner entièrement à une entreprise contre quoi ? Ah, ils vont dire que la Pétrobras est endettée. C’est du grand n’importe quoi. Un projet de pré-sal est extrêmement attirant pour le financement de n’importe quelle banque nationale ou internationale. Et la Petrobras doit avoir la préférence.

247 – Mais Parente va dire que cela importe peu.

Dilma Rousseff – C’est là qu’est le danger. C’est pour cela que la limite minimum de 30% de participation de la Petrobras doit être maintenue.

247 – Parlons des Jeux Olympiques. Il y a quelques jours, le maire de Rio, Eduardo Paes, a affirmé qu’il se sent frustré parce que nous ne saurons pas qui sera le président à la Cérémonie d’ouverture. Avec cette confusion politique, le Brésil peut-il laisser de côté ce grand événement ?

Dilma Rousseff – Je vais vous dire une chose. Ce Rio 2016 est surtout le fruit de la détermination de Lula, qui a été voir chacun des membres du Comité Olympique, ainsi que de la politique étrangère extrêmement accommodante et généreuse du Brésil ces dernières années. C’est pourquoi, si il y a une personne qui mérite de recevoir un hommage à cette cérémonie d’ouverture, c’est bien Lula. En outre, en tant que ministre puis comme présidente, j’ai assumé et respecté littéralement tous les engagements avec la construction de la meilleure infrastructure possible à Rio de Janeiro. Cela comprend le Parc Olympique à Deodoro, et une amélioration significative de tout Rio, avec des travaux comme celui du VLT (tramway). En plus, nous avons acqui beaucoup de savoir-faire en matière de sécurité. Nous avons fait la Coupe Pan-America, les Jeux Militaires, la Coupe du Monde et maintenant c’est le tour des Rio 2016.

247 – Vous irez à la cérémonie d’ouverture ?

Dilma Rousseff – Bien sûr, je serai là. Et ce sera la plus belle cérémonie d’ouverture de tous les temps. Le COI a engagé Abel, l’un des meilleurs artistes de ce pays pour les grands événements.

247 – On peut voir que vous êtes émue quand vous parlez des Jeux Olympiques.

Dilma Rousseff – Bien sûr. C’est mon travail. J’ai mis ma vie dans ce travail. Quand vous posez votre travail, cela fait mal. Je n’ai peut-être pas encore été jugée. Mais qui devraient être là, c’est nous, moi la présidente, et Lula, le président qui a obtenu les Jeux. L’usurpateur peut faire ce qu’il veut pour être à la cérémonie, mais dans ces Jeux Olympiques, il sera toujours un usurpateur. Son gouvernement, uniquement d’hommes blancs et riches, ne représente pas le Brésil. Malgré eux, nous serons fiers de ces Olympiades.

Traduction Si le Brésil m’était traduit…

 

 

 Réponses à Entretien avec la Présidente Dilma Rousseff

  1.  
     

    La traduction est “faible”, malheureusement.
    Sur le fond par contre cet entretien est très intéressant. A l’opposé de ce qu’en disent la plus part des médias français qui se contentent de faire peser sur le PT, le parti des travailleurs, l’incurie et la corruption endémique qui sévit au Brésil, nous pouvons comprendre le rapport de force entre le peuple et la bourgeoisie des riches propriétaires principalement du sud du Brésil et de l’industrie.
    Les USA ne sont pas forcément responsables de ce coup d’état semi-légal. Les bourgeois brésiliens n’ont besoin de personne pour trahir leur pays. Ainsi les termes de l’exploitation pétrolière peuvent être bradés du moment qu’ils y trouvent leur compte…

    Finalement ces bourgeois sont les mêmes partout. Là bas c’est le pétrole, entre autre, ici chez nous c’est l’électricité d’EDF, entre autre, que l’on bradera aux intérêts bien réel de cette bourgeoisie mondialisée…
    Et le bourgeois de clamer; Vive la réaction, vive l’Europe, vive le monde, vive le village planétaire (comme dit Attali)…

  2. Juste à côté, en Argentine, une enquête a été officiellement ouverte contre Macri, l’homme de paille des Américains, suite au scandale des Panama Papers. La peine encourue par le président argentin va jusqu’à deux ans de prison : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/06/macri-en-perd-son-panama.html
    De quoi s’interroger à nouveau sur l’origine réelle des Panama Papers…

Lire la suite

Le secrétaire d’État interdit «La Chanson de Craonne»

4 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #La nation ., #Europe supranationale, #l'Allemagne, #Histoire, #Comité pour une Nouvelle résistance

Le secrétaire d’État interdit «La Chanson de Craonne»

Par la rédaction pour Courrier picard, Publié le 03/07/2016

Courrier picard

Le secrétaire d’État interdit «La Chanson de Craonne»

Couac à Fricourt ce vendredi 1er juillet. Si les 600 à 700 participants retiendront une belle cérémonie hommage aux Allemands, en coulisses les rouages étaient grippés.

Le secrétaire d’État Jean-Marc Todeschini a refusé que soit entonnée la Chanson de Craonne, appel à la grève des soldats contre «  Tous ces gros qui font la foire (…) feraient mieux de monter aux tranchées pour défendre leur bien, car nous n’avons rien  ». 

Lire la suite

Géopolitique, PANORAMA CPNN (JUIN 2016) par Karim Mansouri.

3 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La République, #La guerre, #La paix, #l'horreur économique, #Le grand banditisme, #Terrorisme

Géopolitique, PANORAMA CPNN (JUIN 2016) par Karim Mansouri.

 

"Vous lirez plus bas des infos et opinions contradictoires que nous ne retrouvons pas dans "nos" médias

et dont nous ne partageons pas forcément toujours le point de vue.

L'hygiène mentale et la voie de la raison consistent à analyser les faits et opinions sous tous leurs angles,

en prenant en compte tous les points de vue, ce qui permet ensuite de décider sa propre opinion, en âme et conscience.

Ce qui manque aujourd'hui dans les pays qui subissent un processus

d'Occidentalisation ....ou d'Oxydation(?)

C'est donc ce que j'essaie ici de vous offrir en profitant à l'occasion de l'apport de militants participant au

Collectif Guerre Mondiale PASENNOTRENOM

Je suis mon maître.

Et vous, où vous situez-vous ?

Stéphane Guibert / Finalscape

Cette image suscitant beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux notamment sur la faculté des gens à faire la différence entre le verbe être et le verbe suivre, j’en rajoute une couche en vous proposant un petit « BrainStorm »source: http://finalscape.com/

 

 

---------- Forwarded message ----------
From: Le Reseau Voltaire en francais <voltaire-ef@voltairenet.org>
To: ecrire@voltairenet.org
Date: 2016-06-27 19:55 GMT+02:00
Subject: [Réseau Voltaire] Les principaux titres de la semaine

27 ans après la chute du Mur de Berlin

Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale

par Thierry Meyssan Damas (Syrie) 

JPEG - 47.5 koFavorable au Brexit, la reine Elizabeth va pouvoir réorienter son pays vers le yuan.Alors que la presse internationale cherche des moyens pour relancer la construction européenne, toujours sans la Russie et désormais sans le Royaume-Uni, Thierry Meyssan considère que rien ne pourra plus éviter l’effondrement du système. Cependant, souligne-t-il, ce qui est en jeu, ce n’est pas l’Union européenne elle-même, mais l’ensemble des institutions qui permettent la domination des États-Unis dans le monde et l’intégrité des États-Unis eux-mêmes.

AMERIQUES


---------- Message transféré ----------
De : contact at legrandsoir.info <contact@legrandsoir.info>
Date : 1 juillet 2016 à 09:09
Objet : legrandsoir.info - NOUVEAUTÉS DE LA SEMAINE

Brésil : "il s’agit bien d’un coup d’état, mais d’un coup d’état très différent des coups d’état militaires traditionnels"
28 juin 2016 José Reinaldo Carvalho

JRC : Pour me présenter, je suis journaliste. J’ai longtemps travaillé dans les organes de presse du Parti Communiste du Brésil, soit pour la revue théorique, soit pour le journal, soit pour le site internet. A présent je suis Secrétaire aux Relations Internationales du Parti, et rédacteur en chef d’un site qui s’appelle Resistencia (http://www.resistencia.cc). C’est un site dédié essentiellement à la géopolitique et aux relations internationales et porte-parole des positions internationales du PcdoB. VD (...) Lire la suite »

 

Normalisation des relations Cuba-USA : étapes clés (La Pupila Insomne)
28 juin 2016 Edmundo García

Normalisation des relations Cuba-USA : étapes clés - Les lecteurs pourront voir, dans cette liste, les efforts cubains déployés dans le contexte persistant du Blocus. (La Pupila Insomne) Le 20 juillet prochain est le premier anniversaire de l’ouverture de l’ambassade de Cuba à Washington. Le jour choisi pour la célébration sera le 7 juillet, premier mardi du mois des vacances d’été et scolaires. La nouvelle m’a incité à reporter quelques points de repères essentiels dans le processus difficile de la (...) Lire la suite »

---------- Message transféré ----------
De : Cuba Coopération France <contact@cubacoop.org>
Date : 30 juin 2016 à 06:17
Objet : La lettre électronique Hebdo de Cubacoopération

Cuba - États Unis, résister au capitalisme !

par Ernesto Limia Díaz, Traduit par Françoise LOPEZ le 28 juin 2016

http://cubacoop.org/local/cache-vignettes/L150xH86/arton2829-c7680.jpgComment arriver à ce que nos jeunes "propres et légers comme la lumière" ...
Le 17 février dernier, pendant son intervention au X° Congrès International d’Education Supérieure Université 2016 intitulé « Notes sur la crise culturelle d’aujourd’hui : un regard depuis Cuba » l’essayiste, critique et écrivain cubain Abel Prieto a posé 2 questions essentielles pour le destin de notre nation :
Comment arriver à ce que nos jeunes « propres et légers comme la lumière » - en référence à une lettre de Martí à María (...)

---------- Message transféré ----------
De : Bruno DRWESKI <drweski.bruno@orange.fr>
Date : 1 juillet 2016 à 19:18
Objet : "...Quand ils sont venus, nous avions la terre et eux avaient la Bible, maintenant, ils ont la terre et nous ont laissé la Bible ..."

Les Indiens du Canada préfèrent mourir

M le magazine du Monde | 22.04.2016  Par Louise Couvelaire

Ravagés par le chômage, l’alcoolisme et l’oubli, des dizaines d’Amérindiens du Nord canadien mettent fin à leur jour. Le chef d’une communauté a déclaré l’état d’urgence.Ils sont cinq jeunes, ce vendredi 15 avril, à avoir tenté de se suicider. La semaine précédente, ils étaient 13, dont un garçon de 9 ans, à avoir conclu un sinistre pacte : mettre fin à leurs jours. Alertées par un adulte ayant surpris leur conversation, les autorités les avaient immédiatement conduits à l’hôpital pour une évaluation psychologique. «J’implore le gouvernement »:http://www.lemonde.fr/m-moyen-format/article/2016/04/22/les-indiens-du-canada-preferent-mourir_4907359_4497271.html

---------- Message transféré ----------
De : manga cobra <mangacobra@gmail.com>
Date : 27 juin 2016
Objet : Une autre histoire de l’Amérique – La bombe
26 juin 2016 par lemedialibre

Une autre histoire de l’Amérique – La bombeDans cette série documentaire, le réalisateur multi-oscarisé Oliver Stone multiplie les révélations sur la face obscure de l’histoire des États-Unis et de ses dirigeants. De la Seconde Guerre Mondiale à nos jours, il remet en cause l’idéal américain qui a conduit aux guerres les plus folles et aux décisions les plus dures. Une sombre histoire de l’Amérique, loin des clichés des livres scolaires, menée de main de maître, à base de documents et de films de cinéma d’époque. Show Time, la seule chaîne américaine qui a osé diffuser la série, a passionné plus d’un million de téléspectateurs autour de chacun des 10 épisodes.http://www.dailymotion.com/video/x4i8e5a_une-autre-histoire-de-l-amerique-la-bombe_school
 

---------- Message transféré ----------
De : al.corvez <al.corvez@wanadoo.fr>
Date : 27 juin 2016 à 16:30
Objet : Texte de mon intervention à Berlin les 25 et 26 juin
Pour celles et ceux qui ont reçu le texte précédent, j'ai ajouté un ou deux commentaires, notamment un sur le Brexit.

L’hybris américain aura-t-il une fin, ou disparaîtra-t-il avec nous dans une combustion universelle?

Mondialisation.ca, 28 juin 2016 Par Colonel Alain Corvez

 

alain_corvezBerlin 25 et 26 juin 2016. Conférence internationale de l’Institut Schiller

PRÉAMBULE:En préambule à mon propos je féliciterai les responsables de l’Institut Schiller pour avoir organisé cette conférence internationale au moment critique où la menace d’une guerre nucléaire qui constituerait  l’anéantissement de l’humanité devient chaque jour plus précise, en raison  de la concentration au cœur de l’Europe d’armes capables de détruire la planète en quelques secondes. En riposte au renforcement des forces stratégiques américaines au sein de l’OTAN sur le territoire européen, la Russie a dû déployer un arsenal dissuasif équivalent à ses frontières occidentales. Il est grand temps que les stratèges des différents pays, même éloignés du théâtre européen, appellent les chefs d’états du monde entier à la retenue et à un peu plus de sagesse. C’est l’objet de cette initiative salutaire de madame Helga Zepp-Larouche que je félicite personnellement.http://www.mondialisation.ca/lhybris-americain-aura-t-il-une-fin-ou-disparaitra-t-il-avec-nous-dans-une-combustion-universelle/553325

Alain Corvez Conseiller en stratégie internationale
Tel/fax : 33 (0)1 40 70 97 30 Portable: 33 (0)6 07 87 47 12

USA: l'acharnement anti-Iran intensifié

JLe conseiller d’Hillary Clinton, Jake Sullivan a déclaré que Washington devrait faire payer plus cher encore à l’Iran, ses « mauvais comportements »
Un ex-conseiller d’Hillary Clinton du temps où elle était Secrétaire d’État aux États-Unis, vient de déclarer qu’il fallait faire payer encore plus cher à l’Iran, « ses comportements incitateurs d’instabilité régionale. »

---------- Message transféré ----------
De : ReOpen911 <no_reply@reopen911.info>
Date : 27 juin 2016 à 16:19
Objet : reopen911.info Newsletter N°62 - Juin 2016

«Nous ne savons vraiment pas grand chose sur le 11-Septembre»

http://www.reopen911.info/News/wp-content/uploads/2016/05/syhersh.jpgSeymour Hersh, célèbre journaliste d’investigation américain et son dernier livre sur l’élimination d’Oussama ben Laden.

Quand Seymour Hersh a remis en cause la version officielle de l’assassinat d’Oussama ben Laden, plusieurs de ses confrères lui sont tombés dessus, l’accusant de perdre la tête avec l’âge ou pire, de succomber aux sirènes du "conspirationnisme". Traduite dans un premier temps par nos soins, l’enquête de Hersh a été publiée cette année dans un petit livre préfacé par le journaliste Adrien Jaulmes du Figaro. Interrogé par le journaliste américain Ken Klippenstein, Hersh revient dans cet article sur certains détails de son enquête et pousse même le bouchon un peu plus loin en déclarant que "nous ne savons vraiment pas grand chose sur le 11-Septembre" et le rôle joué par ses différents protagonistes. Hersh parle également de ses récentes enquêtes sur la position américaine dans le conflit syrien.Lisez cet article

EURASIE

---------- Message transféré ----------
De : Beaulieu Claude <Claude.beaulieu@noos.fr>
Date : 1 juillet 2016
Objet:L’Inde et le Pakistan entrent dans le Groupe de Shanghai le jour du Brexit !!!

L’Inde et le Pakistan entrent dans le Groupe de Shanghai le jour du Brexit

Réseau Voltaire | Mexico (Mexique) | 1er juillet 2016 dimanche 3 juillet 2016, par Alfredo Jalife-Rahme  Comité Valmy

L’Organisation de coopération de Shanghai représente désormais les deux tiers de la population mondiale. Elle comprend la première économie mondiale (la Chine) et la première puissance militaire conventionnelle (la Russie).Pour le professeur Alfredo Jalife-Rahme, le principal géopoliticien latino-américain, la concomitance de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne et de l’entrée de l’Inde et du Pakistan dans l’Organisation de coopération de Shanghai marque le basculement du monde. Désormais, la déglobalisation est en marche.http://www.voltairenet.org/article192685.html

---------- Forwarded message ----------
From: Français Libres <info@francaislibres.fr>
Date: 2016-06-28 12:36 GMT+02:00
Subject: Français Libres N°29

Hyperloop lance le projet d’une nouvelle route de la soie

26 juin 2016 / Français Libres

hyperloopHyperloop est déterminé a construire une nouvelle route de la soie en Russie, selon les déclarations du président du conseil d’administration de l’opérateur Hyperloop One, Sherwin Pishavar, dans la ville russe de Kazan, ce 17 juin.

La nouvelle route pourrait passer à travers toute la Russie et notamment Kazan, pour assurer la livraison de marchandises de la Chine vers l’Europe.

Hyperloop est un des projets les plus extraordinaires d’Elon Musk, fondateur de PayPal, Tesla Motors et SpaceX. Il s’agit de propulser dans un tube à vide un train- fusée circulant à 1220 km/h en raison de l’absence de rails, donc de frottements et de résistance à l’air. Hyperloop Technologies a réalisé les premiers essais réussis du train dans le Nevada ce 11 mai dernier.

Nous avions indiqué dans une note récente que ce projet avait reçu des investissements de fonds russes ainsi qu’une déclaration d’intérêt de l’opérateur national des chemins de fer russes, RZhD.

Ce 17 juin, les autorités de Kazan ont signé un mémorandum de coopération avec Hyperloop One.http://rt.rbc.ru/tatarstan/freenews/576a813b9a7947fb3353b839

Japon: la Cour suprême valide la surveillance des musulmans 

01/07/2016 fr.sputniknews.com
Japon: la Cour suprême valide la surveillance des musulmansLa cour suprême japonaise a reconnu légitime la surveillance ciblée des représentants de la communauté musulmane dans le pays.

The Independent rappelle qu'en 2010 s'est produite une fuite de plus d'une centaine de dossiers policiers contenant les données collectées dans les chambres de prière, les magasins halal et les bureaux d'organisations musulmanes de Tokyo.
Par la suite, un groupe 17 musulmans a porté plainte contre le gouvernement nippon pour violation de leurs droits constitutionnels. Bien que la justice ait ordonné de verser une compensation de 880.000 dollars américains aux plaignants pour irruption dans leur vie personnelle, la Cour suprême a reconnu les actions de la police comme "nécessaires et inévitables" pour protéger le pays face au terrorisme international.
Selon les statistiques datant de 2010, le Japon, dont la population s'élève à près de 127 millions d'habitants, compte environ 185.000 musulmans. Près de 40 mosquées et environ 100 chambres de prière musulmanes sont présentes dans diverses régions du pays https://fr.sputniknews.com/international/201607011026319770-japon-musulmans-surveillance/

---------- Message transféré ----------
De :Kourosh <>
Date : 3 juillet 2016
Objet :L'hypocrisie des médias occidentaux...

LES ATTENTATS EN TURQUIE PASSÉS SOUS SILENCE

Par Saïd BOUCETTA - Dimanche 03 Juillet 2016

Un traitement sélectif de l'informationUn traitement sélectif de l'informationTrois ceintures d'explosifs actionnées dans un aéroport stambouliote ne méritent même pas un plateau de télévision en Europe et aux États-Unis. En trois jours, Daech, Boko Haram et les Shebab ont commis des horreurs dans plusieurs pays de la planète. La Turquie et le Bengladesh pour la première organisation terroriste, le Cameroun pour la seconde et la Somalie pour les groupes Shebab qui martyrisent les Somaliens depuis plus d'une décennie. Ces trois mouvements d'inspiration wahhabite sèment la mort parmi les populations musulmanes et les dernières actions commises, ces dernières 76 heures, figurent parmi les plus sanglantes. Lire


---------- Message transféré ----------
De : foued <foued6978@gmail.com>
Date : 27 juin 2016 à 20:01
Objet : Pour info: je ne fais pas la promotion des journaux sionistes mais parfois nos ennemis sont plus véridiques et plus transparents
Que nos frères et nos amis qui sont souvent lâches et hypocrites et très rarement courageux et digne. Foued.

Pour le Hamas, un mauvais accord dévoile une Turquie en tigre de papier

Erdogan a promis pendant des années qu’il n’y aurait pas de réconciliation avec Israël à moins que le blocus de Gaza ne soit levé. Puis il est parvenu à un accord avec Netanyahu qui laisse le blocus en place

27 juin 2016 Avi Issacharoff Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen-Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, le portail leader d'infos en Israël.

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, avec le chef du Hamas Khaled Meshaal avant leur réunion au palais présidentiel à Ankara, en Turquie, le 12 août 2015. (Crédit : capture d'écran Youtube/TayyipErdoganArabic)Le président turc Recep Tayyip Erdogan, à droite, avec le chef du Hamas Khaled Meshaal avant leur réunion au palais présidentiel à Ankara, en Turquie, le 12 août 2015. (Crédit : capture d'écran Youtube/TayyipErdoganArabic) … [Plus]

Six ans après s’être produite, la crise grotesque entre Jérusalem et Ankara s’est finalement achevée lundi. Et grotesque est le mot juste. http://fr.timesofisrael.com/pour-le-hamas-un-mauvais-accord-devoile-une-turquie-en-tigre-de-papier/

Khaled Mechaal, leader de l'organisation palestinienne du Hamas Rencontre entre Erdogan et le leader du Hamas
Khaled Mechaal remercie la Turquie après l'accord de normalisation avec Israël

---------- Message transféré ----------
De : Hassan <ara0@free.fr>
Date : 29 juin 2016 à 19:04
Objet :Ça sent la fin de l’Europe un peu partout depuis le Brexit.

le jour des résultats l'opportuniste Erdogan annonçait un referendum pour demander aux turcs s'ils veulent continuer  l'intégration européenne (il est même pas dans l'UE et il fait un Turxit...😁😁)

En fait , il sent que c'est la fin de l’Europe et d'une bonne partie de la stratégie occidentale et confirme encore la force d'attraction des BRICS et il anticipe la colère des turcs après l'attentat d’Istanbul par ses mercenaires... après le rétablissement des relations avec Israël, il est de plus en plus aux abois, et incohérent... Turcs et syriens mènent des négociations en Algérie et avec la médiation de ce pays nord-africain

Turquie: "La Russie n'est que le début, la Syrie suivra"
29.06.2016 Sputnik France

https://cdnfr1.img.sputniknews.com/images/102627/00/1026270074.jpgLe 27 juin, le président turc Recep Tayyip Erdogan a fini par s'excuser devant la Russie pour son bombardier abattu, jetant ainsi les bases de la réconciliation. Le président du parti Vatan (Patrie), Doğu Perinçek, y voit le premier pas vers la normalisation des relations étrangères d'Ankara et prédit un prochain rapprochement avec la Syrie.https://fr.sputniknews.com/international/201606291026270128-syrie-russie-turquie-relations

Poutine: La Syrie est l’épicentre de la lutte contre le terrorisme

30-06-2016

"Bien que la fin du conflit en Syrie soit encore loin, l’expérience de ces derniers mois dans ce pays a démontré que la création d’un front antiterroriste commun, mainte fois prôné par la Russie"..

---------- Forwarded message ----------

From: Adel Mahmoud <adel.m70@gmail.com>

Date: 2016/7/3

Subject: Iran ou Israël, lequel choisira Poutine?

Sun Jul 3, 2016 presstv.ir/French
le premier ministre israélien reçoit une gifle(photo d'archive) le premier ministre israélien reçoit une gifle(photo d'archive)
Selon le quotidien israélien, Jerusalem Post, "Netanyahu a échoué à convaincre Vladimir Poutine de renoncer à ses relations avec l'Iran, le Hezbollah ou la Syrie" "En dépit de ses multiples déplacements à Moscou, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, n'a pas pu convaincre le président russe de l'accompagner dans des dossiers comme ceux de la Syrie ou des relations avec l'Iran et le Hezbollah", rapporte le journal.  http://www.presstv.ir/DetailFr/2016/07/03/473421/Iran-ou-Isral-lequel-choisira-Poutine

 

---------- Message transféré ----------
De : jeff <capitainejeff@yahoo.fr>
Date : 2 juillet 2016 à 12:13
Objet : A lire sans faute:

Merci aux sanctions :la Russie est maintenant la reine du blé

Par William Engdhal – Le 15 juin 2016 – Source New Eastern Outlook

F. William EngdhalL’un des commentaires les plus souvent entendus de la bouche des économistes traditionnels occidentaux, est que l’économie russe est trop dépendante des exportations d’énergie et ne peut pas être compétitive dans des domaines autres que l’exportation de matières premières de base. Alors que les exportations de pétrole et de gaz restent une source essentielle de revenus pour l’état, elle est loin d’être la seule. En raison des sanctions économiques des États-Unis et de l’UE visant le secteur énergétique de la Russie en 2014, le Kremlin a riposté, au mois d’août de la même année, avec des sanctions sur une large gamme de produits alimentaires d’importation de l’UE et des États-Unis. Quelques mois plus tard, en novembre 2015, après que la Turquie a abattu un jet russe dans l’espace aérien syrien, Moscou a également interdit les principales importations de produits alimentaires en provenance de Turquie, en particulier les tomates et les concombres. La forte réduction des importations de produits alimentaires et des incitatifs gouvernementaux sélectifs à l’agriculture ont entraîné une augmentation spectaculaire de la production agricole russe. http://lesakerfrancophone.fr/merci-aux-sanctions-la-russie-est-maintenant-la-reine-du-ble

EUROPE

---------- Message transféré ----------
De : Les Amis d'Alain de Benoist <information@alaindebenoist.com>
Date : 30  juin 2016
Objet : Le Brexit a retenti comme un coup de tonnerre, qui semble avoir surpris jusqu’à ses partisans. Comment en est-on arrivé là ? Et quel est le sens profond de cet événement ?

Brexit : vers un effet domino en Europe ?

30 juin 2016 Alain de Benoist

Le Brexit, une conséquence logique de l'état de l'Europe d'aujourd'huiLes Anglais se sont tirés les premiers : c’est en effet un événement historique. Mais d’abord une remarque : ils n’auraient, pour commencer, jamais dû y entrer. Comme le général de Gaulle l’avait bien compris en son temps, l’Angleterre s’est toujours sentie plus proche des États-Unis (le « grand large ») que de l’Europe, où elle n’a cessé de jouer le rôle d’un cheval de Troie atlantiste et dont elle n’a jamais pleinement accepté les règles. En ce sens, le divorce met fin à un mariage qui n’avait jamais été vraiment consommé.http://www.bvoltaire.fr/alaindebenoist/brexit-vers-un-effet-domino-en-europe,265172

---------- Message transféré ----------
De : "Fabien"
Date : 30 juin 2016 à 09:51
Objet :  lapsus révélateurs.Voici une petite vidéo de 59 secondes à partager sans modération! Des propos venus de l'espace..

Quand le Brexit monte à la tête de certains.
Afficher l'image d'originesession extraordinaire au parlement européen... Dans tous les sens du terme!  Instagram video by RT France Jun 29, 2016 at 4:18pm UTC

juncker : https://www.instagram.com/p/BHPqzrgjbnt/ pétition rebrexin : https://www.instagram.com/p/BHKA9InDben/

---------- Forwarded message ----------

From: YJGPaix <yves-jean.gallas@mvtpaix.org>
Expéditeur: "Global Network" <globalnet@mindspring.com>
Date: 2016-06-27 19:22 GMT+02:00
Subject :Réseau International pour délégitimer L'OTAN

Amicalement Yves-Jean Gallas

Un complément d'information intéressant pour Varsovie.

Information list of the network No to War - No to NATO www.no-to-nato.org, info@no-to-nato.net

 

Les Polonais apprendront à aimer l'Otan dès l'écoleTo subscribe the list send an email to no-to-nato-subscribe@lists.riseup.net To unsusbcribe the list send an email to no-to-nato-unsubscribe@lists.riseup.net

For sending information over the list use the address no-to-nato@lists.riseup.net
 

---------- Message transféré ----------

De : Allain Jules <comment-reply@wordpress.com>

Date : 30 juin 2016

Objet :« le Royaume Uni continuera à jouer son rôle dirigeant dans l’Otan ».

Otan/Exit, objectif vital

Par Manlio Dinucci, 28 juin 2016

 http://www.globalresearch.ca/wp-content/uploads/2016/06/brexit-drapeaux-400x252.jpgL’Otan, dans l’inattention générale, accroît sa présence et son influence en Europe. .. Au moment où l’Ue se fissure et perd des morceaux, par la rébellion de vastes secteurs populaires détériorés par les politiques « communautaires » et sous l’effet de ses propres rivalités internes, l’Otan se pose, de façon plus explicite que jamais, comme base d’union entre les États européens.
Le secrétaire général Stoltenberg, ayant pris acte que « le peuple britannique a décidé de quitter l’Union européenne », assure que « le Royaume Uni continuera à jouer son rôle dirigeant dans l’Otan ». Il souligne ainsi que, devant la croissante instabilité et incertitude, « l’Otan est plus importante que jamais en tant que base de la coopération entre les alliés européens et entre l’Europe et l’Amérique du Nord ».http://www.mondialisation.ca/otanexit-objectif-vital/5533231

Jacques Baud : le terrorisme comme stratégie militaire

Voltaire Network TV | Berne (Suisse) | 30 juin 2016

http://www.voltairenet.org/local/cache-vignettes/L250xH385/terrorisme-baud-70fae.jpgLe colonel Jacques Baud est un expert suisse en sécurité. Il donne ici un entretien à TV5 Monde à l’occasion de la sortie de son livre Terrorisme, mensonges politiques et stratégies fatales de l’Occident. Issu d’un État neutre, il s’autorise à dire quelques éléments de vérité, malgré la doxa atlantiste.

«Un discours va-t-en-guerre est savamment distillé en Occident»

26 Jun, 2016 | Guy Mettan Interview réalisée par Mohamed El-Ghazià Algeriepatriotique :

Pour le journaliste et homme politique suisse, le nouvel axe en Europe de l’Ouest n'est plus Paris-Berlin, mais Berlin-Varsovie. Interview.

Algeriepatriotique : Dans votre livre Russie-Occident : la guerre de mille ans vous avez remonté l’histoire, jusqu’à l’empereur Charlemagne, pour expliquer l’acharnement des Occidentaux contre la Russie. Pouvez-vous nous en parler ?  source:http://algeriepatriotique.com/fr/article/guy-mettan-à-algeriepatriotique-un-discours-va-t-en-guerre-est-savamment-distillé-en

---------- Message transféré ----------
De : Bruno DRWESKI <drweski.bruno@orange.fr>
Date : 30 juin 2016 à 09:36
Objet : Affaire de Cologne: où en est l'enquête, six mois après ?...
En fait, ça ressemble comme mode opératoire aux revocouleurs twitters&co flashmob ...mais d'un autre genre ...Pourquoi en Allemagne et pas ailleurs ? Pourquoi cette année là ? Pourquoi les caméras sont toutes floues ? Pourquoi alcool et amphétamines ? Pourquoi enquête impossible ? Pourquoi focalisation sur les agressions sexuelles et pas sur les vols alors que ceux-ci furent plus nombreux ? Bien organisés ? par qui ?

Agressions à Cologne: L’enquête impossible?

28/06/16 20minutes.fr/mond

La police allemande et une jeune femme pendant le Carnaval de Cologne, le 4 février 2016.La police allemande et une jeune femme pendant le Carnaval de Cologne, le 4 février 2016. — Martin Meissner/AP/SIPA

Le 31 décembre, des centaines de femmes ont déclaré avoir été agressées sexuellement dans la rue à Cologne. Où en est l’enquête, six mois après ?...
Le 31 décembre 2015, le soir de la Saint-Sylvestre, Cologne était le théâtre d’une vague de violences, notamment sexuelles, contre des femmes, attribuées à des migrants. Point sur l’enquête, reportages, témoignages… Six mois après, 20 Minutes revient sur ces événements qui ont scandalisé l’Allemagne, alors aux prises avec un afflux sans précédent de demandeurs d’asile.
http://m.20minutes.fr/monde/1862175-20160628-agressions-cologne-enquete-impossible#xtor=RSS-145

 

---------- Message transféré ----------
De : Mohamed Bouhamidi <mohbouha4@gmail.com>
Date : 29 juin 2016 à 20:44
Objet : « Cologne, contre-enquête » d’Ahmed Bensaada

Par Abdellali Merdaci 29 Juin 2016

Pour comprendre le phénomène Daoud

« Cologne, contre-enquête » (Alger, éditions Frantz Fanon, juin 2016 ; préface de Jacques-Marie Bourget), l’essai d’Ahmed Bensaada sur le parcours d’écrivain et de journaliste de Kamel Daoud, marque une date essentielle dans la critique du fait littéraire algérien actuel. C’est, en effet, la première fois dans la longue histoire de la littérature algérienne que le parcours d’un écrivain mu par la recherche de la célébrité et du succès de scandale est l’objet d’une rigoureuse étude étayée par une respectable et imposante documentation. A partir des symptomatiques événements du 31 décembre 2015 et de la lecture injonctive qu’il en a présentée dans « Le Monde » et « Le New York Times », qui constitue dans sa brève carrière littéraire et médiatique parisienne un pic dans la surenchère chicaneuse et querelleuse sur l’Algérie, Israël et la Palestine, les Arabes et l’Islam, Bensaada déconstruit la foultitude de discours autour de l’auteur de « Meursault, contre-enquête » (Alger-Arles, Barzakh-Actes Sud, 2013-2014) et de la foudroyante notoriété que lui a forgé un courant de pensée néoconservateur très actif en Occident, plus particulièrement en France.

Le critique interroge ce qui a rendu légitime en Occident la parole et les écrits de Daoud et il relève :http://bouhamidiover-blogcom.over-blog.com/2016/06/cologne-contre-enquete-d-ahmed-bensaada-pour-comprendre-le-phenomene-daoud.html LIRE VIA  FACEBOOK :  https://www.facebook.com/chroniques.bouhamidi/

Merkel annonce un réarmement militaire massif

wsws.org Mondialisation.ca, 25 juin 2016 Par Johannes Stern

Merkel annonce un réarmement militaire massifL’Allemagne prépare un renforcement militaire sans précédent. Cela ressort clairement du discours de la chancelière Angela Merkel à la « Journée de l’économie » du CDU, mardi soir, à Berlin. « Nous sommes confrontés à des conflits asymétriques d’une ampleur jusque-là inconnue, » a dit Merkel en s’adressant aux principaux source: http://www.mondialisation.ca/merkel-annonce-un-rearmement-militaire-massif/5532832

Tony Blair est un Psychopathe ! (Jonathan Pie 05/06/2016)

29 juin 2016 Véro Rehearsais (son site)

https://i.ytimg.com/vi/c-Q9vBG_0GA/hqdefault.jpg?custom=true&w=196&h=110&stc=true&jpg444=true&jpgq=90&sp=68&sigh=ouGq3zAlCPEEcM6IQwQsSeEcI5k" Tony Blaiiirrrr... Ça ressemble vraiment à un réflexe nauséeux, ne trouvez-vous pas ? Je hais cet homme comme je n'ai jamais haï personne ! "
Jonathan Pie, journaliste bidon " Suit & Tie " so british joué par le comédien britannique Tom Walker, sévit sur le net depuis moins d'un an.Un "sketch" dédié à T. Blair et au rapport de la commission d'enquête sur la guerre en Irak (commission Chilcot), qui normalement, devrait être publié courant juillet 2016.Quelques grammes de vulgarités et/ou de vérités en moins de 3mn30
Source vidéo :https://www.youtube.com/wat...

---------- Message transféré ----------
De :  Israel Shamir <adam@israelshamir.net>
Date : 27 juin 2016
Objet : "Félicitations, les Anglais : Vous avez porté un coup au nouveau Reich, et nous avez redonné espoir à tous.... "

Le Brexit c'est bon pour vous

Peu de gens s’attendaient à l’issue positive du referendum pour le Brexit. Dubitatif parmi d’autres, je pensais que le gouvernement britannique ferait sienne une quelconque manipulation à la Clinton, et proclamerait que le Bremain (« Britain Remain" ) avait gagné d’une façon ou d’une autre. Nous en avons tellement vu, de ces tours de passe-passe, pour les primaires démocrates, cette année ; les votes n’avaient pas été comptés, que les journaux proclamaient déjà Hillary gagnante ; des millions de gens n’ont pas pu voter du tout, car chassés des listes ; Trump se voyait diabolisé comme un nouvel Hitler ; et je pensais qu’ils feraient les mêmes coups en douce au Royaume Uni.http://plumenclume.org/blog/133-le-brexit-c-est-bon-pour-vous-

Brexit, le film 21 juin 2016 Frexit

https://i.ytimg.com/vi/aVcJyKR_lHg/hqdefault.jpg?custom=true&w=320&h=180&stc=true&jpg444=true&jpgq=90&sp=68&sigh=3jo415xmLoLxsgw3xY8s-Hw9WGEBREXIT LE FILM est un film-documentaire pour inviter le plus grand nombre à voter en faveur de la SORTIE de la Grande-Bretagne de l’UE lors du référendum du 23 juin…

Le « BREXIT », ou un sursaut contre la démolition financière des peuples

A première vue, nous ne pouvons que saluer cette occasion d’expression qui a été donnée au peuple anglais, de faire entendre sa voix, et qui menace de faire des émules[i]. Les cris d’orfraies hystériques s’élevant contre le « populisme » (comprendre: l’odieuse outrecuidance de faire appel au peuple) ne parviennent qu’à nous...

---------- Message transféré ----------
De : Jean louis Blaquier <jeanlouis.blaquier@icloud.com>
Date : 29 juin 2016 à 20:55
Objet : Euro/Afrique en perspective ? une pertinente analyse

Reconstruire l’Europe après le « Brexit »

28 juin 2016 Le blog de Thomas Piketty,

 Avouons-le : jusqu’au petit matin du 24 juin 2016, personne ne croyait vraiment que les Britanniques allaient voter pour le « Brexit ». Maintenant que le désastre est arrivé, il est tentant de se sentir découragé, et d’abandonner tout rêve de refondation démocratique et progressiste de l’Europe. Il faut pourtant persévérer et reprendre espoir, car il n’existe pas d’autre option : la montée des égoïsmes nationaux et de la xénophobie en Europe nous conduit tout droit à la catastrophe. Reprenons le fil des événements, et voyons ce qu’il faudrait changer et clarifier pour reconstruire l’Europe après le Brexit. http://piketty.blog.lemonde.fr/2016/06/28/reconstruire-leurope-apres-le-brexit/-

Pourquoi les Britanniques ont dit non à l’Europe, par John Pilger

28 Juin 2016 Source : Le Grand Soir, John Pilger, 27-06-2016

arton30571-f43b5La décision de quitter l’Europe votée par la majorité des Britanniques est un acte parfaitement démocratique. Des millions de gens ordinaires ont refusé de se laisser impressionner, intimider et mépriser par les analystes des principaux partis, le monde des affaires, l’oligarchie financière et les grands médias.

 

---------- Message transféré ----------
De : lettre ms21 <lettre-ms21@ms21.org>
Date : 28 juin 2016 à 17:21
Objet : MS21: BREXIT

Publié le 28 juin 2016 par MS21

BREXIT A l’issue d’une campagne intense le peuple britannique a donc décidé de quitter l’Union Européenne et de retrouver sa souveraineté. C’est un événement de première importance qui porte les enjeux politiques des mois à venir vers une nouvelle configuration. Pour lire la suite cliquez sur le lien ci-dessous: http://ms21.over-blog.com/2016/06/brexit.html

Il faut s'opposer au complot visant le leader travailliste Jeremy Corbyn 

par Socialist Equality Party 29 Juin 2016,WSWS Déclaration du Socialist Equality Party (GB)

Il faut s'opposer au complot visant le leader travailliste Jeremy Corbyn  (Socialist Equality Party)Le Socialist Equality Party (Parti de l’Egalité socialiste) dénonce la campagne menée pour évincer Jeremy Corbyn, le dirigeant du Parti travailliste (Labour). Il ne s’agit pas seulement d’une attaque contre le droit de centaines de milliers de membres du Labour de déterminer leur direction, c’est aussi une tentative, qui menace toute la classe ouvrière, de pousser la politique encore plus à droite.

---------- Message transféré ----------
De : Mohamed Bouhamidi <mohbouha4@gmail.com>
Date : 27 juin 2016 à 03:53
Objet : "Pour l’oligarchie juive, le Brexit est une alerte rouge. «Hands off» [Bas les pattes,]"

Gilad Atzmon : « Brexit et oligarchie juive »

24 juin 2016 Traduit par Sabine Schäublin pour Arrêt sur Info
Hier, la Grande-Bretagne a voté pour quitter l’UE. Les causes de ce résultat sont connues depuis longtemps. Plus de la moitié des Britanniques sont consternés par le niveau de l’immigration, le multiculturalisme, le manque de possibilités d’emploi, le capitalisme global, l’évaporation de l’industrie et une bulle immobilière qui laisse la plupart des jeunes Britanniques sans perspectives d’avenir décent.
Le Brexit était un débouché pour ces frustrations légitimes. Pourtant, les symptômes problématiques énumérés ci-dessus ont peu à voir avec l’UE ou avec Bruxelles. Leur cause est ailleurs. http://arretsurinfo.ch/gilad-atzmon-brexit-et-oligarchie-juive/

---------- Forwarded message ----------
From: Hassan<ara0@free.fr>
Date: 2016-06-27 21:01 GMT+02:00
Subject: L’ouverture qui se profile permettra-t-elle aux peuples d’Europe de se libérer de cette dictature oligarchique qui pilote le Continent via le Politburo de Bruxelles ?

Brexit, opportunité historique ou piège de l’oligarchie ?
Par Youssef Hindi le 26 juin 2016

https://media.licdn.com/mpr/mpr/shrinknp_200_200/AAEAAQAAAAAAAAZjAAAAJDUwNWE3OWFjLTczOTMtNDdhNS1iMmQ3LTgyZWYyYjdmOGI3MA.jpgLe point de vue de l’historien Youssef Hindi sur le Brexit

Au lendemain du Brexit, les européistes comme les eurosceptiques se questionnent sur l’avenir de l’Union européenne et du Continent. La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union va-t-elle entraîner un effet domino ? Si tel est le cas, l’Euro, en tant que monnaie dite unique (elle est en réalité une monnaie commune convertie dans les anciennes monnaies nationales), disparaîtra mécaniquement. http://arretsurinfo.ch/brexit-opportunite-historique-ou-piege-de-loligarchie/

---------- Message transféré ----------
De : Gilbert Leonard <gleonard2008-kr@yahoo.fr>
Date : 26 juin 2016 à 23:09
Objet : LES BANQUIERS RÉAGISSENT

Le président de Goldman Sachs annonce qu’il va falloir annuler le Brexit«d’une façon ou d’une autre»
 
Peter Sutherland (@PDSutherlandUN) 25 juin 2016

  Le président de Goldman Sachs annonce qu’il va falloir annuler le Brexit « d’une façon ou d’une autre »L’ancien Commissaire européen à la concurrence, ancien directeur général de l’OMC, actuel président de l’European Policy Center et actuel président de Goldman Sachs International a diffusé le tweet suivant suite à la victoire du Brexit au référendum britannique : The younger generation in UK has been sacrificed all because of distortion of facts & consequences. Somehow this result must be overturned.
« La jeune génération au Royaume-Uni a été sacrifiée, tout ça à cause d’une déformation des faits et des conséquences. D’une façon ou d’une autre, ce résultat doit être annulé. »
Source : UPR.fr http://www.agenceinfolibre.fr/le-president-de-goldman-sachs-annonce-quil-va-falloir-annuler-le-brexit-dune-facon-ou-dune-autre /

---------- Message transféré ----------
De : Laurent Dauré <laurent.daure@gmail.com>
Date : 27 juin 2016 à 18:58
Objet : L'Union européenne est une secte politique

http://www.egaliteetreconciliation.fr/local/cache-vignettes/L595xH842/Olive_Eris_dessin_tafta_attali-a5e1a-78581.jpgL’Union européenne se comporte comme la Scientologie. Si un membre veut quitter l’organisation pour retrouver sa liberté, on le harcèle, on l’intimide, on le dénigre, on cherche à nuire à sa réputation, bref, on s’efforce de lui pourrir la vie ; pour le punir mais aussi – et surtout – pour tétaniser ceux qui seraient tentés de faire la même chose.

Mais les petites frappes de l’européisme ne se rendent pas compte que de telles pratiques dégradent encore plus l’image de la secte. La brutalité et le mépris avec lesquels les européistes réagissent au Brexit (ceux qui ont voté « Leave » seraient majoritairement des racistes, des xénophobes et des ignorants) montrent le véritable visage de la construction européenne. Les peuples et la démocratie sont perçus comme des menaces à neutraliser. Pour les gourous de « l’union sans cesse plus étroite » (et de l’austérité sans cesse plus large), être contre l’UE équivaut à s’exclure de l’humanité décente.

Le mage médiatique Jacques Attali a d’ailleurs affirmé que la construction européenne était, comme « l’abandon de la peine de mort », une « avancée irréversible de l’espèce humaine » (voir cette vidéo).

Les euro-fanatiques n’ont pas de solution, la situation leur échappe et le durcissement du ton est à interpréter comme de l’impuissance. La partie n’est pas encore gagnée mais une dynamique très favorable vient de s’enclencher avec le Brexit.

Le chemin vers la souveraineté populaire, l’indépendance nationale, la démocratie, le progrès social et la paix n’est plus aussi inaccessible qu’avant le 23 juin...

Et maintenant, le Frexit !

Laurent Dauré

---------- Message transféré ----------
De : Union Populaire Républicaine
Date : 23 juin 2016
Objet : Auteur d'une biographie remarquée sur Hugo Chavez, qu'il a connu personnellement, Jean-Jacques SEYMOUR est l'animateur-vedette de l'émission politique de TROPIQUES FM de 12h00 à 12h30. Il est aussi l'un des rares journalistes français à donner régulièrement la parole à l'UPR.

François Asselineau invité de Jean-Jacques Seymour sur Tropiques FM

  28 juin 2016 Union Populaire Républicaine - UPR - Officiel
  22:41 Tropiques FM est une radio locale émettant sur 92.6 MHz sur la bande FM. Elle est plus particulièrement écoutée, à Paris et en Île de France, notamment par nos concitoyens originaires des Antilles françaises, de Guyane, et aussi de la Réunion.Selon les sondages d’audience Médiamétrie, Tropiques FM est écoutée par plus de 150.000 auditeurs chaque jour.

---------- Message transféré ----------
De : Jean louis Blaquier <jeanlouis.blaquier@icloud.com>
Date : 2 juillet 2016 à 22:21
Objet : [Inter_co_Afrique] Rocard et l'autre gauche non coloniale
A nous de penser le grand Autre de la Gauche à venir ? cosmopolitisme ?

«La gauche a perdu la bataille des idées» : le testament politique de Rocard

Par Eugénie Bastié Publié le 02/07/2016 

http://i.f1g.fr/media/figaro/300x400/2016/07/02/XVM621c718a-408f-11e6-93c7-99d08471785a-300x400.jpgLE SCAN POLITIQUE - Dans une interview-fleuve publiée dans Le Point il y a moins de dix jours, Michel Rocard délivrait son point de vue sur des sujets aussi variés que le Brexit, la gauche française ou la guerre en Syrie.

Brexit, François Hollande, Ukraine, guerre en Syrie, écologie… dans une interview-fleuve d'une dizaine de pages publiée dans Le Point il y a moins de dix jours, Michel Rocard, décédé samedi 2 juillet à l'âge de 85 ans, se confiait, dans ce qui se lit rétrospectivement comme un testament politique. Il y réitérait les convictions qu'il a défendu toute sa vie: la décentralisation, son admiration pour le modèle scandinave, son hostilité à l'envol de la dépense publique , sa critique des médias et de leur culte du divertissement.http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/07/02/25002-20160702ARTFIG00191-la-gauche-a-perdu-la-bataille-des-idees-le-testament-politique-de-rocard.php

---------- Forwarded message ----------
From: hassen <123ha@free.fr>
Date: 2016-07-03
Subject: Rocard et l'Algérie : son rapport sur la torture a marqué un tournant dans la guerre

 Ce que Michel Rocard laisse à l’AfriqueL’ex-Premier ministre français Michel Rocard s'est éteint ce samedi à l'âge de 85 ans. Il s’est distingué par ses positions «réfractaires» par rapport aux socialistes français, sur au moins deux sujets sensibles : l’État d’Israël et la question algérienne. Alors qu’il n’était qu’un inspecteur des finances,

Brexit : pour Michel Rocard, «l’Europe se meurt car elle ne possède pas d’évidence stratégique»

23 juin 2016 de RT France

2:13-A un jour du référendum du Brexit qui déterminera le destin de la Grande-Bretagne au sein de l’Union européenne, RT France vous révèle une interview de Michel Rocard, Premier ministre sous François Mitterrand, réalisé au mois de mai.

Michel Debray confie à RT France sa vision de la défense de l’Europe

27 juin 2016 RT France

 

3:22- Le vice-amiral français Michel Debray a donné une interview à RT France dans laquelle a il soulevé les problèmes de la Défense ...

---------- Message transféré ----------
De : Strategique <strategique@orange.fr>
Date : 27 juin 2016 à 16:16
Objet : Compte rendu: La nouvelle diplomatie française au Moyen-Orient

 Chers tous,

http://www.academiegeopolitiquedeparis.com/images/La-nouvelle-diplomatie-franaise-au-Moyen-Orient-23-Juin-2016-4.JPGPermettez-moi de vous remercier ainsi, de ma part et de celle de notre Conseil scientifique, pour votre présence à notre colloque sur  « La nouvelle diplomatie française au Moyen-Orient » qui s’est tenu le vendredi 23 Juin  2016 à la Sorbonne.Votre présence nous a réjoui et nous donne toujours le courage de continuer notre tâche scientifique.Je vous prie de trouver, le compte rendu du colloque et je suis ouvert à toutes vos remarques et vos observations.Veuillez le trouver dans les liens:http://www.academiegeopolitiquedeparis.com et http://academiedegeopolitiquedeparis.com ainsi sur notre page facebook :https://www.facebook.com/Académie-de-Géopolitique-de-Paris-

Très cordialement,Ali RASTBEEN.Président de l’Académie de Géopolitique de Paris Tél : 01 48 20 14 89

---------- Message transféré ----------
De : En point de mire <noreply+feedproxy@google.com>
Date : 30 juin 2016
Objet : En point de Mire
Diplomatie française en vrille: Olivier Poivre d’Arvor, le nouveau résident de Carthage
29 juin 2016 René Naba
Afficher l'image d'origineL’homme est un habitué des Palais Nationaux. Olivier Poivre d’Arvor, –le frère de l’autre, mais pas que–, sera le prochain représentant de la France en Tunisie, un pays à l’épicentre des turbulences djihadistes au Maghreb, en remplacement d’un spécialiste, François Gouyette.http://www.renenaba.com/diplomatie-francaise-vrille-olivier-poivre-darvor-nouveau-resident-de-carthage/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+enpointdemire+%28En+point+de+Mire%29

---------- Message transféré ----------
De : "simone lafleuriel-zakri" <sjlafleur.parzakri@gmail.com>
Date : 29 juin 2016
Objet : Déclaration de la délégation du PCF reçue à l’Élysée et attentat d'Istanbul

Certes, mais on attend aussi l'auto-critique de la direction du PCF sur ses propres positions à l'égard de la "révolution syrienne" et de l'Etat syrien en 2011 ... Car ce qui se passe aujourd'hui en Turquie et ailleurs, Daech, An Nosra, Yémen, etc n'est que la conséquence logique des deux bévues majeures, l'agression contre la Libye puis l'ingérence dans les affaires intérieures syriennes pas seulement par Erdogan mais aussi par les maîtres de l'OTAN dont la Turquie est membre

Attentat/Istanbul: «La politique guerrière d'Erdogan alimente le terrorisme»

http://international.pcf.fr/sites/default/files/imagecache/image/attentatistanbul_2.jpgEt oui il est grand temps d'accentuer la pression sur notre gouvernement finalement  complice de ce chaos aux résultats à la férocité  sans  limites, et toujours plus  sanglants : un chaos de toute la région servi par une Turquie aux ordres de la barbarie- ce qui commence à être bien documenté- et qui  dépasse même les  espérances de ces  grands maîtres du monde, toujours à la manœuvre, et qui mirent si bien  KO, et pour mieux le" dépouiller" , l'empire de ses "pères" ottomans"....

Un nouvel attentat suicide à l'aéroport d'Istanbul, et attribué à l'organisation État islamique (Daesh), vient d'endeuiller la Turquie. Il fait suite à une longue série d’attaques meurtrières qui, depuis deux ans, frappe des dizaines de civils innocents et défenseurs des droits humains et démocratiques en Turquie. Le Parti communiste français tient à exprimer sa profonde tristesse et à assurer les familles des victimes, ...http://international.pcf.fr/89626

 

---------- Message transféré ----------
De : Chrétien De Syrie Pour La Paix <contact@chretiens-de-syrie-pour-la-paix.com>
Date : 1 juillet 2016
Objet : Témoignage direct de Syrie

Nous vous remercions de votre présence à notre conférence qui s'est tenue le 27 juin à Notre Dame de Passy.Un grand merci aux intervenants pour la qualité de leurs interventions. Vous trouverez avec ces deux liens(photos et quelques informations):https://www.facebook.com/RassemblementLaicitePaix/posts/1191686290866292 et  https://www.facebook.com/RassemblementLaicitePaix/posts/1192900277411560

Dr Lahham: La majorité absolue de la population est avec l’État syrien

1 juil. 2016 Sputnik France

https://i.ytimg.com/vi/zIstzOrrdpg/hqdefault.jpg?custom=true&w=320&h=180&stc=true&jpg444=true&jpgq=90&sp=68&sigh=HxT1ySAU0EW3BZO_A2SV5NK6Z-0  17:32 J'ai invité ce médecin qui, après de multiples difficultés, a pu obtenir son visa français et a finalement pu venir en France pour témoigner de la réalité à Damas. Il a fait ses études de médecine en France. Il a été reçu par notre association chrétiens de Syrie pour la paix, qui lui a organisé une conférence à Notre Dame de Passy dans le 16eme arrondissement de Paris. Il a aussi participé à un séminaire à la Sorbonne organisé par l'institut de géopolitique dirigé par Ali Rastbeen. Des journalistes occidentaux l'ont rencontré et ont même très longtemps discuté avec lui et ont admis en privé que son opinion était fondée et son témoignage véridique, mais aucun n'a pu aller plus loin et faire publier quoique ce soit, ne serait-ce que pour présenter un autre son de cloche, et ensuite on dira que radio Sputnik France fait de la propagande ...a qui la faute ?< https://www.youtube.com/watch?v=zIstzOrrdpg >

---------- Message transféré ----------
De : bassam tahhan <pierhan@yahoo.fr>
Date : 28 juin 2016 à 22:06
Objet :La Trahison de la politique arabe de la France

27 juin 2016 Eurasiexpress


28:26 interview de Bassam Tahhan, politologue, spécialiste du monde arabo-musulman, par Frédéric Saillot, le 27 juin 2016

---------- Message transféré ----------
De : henriette Ciboulet <henriette3000@gmil.com>
Date : 1 juillet 2016
Objet : Signez, diffusez cet appel...envoyez-moi vos signatures en mentionnant votre ville de résidence 

APPEL DE SOUTIEN AU PRÉSIDENT SYRIEN LE DR BASHAR EL ASSAD


Nous,  femmes et hommes, chercheurs, scientifiques, journalistes, enseignants, chefs d'entreprise, citoyens du monde, intellectuels, manuels ou chômeurs, dénonçons les mensonges de nos médias et  politiques de droite ou de gauche sur la situation en Syrie.

Ils ont menti honteusement sur la Libye pour mieux la détruire et assassiner le Guide de sa révolution, celle de 1969 et  y amener la "démocratie mercenaire djihadiste".

Des  centaines de milliers de morts, d'invalides, de prisonniers, de torturés, d'exilés, sans compter les migrants en perdition, sont le résultat de cette attaque d'un pays où les gens vivaient en harmonie.

Ils nous mentent sur la Syrie et son président pour protéger leurs armées d'occupation islamiste

Nous avons été impuissants sur le drame libyen, nous ne voulons pas être complices du même drame en Syrie

---------- Message transféré ----------
De : Jean-Michel Vernochet
Date : 1 juillet  2016
Objet : Merci à celles et ceux qui relaieront sur Facebook

Le bilan du quinquennat de Hollande (Bruno Guigue, JM Vernochet) 

1 juil. 2016Médias-Presse-Infos
 

16:11-A moins d'un an de l'élection présidentielle, Jean-Michel Vernochet demande à Bruno Guigue de donner pour Médias-Presse-Info son analyse du bilan de François Hollande, essentiellement en ce qui concerne la politique étrangère de la France.https://www.youtube.com/watch?v=QfopDiaVrME

Un printemps russe (Alexandre Latsa répond à Jean-Michel Vernochet)
1 juil. 2016 Médias-Presse-Infos

38:42-A moins d'un an de l'élection présidentielle, Jean-Michel Vernochet demande à Bruno Guigue de donner pour Médias-Presse-Info son analyse du bilan de François Hollande, essentiellement en ce qui concerne la politique étrangère de la France.

---------- Message transféré ----------
De : Gilles Devers <gilles@deversavocat.com>
Date : 26 juin 2016
Objet : [20minutes-blogs.fr] Newsletter du blog Actualités du droit

2017 pour Sarko, le PS prépare la suite

24/06/2016 Les opinions vont évoluer, mais peu. On reste dans la trame de 2012. Il ne se passe rien de tangible dans la vie politique, et il n’y a donc aucune raison pour un bouleversement de la donne. A moins d’un viol dans un palace… Pour le premier tour de présidentielles, on a en gros trois blocs qui se valent, pour un tiers chacun.Je précise tout de suite qu’aucun parti ne présente un espoir politique quelconque. Il s'agit juste d’analyser une course de chevaux. http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/archive/2016/06/24/2017-pour-sarko-le-ps-prepare-la-suite-929839.html


---------- Message transféré ----------
De : Raphaël Berland <raphael@cercledesvolontaires.fr>
Date : 27 juin 2016 à 22:12

Objet :Les sujets abordés dans la vidéo sont listés ci-dessous. Les réponses de M. Guigue sont à retrouver dans la vidéo.

Brexit, et maintenant ? Entretien avec Bruno Guigue

par Nico Las (TDH) / le 27 juin 2016
http://www.cercledesvolontaires.fr/wp-content/uploads/2016/06/Bruno-Guigue-600-300x169.jpgLe jour est, on peut le dire, historique. En ce vendredi 24 juin 2016, les anglais viennent de déjouer les pronostics de tout ce que la France compte d’éditorialistes, de politiques et de soi-disant intellectuels en votant favorablement pour une sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Ce « Brexit », sujet tabou, devient une réalité. Le Cercle des Volontaires a souhaité aller à la rencontre de M. Bruno Guigue, ancien haut fonctionnaire et politologue, pour prendre un peu de hauteur sur ces évènements et se poser la question : « Brext, et maintenant ? ». Entretien !

---------- Message transféré ----------
De : Comité Valmy <info@comite-valmy.org>
Date : 2 juillet 2016 à 08:29
Objet : Sapir, Onfray, Chevènement, tigres de papier du souverainisme

Sapir, Onfray, Chevènement, tigres de papier du souverainisme

vendredi 1er juillet 2016,Bruno Guigue  par Comité Valmy

« Brexit : vingt intellectuels* eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité », tel est le titre d’une tribune publiée par « Le Figaro » du 30 juin. Ce texte signé par Jacques Sapir, Michel Onfray et Jean-Pierre Chevènement rend un hommage appuyé au « peuple britannique » qui a « exprimé souverainement sa volonté de rester maître des décisions qui le concernent. » Car « ce vote courageux et massif » est « une claque pour la dérive (...)

Voir aussi en ligne : LA DÉRIVE FÉDÉRALISTE EST CONSUBSTANTIELLE A LA "CONSTRUCTION EUROPÉENNE", par le Général Pierre-Marie GALLOIS

 

---------- Message transféré ----------
De : jeff <capitainejeff@yahoo.fr>
Date : 2 juillet 2016 à 12:13
Objet : Pédagogie...

Conférence : France / Europe entre guerre économique et chaos social. Partie 01 : Lucien Cerise

https://yt3.ggpht.com/-L81MjxskNEA/AAAAAAAAAAI/AAAAAAAAAAA/GxS8j-nk0sA/s88-c-k-no-rj-c0xffffff/photo.jpgCulture Populaire 29 juin 2016

http://www.egaliteetreconciliation.fr/local/cache-vignettes/L250xH261/arton40189-decc0.pngConférence organisée à Nice le 9 avril 2016 par l’association Culture populaire, avec Lucien Cerise et Michel Drac, qui démontrent ici que l’organisation et la gestion du chaos social s’articulent pleinement avec la guerre économique, véritable visage et essence de la « mondialisation ».Première partie – Intervention de Lucien Cerise :https://www.youtube.com/watch?v=dkBjN-MOduU

---------- Message transféré ----------
De : Cercle Aristote <cerclearistote.n2@gmail.com>
Date : 2 juillet 2016
Objet : Rencontre autour de la France et la Mer (Pierre Yves Rougeyron le 4 juillet) et autour de la Libye (Bernard Lugan le 5 juillet)

http://cerclearistote.com/wp-content/uploads/2016/06/Conf%C3%A9rence-La-France-sur-mer.jpgProchaines conférences :- 5 juillet : Bernard Lugan (inscription obligatoire)
Dernières vidéos des conférences au Cercle Aristote :- Pierre-Yves Rougeyron : « Stasis – Penser le chaos »- Baptiste Rappin - « La pensée cosmique de Jean-François Mattéi »
- Roland Hureaux - « La pensée du Général De Gaulle »- Ilyes Zouari - « Le monde francophone, un espace stratégique en mutation »- Amiral Jean Dufourcq : « La relance stratégique de la France »
- Nicole Delépine : « Les conséquences de la loi Touraine » - Gérard Conio : « la provocation est l'essence de la modernité »- Vincent Coussedière : « L'An I du peuple »
Autres vidéos :- Pierre-Yves Rougeyron : « Grand Entretien de juin »

---------- Message transféré ----------
De :postmaster@lafederation.org
Date : 30 juin 2016 à 09:54
Objet : Tribune contre la loi Valls/Hollande/El Khomri : La loi El Khomri mérite un référendum

La loi El Khomri mérite un référendum

https://d22r54gnmuhwmk.cloudfront.net/photos/2/hd/sh/KWhdshgtQvNUAHl-800x450-noPad.jpg?1467150554

Pour toutes et tous il est possible de se joindre à l’appel au référendum sur la loi El Khomri en signant la tribune parue le 28 juin sur le site du journal Le Monde et reprise par Mediapart.Car oui, « la loi El Khomri mérite un référendum ».Pour exiger un référendum, signez, faites signez autour de vous.Ne nous résignons pas. Les régressions sociales ne sont jamais des fatalités !

Pour signer la tribune ci-dessous (également en pièce jointe) et la faire signer : Cette pétition sera remise à: François Hollande La loi El Khomri est depuis longtemps trop contestée pour être imposée par des procédures peu démocratiques.

---------- Message transféré ----------
De : Monique Pelissier <pelissier_monique@hotmail.com>
Date : 1 juillet 2016
Objet : Tombée par hasard sur cette vidéo,( pour illustrer les fachos " antifas " qui sévissent a` République ) Nuit debout ! Le service d'ordre sérénité en action !
Souvenons du discours de Frédéric Lordon à la Bourse du Travail, lorsque ce dernier félicitait la commission "Accueil et Sérénité" de pratiquer "la chasse
Nuit Debout - Accueil et Sérénité Vs Éducation Populaire
 26 avr. 2016
BARON Sylvain

https://i.ytimg.com/vi/yLuJmvCxm2c/hqdefault.jpg?custom=true&w=360&h=202&stc=true&jpg444=true&jpgq=90&sp=68&sigh=o9mrqYQwhGqA_80w68USeUYNTc4à partir de la 11:26 les types qui empêchent de filmer un discours intéressant ressemble à des agents infiltrés (micro détruit, et fille qui filmait agressée ainsi que Michel, Tarkir était là) https://www.youtube.com/watch?v=yLuJmvCxm2c

---------- Message transféré ----------
De : POLEX Rouge <collectifcommunistepolex@gmail.com>
Date : 27 juin 2016 à 13:42
Objet : Communiqué du Collectif communiste Polex sur le Brexit

 APRÈS LE BREXIT LA LUTTE CONTINUE

  Depuis sa naissance, l'Union européenne est une machine de guerre du capitalisme transnational contre les Nations d'Europe et la démocratie. Son rôle est d'imposer des politiques d'austérité, la destruction accélérée des conquêtes sociales et politiques des travailleurs (le projet de loi El Khomry n'en est qu'un exemple français), les privatisations, les délocalisations d'entreprises, etc., au seul profit des actionnaires par-delà les frontières et les volontés des peuples : c'est pourquoi notre première réaction est de nous réjouir de la giflé infligée par les travailleurs d'Angleterre aux partisans de l'Union européenne, banquiers, affairistes, politiciens de droite et de « gauche », journalistes à leur dévotion, etc. Ce chœur des pleureuses du capital ne mérite que notre mépris.

Oui, toutes les Nations, de part et d'autre de la Manche, comme dans les autres continents, ont le droit imprescriptible de décider sans ingérence extérieure de leurs lois, de leur politique économique, monétaire et sociale, de leur politique d'emploi et migratoire, etc. : cela se nomme la souveraineté nationale et la souveraineté populaire, que le Capitalisme actuel ne supporte plus, et qui ont toujours fait partie de l'idéal communiste.

C'est justement quand on oublie ces objectifs justifiés contre l'Union européenne, dans un discours opportuniste et irréaliste sur « une autre Europe possible de Gauche » que l'on laisse les partis d'extrême droite s'en emparer par démagogie, se prétendre défenseurs de la démocratie alors qu'ils rêvent de camps de concentration au service du Capital, et détourner en xénophobie et racisme le mécontentement des salariés.

Les mouvements sociaux du printemps français 2016 le prouvent, comme les luttes sociales et politiques qui se poursuivent en Angleterre, Espagne, Italie, Grèce, et ailleurs, sous des formes diverses : on peut imposer des défaites au Capitalisme et aux dirigeants des pays d'Europe à son service, à condition de mener ces luttes avec lucidité, sans les laisser détourner vers la xénophobie, meilleur allié du Capital.

---------- Message transféré ----------
De : foued <foued6978@gmail.com>
Date : 2 juillet 2016 à 16:12
Objet : Une campagne de diffamation contre le mouvement BDS

La lutte palestinienne pour l’autodétermination : une nouvelle phase ?

Richard Falk 1 juillet 2016

Latuff-cartoon-3Israël subit de moins en moins de pressions pour afficher en public une réceptivité à l’idée de négocier une paix aboutissant à la création d’un État palestinien indépendant.


Cette dernière phase de la lutte nationale palestinienne est menée de façon non violente et d’une manière qui concorde avec les plus pures traditions de la démocratie constitutionnelle

Une question pour l’avenir consiste à savoir si les Français ou les Européens seront en mesure de créer à un moment ou un autre une diplomatie alternative plus crédible. Une telle possibilité est enfin en cours de test et des signes indiquent même que cela inquiète suffisamment Tel Aviv pour forcer Israël à accepter une nouvelle série de négociations d’Oslo inutiles, dans le seul but de saborder ce stratagème français visant à changer le cadre de la diplomatie israélo-palestinienne.

D’un point de vue réaliste, aucun compromis politique permettant d’aboutir à une paix durable n’est perceptible à l’heure actuelle sans un changement de leadership en Israël associé à un changement de l’équilibre des forces pour le rendre plus favorable aux aspirations palestiniennes.

C’est ici que nous observons les débuts d’une nouvelle phase de la lutte nationale menée par les Palestiniens depuis la Nakba de 1948. Envolés les espoirs de voir la Palestine être secourue par les armées libératrices des voisins arabes ou, plus tard, par une résistance armée palestinienne organisée. Envolé également tout espoir actuel d’une paix négociée qui mettrait un terme à l’occupation et produirait un État palestinien délimité par les frontières de 1967. http://www.middleeasteye.net/fr/opinions/la-lutte-palestinienne-pour-l-autod-termination-une-nouvelle-phase-824609023

---------- Message transféré ----------
De : Yann Fievet <yann.fievet@free.fr>
Date : 29 juin 2016 à 07:24
Objet : CP/Communiqué de presse  [MRAP]

Les 4 militant(e)s toulousain(e)s de la campagne BDS doivent être relaxé(e)s

Paris le 28 juin 2016-

Afficher l'image d'origineQuatre militant(e)s sont convoqués au tribunal de Toulouse le 30 juin. Ils  ont poursuivis pour "entrave à l’exercice normal d’une activité économique » à la suite d'une plainte de deux organisations  dont la LICRA locale. Ils ont participé à  deux distributions de tracts dans l'espace public toulousain fin 2014 et début 2015 dans le cadre de la campagne Boycott –Désinvestissement- Sanctions.

Le MRAP rappelle que la campagne internationale « BDS » (Boycott, Désinvestissement, Sanctions)   est  une campagne non violente, ciblée contre la colonisation illégale et la fin de l’occupation des territoires palestiniens de Cisjordanie et de Jérusalem Est, obstacles essentiels à la paix. C’est face à l’incapacité de la « communauté internationale » à faire respecter, par l’Etat israélien, le droit international et les diverses résolutions des Nations Unies, que cette campagne citoyenne a été lancée.

Le MRAP rappelle également que les organisations anticolonialistes israéliennes, telles Gush Shalom, Tal’ayoush, Coalition of Women for Peace... appellent,  depuis plus de dix ans  au boycott des produits cultivés ou manufacturés dans les colonies. C’est bien la preuve qu’il ne s’agit pas d’une action contre le peuple israélien mais contre l’Etat israélien qui viole le droit international.

Les actions en justice contre des militants pour la reconnaissance des droits des Palestiniens , participent d’une stratégie d’intimidation, à laquelle se livrent certains milieux ultra-sionistes, qui n’hésitent pas à porter, contre toutes voix critiquant la politique menée par les gouvernements d’Israël, l’infamante accusation d’antisémitisme pour mieux les disqualifier
Que la justice française soit instrumentalisée et se prête en la circonstance à une tentative de criminalisation de l’action de citoyens qui agissent pour que cessent l’ensemble des politiques et des pratiques criminelles du gouvernement israélien, ne peut qu’inquiéter et porte en germe la remise en cause du droit des citoyens à pouvoir critiquer la politique du gouvernement d’un pays étranger.

Le MRAP demande au nom du droit international et de la  liberté d'expression  le retrait immédiat des directives envoyées par Madame Alliot Marie, ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy, non remises en cause par François Hollande et la relaxe immédiate des inculpé(e)s de Toulouse. 

Mouvement contre le Racisme et pour l'Amitié entre les Peuples 43 Boulevard Magenta - 75010 Paris 01.53.38.99.82 Site internet - Facebook - Twitter

 

---------- Message transféré ----------
De: "boulkour" <mboulkour@gmail.com>
Date : 28 juin 2016 à 21:21
Objet : Antisionisme = Antisémitisme.

Pour la France, c'est officiel : critiquer Israël est une forme d’antisémitisme

28 juin 2016Par Guillaume Weill Raynal Blog : Le blog de Guillaume Weill Raynal

Afficher l'image d'origineIl y a quelques décennies,cette formule pouvait paraitre audacieuse. Un paradoxe émergent, une idée neuve, peut-être séduisante, dans laquelle se reconnaissaient quelques cercles d’intellectuels initiés.  La semaine dernière, lors d’une réunion de l’OSCE à Bucarest, le préfet « DILCRA » Gilles Clavreul qui représentait la France a « largement poussé » en faveur d’une résolution assimilant la critique de la politique d’Israël à l’antisémitisme. Une thèse désormais quasi-officielle.https://blogs.mediapart.fr/guillaume-weill-raynal/blog/280616/pour-la-france-cest-officiel-critiquer-israel-est-une-forme-d-antisemitisme

Commentaire de : Bruno DRWESKI :Moi, je ne vois pas en quoi il existerait un "peuple" juif, et donc en quoi le sionisme est légitime si l'on est démocrate. Car s'il existe un "peuple" juif, ce peuple n'existe ni sur une base territoriale ni sur une base linguistique ni sur une base de valeur et d'histoire politique, ce n'est donc un peuple que si l'on utilise un critère ethnico-religieux, c'est-à-dire théocratique, raciste ou au moins racialiste (tribal). C'est donc un critère d'exclusion et non pas d'inclusion, et donc un critère opposé à l'universalisme et donc, fondamentalement, un critère anti-démocratique. De fait le sionisme, c'est de l'antisémitisme, car le sionisme s'oppose au sémitisme, c'est-à-dire, pour les croyants, à la tradition de l'unicité divine valable pour tous les êtres humains et, pour les laïcs, à l'acceptation de l'unité de la race humaine.Une vérité à marteler : l’antisionisme n’est pas de l’antisémitisme

 

---------- Message transféré ----------
De : Damien Viguier <damien info@avocats-viguier.com >
Date : 2 juillet 2016
Objet : "ils se sont organisés une petite autorité chargée de les légitimer..."

Conseil Scientifique de La DILCRA

30 juin 2016 Médias-Presse-Infos
https://i.ytimg.com/vi/cTZadr2-80A/hqdefault.jpg?custom=true&w=360&h=202&stc=true&jpg444=true&jpgq=90&sp=68&sigh=I8BXRHcJkLyGIDWCXBwbRXK7r7UDans la chronique qu'il anime régulièrement pour Médias-Presse-Info, Maître Damien Viguier aborde aujourd'hui le sujet de la DILCRA, l'agence gouvernementale de lutte contre l'antisémitisme.https://www.youtube.com/watch?v=cTZadr2-80A

---------- Message transféré ----------
De : Panamza Panamza <hamza@panamza.com>
Date : 28 juin 2016 à
Objet : CONTRE "L'ANTISÉMITISME" ET LE "CONSPIRATIONNISME",

Clavreul et Reichstadt vont suivre un coaching en Israël
27 juin 2016 Panamza
LOL : les Dimanche 26 juin, Gilles Clavreul, délégué interministériel à "la lutte contre le racisme et l'antisémitisme", a fait savoir sur Facebook et Twitter qu'il débutait, ce lundi, un séjour de "cinq jours en Israël et dans les Territoires palestiniens".

Les Français d’Israël se vantent d’avoir fait «retirer» un amendement pro-palestinien à l’Assemblée nationale 

Le 28.06.16 INFO PANAMZA

Les Français d’Israël se vantent d’avoir fait «retirer» un amendement pro-palestinien à l’Assemblée nationale. L'association des Français d'Israël a publié un communiqué pour se féliciter d'avoir obtenu -via Manuel Valls- le retrait d'un amendement parlementaire pour le droit au boycott.

Le CFCM formera les imams avec des conseillers juifs
27 juin 2016
Panamza
  4:01-*Pour en savoir plus sur le patron de "l'islam de France" : http://panamza.com/drahi-kbibech-cuki...
*Soutenez l'info-Panamza : http://www.panamza.com/urgent

 

---------- Message transféré ----------
De : Maria Poumier <maria.poumier@orange.fr>
Date : 27 juin 2016 à 13:12
Objet :  sur plumenclume.org

Neturei Karta contre l'exportation des juifs de FrancePublié le 27/06/2016

https://i0.wp.com/info.yamar.org/wp-content/uploads/sites/3/2016/06/d415de90df.jpeg?resize=765%2C510&ssl=1le 26 juin, sept rabbins antisionistes sont venus à Paris perturber une soirée à la Synagogue de la Victoire à Paris, où des orateurs devaient vanter l'Alya en Israël. Les "Gardiens de la Cité" arrivaient de Londres, ils avaient de 7 à 77 ans environ, parlaient anglais (certains), yiddish (tous), hébreuhttp://plumenclume.org/blog/132-neturei-karta-contre-l-exportation-des-juifs-de-france

---------- Message transféré ----------
De : Gilles Munier <gilsmun@gmail.com>
Date : 1 juillet 2016
Objet : POURQUOI JE PORTE PLAINTE CONTRE LE GROUPUSCULE "BRIGADE JUIVE"

Par Gilles Munier/1 Juillet 2016,

J’ai reçu la semaine dernière - comme de nombreuses personnalités et militants anticolonialistes et antisionistes avant moi - un courriel d’un groupuscule se faisant appeler «Brigade juive » menaçant de me «scalper» et de transformer ma vie en «cauchemar» !

Cette « Brigade juive » - nom tiré d’une bande dessinée - me reproche d’avoir diffusé sur Internet des articles justifiant le boycott des produits manufacturés en Israël et dans ses colonies en Palestine.

Ces menaces font suite à des informations parues dans la presse israélienne annonçant la création, au sein du Shin Bet, d’un « Département de délégitimation » qui répertorie et espionne les organisations étrangères faisant la promotion de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), à la nomination de coordinateurs anti-BDS dans les principales ambassades israéliennes. Une unité spéciale dite des « sales tours » est en voie de constitution pour intimider et diffamer les «boycotteurs» les plus en vue.

Je prends au sérieux le message de la « Brigade juive », car il émane d’un groupuscule dépendant de la Ligue de Défense Juive (LDJ), organisation terroriste interdite aux États-Unis… et en Israël, mais tolérée - voire soutenue et encouragée- en France.

La LDJ est-elle intouchable ?Pour lire la note entièrement, veuillez cliquer ici

---------- 

AFRIQUE


--------- Message transféré ----------
De : René Naba <renenaba@gmail.com>
Date : 1 juillet 2016
Objet : Madaniya A lire cette semaine !

Guerres et crises politiques en Afrique: pour une lecture historicisée et non-ethniciste

congo-2012Par Harana Paré (1). Avec l’aimable autorisation du site repères-antiracistes.org De toute évidence, en Afrique, les ethnies existent (1). Ce sont des réalités socio-historiques qui, comme telles, structurent entre autres, les sociétés et caractérisent en leur sein des groupes sociaux d’appartenance collective, réelle ou mythique. Résultat de la longue durée historique, elles manifestent la diversité […]

Près de 3000 migrants morts en six mois : Le drame humain en Méditerranée

02-07-2016 Rafik Benasseur
Près de 3000 migrants morts en six mois : Le drame humain en MéditerranéeLe cauchemar des migrants n’en finit décidément pas. La comptabilité macabre s’étire à mesure que s’égrènent les jours, les mois et les années. Prés de trois mille personnes, des femmes et des enfants, ont péri depuis le début de l’année dans les profondeurs de  la Méditerranée
.lire la suite

---------- Message transféré ----------
De : Terres Malgaches <terresmalgaches@gmail.com>
Date : 27 juin 2016
Objet :Newsletter 55 [FR] - Collectif pour la Défense des Terres Malgaches

Mesdames et Messieurs,

Veuillez trouver ci-joint une déclaration des organisations de la société civile malgache sur un cas d'accaparement de terre à Soamahamanina.
Merci pour votre soutien aux communautés locales.Vous trouverez plus de détails dans les liens à la fin de chaque lettre.Cordialement.Mamy Nous vous présentons nos meilleures salutations
Le Collectif TANY

NON AU PERMIS ENVIRONNEMENTAL DÉLIVRÉ A LA SOCIÉTÉ JIUXING MINES S.A.R.L EN VUE DE L'EXPLOITATION MINIÈRE A SOAMAHAMANINA

https://mcmparis.files.wordpress.com/2016/06/sinoa-soamahamanina-14.jpg?w=300&h=199Les organisations de la société civile signataires de cette déclaration expriment leur solidarité et leur soutien total au refus par la population locale du projet d'exploitation d'or de la société JIUXING MINES S.A.R.L. à Soamahamanina, suite aux rencontres et échanges de leurs représentants avec le Comité de Refus de l'exploitation aurifère depuis le 21 JUIN 2016... http://terresmalgaches.info/spip.php?article125

---------- Message transféré ----------
De : <renetitilo@yahoo.com>
Date : 30 juin 2016 à 02:11
Objet : Pétition Internationale pour la libération de Laurent Gbagbo

Bernard-B-DadieSous l’initiative du Président BERNARD BINLIN DADIE , Président du Congrès nation

Lire la suite

Quelques publications sur le Brexit.

3 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #Europe supranationale, #Economie, #l'horreur économique, #Le grand banditisme, #Les transnationales

Bonjour.

Heureux nous sommes de pouvoir observer in situ après le Brexit le désarroi et le vrai visage de la caste qui nous gouverne. L’Angleterre a bien avant la France inventé la démocratie moderne. Elle nous permet aujourd’hui d’apprécier l’exercice de cette démocratie.

En août/septembre 2013 le parlement anglais avait refusé à Cameron d’impliquer leur pays dans la guerre ouverte contre la Syrie comme le voulait l’Empire. Il faut rappeler que l’hôte de l’Elysée avait déjà donné l’ordre d’intervenir, les moteurs des avions français tournaient déjà afin de déverser les bombes de la paix sur la Syrie, à l’instar de la précédente intervention contre la Libye.

Même si au fil des siècles les anglais ont souvent été nos ennemis héréditaires, il faut leur rendre un hommage appuyé !

Par leur rejet de l’Union Européenne, ils sont à la pointe de la démocratie et défendent ainsi cette Europe porteuse de nos valeurs communes. Il est amusant d’observer la hargne des eurolâtres de tous poils.

Voici un extrait de « C’était De Gaulle », par Alain Peyrefitte.

« Le Général me répète, avec encore plus d’énergie, ce qu’il m’a dit déjà plusieurs fois au sujet des journalistes: « Peyrefitte, je vous supplie de ne pas traiter les journalistes avec trop de considération. Quand une difficulté surgit, il faut absolument que cette faune prenne le parti de l’étranger, contre le parti de la nation dont ils se prétendent pourtant les porte-parole. Impossible d’imaginer une pareille bassesse – et en même temps une pareille inconscience de la bassesse.

Vos journalistes ont en commun avec la bourgeoisie française d’avoir perdu tout sentiment de fierté nationale.

Pour pouvoir continuer à dîner en ville, la bourgeoisie accepterait n’importe quel abaissement de la nation. Déjà en 40, elle était derrière Pétain, car il lui permettait de continuer à dîner en ville malgré le désastre national. Quel émerveillement ! Pétain était un grand homme. Pas besoin d’austérité ni d’effort ! Pétain avait trouvé l’arrangement. Tout allait se combiner à merveille avec les Allemands. Les bonnes affaires allaient reprendre.

Bien sûr, cela représente 5% de la nation, mais 5% qui, jusqu’à moi, ont dominé. La Révolution française n’a pas appelé au pouvoir le peuple français, mais cette classe artificielle qu’est la bourgeoisie. Cette classe qui s’est de plus en plus abâtardie, jusqu’à devenir traîtresse à son propre pays. Bien entendu, le populo ne partage pas du tout ce sentiment. Le populo a des réflexes sains. Le populo sent où est l’intérêt du pays. Il ne s’y trompe pas souvent.

En réalité, il y a deux bourgeoisies. La bourgeoisie d’argent, celle qui lit Le Figaro, et la bourgeoisie intellectuelle, qui lit Le Monde. Les deux font la paire. Elles s’entendent pour se partager le pouvoir. Cela m’est complètement égal que vos journalistes soient contre moi. Cela m’ennuierait même qu’ils ne le soient pas. J’en serais navré, vous m’entendez ! Le jour où Le Figaro et l’Immonde me soutiendraient, je considérerais que c’est une catastrophe nationale ! »

Je vous soumets ci-après quelques publications et vidéos afin de bien identifier les adversaires voire les ennemis de la démocratie.

- Nigel Farage au parlement européen après le Brexit

https://www.youtube.com/watch?v=cyYpPDeCgrk

- Un excellent papier sur le site « Les crises »

Après le Brexit, en finir avec le référendum ? Source : Le Nouvel Obs, Matthieu Croissandeau, 29-06-2016

[…]

L’exemple du vote sur le Brexit nous a offert en quelques mois un condensé de perversion démocratique, une extravagante illustration de ce qu’il ne faut pas faire.

C’est l’autre leçon du Brexit. Elle ne porte pas sur la nature du projet européen que rappelle cette semaine Jean Daniel dans son éditorial, mais sur la procédure choisie par le Royaume-Uni pour permettre à son peuple souverain de s’exprimer : le référendum.

Entendons-nous, il ne s’agit pas, bien évidemment, de dénier aux électeurs le droit de se prononcer sur les grands enjeux qui les concernent dès lors que le résultat de leur vote risquerait de décevoir ceux qui les gouvernent.

Oui, entendons-nous bien…

Poussé à l’absurde, ce genre de raisonnement conduirait en effet à dissoudre le peuple pour en élire un autre comme l’avait magnifiquement dénoncé Bertolt Brecht !

Enfin et surtout, en matière d’affaires européennes, le référendum peut devenir une arme de frustration massive si son verdict se révèle trop compliqué à appliquer. On l’a vu en 2005 à propos du traité constitutionnel européen, en 2015 avec Aléxis Tsípras en Grèce et demain – qui sait ? – avec le Brexit.

[…]

Matthieu Croissandeau

http://www.les-crises.fr/apres-le-brexit-en-finir-avec-le-referendum-par-matthieu-croissandeau/

- Brexit : « Quittons cette Europe dont les tares ont atteint des dimensions effrayantes ». Par Mohamed BELAALI, « Le Grand Soir ».

Quel plaisir de voir les chiens de garde du capital (médias, Banque centrale européenne, FMI, Banque mondiale, Commission européenne etc. etc.) aboyer et se lamenter à longueur de jour et de nuit depuis ce fameux vendredi 24 juin 2016. Le peuple anglais vient de leur infliger une sacrée raclée. Ils sont furieux et inconsolables. Quel pitoyable spectacle donnent-ils lorsque leurs intérêts de classe sont menacés. Autour d’eux, tout n’est qu’agitation et affolement. Le choix de ces vilains britanniques « est un véritable big bang contraire à l’avis de presque tous les experts, à la raison économique et au souhait des autres Européens. […] Les journalistes, les experts, les politologues et les sociologues déferlent sur les plateaux de télévision exprimant sans retenue leur haine et leur mépris pour la volonté du peuple anglais. […].Les hommes politiques regrettent une décision douloureuse car « les Britanniques par référendum ont décidé de quitter l’Union européenne. C’est un choix douloureux et je le regrette profondément » déclarait François Hollande (5). Jean-Claude Junker président de la Commission européenne, Martin Schulz président du parlement européen, Donald Tusk président du Conseil européen, eux aussi, regrettent cette décision douloureuse. http://europa.eu/rapid/press-release_STATEMENT-16-2329_fr.htm

URL de cet article 30578.
http://www.legrandsoir.info/brexit-quittons-cette-europe-dont-les-tares-ont-atteint-des-dimensions-effrayantes.html

- Notre Europe sans rivages. Par Bertrand Renouvin

Non, la Grande-Bretagne ne sort pas de l’Europe. A la suite du référendum du 23 juin, elle décide de quitter l’Union européenne, ce qui est tout à fait différent.

L’Angleterre s’est constituée en Europe et en même temps que l’Europe qu’elle a contribué à former par sa pensée et par ses institutions – elle, la mère des Parlements. La Grande-Bretagne est et restera européenne parce qu’elle est partie prenante, hier comme aujourd’hui et demain, dans l’équilibre de l’Europe continentale.

http://www.bertrand-renouvin.fr/notre-europe-sans-rivages/

- Etrange papier de Francis Wurtz dans l’Humanité Dimanche du 30/6 au 6/7/2016

Le lien https://franciswurtz.net/2016/06/30/le-contre-exemple-britannique/

- Sapir, Onfray, Chevènement, tigres de papier du souverainisme

« Brexit : vingt intellectuels eurocritiques lancent un appel pour un nouveau traité », tel est le titre d’une tribune publiée par « Le Figaro » du 30 juin. Ce texte signé par Jacques Sapir, Michel Onfray et Jean-Pierre Chevènement rend un hommage appuyé au « peuple britannique » qui a « exprimé souverainement sa volonté de rester maître des décisions qui le concernent. » Car « ce vote courageux et massif » est « une claque pour la dérive technocratique dans laquelle l’Union européenne actuelle s’est laissé enfermer ». Et « tout montre que dans la plupart des pays européens, les citoyens n’acceptent plus d’être gouvernés par des instances non élues, fonctionnant en toute opacité ». Fort bien, mais lisons plutôt la suite. « Le vote britannique peut être une chance : il doit être l’occasion de réorienter la construction européenne, en articulant la démocratie qui vit dans les nations avec une démocratie européenne qui reste à construire ».

Par Bruno Guigue (Normalien, énarque, aujourd'hui professeur de philosophie).

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article7329

- BREXIT, une analyse d'André Boyer.

[…] Tout d’abord, l’Union européenne est un système de décision anti démocratique inventé malheureusement par deux Français, Jean Monnet et Jacques Delors, qui, notez-le, n’ont jamais été élus par qui que ce soit. Comment faire pour garder l’UE, tout en renversant totalement sa logique de fonctionnement afin de la mettre au service des Européens ?

Ensuite, une révérence, que dis-je, une idolâtrie unique dans le monde, pour la concurrence totale qui ne s’embarrasse d’aucunes limites, détruisant les services publics, les grandes entreprises comme Pechiney ou les petites comme ces centaines de milliers de PME de tous les secteurs économiques, agricoles, industriels et commerciaux, déstabilisées par une production à jet continu de normes et de règlements bureaucratiques, sans aucune prise en compte des différences de structures sociales, comme l’illustre l’affaire des travailleurs détachés. Comment contraindre l'UE à renoncer à ce principe qu'elle applique tous les jours avec enthousiasme et persévérance?

Enfin, une inféodation aux intérêts des USA, de la Chine et des multinationales avec leurs milliers de groupes de pression installés à Bruxelles. Cette UE qui capitule devant la Turquie, qui obéit aux injections américaines pour se confronter à la Russie, peut-elle être chargée de défendre les intérêts de l’Europe ? Cette UE incapable de défendre ses frontières et même de les définir, a-t-elle la moindre crédibilité pour défendre les Européens ? Pourquoi l’UE continue-t-elle à négocier les conditions de l’entrée de la Turquie dans l’UE sans jamais nous expliquer pourquoi elle devrait en faire partie, mais pas le Maghreb ? Comment faire pour que l'UE ait pour objectif premier de défendre l'Europe et non de se soumettre aux injonctions de ses concurrents et adversaires qui ont intérêt à ce que l'Europe leur obéisse, au travers de l'UE?

[…]

http://andreboyer.over-blog.com/2016/07/brexit.html

- Brexit, Frexit, Valssit et colegram (Par Annie Lacroix-Riz)

Observations sur l’appel de vingt intellectuels eurocritiques pour un nouveau traité européen, juillet 2016

http://www.librairie-tropiques.fr/2016/07/brexit-frexit-valssit-et-colegram-avec-annie-lacroix-riz.html

  1. Le véritable clivage du Brexit, Marc Rameaux.

http://le-troisieme-homme.blogspot.fr/2016/07/le-veritable-clivage-du-brexit.html

- Jean-Pierre Chevènement était l’invité de Jean-Jacques Bourdin à RMC/BMFTV le mercredi 29 06 16.

http://rmc.bfmtv.com/mediaplayer/audio/rmc-2906-l-invite-de-bourdin-direct-jean-pierre-chevenement-342964.html

- Après le Brexit qui sont les plus méchants? Et plus qu'avant?

Voici une vidéo qui précise le caractère ubuesque de cette construction pas si démocratique que cela dénommée Union Européenne… L’UE et l’Ukraine

https://www.youtube.com/watch?v=EANq3MzOxWc

  1. Vidéo de François Asselineau, SPECIAL BREXIT

Les tabous volent en éclat - L' analyse de François Asselineau

https://www.youtube.com/watch?v=Yk7Ewan2Xk8

- François Asselineau était lundi 27 juin à midi, l’invité de Jean-Jacques Seymour sur la radio Tropiques FM, pour parler du Brexit.

https://www.upr.fr/emissions-radio-tv/brexit-consequences-entretien-de-francois-asselineau-radio-tropiques-fm

- Vidéos de Jacques NIKONOFF - Le Brexit

Sur LCI le 28 juin 2016

https://www.youtube.com/watch?v=WdAmYm5V9PY

Invité du 28' d'Arte le 28 juin 2016

https://www.youtube.com/watch?v=Ahy5vLoIols

Bien cordialement

Lucien Pons

Lire la suite

Après l'attentat Istanbul, La Cour! Par Hélène Richard Favre.

3 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #L'OTAN., #La Turquie, #La Russie, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #Terrorisme, #Daesch

La Cour!

 

175686-df7f2ca0a4803da1212e14f4da8bfb5d.jpg

Comment parler d’un événement sans rien en dire qui éclaire ses véritables enjeux, l’article indiqué en lien ci-dessous en donne un bon exemple:

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Istanbul-vit-dans...

Alors qu’on sait comment la Cour Européenne des Droits de l'Homme et Amnesty International ont permis de soutenir un homme qui a répandu la terreur à Istanbul, on fait se répandre en considération des Stambouliotes sur le régime en place dans leur pays.

Le problème, ici, n’est pas le président Erdogan.

Le problème, ici, est l’Occident.

A avoir si bien voulu éviter au terroriste le sort supposé qui l’attendait en Russie, la Cour Européenne des Droits de l’Homme et Amnesty International ont choisi.

Sans doute que s’adresser à des citoyens turcs plutôt qu’aux soutiens institutionnels qui ont permis à Ahmed Tchataev de semer la mort dans l’aéroport d’Istanbul-Atatürk, le 28 juin dernier, engageait moins la rédaction de 20 minutes.

Condoléances et pensée aux proches des victimes.

http://voix.blog.tdg.ch/archive/2016/07/02/terreur-desinf...

Lire la suite

Brexit, Frexit, Valssit et colegram (avec Annie Lacroix-Riz)

3 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #La nation ., #Europe supranationale, #Economie, #Les transnationales, #l'horreur économique, #Le grand banditisme

 

Annie Lacroix-Riz, chercheuse en histoire contemporaine, professeur émérite, université Paris 7

 

Vers l'infini et au-delà... tel est donc désormais le projet planétaire de l'Union Européenne. En clair : il s'agit bien toujours de sauver la Planète libérale, mais vu la montée des périls, les planètes proches ne seront pas de trop !
Une extension du domaine de la lutte impériale que ses amis de l'OTAN ont sans doute inspirée à J-C.Juncker. Un Jean-Claude qui, depuis son douillet paradis fiscal, est à L'U.E ce que l'autre J-C. (Van Damme) est à la "maison mère" (l'OTAN) : un "dircom" spectaculaire mais parfois excessif dans son zèle à motiver les foules européennes (et sentimentales).
Le désarroi manifeste de ces propagandistes, un peu déboussolés par les effets collatéraux de la démocratie (populaire), est l'occasion de demander à Annie Lacroix-Riz de leur dispenser ses éclairages d'historienne éminente et son efficace pédagogie anti-impérialiste, en sorte de les sortir des ténèbres confuses et anxiogènes dans lesquelles ils semblent s'engager.
Une précaution que nous avions pourtant prise dès la veille du "BREXIT" ... et si J.C. avait eu la bonne idée de venir assister à la soirée sans doute aurait-il pu échapper au tropisme euro-raëlien qui le guette désormais.

Première partie de la soirée d'éducation populaire et civique,
consacrée à la présentation de la nouvelle édition du livre d'Annie Lacroix-Riz :
"Aux origines du carcan européen" :

 

http://www.librairie-tropiques.fr/2016/07/brexit-frexit-valssit-et-colegram-avec-annie-lacroix-riz.html

 

Observations sur l’appel de vingt intellectuels eurocritiques pour un nouveau traité européen, juillet 2016

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/06/30/31002-20160630ARTFIG00290-brexit-vingt-intellectuels-eurocritiques-lancent-un-appel-pour-un-nouveau-traite.php

La vision économique de long terme de l’union européenne rend dérisoire l’espoir de renégocier les traités européens affiché par « vingt intellectuels eurocritiques ». Car ce processus a démontré ses objectifs non pas « depuis au moins trois décennies, sur la base de traités marqués au coin du néolibéralisme alors triomphant (Acte unique, traité de Maastricht, traité de Lisbonne), ou de l’ordo-libéralisme allemand (traité de cohérence budgétaire dit «TSCG» de 2012) », mais depuis les origines. Il s’est agi, en effet d’assurer la tutelle maximale sur cette partie du monde de l’impérialisme le plus puissant, états-unien, escorté du second, l’impérialisme allemand, que les rivalités inter-impérialistes opposent cependant, à l’occasion des crises systémiques, jusqu’à la guerre générale. Le phénomène a débouché, entre autres, sur ce que Georges Gastaud qualifie « de protectionnisme » rigoureux au bénéfice exclusif de l’Allemagne et des États-Unis. Il est sans rapport aucun avec l’idéologie, la Guerre froide, le rêve de « démocratie », etc., et ne laisse aucune chance la « réforme » à laquelle semblent croire les « vingt intellectuels eurosceptiques » qui ont signé ce manifeste.

La critique est portée ici du strict point de vue historique qui relève de ma compétence.

 

1° Je suis stupéfaite que certains de ces signataires, que je croyais très bien informés de l’histoire vraie de l’union européenne, érigent en modèle la renégociation de « la conférence de Messine » de 1955 qui, après l’échec de la Communauté européenne de défense (CED), a[urait] permis de remettre la construction européenne sur les rails ».

Ladite conférence se tint sous la stricte injonction de Washington, avec l’active contribution, selon la tradition, de ses purs et simples instruments, parmi lesquels Jean Monnet et Paul-Henri Spaak. Elle ouvrit sur une nouvelle étape majeure de la constitution de l’Europe germano-américaine, le marché commun, qui faisait suite à la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) dont le « père de l’Europe » Robert Schuman s’était fait l’initiateur officiel. La réalité est différente, comme je le démontre notamment dans Aux origines du carcan européen, 1900-1960, dont l’édition augmentée vient de paraître.

Ce marché commun chemina, sans la « dérive » ici alléguée, vers l’union-carcan dont les hauts fonctionnaires français avaient révélé, avec une précision redoutable dès 1950-1953 (cette dernière date étant celle de la mise en œuvre de la Communauté européenne du charbon et de l’acier), tous les aspects, parmi lesquels l’impitoyable « dumping social ». Ladite « Europe » avait déjà, à l’époque du retour de De Gaulle aux affaires (1958), un aspect sinistre, marqué par la surproduction et les crises récurrentes (dont témoignait la fermeture des mines de charbon entamée par celles de France et de Belgique), décrit dans le même ouvrage.

Dans le 13e et dernier chapitre d’Une comédie des erreurs, 1943-1956, Souvenirs et réflexions sur une étape de la construction européenne, Paris, Plon, 1983, « L’étouffement », p. 499-523, l’ambassadeur de France à Londres René Massigli dressa un tableau effarant de cette session. Elle fut animée, en apparence, par les pions « européens » de Washington, déjà cités, sans oublier les autres, dont Pinay, Hallstein, Adenauer et Beyen; en réalité par le tandem Département d’État-CIA, sous la houlette respective des deux frères Dulles, John Foster et Allen, partenaires essentiels de Sullivan & Cromwell, plus gros cabinet américain d’affaires internationales, lié à la finance allemande depuis le tournant du 19e siècle.

Notons, au cas où on serait tenté de taxer l’intéressé de subversion ou de « nationalisme », que Massigli n’avait pas incarné la résistance au tuteur étranger, et qu’il se voulait « européen ». Cet ancien champion de l’Apaisement de l’entre-deux-guerres, artisan majeur des accords de Munich comme directeur des Affaires politiques du Quai d’Orsay (voir l’index du Choix de la défaite, Paris, Armand Colin, 2010), avait fini en 1943 par se rallier à de Gaulle. Ralliement tardif et fort contraint : les archives américaines le montrent littéralement agenouillé devant Washington et quotidiennement disposé, à Alger, en 1943-1944, à lâcher de Gaulle auquel il reproche une résistance très excessive aux exigences américaines. Allen Dulles, patron Europe de l’OSS (qui précéda la CIA) établi depuis novembre 1942 à Berne, avait alors déjà gagné, auprès de Robert Murphy, délégué de Roosevelt depuis décembre 1940 au débarquement en Afrique du Nord « française », ses galons de maître et de bailleur de fonds des « Européens » : c’est-à-dire des « élites » de la société acquises à la mainmise des États-Unis sur le continent européen après l’avoir été, le plus souvent, depuis les années 1930, à la mainmise allemande (sur ces noms, voir l’index de l’ouvrage Les élites françaises, 1940-1944. De la collaboration avec l’Allemagne à l’alliance américaine, Paris, Armand Colin, 2016).

De l’origine américaine de cette mythique « conférence de Messine », il n’est pas question dans le manifeste des « vingt intellectuels eurocritiques ». Omission surprenante qui se maintient dans les deux autres points abordés.

 

2° La séduisante revendication de la renonciation au « modèle mercantiliste allemand (excédent extérieur approchant les 10 % du PIB) […] intransposable aux autres pays et notamment à ceux de l’Europe du Sud » équivaut, compte tenu de l’histoire réelle de l’union européenne, à la demande polie et vaine, adressée aux États-Unis et à l’Allemagne d’abandonner purement et simplement ladite union, leur créature. Autant vaudrait demander à une association bancaire de s’auto-transformer en entreprise de bonnes œuvres, pour réaliser la fameuse « Europe sociale » qu’on nous vante chaque jour. Cette revendication est aussi sidérante que celle d’un renouvellement de « la conférence de Messine » puisque l’objectif de l’union européenne a été précisément réalisé : nous bénéficions de son succès depuis bientôt plus de soixante ans, il faut le reconnaître, avec une intensité démultipliée par la destruction de la zone d’influence soviétique muée en zone américaine depuis 25 ans.

« Dérive », vraiment?, par rapport au propos d’un haut fonctionnaire du Quai d’Orsay de février 1950 (avant le fameux discours de Robert Schuman du 9 mai, donc), annonçant les effets imminents de « la pression du chômage sur le niveau des salaires [européens]. Or, il ne peut y avoir harmonisation des salaires et des charges sociales [...] que par le jeu de l’offre et de la demande et elle se fera au niveau le plus bas. C’est bien là une des raisons pour lesquelles le Conseil national du patronat français se prononce en faveur de la libération des échanges et des Unions régionales : il y voit un moyen de réduire les prétentions des salariés lors des prochaines négociations des conventions collectives. » (Note du Service de Coopération économique (SCE), 10 février 1950, CE, 56, archives du ministère des Affaires étrangères, plus longuement citée dans Aux origines du carcan européen, p. 116-117). (Le Conseil national du patronat français succéda, en 1946, à la Confédération générale de la Production française devenue en juillet 1936 Confédération générale du patronat français, et précéda le MEDEF).

Les exigences historiques et actuelles des États-Unis à l’égard de cet énorme marché unifié et non protégé de leurs marchandises et de leurs capitaux n’ont pas non plus, dans ce deuxième point du manifeste, été prises en compte.

 

3° Le « dialogue avec la Russie, pays européen indispensable pour l’établissement d'une sécurité dont toutes nos nations ont besoin », etc., est-il compatible avec le maintien de l’union européenne dans l’OTAN, institution dont l’origine se confond strictement avec l’histoire de l’encerclement de l’URSS. Les États-Unis combattaient d’ailleurs la Russie depuis les débuts de l’ère impérialiste, plus de 20 ans avant 1917. L’a démontré l’un des deux pères fondateurs du courant historiographique américain dit « révisionniste » (courant scientifique sans rapport avec les « révisionnistes » français, simples « négationnistes » des chambres à gaz), William Appleman Williams. Sa thèse universitaire (Ph.D.) American Russian Relations1781-1947, New York, Rinehart & C°, 1952, a montré que le jeune impérialisme américain, soucieux de contrôler, entre autres, le sort de la Chine, avait jugé insupportable l’expansion de son (assez faible) rival russe, qui revendiquait participation au contrôle des transports ferroviaires de la Chine: « L’entente [russo-américaine] lâche et informelle […] s’était rompue sur les droits de passage des chemins de fer [russes] de Mandchourie méridionale et de l’Est chinois entre 1895 et 1912 ».

On trouvera maintes références sur la vieille obsession antirusse des impérialismes américain et allemand et sur leur agressivité, dimension militaire incluse, envers l’empire russe puis l’URSS dans les références suivantes : « Le débarquement du 6 juin 1944 du mythe d’aujourd’hui à la réalité historique » (http://www.lafauteadiderot.net/Le-debarquement-du-6-juin-1944-du, juin 2014), et dans « L’apport des “guerres de Staline” de Geoffrey Roberts à l’histoire de l’URSS : acquis et débats », préface à l’ouvrage de Geoffrey Roberts, Les guerres de Staline, Paris, Delga, 2014, p. I-XXXIV.

Ceux qui seraient tentés de balayer d’un revers de main les références fournies par l’universitaire sérieuse que je suis pourront constater que je les emprunte soit aux archives originales soit aux travaux historiques américains accumulés depuis des décennies. Ce travail, notons-le, qualifie les pratiques de la « soviétologue » de Rennes 2, Cécile Vaissié, qui met en cause l’« universitaire retraitée et militante au PRCF » Annie Lacroix-Riz dans Les réseaux du Kremlin en France. Le lecteur pourra juger du manque de sérieux de la documentation de ce récent ouvrage assuré d’un énorme écho médiatique, phénomène qui démontre le caractère plus que jamais actuel de mon livre de 2012 L’histoire contemporaine toujours sous influence, Paris, Delga-Le temps des cerises.

 

Une « union européenne » à direction germano-américaine bien disposée envers la Russie, vraiment? Qu’est-il arrivé à certains, au moins, des « vingt intellectuels eurocritiques » qu’on avait pris pour des observateurs sérieux du « carcan » réservé de longue date aux « Européens » non détenteurs de profits monopolistes? Leurs « vœux pieux » européens traduisent-ils une nostalgie pour le « baiser Lamourette » de juillet 1792 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Baiser_Lamourette )?

 

Diffusion libre.

Amitiés à tous,

Annie

 

Du "Front Syndical de Classe" frontsyndical.classe@laposte.net

 

 

Le Brexit : une défaite de l'oligarchie européenne !

 

Jeudi 23 juin, les salariés travailleurs et citoyens français se mobilisaient une nouvelle fois pour exiger le retrait du projet de loi travail El-Khomri, décalque des recommandations européennes de destruction du code du travail et des conventions collectives.

Jeudi 23 juin, les citoyens britanniques décidaient de quitter l’Union Européenne.

 

Un jour sombre certes pour l'oligarchie pas pour les peuples!

 

Le communiqué confédéral de la CGT faisant suite à cette décision des Britanniques pose de sérieux problèmes.

Il impute le rejet britannique à la politique d'austérité et au dumping social détruisant la cohésion des peuples en même temps que leurs conquêtes sociales.

Ce qui est exact.

 

Pour aussitôt qualifier le choix des électeurs comme ouvrant « la porte au repli nationaliste, aux partis populistes voire xénophobes ».

De toute évidence la campagne actuelle fortement distillée par les médias est destinée à masquer le fait que ce sont les quartiers populaires, les villes ouvrières et les banlieues délaissées, les régions entières désindustrialisées et à l’abandon qui ont massivement voté pour la sortie de l'Union.

Et de masquer qu'il s'agit comme pour nous en 2005 d'un vote de classe contre la politique et l'arrogance de l'oligarchie au pouvoir

En en appelant à une Europe sociale et à poursuivre ce combat avec la Confédération Européenne des Syndicats, la déclaration confédérale stigmatise en partie le choix populaire et renoue avec les illusions euro-constructives comme avec le mythe d'une Confédération Européenne des Syndicats au service des travailleurs et des luttes.

 

Quelle est la réalité de l'UE ?

 

La réalité, c'est qu'il existe de puissantes raisons de gauche et démocratiques de s'opposer à la construction européenne, de contester avec vigueur la remise en cause de la souveraineté des peuples et de leur choix comme cela est arrivé avec notre vote contre la constitution européenne en 2005 !

La réalité, c'est que la concurrence et le dumping sont dans l'ADN même des traités qui structurent cette construction depuis 1957.

Et tous les nouveaux traités et des centaines de directives imposent la privatisation des secteurs publics, la destruction des acquis sociaux et du droit du travail.

Et déjà s'étale la volonté de remettre en question le vote pourtant clair des Britanniques comme ils l'ont fait pour les Irlandais !

Bonjour la démocratie !

 

L'UE est une construction pilotée par les grandes entreprises européennes et les puissances dominantes du continent, à commencer par l’Allemagne, contre les acquis sociaux et démocratiques des peuples. Elle vise à construire un empire du capital fondé sur la mise en concurrence des travailleurs et leur éloignement des centres de décision par l'affaiblissement des cadres de souveraineté populaires et des États-nation pour une construction supranationale opaque et antidémocratique où milieux de la finance et de la politique croient pouvoir gouverner contre et à l'abri des peuples.

 

Ce qu'expliquait J.-C. Juncker, président de la commission de Bruxelles et intime des multinationales et des paradis fiscaux, à propos de la Grèce l'an dernier :

« Suggérer que tout va changer parce qu'il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c'est prendre un rêve pour la réalité, il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités de l'Union Européenne ».

Laisser miroiter contre toute évidence et toute expérience qu’une « Europe sociale » pourrait advenir dans le cadre des institutions de l’Union Européenne, c'est légitimer ces institutions de l’oligarchie économique et financière mondialisée tout en interdisant toute perspective progressiste à la majeure partie des classes populaires désespérées.

Et donc laisser le champ libre à une récupération politique par l'extrême droite des classes populaires légitimement révoltées!

 

La réalité de la Confédération Européenne des Syndicats

 

La CES, qui se présente pompeusement comme le syndicat européen est en réalité une émanation de l'UE, fondée et financée par elle. Dirigée par une bureaucratie qui contraint le syndicalisme au dialogue entre "partenaires sociaux" et à l'acceptation de la construction européenne.

D'ailleurs la CES valide toutes les politiques européennes depuis des décennies : de la casse des secteurs industriels ou des retraites au soutien à la BCE contre le peuple grec en passant par les privatisations et le soutien à la constitution européenne puis l'encouragement bruyant au traité de Lisbonne niant le NON de 2005 du peuple français.

La CES est depuis des mois absolument muette sur les luttes en France contre la Loi El Khomri (ou en Belgique!) comme elle le fut sur la question des retraites en 2003 ou en 2010. Et quand les travailleurs européens se battent au même moment, jamais la coordination des luttes n'est à l'ordre du jour.

Les marques de solidarité avec notre mouvement venant exclusivement des syndicats européens nationaux (FGTB notamment).

De fait, la CES est une véritable bureaucratie syndicale européenne, d'abord dévouée à l'institution !

 

Et maintenant ?

 

Alors que nous nous heurtons à des forces patronales et politiques qu'il nous faut combattre globalement, poursuivre et prolonger le remarquable combat contre la Loi El Khomri suppose la compréhension de l’ensemble des politiques publiques d’austérité et de contre réformes structurelles qui émanent toutes de la même matrice euro-atlantique.

Masquer cela constituerait un obstacle à la convergence des luttes autour de la défense du code du travail et au succès des luttes contre le projet de loi El-Khomri et son monde.

 

Depuis quelques mois, la CGT renouant avec ses traditions combatives a su redonner de la fierté à de nombreux militants en revenant à ses fondamentaux de lutte et en délaissant dans les faits le syndicalisme rassemblé avec une CFDT dont la direction est définitivement passée de l'autre côté de la barricade. Il faut prolonger cette évolution pour renforcer les luttes.

Les travailleurs ont besoin d'une CGT qui ne sème aucune illusion et qui agisse avec la plus grande résolution pour une alternative démocratique et sociale à l'impasse mortifère d'une Union au service exclusif du capital !

 

Le Front Syndical de Classe, 25 juin 2016

Lire la suite

BREXIT, une analyse d'André Boyer.

3 Juillet 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La finance dérégulée, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #Les transnationales, #l'horreur économique, #Le grand banditisme

1 juillet 2016

BREXIT

LE BREXIT VU PAR UN HUMORISTE.

LE BREXIT VU PAR UN HUMORISTE.

 

Pourquoi suis-je pour le Brexit? Parce qu'il va enfin permettre de construire des structures européennes adaptées à la situation actuelle et future de l'Europe. Dieu sait en effet si elle va devoir faire face à de grands défis qui ne souffrent pas d'une organisation aussi inadaptée que l'UE. 

Mais commençons par le début de l'histoire. Pourquoi 52% des Britanniques ont-ils voté pour le Brexit ? Pas parce qu’ils étaient anti-européens mais parce qu’ils voulaient être libres. Pourquoi 48% des Britanniques ont-ils voté contre le Brexit ? Pas parce qu’ils étaient enthousiastes du fonctionnement de l’Union Européenne mais parce qu’ils avaient peur des conséquences de cette sortie. Retournez la question du Brexit dans tous les sens, mais vous serez bien obligé de constater que c’était le fond du débat.

Désormais, malgré toutes les prédictions apocalyptiques des adversaires du Brexit destinées à faire peur à l’opinion européenne afin qu’elle se convainque que sortir de l’UE, c’est mal, c’est stupide, c’est dangereux, ce n’est plus l’UE qui a la main mais la Grande-Bretagne qui joue au chat et à la souris avec l’UE. Le débat à venir ne concerne donc pas la manière dont la Grande-Bretagne va négocier ses futures relations avec l’UE, car vous pouvez faire confiance aux Anglais, ils ont toujours su gérer leurs intérêts et ils ont désormais un grand avantage, ils ont les mains libres.

L'effet majeur du Brexit est que le dogme de l'irréversibilité de la sortie de l'UE est brisé, comme celui de la sortie du système soviétique, vérifié depuis 1917, s'est rompu en 1989. 

Le débat est en revanche ouvert en Europe entre ceux qui croient que l’Union Européenne est réformable et ceux qui ne le croient pas, dont je fais partie. C’est que je ne connais aucun exemple de structure qui ait été capable de changer elle-même, de l’intérieur, ses principes de fonctionnement.

Quels sont donc les principes de fonctionnement de l’UE qui devront être radicalement modifiés pour que cette dernière continue à exister ? Ils sont, de l’avis unanime des analystes, au nombre de trois.

Tout d’abord, un système de décision anti démocratique inventé malheureusement par deux Français, Jean Monnet et Jacques Delors, qui, notez le, n’ont jamais été élus par qui que ce soit. Comment faire pour garder l’UE, tout en renversant totalement sa logique de fonctionnement afin de la mettre au service des Européens ?

Ensuite, une révérence, que dis-je, une idolâtrie unique dans le monde, pour la concurrence totale qui ne s’embarrasse d’aucunes limites, détruisant les services publics, les  grandes entreprises comme Pechiney ou les petites comme ces centaines de milliers de PME de tous les secteurs économiques, agricoles, industriels et commerciaux, déstabilisées par une production à jet continu de normes et de règlements bureaucratiques, sans aucune prise en compte des différences de structures sociales, comme l’illustre l’affaire des travailleurs détachés. Comment contraindre l'UE à renoncer à ce principe qu'elle applique tous les jours avec enthousiasme et persévérance?

Enfin, une inféodation aux intérêts des USA, de la Chine et des multinationales avec leurs milliers de groupes de pression installés à Bruxelles. Cette UE qui capitule devant la Turquie, qui obéit aux injections américaines pour se confronter à la Russie, peut-elle être chargée de défendre les intérêts de l’Europe ? Cette UE incapable de défendre ses frontières et même de les définir, a t-elle la moindre crédibilité pour défendre les Européens ? Pourquoi l’UE continue t-elle à négocier les conditions de l’entrée de la Turquie dans l’UE sans jamais nous expliquer pourquoi elle devrait en faire partie, mais pas le Maghreb ? Comment faire pour que l'UE ait pour objectif premier de défendre l'Europe et non de se soumettre aux injonctions de ses concurrents et adversaires qui ont interêt à ce que l'Europe leur obéisse, au travers de l'UE? 

Il me paraît évident que si l’UE veut faire le bonheur des Européens malgré eux, si elle met aveuglément et obstinément en œuvre un principe de concurrence qui détruit ses structures économiques et sociales et si elle n’est  pas capable de défendre ses intérêts,  vivement qu’elle disparaisse et c’est ce qui va se produire.

Nombreux encore sont ceux qui ne veulent pas le croire, comme ils n’ont pas cru, avant que cela arrive, à l’effondrement du système soviétique en deux années, entre le 9 novembre 1989, soir de l’ouverture de la frontière de la RDA  et  le 26 décembre 1991, jour de la dissolution de l’Union Soviétique.

Si je me permets de vous inviter à revoir vos schémas d’analyse et à vous souvenir de ce blog du 1er juillet 2016, c’est que je me souviens d’avoir écrit en 1981, contre l’avis général, un article (à votre disposition) prévoyant la chute du système soviétique à moyen terme. J’avais alors prêché dans le désert, en attendant que huit années plus tard le moindre scribouillard m’explique à longueur de colonnes après la chute du mur de Berlin, que c’était inévitable. Mais c’était après ! Ce serait donc mieux, cette fois ci, que nous  soyons nombreux à le prévoir avant !

Ce devrait d’ailleurs être le souhait de tout Européen sincère, dont la priorité ne peut être que celle de définir et mettre en œuvre une organisation de l’Europe démocratique, respectueuse des intérêts de ses populations et dont la priorité soit de défendre l’Europe face aux intérêts extérieurs à l’Europe. 

Vous ne croyez pas que c’est évident ?

En attendant, au titre de contribution à l’humour européen, le premier souci du Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le jour même du résultat du Brexit, a été d’écrire une lettre aux fonctionnaires britanniques de l'UE pour les rassurer : 

« D'après notre Statut, vous êtes des fonctionnaires de l'Union (...) Vous avez laissé vos « chapeaux » nationaux à la porte lorsque vous êtes entrés dans cette institution. Aujourd'hui, cette porte ne se referme pas sur vous (...). Vous avez toujours été des fonctionnaires européens loyaux envers notre Union et vous avez apporté une énorme contribution au projet européen. C'est dans cet esprit de loyauté réciproque que je vais maintenant travailler avec les présidents des autres institutions européennes pour m'assurer que nous pourrons tous continuer à bénéficier de vos remarquables talent, expérience et engagement. Vous pouvez être sûrs que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir, comme président de la Commission, pour vous soutenir et vous aider dans ce processus difficile. Notre Statut sera lu et appliqué dans un esprit européen... » En clair, les fonctionnaires européens de nationalité britannique garderont leurs emplois et les avantages qui leur sont attachés.

Vous croyez toujours que l’UE va se réformer ?

 

Je vous invite donc à changer de paradigme : l’UE doit disparaître au plus vite afin d’être remplacée, je l'écris ici pour la troisième fois, par un nouvel organisme commun aux Européens, fondé sur des principes démocratiques et des frontières définies, afin qu’il puisse prendre en charge les intérêts des Européens. 

Sans cela, le chaos nous guette, car j’insiste, le statu quo est désormais hors de portée et la réforme, illusoire.

 

Telle est la leçon du Brexit. 

Lire la suite