Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #la france tag

[Indécence] Rendons hommage à Charlie Hebdo : boycottons la manifestation du 11 janvier (pour 10 raisons). Olivier Berruyer.

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #Les média, #La guerre, #La mondialisation, #Le grand banditisme

 

Primo, condamnons sans équivoque la barbarie de ce crime indéfendable.

Secundo, honorons la mémoire des victimes et pensons à leurs proches

Tertio, à l’heure où on veut nous obliger à hurler “Je suis Charlie”, n’oublions pas ce que c’est non plus et ce qu’on veut nous faire endosser… D’où cette mise au point utile d’un des anciens de Charlie Hebdo, écrite il y a 1 an.

Désolé, je voulais attendre 1 mois plein avant de remettre ceci sur le tapis, mais le fil des événements, ainsi que l’expérience du 11 septembre me pousse à contrecoeur à traiter de ces sujets plus tôt.azer

Je vous encourage donc à rendre hommage à l’équipe de Charlie Hebdo dimanche en boycottant la “manifestation” de dimanche.

Pour ma part, je n’irai pas, et  ce, pour plusieurs raisons (à vous de les évaluer et de vous faire votre opinion).

La première, pour ne pas être complice d’une infâme récupération

Avez-vous envie de vous associer à l’OTAN en grande pompes ?

L’OTAN qui met le feu au Moyen-Orient depuis 25 ans et qui a engendré des milliers de terroristes ?

L’OTAN qui annonçait le lendemain du massacre avoir largué 5 000 bombes en Irak ? (et on s’étonne donc des retours de flamme ?)

Voulez-vous donc risquer de soutenir par avance des politiques qui causeront encore plus de morts là-bas, et plus de terroristes dans le futur ?

Alors sérieusement, vous pensez que Cabu a envie de voir Merkel venir larmoyer (et se faire de la publicité) sur son cercueil ?

La deuxième, c’est qu’il y aura le président ukrainien

Vous savez celui qui a des néo-nazies qui combattent pour lui, et dont les troupes ont tué des centaines de civils dans l’Est de l’Ukraine ? Lui dont la place est à La Haye, et pas à Paris avec Cabu ?  C’est l’esprit Charlie ça ?

EDIT : tiens, je me disais qu’on l’aurait bien aussi lui :

Vous vous rappelez, c’est celui qui refuse de reconnaître la Cour Pénale Internationale – sans doute un peu car il a fait ça cet été (et qui n’a probablement aucun rapport avec une hausse du terrorisme, bien entendu) :

(Si vous avez le coeur très très bien accroché, regardez ou )

Hommage à Charb, qui nous manquera tant sur ces questions… :

EDIT 2 : tiens, il u aura aussi le turc Erdogan. Je me demande s’il pensera à Fazil Say, comdamné en Turquie pour avoir revendiqué son athéisme.. #JeSuisCharlie ?

La troisième, c’est qu’ils n’aimaient pas les messes du dimanche

La quatrième,  c’est qu’on ne manifeste pas “contre le terrorisme”

On manifeste pour demander au gouvernement des solutions concrètes non pas pour empêcher les terroristes d’agir, mais pour qu’il déconnecte la machine à fabriquer des terroristes (conflit en Palestine, islamophobie, “choc des civilisations”, “guerre contre le terrorisme”, BHL, misère, etc.).

Bien entendu, après ce beau moment d’émotion collective (façon “Black Blanc Beur” dont on a vu la réalité concrète durant 15 ans…), le gouvernement annoncera la 15e loi anti-terroriste (qui n’empêchera jamais un attentat de ce type) et réduira encore plus nos libertés publiques, entrant encore plus dans une société de surveillance, dont a vu les résultats aux USA… Rien ne sera évidemment fait pour s’attaquer aux racines du terrorisme issues de notre propre politique étrangère et de coopération…

La cinquième, c’est que je ne suis pas Charlie

Car Charlie avait une face sombre, discutable, non respectueuse de l’autre (à différents niveaux) et donc non humaniste, à laquelle je ne veux pas être associé.

Condamner le massacre : oui, évidemment ! Promouvoir la liberté d’expression, oui ! Mais donner un blanc seing à tout ce qui a été fait, non !

Vous êtes Charlie ?

Donc vous êtes ça :

(je n’ai pas la moindre complaisance avec le FN, j’ai encore dénoncé Marine Le Pen ce matin ; mais c’est 25 % des Français qu’on traite de merde, alors que beaucoup font partie des Français qui souffrent le plus dans notre pays – on est en droit d’espérer des analyses un peu plus fines)

Donc NON, désolé, je les pleure, mais Je ne suis pas Charlie, car je ne suis pas tout ça, moi je préfère que les gens soient – quand c’est possible – respectés, et qu’on travaille à rapprocher plutôt qu’à diviser.

Car je suis désolé, alors que plein de dessins de Charlie sont d’une intelligence extrême, la plupart de ceux-ci, ceux qui ont causé tant de problèmes et de dégâts, ne sont pas drôles, ne véhiculent aucune message, ne poussent pas à la réflexion : ce sont de simples provocations gratuites, sans talent, destinées à choquer, humilier, blesser (je ne dis pas non plus qu’il faudrait les interdire, bien entendu). Et que je vois mal où est la “liberté d’expression” là-dedans (car je ne vois pas “l’expression”, et je ne suis pas le seul),

alors que je vois assez bien où est l’incitation à la haine – un peu comme si vous allez hurler face à votre voisin que sa femme est très moche et ses enfants de gros mal élevés… Ce qui n’excuse évidemment en RIEN les actes barbares – mais qu’on ne vienne pas me demander de mettre sur le blog des stickers “Je suis Charlie”…

On a aussi le droit d’écouter les autres, et d’essayer de faire preuve de fraternité…

Pour l’ex-Premier ministre de Malaisie, Mahathir Mohamad, l’hebdomadaire a maintes fois manqué de respect à l’islam. « Ont-ils besoin de ridiculiser le prophète Mahomet en sachant qu’ils offensent les musulmans ? » a-t-il dit cité par l’agence officielle Bernama. « Nous respectons leur religion, et ils doivent respecter la nôtre ».

Et enfin, puisqu’on en parle, puisque les “belles âmes” nous disent qu’elles soutiennent un droit absolu à la liberté d’expression de blesser, j’imaginent qu’elles défendent aussi le droit de ce dessinateur de publier ça (en pastichant Charlie Hebdo) ?

Ces dessins ne me plaisent nullement (ils ne font pas rire, sont choquants et c’est bien l’exacte intention du dessinateur), mais je dis ça car j’avais cru comprendre le contraire… C’est juste pour m’assurer de leur cohérence – parce qu’un discours “je n’en n’ai rien à foutre que des musulmans soient choqués par ceci, je fais ce que je veux // je suis choqué par ceci, c’est un scandale à interdire” n’est pas intellectuellement cohérent ni honnête…

Pour ma part, je milite simplement pour une autocensure de création / diffusion / lecture – la loi n’a rien à faire là dedans.

La sixième, c’est que je veux protéger mes concitoyens

Je ne suis pas irresponsable comme tous nos médias. Honorer les morts oui, afficher “Je suis Charlie” partout, au vu des dessins précédents, envoie un clair message au monde musulman : “Attaquer ainsi votre prophète n’est pas le fait de quelques dessinateurs provocateurs, mais est assumé par toute la population française”.

Et donc chaque Français sera désormais une cible désignée pour les extrémistes de tout poil. Je ne porterai pas une telle responsabilité…

Libération indique d’ailleurs :

La septième, c’est que personne n’a manifesté contre ça en décembre :

D’autant qu’il me semble qu’on a une petite responsabilité dans tout ceci… Mhhh, non ?

Alors si on ne veut pas indiquer aux musulmans que leurs vies n’ont aucune valeur, qu’aucun dirigeant ne se déplace pour eux, autant appliquer la même règle à nos morts : le “2 poids 2 mesures” détruira notre civilisation à la longue.

La huitième, c’est que 3 barbares n’ont pas à influer sur ma vie

J’ai prévu autre chose dimanche, et ce ne sont pas 3 barbares qui vont changer un iota de ma vie…

Cela reviendrait à combler leurs attentes – et à envoyer un signal clair à l’État islamique : “renvoyez donc quelques barbares, vous aurez encore une semaine pleine sur nos médias pour parler de vous et terroriser notre population, avant qu’on vote une nouvelle loi liberticide et inutile”…

La neuvième c’est que, ami musulman, tu n’as rien à prouver

J’ai vu ces appels “aux musulmans” à se “mobilier” pour montrer que vous n’êtes pas des terroristes !

Mais c’est quoi ce délire ?

Ami musulman, j’imagine que tu as lu comme moi les 10 commandements, en particulier le 6e, disant :

Tu ne tueras point” [Dieu pour ceux qui y croient, un philosophe génial à écouter pour les autres]

C’est clair net et précis, et aucun prophète ou religieux ne peut contredire la parole claire de Dieu me semble-t-il…

Quoiqu’il en soit, ami musulman – et concitoyen si tu es français – tu ne peux donc – évidemment, et comme moi – que désapprouver ces actes barbares.

Tu n’as donc évidemment rien de commun avec ceux qui les ont perpétrés.

Tu n’es pas plus responsable de ceci que moi des crimes de l’Inquisition ou de Pol Pot…

Tu n’as donc aucune preuve à apporter, aucune excuse à présenter pour des actes de crétins, aucune repentance à faire et tu n’as donc pas à subir ça :

==========================================================

==========================================================

Je rappelle qu’il y a 2 ou 3 siècles, les Charlie auraient été brûlés en place publique par des intégristes catholiques…

Et qu’on ne vienne pas me dire qu’on serait plus “avancé”, le crétinisme et l’appel à la violence ont de beaux jours devant eux…

(Ami “je suis Charlie”, j’imagine que tu iras aussi manifester avec un “Je suis Dieudonné” au cas où Tesson serait entendu ?)

 

Enfin, la dernière, car les hommages, c’est vraiment de la merde !

Les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils préfèrent éviter.” [Sören Kierkegaard]

Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux.” [Benjamin Franklin]

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots.” [Martin Luther-King]

P.S. j’en ai surement oublié, tombant de fatigue, vous pouvez en rajouter en commentaire…

P.P.S. : Si vous n’êtes pas d’accord, et que “vous êtes Charlie”, merci de ne pas m’écrire pour m’insulter (j’ai le compte d emails, c’est bon) mais de faire suivre ce billet en indiquant votre désaccord, pour montrer votre haute idée de la liberté d’expression :)

EDIT : pour un meilleur confort : Vous pouvez retrouver les 700 commentaires ici, et y réagir

P.S. si vous avez un peu de temps cet après midi, et un esprit d’analyse critique, merci de me contacter pour un coup de main

Lire la suite

"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La République, #La guerre, #Europe supranationale, #L'OTAN., #Ukraine, #La paix

"Qui ne saute pas est un sale (moscovite) contre-charlie." "Aux potences les sales (moscovites) ceux qui ne soutiennent pas charlie"
Cela ne vous rappelle toujours rien?

"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
"Je suis Charlie", quelque chose de curieux: les invités!
Lire la suite

Charlie Hebdo, attentat, droit à la vie... (II) Un article d'Indépendance des Chercheurs.

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La République, #La finance dérégulée, #Le capitalisme;, #Europe supranationale, #Le traité Transatlantique., #Terrorisme

Articles d'Indépendance des Chercheurs :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/01/10/charlie-hebdo-attentat-droit-a-la-vie-ii-50550.html

Charlie Hebdo, attentat, droit à la vie... (II)

Nos articles récents « Charlie Hebdo, attentat, droit à la vie... (I) » et « L'attentat contre Charlie Hebdo et le droit à la vie (I) » soulignaient le caractère fondamental du droit à la vie dans une affaire où la liberté d'expression et la liberté de la presse sont en général mises en avant de manière exclusive. En réalité, le droit à la vie est le premier des droits de la personne affirmés dans la Déclaration des Droits de l'Homme de l'ONU et dans la Convention Européenne des Droits de l'Homme. Sans la vie, impossible de bénéficier d'une quelconque liberté. Le 10 janvier 2014, avec le titre « Le secrétaire général du Conseil de l'Europe rend hommage aux victimes de Charlie Hebdo », le Centre d'Informations sur Internet de Chine reproduit des déclarations du Secrétaire Général du Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland. Se référant à la Convention Européenne des Droits de l'Homme, l'intéressé souligne que « deux articles importants de cette Convention » ont été bafoués par l'attentat contre Charlie Hebdo. Si dans son intervention précédant la minute de silence gardée au Conseil de l'Europe, Thorbjorn Jagland a évoqué la liberté d'expression, il ajoute dans ses déclarations au Centre d'Informations sur Internet de Chine qu'en plus de la liberté d'expression il y a le droit à la vie. A savoir : « Personne n'a le droit d'ôter la vie à quelqu'un ». Mais pourquoi le droit à la vie n'a-t-il pas été davantage souligné dans les déclarations de ces derniers jours ? Aux douze morts de l'attentat contre Charlie Hebdo est venue s'ajouter la policière municipale Clarissa Jean-Philippe tuée à Montrouge, suivie de quatre morts parmi les otages de Vincennes. Pourquoi tant de vies humaines détruites ? Sans oublier les trois auteurs de l'attentat qui ont péri suite à leurs prises d'otages et qui se sont ainsi anéantis eux-mêmes. Un communiqué de l'Evêque de Liège et de l'Union des mosquées de la Province dénonce, à propos de l'attentat contre Charlie Hebdo : « En agissant de la sorte, les auteurs de cet attentat trahissent les valeurs de l’évangile, de l’islam et des droits de l’homme, en particulier le droit à la vie et à la liberté d’expression ». Mais précisément, quelles sont les causes profondes de la dégradation progressive du statut de fait du droit à la vie dans notre société ?

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/01/10/charlie-hebdo-attentat-droit-a-la-vie-ii-50550.html ]


et pour rappel :


http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/01/08/charlie-hebo-attentat-droit-a-la-vie-i-50549.html

Charlie Hebdo, attentat, droit à la vie... (I)

Avec le titre « Ce sont les douze victimes de l'attentat contre Charlie Hebdo », France Info rappelle la relation des morts : l'agent d'entretien Frédéric Boisseau, le brigadier du service de la protection Franck Brinsolaro, le dessinateur Jean Cabut (Cabu), la psychanalyste et chroniqueuse Elsa Cayat, le dessinateur Stéphane Charbonnier (Charb), le dessinateur Philippe Honoré, l'économiste et chroniqueur Bernard Maris, l'agent de police Ahmed Merabet, le correcteur Mustapha Ourrad, l'ancien directeur de cabinet du Maire de Clermont Michel Renaud, le dessinateur Bernard Verlhac dit Tignous et le dessinateur Georges Wolinski. Pourquoi toutes ces vies humaines brutalement emportées par un tel acte de barbarie ? Et pourquoi tant de vies anéanties par la violence dans le monde ? Malheureusement, ce début du XXIème siècle n'a pas mis fin aux tueries d'êtres humains. Bien au contraire, on assiste à une certaine banalisation de la mort humaine avec le prétexte « on doit tous mourir un jour », voire même « il y a trop de monde sur cette planète ». Oumma dénonce à juste titre « Charlie Hebdo : la liberté d’expression frappée en plein coeur », et souligne « Si, au paroxysme de la controverse déclenchée par les caricatures du Prophète publiées par Charlie Hebdo, nous avons pleinement exercé notre droit de réponse dans le cadre du débat démocratique, nous faisions alors usage de la liberté fondamentale de pouvoir critiquer la liberté d’expression telle qu’elle avait pris forme sur le papier ». Précisément, ce rappel met en évidence une simple réalité : il peut exister des abus de la liberté d'expression, y compris celle de la presse. Face à des dépassements dans ce domaine, le droit de réponse, la justice, les instances européennes, voire même l'ONU, sont censés garantir un équilibre citoyen et institutionnel. Des voies auxquelles les auteurs de l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo ont passé outre. Mais il n'existe pas d'abus du droit à la vie, ce droit étant le plus fondamental de tous les droits de l'être humain.

[la suite, sur le lien http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/01/08/charlie-hebo-attentat-droit-a-la-vie-i-50549.html ]


http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/090115/lattentat-contre-charlie-hebdo-et-le-droit-la-vie-i

L'attentat contre Charlie Hebdo et le droit à la vie (I)

On évoque à juste titre la liberté d'expression et la liberté de la presse à propos de l'attentat contre Charlie Hebdo. Mais il serait erroné d'oublier un droit encore plus fondamental : tout simplement, le droit à la vie. Sans la vie, impossible d'exercer les autres droits de la personne. S'il peut exister des abus des différentes libertés, la notion d'abus du droit à la vie n'est tout simplement pas admissible. Tel est le message de notre article de ce jour « Charlie Hebdo, attentat, droit à la vie...(I) » dans notre blog La Science au XXI Siècle. Malheureusement, nous vivons dans un monde violent où le droit à la vie subit une marginalisation et une banalisation permanentes. Et l'évolution actuelle du système économique dominant ne paraît guère encourageante de ce point de vue. Puisse la condamnation collective de l'assassinat terroriste de douze personnes dans les locaux de Charlie Hebdo nous rappeler globalement l'importance du droit à la vie.

[la suite, sur le lien http://blogs.mediapart.fr/blog/scientia/090115/lattentat-contre-charlie-hebdo-et-le-droit-la-vie-i ]


Si vous avez apprécié le contenu de nos articles, nous ne pouvons que vous encourager à rediffuser autour de vous cette lettre d'information. Merci d'avance.

Cordialement

Lire la suite

La nouvelle sainte croisade. Par Manlio Denucci.

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La guerre, #La France, #Le capitalisme;, #le terrorisme, #Europe supranationale, #La finance dérégulée, #Le grand banditisme

http://www.france-irak-actualite.com/2015/01/la-nouvelle-sainte-croisade.html

La nouvelle sainte croisade

Publié par Gilles Munier sur 9 Janvier 2015, 17:39pm

La nouvelle sainte croisade. Par Manlio Denucci.

 

Par Manlio Dinucci ( revue de presse : Il Manifesto – Italie – 9/1/15 )*

De véritables commandos, dans leur façon de bouger, de tirer. Pas en rafales pour ne pas gaspiller de cartouches, mais avec un ou deux coups sur chaque victime, comme sur le policier blessé qui est achevé avec un seul coup par le killer qui continue à marcher, rejoint la voiture et, avant de monter, ramasse calmement une chaussure tombée (qui aurait pu constituer une preuve à l’examen ADN). Mais quand les deux, avec une préparation de forces spéciales, changent de voiture, ils « oublient » (selon la version de la police) une de leurs cartes d’identité sur la première voiture. Et signent ainsi officiellement l’attentat. Quelques heures plus tard on connaît dans le monde entier leurs noms et leurs biographies : « deux petits délinquants radicalisés, connus par la police et les services de renseignement français ».

On ne peut s’empêcher de repenser, dans ce qui est défini comme « le 11 septembre de la France », au 11 septembre des Etats-Unis quand, quelques heures à peine après l’attentat des Tours Jumelles, circulaient déjà les noms et les biographies de ceux qui étaient désignés comme les auteurs membres d’Al Qaeda. Ou l’assassinat de Kennedy, dont on trouve immédiatement le présumé auteur. Même chose, en Italie, avec le massacre de Piazza Fontana. Légitime, donc, le soupçon que derrière l’attentat en France, se trouvent de longue main les services secrets.

Les deux présumés auteurs (si leurs biographies sont vraies) appartiennent à ce monde souterrain créé par les services secrets occidentaux, y compris français, qui ont financé, armé et entraîné en Libye en 2011 des groupes islamistes jusque peu de temps auparavant qualifiés de terroristes, parmi lesquels les premiers noyaux du futur Etat Islamique ; qui les ont approvisionnés en armes à travers un réseau organisé par la Cia (selon une enquête du New York Times en mars 2013) quand, après avoir contribué à renverser Kadhafi, ils sont passés en Syrie pour renverser Assad et attaquer ensuite l’Irak (au moment où le gouvernement al-Maliki s’éloignait de l’Occident, et se rapprochait de Pékin et de Moscou). L’EI, né en 2013, reçoit des financements et des voies de transit par Arabie Saoudite, Qatar, Koweït, Turquie et Jordanie, alliés étroits des Etats-Unis et des autres puissances occidentales, dont la France. Cela ne signifie pas que la masse des activistes des groupes islamistes, provenant aussi de différents pays occidentaux, en soit consciente. Reste cependant le fait que derrière leurs masques se cachent certainement des agents secrets occidentaux et arabes spécialement formés pour de telles opérations.

Dans l’attente d’autres éléments qui puissent éclaircir la véritable matrice de l’attentat en France, il est logique de se demander : à qui cela profite-t-il ? La réponse se trouve dans ce qu’a déclaré Nicolas Sarkozy, qui, quand il était président de la France, a été un des principaux auteurs du soutien aux groupes islamistes dans la guerre d’agression contre la Libye : il a qualifié l’attentat en France de « guerre déclarée contre la civilisation, qui a la responsabilité de se défendre ». On veut de cette façon convaincre l’opinion publique que l’Occident est désormais en guerre contre ceux qui cherchent à détruire la « civilisation », qu’il incarne, et doit donc « se défende » en potentialisant ses forces militaires et en les projetant partout dans le monde où surgit cette « menace ».

On essaie ainsi de transformer le sentiment de masse pour les victimes du massacre en mobilisation pour la guerre. Le David, qui à Florence a été voilé de noir, est appelé maintenant à empoigner l’épée de la nouvelle sainte croisade.

*Edition du 9 janvier 2015 de il manifesto

Article paru sous le titre « La signature des killers, connus par la police et les services secrets »

http://ilmanifesto.info/la-firma-dei-killer-noti-alla-polizia-e-ai-servizi-segreti/

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Source : Marie-Ange Patrizio

Lire la suite

Je ne suis pas Charlie. Je suis Syrien Jean-Claude Antakli, samedi 10 janvier 2015, par Comité Valmy

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La République, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #L'OTAN., #La mondialisation, #Les média

Je ne suis pas Charlie. Je suis Syrien
Jean-Claude Antakli

samedi 10 janvier 2015, par Comité Valmy

Je ne suis pas Charlie. Je suis Syrien.

Je ne suis pas Charlie, mais je suis Syrien depuis 4 ans, soit 48 mois.

Je ne cherche pas la provocation, je cherche le pourquoi ?

Je ne cherche pas l’originalité, mais je dois répondre à l’enfant syrien.

Il m’a écrit hier ceci : on a tué mon père, on a tué ma mère, on a tué ma sœur.

Et personne en France n’a parlé de mon père, ni de ma mère, ni de ma sœur.

Pourquoi ne m’a-t-on pas appris à dessiner !

Je ne suis pas Charlie, mais nous sommes cent cinquante mille syriens.

Victimes de cent cinquante mille Mohamed Merah, Kouachi, Kardawi et compagnies.

J’ai répondu à cet enfant que l’Occident était aussi coupable que l’Orient.

Je n’ai pas pu lui promettre un monde meilleur, car sa famille était ce monde meilleur.

Je lui ai dit que j’étais comme son papa, un syrien.

Un Syrien qui avait choisi la France à vingt ans.

Un Syrien qui pleure sur la Syrie, un Syrien qui pleure sur Charlie.

Un Syrien qui veut la vérité, un Français qui dénonce les responsabilités.

Oui je pleure sur la France avec les mêmes larmes, qui sont syriennes.

Depuis 40 ans je n’ai cessé d’écrire, aux grands d’Occident et d’Orient.

Voix dans le désert, et dans cette Eglise de France qui n’a que le nom !

Il y a 10 ans dans une lettre ouverte à Dominique de Villepin 1er Ministre.

Je le mettais en garde contre la libanisation de notre société française.

Aujourd’hui, c’est trop tard, et je pleure sur les familles de Charlie.

Pourtant que la montagne est belle, comment peut-on imaginer

En voyant un vol d’hirondelles que les Printemps arabes sont arrivés !

Quand on voit que ce sont les vautours qui sont arrivés.

On comprendra que la guerre ne fait que commencer.

Oui je suis syrien depuis toujours, oui je suis français de tout cœur.

Les mots, les indignations, les émotions, les défilés vrais ou faux,

n’effaceront jamais l’ignominie, les mensonges, les convoitises et les trahisons !

Il est venu le temps de la Révolution, de la liberté, de la vraie fraternité.

Il est venu le temps de dire aux anciens prédicateurs de la politique ou de la religion :

Dégagez, laissez la place aux jeunes, ils sont capables de vous surpasser….

JCA

***

Lire la suite

TROIS BOURREAUX DU PEUPLE PALESTINIEN A PARIS LE 11 JANVIER : QUELLE HONTE ! Communiqué de l'UJFP.

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La République, #Europe supranationale, #Les média, #Le capitalisme;, #La mondialisation, #Le grand banditisme, #La guerre

 TROIS BOURREAUX DU PEUPLE PALESTINIEN A PARIS LE 11 JANVIER : QUELLE HONTE ! Communiqué de l'UJFP.


TROIS BOURREAUX DU PEUPLE PALESTINIEN A PARIS LE 11 JANVIER :
QUELLE HONT
E !


Benjamin Nétanyahou, Avigdor Lieberman et Naftali Bennett représenteront le 11 janvier l’Etat d’Israël à la grande manifestation européenne de riposte aux fusillades contre Charlie Hebdo et contre le magasin casher à Paris. Ces trois personnages sont des criminels de guerre qui relèvent de la Cour Pénale Internationale pour les meurtres de masse commis à Gaza et ailleurs.

Ce sont trois sinistres artisans de la volonté d’Israël d’écraser le peuple palestinien : Nétanyahou, le dirigeant des massacres à Gaza, Lieberman et Bennett, deux ministres colons, l’un prévoit l’expulsion de tous les Palestiniens, y compris ceux qui vivent en Israël et l’autre se vante d’avoir tué des Palestiniens.

Ce qui est tout aussi grave, c’est la signification que leur présence confirme, concernant la nature de cette manifestation.

C’est pourquoi nous exhortons les diverses associations amies du peuple palestinien qui comptent se rendre à cette manifestation à reconsidérer leur décision.

La manifestation devait être soi-disant « d’unité nationale » contre le terrorisme et pour la liberté d’expression.
Elle sera en réalité une représentation des « valeurs du monde civilisé occidental » contre les « menaces terroristes du monde arabo-musulman », une manifestation bien dans la tonalité du « choc des civilisations » qui d’après nos gouvernants, même quand ils se défendent de diffuser ce point de vue, régit le monde actuel.

En fin de compte tous ceux qui souhaitaient manifester demain leur solidarité avec les victimes de ces terribles attentats et pensaient sincèrement montrer une société française unie contre le crime, se sont fait confisquer leur manifestation par les organisateurs autoproclamés d’une grande messe de « l’Axe du Bien » : le gouvernement, ses amis et tous ses concurrents de droite – hormis le Front National, dont l’idéologie n'a nul besoin d'invitation pour prospérer. Les grands alliés internationaux seront présents : ces mêmes représentants d’État dont les politiques contre les peuples ont permis l’apparition du terrorisme djihadiste, les courants islamophobes, les amis de l’État d’Israël et bien sûr les représentants de cet État.
Quant aux populations dangereuses, postcoloniales, jeunes, éventuellement porteuses de signes ostentatoires musulmans, elles subiront le dispositif de contrôle renforcé dans la période qui s’ouvre. Nous ne pouvons oublier qu’à tous ceux-là les manifestations de solidarité et la liberté d’expression ont été interdites, l’été dernier, pendant l'opération « Bordure de protection » menée contre Gaza par les trois invités israéliens de demain.

Les représentants d’Israël ont commencé à faire de grands appels à la population juive française, soi-disant victime d’un déferlement antisémite sans précédent, pour qu’elle émigre en Israël, pays « de grande liberté ». Une fois de plus, les dirigeants israéliens mettent sciemment en danger les Juifs français par la peur et l’incitation au départ.

Le Bureau National de l’UJFP le 11 janvier 2015



Lire la suite

TROP, C’EST TROP ! par Jean LEVY

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #La guerre, #La paix, #Europe supranationale, #La mondialisation, #Le grand banditisme, #Le capitalisme;, #La gauche

Dimanche 11 janvier 2015

TROP, C’EST TROP ! par Jean LEVY

TROP, C’EST TROP !

Par Jean LEVY

Tous les médias écrits, sonores et visuels sont mobilisés au service de l’opération « SURVIE » d’un pouvoir se sachant agonisant. Son but : créer artificiellement en France une atmosphère de guerre permettant d’imposer à la population anesthésiée la dictature totale des puissances d’argent au nom de « l’Union sacrée ».

Ainsi, serait écartée – pour un temps – toute réaction d’envergure des masses populaires à l’encontre d’une politique de régression économique et sociale inégalée par son ampleur dans notre pays.

Tel est l’objectif du capital et de son pouvoir, relayé par ses chiens de garde médiatiques.

Il faut réagir et vite.

Non, tout n’est pas clair dans la relation des faits, tels qu’ils sont répercutés dans l’opinion par tous les canaux de communication contrôlés par le pouvoir.

Dans la séquence du massacre de la rédaction de « Charlie Hebdo », les infos officielles font état d’un commando techniquement bien préparé

à ce genre d’opération, mené avec sang-froid et professionnalisme.

Or, ce sont les mêmes hommes qui laissent trainer opportunément la carte d’identité de l’un des deux tueurs dans la voiture qu’ils abandonnent au cours de leur fuite.

Ce qui permet à la police de connaître immédiatement les auteurs du massacre…

Ils n’ont pas prévu d’avance une planque de repli autre qu’une petite imprimerie en activité à Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne, où ils attendent sagement l’arrivée du Raid…

Instruits par l’affaire Merah à Toulouse de la façon d’opérer les forces de l’ordre (on abat le tueur sans chercher à le prendre vivant, pour éviter qu’il parle trop), les deux individus recherchés attendent sagement l’assaut…avant d’être bien sûr abattus.

Alors que s’effectue l’opération contre Charlie Hebdo, les infos nous apprennent qu’à Montrouge, un individu abat une policière municipale qui verbalisait un automobiliste…Pourquoi ce crime, dont on nous assure

qu’il n’avait aucun lien avec l’affaire précédente ?

Or, on nous fait savoir – sans expliquer les raisons subites de ce retournement – que l’homme recherché est au contraire lié aux tueurs des journalistes, et qu’il est en fuite…

On retrouve celui-ci vendredi à la Porte de Vincennes, en train de prendre des otages dans une grande surface cascher.

La dimension du terrorisme s’en trouve découplée : deux opérations

simultanées dans Paris, le fait permet au pouvoir et aux médias d’élever le niveau dramatique de la situation : la France est brutalement confrontée à une guerre généralisée du terrorisme fondamentaliste.

Et il faut d’urgence riposter, et d’abord par « l’Union sacrée » derrière le gouvernement Hollande-Valls…

Celui-ci organise les choses en grand : le peuple de Paris est convié à manifester massivement son unité derrière le pouvoir. Les forces de droite appuient l’initiative du Parti socialiste, de même que tous les syndicats, les associations, les personnalités de toute sorte.

Le Président de la République annonce sa présence, de même que les dirigeants de toute l’Union européenne avec en tête, ceux de Grande-Bretagne, d’Allemagne, d’Italie, d’Espagne.

Ainsi, à partir du massacre des journalistes libertaires d’un hebdomadaire qui brocardait, semaine après semaine, les puissants de ce monde, ces puissants utilisent effrontément le crime pour renforcer leur domination…

Tel est l’objectif de cette « manif » de la République à la Nation à laquelle est conviée la population.

A qui donc profite le crime ?

Lire la suite

Disparition de la gauche et mise en péril de la démocratie. Le 10 Janvier 2015. Rédigé par L’œil de Brutus.

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La paix, #La République, #La mondialisation, #Europe supranationale, #La justice, #La guerre

Disparition de la gauche et mise en péril de la démocratie

10 Janvier 2015 , Rédigé par L'oeil de Brutus Publié dans #Idées

Disparition de la gauche et mise en péril de la démocratie

 

"La gauche morale est devenue le substitut de la religion"      

Jean Bricmont, conférence à Montpellier[i], 08/04/2010.

 

 

Billet également paru sur Gaulliste libre

 

On serait, tout particulièrement depuis l’arrivée au pouvoir de M. Hollande et de ses sbires, bien en mal de définir ce qu’est la gauche aujourd’hui.

Pourtant si l'on prend une approche historique, on ne manque pas de concret. En effet, en repartant  du positionnement droite-gauche à la Révolution[ii] :

- la gauche est initialement monarchiste constitutionnelle, pour proposer un espace de liberté et d'égalité en opposition à la monarchie absolue ;

- puis républicaine, pour une société où chacun peut accéder aux responsabilités ;

- puis sociale ou socialiste, pour une société qui ne laisse personne au bord du chemin.

De la Révolution aux années 1980, la gauche a toujours défendu un projet de société axé sur le progrès de l'humain, et ce même si ce projet n'a cessé d'évoluer (d'un simple appel à la démocratie en 1789  à une société qui puisse dépasser le capitalisme au XXe siècle). L'échec de Mitterrand a conduit la gauche à abandonner tout projet de société et à se donner un alibi de "gauche morale" à coups d' « anti » (antiracisme[iii], antifasciste[iv], antihomophobe, vaguement anticapitaliste, etc.[v]) et en se consolant avec une construction européenne qui s'avère surtout être une formidable régression sociale[vi]. Mais en n'étant plus que des "antis" la gauche ne peut pas proposer de projet, elle ne peut donc plus être progressiste (quant à l'égalité c'est devenu un slogan qui confond égalité et égalitarisme, sans soucis de justice), si ce n’est une vague progressisme purement matériel et matérialiste qui consiste à distribuer quelques miettes de redistribution sociale[vii] - « Adieu faucille et marteau, bonjour pincettes et compresses »[viii] -  aux défavorisés pour éviter que ceux-ci ne se révoltent contre un système contre lequel la « gauche », ou plutôt ce qu’il en reste, a depuis belle lurette abandonné toute velléité si ce n’est de combat au moins de réformes dans ses structures les plus oppressives, conservatrices et inégalitaires . « Le terme de gauche s’est à ce point déprécié qu’on ne l’associe plus à un contenu politique particulier »[ix]. Dès 1984, Yves Montand – ancien sociétaire du parti communiste - pouvait proclamer être « de gauche tendance Reagan  »[x]. C’est qu’elle n'est donc plus vraiment de gauche[xi]. Et pour cause : cette « droite complexée », pour reprendre l’expression de Frédéric Lordon (quoi que les Valls, Sapin et autres Macron ne semblent plus souffrir du moindre complexe), est un pur produit d’un système capitalo-oligarchique[xii] qu’elle se fait fort de défendre pour s’en accaparer un maximum de rentes[xiii].

Mais s’il s’agissait simplement de prononcer l’oraison funèbre d’un parti politique dont l’encéphalogramme répond plat depuis déjà plusieurs décennies, ce ne serait finalement pas si grave. Ce qui est plus inquiétant, c’est que, paradoxalement, la droite n'a existé en France qu'en réaction à ce que proposait la gauche. A tort ou à raison, d’un côté ou de l’autre, l’un proposait un projet, présenté comme source de progrès, et l’autre lui rétorquait qu’elle n’y voyait là aucun progrès, bien au contraire, et lui opposait un contre-projet, l’ensemble étant source de débats et donc d’équilibres démocratiques. Aussi, la droite française ne peut exister que parce qu'il existe une gauche. L’effet collatéral du suicide idéologique de la gauche a donc été la mort de la droite, ne laissant ainsi que l'extrême droite comme seule forme d’opposition. C’est ainsi que l’on a pu assister, d’une part à la convergence des politiques conduites alternativement par le PS et l'UMP depuis 30 ans, et d'autre part à l'effacement progressif de la frontière entre l’un et l’autre.

 

Cela ne veut évidemment pas dire qu'il n'y ait plus de gauche tout court. Simplement qu'elle est quasi absente de l'échiquier politique, probablement d’un côté par manque de cohérence idéologique et de l’autre, principalement, parce que l'échiquier politique est verrouillé par l'oligarchie en place. C’est ici que se noue le drame démocratique. Car au fond comment proposer un débat et une alternative démocratiques lorsque les deux principales mouvances, qui ont réquisitionné par jeux politiciens la grande majorité de l’échiquier politique et médiatique, sont d’accord sur l’essentiel (la forme que doit prendre la construction européenne[xiv], la dérégulation[xv], la technocratie et l’abandon de la souveraineté du peuple[xvi], le libre-échange, le système bancaire, la monnaie unique, l’atlantisme forcené et décérébré, la « mondialisation heureuse », la perpétuelle mise sous variable d’ajustement de la Défense, l’abandon de l’éducation nationale aux idéologues pédagogistes, etc.[xvii]) ? Il n’y a, au fond, entre un Nicolas Sarkozy et un François Hollande[xviii], guère plus de différence qu’entre un Beria et un Malenkov. Du PS à l’UMP, en passant par leurs affidés, tous portent des lignes politiques convergentes, formidablement réactionnaires dans le sens où ils verrouillent et ostracisent toutes formes de pensée hétérodoxe, formant une vaste « bande des quatre », un parti unique d’une ère de néolibéralisme total, dont le seul objet est une lutte de clans, au sein de la même « caste cannibale »[xix], pour les lambeaux d’un pouvoir qu’ils ont eux-mêmes vidé de sens, si ce n’est de satisfaire quelques petits egos. Et quand les idées et l’intérêt général s’effacent derrière ces querelles d’egos, la démocratie se fait oligarchie. « La lutte des places écrase la lutte des classes »[xx]. Que cet état de fait résulte des manœuvres d’une certaine droite (pas toute la droite, loin de là[xxi]), d’une part arrimée au monde de la finance et n’ayant, d’autre part, jamais digéré la République, cela n’aurait, finalement, rien eu de vraiment étonnant. Mais que nous en soyons arrivé là de par la trahison de la gauche fera, à n’en pas douter, porter une lourde responsabilité historique aux locataires de la rue de Solferino[xxii].

Milan Kundera[xxiii] avait, en fait, peut-être déjà largement anticipé cette déchéance : « Ce qui fait d’un homme de gauche un homme gauche ce n’est pas telle ou telle théorie, mais sa capacité à intégrer n’importe quelle théorie dans le kitsch appelé Grande Marche »[xxiv]. Hier le Grand Soir, aujourd’hui l’Europe à tue-tête, peu importe, au fond, la Grande Marche, pourvu qu’il y ait le kitsch du pouvoir. Et la légèreté. L’insoutenable légèreté de la gauche.

 


[i] Vous pouvez retrouver cette conférence, extrêmement intéressante, sur le blog Les Crises : http://www.les-crises.fr/la-gauche-morale-substitut-de-la-religion/

[ii] La gauche se distingue initialement simplement par son positionnement dans l’Assemblée vis-à-vis du président de séance.

[iii] « L’ethnicisation des rapports sociaux n’a pas désolé outre mesure la gauche sociale-libérale et soi-disant morale : en développant un discours démagogique sur l’immigration, elle se rachetait à peu de frais de sa convergence de fond avec la droite libérale en matière de politique économique et sociale », Jean-Pierre Chevènement, Défis républicains, cité par Serge Halimi, La gauche de gouvernement raconte son histoire, Manière de voir, août 2012.

[iv] "La gauche officielle, la gauche majoritaire ne se réclame de la République que pour dire que Marine Le Pen n’en fait pas partie. Mais une fois qu’elle a opéré ce bannissement, elle retourne à la dénonciation du caractère rétrograde, répressif et islamophobe des lois républicaines", Alain Finkielkraut,               interview à Atlantico.fr, 24/11/2013.

[v] « Les droits de l’homme ont progressivement servi à la gauche pour camoufler la disparition de toute doctrine. », Philippe Muray, tribune collective publiée dans Marianne, 29/09/2003, cité par Evelyne Pieiller, Mauvais esprit, es-tu là ?, Le Monde diplomatique, août 2011.

« Pour occulter son abandon de la nécessite, en politique, de faire des choix justifiés par une argumentation rationnelle (mais dont tous les aspects ne sont pas toujours plaisants), la gauche morale invoque sans arrêts ses « valeurs » (qui font appel à la subjectivité, voire à l’émotion, et ne sont pas réellement susceptibles de débats) », « l’alliance « objective » entre le néolibéralisme économique, l’intégration européenne et l’impérialisme d’aujourd’hui d’une part ; et un certain discours « de gauche », écolo-boboïste, qui sert de couverture morale et verbale aux développement européistes, libéraux, voire militaire ». Jean Bricmont              Postface à Pierre Levy, L'insurrection, AEBRN 2013, page 172

[vi] «  Parce qu'il fallait à l'espérance, après le «  tournant de la rigueur  », un mythe de substitution pour donner un rêve à ronger aux orphelins du temps des cerises, vous avez alors peint en Terre promise un Euroland sans âme ni souffle, sans plus d'imaginaire que d'imagination, et qui s'est voué depuis à détricoter méthodiquement tout ce que la gauche française avait péniblement tissé depuis 1936, droits sociaux, souveraineté populaire, service publics, nationalisation. Et en matière de laïcité, quasiment depuis 1792.  »  Régis Debray, Rêveries de gauche, Flammarion 2012, page 89.

[vii] « La social-démocratie, c’est l’acceptation du libéralisme échevelé avec, pour faire bonne mesure, quelques mots de regrets »,  Philippe Seguin, Acteurs de l’économie, novembre 2004, cité par Le Monde diplomatique, novembre 2011.

[viii] Régis Debray, La France doit quitter l'OTAN, Le Monde diplomatique, mars 2013.

[ix] Serge Halimi, Où est la gauche ? , Le Monde diplomatique, novembre 2011

[x] Yves Montand, émission Vive la crise (en 1984), cité par Pierre Rimbert, Vive la crise, manière de voir, août 2012.

[xi] « Nous eûmes donc une gauche mille, postmoderne, laxiste, sociale-libérale (affirmant tout et son contraire), parfaitement représentée par un François Mitterrand, florentin peut-être, insaisissable à coup sûr », Dany-Robert Dufour, Le Divin marché, Dénoël 2007, page 404.

[xii] "Le PS est un grand parti de centre-droit, une énorme machine oligarchique, contrôlée par les inspecteurs des finances ", Emmanuel Todd, L'euro détruit Hollande, Les Inrockuptibles, 12/2013.

[xiii] " Ces dirigeants du PS ne sont pas socialistes, mais individualistes. Non pas ouvriers mais bourgeois. Faisant une politique ultra-libérale au niveau global, et pratiquant en même temps un socialisme régional ou municipal difficile à différencier d’un simple clientélisme", Henri Hude,                 La République des Veilleurs, Blog Henri Hude, 09/06/2013

[xiv] « La droite et la gauche sont deux détaillants qui ont le même grossiste: l’Europe », Philippe Séguin, cité par Eric Zemmour, Catch à quatre, Le Spectacle du Monde, février 2012.

[xv] "C'est François Mitterrand - avec Pierre Bérégovoy - qui a déréglementé l'économie française et l'a largement ouverte à toutes les formes de concurrence. C'est Jacques Delors qui a été, à Paris comme à Bruxelles, l'un des bâtisseurs de l'Europe monétaire avec les évolutions politiques qu'elle impliquait sur le plan des politiques macroéconomiques. C'est Lionel Jospin qui a engagé les regroupements industriels les plus innovants, quitte à ouvrir le capital d'entreprises publiques. Ce qui lui fut reproché. Cessons donc de revêtir des oripeaux idéologiques qui ne trompent personne ", François Hollande, Devoirs de vérité, Stock, 2006, page 192

[xvi] "La gauche de droite, comme par hasard européiste forcenée, se reconnaît entre autres à ceci qu'elle a les oreilles qui saignent quand elle entends le mot de souveraineté, immédiatement disqualifié en "isme" : souverainisme. La chose étrange est qu'il ne vient pas un instant à l'esprit de cette "gauche"-là que "souveraineté", d'abord comprise comme souveraineté du peuple, n'est que l'autre nom de la démocratie même. Serait-ce que, disant "démocratie", ces gens-là auraient tout autre chose en tête ?", Frédéric Lordon, Sortir de l'euro ?, Le Monde diplomatique, août 2013.

[xvii] « Les libéraux, de droite et de gauche, ont moins proposé positivement une vision, que critiqué négativement le programme d'en face qui, hormis des détails de style, de forme et d'emballage, de personnages, d'acteurs, sinon de comédiens, reste le même : le marché qui fait la loi, l'Europe en horizon indépassable, l'euro en vérité de l'économie, le renoncement à la souveraineté nationale au profit du gouvernement technocratique de Bruxelles, la France devenue chambre d'enregistrement de la bureaucratie européenne avec un pouvoir de décider pour elle-même devenu peau de chagrin », Michel Onfray, Pourquoi il est possible de s'abstenir ou de voter blanc, Le Monde, 17 avril 2012.

[xviii] « On a connu naguère les affrontements gauche/droite, avec des débats projets contre projets qui n’échappaient ni à la démagogie ni à la surenchère, encore moins à la déception post-électorale. Maintenant qu’entre la gauche et la droite de gouvernement il y a autant de différence qu’entre un banquier ami de François Hollande et un banquier ami de Nicolas Sarkozy, les enjeux sont moindres mais pas les batailles de pouvoir. » Jack Dion, François Hollande ou le néolibéralisme de démission, Marianne, 16/01/2014

[xix] « La caste cannibale, c’est un paradoxe, s’appuie sur l’Etat pour pouvoir tout dévorer sans prendre de risques. Elle ne connaît pas les clivages entre droite et gauche, entre public et privé. Elle est disposée à nier l’évidence, à maquiller la réalité pour continuer d’avoir raison », Sophie Coignard, Romain Gubert, La Caste cannibale, Quand le capitalisme devient fou, Albin Michel 2013, page 9.

[xx] Bertrand Rothé, De l’abandon au mépris, Seuil 2013.

[xxi] Parallèlement à la déshérence de la gauche républicaine, on peut aussi constater l’affaiblissement représentatif (mais très probablement pas chez les citoyens) de la droite gaulliste  et de la démocratie chrétienne, qui, elles, n’ont pas grand-chose à voir avec la droite affairiste et opportuniste symbolisée par M. Sarkozy et ses spadassins.

"La droite a bazardé le gaullisme, avocats d’affaires qui font du business, la gauche elle, elle a bazardé et le socialisme et la République ", Régis Debray,       sur France Culture, 29/05/2014.

" Toute une partie de la droite a abandonné son conservatisme sur les valeurs pour se raccrocher à la modernité, au culte du Progrès désormais détaché de tout impératif moral, mais consacré à l'extension supposée du bien-être par la marchandisation de tout. Face à cela, toute une partie de la gauche a servi d'idiot utile à l'extension du marché dans tous les domaines de la vie en refusant de voir que la destruction des institutions anciennes et l'extension à l'infini de nouveaux droits individuels faisaient le lit de la société de consommation. Je crois que le clivage droite/gauche doit se redéfinir autour de la question de la mondialisation avec d'un côté ceux qui sont favorables à l'extension d'un marché mondialisé et une mise en concurrence universelle et de l'autre les tenants d'une protection des citoyens par l'exercice de la souveraineté des peuples ", Natacha Polony,       Interview à Figarovox, 13/06/2014

[xxiii] L’auteur préféré de … Manuel Valls.

[xxiv] L’insoutenable légèreté de l’être, Folio 2009, Page 374.

Lire la suite

Qu'est ce qui a tué Charlie ? Par l'Equipe de Fraternité citoyenne de Marc Jutier.

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La guerre, #Le grand banditisme, #La mondialisation, #Le capitalisme;

Qu'est ce qui a tué Charlie ?

En ligne ici : http://bit.ly/1AKHyQb ou ici: http://on.fb.me/1IcMNZH

Excusez-moi d'être plus peiné par ce qui se passe actuellement dans le monde que par Charlie Hebdo, pourtant je connaissais personnellement une des victimes : Bernard Maris, que j'appréciais tout particulièrement. Oui, bien sûr, c'est une histoire tragique, et en premier lieu pour les familles des victimes et leur entourage mais bon après qu'est ce que tu veux que j'en dise, des tragédies de la sorte avec au compteur douze victimes par balles, il y en a encore tous les jours et partout. Qui ne sont pas forcément autant spectaculaires certes, mais des événements pire que ça, il y a en a eu et malheureusement il s'en déroulera très certainement encore. Désolé, ce n'est pas par volonté de provocation ou par désir de mauvais goût mais je n'ai pas peur de dire qu'au regard de toutes les tragédies et tous les massacres qui, en ce moment même sur terre, sont encore perpétrés, celui de Charlie Hebdo, n'est, malheureusement, qu'un détail, certes, un détail important ou un détail très symbolique et symptomatique, mais cela ne reste qu'une infime partie de la réalité des massacres qui ont encore actuellement cours à l'heure où je vous écris. Pour ma part, la seule chose qui m'importe en la matière, c'est, bien entendu, de pouvoir comprendre les vrais raisons de ce genre de catastrophe, de pouvoir en comprendre les raisons profondes.

Demandez au petit enfant africain affamé qui survit dans les camps ou les décharges ce qu'il en pense de tous ces événements et si lui aussi, il tient à être « Charlie » et peut être alors vous comprendrez un peu mieux mon point de vue. Et je n'ai pas encore parlé de l'enfant soldat ; enfant soldat enrôlé de force dans ces guerres miliciennes intestines qui minent l'Afrique au profit bien entendu, des occidentaux. En ce qui me concerne, pour tout vous dire, je n'arrive pas vraiment à le voir, ce petit enfant soldat, comme très différent du jeune intégriste afghan qui se trouve agir lui aussi également par conditionnement et voie de dépit. Comprenez bien, je ne suis pas là non plus à soutenir la violence, la barbarie ou bien l'obscurantisme, mais je ne peux pas non plus me joindre à ce mouvement de soutien pour Charlie hebdo car, bien entendu, le problème est bien plus important et plus grave que cela. L'affaire est très délicate et je ne tiens pas à alimenter les amalgames et l'hypocrisie qui, aujourd'hui nous empoissonne et nous emprisonne. Le cercle des "Je suis Charlie" a ses limites et se trouve être tout de même assez restreint, il n'est pas difficile de convenir qu'au regard de la population mondiale, la part concernée par ce mouvement reste toutefois, somme toute, assez relative.

J'ai une pensée pour les victimes et leurs proches, et je suis bien navré que ce soit eux qui paient les pots cassés de notre monde malade mais je ne puis tout autant m'empêcher de penser que c'est là une situation qui devait arriver, comme un juste retour de bâton : à force de jouer avec le feu, et je parle pour nous car c'est aussi de notre responsabilité dont il est question, nous récoltons ce que nous semons, et dans ce cas nous sommes forcés de reconnaître, il me semble, que la perche, nous avons également considérablement aidé à la tenir et à la tendre. Du point de vue de la situation planétaire, on ne peut pas traiter les affaires du monde et les autres peuples, de cette manière avec autant d'impunité, et penser s'en tirer sans dégâts collatéraux.

Des tragédies, il s'en passe partout dans le monde. C'est une très grande maladresse, pour ne pas dire, méprise, de croire qu'ici, dans notre petit cocon occidental tout bien barricadé que nous sommes, nous pourrions vivre en paix et s'en tenir écartés. C'est la presque de l'indécence. Placé ce constat, il est ainsi tout-à-fait logique, presque normal devrait-on dire, que cela nous revienne en pleine figure. Afin de ne plus revivre de tels drames comme ce que nous venons de vivre ici en France, nous devrons de toute manière nous poser la question des affaires qui se trament dans le monde, l'un ne va pas sans l'autre, et c'est le constat sur lequel j'aimerai donc porter tout votre intérêt, en insistant bien sur le fait que si nous n'arrivons pas à utiliser ce genre d'événement pour nous pencher ensemble sur les problématiques de fond afin de comprendre les véritables raisons de ce genre de tragédies, nous irons au devant de situations qui nous apparaîtront alors réellement comme encore plus explosives, déstabilisantes et dévastatrices.

Qui donc a tué Charlie ? Est ce vraiment ces méchants terroristes obscurantistes ? Dans les faits, oui, je ne suis pas « complotiste » quoi qu'au regard de l'histoire contemporaine, cela n'aurait pas été très étonnant. La première question à se poser après toute attaque terroriste: est-ce une opération sous faux drapeau (false flag)? Des gouvernements tout autour du monde reconnaissent s’être servi du truc de la brute… attaquer le premier, puis imputer la faute à la victime. http://globalepresse.com/2015/01/08/la-premiere-question-a-se-poser-apres-toute-attaque-terroriste-est-ce-une-operation-sous-faux-drapeau-false-flag/

Reformulons la question : Qu'est ce qui a tué Charlie ? Ou plutôt qu'est ce qui a amené le fait qu'on s'en prenne à Charlie de la sorte ? Qui en est ou quels en sont les facteurs responsables ? Si nous ne souhaitons plus que de tels événements se réitèrent, il va bien nous falloir en trouver les raisons.

L'Arabie Saoudite est le principal client de la France en terme de vente d'armes (1,9 milliards d'€ de contrats en 2013). La France vend des armes au Qatar. Deux centres avérés de financement et de formations de terroristes. Pour la France, 40% des prises de commandes en armement sont issues du Moyen-Orient. Et comme dirait Howard Zinn : "Il y a une réserve de terroristes potentiels parmi tous ces gens, partout sur la planète, qui ont souffert de la politique étrangère des États-Unis.", remplacer par "France" ! L'ingérence et la vente d'armes sont une combinaison qui nourrit le terrorisme. Pour aller plus loin, un article de Noam Chomsky, intitulé "Terrorisme, l'arme des puissants" (Le monde diplomatique, décembre 2001): http://www.monde-diplomatique.fr/2001/12/CHOMSKY/8234

Un enfant meurt de faim toutes les six minutes sur Terre mais c'est vrai que comme ils ne savent pas tenir un crayon et que cela ne se déroule pas en France, ce n'est pas très très important. Bien entendu qu'il y a des choses beaucoup plus graves. Mais ça on n'en parle pas ou on ne tient pas à en parler, par contre tu leur enlèves leur élite journalistique, de manière un petit peu spectaculaire, et ça y est là, ils trouvent l'énergie pour bouger et se sentent obligés d'en faire tout un foin. Ils ne se rendent vraiment pas compte que vis à vis de l'Afrique, même flanqués d'un costard, ce sont eux les terroristes depuis maintenant bien 400 ans déjà. Ils ne se rendent vraiment pas compte que la liberté d'expression qu'ils défendent, est corrompue, détournée, amalgamée depuis bien longtemps déjà.

Je n'ai rien à imposer, les événements s'imposent d'eux même, par la force des choses, et c'est bien dommage de devoir en arriver à ces extrêmes pour être obligés de nous en rendre compte. En l'occurrence, il existe justement une citation très à propos illustrant parfaitement la situation, elle nous fait remarquer que "ce que nous n'arrivons pas à apprendre par la sagesse, nous le comprenons malencontreusement par la souffrance". Dans cette perspective il faudra bien convenir que le temps presse et que vouloir encore échapper à ces questions comme nous l'avons toujours fait jusqu'à maintenant risque de de devenir de plus en plus délicat.

Communiqué de l’association « Fraternité Citoyenne » suite à l’attentat contre le journal « Charlie Hebdo » : on.fb.me/17w99Zn

Soyons le changement ! bit.ly/1DwQLtw

Lire la suite

" LA STRATEGIE DU CHOC " , Un film de Naomi Klein. La France est sous le choc.

11 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #Les transnationales, #Le traité Transatlantique., #La guerre, #AMERIQUE, #Le grand banditisme, #Le capitalisme;

 " LA STRATEGIE DU CHOC " , Un film de Naomi Klein. La France est sous le choc.

« La Stratégie du Choc », d’après le livre de Naomi Klein.

 

 

Bonjour.

 

Le monde est plongé dans le chaos et la violence. Les guerres économiques et les guerres traditionnelles plongent de nombreux pays dans la misère et parfois dans la barbarie.

Le livre remarquable de Naomi Klein* « La Stratégie du choc. La montée du capitalisme du désastre » sorti en 2008, permet de comprendre un peu mieux le monde où nous vivons. L’analyse de l’auteur permet de voir les liens entre le coup d’état du 11 septembre 1973 au Chili, le massacre de la place Tiananmen en 1989, l’effondrement de l’Union Soviétique, le naufrage de l’épopée Solidarnosc en Pologne, les difficultés rencontrées par Mandela dans l’Afrique du Sud postapartheid, les attentats du 11 septembre 2001, les guerres en Irak, le cyclone « Katrina » qui dévasta la Louisiane et particulièrement la Nouvelle-Orléans en 2005, le naufrage organisé de la Grèce, la destruction de la Libye, la prison à ciel ouvert qu’est Gaza, le terrorisme en Syrie, la guerre civile en Ukraine, la pratique de la torture partout et en tous lieux.

Ce livre remarquable permet d’éveiller les consciences à ces pratiques modernes. Il permet de mieux comprendre l’idéologie du Choc des Civilisations. Cette idée théorisée par Samuel Huntington est toujours d’actualité. Elle est appliquée actuellement par les néoconservateurs. Ils sont très puissants dans les pays occidentaux.

 

En 2009 est sorti le film éponyme réalisé par Michael Winterbottom et Mat Withecross d’après l’œuvre de Naomi Klein. Cette œuvre fidèle au livre permet de résister à la barbarie et de trouver le chemin de l’espoir.

 

Il faut le voir et le revoir.

 

Naomi Klein Journaliste, essayiste et réalisatrice, diplômée de la prestigieuse « London School of Economics ». Elle est l’auteur du best-seller international « No Logo », traduit dans vingt-huit langues et devenu une référence incontournable dans le monde entier. Elle contribue régulièrement à la rubrique internationale de « The Nation » et « The Guardian ». Elle s’est rendue en Irak pendant la deuxième guerre du golfe pour le magazine « Harper’s ». En 2004, elle a réalisé un film documentaire « The Take », sur l’occupation des usines en Argentine, qu’elle a coproduit avec le réalisateur Avi Lewis. En 2008 elle écrit le best-seller « La Stratégie du Choc ». Elle a participé également à l’élaboration du film du même nom.

La stratégie du choc, concept cher à Naomi Klein, se met en place avec une brutalité inouïe en ce moment même, sous notre regard effaré. Au choc des civilisations et des cultures, théorisé par des exaltés comme Samuel Huntington, succédera certainement un choc législatif en matière de restrictions des libertés publiques, et parallèlement sans doute, un choc économique avec la mise en place prochaine et maintenant quasiment certaine du TAFTA...

Car ne nous y trompons pas, ces chocs préparent l'arrivée du TAFTA. Il s'agit, dans ce cadre, d'annihiler tout esprit critique, toute envie de manifester une opinion autre et d'accepter servilement un nouvel agencement du monde pour peu que celui-ci nous promette la "sécurité".

Cordialement

Lucien PONS. Président de l'association "Comité pour une Nouvelle Résistance-CNR"

VIDEO- " LA STRATEGIE DU CHOC " , doc. complet

Un traumatisme collectif, une guerre, un coup d’état, une catastrophe naturelle, une attaque terroriste plongent chaque individu dans un état de choc. Après le choc, nous redevenons des enfants, désormais plus enclins à suivre les leaders qui prétend...

 

 

 

Lire la suite