Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #la france tag

Oui au rassemblement, non à l’absence de réflexion sur la nature du phénomène « terroriste » par Danielle Bleitrach.

8 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La guerre, #La France, #La République, #La nation ., #Le capitalisme;

Jeudi 8 janvier 2015 

 

Oui au rassemblement,

non à l’absence de réflexion

sur la nature du phénomène « terroriste »

 

par Danielle Bleitrach

 

Le respect du deuil, la nécessité de l’unité nationale, tout cela me paraît juste parce que le principal danger me paraît être celui de la stigmatisation d’une population qui est celle qui partout paye un lourd tribut au fascisme dit islamiste. Cette stigmatisation des victimes, les français musulmans et au-delà tous ceux qui sont susceptible de voir se déclencher le racisme, est l’oeuvre en France d’une extrême-droite qui cherche par tous les moyens à en faire des boucs émissaires. Nous ne devons pas tolérer cette dérive menaçante. Donc il me paraît juste de respecter ce moment de deuil collectif.

Mais un autre danger nous guette, et là aussi l’extrême-droite joue les éclaireurs, mais il s’agit dune pente fatale sur laquelle d’autres glissent aisément.  Cette facilité de la peur à laquelle n’a cessé de céder la population des Etats-Unis, et qui a permis à ses dirigeants d’ instaurer des lois, des enfermements d’exception, bref de ne pas se contenter des lois existantes, mais bâtir une situation d’exception qui s’est retournée contre les libertés de tous et à justifié toutes les expéditions guerrières y compris les plus criminellement absurdes, les appétits capitalistes, ceux des pétroliers, des trusts de l’armement se sont déchaîné et le chaos s’est étendu. Le 11 septembre a y compris justifié la torture de suspects hors loi et aller jusqu’à déléguer la torture et l’enfermement illégal à d’autres pays. Cela a également justifié un espionnage désormais planétaire.

L’unanimité de la condamnation de l’acte meurtrier en France ne doit pas déboucher si peu que ce soit sur une telle dérive qui introduit de fait le fascisme sous couvert de protection de la démocratie.

L’apologie de la presse, sa quasi sanctification de ces dernières heures  et l’adhésion à la totalité des mœurs journalistiques actuelles va dans le même sens et nous soumet un peu plus à la domination des patrons de presse.

Enfin, il faudra bien s’interroger sur ce qui a engendré ce fascisme planétaire et qui en est à l’origine, pour quelles raisons. Si dans la guerre froide, les Etats-Unis n’ont pas craint de s’associer au trafic de drogue, à la mafia et aux anciens nazis et si malheureusement ce temps est revenu dans l’assaut mené contre la Russie et la Chine, au Moyen orient, les puissances occidentales, les Etats-Unis, mais aussi la France n’ont pas craint avec les alliés saoudiens et Qatari de donner de la puissance à des bandes de fascistes  qui désormais sévissent du Moyen orient à l’Afrique et font régner la terreur contre les musulmans en particulier et sont les instruments de toutes les déstabilisations.

C’est pour cela que l’on ne devra pas se contenter d’une explication officielle sur ces événements, que les tueurs soient les enfants perdus d’une France incapable d’offrir à tous ses enfants à sa jeunesse non seulement un avenir matériel de dignité mais aussi un projet dans lequel les aspirations de cette jeunesse puisse se développer est déjà un problème. Mais que nous encouragions par nos politiques néo-colonialistes ces bandes de fascistes partout, en irak, en Syrie et qu’après nous nous étonnions que la lèpre revienne chez nous est pour le moins à courte vue.

C.’est une réflexion globale, politique, responsable sur les causes profondes de cette barbarie qu’il faut avoir et ne pas nous contenter dune unanimité qui risque d’accélérer la fascisation de notre pays.

Enfin, dès aujourd’hui la piste commode que l’on nous tend est peut-être réelle et il ne faut pas de complotisme sans preuve mais on peut trouver extraordinaire que  les deux frères aient  identifiés grâce à leurs CNI oubliées dans la voiture ! Comment deux individus que l’on s’emploie à nous décrire comme des professionnels froids et déterminés, ayant préparé avec soin leur expédition meurtrière ont-ils pu semer de telles traces?

Cette histoire rappelle étrangement celle du passeport de M. Atta retrouvé intact dans les décombres du WTC malgré la gigantesque explosion et l’effondrement des 2 tours , ne pas éclairer ces faits dans leur logique engendre les plus folles rumeurs et donne aliment à des fantasmes eux-mêmes fascistes de complot universel dans lesquels se complaisent tous les malades. L’exposé des faits, la clarté des procédures est une garantie.

 Ce qui s’est passé à partir du 11 septembre aux Etats-Unis doit nous servir de leçon quant aux dérives que notre pays doit éviter. Oui au rassemblement national, non à l’absence de réflexion en profondeur sur la nature du phénomène « terroriste » auquel nous sommes aujourd’hui confrontés. Pour que l’unité nationale ne soit pas un pas vers la fascisation que l’on prétend éviter.

Danielle Bleitrach

Rions un peu ... :)
Lire la suite

Sur l'Europe...Le général de Gaulle se lâche... "Je suis couillonné, eh bien, voilà, je fous le camp ! "

8 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #Europe supranationale, #Economie, #La mondialisation, #La finance dérégulée, #AMERIQUE

Jeudi 8 janvier 2015 

COMITE VALMY

 

Pour la Commission européenne :

l’appartenance à la zone euro est « irrévocable »...

Charles de Gaulle :

"Je suis couillonné, eh bien, voilà, je fous le camp ! "

Texte actualisé le 5 janvier 2015

mardi 6 janvier 2015, par Comité Valmy

  • Actualisation le 5 janvier 2015, de cet article mis en ligne en septembre 2011, en réponse à cette déclaration arrogante de la Commission européenne :
  • Grèce : pour la Commission européenne, l’appartenance à la zone euro est « irrévocable ».
  • L’appartenance d’un pays à la zone euro est « irrévocable », a rappelé lundi 5 janvier Annika Breidthardt, une porte-parole de la Commission européenne, en réponse à une question sur une possible sortie de la Grèce de la monnaie unique. Rappelant que cette règle était inscrite dans le traité européen.

http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/01/05/grece-pour-la-commission-europeenne-l-appartenance-a-la-zone-euro-est-irrevocable_4549370_3214.html

Pour Charles de Gaulle dans cette Europe, rien ne saurait être irrévocable ou irréversible. Il en est certainement de même pour le peuple de France.

 

L’article qui suit, paru le 2 septembre 2008, connait depuis quelques jours un remarquable succès. Il s’agit d’une interview du général de Gaulle alors au pouvoir, au sujet de la possibilité de quitter l’Union européenne alors que la modalité de sortie n’était pas prévue dans le traité de Rome. (comme la possibilité de sortie de l’euro n’était pas prévue dans le traité de Maastricht, ce qui oblige à quitter l’Union européenne pour quitter l’euro).

La réponse magistrale du Général est d’une lumineuse simplicité qui vérifie l’adage : "les grandes idées n’ont pas d’âge, elle n’ont qu’un avenir".

Cerise sur le gâteau, on y vérifie accessoirement que de Gaulle préférait un rapprochement avec l’Union soviétique plutôt qu’un enfermement de la nation dans le piège européen.

 

Général de Gaulle : Le Marché Commun, il n’y a en fait que deux ans qu’on a commencé à le réaliser. Or notre expansion industrielle remonte à bien avant deux ans. L’expansion industrielle allemande, italienne, de même. Ceux qui racontent des histoires sur les bienfaits incomparables de l’intégration européenne sont des jean-fout

 

Alain Peyrefitte- - Le traité de Rome n’a rien prévu pour qu’un de ses membres le quitte.

 

Général de Gaulle. - C’est de la rigolade ! Vous avez déjà vu un grand pays s’engager à rester couillonné, sous prétexte qu’un traité n’a rien prévu pour le cas où il serait couillonné ? Non. Quand on est couillonné, on dit : "Je suis couillonné. Eh bien, voilà, je fous le camp ! " 

Ce sont des histoires de juristes et de diplomates, tout ça.

 

AP. - Nous pouvons dire que ce n’est pas nous qui abandonnons le Marché commun, c’est lui qui nous abandonne.

 

GdG. - Mais non ! Ce n’est pas la peine de raconter des histoires ! D’ailleurs, tout ce qui a été fait pour l’Europe, par ceux qu’on appelle les "européens ", a très bien marché tant que c’était la France qui payait tout. On a commencé par la Communauté européenne du charbon et de l’acier.

Ça a consisté en quoi ?

 

En ce qu’on a rendu à l’Allemagne son charbon et son acier, qu’elle n’avait plus car on les lui avait retirés. On les lui a rendus pour rien. Et ça a consisté à donner aux Italiens ce qu’ils n’avaient pas : du charbon et du fer. Alors, ils ont pu faire une industrie métallurgique.

 

Mais nous, nous n’avons pas retiré un rotin de la CECA, pas un rotin !

Nous avions un problème qui était la modernisation de nos mines, mais nous les avons modernisées sans que la CECA nous donne un sou. Voilà ce qu’a été la CECA !

C’était une escroquerie, au profit des Allemands et des Italiens !

 

Après quoi, on a fait l’EURATOM. Et c’est la même chose. Dans l’EURATOM, nous apportons 95% . Il n’y a que nous qui ayons une réelle capacité atomique. Les autres n’en ont absolument aucune, ni installations, ni spécialistes pour les faire tourner. Alors, nous mettons en commun nos 95% de capacité atomique et les autres mettent leurs 5% et on partage les résultats, chacun au même titre !

 

C’est une escroquerie !

 

La Communauté européenne de défense, c’était la même chose. Pourquoi l’a-t-on inventée ? Parce que les Allemands n’avaient pas d’armée. Alors, comme on avait peur des Russes, il fallait qu’ils en fassent une, mais comme on ne voulait pas qu’elle soit sous commandement allemand, on la plaçait sous le commandement du général Norstadt.

Mais du coup, on voulait en faire autant pour l’armée française !

 

C’est l’Europe à leur façon.

Mais si l’on veut faire une Europe qui ne soit pas à notre détriment, alors, il n’y a plus personne !

 

Évidemment, aujourd’hui, les Allemands commencent à se dire : « Si nous ne faisons pas le Marché commun avec les Français, les Français vont s’arranger avec les Russes. Et ensuite, qu’est-ce qui va nous arriver ? Nous serons en danger. »

Et c’est parfaitement exact. Si la politique du traité franco-allemand, c’est-à-dire le noyau de l’Europe, ne réussit pas, eh bien, nous irons vers d’autres.

 

AP. - D’autres, c’est-à-dire les Russes ?

 

GdG. - Naturellement ! Ils voient que le moment est venu. Ils nous font des mamours, en se disant : "On va pouvoir s’arranger avec les Français, comme autrefois."

Et dans ce cas, nous cesserons d’être couillonnés, ce sont les Allemands qui le seront. »

 


Extrait de "C’était de Gaulle" d’Alain Peyrefitte - Tome II - Page 267 

Lire la suite

EN DIRECT. Attentat à Charlie Hebdo : au moins 11 morts. Le Parisien.

7 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La nation ., #La République, #Politique intérieure, #La mondialisation, #SolidaritéS, #Les média

EN IMAGES. Fusillade au siège de Charlie Hebdo

07 Janv. 2015, 12h12
 
 
 
 
 
EN IMAGES. Fusillade au siège de Charlie Hebdo
Une fusillade a fait plusieurs morts ce mercredi matin au siège du journal satirique «Charlie Hebdo», dans le 11e arrondissement de Paris,en plein coeur de la capitale. (LE PARISIEN / DELPHINE GOLDSZTEJN)

Une fusillade a fait plusieurs morts ce mercredi matin au siège du journal satirique «Charlie Hebdo», dans le 11e arrondissement de Paris, en plein coeur de la capitale.

Selon les premiers éléments, vers 11 heures, plusieurs hommes encagoulés se sont introduits dans les locaux et ont fait usage d'armes automatiques. Plusieurs journalistes se sont réfugiés sur le toit. Plusieurs blessés graves ont été pris en charge.

Matignon annonce que le plan Vigipirate a été relevé au niveau «alerte attentats», le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile de France.

Lire la suite

Vidéo d'Hervé Juvin à propos de son dernier livre "La Grande Séparation".

7 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #Europe supranationale, #Economie, #La Russie, #La finance dérégulée, #AMERIQUE, #Le grand banditisme

« La Grande Séparation » d’Hervé Juvin

 

« La solidarité ne peut exister que dans de véritables communautés ; la planète uniformisée et atomisée que Jacques Attali appelle de ses vœux serait un enfer dans lequel la cupidité anonyme règnerait sans limites. »

Après « Le Renversement du monde », Hervé Juvin publie un nouveau livre majeur : « La Grande Séparation ». Il y analyse le recul de la mondialisation, le retour des frontières, la montée des affirmations identitaires. Un essai brillant et documenté et pourtant aussi plaisant à lire qu’un roman. Un roman de l’identité. Bruno Guillard en livre ici l’analyse en parallèle avec celle de « La Conquête sociale de la terre », d’Edward O. Wilson, qui montre l’importance de la socialité pour l’humanité. Compte tenu de son importance Polémia reviendra sur l’ouvrage d’Hervé Juvin dont nous ne pouvons que vivement conseiller l’achat à nos lecteurs. Polémia.


Hervé Juvin vient de publier le troisième ouvrage d’une trilogie dont les deux premiers étaient intitulés L’Avènement du corps et Produire le monde ; cet ouvrage est intitulé La Grande Séparation et est une ode à la diversité du monde naturel en général et humain en particulier. Cet ouvrage est particulièrement bienvenu à un moment où les sociétés occidentales tendent à détruire le premier et à unifier le second.

 

Comment peut-on être de Guémené (*) en 2013 ?

C’est sur cette interrogation, qui peut surprendre, que s’ouvre ce livre dérangeant et important. En effet, comment peut-on se réclamer d’un terroir et d’une tribu en ces temps de nomadisme ? Comment peut-on préférer, parmi tous les terroirs magnifiques que compte notre planète, l’un d’entre eux en particulier et comment peut-on avoir besoin de cultiver des liens privilégiés avec les indigènes de ce terroir en ces temps d’individualisme obligatoire ? Contrairement à ce que disent en boucle les chantres de la mondialisation heureuse, l’enracinement dans une communauté n’est pas haine de l’autre mais il établit une distinction qui seule est à même de permettre la solidarité ; car, comme l’a bien compris le philosophe Jean-Claude Michéa, la solidarité ne peut exister que dans de véritables communautés ; la planète uniformisée et atomisée que Jacques Attali appelle de ses vœux serait un enfer dans lequel la cupidité anonyme règnerait sans limites. la grande separationIl est évident que la division de l’humanité en communautés dotées de leurs propres cultures et de leurs propres intérêts est susceptible de générer des conflits mais, comme l’a écrit Claude Lévi-Strauss, c’est le prix à payer pour maintenir la diversité humaine. Par ailleurs, l’argument des mondialistes qui affirme que la paix éternelle et universelle impose la création d’un Etat mondial ne vaut rien parce qu’un tel Etat supprimerait sans doute les guerres inter-étatiques mais non les guerres civiles, lesquelles sont les plus dures. En fait, l’unification mondialiste ne peut venir à bout du conflit, lequel est au cœur de notre nature. La suppression des frontières étatiques ne marque pas la fin des conflits de nature économique, sociale, religieuse ou ethnique et, quand les Etats historiques disparaissent, de nouvelles tribus se forment, en général sur des bases ethniques ou religieuses. L’organisation du monde sur la base d’Etats souverains telle que nous l’avons connue au cours des derniers siècles a permis une diminution importante de la mortalité guerrière par rapport aux périodes antérieures, comme l’a montré Jean Guilaine dans son livre intitulé Sur le sentier de la guerre.

Quelques phrases caractéristiques tirées de l'entretien ci-dessous.

 

  1. L'Union Européenne ne nous protège de rien, au contraire, j'ai bien peur que l'Union Européenne ne soit le cheval de Troie de la colonisation de nos territoires et de la destruction de nos identités sous l'égide du modèle colonial américain.  
  2. Le transhumanisme, c'est mettre fin à la mort. L'homme nouveau est transgenre. Il est dégagé de l'appartenanvce à une communauté, à une civilisation, à une culture, à une identité. Le transhumanisme est l'idéologie dominante des milieux d'affaires américains.
  3. Les grands projets inutiles. Les zadistes ne s'opposent pas à l'autorité de l'état, au contraire. Ils pallient à la défaillance de l'état face au dieu marché. Il faut que l'ordre naturel et l'ordre de la loi reprennent ses droits. Il faut éviter de livrer la France à des marchands et à des spéculateurs.
  4. La Russie. Il est inconcevable que l'on s'arroge le droit de décider du destin d'un peuple ou d'une communauté à leur place. Il est inconcevable d'entendre dire qu'il faudrait mettre à genoux la Russie. De quel droit mettre à genoux la Russie?

 

Lire la suite

Dombass: La communauté d'un église détruite célèbre sa fête patronale... Kirovskoye, région de Donetsk 3 Janvier 2015

7 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #La Russie, #L'OTAN., #La France, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #La guerre, #La paix

Dombass: La communauté d'un église détruite célèbre sa fête patronale...

 
 
Kirovskoye, région de Donetsk 3 Janvier 2015
 
Le 2 janvier 2015, la fête patronale a été célébrée par la communauté de l'église détruite Saint-Jean de Cronstadt à Kirovskoye - une ville sur laquelle avaient été  tirés des obus chaque jour jusqu'à ce que la dernière trêve soit conclue, rapporte le service de presse du diocèse de Horlivka et Sloviansk.
 
Photo by Anatoly Smirnov
 
Photo par Anatoly Smirnov
   
Pour l'office, les paroissiens se sont rassemblés au rez de chaussée (premier étage) du bâtiment inachevé de l'école du dimanche qui est actuellement utilisé comme église. Le service de prière de la fête et la Divine Liturgie ont été célébrés par le chef du doyenné de Chakhtersk,  l'archiprêtre Alexis Suyetine, par le recteur de la paroisse l'archiprêtre George Tsyganov, et par le clergé du doyenné.
 
À la Liturgie l'archiprêtre Alexis Suyetin a fait un sermon. Il a rappelé à ceux qui étaient réunis la vie de saint Jean de Cronstadt et a noté qu'il était temps pour nous tous de l'imiter en devenant plus plus fore dans l'amour et la foi, et en construisant nos vies autour de l'Eglise du Christ.
 
Photo by Anatoly Smirnov
 
Photo par Anatoly Smirnov
    
La congrégation n'a pas été en mesure d'organiser une procession ce jour-là car le bâtiment est situé sur un chantier de construction. Mais il y a eu un repas traditionnel de fête. Par ailleurs, en dépit des difficultés financières actuelles la paroisse donne de la nourriture chaque jour à tous les résidents nécessiteux de la ville qui est dans la ligne de feu.
 
Photo by Anatoly Smirnov
 
Photo par Anatoly Smirnov
    
Bien que la nouvelle église  du bâtiment ait déjà un autel, un iconostase et des calices, offert par les paroisses des diocèses de Horlivka et de Donetsks, les travaux de réparation n'ont pas encore été faits ici. Il est prévu que l'école du dimanche sera située à l'étage supérieur de l'édifice.
 
Tous ceux qui sont disposés à aider la communauté à entreprendre la réparation complète de leur église, peuvent se référer aux informations concernant le compte de la paroisse dans la version russe de cet article.
 
Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
 
Lire la suite

Le secret que les Etats-Unis ne veulent surtout pas que les français sachent.

6 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #La République, #La nation ., #La mondialisation, #Le traité Transatlantique., #Economie, #Le capitalisme;

Le secret que les Etats-Unis ne veulent surtout pas que les français sachent.

Les médias ne vous l'avoueront jamais mais ce sont bien les américains qui contrôlent d'une main de fer l'union européenne. Cette vidéo vous le prouve.
L'union du peuple pour rétablir la démocratie https://www.upr.fr/

Retrouvez l’intégralité du débat à la Sorbonne: https://www.youtube.com/watch?v=BTwu-...

Merci au talentueux Geronimo pour cette vidéo: https://www.youtube.com/channel/UCjY0...

Lire la suite

la France voudrait prendre l'initiative dans les relations avec la Russie.

6 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #Economie, #Politique étrangère, #Europe supranationale, #AMERIQUE, #La Russie, #Ukraine, #L'OTAN.

la France voudrait prendre l'initiative dans les relations avec la Russie

Le président français François Hollande s’est prononcé pour l’annulation des sanctions contre la Russie. Lors d’une interview pour France Inter, il a souligné que cela était possible à la seule condition que le règlement du conflit progresse dans l’est de l’Ukraine. Hollande en a parlé à la veille des pourparlers Russie-Ukraine-Allemagne-France qui se sont déroulés à Astana, Kazakhstan. Une nouvelle rencontre sous le format dit « normand » est prévue pour le 15 janvier. John Laughland de l’Institut de la démocratie et de la coopération a expliqué à RT quel rôle le président français voudrait jouer dans ces négociations.

Lire la suite

RÉFORMES TERRITORIALES ET MOBILITÉ DES FONCTIONNAIRES : LE DÉMANTÈLEMENT ORCHESTRÉ DE LA RÉPUBLIQUE Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

6 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La réforme territoriale, #La France, #Le capitalisme;, #La nation ., #La République, #Europe supranationale, #La mondialisation, #Les transnationales, #Le grand banditisme

RÉFORMES TERRITORIALES ET MOBILITÉ DES FONCTIONNAIRES : LE DÉMANTÈLEMENT ORCHESTRÉ DE LA RÉPUBLIQUE
 
Par le Mouvement politique d’émancipation populaire (M’PEP).

 
Le 5 janvier 2015.

 

En avril 2013, Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique du gouvernement socialistes-Verts, lançait l’acte III de la décentralisation. Le premier volet sur la création des métropoles a été adopté par Le Parlement en janvier 2014.  Puis, après la valse gouvernementale et les déclarations de F. Hollande et de son nouveau Premier ministre Manuel Valls, ont surgi de nouveaux projets de loi portant sur la réduction des Conseils régionaux de 22 à 15, puis à 14, pour se fixer à 13... et la loi NOTR (nouvelle organisation territoriale de la République) qui sera débattue au premier semestre 2015.
 
L’annonce de la suppression des Conseils généraux à l’horizon 2020, le cafouillage sur la date des prochaines élections des Conseils régionaux et des Conseils généraux engendrent une confusion totale tant pour les citoyens que pour les élus. De plus, ces lois de décentralisation ne permettent pas un rapprochement du citoyen des lieux de décisions  : elles font l'inverse. Le transfert de compétences se fait toujours au niveau supérieur. Mais le niveau supérieur s'éloigne de plus en plus avec le transfert des compétences aux  Métropoles et aux grandes régions.
 
De même, les 36.700 communes de France font partie d'intercommunalités auxquelles elles doivent transférer leurs compétences (loi MAPAM : loi de modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles). Ces « réformes » territoriales s'accompagnent nécessairement de « réformes » structurelles de façon à rendre les régions euro-compatibles et en prise directe avec l'Union européenne : régionalisation du système de santé, de l'éducation, des transports et des routes, de l'énergie...
 
Si ces « réformes » sont menées à terme en France, elles ne pourront être effectives que parce que la loi sur la mobilité des fonctionnaires aura été adoptée. Dans le cas où cette loi ne serait plus à l'ordre du jour, il ne restera plus au gouvernement qu’à appliquer la loi Sarkozy de 2009, toujours en vigueur, ou à ne pas mettre en œuvre ses mesures rétrogrades !
 
Une chose est sûre : les objectifs n’ont pas changé. Il s’agit de modeler la France selon les recommandations appuyées de l’Union européenne qui a mis tous ses espoirs dans l’euro-régionalisation pour mieux contourner et défaire l’État et la Nation.
 
Pour bien comprendre ces enjeux, le M’PEP a organisé un atelier sur le sujet lors de son Université d’automne de mi-novembre à Bordeaux avec Michèle Dessenne (porte-parole du M’PEP) et Danielle Goussot (Bureau exécutif M’PEP).

 

 



Adhérez au MPEP !

Pour imprimer le bulletin d’adhésion au M'PEP, cliquez ci-dessous :

http://www.m-pep.org/IMG/pdf/bulletin_adhesion_2015.pdf

Lire la suite

Nikolaï Starikov : Pourquoi la Russie ne reconnaît pas la Novorussie. Sur le site Novorussia today.

6 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #La France, #La nation ., #La République, #La Russie, #AMERIQUE, #Europe supranationale, #La guerre, #La paix

Lire la suite

[Mediapart, c'est aussi ça...] Affaire Piketty : histoire d’une amnésie collective par Hubert Huertas. le blog d'Olivier Berruyer.

4 Janvier 2015 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #La République, #La nation ., #Economie, #Politique intérieure, #Europe supranationale, #La mondialisation, #Les transnationales, #Le grand banditisme

Parce que Mediapart, c’est aussi ça – et ça vaut donc le coup de les soutenir, malgré les fortes réserves sur l’international…

L’affaire Piketty ne se résume pas à une histoire de breloque et de vanités. Elle est un symbole ravageur. Elle ne parle pas d’un homme qui refuse une médaille, mais d’un chef de l’État qui ne tient pas sa parole. C’est ce face-à-face avec soi-même qui donne son côté accablant à une affaire au départ insignifiante.

Des artistes, des savants, des acteurs publics qui refusent la légion d’honneur, il y en a des dizaines, pour des motifs les plus divers. L’indépendance, comme Edmond Maire l’ancien patron de la CFDT ; la protestation, comme la chercheuse Annie Thébaud-Mony en 2012 ; la colère, comme Hector Berlioz à qui l’État devait de l’argent ; le haussement d’épaules comme le dessinateur Jacques Tardi en 2013 ; Georges Brassens en son temps, se moquant du « fatal insigne qui ne pardonne pas », ou Léo Ferré dénonçant « ce ruban malheureux et rouge comme la honte ». Claude Monet, Georges Bernanos, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Georges Sand, Pierre Curie, à chaque refus son anecdote et son bon mot.

La différence avec Piketty, c’est que l’État n’a pas écrit de roman avec Georges Sand, n’a pas cherché avec Pierre Curie, n’a pas chanté avec Brassens ou Ferré, ni dessiné avec Tardi, alors que le candidat François Hollande n’avait à la bouche que « la grande réforme fiscale » inspirée par un économiste en vue, dont le nom circulait sur toutes les lèvres.

Thomas Piketty, dans la campagne victorieuse de François Hollande, de l’automne 2011 au printemps 2012, ce n’était pas un conseiller parmi tant d’autres, c’était l’inspirateur, et la caution. La preuve que les quelques hardiesses économiques du candidat n’étaient pas improvisées. Si l’équipe entourant le futur président, et si le candidat lui-même promettaient d’agir sur la relance en pleine période de crise, c’est qu’une répartition plus juste de l’argent public recueilli par l’impôt allait créer un choc de confiance. À chaque question sur le déficit, ou sur la faisabilité de telle ou telle mesure, François Hollande répondait par « la grande réforme fiscale », et cette grande réforme fiscale, avec, entre autre, la fusion de la CSG et de l’Impôt sur le revenu, était issue des travaux de Thomas Piketty…

“Piketty”, c’était le Sésame, un mélange de magie et de science… La réponse globale et la réponse à tout.

Après les élections, la réponse globale s’est transformée en une succession d’ajustements qui ne répondaient qu’aux exigences de la droite et des organisations patronales, et le Sésame fut renvoyé à ses chères études, ses conférences, ses critiques, puis son best-seller mondial, tandis que le nouveau Président se consacrait aux 20 milliards d’allègements de charge du CICE, puis aux 40 milliards du pacte de responsabilité.

La grande réforme fiscale fut vaguement évoquée par Jean-Marc Ayrault en décembre 2013 avant d’être définitivement enterrée par la nomination de Manuel Valls au printemps 2014.

Si bien que l’attribution de cette Légion d’honneur apparaît, au seuil de 2015, comme une brassée de fleurs et de couronnes jetées sur la tombe d’une promesse, plutôt que l’aboutissement d’une carrière au service de la Nation… Geneviève Fioraso, la secrétaire d’État chargée de l’enseignement supérieur, à l’origine de cette proposition, aurait pu deviner que cette “récompense” ne chatouillerait pas la vanité du bouillant Piketty, mais l’agacerait plutôt.

Elle n’a pas réalisé. Elle n’a pas mesuré la dimension symbolique de cette décision a priori anecdotique, et elle n’est pas la seule. Quand l’affaire a éclaté, c’est tout le gouvernement qui a semblé frappé d’amnésie. Piketty n’était plus l’homme qui avait travaillé avec les ministres d’aujourd’hui, autour du candidat devenu Président, il était un intello, une espèce d’allumé, une star de l’édition dont on moquait les caprices…

Pour l’excellent Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, il y a d’un côté quelqu’un « qui a des idées intéressantes mais qui est un chercheur dans son bureau, qui fait des calculs », et de l’autre « la politique, qui est confrontée à la réalité ». Ah bon… Donc, François Hollande ne faisait pas de politique pendant sa campagne présidentielle !

Pour le secrétaire d’État Thierry Mandon, la réforme fiscale de Thomas Piketty est simplement inapplicable. Ah bon… Une réforme peut donc être inapplicable et promise à la fois !

Pour Axelle Lemaire, secrétaire d’État chargée du numérique, Thomas Piketty « confond peut-être le fait qu’une légion d’honneur est une récompense pour un mérite reconnu par la Nation, et pas une adhésion à une politique économique »… Ah bon. Donc, François Hollande n’adhérait pas au discours de sa campagne.

De bout en bout, de l’attribution de la médaille aux éléments de langage distillés dans les médias, le gouvernement et le Président se retrouvent confrontés à eux-mêmes, dans une sorte d’amnésie collective, et c’est ce face-à-face avec soi-même qui donne son côté accablant à cette affaire au départ insignifiante.

Pire encore. En opposant le mauvais coucheur Piketty au bon récipiendaire Jean Tirole, prix Nobel d’Économie, qui a accepté la médaille, les ministres confirment leur virage politique, c’est-à-dire la “trahison” que leur reproche le Front de gauche, la plupart des écologistes, et les frondeurs du PS. Car Tirole, pour Nobelisé qu’il soit, n’est pas un homme de gauche. Il a dû frémir au discours du Bourget (« mon ennemi, c’est la finance ») inspiré par Piketty. Jean Tirolle, le nouveau compagnon de route, est d’abord un libéral, et c’est lui le bon élève.

Pour compléter le tableau, notons encore ce “détail” de l’histoire… L’année éditoriale de la France a été marquée par deux livres. La vengeance de Valerie Trierweiller, et les errances d’Éric Zemmour. Tout le monde en parle parce qu’ils se sont beaucoup vendus. Le succès de Zemmour serait même un symptôme de l’extrême droitisation de la société française. Or Piketty, dans un pavé de 900 pages, publié en 2013, un ouvrage exigeant qui démonte les excès d’un libéralisme tout puissant en Europe, a vendu trois fois plus, et que trouve à déclarer le gouvernement PS, vexé : que cet économiste ferait mieux de retourner à ses chères études.

Si ce n’est pas un divorce, c’est carrément une fracture.

Source : Hubert Huertas, Mediapart, 3/1/2015

 
 
 

15 réponses à [Mediapart, c'est aussi ça...] Affaire Piketty : histoire d’une amnésie collective par Hubert Huertas

Lire la suite