Cette philosophie de poche est d’actualité. Les déçus du hollandisme se lamentent sous l’œil narquois de ceux qui « l’avaient bien dit » et les deux groupes apportent ensemble leur contribution au pessimisme ambiant.

 

Et puis, à la gauche de la gauche, il y a ceux qui se veulent comme le levain dans la pâte et qui se préparent à la révolte populaire comme autrefois à la lutte finale. En somme, nous aurions à choisir entre deux types de fatalité : celle du reniement socialiste, celle de la victoire de la vraie gauche.

 

Intervenant dans ces débats (1), Emmanuel Todd déplait ou scandalise puisqu’il pense que François Hollande et ses amis pourraient opérer un changement radical de politique : sortie de l’euro, mesures protectionnistes !

 

Reçues comme pure provocation ou regrettable complaisance, ses déclarations à Marianne ont l’immense avantage de nous replacer dans une perspective historique : rien n’est écrit, il peut y avoir des retournements de tendance.

 

Emmanuel Todd n’affirme pas que le président de la République va changer de cap : il énonce une hypothèse, qu’il étaye d’une manière qui peut être discutée mais qu’on aurait tort d’écarter a priori.

 

Il n’est pas dit que François Hollande va rompre avec l’ultralibéralisme, mais il est clair que le libre échange, le maintien de la France dans la zone euro et les mesures de rigueur vont placer le gouvernement dans une situation périlleuse en raison de l’augmentation considérable du chômage. C’est alors que viendra l’heure du choix, qui fera du président de la République « un géant ou un nain »…

 

Puisque rien n’est joué, il faut s’interroger sur les circonstances qui pousseraient François Hollande à sortir de la gangue oligarchique et à rompre avec l’idéologie dominante.

 

Au vu des éléments dont nous disposons, rien de flatteur ne peut être dit. Le président de la République dispose depuis le mois de juin de toutes les analyses et de toutes les prévisions qui auraient pu le conduire à une sortie concertée de l’euro. Il ne l’a pas fait et une décision courageuse n’est plus à espérer. Ce sont des traits négatifs qui peuvent déclencher le mouvement salutaire : la faiblesse des convictions, la soumission aux rapports de force, la peur de la violence qui serait tout à coup plus envahissante que la peur de la chancelière allemande et la peur du quand dira-t-on.

 

 

J’énonce quelques possibilités, parmi d’autres. Elles n’incitent pas à faire confiance à François Hollande mais à cultiver la défiance méthodique – jusqu’à preuve du contraire. Elles incitent surtout à agir – non pas malgré l’incertitude mais à cause de l’incertitude et dans l’intention de la réduire.

 

La tâche n’est pas facile. La politique de redressement national est clairement définie – nous en assurons avec d’autres la promotion - mais les forces qui pourraient la concrétiser sont dispersées ou paralysées.

 

Le Front de gauche continue à défendre la monnaie unique et à entretenir le mythe de l’Europe sociale, l’opposition à l’idéologie dominante est encore faible au sein du Parti socialiste, la renaissance gaulliste est fragile, les syndicats sont sur la défensive.

 

Est-il besoin de souligner que le Front national est aujourd’hui en mesure de récupérer un nombre croissant d’électeurs, à droite comme à gauche ?

 

La progression du nationalisme xénophobe n’est pas inéluctable car le Front national peut être débordé par la dynamique des luttes sociales : entre la lutte des classes et la guerre ethnique, il y a un moment où il faut choisir.

 

Les mouvements de contestation et de révolte en Espagne et au Portugal peuvent trouver leurs prolongements dans notre pays qui va subir de plus en plus durement l’austérité. Rien n’est acquis : les logiques de violence et de dislocation peuvent prendre le dessus.

 

Rien n’est perdu puisque les classes moyennes et populaires ont acquis une réelle intelligence de la situation – sans qu’on puisse savoir quand et comment le seuil de l’intolérable sera franchi.

 

***

(1) Entretien accordé à Marianne,

n° 808 du 13 octobre 2012.

 

Editorial du numéro 1021

de “Royaliste” - 2012