M.Zakaria a conduit une session plénière du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF-2016), dans le cadre de laquelle il a pu s’entretenir avec le chef du Kremlin. Selon le journaliste, le dirigeant ruse est « très intelligent et a une solide formation ». »Il possède une vision particulière de l’histoire. Je l’appellerai une vision nationale, centrée sur la Russie », a-t-il estimé.

Le journaliste a également expliqué les raisons de la popularité de Vladimir Poutine dans son pays.

« Il a confiance en lui, il inspire de la force », a affirmé M.Zakaria.

Toujours d’après lui, le leader russe maîtrise « très bien » l’anglais et le parle « sans trop d’accent », bien qu’il s’abstienne toujours d’accorder des interviews dans cette langue.

Des fragments de la session du SPIEF avec la participation de Vladimir Poutine, du président kazakh Noursoultan Nazarbaïev et du premier ministre italien Matteo Renzi ont été diffusés par CNN lors de l’émission Fareed Zakaria GPS.

20.06.2016

Source: https://fr.sputniknews.com/international/201606201025986384-poutine-popularite-raisons/


(*)L’interview de Vladimir Poutine par CNN

« …Si nous continuons à agir selon cette logique, celle de l’escalade des tensions, et à redoubler d’efforts pour s’effrayer les uns les autres, alors un jour adviendra une guerre froide. Notre logique est totalement différente. Elle est axée sur la coopération et la recherche de compromis…

 L’Amérique est une grande puissance, peut-être aujourd’hui la seule superpuissance. Nous acceptons cela. Nous voulons travailler avec les États-Unis et nous y sommes prêts. » – Vladimir Poutine.

Le journaliste de CNN, Fareed Zakaria :

Président Poutine, permettez-moi de vous poser une question très simple. Depuis 2014, vous subissez les sanctions de l’Union européenne et des États-Unis contre la Russie. L’OTAN a annoncé cette semaine qu’elle allait installer des forces armées dans les États qui bordent la Russie. La Russie procède à son propre renforcement militaire. Nous installons-nous dans guerre froide de faible intensité entre l’Occident et la Russie ?

Vladimir Poutine : – Je ne veux pas croire que nous nous dirigions vers une autre guerre froide, et je suis sûr que personne ne le veut. De notre côté, certainement pas. Il n’y en a pas besoin. La logique maîtresse du développement des relations internationales veut que, aussi dramatiques qu’elles puissent paraître, ce ne soit pas une logique de confrontation mondiale. Mais quelle est la racine du problème ?

Je vais vous le dire. Mais nous allons d’abord devoir remonter le temps. Après l’effondrement de l’Union soviétique, nous espérions la prospérité générale et la confiance internationale. Malheureusement, la Russie a dû faire face à de nombreux défis qui sont, en termes modernes, la politique économique, sociale et intérieure. Nous sommes contre le séparatisme, le radicalisme, l’agression par le terrorisme international, parce que, sans aucun doute, nous nous battions contre des militants d’al-Qaïda dans le Caucase, c’est un fait évident, et il ne peut y avoir aucun doute à ce sujet. Mais au lieu d’avoir l’appui de nos partenaires dans notre lutte contre ces problèmes, nous sommes malheureusement tombés sur quelque chose de totalement différent  : le soutien aux séparatistes. On nous a dit  : «Nous n’avons pas de relations avec vos séparatistes au plus haut niveau politique, seulement au niveau technologique

Très bien, nous apprécions cela. Mais nous avons vu aussi un soutien au niveau du renseignement, un soutien financier et un soutien administratif.

Plus tard, après avoir réglé ces problèmes, nous avons traversé de graves difficultés, nous avons affronté autre chose. L’Union soviétique a disparu ; le Pacte de Varsovie a cessé d’exister. Pourtant, pour une raison quelconque, l’OTAN a continué à étendre son infrastructure vers les frontières de la Russie. Cela a commencé bien avant hier. Le Monténégro est devenu membre [de l’OTAN]. Mais qui menaçait le Monténégro ? Vous voyez, notre point de vue est totalement ignoré.

Un autre problème, tout aussi important, peut-être même le problème le plus important, est le retrait unilatéral [de la part des États-Unis] du traité ABM. Le traité ABM a été établi entre l’Union soviétique et les États-Unis pour une bonne raison. Deux régions ont été autorisées à rester en place – Moscou et le site des silos ICBM américains.

Ce traité a été conçu pour établir un équilibre stratégique dans le monde. Cependant, ils ont quitté unilatéralement le traité, en disant d’une manière amicale : «Ce n’est pas dirigé contre vous. Vous souhaitez développer des armes offensives, et nous nous assurons qu’elles ne nous visent pas.»

Vous savez pourquoi ils ont dit cela ? C’est simple : personne ne s’attendait à ce que la Russie du début des années 2000, quand elle était occupée avec ses problèmes intérieurs, déchirée par des conflits internes, des problèmes politiques et économiques, torturée par des terroristes, puisse restaurer son secteur de la défense. De toute évidence, personne ne soupçonnait que nous étions en mesure de maintenir nos arsenaux, et encore moins de produire de nouvelles armes stratégiques. Ils pensaient qu’ils allaient renforcer leurs forces de défense antimissile de manière unilatérale, tandis que nos arsenaux diminueraient.

Tout cela a été fait sous le prétexte de la lutte contre la menace nucléaire iranienne. Qu’est devenue la menace nucléaire iranienne maintenant ? Il n’y en a pas, mais le projet se poursuit quand même. C’est ainsi que cela se déroule, étape par étape, l’une après l’autre, et ainsi de suite.

Ensuite, ils ont commencé à soutenir toutes sortes de révolutions de couleur, y compris le soi-disant Printemps arabe. Ils l’ont ardemment appuyé. Combien de choses positives avons nous entendues sur ce qui se passait là bas ? Où cela nous a-t-il-menés ? Au chaos.

Je ne cherche pas à jeter le blâme maintenant. Je veux simplement dire que si cette politique d’actions unilatérales continue et si des mesures sur la scène internationale, qui sont très sensibles à la communauté internationale, ne sont pas coordonnées, alors de telles conséquences sont inévitables. Au contraire, si nous nous écoutons les uns les autres et cherchons l’équilibre des intérêts de chacun, cela ne se produira pas. Oui, c’est un processus difficile, le processus de parvenir à un accord, mais c’est la seule voie vers des solutions acceptables.

Je crois que si nous veillons à une telle coopération, il n’y aura pas de raisons de parler de guerre froide. En plus, depuis le Printemps arabe, ils se sont encore approchés de nos frontières. Pourquoi ont-ils soutenu le coup d’État en Ukraine ? J’en ai souvent parlé. La situation politique interne de ce pays est compliquée et l’opposition, qui est au pouvoir maintenant, y aurait très probablement accédé démocratiquement, par des élections. Tout simplement. Nous aurions travaillé avec eux, comme nous avons travaillé avec le gouvernement qui était au pouvoir avant le président Ianoukovitch.

Mais non, il a fallu qu’ils fassent un coup d’État, avec les pertes que cela entraîne, l’effusion de sang, une guerre civile, et l’effroi de la population russophone du sud-est et de la Crimée. Tout cela, pour quoi faire ? Et après, nous avons dû tout simplement prendre des mesures pour protéger certains groupes sociaux. Mais ils ont commencé à aggraver la situation, la tension a monté. À mon avis, c’est fait, entre autres, pour justifier l’existence du bloc de l’Atlantique Nord. Ils ont besoin d’un adversaire extérieur, un ennemi extérieur, sinon pourquoi cette organisation serait elle nécessaire ? Il n’y a plus de Pacte de Varsovie, plus d’Union soviétique, alors, contre qui est-elle dirigée ?

Si nous continuons à agir selon cette logique, celle de l’escalade [des tensions], et à redoubler d’efforts pour nous effrayer les uns les autres, alors un jour adviendra une guerre froide. Notre logique est totalement différente. Elle est axée sur la coopération et la recherche de compromis. (Applaudissements.)

– Alors laissez-moi vous demander, Monsieur le Président, quel est le moyen d’en sortir ? Parce que j’ai lu l’interview que vous avez donnée à Die Welt, le journal allemand, dans laquelle vous avez déclaré que le principal problème est que les Accords de Minsk n’ont pas été mis en œuvre par le gouvernement en Ukraine, par Kiev, les réformes constitutionnelles. De l’autre côté, ils disent que dans l’Est de l’Ukraine, la violence n’a pas baissé, que les séparatistes ne se restreignent pas non plus, et qu’ils pensent que la Russie devrait les aider. Donc, puisqu’aucune des deux parties ne semble vouloir reculer, est-ce que les sanctions devront tout simplement continuer, est-ce que cette guerre froide de faible intensité devra aussi continuer ? Quel est le moyen d’en sortir ?

Et tout cela concerne des gens, peu importe comment vous les appelez. Cela concerne des gens qui essaient de protéger leurs droits et intérêts légaux, qui craignent la répression si ces intérêts ne sont pas respectés au niveau politique.

Si nous examinons les accords de Minsk, il n’y a que quelques clauses, et nous avons tous discuté de ces clauses toute la nuit. Quelle était la pomme de discorde ? Quelle clause est d’une importance primordiale ? Nous avons convenu, en fin de compte, que les solutions politiques qui assurent la sécurité des personnes vivant dans Donbass étaient la priorité.

Quelles sont ces solutions politiques ? Elles sont définies en détail dans les accords. Des amendements constitutionnels devaient être adoptés d’ici la fin de 2015. Mais où sont-ils ? On ne les voit nulle part. La loi sur le statut spécial pour ces territoires, que nous appelons républiques non reconnues, aurait dû être mise en pratique. La loi a été adoptée par le parlement du pays, mais n’est pas encore entrée en vigueur. Il aurait fallu une loi d’amnistie. Elle a été adopté par le parlement ukrainien, mais n’a jamais été signée par le président, elle n’est donc pas appliquée.

De quel genre d’élections parlons-nous ? Quel genre de processus électoral peut être organisé lors d’une opération anti-terroriste ? Quel pays fait cela ? Nous n’en parlerons pas ici, mais quel pays organise une campagne électorale alors qu’une opération anti-terroriste se déroule sur son territoire ?

Elles [les élections] doivent être annulées et notre travail doit se concentrer sur la restauration économique et humanitaire. Rien n’est fait, rien du tout. La violence sur les lignes de front n’est qu’une excuse pour que ces problèmes continuent. Ce qui se passe en réalité, est que les deux parties s’accusent mutuellement d’ouvrir le feu. Pourquoi pensez-vous que ce soient les séparatistes qui tirent en premier ? Si vous leur demandez, ils disent  : «Ce sont les forces du gouvernement ukrainien, l’armée ukrainienne qui a commencé.»

Un côté ouvre le feu, l’autre côté répond – c’est ce que signifie un échange de tirs. Pensez-vous que cela doit être une raison suffisante pour retarder les réformes politiques ? Au contraire, les réformes politiques qui constitueront le fondement d’un règlement final sur la sécurité sont la priorité urgente.

Certaines choses doivent être faites en parallèle. Je suis d’accord avec M. Porochenko sur le fait que la mission de l’OSCE doit être renforcée au point d’autoriser des observateurs de l’OSCE à porter des armes. D’autres choses peuvent être faites pour améliorer la sécurité. Mais nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à ne pas implémenter des décisions politiques clé, en invoquant le manque de sécurité dans la région. Voilà. (Applaudissements.)

– Il y a tellement de domaines à couvrir avec vous, Monsieur le Président, alors laissez-moi aller au Moyen-Orient, où la Russie a procédé à une intervention musclée pour soutenir le régime Assad. Le président Assad dit maintenant que son but est de reprendre chaque mètre carré de son territoire. Croyez-vous que la solution en Syrie, est que le régime Assad reprenne et gouverne chaque mètre carré en Syrie ?

Je pense que le problème de la Syrie, bien sûr, concerne surtout la lutte anti-terroriste, mais il n’y a pas que cela. Il va sans dire que le conflit syrien est enraciné dans des contradictions au sein de la société syrienne, et le président Bachar al-Assad le comprend très bien. La tâche n’est pas seulement d’étendre le contrôle sur différents territoires, même si c’est très important. La tâche est d’assurer la confiance de la société tout entière et la confiance entre les différentes parties de cette société, et d’établir sur cette base un gouvernement moderne et efficace, qui sera approuvé par l’ensemble de la population du pays. Et les négociations politiques sont la seule voie à cet égard. Nous l’avons souligné plus d’une fois. Le président al-Assad a également parlé à ce sujet – il est d’accord avec ce processus.

Qu’est-ce qui doit être fait aujourd’hui ? Il est nécessaire de supporter plus activement le processus de formation de la nouvelle constitution et de mener, sur cette base, les futures élections, à la fois présidentielle et parlementaire. Lorsque le président al-Assad était à Moscou, nous en avons parlé avec lui et il est entièrement d’accord avec cela. En outre, il est extrêmement important de procéder à des élections sous contrôle international strict, avec la participation de l’Organisation des Nations Unies. Hier, nous avons discuté de cette question en détail avec M. de Mistura et le Secrétaire général de l’ONU. Ils sont tous d’accord avec cela, mais nous avons besoin d’action. Nous espérons vivement que nos partenaires, principalement les États-Unis, vont travailler avec leurs alliés qui soutiennent l’opposition et les encourager à une coopération constructive avec les autorités syriennes.

Qu’entendons-nous par là ? En général, quand je demande à mes collègues : «Pourquoi faites-vous ça ?», Ils répondent  : «Pour affirmer les principes de la démocratie. Le régime du président al-Assad n’est pas démocratique et le triomphe de la démocratie doit être assuré.» Très bien. «La démocratie est-elle partout ?» «Non, pas encore, mais la démocratie doit exister en Syrie.» «OK. Et comment fabriquez-vous une société démocratique ? Est-il possible d’y parvenir par la force des armes ou tout simplement par la force ?» «Non, cela ne peut se faire qu’avec l’aide des institutions et des procédures démocratiques.» Et quelles sont-elles ? Il n’y a pas de façon plus démocratique de former un gouvernement que des élections sur la base du droit fondamental : une Constitution formulée de façon claire, qui est transparente et acceptée par la majorité écrasante de la société. Définir la Constitution et organiser des élections sur cette base. Qu’y a-t-il de mauvais à cela, surtout si elles sont faites sous contrôle international ?

Parfois, nous entendons que certains pays de la région ne comprennent pas complètement ce qu’est la démocratie. Est-ce que nous voulons remplacer un régime non démocratique avec un autre non démocratique ? Et si nous voulons vraiment promouvoir le principe de la démocratie, alors nous devons le faire par des moyens démocratiques. Mais compte tenu du fait que ce processus est compliqué et que les résultats ne viendront pas demain ni après-demain, il faudra du temps, alors nous avons besoin de faire quelque chose dès aujourd’hui. Je suis d’accord avec les propositions de nos partenaires, principalement nos partenaires américains, qui suggèrent (je ne sais pas, peut-être que je suis en train de trop en dire, bien que, d’autre part, cette proposition des États-Unis soit connue dans la région, et les négociateurs des deux parties – le gouvernement et l’opposition – sont familiers avec elle et je la considère absolument acceptable), d’envisager la possibilité d’installer des représentants de l’opposition dans les structures de pouvoir existantes, comme par exemple le gouvernement. Il est nécessaire de penser aux pouvoirs que ce gouvernement exercera.

Cependant, il est important de ne pas aller trop loin. Il est nécessaire de procéder à partir des réalités actuelles et de s’abstenir de déclarer des objectifs irréalistes, donc irréalisables. Beaucoup de nos partenaires disent qu’Assad devrait partir. Aujourd’hui, ils disent d’accord, nous allons restructurer les institutions de telle ou telle façon, mais en termes pratiques, cela se traduira également par son départ. Mais cela aussi est irréaliste. Par conséquent, il est nécessaire d’agir avec prudence, étape par étape, de gagner progressivement la confiance de toutes les parties prenant part au conflit.

Si cela se produit, et je pense que cela se produira de toutes façons, et le plus tôt sera le mieux, il sera possible d’aller plus loin et de parler d’élections ultérieures et de règlement final. Le point principal est de prévenir l’effondrement du pays. Mais si les choses continuent d’aller comme aujourd’hui, l’effondrement deviendra inévitable. Et ceci est le pire des cas, parce que nous ne pouvons pas prétendre qu’après l’effondrement du pays, des formations quasi-étatiques puissent coexister dans la paix et l’harmonie. Non, ce sera un facteur de déstabilisation pour la région et le reste du monde.

– Permettez-moi, Monsieur le Président, de vous demander de nous parler d’une autre démocratie, qui vit un tout autre genre de drame. Vous avez fait des commentaires sur le candidat républicain américain, Donald Trump. Vous avez dit qu’il était brillant, remarquable, talentueux. Ces commentaires ont été rapportés dans le monde entier. Je me demandais, ce qui vous a amené à cette opinion, et l’avez-vous encore ?

Vous êtes bien connu dans votre pays, vous, personnellement. Non seulement en tant qu’hôte d’une grande société de télévision, mais aussi en tant qu’intellectuel. Alors pourquoi déformez-vous tout ? Le journaliste en vous obtient le meilleur de l’analyste. Écoutez ce que j’ai vraiment dit. J’ai dit, en passant, que Trump est une personnalité vivante. N’est ce pas exact ? Si. Je ne lui ai attribué aucune autre caractéristique. Cependant, ce que je constate vraiment et ce que je salue certainement – et je ne vois rien de mal à ce sujet, au contraire – c’est que M. Trump a déclaré qu’il est prêt à une restauration à grande échelle des relations russo-américaines. Quel est le problème avec ça ? Nous nous félicitons de cela ! Pas vous ?

Nous n’intervenons pas dans la politique intérieure des autres pays, en particulier les États-Unis. Cependant, nous travaillerons avec le président que le peuple des États-Unis élira, quel qu’il soit. Bien que je ne pense pas, par ailleurs, que… Bon, ils sermonnent tout le monde sur la façon de vivre et sur la démocratie. Maintenant, pensez-vous vraiment que les élections présidentielles là-bas soient si démocratiques ? Regardez, par deux fois dans l’histoire des États-Unis, un président a été élu par une majorité d’électeurs, mais ces électeurs étaient soutenus par un plus petit nombre d’électeurs. Est-ce cela, la démocratie ? Et quand (nous avons parfois des débats avec nos collègues, nous n’accusons personne de quoi que ce soit, nous avons simplement des débats), on nous dit : «Ne vous mêlez pas de nos affaires. Mêlez vous de vos propres affaires. C’est comme cela que nous faisons», nous nous voyons répondre : «Eh bien alors, dans ce cas, ne vous mêlez pas non plus de nos affaires. Pourquoi le faites-vous ? Mettez d’abord votre propre maison en ordre».

Mais, pour insister, ce ne sont pas nos affaires même si, à ce que j’en sais, les procureurs eux-mêmes chassent les observateurs internationaux loin des bureaux de vote lors des campagnes électorales. Les procureurs américains menacent de les emprisonner. Cependant, ce sont leurs propres problèmes. Voici comment ils font les choses et ils aiment que ce soit comme ça. L’Amérique est une grande puissance, peut-être aujourd’hui la seule superpuissance. Nous acceptons cela. Nous voulons travailler avec les États-Unis et nous y sommes prêts. Peu importe la façon dont ces élections se tiendront, elles finiront par avoir lieu. Il y aura un [nouveau] chef de l’État avec des pouvoirs étendus. Il existe des processus politiques et économiques internes complexes à l’œuvre aux États-Unis. Le monde a besoin d’un pays puissant comme les États-Unis, et nous en avons également besoin. Mais nous n’avons pas besoin qu’ils interfèrent de façon continue dans nos affaires, nous disent comment vivre, et empêcher l’Europe de construire une relation avec nous.

De quelle manière les sanctions que vous avez mentionnées affectent-elles les États-Unis ? En aucune manière. Ils n’en ont rien à faire de ces sanctions, parce que les conséquences de nos actions en réponse n’ont aucune incidence sur eux. Elles se répercutent sur l’Europe, mais pas sur les États-Unis. Zéro effet. Cependant, les Américains disent à leurs partenaires  : «Soyez patients». Pourquoi devraient-ils l’être ? Je ne comprends pas. Laissez-les faire ce qu’ils veulent.

Matteo [Renzi], pourquoi devraient-ils être patients ? Maintenant Matteo va vous expliquer pourquoi ils devraient être patients. C’est un brillant orateur, nous allons le voir. Ses remarques ont été excellentes. Je dis cela sincèrement, honnêtement. L’Italie peut être fière de son Premier ministre, vraiment. Tout simplement magnifique.

Nous ne faisons l’éloge d’aucun candidat à la présidentielle américaine. Ce ne sont pas nos affaires. Comme disent les Allemands : ce n’est pas notre bière. Parce que, quand ils auront fait leur choix, nous allons travailler avec un président qui a reçu le soutien du peuple américain, dans l’espoir que ce sera une personne qui cherche à développer des relations avec notre pays et aide à construire un monde plus sûr.

– Juste pour être clair, Monsieur le Président, le mot brillant était dans la traduction Interfax, je me rends compte que les autres traductions pourraient dire lumineux, mais j’ai utilisé la traduction officielle d’Interfax. Mais permettez-moi de vous poser des questions sur une autre personne avec laquelle vous avez beaucoup traité. M. Trump, vous ne l’avez jamais rencontré. Hillary Clinton était secrétaire d’État. Dans vos très longues questions et réponses avec le peuple russe, vous avez fait une blague, quand quelqu’un vous a posé une question à son sujet – vous avez dit, je pense que c’est une expression russe, le mari et la femme sont le même diable. Et ce que cela signifie, dans la version anglaise, qu’ils sont les deux côtés de la même médaille. Qu’est-ce que vous entendez par là, et que pensez-vous d’elle en tant que secrétaire d’État ? Vous avez beaucoup négocié avec elle.

Je n’ai pas travaillé avec elle, c’est Lavrov qui l’a fait. Demandez-lui. Il est assis ici.

Je n’étais pas ministre des Affaires étrangères, c’est Sergeï Lavrov qui l’était. Il va bientôt rattraper [l’ancien ministre soviétique des Affaires étrangères, Andrei] Gromyko. (S’adressant à Sergeï Lavrov.) Depuis combien de temps es-tu à ce poste ?

J’ai travaillé avec Bill Clinton, mais pour un temps très court, et nous avons eu une très bonne relation. Je peux même dire que je lui suis reconnaissant pour certains moments, alors que je venais d’entrer juste sur la grande scène politique. A plusieurs reprises, il a montré des signes d’attention, de respect pour moi personnellement, ainsi que pour la Russie. Je m’en souviens et lui en suis reconnaissant.

A propos de Mme Clinton. Peut-être qu’elle a son propre point de vue sur le développement des relations russo-américaines. Vous savez, il y a quelque chose sur laquelle je voudrais attirer [votre] attention, qui n’a rien à voir avec les relations russo-américaines ou avec la politique nationale. Elle est plutôt liée à ma stratégie personnelle.

Dans mon expérience, j’ai souvent observé comment sont les gens, avant qu’ils ne prennent un nouveau travail et ce qu’ils deviennent par la suite. Souvent, vous ne les reconnaissez plus, car une fois qu’ils atteignent un certain niveau de responsabilité, ils commencent à parler et à penser différemment, ils ont même un aspect physique différent. Nous agissons suivant l’hypothèse que le sens de la responsabilité du chef d’État américain, la tête du pays dont beaucoup dans le monde dépend aujourd’hui, que ce sens de la responsabilité encouragera le président nouvellement élu à coopérer avec la Russie et, je voudrais le répéter, à construire un monde plus sûr.

– Président Poutine, permettez-moi enfin de vous poser une question au sujet des reportages sur les athlètes russes. Il y a maintenant deux grandes enquêtes, qui ont montré que les athlètes russes se sont engagés dans un dopage à grande échelle et qu’il y a eu fraude systématique et trucage des échantillons de test et de laboratoire. Et je me demandais quelle est votre réaction à ces rapports.

Je ne comprends pas, de quel genre de programme il s’agit, qui permet de manipuler les échantillons qui ont été prélevés pour des tests ? Si des échantillons sont recueillis, ils doivent immédiatement être transférés à des organisations internationales pour le stockage et on n’a plus rien à voir avec eux. Les échantillons sont prélevés et emmenés quelque part, à Lausanne ou ailleurs, je ne sais pas où, mais ils ne sont pas sur le territoire russe. Ils peuvent être ouverts, vérifiés, et c’est ce que les spécialistes font maintenant.

Le dopage n’est pas qu’un problème russe. C’est un problème qui concerne l’ensemble du monde sportif. Si quelqu’un essaie de politiser quelque chose dans ce domaine, je pense que c’est une grosse erreur, parce que tout comme la culture, par exemple, le sport ne doit pas être politisé. Ce sont des ponts qui rassemblent les gens, les nations et les États, les rapprochent. C’est la bonne façon de l’aborder, et non pas en essayant de forger une certaine stratégie anti-russe, ou anti-quoi que ce soit, sur cette base.

Quant aux autorités russes, je peux vous assurer que nous sommes catégoriquement contre tout dopage, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, en tant qu’ancien athlète amateur, je peux vous dire, et je pense que la grande majorité des gens seront d’accord avec ceci : si nous savons qu’il y a dopage, il n’est plus intéressant de regarder l’événement ; des millions de fans perdent l’intérêt pour le sport.

Deuxièmement, non moins important, et peut-être même le plus important, il y a la santé des athlètes eux-mêmes. Vous ne pouvez pas justifier tout ce qui nuit à la santé. C’est la raison pour laquelle nous avons combattu et nous continuerons à lutter contre le dopage dans le sport au niveau national.

En outre, pour autant que je sache, le bureau du procureur général et la commission d’enquête ont observé de près tous les faits rapportés dans les médias, entre autres. Simplement, cela ne doit pas être transformé en une campagne, notamment une campagne dénigrant le sport, y compris le sport russe.

Ensuite, le troisième point que je voudrais soulever. Il est un concept juridique qui dit que la responsabilité ne peut être qu’individuelle. La responsabilité collective ne peut pas être imposée à tous les athlètes ou aux athlètes d’une fédération de certains sports, si certains individus ont été pris en flagrant délit de dopage. Une équipe entière ne peut pas être tenue pour responsable des individus qui ont commis cette infraction. Je crois que c’est une approche tout à fait naturelle, correcte.

Cependant, le dopage n’est pas le seul problème aujourd’hui. Il y a beaucoup de problèmes dans le sport. L’Euro 2016 est en cours. Je crois que moins d’attention est accordée au football qu’aux bagarres entre les fans. C’est très triste et je le regrette, mais là aussi, nous devons toujours procéder selon certains critères généraux. Pour rappel, la responsabilité pour faute doit être individualisée, autant que possible, et l’approche à l’égard des auteurs devrait être la même.

L’Euro 2016 a commencé par une affaire très médiatisée  : un combat entre les fans russes et britanniques. C’est absolument scandaleux. Certes, je ne sais pas comment 200 fans russes ont pu tabasser plusieurs milliers de Britanniques. Je ne comprends pas. Mais dans tous les cas, les organismes d’application de la loi devraient adopter la même approche envers tous les auteurs.

C’est la façon dont nous avons organisé ce travail et nous continuerons à lutter contre le dopage et à faire respecter la discipline parmi les fans. Nous allons travailler avec ces associations de supporters. J’espère vivement qu’il y a beaucoup de gens intelligents et sensibles parmi les fans, qui aiment vraiment le sport et qui comprennent que les infractions ne soutiennent pas leur équipe, mais, au contraire, lui causent des dommages, à l’équipe et au sport. Cependant, beaucoup reste encore à faire ici, y compris en collaboration avec nos collègues [étrangers].

Je tiens à souligner qu’il n’y a absolument aucun soutien et qu’il ne doit y avoir absolument aucun soutien pour les infractions dans le sport, en particulier le dopage, au niveau de l’État. Nous avons travaillé et nous continuerons à travailler avec toutes les organisations internationales dans ce domaine.

– Eh bien, nous avons eu une discussion très large, et il y a eu des points de désaccord, puis des points d’accord profond, comme sur la qualité des femmes qualifiées Kazakh à gouverner le monde. Président Poutine, je me demandais si vous aviez quelques dernières pensées à nous faire connaître et puis nous terminerons cette session.

Tout d’abord, je voudrais remercier tous ceux qui sont venus à Saint-Petersbourg.

Je tiens à remercier notre modérateur. Je pense que nous avons eu une discussion très animée. Nous sommes d’accord sur certains points et en désaccord sur d’autres, mais il y a plus de choses qui nous unissent – c’est absolument évident.

Notre ami italien m’a fait un peu peur vers la fin, en disant qu’à moins qu’elle ne change, l’Europe n’existera plus. Cela semble inquiétant, mais pour être honnête, je ne pense pas que ce soit le cas – après tout, l’Europe est l’Europe. Les fondations de son économie ne nous donnent pas de raison de croire que l’Europe viendra à une fin, à aucun moment, quels que soient les processus internes qui s’y déroulent. Elle est notre principal partenaire commercial et économique. Il est clair que les dirigeants européens veulent acquérir une certaine dynamique, tout comme nous en Russie, voulons certainement la même chose. Dans mon discours, j’ai décrit comment nous allons y parvenir.

Vous savez, il est symptomatique qu’aujourd’hui, nous ayons ici le dirigeant d’un pays européen (et un pays qui se développe assez rapidement) – l’Italie, et le dirigeant du Kazakhstan – notre partenaire le plus proche et un allié avec lequel nous sommes en train de construire un partenariat d’intégration. Aujourd’hui, nous sommes réunis tous ensemble. Cette situation est symptomatique, parce que nous devons concentrer notre attention sur la réunion de nos forces pour le bien du développement, si nous voulons y arriver.

Pour sa part, la Russie fera tout pour suivre précisément cette route, se développer activement intérieurement tout en restant ouvert à la coopération avec tous nos partenaires.

Un grand merci à vous tous et bonne chance.

Vladimir Poutine

Traduit par Wayan pour le Saker Francophone.

Source: http://lesakerfrancophone.fr/linterview-de-vladimir-poutine-par-cnn