Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #la turquie tag

Regard sur la Syrie du 30 décembre 2016 en direct de Damas par Ayssar Midani (vidéos)

2 Janvier 2017 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #La Turquie, #Terrorisme

Regard sur la Syrie du 30 décembre 2016 en direct de Damas par Ayssar Midani (vidéos)

 

 

Bonjour

Regard sur la Syrie du 30 décembre 2016 en direct de Damas par Ayssar Midani

Neuvime SitRep (rapport de situation) pour la Syrie par Madame Ayssar Midani depuis Damas !!!

http://www.agoravox.tv/actualites/international/article/ayssar-midani-syrie-sitrep-no9-du-71795

Informez-vous et forgez votre opinion en croisant les informations. Les grands médias ont tous la même narrative, est-ce bien raisonnable.

Cordialement

Lucien Pons

 

Lire la suite

La Syrie, Astana et le basculement du monde par Bruno Guigue

31 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La Turquie, #ISIL, #Daesch

La Syrie, Astana et le basculement du monde
par Bruno Guigue

vendredi 30 décembre 2016, par Comité Valmy

La Syrie, Astana et le basculement du monde

Depuis la libération d’Alep, les événements se précipitent. Des négociations inter-syriennes ont été menées sous l’égide de la Russie, de l’Iran et de la Turquie. Elles ont abouti le 29 décembre à un triple accord entre le gouvernement syrien et sept groupes de l’opposition armée. « Trois documents ont été signés », a déclaré le président russe. Le premier instaure « un cessez-le-feu sur l’ensemble du territoire syrien ». Le deuxième définit « les mesures visant à contrôler le respect de la trêve ». Le troisième est une « déclaration sur la volonté des parties en conflit de lancer des négociations de paix ».

 

Certes, on objectera à juste titre que cet accord n’instaure dans l’immédiat qu’un fragile cessez-le-feu. Il peut être remis en cause à tout moment, les terroristes d’Al-Qaida et de Daech en sont exclus, et il ne règle pas, au fond, la crise syrienne ouverte au printemps 2011. Il n’empêche que cette signature, fruit de tractations entre des parties qui ne se parlaient plus, marque une nouvelle avancée en vue d’un règlement politique du conflit, une semaine à peine après la victoire de l’armée arabe syrienne dans la deuxième ville du pays.

 

L’avenir dira si cette étape était décisive, mais on peut déjà en tirer trois enseignements.

Le premier, c’est que rien ne vaut une victoire militaire pour remettre les pendules à l’heure. La débandade des « rebelles » d’Alep-Est après un mois de combats valide la stratégie syrienne de reconquête territoriale. Les cinq premières villes du pays sont désormais sous le contrôle du gouvernement : Damas, Alep, Homs, Lattaquié et Hama. Toutes les combinaisons échafaudées en Occident et dans les pays du Golfe pour imposer le départ de Bachar Al-Assad, que ce soit comme « préalable » ou comme « résultat » d’une transition politique, se brisent sur cette réalité comme une coque vermoulue sur des récifs côtiers.

 

La victoire militaire de l’armée syrienne et de ses alliés, en réalité, conforte l’initiative russe en faveur d’une solution politique. En position de faiblesse, les groupes armés non affiliés à Daech ou Al-Qaida vont devoir choisir entre une fuite en avant qui liera leur sort à ces jusqu’au-boutistes ou une négociation avec un Etat syrien qui les chasse, peu à peu, des principales agglomérations du pays. L’attitude de ces groupes est l’une des inconnues qui pèseront sur la suite des événements, mais il est significatif qu’ils aient choisi, sans doute à contre-cœur, la solution négociée.

 

Le deuxième enseignement, c’est l’éviction spectaculaire des Etats-Unis, éjectés comme des malpropres d’une scène syrienne où ils ont additionné les mensonges, les coups bas et les échecs à répétition. Pour la première fois dans l’histoire contemporaine, la négociation sur un conflit majeur est engagée sans Washington, qui doit se résoudre à faire tapisserie pendant que Moscou mène la danse. Discrédités par une politique erratique, les USA sont condamnés à approuver un processus qu’ils n’ont jamais cherché à promouvoir tout en prétendant le contraire. En attendant, ils se voient contraints de mettre une sourdine à leurs jérémiades sur les « crimes de guerre » et la « barbarie russe ».

 

Cette mise en orbite de la Maison-Blanche est d’autant plus cruelle que son principal allié dans la région, la Turquie, y a participé activement. Pour Ankara, mieux vaut un adversaire avec qui on peut négocier (Moscou) qu’un allié félon qui vous fait des enfants dans le dos (Washington). Les USA paient leur ambiguïté lors de la tentative de coup d’Etat en Turquie, mais aussi le soutien opportuniste accordé aux Kurdes de Syrie. M. Poutine, dont la retenue lors de l’affaire du Soukhoï abattu a porté ses fruits, n’eut qu’à tendre la main à son homologue turc pour que la géographie et l’économie, facteurs objectifs de convergence turco-russe, prennent le dessus.

 

L’admission de la Turquie dans le club des parrains de la paix en Syrie est un coup de maître. Mais Moscou a aussi contracté une police d’assurance du côté de Doha. En lui concédant une participation au capital de la compagnie pétrolière nationale Rosneft, Moscou achète la neutralité du Qatar. Ce pacte de circonstance devrait contribuer à la tiédeur de l’Arabie saoudite, à son tour, pour une rébellion en déroute. Revirement turc, défection qatarie, isolement saoudien, le dispositif clintonien du « regime change » en Syrie s’effondre comme un château de cartes. Donald Trump a proclamé son intention d’en finir avec ces lubies néo-conservatrices. A croire qu’il avait anticipé la suite des événements !

 

Le dernier enseignement, enfin, est lié au lieu même des futures négociations de paix. Capitale futuriste du Kazakhstan construite en 1997, Astana est au cœur de cet arc de puissance géopolitique dont Moscou est l’artisan inlassable face aux prétentions occidentales à régenter la planète. C’est à travers le territoire kazakh que passent les oléoducs qui acheminent, vers la Chine, le gaz en provenance des gisements de la Caspienne. Premier producteur mondial d’uranium, le Kazakhstan est un allié stratégique de la Russie et son partenaire essentiel dans les domaines-clé de la modernité économique (nucléaire, spatial, hydrocarbures).

 

Ce pays asiatique majoritairement musulman est membre de l’Union eurasienne et de l’Organisation de coopération de Shanghaï. En plein développement, proche de la Russie, il est le symbole des nouveaux équilibres du monde. C’est à Astana que les négociations de paix commenceront en janvier, précédant celles de Genève en février. Les deux processus ne sont pas contradictoires, affirme la diplomatie russe. Staffan de Mistura, délégué spécial de l’ONU pour la Syrie, sourit pour la forme. Mais quel symbole ! Détrônée par la capitale kazakhe, la cité helvétique n’est plus le centre de l’activité diplomatique. Les Russes l’ont déplacé à l’Est, au cœur d’une Eurasie qui est le siège des puissances de demain.

 

Bruno Guigue
30 décembre 5016

Bruno Guigue, ancien élève de l’École Normale Supérieure et de l’ENA, Haut fonctionnaire d’Etat français, essayiste et politologue, professeur de philosophie dans l’enseignement secondaire, chargé de cours en relations internationales à l’Université de La Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles.

Lire la suite

Lettre à des camarades qui s'obstinent à avaler une propagande imbuvable. Par Pierrick Tillet

28 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #Ukraine, #La République, #La Russie, #La nation ., #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La Turquie, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch

Lettre à des camarades qui s'obstinent à avaler une propagande imbuvable

ILLUSTRATION
Je suis Charlie à Alep (source Huffington Post)

Autour de moi, pendant le siège d’Alep-est, combien d’amis proches, ou même moins proches mais néanmoins amis, submergés par une émotion fabriquée, ont cru et reproduit inconsidérément une grossière propagande médiatique ?

Alep-est a été libérée de ses faux “rebelles modérés”, mais réellement islamistes, et la propagande occidentale mainstream est en train de voler en éclat.

Les civils innocents du quartier assiégé se sont précipités vers la zone tenue par les forces loyalistes et préparent les fêtes de Noël avec leurs voisins d’Alep-ouest.

Les jiihadistes n’ont pas été massacrés sur place, mais expulsés en autobus sous contrôle de la Croix rouge.

Et les témoins-martyrs appelés à la rescousse par nos “journalistes” enfiévrés — la petite Bana, Ismaël le casque blanc protégé de Yann Barthès, l’américain Bilal Abdul Kareem, et deux ou trois autres sources d’information garanties présentes sur site — se sont tous comme par enchantement volatilisés… quand on ne les retrouve pas en Turquie dans les bras de Recep Tayyip Erdogan (Bana) ou paradant aux côtés d’islamistes armés jusqu’aux dents (Bilal Abdul Kareem).

Bana_Erdogan.png
Bilal_Abdul_Kareem.png

Vous étiez Charlie, vous voilà Alep embarqués dans le même fiasco de la compassion télécommandée

Comment avez-vous pu vous laisser enfumer de la sorte, camarades ? Sans doute peut-être parce que ce déluge de propagande était si outrancier et cousu de fil blanc que paradoxalement on ne parvenait plus à imaginer qu’il puisse être faux.

Mais tout de même, n’y en avait-il pas parmi vous qui soient restés assez lucides pour percevoir ces grossières manipulations et alerter les autres ? Je pense à des personnalités suffisamment au fait du monde de l’information et de ses coups tordus : Julien Salingue, le fondateur d’Acrimed (Action-Critiques-Médias), Edwy Plenel, le fondateur de Mediapart, tous les deux mes amis Facebook ou Twitter.

Eh bien, non. Julien Salingue a cru devoir se fendre — sur un site bien mal nommé “Résister à l’air du temps” —  d’une lettre dégoulinante de commisération déplacée adressée « à un “camarade” qui s’obstine à justifier l’injustifiable » :

Lettre à des camarades qui s'obstinent à avaler une propagande imbuvable. Par Pierrick Tillet

Et Edwy Plenel en a profité, avec son compère François Bonnet, pour dézinguer stupidement Mélenchon… tout en se défendant — ben, tiens ! — d’être atlantiste !

Lettre à des camarades qui s'obstinent à avaler une propagande imbuvable. Par Pierrick Tillet

La propagande de l’empire est en train de retomber comme mauvais soufflé. Il y eut dans Alep une situation de guerre douloureuse, mais qui ne correspondait pas au spectacle larmoyant qu’on voulait nous vendre. Des voix montent enfin, qui dénoncent la supercherie. L’indigeste brouet était pourtant patent depuis longtemps, depuis qu’il était évident que le vieil empire dominant poussait très fort ses cris d’orfraies sans avoir la moindre intention d’intervenir sur le terrain (ou alors en catimini et du mauvais côté), signe d’impuissance et du désarroi des vaincus.

Et vous, mes chers amis, dont la bonne foi ne peut pourtant être mise en doute, vous voilà à nouveau en pleine confusion, cocus des bons sentiments frelatés. Vous étiez Charlie défilant derrière le gratin faux-cul du clan impérial, vous voilà Alep embarqués dans le même fiasco de la compassion télécommandée par une propagande imbuvable. En tirerez-vous jamais leçon ?

Lire la suite

Si vous êtes pour la paix, c’est que vous êtes un agent russe. Par Paul Craig Roberts.

22 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La République, #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Daesch, #La Turquie, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013

Si vous êtes pour la paix, c’est que vous êtes un agent russe. Par Paul Craig Roberts.

Si vous êtes pour la paix, c’est que vous êtes un agent russe


Par Paul Craig Roberts – Le 10 Décembre 2016 – Source paulcraigroberts.org

Puisque l’époque est aux « fausses nouvelles », le dernier numéro du National Enquirer, vendu aux caisses du supermarché, donne aux médias pressetitués une bonne longueur d’avance : « Confession de Castro sur son lit de mort: j’ai tué JFK. Comment j’ai manipulé Oswald. »

C’est presque aussi bon que la fausse nouvelle qui circule dans les médias pressetitués, comme les stations de télévision, le Washington Post, le New York Times et le Guardian – oui, même l’ancien journal britannique de gauche a rejoint les rangs des prostituées de la presse – disant que la CIA a conclu que « les agents russes ont secrètement interféré dans la campagne électorale, dans le but d’assurer la victoire du candidat républicain ».

 

Si la CIA est assez stupide pour le croire, c’est que les États-Unis n’ont pas d’agence de renseignement compétente. Bien sûr, la CIA n’a jamais dit et ne croit pas une telle chose. Les fausses nouvelles dans les médias pressetitués sont toujours fournies par des fonctionnaires anonymes. L’ancien ambassadeur britannique Craig Murray a décrit les articles avec précision : « Un tas de conneries ».

Alors, qui invente ces histoires, un autre groupe anonyme lié à Hillary comme PropOrNot, l’organisation secrète et cachée qui a publié une liste de 200 sites Web qui sont des agents russes ?

Les fausses nouvelles sont le produit des pressetitués. Tout au long des primaires et de la campagne présidentielle, il fut tout à fait évident que les principaux médias imprimés ou télévisés publiaient sans arrêt de fausses nouvelles, visant à nuire à Trump et à stimuler Hillary. Nous l’avons tous vu. Nous avons tous vécu cela. Qu’est ce que c’est que cette histoire de Russie source de fausses nouvelles ?

Nous n’avons eu que des fausses nouvelles, de la part des pressetitués depuis le régime klingon [Référence à Star Trek, NdT]. Des fausses nouvelles ont été utilisées contre la Yougoslavie et la Serbie, afin de dissimuler les crimes de guerre de Bill Clinton.

De fausses nouvelles ont été utilisées contre Oussama ben Laden, l’Afghanistan, l’Irak, le Pakistan, le Yémen et la Somalie, afin de dissimuler les crimes de guerre du régime Bush.

De fausses nouvelles ont été utilisées contre la Libye et la Syrie, afin de camoufler les crimes de guerre du régime Obama.

Sans ces fausses nouvelles, ces trois présidences couvertes de sang auraient fini devant la Commission pour crimes de guerre, jugées et condamnées.

Quelqu’un peut-il produire une déclaration véridique de la part des médias pressetitués, sur quelque chose d’important ? Le vol MH-17 ? La Crimée ? L’Ukraine ?

Ironique, n’est-ce pas, que ce soient ceux qui prétendent être libéraux et progressistes, qui sont responsables de la renaissance du maccarthysme en Amérique. Et en plus, ce sont ces progressistes libéraux qui vont institutionnaliser le maccarthysme dans le gouvernement américain. Il y a manifestement un effort concerté pour définir la vérité comme des fausses nouvelles et pour définir le mensonge comme la vérité.

Ironie, n’est-ce pas, que ce soit la criminelle de guerre Hillary, responsable de la destruction de la Libye et de la quasi destruction de la Syrie jusqu’à ce que les Russes interviennent, que les forces progressistes libérales veulent désespérément avoir en tant que président. Non seulement les forces libérales progressistes ont tenté d’élire un président criminel de guerre, mais elles font de leur mieux pour délégitimer le président élu, qui s’oppose au conflit orchestré contre la Russie.

Ironique, n’est-ce pas, que le bloc progressiste libéral refuse de donner une chance à la paix.

Le faux rapport de presse des imbéciles de PropOrNot, qui a été mis en avant par le journal des fausses nouvelles, le Washington Post, prétend que je suis un agent russe, tout cela pour tenter d’altérer ma crédibilité. Au lieu de cela, la liste des 200 a dit à tout le monde où l’on pouvait obtenir de bonnes informations, et le nombre de mes lecteurs a grimpé. De plus, j’ai presque obtenu un passeport russe grâce à cela. Mais avant de l’envoyer, Poutine a vérifié auprès du renseignement russe et a été informé que je n’étais pas sur leur liste.

La rumeur est que si le projet de loi sur le renseignement de la Chambre passe avec le chapitre V intact, ceux d’entre nous nommés sur la liste PropOrNot pourraient être appelés devant le Congrès, comme à l’époque du maccarthysme. S’ils me soumettent à la simulation de noyade, je risque de craquer et d’impliquer Ronald Reagan, George H.W. Bush, Jim Baker, David Stockman, et tous les autres. Les preuves contre nous sont assez fortes. Trump est suspect, parce qu’il veut la paix avec la Russie, comme le voulait aussi Reagan. Du point de vue des forces pro Hillary et des pressetitués, quiconque veut la paix avec la Russie est un agent russe.

Vu la façon dont les pressetitués manipulent le sujet, il n’y aurait pas de raison légitime d’être pour la paix.

Si Poutine et ceux d’entre nous sur la liste des 200 sont ceux qui ont réellement fait élire Trump, c’est Poutine ou la liste qui devrait être la personne de l’année du magazine Time, et pas Trump. Après tout, si Poutine et moi faisons le travail, ne devrions-nous pas en obtenir la reconnaissance ? Pourquoi donner le mérite à la marionnette que nous avons mise en place ?

Pourquoi le Time nous rejette-il, nous les responsables, à l’arrière-plan ?

Ha, mais je sais ! Le Time est également un agent russe et nous protège en attribuant à Trump le crédit de notre travail. Ouf ! Après tout, je ne serai peut-être pas soumis à la simulation de noyade.

Paul Craig Roberts

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

Si vous êtes pour la paix, c’est que vous êtes un agent russe. Par Paul Craig Roberts.
Lire la suite

Quelques premières réflexions sur l’assassinat de l’ambassadeur de Russie à Ankara. Le SAKER

21 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Daesch, #La Turquie

Quelques premières réflexions sur l’assassinat de l’ambassadeur de Russie à Ankara


Saker US

Par le Saker – Le 21 décembre 2016 – Source The Saker

Bon, donc ce soir nous avons le nom de l’assassin, il s’agit de Mevlut Mert Aydintas, un policier de 22 ans qui avait été récemment licencié à la suite de la répression anti-Güleniste d’Erdogan contre les forces qui avaient récemment tenté de le renverser. Nous avons aussi une vidéo très utile de l’assassin.

Cette vidéo de l’attaque montre aussi quelque chose de très important : les seuls coups tirés sont ceux de l’assassin.

Cela signifie une de ces deux choses : soit personne n’était chargé de la sécurité dans cette exposition, soit la salle dans laquelle ce meurtre s’est déroulé était considérée comme « sûre/stérile » parce qu’elle était à l’intérieur d’un périmètre de la sécurité intérieure que nous ne voyons pas dans cette vidéo.

Je trouve la seconde hypothèse beaucoup plus probable. Cela expliquerait aussi pourquoi et comment Mevlut Mert Aydintas y est arrivé si facilement : il a simplement flashé son identifiant de policier et on l’a laissé passer.

Lorsque de tels événements se produisent, il est aussi important de se poser la question : cui bono – au bénéfice de qui ?

Erdogan ? Non

Je ne vois absolument aucune raison imaginable pour laquelle Erdogan voudrait que l’ambassadeur de Russie soit assassiné à Ankara, mais je peux aisément imaginer une longue liste de raisons pour lesquelles il ne voudrait pas du tout que cela arrive. Certains diront à juste titre que la chute d’Alep humilie la Turquie et Erdogan, et je suis d’accord. Mais je rappellerai à tous que Erdogan avait à l’évidence un accord avec les Russes et les Iraniens lorsqu’il a déplacé ses forces au-delà de la frontière et qu’il a occupé le nord de la Syrie. Il est hors de question qu’il ait risqué un tel geste contre la volonté de Moscou et de Téhéran. Donc quel était cet accord ? Nous ne le saurons probablement jamais, mais il incluait clairement une disposition qui limitait les actions de la Turquie à une étroite bande de terre au nord. Si cette hypothèse est correcte, alors Alep devrait être considérée comme hors de la « sphère des intérêts turcs » en Syrie, du moins dans la conception tripartite turco-irano-russe.  Erdogan savait-il qu’Alep tomberait et tomberait si rapidement ? Probablement pas. Il semble que Erdogan a été déjoué par les Russes et les Iraniens. Mais il avait certainement de meilleures options pour riposter contre la libération d’Alep que de voir l’ambassadeur russe assassiné à Ankara. Le fait est que les Turcs n’ont pratiquement rien fait lorsque Alep a été libérée, au plus ont-ils aidé les Russes à évacuer la part des « bons terroristes ».

Même si Erdogan est fou, il est suffisamment intelligent pour comprendre que si l’ambassadeur russe est assassiné à Ankara, l’OTAN ne fera rien pour le protéger et que les Russes peuvent tirer un missile de croisière exactement dans la fenêtre de sa chambre à coucher. Ergodan est peut-être cinglé, mais il n’est clairement pas ce genre de cinglé là.

Enfin, souvenons-nous des conséquences désastreuses pour la Turquie après le tir qui a abattu le SU-24 russe et le fait, corroboré par de nombreux récits, que les services de renseignement russes ont sauvé Erdogan, probablement au sens littéral, en l’avertissant du coup d’État contre lui.

Donc pour toutes ces raisons, Erdogan n’est pas sur ma liste actuelle de suspects. Ne jamais dire jamais, de nouveaux faits pourraient surgir, en particulier avec un maniaque comme Erdogan, mais en ce moment, je présumerai qu’il n’a rien à voir avec ce qui est arrivé.

Daech & Co?  Peut-être

Bon, il est assez évident que Daech & Co avaient une très longue liste de raisons de vouloir tuer un responsable russe de haut niveau. Donc oui, ils avaient assurément le mobile. Si on considère les succès des extrémistes islamistes radicaux dans leur investissement de l’État profond (et pas si profond) turc, Daech & Co en avaient aussi les moyens. Quant à la possibilité, la vidéo ci-dessus [censurée depuis par Youtube, NdT] montre clairement que non seulement Mevlut Mert Aydintas a eu le temps de tirer plusieurs fois sur l’ambassadeur russe (j’ai compté 9 coups), mais qu’il a eu encore le temps ensuite de rester là et de hurler toutes sortes de slogans sur la Syrie, Alep et Dieu. Nous ne connaissons pas encore tous les détails, mais c’est déjà une preuve très forte que la sécurité lors de cet événement était lamentable.

Gulen, la CIA, Obama & Co?  Peut-être

Oui, ils sont aussi sur ma liste de suspects. Les Gulénistes n’ont rien à perdre, la CIA est devenue folle de rage et de peur avec l’élection de Trump et l’administration Obama très en colère, offensée, profondément vindicative et par ailleurs totalement habitée de mauvaises personnes qui aimeraient déclencher une nouvelle crise entre la Russie et la Turquie ou faire payer d’une manière ou d’une autre les Russes pour l’humiliation infligée à l’Empire anglo-sioniste à Alep. Souvenez-vous que c’est exactement comme ça que la CIA tue toujours les dignitaires étrangers : en sous-traitant le meurtre à un fanatique local de manière à préserver la possibilité de ce qu’ils appellent « un déni plausible ».

Pendant la Guerre froide, les Soviétiques et les Américains partageaient la conception tacite que « nous ne nous tuons pas les uns les autres ». Cela n’a jamais été formellement dit ou reconnu, mais je vous assure que c’était vrai : aucun camp ne voulait déclencher une escalade sans fin d’assassinats et de contre-assassinats. Mais la CIA d’aujourd’hui est une plaisanterie pathétique comparée à la CIA de la Guerre froide, et avec le mélange actuel de cancres médiocres à sa tête, je ne serais pas surpris que quelque idiot à Langley ait approuvé le meurtre d’un ambassadeur russe. Par ailleurs, si les Américains ont été assez fous et imprudents pour tenter de renverser Erdogan, pourquoi n’essaieraient-ils pas d’assassiner un ambassadeur russe ?

Qu’en est-il de l’hypothèse du tireur isolé ?

Eh bien il est impossible de prouver le contraire. Mevlut Mert Aydintas a perdu son travail lors de la récente purge, il avait des pouvoirs de police et son attitude sur la vidéo semble être un exemple classique du genre de comportement fanatique que pourrait manifester un dingue. Donc oui, il est possible que Mevlut Mert Aydintas ait agi seul. Après tout, il avait seulement besoin d’un pistolet et d’un badge de policier. Voyons ce que les Turcs, et les Russes, découvriront à son propos. Pourtant, j’en doute. Cette sorte de personnalité est habituellement choisie par un État qui soutient le terrorisme et ensuite activée lorsque c’est nécessaire. Mon intuition me dit qu’il n’a pas agi seul. Quelqu’un a probablement utilisé Mevlut Mert Aydintas.

Questions difficiles

Ici, j’espère vraiment me tromper, mais si je veux être honnête, je dois admettre que je suis totalement incapable de trouver une excuse à la sécurité négligente autour de l’ambassadeur Andrei Karlov.  Et je ne pense pas aux Turcs ici, je pense aux services de sécurité russes. Voici pourquoi.

Même si nous supposons que les Turcs avaient dit aux Russes qu’ils avaient établi un périmètre « sûr/stérile » autour de l’exposition et que le public normal n’y entrerait pas, les images montrent ce qui semble n’être que quelques hôtes, il n’y a pas d’excuse pour les Russes de ne pas avoir placé au moins un garde du corps à proximité immédiate de l’ambassadeur. La Turquie n’est pas seulement un pays en guerre, mais la Russie prend part à cette guerre, les Takfiris ont fait une longue liste de menaces contre la Russie et, enfin, la Turquie est un pays qui a souffert du terrorisme depuis des années et qui vient de subir une tentative de coup d’État sanglant. Dans un tel pays, des officiels de haut rang comme un ambassadeur devraient avoir été protégés par tout un groupe de gardes du corps, mais dans ce cas, il n’y en avait à l’évidence aucun. Oh sûrement les Russes peuvent accuser les Turcs d’avoir établi un périmètre merdique, mais en tant que professionnels ils devraient savoir que les Turcs ont déjà des difficultés extrêmes à s’occuper de leurs propres terroristes et qu’à la suite des purges massives, les services de sécurité sont dans un état chaotique. Maintenant, est-ce qu’un seul garde du corps aurait fait la différence ?

Oui, c’est possible.  C’est même probable, en fait.

D’après la vidéo, il apparaît que Mevlut Mert Aydintas se tenait à environ 5 mètres derrière l’ambassadeur Karlov lorsqu’il a ouvert le feu. Apparemment, pas un seul des coups de feu n’a frappé l’ambassadeur à la tête. Si ce dernier avait porté un gilet pare-balles ou tout autre type de protection, il aurait probablement survécu à cette première volée de balles (à moins que l’une d’elles ne frappe les cervicales).  Un seul garde du corps aurait ensuite facilement pu tuer Mevlut Mert Aydintas et mettre l’ambassadeur en sécurité. À l’évidence, Karlov ne portait aucune sorte de protection ce jour-là. Pourquoi ? Il n’avait pas un seul garde du corps près de lui. Pourquoi ? On n’entend aucune voix russe sur la vidéo, donc il semble qu’il n’y avait aucune sécurité russe nulle part près de l’ambassadeur. Pourquoi ?

Normalement, les ambassadeurs sont une cible très facile. Tout le monde les connaît, leur programme est public et, contrairement à ce que beaucoup semblent penser, la plupart d’entre eux n’ont aucun agent de sécurité. Je suis totalement surpris que plus d’ambassadeurs ne soient pas régulièrement abattus. Dans les pays à haut risque, cependant, les ambassadeurs sont généralement protégés, en particulier ceux représentant des pays impliqués dans une guerre ou qui sont des cibles probables d’attentats terroristes. Certes, en règle générale, les Russes, y compris les diplomates, tendent à être plus braves ou téméraires (choisissez le terme qui convient) que leurs homologues occidentaux : ils ne paniquent pas facilement et ils aiment à montrer qu’ils n’ont pas peur. Mais ce genre d’attitude doit être surveillée par des professionnels.

Franchement, cela me met en colère de voir combien de Russes ont été tués par cette attitude laxiste à l’égard du risque personnel et de la sécurité.  Oui, il est très noble d’être courageux, mais mourir tué par un fou est aussi totalement stupide. Je me sentirais beaucoup mieux si les responsables et les politiciens russes étaient un petit peu moins courageux et un petit peu plus rigoureux. Parce que ce qui est arrivé aujourd’hui pose la question : la prochaine fois, à qui le tour ?

Conclusions

Ce qui est arrivé aujourd’hui est une tragédie doublement douloureuse du fait qu’elle aurait probablement pu être évitée. Les services de sécurité turcs arrêteront probablement dans la nuit quasiment tous ceux que Mevlut Mert Aydintas a rencontrés, et ils obtiendront des quantités d’aveux. Je suis quasiment sûr qu’ils partageront nombre de ces données avec les Russes, ne serait-ce que pour montrer combien ils sont désolés. Hélas, tant les Turcs que les Russes ont une longue tradition du secret, et nous ne trouverons peut-être jamais qui, s’il existe, était réellement derrière Mevlut Mert Aydintas.

La seuls chose dont je suis sûr est que Poutine ne fera rien de conséquent, peu importe qui est derrière cet assassinat. Si ce sont les Takfiris, les gens impliqués mourront dans les deux prochaines années. Si la CIA est impliquée, alors les Russes seront beaucoup plus prudents et pourraient choisir d’agir d’une manière très différente, éventuellement au travers de la prochaine administration. L’assassinat de l’ambassadeur Karlov ne parviendra par à faire dévier les efforts russes et iraniens pour arriver à une sorte de solution régionale à la guerre en Syrie, ni ne changeront la détermination des Russes d’empêcher l’Empire anglo-sioniste de transformer la Syrie en un autre Takfiristan.

Quant à la Russie et à la Turquie, tant que Erdogan reste au pouvoir, elles continueront à essayer de collaborer contre toute attente et en dépit de différences profondes et fondamentales. Ni la Russie ni la Turquie, qui se sont combattues dans douze guerres au cours de l’Histoire, n’ont d’autre choix.

The Saker

Traduit par Diane, vérifié par jj, relu par Diane pour le Saker francophone

Lire la suite

Syrie - Daesh - Révélations incroyables sur France Inter !

20 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #La Turquie, #ISIL

Il y a quelques semaines, nous aurions du aller chercher de telles informations sur les chaînes russes, pour se faire alors dénigrer. Et pourtant, après une catastrophe parfois tout change! Du moins c'est l'impression qu'on peut avoir aujourd'hui

Lire la suite

«Atrocités» de l’armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées

20 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La République, #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #La Turquie

«Atrocités» de l’armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées

 

SputnikNews, 16.12.2016

«Atrocités» de l’armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées

Tandis que la libération d’Alep bat son plein, la journaliste Vanessa Beeley raconte dans une interview à Sputnik ce qu’elle a vu de ses propres yeux à Alep-Est et le compare à l’image créée par les médias mainstream,

Aujourd’hui, les médias vedettes se voient plongés dans une extrême hystérie quant à la situation dans la partie est d’Alep. Mais est-ce que leur couverture est fidèle à la réalité ? Pour découvrir ce qui se passait vraiment dans la ville, Vanessa Beeley, journaliste d’investigation et militante pour la paix, a visité des quartiers libérés des terroristes et a parlé avec la population civile.

« Je peux vous dire définitivement que la plupart des textes de ces médias citent des sources non vérifiées et ainsi leurs informations ne correspondent pas à la réalité », estime Mme Beeley. « Je viens de revenir dans la capitale syrienne et avant j’ai passé trois jours à Alep-Est. Nous nous sommes rendus dans le quartier de Khanano d’où les djihadistes ont été chassés il y a un ou deux jours, nous avons parlé avec les civils. Nous avons vu clairement des scènes de liesse suite à la libération de la ville des groupes armés dirigés par le Front al-Nosra, connu également comme Al-Qaïda en Syrie (le groupe Front al-Nosra a cet été annoncé la fin de ses liens avec Al-Qaïda et s’est rebaptisé Fatah al-Cham, ndlr), financé par l’Otan et les pays du Golfe ».

L’aide humanitaire désuète des terroristes

Plusieurs habitants civils ont été ravis de pouvoir finalement partager ce qui s’était passé lors de leur « incarcération » par les groupes armés. « La plupart d’entre eux ont exprimé leur reconnaissance aux troupes gouvernementales pour leur libération. Ils ont d’ailleurs mentionné que les groupes terroristes recevaient de l’aide humanitaire, y compris des provisions et des médicaments. Ils les stockaient pour les vendre ensuite à la population locale à des prix exorbitants », révèle la journaliste. La majorité des habitants recevaient des provisions en quantités très limitées. Par exemple, une femme a raconté que sa famille de 12 personnes recevait tous les trois jours 12 morceaux de pain. De même, Mme Beeley a vu beaucoup d’enfants épuisés à cause de la faim. « N’importe où, où nous arrivions, nous voyions l’armée gouvernementale syrienne et des militaires russes donner des provisions aux locaux », poursuit-elle.

Les gens en larmes de bonheur après la libération

L’équipe de Mme Beeley a visité Khanano et Sheikh Said, tout récemment libérés, et la vieille ville d’Alep, théâtre de combats acharnés il y a encore un jour. Ainsi, la journaliste a pu voir de ses propres yeux les conséquences des batailles sur le terrain entre les terroristes et l’armée syrienne. Ensuite, dans la nuit où la vieille ville d’Alep a été reprise par Damas, elle a été témoin d’une immense jubilation dans la partie nord de la ville.

« Notre chauffeur de taxi pleurait de bonheur et disait que c’était un moment merveilleux, qu’il était probable qu’enfin les deux parties de la ville soient réunies et qu’il puisse revoir sa famille qu’il n’avait pas vue depuis cinq ans », se rappelle Mme Beeley. « Toutes ces balivernes selon lesquelles les troupes gouvernementales tueraient brutalement puis exécuteraient des civils, sont tout simplement répréhensibles. Nous n’avons rien vu de cela ».

Des hôpitaux contrôlés par les djihadistes

Les journalistes ont également visité un centre d’enregistrement dans le quartier de Jibreen où viennent les civils ayant fui les quartiers des terroristes. S’étant enregistrés, ils partaient accompagné de soldats de l’armée, ces derniers les aidaient à porter leurs biens, leur donnaient des repas et des boissons chaudes car il fait actuellement relativement froid à Alep.


Puis, ils se sont dirigés dans des hôpitaux de campagne russes où l’on leur a permis de faire un reportage.

« Nous avons vu des médecins russes soigner toute sorte de blessures — il y avait des cas de fractures de membres qui n’avaient pas guéri quand ils étaient dans les quartiers sous contrôle des djihadistes ». Il n’y avait pas de manque d’hôpitaux dans la ville, ont raconté les civils. Pourtant, plusieurs d’entre eux ont été transformés en hôpitaux de campagne pour soigner les terroristes. « Plusieurs personnes sont venues pour me montrer leurs blessures par balle non soignées car ils avaient eu peur de demander de l’aide médicale aux terroristes. Plusieurs ont dit que les terroristes ne leur donnaient pas de médicaments », partage l’interlocutrice de Sputnik. À qui la faute ?

« Ça a été un flux incessant d’horreurs, mais les forces gouvernementales n’ont rien à voir avec elles. Il faut blâmer les terroristes, soutenus par les pays du Golfe persique et par l’Otan, qui ont privé ces gens de la liberté, les ont utilisés comme boucliers humains, ont violé et emprisonné leurs filles. On m’a raconté une histoire d’une femme qui habitait à Khanano et avait faim à un point de supplier les djihadistes de lui donner quelque chose à manger — et ils lui ont tiré dans la bouche ».

La journaliste a également demandé s’il y avait des cas de « traitement brutal » de la part de l’armée syrienne, mais les gens « l’ont regardée comme si elle était folle ». « Ils ont dit : dans les faits, ils nous ont libérés, nous ont emmenés dans des camions à Jibreen, en toute sécurité, nous ont donné des repas, des vêtements et nous ont accordé tout type d’aide pour nous aider à revenir dans nos maisons ou bien pour nous abriter avant que le gouvernement ne nous accorde un nouveau logement ».

Les sources de la rhétorique des médias mainstream

Entre-temps, les médias mainstream continuent de couvrir toutes ces prétendues atrocités commises par l’armée syrienne, la Tour Eiffel a été éteinte en signe de solidarité avec les Aleppins, des gens manifestent pour montrer leur soutien aux rebelles… Selon Mme Beeley, la libération d’Alep a finalement dévoilé au grand jour les mensonges de ces médias. « La libération d’Alep a provoqué un changement dans le paradigme, a exposé les mensonges que les médias mainstream avaient diffusés ces quatre dernières années et qui en fait n’ont fait qu’empirer la douleur des civils, empêchant toujours de résoudre la question de l’évacuation ». Encore un détail qu’on tend à oublier : les forces gouvernementales sont composées de gens qui étaient des civils avant la guerre. « La plupart des soldats de l’armée gouvernementales, surtout ceux que j’ai vus dans le quartier de Khanano, avec qui j’ai parlé et fait des interviews, la plupart d’entre eux ont pu revenir chez eux après la libération d’Alep. C’est ce qu’on commence à oublier : l’armée gouvernementale syrienne est composée de civils. Je crois que dans toutes les familles il y a quelqu’un qui s’est inscrit dans l’armée ».

C’est la première fois que les soldats syriens sont parvenus à rentrer chez eux. À quoi bon alors libérer la ville des djihadistes, pour ensuite violer, exécuter et tuer ses proches ? Aujourd’hui, on voit l’Onu changer d’avis sur certains sujets, les médias mainstream dire « Bon, voilà, ça a été une source non vérifiée… ». Mais pourquoi en parlent-ils toujours ?

« Une telle conduite mine les bases de l’éthique journalistique — publier une histoire sans vérifier la source. Et je vous dirais qu’aucun média mainstream ne vérifie ses sources. Comment ces soi-disant activistes réussissent à joindre CNN via Skype ? J’ai passé trois jours à Alep-Est et je n’ai eu ni 3G, ni Wi-Fi, ni électricité, je ne pouvais même pas utiliser mon portable, car il n’y avait pas de signal. Et alors expliquez-moi, les médias mainstream, comment ces « activistes » parviennent à vous envoyer des vidéos parfaitement filmées via Skype ? », s’interroge-t-elle.

16.12.2016

Source:

https://fr.sputniknews.com/international/201612161029208290-alep-couverture-medias-mainstream/

 

Lire la suite

Stratégie masquée de la guerre, Pr Daniele GANSER

20 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #Histoire, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #La mondialisation, #L'OTAN., #La République, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #le nazisme, #Le fascisme, #Les média, #ISIL, #Je suis Charlie?, #La Turquie, #Ukraine

Stratégie masquée de la guerre, Pr Daniele GANSER

photo_6002_3167421

Dans cette conférence, le professeur Daniele Ganser, historien à l’Université de Bâle et président de l’ASPO-suisse nous parle de ses recherches sur les stratégies masquées de la guerre. Autrement dit, les méthodes officieuses et nécessairement cachées qui permettent à des États ou des organismes privés de créer et de mener des guerres.

Auteur du livre « Les armes secrètes de l’OTAN » traduit en neuf langues, il nous dépeint ici une contre histoire dans les coulisses de la géopolitique. Loin des versions officielles, des informations mainstream, les données que nous livre Daniele Ganser nous permettent de mieux comprendre les enjeux réels des guerres, ce qui peut être dit au public et ce qui ne le sera sans doute jamais.

Au-delà des pirouettes intellectuelles pour détourner l’attention du grand public envers ces sujets, notamment par l’utilisation de termes « prêt à penser » tels : conspirationniste, complotiste, etc. L’analyse des faits, des données disponibles est la seule manière objective de pouvoir émettre un jugement fondé. L’officielisme étant enseigné insidieusement et vendu quotidiennement comme la seule manière de voir le monde (notamment sur le sujet de la géopolitique), il parait essentiel de poser la recherche sur les faits et non sur des éléments de rhétorique.

Les informations que nous livre Daniele Ganser peuvent être complétées et corrélées par celle de John Perkins dont vous pouvez visionner une interview ci-dessous.

Pour plus d’information concernant le réseau Gladio, c’est par ici :

Je vous conseille aussi la lecture du très bon livre de Peter Dale Scott « L’état profond Américain ».

Mise en page 1

Lire la suite

«Atrocités» de l’armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées

20 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #Terrorisme, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Les média, #La Turquie

«Atrocités» de l’armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées

 

SputnikNews, 16.12.2016

«Atrocités» de l’armée syrienne: les sources des médias mainstream exposées

Tandis que la libération d’Alep bat son plein, la journaliste Vanessa Beeley raconte dans une interview à Sputnik ce qu’elle a vu de ses propres yeux à Alep-Est et le compare à l’image créée par les médias mainstream,

Aujourd’hui, les médias vedettes se voient plongés dans une extrême hystérie quant à la situation dans la partie est d’Alep. Mais est-ce que leur couverture est fidèle à la réalité ? Pour découvrir ce qui se passait vraiment dans la ville, Vanessa Beeley, journaliste d’investigation et militante pour la paix, a visité des quartiers libérés des terroristes et a parlé avec la population civile.

« Je peux vous dire définitivement que la plupart des textes de ces médias citent des sources non vérifiées et ainsi leurs informations ne correspondent pas à la réalité », estime Mme Beeley. « Je viens de revenir dans la capitale syrienne et avant j’ai passé trois jours à Alep-Est. Nous nous sommes rendus dans le quartier de Khanano d’où les djihadistes ont été chassés il y a un ou deux jours, nous avons parlé avec les civils. Nous avons vu clairement des scènes de liesse suite à la libération de la ville des groupes armés dirigés par le Front al-Nosra, connu également comme Al-Qaïda en Syrie (le groupe Front al-Nosra a cet été annoncé la fin de ses liens avec Al-Qaïda et s’est rebaptisé Fatah al-Cham, ndlr), financé par l’Otan et les pays du Golfe ».

L’aide humanitaire désuète des terroristes

Plusieurs habitants civils ont été ravis de pouvoir finalement partager ce qui s’était passé lors de leur « incarcération » par les groupes armés. « La plupart d’entre eux ont exprimé leur reconnaissance aux troupes gouvernementales pour leur libération. Ils ont d’ailleurs mentionné que les groupes terroristes recevaient de l’aide humanitaire, y compris des provisions et des médicaments. Ils les stockaient pour les vendre ensuite à la population locale à des prix exorbitants », révèle la journaliste. La majorité des habitants recevaient des provisions en quantités très limitées. Par exemple, une femme a raconté que sa famille de 12 personnes recevait tous les trois jours 12 morceaux de pain. De même, Mme Beeley a vu beaucoup d’enfants épuisés à cause de la faim. « N’importe où, où nous arrivions, nous voyions l’armée gouvernementale syrienne et des militaires russes donner des provisions aux locaux », poursuit-elle.

Les gens en larmes de bonheur après la libération

L’équipe de Mme Beeley a visité Khanano et Sheikh Said, tout récemment libérés, et la vieille ville d’Alep, théâtre de combats acharnés il y a encore un jour. Ainsi, la journaliste a pu voir de ses propres yeux les conséquences des batailles sur le terrain entre les terroristes et l’armée syrienne. Ensuite, dans la nuit où la vieille ville d’Alep a été reprise par Damas, elle a été témoin d’une immense jubilation dans la partie nord de la ville.

« Notre chauffeur de taxi pleurait de bonheur et disait que c’était un moment merveilleux, qu’il était probable qu’enfin les deux parties de la ville soient réunies et qu’il puisse revoir sa famille qu’il n’avait pas vue depuis cinq ans », se rappelle Mme Beeley. « Toutes ces balivernes selon lesquelles les troupes gouvernementales tueraient brutalement puis exécuteraient des civils, sont tout simplement répréhensibles. Nous n’avons rien vu de cela ».

Des hôpitaux contrôlés par les djihadistes

Les journalistes ont également visité un centre d’enregistrement dans le quartier de Jibreen où viennent les civils ayant fui les quartiers des terroristes. S’étant enregistrés, ils partaient accompagné de soldats de l’armée, ces derniers les aidaient à porter leurs biens, leur donnaient des repas et des boissons chaudes car il fait actuellement relativement froid à Alep.


Puis, ils se sont dirigés dans des hôpitaux de campagne russes où l’on leur a permis de faire un reportage.

« Nous avons vu des médecins russes soigner toute sorte de blessures — il y avait des cas de fractures de membres qui n’avaient pas guéri quand ils étaient dans les quartiers sous contrôle des djihadistes ». Il n’y avait pas de manque d’hôpitaux dans la ville, ont raconté les civils. Pourtant, plusieurs d’entre eux ont été transformés en hôpitaux de campagne pour soigner les terroristes. « Plusieurs personnes sont venues pour me montrer leurs blessures par balle non soignées car ils avaient eu peur de demander de l’aide médicale aux terroristes. Plusieurs ont dit que les terroristes ne leur donnaient pas de médicaments », partage l’interlocutrice de Sputnik. À qui la faute ?

« Ça a été un flux incessant d’horreurs, mais les forces gouvernementales n’ont rien à voir avec elles. Il faut blâmer les terroristes, soutenus par les pays du Golfe persique et par l’Otan, qui ont privé ces gens de la liberté, les ont utilisés comme boucliers humains, ont violé et emprisonné leurs filles. On m’a raconté une histoire d’une femme qui habitait à Khanano et avait faim à un point de supplier les djihadistes de lui donner quelque chose à manger — et ils lui ont tiré dans la bouche ».

La journaliste a également demandé s’il y avait des cas de « traitement brutal » de la part de l’armée syrienne, mais les gens « l’ont regardée comme si elle était folle ». « Ils ont dit : dans les faits, ils nous ont libérés, nous ont emmenés dans des camions à Jibreen, en toute sécurité, nous ont donné des repas, des vêtements et nous ont accordé tout type d’aide pour nous aider à revenir dans nos maisons ou bien pour nous abriter avant que le gouvernement ne nous accorde un nouveau logement ».

Les sources de la rhétorique des médias mainstream

Entre-temps, les médias mainstream continuent de couvrir toutes ces prétendues atrocités commises par l’armée syrienne, la Tour Eiffel a été éteinte en signe de solidarité avec les Aleppins, des gens manifestent pour montrer leur soutien aux rebelles… Selon Mme Beeley, la libération d’Alep a finalement dévoilé au grand jour les mensonges de ces médias. « La libération d’Alep a provoqué un changement dans le paradigme, a exposé les mensonges que les médias mainstream avaient diffusés ces quatre dernières années et qui en fait n’ont fait qu’empirer la douleur des civils, empêchant toujours de résoudre la question de l’évacuation ». Encore un détail qu’on tend à oublier : les forces gouvernementales sont composées de gens qui étaient des civils avant la guerre. « La plupart des soldats de l’armée gouvernementales, surtout ceux que j’ai vus dans le quartier de Khanano, avec qui j’ai parlé et fait des interviews, la plupart d’entre eux ont pu revenir chez eux après la libération d’Alep. C’est ce qu’on commence à oublier : l’armée gouvernementale syrienne est composée de civils. Je crois que dans toutes les familles il y a quelqu’un qui s’est inscrit dans l’armée ».

C’est la première fois que les soldats syriens sont parvenus à rentrer chez eux. À quoi bon alors libérer la ville des djihadistes, pour ensuite violer, exécuter et tuer ses proches ? Aujourd’hui, on voit l’Onu changer d’avis sur certains sujets, les médias mainstream dire « Bon, voilà, ça a été une source non vérifiée… ». Mais pourquoi en parlent-ils toujours ?

« Une telle conduite mine les bases de l’éthique journalistique — publier une histoire sans vérifier la source. Et je vous dirais qu’aucun média mainstream ne vérifie ses sources. Comment ces soi-disant activistes réussissent à joindre CNN via Skype ? J’ai passé trois jours à Alep-Est et je n’ai eu ni 3G, ni Wi-Fi, ni électricité, je ne pouvais même pas utiliser mon portable, car il n’y avait pas de signal. Et alors expliquez-moi, les médias mainstream, comment ces « activistes » parviennent à vous envoyer des vidéos parfaitement filmées via Skype ? », s’interroge-t-elle.

16.12.2016

Source:

https://fr.sputniknews.com/international/201612161029208290-alep-couverture-medias-mainstream/

 

Lire la suite

Et si les Russes étaient plus intelligents ? – Par Bruno Guigue . Le 18 décembre 2016

20 Décembre 2016 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Comité pour une Nouvelle résistance, #La nation ., #ACTUALITE, #Europe supranationale, #La France, #AMERIQUE, #L'OTAN., #La Russie, #Terrorisme, #La Syrie - La Libye - l'Iran -, #La guerre en Syrie - depuis le 20 août 2013, #Daesch, #La Turquie

Et si les Russes étaient plus intelligents ? – Par Bruno Guigue

Barack Obama et Vladimir Poutine le 20 novembre 2016 en marge du sommet de l’Apec à Lima. (Brendan Smialowski / AFP)

Barack Obama et Vladimir Poutine le 20 novembre 2016 en marge du sommet de l’Apec à Lima. (Brendan Smialowski / AFP)

Barack Obama vient de déclarer que la Russie est « un petit pays qui ne produit rien, qui exporte du pétrole, du gaz et des armes … un pays qui n’innove pas ». La Russie ne prétend pas à l’hégémonie sur le plan économique, en effet. Elle connaît parfaitement ses limites. Mais elle ne vole pas le pétrole et le gaz des autres pays en y fomentant la guerre civile, comme les Occidentaux l’ont fait en Libye. Elle ne sème pas le chaos à l’étranger sous le prétexte hypocrite des droits de l’homme. Elle n’envahit ou ne déstabilise aucun Etat souverain, elle ne finance aucune organisation chargée d’y semer le trouble. Elle intervient en Syrie à la demande du gouvernement légal, et elle affronte les terroristes au lieu de leur livrer des armes tout en prétendant les combattre.

Les Russes ne sont pas les plus forts sur le plan militaire. Ils ne détiennent pas le dixième de la capacité de projection extérieure des forces dont disposent les USA. En pleine modernisation depuis une décennie, leur appareil militaire sert à protéger l’immense territoire de la Fédération. Leur stratégie est défensive, non offensive. Ils ont deux bases militaires à l’étranger, tandis que les USA en ont 725. Les Russes ne se laissent pas marcher sur les pieds, mais ils ont le sens de la mesure. C’est l’OTAN qui a relancé la course aux armements en déployant un bouclier antimissile, et non la Russie. On l’accuse de menacer la paix, mais son budget militaire (48 milliards) est inférieur à celui du Royaume-Uni (53 milliards) et il représente 8% de celui des USA (622 milliards).

Mais si les Russes ont des moyens modestes, ils savent les utiliser. Inutile d’employer des forces colossales pour parvenir à ses fins, il suffit de le faire à bon escient. En un mois, sans un coup de feu, la Crimée est revenue au giron de la Mère-Patrie. Les Occidentaux vont devoir s’y faire. C’est définitif. Les Russes ont aussi gagné la partie sur le théâtre syrien. En un an, l’intervention russe a enrayé l’offensive des mercenaires sponsorisés par les puissances occidentales et les pétromonarchies corrompues. Au terme d’une féroce bataille de 30 jours, la libération d’Alep, deuxième ville de Syrie, ouvre la voie à la restauration intégrale de la souveraineté syrienne.

Avec 5 000 hommes et 70 avions, Moscou a fait basculer le rapport de forces. Il a déjoué les plans du « changement de régime » conçu par Washington et déclenché en 2011 à la faveur des « printemps arabes ». Avec la déroute des bandes armées d’obédience wahhabite, les apprenti-sorciers occidentaux viennent de recevoir une dérouillée. Elle explique sans doute l’amertume d’un président américain en train de faire ses valises pour laisser la place à un successeur qui veut reprendre le dialogue avec Moscou. Quelle claque ! A croire qu’il ne suffit pas d’aligner les porte-avions sur les océans pour peser sur le cours des choses. Les Occidentaux n’ont rien compris, ou rien voulu comprendre à ce qui se passait en Syrie. Ces prédateurs arrogants ont perdu la partie.

Ce « petit pays qui ne produit rien » aura administré une leçon d’humilité à des yankees qui se prennent pour des génies de la géopolitique. Adossé à une Chine qui est la puissance montante, il aura donné ses chances à l’instauration d’un monde multipolaire. Les Américains croyaient mener le bal, et ils sont condamnés à faire tapisserie. Il va falloir l’admettre. Si les Russes dament le pion aux Occidentaux, ce n’est pas parce qu’ils sont plus forts. C’est surtout parce qu’ils sont plus intelligents. Ils comprennent le monde qui les entoure avec davantage de finesse. Ils captent mieux les inflexions du réel. Ils ont cette acuité du regard qui repère le point de bascule, l’endroit et le moment où il faut agir pour influer sur les événements. La supériorité russe n’est pas quantitative, elle est qualitative. Il en coûte de sous-estimer le pays de Tolstoï et Dostoïevski. Une culture millénaire lui a appris la patience. Une histoire tragique lui a donné le sens des réalités.

C’est ce qui manque le plus aux Américains. Barack Obama peut-il seulement comprendre ce qui se passe ? Les USA, ce sont les moyens de la civilisation pris pour la civilisation. Leur expérience historique montre qu’un PIB colossal ne se monnaye pas toujours en perspicacité. Aucune loi physique ne fait transfuser la puissance matérielle, comme par enchantement, en intelligence stratégique. Les yankees se croient supérieurs, et ce sentiment de supériorité les aveugle. Ils s’imaginent que l’attrait de leur modèle culturel vaut approbation universelle. Ils pensent que leur croyance en eux-mêmes est partagée par les autres. Quelle illusion ! Le « moment unipolaire » inauguré par la chute de l’URSS n’est pas la « fin de l’histoire », mais une parenthèse aujourd’hui refermée. Un petit pays qui ne produit rien s’est chargé de cette fermeture à double tour.

Bruno Guigue | 18 Décembre 2016

 Et si les Russes étaient plus intelligents ? – Par Bruno Guigue . Le 18 décembre 2016

 

Bruno Guigue, est un ex-haut fonctionnaire, analyste politique et chargé de cours à l’Université de la Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles.

English translation : http://stalkerzone.org/and-what-if-the-russians-were-more-intelligent/

Source: http://arretsurinfo.ch/et-si-les-russes-etaient-plus-intelligents-par-bruno-guigue/

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>