Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Lucien PONS

Articles avec #le nazisme tag

Fabius, Valls et Blummollet s'expliquent sur leurs amitiés politiques. Le blog de "Canaille le rouge".

3 Décembre 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #AMERIQUE, #le nazisme, #Le capitalisme;, #Le grand banditisme, #La guerre, #La France, #La République, #La nation .

A faire circuler jusqu'à temps que

Publié le 2 Décembre 2014

Fabius, Valls et Blummollet

s'expliquent

sur leurs amitiés politiques

Le chef adjoint de la police de l’UVD Oblast de Kiev, Vadim Trojan.

Le chef adjoint de la police de l’UVD Oblast de Kiev, Vadim Trojan.

"In Kyiv officially introduced the new chief policeman of the region

- 35-year-old Colonel Vadim Trojan."

(c'est ce qu'on peut lire sur la version ukrainienne d'une autre photo du même, un peu plus couvert, celle ci-dessus faisant - peut-être - mauvais genre dans les chancelleries.)

Vous souvenez-vous de la déclaration de Fabius (en deux temps) qui d'Ayrault en Valls a été confirmé par Blummollet ?

La première partie disant qu'il n'y avait pas de nazis dans la direction ukrainienne mise en place et soutenue par l'UE.

Et, second temps, au nom de la lutte pour préserver le droit de l'état ukrainien de massacrer dans les bourses du travail via les troupes de leur compère tatoué d'en haut, cette annonce par le même Fabius de livraisons d'armes et d'instructeurs encadrant, pas pour l'armée, oh non , "que" pour la police de Kiev. Voila qui en est le chef.

Quand La canaille a dit "Fabius auxiliaire des nazis", il a reçu des messages particulièrement violent (il va retourner, en service dédicacé, celui ci à ses gardiens de la virginité politique du soutien parisien au porte-Adolf en exibition ).

Il y a des gens, c'est comme les chiots, pour les rendre propre faut leur mettre leur nez dedans. Si vous avez idée d'aller vous ballader entre l'esplanade des Invalides et le pont de la Concorde, prennez vos précautions, prennez l'autre berge, sur la rive gauche il y a des coins où ça pue.

Ce qui est marrant (si on peu dire) c'est que si Ben Ali avait son Alliot Marie, Trojan à son Fabius.

Coup de pot pour Cazeneuve, ça lui laisse des débouchés pour écouler ses stocks de grenades.

Read more on UNIAN:http://www.unian.info/multimedia/video-3/3689-zamestitelya-kombata-azova-naznachili-glavnyim-militsionerom-kievschinyi.html

Rédigé par Canaille Lerouge

Lire la suite

L'école des officiers et la "fascisation méthodique de la police" en Grèce. Reprise du site OKEANEWS

27 Novembre 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Le fascisme, #le nazisme, #Le capitalisme;, #Europe supranationale, #Grèce

L'école des officiers et la "fascisation méthodique de la police" en Grèce

La police antiémeute le jeudi 13 novembre 2014 (photo de l'équipe Dromografos)

La police antiémeute le jeudi 13 novembre 2014 (photo de l'équipe Dromografos)

Le professeur de criminologie de l’Université Paris XI, Mme Anastasia Tsoukala, a révélé ce à quoi elle a été confrontée durant une série de conférences qu’elle a données à l’École des élèves officiers de la Police hellénique, en mars 2013. « Nous sommes des fascistes et fiers. Y a un problème ? », lui a dit un élève officier en troisième année au cours de la conférence. Il a été applaudi par 80% de la salle.

Lors d'un entretien (voir vidéo sous l'article) sur la radio Real FM, Mme Anastasia Tsoukala, criminologue, a parlé de ce qu’elle a vécu à l’École des élèves officiers de la Police hellénique, avec les élèves en 3e année qui sont désormais diplômés, officiers, et en service.

En mars 2013, j’ai donné deux conférences de quatre heures à chacune des 2e, 3e et 4e années, au sujet du racisme et de la xénophobie. C’était la première fois que des conférences de ce type étaient proposées à l’école des officiers de la police.

Le cours de quatrième année étant enregistré sur vidéo, pour des raisons pédagogiques, il n’y a pas eu de réactions ou de commentaires. Toutefois, quand j’ai répété la même conférence, légèrement simplifiée, aux élèves de 3e année, j’ai achevé les premières deux heures et accordé un quart d’heure de débat. Un élève a donc pris la parole et m’a expliqué qu’il était radicalement opposé à l’essence de la conférence, en disant que j’assimilais les Grecs et les étrangers et que, pour lui, pareille assimilation était par définition impensable.

J’ai réagi en pédagogue et en disant que, pour moi, il était impensable de considérer qu’il existait des êtres humains supérieurs et des sous-hommes et que, en fin de compte, ce type de distinction renvoyait à des régimes fascistes. Alors, l’élève m’a répondu : ‘’Mais, nous sommes fascistes et fiers de l’être. Y a-t-il un problème ?’’. Ces mots furent suivis d’un tonnerre d’applaudissements venant des autres élèves. Les formateurs qui étaient présents n’ont pas réagi.

J’ai poursuivi en expliquant que leurs convictions politiques m’étaient complètement indifférentes et que, en tant que citoyen, tout ce qui m’intéressait c’était de savoir qu’ils réalisent leur mission dans la rue de manière impersonnelle et neutre, selon les principes de l’égalité devant la loi. À ce moment, un autre élève m’a regardé et a pris la parole en disant que je devais avoir honte en tant que professeur de criminologie car je devais savoir que la loi était une construction sociale et qu’elle ne faisait que refléter les conjonctures sociales, politiques et autres du moment et, par extension, qu’il était impensable de ma part d’exiger des officiers de police de mettre en œuvre une loi avec laquelle ils ne sont pas d’accord. Ce commentaire a également était suivi d’applaudissements.

J’avoue avoir commencé à être inquiète en entendant les futurs officiers me dire que la loi n’était pas contraignante pour eux. Ainsi, en poursuivant la discussion, je me suis efforcée de comprendre ce qu’ils considéraient comme contraignant. J’ai donc dit que ‘’cela n’a pas d’importance de savoir si vous estimez que la loi ne vous engage pas car, dans la mesure où vous exécutez les ordres de vos supérieurs, dans le cadre de la hiérarchie’’, qui, elle, respecte la loi, ‘’il s’en suit que, vous aussi, vous respecterez la loi’’. Ils m’ont donc répondu, fièrement, qu’ils ne se sentaient pas non plus contraints par leurs supérieurs, qu’ils estiment incapables. Ils ne sentaient même pas liés par le serment qu’ils prononcent sur l’Évangile, car je devrais savoir que les fascistes ne sont pas chrétiens mais païens. Tout cela, en présence des formateurs. Ces positions étaient applaudies par près de 80% de l’auditoire’’.

Concernant la police en général, Anastasia Tsoukala est très claire :

Je dirais qu'on est face à un système de fascisation méthodique de la police. Méthodique. Il n'a pas été créé le jour où j'y suis allée. Je pense qu'il existait depuis des années. Selon toute probabilité il s'est intensifié avec l'entrée de l'Aube Dorée au Parlement. C'est mon hypothèse, celle qui me semble la plus raisonnable. Mais ce qui est sûr, c'est que ça n'est pas apparu le jour où j'y suis allée. Et je ne pense pas que le phénomène se soit atténué le moins du monde depuis.

Le plus inquiétant, pour la criminologue, c'est que les élèves de l'école des officiers de la police qui sont "fiers d'être fascistes" sont ceux "qui encadreront le personnel. C'est d'eux aussi que viendront ceux qui commandent les CRS qui descendent dans la rue, et qui se comportent comme on l'a vu hier".

Dans la vidéo suivante, sous-titrée par Okeanews, Anastasia Tsoukala précise également que "dans les années 80 avait débuté un mouvement de démocratisation de la police" mis en place par le PASOK. "Un certain nombre de personnes, devenues ensuite officiers, qui avaient des idées, des mentalités et des conceptions progressistes, avaient été nommées dans la police nationale. Tous ceux là qui avec le temps avaient monté dans la hiérarchie de la police ont quasiment tous été démobilisés par M. Dendias".

Elle poursuit :

Ce qu'il faut comprendre c'est que, en ce moment, tous ceux qui occupent des postes élevés dans la hiérarchie sont de droite, très à droite, très très à droite jusqu'à l'extrême droite et ceux qui arrivent pour prendre la relève sont fiers d'être fascistes.

L'entretien :

Lire la suite
Lire la suite

Action antifasciste dédiée à la date anniversaire du Maïdan avec ses tristes conséquences : guerre civile et fascisme explicite. En Allemagne et en France le 29 novembre 2014.

25 Novembre 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #L'OTAN., #Europe supranationale, #La France, #La nation ., #La République, #La Russie, #le nazisme, #La guerre

Action antifasciste dédiée à la date anniversaire du Maïdan avec  ses tristes conséquences : guerre civile et fascisme explicite. En Allemagne et en France le 29 novembre 2014.

Le mouvement «Essence du temps» organise le 29 novembre 2014, à Berlin et à Paris, une action antifasciste dédiée à la date anniversaire du Maïdan.

Le but de l’action est de rappeler aux Européens que les activistes du Maïdan, issus des mouvements nationalistes ultra-radicaux, qui ont pris le pouvoir en Ukraine suite à un coup d’Etat armé, ont violé la Constitution de leur pays et ont mis en place une politique fasciste terrorisant et chassant la population de leurs terres, utilisant à cette fin des armements lourds dans le Sud-Est de l’Ukraine. Aujourd’hui, un an après le début des évènements sur Maïdan, nous voyons clairement quels en sont les vrais résultats: guerre civile, massacre de la population, fascisme explicite. A ce jour, plusieurs milliers de civils ont trouvé la mort dans le Sud-Est de l’Ukraine. Le nombre de réfugiés s’élève à plusieurs centaines de milliers. Et ce ne sont que les statistiques officielles.

Les lieux et les horaires de l’action antifasciste sont les suivants:

à Berlin -Potsdamer Platz (13:00 –16:00)

; à Paris ‒ Fontaine des Innocents, place Joachim du Bellay (14:0016:00).

Pendant l’action seront exposés des stands présentant l’histoire du mouvement bandero-fasciste en Ukraine depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui, ainsi que des photos montrant l’ampleur de la catastrophe humanitaire dans le Sud-Est de l’Ukraine. Un des stands sera dédié aux héros de la résistance du Donbass, qui barrent la route à la propagation du fascisme. Les participants de l’action présenteront également des communications sur le fascisme et le néofascisme.

Les organisateurs de l’action souhaitent attirer l’attention des Européens sur le fait que le fascisme, vaincu par les alliées au milieu du XXe siècle, est en train de renaître en Europe. Et s’il est pas arrêté maintenant, des forces semblables aux ultranationalistes ukrainiens tenteront bientôt d’organiser leurs propres «Maïdans» dans d’autres villes européennes.

Nous invitons tous ceux à qui l’avenir de l’Europe n’est pas indifférent à rejoindre notre action antifasciste.

Soutenez les gens qui luttent contre le fascisme, rendez hommage aux victimes des fascistes en Ukraine! Condamnons ensemble la fascisation de l’Ukraine!

Date et heure de l’évènement:

Berlin –Potsdamer Platz 5, 13:00 –16:00

Paris–Fontaine des Innocents, place Joachim du Bellay,14:00-16:00

Contact:

Allemagne:

Tony Siewert

+49 176 561 56 454

germany@eot.su

France:

Marina Scheifel

+33 6 170 477 24

marina@ju-in.eu

Lire la suite

AG ONU : Lutte contre la glorification du nazisme. BRICS POUR, USA Canada Ukraine CONTRE, UE s’abstient. Par Olivier Berruyer.

23 Novembre 2014 , Rédigé par lucien-pons Publié dans #Ukraine, #Europe supranationale, #La France, #La République, #La nation ., #Le capitalisme;, #le nazisme, #La guerre, #AMERIQUE, #La Russie

AG ONU : Lutte contre la glorification du nazisme. BRICS POUR, USA Canada Ukraine CONTRE, UE s’abstient. Par Olivier Berruyer.

Voici ce que disait la Russie en 2013 appuyant le vote de la résolution :

La situation actuelle est alarmante : les idéologies qui incitent à la haine raciale, ethnique et religieuse sont en expansion, tout comme l’incidence des crimes qu’elles inspirent. Dans nombre de pays, les organisations néonazies et néofascistes sont de plus en plus nombreuses et attirent un nombre accru de membres de plus en plus jeunes. Malheureusement, on n’en fait pas suffisamment pour remédier à cette situation. Trop souvent, les activités des néonazis sont traitées comme de simples troubles à l’ordre public et parfois comme la manifestation du droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui est contraire à la lettre et à l’esprit des instruments des droits de l’homme, notamment de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui, elle-même, illustre la réaction du monde civilisé face aux crimes monstrueux du nazisme. Les réserves formulées par de nombreux pays occidentaux contre des instruments internationaux des droits de l’homme dans le but de défendre ce qu’ils considèrent comme un droit absolu à la liberté d’expression, de rassemblement et d’association, constituent une violation de la Convention de Vienne sur le droit des traités et servent tout simplement d’alibi aux racistes.

L’interprétation relativiste des événements de la Deuxième Guerre mondiale et des décisions du tribunal de Nuremberg, ainsi que les tentatives de blanchir le nazisme et de minimiser les crimes des Nazis ont créé un climat favorable à la résurgence de cette idéologie criminelle. À cet égard, la Fédération de Russie présente une fois de plus un projet de résolution, qui figure dans le document A/C.3/68/L.55, tout en constatant avec une profonde déception que les démocraties occidentales, dont un grand nombre ont fait partie de la coalition contre les Nazis, se sont abstenues dans le passé de voter en faveur du projet de résolution. Elle demande à toutes les délégations qui se sont abstenues d’appuyer le projet de résolution pour des raisons politiques ou économiques de reconsidérer leur position. Il faut fermement résister à la propagation et la glorification des idéologies nazies et néonazies afin d’empêcher la répétition des monstrueux crimes commis par les Nazis. Les États, les organisations de la société civile, les organisations internationales, les milieux universitaires et tous les autres acteurs concernés doivent unir leurs efforts à cette fin. [...]

Bientôt, 70 ans se seront écoulés depuis la défaite du nazisme. Les personnes qui ont vécu les horreurs de la Deuxième Guerre mondiale sont aujourd’hui peu nombreuses. La Fédération de Russie, dont la population a payé un lourd tribut à la tolérance des idéologies de suprématie raciale, ne permettra aucune forme de regain du Nazisme.”

Maïdan a donc permis de disposer d’un pays de plus votant contre ces résolutions…

L’Assemblée Générale devrait donc adopter une 3e fois ce type de résolution le mois prochain…

Dois-je vraiment employer encore le mot “énorme” ?…

Les masques tombent…

La 3e Commission de l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté une intéressante résolution le 21/11/2014 (l’AG elle-même n’a pas encore voté, on en est encore au travail préparatoire, mais il ne manque qu’une vingtaine de petits pays…).

Présenté entre autre par le Brésil et la Russie, il est ici :

Résolution L56 publié par les-crises

Il prévoit entre autres :

Lutte contre la glorification du nazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée

4. Se déclare profondément préoccupée par la glorification du mouvement nazi, du néonazisme et des anciens membres de la Waffen -SS, sous quelque forme que ce soit, notamment l ’édification de monuments et d ’ouvrages commémoratifs et l’organisation de manifestations publiques à la gloire du passé nazi, du mouvement nazi et du néonazisme, ainsi que les déclarations, expresses ou implicites , selon lesquelles ces membres et ceux qui ont lutté contre la coalition antihitlérienne et collaboré avec le mouvement nazi ont participé à des mouvements de libération nationale;

6. Met l’accent sur la recommandation du Rapporteur spécial selon laquelle « les États devraient interdire toute célébration commémorative, officielle ou non, du régime nazi, de ses alliés et des organisations apparentées »12 et souligne à cet égard qu’il importe que les États prennent des mesures pour lutter contre toute manifestation organisée à la gloire de l’organisation SS et de ses composantes, dont la Waffen-SS, dans le respect du droit international des droits de l ’homme;

7. Se déclare préoccupée par les tentatives répétées de profanation ou de démolition de monuments érigés à la mémoire de celles et ceux qui ont combattu le nazisme durant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que d’exhumation ou de levée illégales des dépouilles de ces personnes et, à cet égard, exhorte les États à s’acquitter pleinement des obligations qui leur incombent, au titre notamment de l’article 34 du Protocole additionnel I aux Conventions de Genève de 1949;

8. Prend note avec inquiétude de la multiplication des incidents à caractère raciste partout dans le monde, en particulier de la montée en puissance des groupes de skinheads, qui sont responsables de nombre de ces incidents, ainsi que de la résurgence des violences racistes et xénophobes visant, entre autres, les personnes appartenant à des minorités nationales, ethniques, religieuses ou linguistiques;

10. Condamne sans réserve tout déni ou tentative de déni de l’Holocauste;

11. Se félicite que le Rapporteur spécial a it demandé que soient préservés activement les sites où, pendant l’Holocauste, les nazis avaient installé des camps de la mort, des camps de concentration, des camps de travail forcé ou des prisons, et engagé les États à prendre des mesures, notamment législati ves, répressives et éducatives, pour mettre fin à toutes les formes de déni de l ’Holocauste;

12. Engage les États à continuer de prendre des mesures adéquates, notamment par le biais de leur législation nationale, afin de prévenir les incitations à la haine et à la violence à l ’encontre des membres de groupes vulnérables, dans le respect du droit international des droits de l’homme;

14. Souligne que les pratiques susmentionnées font injure à la mémoire des innombrables victimes des crimes contre l ’humanité commis durant la Seconde Guerre mondiale, en particulier ceux commis par l’organisation SS et par ceux qui ont lutté contre la coalition antihitlérienne et collaboré avec le mouvement nazi, et ont une influence néfaste sur les enfants et les jeunes, et que les États qui ne s’attaquent pas effectivement à ces pratiques contreviennent aux obligations que la Charte des Nations Unies impose aux États Membres de l’Organisation des Nations Unies, notamment celles qui sont liées aux buts et principes de celle-ci;

15. Souligne également que de telles pratiques alimentent les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance qui y est associée et contribuent à la propagation et à la multiplication des partis politiques, mouvements et groupes extrémistes, y compris les néonazis et les skinheads, et appelle à cet égard à une vigilance a ccrue;

16. Constate avec inquiétude que les dangers que représentent les partis politiques, mouvements et groupes extrémistes pour les droits de l ’homme et la démocratie sont universels et qu’aucun pays n’y échappe;

17. Insiste sur la nécessité de prendre les mesures qui s’imposent pour mettre fin aux pratiques susvisées et engage les États à adopter des mesures plus efficaces, dans le respect du droit international des droits de l ’homme, pour combattre ces phénomènes et les mouvements extrémistes, qui font peser une réelle menace sur les valeurs démocratiques;

19. Prend note de la recommandation du Rapporteur spécial concernant la responsabilité des dirigeants et partis politiques eu égard aux messages qui incitent à la discrimination raciale ou à la xénophobie;

20. Constate avec préoccupation que le profilage ethnique et les actes de violence policière dirigés contre les groupes vulnérables font naître chez les victimes un sentiment de méfiance à l’égard du système juridique qui les décourage de demander réparation et, à cet égard , engage les États à accroître la diversité au sein des services de maintien de l ’ordre et à imposer des sanctions appropriées contre les membres de la fonction publique reconnus coupables de violence à caractère raciste ou de propagande haineuse;

21. Rappelle la recommandation du Rapporteur spécial qui invite les États à incorporer dans leur droit pénal une disposition prévoyant que les motivations ou les objectifs racistes ou xénophobes d’une infraction sont des circonstances aggravantes qui emportent des peines plus lourdes, et encourage les États dont la législation ne comporte pas une telle disposition à tenir compte de cette recommandation;

22. Souligne que les racines de l’extrémisme ont de multiples aspects et qu ’il faut s’y attaquer en adoptant des mesures adéquates comme l ’éducation, la sensibilisation et la promotion du dialogue et, à cet égard, recommande le renforcement des mesures visant à sensibiliser les jeunes aux dangers des idéologies et des activités des partis politiques, mouvements et groupes extrémistes;

24. Appelle l’attention sur la recommandation formulée par le Rapporteur spécial à sa soixante-quatrième session dans laquelle il a fait valoir l ’importance des cours d’histoire pour la sensibilisation aux événements tragiques et aux souffrances humaines nés d’idéologies telles que le nazisme et le fascisme ;

26. Invite les États à continuer d ’investir dans l’éducation, tant scolaire que non scolaire, entre autres, afin de faire évoluer les mentalités et de corriger les idées de hiérarchie et de supériorité raciales défendues par les partis politiques, mouvements et groupes extrémistes et d ’en contrer l’influence néfaste;

29. Réaffirme également que, comme cela est souligné au paragraphe 13 du document final de la Conférence d ’examen de Durban, toute apologie de la haine nationale, raciale ou religieuse incitant à la discrimination, à l’hostilité ou à la violence doit être interdite par la loi, que toute propagation d ’idées reposant sur la notion de supériorité raciale ou sur la haine raciale, ou l ’incitation à la discrimination raciale ainsi que les ac tes de violence ou l’incitation à commettre de tels actes doivent être érigés en infractions tombant sous le coup de la loi, conformément aux obligations internationales des États, et que ces interdictions sont incompatibles avec la liberté d’opinion et d’expression;

47. Encourage les gouvernements, les organisations non gouvernementales et les acteurs concernés à diffuser le plus largement possible, notamment, mais non exclusivement, par l’intermédiaire des médias, des informations concernant la teneur de la présente résolution et les principes qui y sont énoncés;

[PS : Mission accomplie pour DiaCrisis ]

Les votes :

Vote résolution L56 publié par les-crises

J’ai pris le G20 (-UE + Ukraine) :

AG ONU : Lutte contre la glorification du nazisme. BRICS POUR, USA Canada Ukraine CONTRE, UE s’abstient. Par Olivier Berruyer.

POUR : les BRICS en particulier (dont la Russie – on voit à quel point Poutine est d’extrême-droite…)

Abstention : l’Europe

CONTRE : 3 pays seulement : les États-Unis (ça peut se comprendre vu la déification là-bas de la liberté d’expression), le Canada (forte communauté ukrainienne nationaliste) et… l’Ukraine !

P.S. ce n’est pas la première fois que ce type de résolution est votée, avec les même votes.

(OUPS, vos médias habituels n’en ont pas parlé les autres années ?)

(Oubliez aussi pour cette année, RIA en parle, mais pas l’AFP)

AG ONU : Lutte contre la glorification du nazisme. BRICS POUR, USA Canada Ukraine CONTRE, UE s’abstient. Par Olivier Berruyer.

Voici ce que disait la Russie en 2013 appuyant le vote de la résolution :

POUR : les BRICS en particulier (dont la Russie – on voit à quel point Poutine est d’extrême-droite…)

Abstention : l’Europe

CONTRE : 3 pays seulement : les États-Unis (ça peut se comprendre vu la déification là-bas de la liberté d’expression), le Canada (forte communauté ukrainienne nationaliste) et… l’Ukraine !

P.S. ce n’est pas la première fois que ce type de résolution est votée, avec les même votes.

(OUPS, vos médias habituels n’en ont pas parlé les autres années ?)

(Oubliez aussi pour cette année, RIA en parle, mais pas l’AFP)

AG ONU : Lutte contre la glorification du nazisme. BRICS POUR, USA Canada Ukraine CONTRE, UE s’abstient. Par Olivier Berruyer.
AG ONU : Lutte contre la glorification du nazisme. BRICS POUR, USA Canada Ukraine CONTRE, UE s’abstient. Par Olivier Berruyer.
AG ONU : Lutte contre la glorification du nazisme. BRICS POUR, USA Canada Ukraine CONTRE, UE s’abstient. Par Olivier Berruyer.

Voici ce que disait la Russie en 2013 appuyant le vote de la résolution :

La situation actuelle est alarmante : les idéologies qui incitent à la haine raciale, ethnique et religieuse sont en expansion, tout comme l’incidence des crimes qu’elles inspirent. Dans nombre de pays, les organisations néonazies et néofascistes sont de plus en plus nombreuses et attirent un nombre accru de membres de plus en plus jeunes. Malheureusement, on n’en fait pas suffisamment pour remédier à cette situation. Trop souvent, les activités des néonazis sont traitées comme de simples troubles à l’ordre public et parfois comme la manifestation du droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui est contraire à la lettre et à l’esprit des instruments des droits de l’homme, notamment de la Déclaration universelle des droits de l’homme, qui, elle-même, illustre la réaction du monde civilisé face aux crimes monstrueux du nazisme. Les réserves formulées par de nombreux pays occidentaux contre des instruments internationaux des droits de l’homme dans le but de défendre ce qu’ils considèrent comme un droit absolu à la liberté d’expression, de rassemblement et d’association, constituent une violation de la Convention de Vienne sur le droit des traités et servent tout simplement d’alibi aux racistes.

L’interprétation relativiste des événements de la Deuxième Guerre mondiale et des décisions du tribunal de Nuremberg, ainsi que les tentatives de blanchir le nazisme et de minimiser les crimes des Nazis ont créé un climat favorable à la résurgence de cette idéologie criminelle. À cet égard, la Fédération de Russie présente une fois de plus un projet de résolution, qui figure dans le document A/C.3/68/L.55, tout en constatant avec une profonde déception que les démocraties occidentales, dont un grand nombre ont fait partie de la coalition contre les Nazis, se sont abstenues dans le passé de voter en faveur du projet de résolution. Elle demande à toutes les délégations qui se sont abstenues d’appuyer le projet de résolution pour des raisons politiques ou économiques de reconsidérer leur position. Il faut fermement résister à la propagation et la glorification des idéologies nazies et néonazies afin d’empêcher la répétition des monstrueux crimes commis par les Nazis. Les États, les organisations de la société civile, les organisations internationales, les milieux universitaires et tous les autres acteurs concernés doivent unir leurs efforts à cette fin. [...]

Bientôt, 70 ans se seront écoulés depuis la défaite du nazisme. Les personnes qui ont vécu les horreurs de la Deuxième Guerre mondiale sont aujourd’hui peu nombreuses. La Fédération de Russie, dont la population a payé un lourd tribut à la tolérance des idéologies de suprématie raciale, ne permettra aucune forme de regain du Nazisme.”

Maïdan a donc permis de disposer d’un pays de plus votant contre ces résolutions…

L’Assemblée Générale devrait donc adopter une 3e fois ce type de résolution le mois prochain…

Lire la suite
<< < 10 20 30 40 50 51 52 53 54 55